Issuu on Google+

Décembre 2010 - Janvier 2011

PERSPECTIVES

Anticipations 2011 L'année de tous les défis //////// Analyse Macro 2011 : une année de déséquilibres ? //////// Analyse Secteur Solvabilité II, Bâle III... //////// Focus Réglementaire La gestion autrement //////// Focus Expertise

www.am.natixis.com BANQUE DE FINANCEMENT & D'INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS


SOMMAIRE

ANALYSE SECTEUR PALMARÈS 2010

4

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

6

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

7

FOCUS RÉGLEMENTAIRE

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

8

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

10

ACTUALITÉS

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

14

CONTACTS

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

15

FOCUS EXPERTISE

MENTIONS LÉGALES Agréments, autorisations de commercialisation et prospectus Les OPCVM cités dans ce document ont reçu l’agrément de l’Autorité des marchés financiers ou sont autorisés à la commercialisation en France. Les prospectus et les documents périodiques sont disponibles sans frais au siège des sociétés de gestion (Natixis Asset Management et Natixis Multimanager) selon les OPCVM et sur les sites Internet : www.am.natixis.com et www.multimanager.natixis.com. Natixis Asset Management invite les personnes intéressées à en prendre connaissance. Par ailleurs, il est rappelé que le prospectus simplifié doit être remis au souscripteur préalablement à la souscription. Performances Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. La valeur d’une action de Sicav ou d’une part de FCP est soumise à l’évolution des marchés financiers et enregistre des fluctuations. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les références à un classement, un prix ou à une notation d’un OPCVM ne préjugent pas des résultats futurs de ce dernier. Informations présentées Les informations qui paraissent dans ce document sont données à titre purement indicatif. Elles constituent une présentation des produits, des études et des analyses conçues et réalisées par les sociétés de gestion Natixis Asset Management et/ou Natixis Multimanager à partir de sources qu’elles estiment fiables. Néanmoins, Natixis Asset Management et Natixis Multimanager déclinent toute responsabilité quant à l'exactitude, l'exclusivité et l'utilisation par toute personne physique ou morale des informations fournies ou en cas d’erreur ou omission. Les deux sociétés de gestion se réservent la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. Il est en effet rappelé que la description des processus de gestion ne constitue en aucun cas un engagement de la part de Natixis Asset Management et/ou Natixis Multimanager, ces dernières se réservant la possibilité de faire évoluer lesdits processus notamment en fonction de l’évolution des marchés et dans le cadre de la réglementation en vigueur. Les informations fournies dans ce document ne constituent, ni ne peuvent être

NATIXIS ASSET MANAGEMENT 21, quai d'Austerlitz - 75634 Paris cedex 13 Tél. +33 1 78 40 80 00 Société anonyme au capital de 50 434 604,76 € Agréée en qualité de Société de Gestion de Portefeuille sous le numéro GP 90-009 en date du 22 mai 1990 Immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 329 450 738 www.am.natixis.com

Responsable de la publication : F. Lenoir /// Comité de rédaction : Th. Benoist, Ch. Lacoste, K. Massicot, Ph. Le Mée, R. Monclar, F. Nicolas, Ch. Point, S. de Quelen, ML. Rouy, JP. Snel, B. Thiery, Ph. Waechter ///

interprétées comme une offre, un démarchage ou une sollicitation, notamment en vue de l'achat ou la vente de tous instruments financiers ou autres produits d'investissement ni comme un conseil ou une recommandation quelconque de la part de Natixis Asset Management et/ou Natixis Multimanager. Les produits peuvent ne pas être appropriés à tous les investisseurs. En conséquence, vous êtes invités à vous rapprocher d'un intermédiaire financier habilité si vous souhaitez investir dans un instrument financier et obtenir un conseil personnalisé sur la possibilité, les risques et l'opportunité de procéder à un tel investissement ainsi que sur la fiscalité applicable. Risque Les risques liés à l’investissement dans un OPCVM sont décrits dans le prospectus de cet OPCVM. Fiscalité Dans l’hypothèse où un OPCVM fait l’objet d’un traitement fiscal particulier, il est précisé que ce traitement dépend de la situation individuelle de chaque client et qu’il est susceptible d’être modifié ultérieurement. Droits d’auteur Le présent document ne peut faire l'objet de copies qu'à titre d'information, la copie étant réservée au seul usage privé. Il ne peut pas être utilisé, reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans le consentement écrit préalable de Natixis Asset Management. Territorialité Il est conseillé à tout investisseur de s’assurer au préalable qu’il est juridiquement autorisé à souscrire les produits et services présentés dans ce document. Politique d’exclusion en matière de mines anti-personnel et BASM Dans le cadre de sa politique de responsabilité sociétale et conformément aux conventions signées par la France, Natixis Asset Management exclut des fonds qu’elle gère directement toute entreprise impliquée dans la fabrication, le commerce et le stockage de mines anti-personnel et de bombes à sous munitions.

Document exclusivement destiné aux clients professionnels. Vous souhaitez vous abonner au mensuel Perspectives ? Contactez votre chargé d'affaires habituel (contacts en page 15) ou écrivez-nous à l'adresse suivante : communication@am.natixis.com VL des fonds disponibles sur www.am.natixis.com

Coordination - Rédaction : C. Boutou, N. Clémot /// Conception graphique : G. Cosqueric /// Ont aussi contribué à ce numéro : B. Boulay-Mégard, E. Bourdeix, R. Cyrille, I. Kobar, M. Louvrier-Clerc, K. Massicot, A. Tiago.

Document réalisé par la Direction de la Communication de Natixis Asset Management - Direction du Développement - Photo de couverture : © maximino / Shutterstock

ANALYSE MACRO


PAGE 3

EDITORIAL

2010 se termine, 2011 reste à écrire... Ce numéro spécial de Perspectives est consacré à un bilan de l’année écoulée et aux anticipations de nos experts pour celle qui s’ouvre sous le signe de la "quadrature du cercle". Selon Philippe Waechter, Directeur de la Recherche Économique, l'économie à fin 2010 est très hétérogène. Les ressorts de la croissance entre pays industrialisés et émergents restent disparates. Selon lui, les pays industrialisés ne connaîtront qu’une croissance modérée face à des pays émergents qui devraient converger vers une croissance soutenable à moyen terme. Franck Nicolas, Directeur Allocation Globale et ALM, fait également le constat d’une croissance à bout de souffle du côté des économies développées face à des marchés émergents de plus en plus indépendants. 2011 sera également marquée par des évolutions réglementaires importantes pour les OPCVM. Natixis Asset Management vous en propose un tour d’horizon avec un point sur Solvabilité II, Bâle III, UCITS IV etc. Dans cet environnement économique, notre Focus Expertise est consacré à une interview croisée d’Ibrahima Kobar, Directeur Gestion Taux et d’Emmanuel Bourdeix, Directeur Gestions Actions, Diversifiée et Structurée, sur les grandes évolutions qu’ils anticipent dans leurs expertises de gestion respectives. Au nom des équipes de Natixis Asset Management, je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année.

Du nouveau online pour Natixis AM

La nouvelle version du site internet de Natixis Asset Management vient d’être lancée, s’intégrant dans un mouvement plus large de refonte de ses supports de communication online. Vous y retrouverez toute l’actualité des marchés, produits et expertises de Natixis AM.

www.am.natixis.com

• La WebTV de Natixis AM Au rendez-vous : les vidéos Flash Marchés et les podcasts des Marchés en direct pour faire le point chaque semaine sur l’actualité économique et financière.

Bonne lecture,

www.webtv.am.natixis.com

PHILIPPE ZAOUATI Directeur Général délégué Directeur du Développement

AGENDA

Atelier Natixis AM

19 janvier 2011

"Perspectives 2011 : la quadrature du cercle ?"

Natixis Asset Management

Pour toute demande, écrivez à : relations.exterieures@am.natixis.com

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011


PAGE 4

ANALYSE MACRO

Depuis la récession de l'automne 2008, l'économie globale oscille entre coopération et affrontement…

2011, l'année de tous les défis  Coopération Lorsque, durant l'hiver 2008/2009, la situation paraissait inextricable, la mise en place de stratégies coordonnées avait permis le retour de la croissance. Les gouvernements et banques centrales des pays industrialisés et émergents s'étaient mobilisés conjointement et avec succès. La réussite de la réunion du G20 à Londres, en avril 2009, traduisait la volonté de tous les membres de travailler côte à côte.

 Affrontement À partir du printemps 2010, cette dynamique collective s'est progressivement épuisée, laissant à chacun l'obligation de rechercher les ressorts nécessaires pour faciliter le retour de la croissance et de l'équilibre sur le marché du travail. L'échec du G20 de Séoul en novembre 2010 reflète bien ce contexte particulier. Chacun espérait pouvoir bénéficier d'un environnement porteur pour trouver des solutions à ses propres déséquilibres. Ce ne fut pas le cas. Les pays émergents ont gagné en autonomie durant toute cette période, alors que pour les pays industrialisés la situation est plus complexe. Si la reprise constatée en 2009 a permis une amélioration conjoncturelle significative, elle n’a toutefois pas atténué les déséquilibres nés de la récession et de la crise bancaire et financière. En cette fin d'année 2010, les pays émergents cherchent pour la plupart à gérer leur cycle économique et à converger vers un taux de croissance soutenable à moyen terme. Pour les pays industrialisés, à l'exception de l'Allemagne, le cycle de reprise suit un rythme insuffisant, incapable de réduire rapidement les déséquilibres nés de la crise. Dès lors, le changement de rapport de force entre pays industrialisés et pays émergents se reflète dans l'incapacité des leaders mondiaux à partager des orientations communes.

 2010 : développés versus émergents ? PHILIPPE WAECHTER Directeur de la Recherche Économique

L'économie en 2010 est marquée par une très grande hétérogénéité. Contrairement à ce qui était observé avant la crise, elle ne porte plus uniquement sur les modes de croissance, même

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011

si la distinction sur les ressorts de la croissance entre pays industrialisés et émergents est toujours pertinente. Il faut en effet ajouter à cela davantage d'incertitude sur le modèle qui est à l'œuvre au sein des pays industrialisés. Le choc subi lors de la crise bancaire et financière persiste et engendre des dynamiques différentes de celles d'avant-crise. Les comportements des acteurs économiques ont été affectés car les contraintes subies ne sont plus les mêmes. La trajectoire de l'économie est désormais sous le sceau d'une incertitude nouvelle et l'horizon économique quelque peu incertain limite les prises de risques. Sur ce plan, la distinction est nette entre pays développés et émergents, la trajectoire de ces derniers étant perçue comme plus déterministe que celle des pays industrialisés. Cela peut devenir une source d'arbitrage en leur faveur sur les marchés financiers.

 2011 : pays industrialisés et croissance modérée L’horizon économique incertain se traduira par une croissance encore modérée dans les pays industrialisés pour l’année qui s’ouvre. Un taux de croissance positif y est attendu, mais un peu au-dessous de celui observé avant la crise. La probabilité d'une rechute en récession paraît cependant très limitée, tant aux États-Unis qu’en Europe. La problématique de ce scénario réside dans le fait qu'il ne permet pas la mise en place d’une dynamique “habituelle” de sortie de crise qui calerait rapidement l'activité sur un sentier de croissance robuste. En sortie de récession (en l'absence de crise financière) un fort rebond de la croissance est généralement constaté, à l'image de ce qui a été observé dans les pays émergents. Le choc négatif est alors rapidement effacé et l'économie peut repartir de l'avant. Mais dans le cas d’une crise financière et bancaire, un tel rebond est moins évident puisqu’il faut au préalable corriger les excès financiers qui ont mené à la crise. Ce processus prend du temps. La résorption des excès passe souvent par une première période de dégradation des

Natixis Asset Management


PAGE 5

ANALYSE MACRO

indicateurs budgétaires, marqués par une hausse de la dette publique. La correction budgétaire qui s'ensuit limite le rebond de l'activité et nécessite, pour être efficace, le maintien d'une politique monétaire très accommodante. C'est le schéma dans lequel devraient s'inscrire les économies américaines et européennes.

déflation, l'impact sur la dynamique interne serait extrêmement négatif et viendrait fortement pénaliser la phase cyclique actuelle. C'est une situation que la Fed veut absolument éviter et cela explique probablement l’essentiel de sa nouvelle stratégie.

Deux remarques à ce stade : • l'adoption par la Fed d'une politique monétaire encore plus accommodante avec le quantitative easing suggère la nécessité d'une stratégie plus accommodante du côté des pays européens afin d'être en phase au sein des pays industrialisés ; • une stratégie monétaire plus accommodante en Europe peut quant à elle permettre de compenser les effets très restrictifs des politiques budgétaires mises en œuvre dans les différents pays européens. Elle nécessite néanmoins un arbitrage qui, à court terme, ne doit pas se faire au détriment de l’activité et de l’emploi.

L'hétérogénéité semble être le maître mot en cette fin 2010 avec la distinction entre trois modes de croissance : • en Allemagne, avec une croissance dépendante de l'activité globale qui continuera de bénéficier de cette situation en 2011 si l'ajustement des pays émergents vers un sentier de croissance soutenable s'achève ; • en France où la croissance est tout à la fois modérée et limitée, avec une demande interne robuste mais aussi une forte dégradation des échanges à l'exportation (la croissance ne peut alors pas connaître de réelle reprise); • dans les pays dits "périphériques" où la situation est complexe. En effet, leur modèle de croissance ne fonctionne plus et les déséquilibres des finances publiques se sont accumulés. Leur capacité à résoudre cette équation s’en retrouve d’autant plus limitée.

 Focus sur les États-Unis et l’Europe Aux États-Unis La dynamique du marché du travail va rester fragile. À fin 2010, le niveau d'emploi y est toujours très inférieur à ce qu'il était avant la crise. Le marché de l'immobilier sera également très long à redémarrer. Le quantitative easing peut limiter la fragilité de la demande intérieure dont la dynamique reste néanmoins incertaine. L'un des objectifs de la Federal Reserve dans l'adoption de sa nouvelle stratégie monétaire est de réduire le risque de déflation. Il y a sur ce point un enjeu conjoncturel fort. En effet, les ménages américains sont toujours très endettés malgré une dynamique de désendettement amorcée il y a plus de deux ans. Si l'économie venait à entrer en

Natixis Asset Management

En Europe

Une solution collective s’avère donc nécessaire. Mais cela signifie qu'il faut créer de nouvelles institutions au sein desquelles l'ensemble des participants au financement des pays "périphériques" trouve son compte : gouvernements comme investisseurs. Cette nouvelle construction devrait permettre de solidifier la dynamique européenne.

des politiques qui ne soient pas toutes systématiquement contraignantes, car la dynamique de l'activité et de l'emploi reste fragile dans cette phase d'ajustement. Or, dans un monde qui bouge et où les équilibres évoluent entre pays industrialisés et émergents, prendre le risque d'une dynamique interne durablement fragile est périlleux. /// Rédigé le 01/12/2010

En savoir plus

Retrouvez toute l'actualité économique avec les vidéos et podcasts des émissions hebdomadaires les Marchés en direct et les Flash Marchés sur la WebTV de Natixis Asset Management.

 Conclusion La situation globale est complexe car le choc subi lors d'une crise financière est toujours très long à absorber. Cette absorption exige

Rendez-vous sur www.webtv.am.natixis.com

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011


PAGE 6

ANALYSE SECTEUR

Le modèle d’endettement à outrance pour alimenter la croissance des économies développées semble à bout de souffle…

2011 : une année de déséquilibres ? Un rééquilibrage entre pays émergents et développés aura-t-il lieu ? Les régions développées verront-elles leur niveau de vie stagner voire s’effriter au profit des zones en plein essor ? Ces interrogations ne pourront être tranchées dès 2011 mais resteront au cœur des stratégies d’investissement. Les marchés seront particulièrement attentifs à l'évolution des finances publiques si le scénario suivant se confirme : croissance mondiale relativement soutenue, croissance occidentale molle (mais sans second choc récessionniste), politiques monétaires accommodantes et inflation extrêmement limitée. Seul un effort sur ce facteur pourrait faire baisser la prime de risque.

 Classes d’actifs Actions Une croissance des bénéfices par action (BPA) de 12 % en 2011 et 10 % en 2012 semble parfaitement atteignable. La croissance des chiffres d’affaires ne sera pas suffisante pour inciter les entreprises à investir fortement. L’amélioration du marché du travail devrait toutefois se poursuivre. Les marchés actions pourraient ainsi tirer parti d’une croissance positive, d’une faible valorisation et d’une profitabilité assez élevée. Pas d’envolée spectaculaire à prévoir cependant en raison de l’aversion au risque qui reste importante.

Taux La recherche de rendement sera encore déterminante et les comparaisons entre typologies d’émetteurs seront privilégiées. Des questions se poseront en particulier autour de la rentabilité ajustée du risque entre dettes souveraines "core" et "périphériques", dettes "souveraines" et "privées", et "développées" et "émergentes". À l’évidence, si une gouvernance économique émerge en zone euro, les spreads "périphériques" se réduiront un peu. Mais il faudra attendre encore avant de retrouver une situation normale. Cela devrait faire le jeu de la dette privée si le secteur bancaire poursuit sa convalescence. De même, il faudra être vigilant vis-à-vis de la dette d’États émergents moins vertueux et moins dynamiques. La question reste par ailleurs entière sur le Royaume-Uni.

FRANCK NICOLAS Directeur Allocation Globale et ALM

Devises Les divergences de politiques économiques favoriseront encore la volatilité du marché. Les

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011

devises émergentes resteront au centre des préoccupations car les politiques monétaires accommodantes les favorisent. La reflation des économies développées devrait enrayer la hausse des monnaies (yen et franc suisse…) qui profitent actuellement des craintes déflationnistes.

Matières premières L’or devrait perdre un peu de vigueur si les craintes déflationnistes s’éloignent et si les taux réels atteignent leur point bas. En contrepartie, des goulots d’étranglements pourraient resurgir à horizon 2012 sur certaines matières premières, notamment agricoles et sur les métaux industriels.

 Géographie et styles Les zones émergentes devraient continuer d’afficher une performance encore attractive. En dépit d’une valorisation élevée, leur dynamique de croissance restera un facteur de soutien indéniable. Mais, certains thèmes étant devenus trop consensuels, il faudra être sélectif en recherchant des idées d’investissement orientées vers la consommation interne, les besoins de services (pour accélérer les gains de productivité et encourager la croissance autonome), sans oublier les entreprises occidentales bien positionnées pour exporter du savoir-faire. Cela serait susceptible d’engendrer une rotation sectorielle, y compris auprès des bourses développées, en favorisant moins les cycliques.

 Risques La reflation pourrait échouer et la croissance, déjà faible, pourrait souffrir de la remontée de la dette dans un environnement où les niveaux d’endettement ramenés au PIB sont en forte hausse. Dans cette configuration, les actifs de couverture resteraient les mêmes : duration longue au sein des dettes les plus sûres et achat de dollar et d’or. À l’inverse, une remontée de l’inflation dans les pays émergents ferait courir le risque d’un resserrement monétaire préjudiciable à la croissance. S’il ne se matérialise pas, cela risquerait d’exporter cette inflation dans les pays industrialisés avec des conséquences néfastes sur les marges des entreprises via la hausse des coûts de production. Les devises émergentes sont à privilégier dans ce cas de figure. /// Rédigé le 01/12/2010

Natixis Asset Management


PAGE 7

PALMARÈS 2010

Natixis Asset Management : des expertises de gestion distinguées Funds Europe Awards - 2010 n 1er Prix - Impact Funds Climate Change(1) - catégorie "Business - European Fund Launch of the year"

Corbeilles - Mieux Vivre Votre Argent - 2010 n 3e Corbeille d'Or - Réseau Banque Populaire(2) - catégorie "Banques grand public" sur 1 an n Prix de la meilleure Gamme Actions - Réseau Banque Populaire(2) - catégorie "Banques grand public" sur 1 an n 3e Corbeille de l’Épargne salariale - Natixis Interépargne - FCPE notés sur 5 ans(3)

Les Actifs du Patrimoine - L’Agefi Actifs - 2010 n Prix du Jury - Impact Funds Climate Change(1) - catégorie "Innovation"

Trophées des meilleurs sicav et fonds - Le Revenu - 2010 n Trophée d'Or - Meilleure gamme "Obligations internationales" - catégorie "Etablissements spécialisés" sur 3 ans n Trophée d'Or - Meilleure gamme "Fonds diversifiés" - catégorie "Assureurs" sur 3 ans(4) n Trophée d'Or - Meilleure "Performance globale" - catégorie "Assureurs" sur 3 ans(4)

Trophées des meilleurs sicav et fonds - Le Revenu - 2010 n Trophée d'Argent - Meilleure gamme "Obligations en euros" - catégorie "Banques à réseau" sur 3 ans(5) n Trophée d'Argent - Meilleure gamme "Fonds sectoriels" - catégorie "Banques à réseau" sur 3 ans(2)

Trophées des meilleurs sicav et fonds - Le Revenu - 2010 n Trophée de Bronze - Meilleure gamme "Actions euro" - catégorie "Assureurs" sur 3 ans(4)

Victoires des SICAV - La Tribune / Morningstar - 2010 n 2e prix "Etablissements" - Réseau Caisses d'Epargne - catégorie "Gamme spécialisée - Obligations" sur 5 ans(5) n 3e prix "Etablissements" - Natixis Asset Management - catégorie "Gamme large - Obligations" sur 5 ans

Lipper Fund Awards (France) - 2010 n 1er prix - CNP Assur France(4) - catégorie "Mixed Asset EUR Balanced - Eurozone" sur 3, 5 et 10 ans n 1er prix - Natixis Horizon 2015(6) - catégorie "Target Maturity Mixed Asset EUR 2015" sur 3 ans

Grands Prix Eurofonds / Fundclass - Le Monde - 2010 n 1ère place des sociétés de gestion françaises - Natixis Asset Management catégorie "Sociétés de gestion de plus de 101 fonds notés" (France)

(1) Impact Funds Climate Change est un compartiment de la SICAV luxembourgeoise Impact Funds autorisé à la commercialisation en France par l’AMF. Il ne garantit ni le capital, ni la performance. Le prospectus simplifié du fonds doit être remis au souscripteur préalablement à la souscription. (2) OPCVM gérés par Natixis Asset Management et commercialisés via le réseau Banque Populaire. (3) FCPE gérés par Natixis Asset Management et commercialisés par Natixis Interépargne. (4) OPCVM gérés par Natixis Asset Management pour le compte de la CNP. (5) OPCVM gérés par Natixis Asset Management et commercialisés via le réseau Caisse d'Epargne. (6) Compartiment du FCP Natixis Horizon, Natixis Horizon 2015 a pour nourriciers les compartiments "2015" des FCPE Natixis Horizon Retraite et Avenir Retraite commercialisés par Natixis Interépargne dans le cadre des Plans d'épargne pour la retraite collectifs (PERCO). Les chiffres cités ont trait aux années passées. Les performances passées ou la référence à un classement ou à un prix ne préjugent pas des performances futures de l’OPCVM ou du gestionnaire.

Natixis Asset Management

www.am.natixis.com [Rubrique à propos de Natixis AM > Palmarès] Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011


PAGE 8

FOCUS RÉGLEMENTAIRE

QUESTION À…

CHRISTOPHE POINT Directeur Commercial

Évolutions réglementaires : quels impacts pour Natixis Asset Management ?

Réglementation : quelles évolutions ? Les deux années à venir s'annoncent riches en évolutions réglementaires avec notamment : • la mise en place de la réforme Solvabilité II pour les entreprises d'assurance (compagnies d'assurance, mutuelles, institutions de prévoyance) et Bâle III, son “pendant” pour les banques ; • la nouvelle nomenclature de l’AMF pour les OPCVM de trésorerie ; • la directive UCITS IV*.

 Solvabilité II Natixis Asset Management accorde la plus grande attention aux évolutions réglementaires qui se profilent (Solvabilité II, Bâle III, UCITS IV...). Nous cherchons à les anticiper de manière proactive. En 2010, nous nous sommes ainsi attachés à : n former les équipes de gestion et les équipes commerciales afin d’aider les entreprises d’assurance à transposer les nouvelles normes liées à Solvabilité II dans leur activité ; n intégrer la dimension “transparisation” dans notre processus de gestion assurantielle ;

Lancé en 2004, le futur cadre prudentiel de l’assurance en Europe, Solvabilité II, entrera en application en octobre 2012. Il vise à intégrer plus avant la dimension “risque” dans la réglementation des compagnies d'assurance. Cette réforme impose une vue de type bilancielle radicalement renouvelée, puisqu’au-delà d’une simple vue actif / passif de la gestion, les entreprises d’assurance devront désormais disposer de capitaux propres suffisants pour couvrir les risques de leurs portefeuilles. Cette réserve de capitaux propres devra être suffisante pour garantir 99,5 % de leur obligation sur 1 an. L’optimisation des fonds propres devient donc nécessaire. On parle alors de “transparisation”*. Le capital requis pour assurer la solvabilité est défini par le ratio SCR* et est fonction de

n ouvrir un chantier reporting afin de pouvoir, par transparence, indiquer le SCR* requis pour les OPCVM de la gamme, les fonds dédiés et mandats commercialisés auprès des entreprises d'assurance.

2 catégories principales de risques : • SCR risques opérationnels • SCR risques de base qui regroupent les risques de marché (risque de taux, global action, autre risque action, spread / crédit, immobilier et change), risque de contrepartie, risque “non vie”, risque “vie” et risque “santé”.

 OPCVM de trésorerie : nouvelle nomenclature AMF Initiée par le CESR*, la nouvelle réglementation européenne prévoit la création de 2 classifications monétaires le 1er juillet 2011 : • les fonds dits "monétaires court terme" • et les fonds "monétaires".

Ratio de consommation de fonds propres par type d'actifs (formule standard)

Nos équipes commerciales se tiennent dès à présent à la disposition de nos clientèles afin de les accompagner sur ces sujets et leur proposer une offre de services et solutions d’investissement adaptée à leurs besoins. Retrouvez tous vos contacts commerciaux en page 15.

Source : Natixis Asset Management

*cf. Lexique ci-contre.

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011

Natixis Asset Management


PAGE 9

FOCUS RÉGLEMENTAIRE

Ces nouvelles classifications monétaires disposeront de caractéristiques propres (notamment en termes de durée de vie moyenne et maximale) et encadreront davantage les champs d'intervention des OPCVM monétaires.

Procédure d’enregistrement allégée

Une période de transition serait tolérée jusqu’au 31 décembre 2011 pour les OPCVM monétaires européens existants afin de respecter les critères d'éligibilité à l'une ou l'autre de ces classifications.

Le délai d'obtention de l'autorisation de commercialisation d'un fonds UCITS dans un pays d'accueil sera de 10 jours maximum contre 2 mois en moyenne aujourd'hui. Par ailleurs, une société de gestion aura la possibilité, si elle est agréée dans son État d'origine, de créer et de gérer des fonds dans d'autres États membres sans y être implantée.

 UCITS IV

Augmentation de la taille des OPCVM européens et économies d'échelle

La directive UCITS IV, qui entre en vigueur le 1er juillet 2011, vise à améliorer l’efficacité du marché unique en renforçant la compétitivité de l’industrie de la gestion d’actifs en facilitant la distribution des fonds, tout en maintenant le niveau de sécurité des investisseurs.

UCITS IV offre également la possibilité : • de fusionner des fonds de façon transfrontalière au niveau européen ; • d’organiser sa gamme avec la possibilité d’avoir un fonds maître enregistré dans un pays, et des fonds nourriciers implantés dans d'autres pays transfrontaliers européens.

Elle poursuit 4 objectifs majeurs :

Mise en place du Key Investor Information (KII)*

 Conclusion

Dès le 1er juillet 2011, le KII remplacera le prospectus simplifié. Ce nouveau format simplifié et commun aux pays de l’Union européenne facilitera, grâce à une information uniformisée, la comparaison transfrontalière des OPCVM de type UCITS IV.

Solvabilité II, Bâle III, la reclassification des OPCVM monétaires et UCITS IV : autant de grandes évolutions réglementaires pour 2011 que Natixis Asset Management, en tant que gérant d'actifs à dimension européenne et internationale, cherche d’ores et déjà à prendre en compte dans son organisation et son offre de solutions d'investissements. ///

Coopération des régulateurs locaux La directive sera transposée par l’ensemble des régulateurs locaux, assurant ainsi un principe de coopération garanti par le CESR* et un niveau de protection des investisseurs au moins égal à celui qu'ils ont dans leur pays d'origine.

Rédigé le 24/11/2010 par Antoine Tiago, Directeur Commercial Adjoint

LEXIQUE n

UCITS IV

Undertakings for Collective Investment in Transferable Securities IV. n

Transparisation

Optimisation de la charge en capital réglementaire supportée par les investissements jugés risqués dans l’univers Solvabilité II, pour un même niveau de risque et une même espérance de performance. n

SCR

Solvency Capital Required Capital cible nécessaire pour absorber le choc provoqué par un risque majeur (ex : un sinistre exceptionnel, un choc sur les actifs...). n

KII

Key Investor Information Document d'information clé pour l'investisseur (DICI). n

CESR

Committee of European Securities Regulators.

Retrouvez le Flash Infos dédié sur www.am.natixis.com [Rubrique Abonnements]

*cf. Lexique ci-contre.

Natixis Asset Management

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011


PAGE 10

FOCUS EXPERTISE

2011 : LES PERSPECTIVES 2011 verra alterner des phases d’intense aversion au risque puis d’appétit pour les actifs les plus risqués. Un contexte incertain et volatil qui nécessite à la fois réactivité en termes d’allocation et sélectivité, au sein de chaque classe d’actifs.

QUELS ATOUTS POUR NATIXIS AM ? Forte de sa nouvelle organisation et du renforcement de ses équipes, Natixis AM s’attache à offrir aux investisseurs le meilleur des deux mondes entre : n un modèle multiboutique, au travers d’équipes de gestion à taille humaine et fortement responsabilisées sur leurs décisions d’investissement n et l’organisation d’un asset manager de taille conséquente, bénéficiant d’équipes supports étoffées et expérimentées (analystes crédit et actions, ingénieurs quantitatifs, économistes, table de négociation, contrôle des risques, etc). “Nous sommes convaincus que cette organisation nous permettra de répondre avec souplesse, réactivité et innovation aux challenges des années à venir.”

EMMANUEL BOURDEIX

IBRAHIMA KOBAR

2011 : la gestion autrement Interview croisée : Ibrahima Kobar, Directeur Gestion Taux Emmanuel Bourdeix, Directeur Gestions Actions, Diversifiée et Structurée

 Quelles sont vos perspectives pour l'année à venir ? Ibrahima Kobar et Emmanuel Bourdeix À ce stade, une seule chose nous semble certaine, quelle que soit la classe d’actifs ou la zone géographique considérée : 2011 sera l'année du "tactique" plus que du "stratégique". Dans un contexte très incertain sur l’ensemble des variables économiques (croissance, inflation, endettement des États notamment), aussi bien dans les pays développés que dans les pays émergents, il semble difficile de dégager des perspectives très tranchées concernant les différentes classes d’actifs. D’autant que nombre de thématiques directrices pour les marchés sont déjà, au moins partiellement, intégrées dans les cours : baisse des taux et resserrement de spreads de crédit, surperformance des marchés émergents

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011

versus développés, affaiblissement du dollar, renchérissement des matières premières… Tout ceci n’encourage pas les investisseurs de long terme à redevenir moteurs sur les marchés, et laissera la place aux flux et arbitrages de court terme. Ce contexte incertain, qui verra des phases d’intense aversion au risque alterner avec des phases d’appétit pour les actifs les plus risqués, nécessite d’envisager les investissements avec réactivité et sélectivité. Réactivité, pour pouvoir ajuster son allocation en fonction des possibles retournements de marchés et sélectivité car nous anticipons de fortes dispersions de performances, notamment géographiques.

2011 sera l'année du “tactique” plus que du “stratégique”. Ibrahima Kobar

Natixis Asset Management


PAGE 11

FOCUS EXPERTISE

Devant la volatilité croissante des marchés, il faut envisager la gestion autrement notamment sur la classe d’actifs actions et sur la dimension du risque. Emmanuel Bourdeix

 Plus précisément, quels segments de marchés vous semblent porteurs sur vos différents pôles d’expertises ? Ibrahima Kobar

Emmanuel Bourdeix

Nos anticipations restent positives pour 2011 sur le marché du crédit. Malgré la bonne performance de la classe d’actifs en 2010, nous sommes encore assez loin des niveaux normalisés et anticipons une poursuite du resserrement des spreads sur l’année à venir.

Nous anticipons une forte volatilité sur les classes d’actifs moyen-long terme en 2011, aussi bien dans les pays développés que dans les pays émergents. Dans ce contexte, nous sommes convaincus que plusieurs profils de produits devraient pouvoir répondre aux attentes de nombreux investisseurs sur les marchés actions : • les produits d’allocation d’actifs à profil de risque asymétrique, conçus pour profiter des phases de hausse des marchés tout en atténuant les risques de baisse, • les produits de performance absolue, • ou encore les produits actions à risque réduit ou bénéficiant d’une protection partielle en capital.

Trois segments du marché du crédit nous semblent plus particulièrement attractifs : le crédit court terme, le marché du high yield et le segment des obligations convertibles. Même si cela semble moins intuitif à première vue, le marché des obligations souveraines devrait également présenter un potentiel intéressant en matière d’allocation pays (ou relative value). Sur la zone euro notamment, on distingue désormais trois ensembles (l’Allemagne, les pays "semi-core" dont la France et les pays dits "périphériques") et non plus deux. Cette situation accroît les opportunités d’arbitrage entre pays émetteurs. Nous dressons le même constat, avec encore plus d’hétérogénéité et donc de besoin de sélectivité pays, sur la dette émergente. Sur l’ensemble de ces marchés, c’est bien la capacité des équipes d’analyse et de gestion à sélectionner des titres présentant des fondamentaux très solides qui fera la différence en termes de performance. Enfin, dans ce contexte macroéconomique incertain, les produits multistratégies obligataires, aussi bien pour les stratégies long only que pour les stratégies de performance absolue, prendront toute leur place.

Natixis Asset Management

Les équipes de gestion de Natixis Asset Management ont développé différentes expertises en ce sens : • les fonds flexibles, déclinables sur des horizons court terme, moyen terme et long terme, permettent ainsi aux gérants de s’exposer plus ou moins fortement et de façon très réactive aux différents marchés (actions, obligations et devises) en fonction de leurs anticipations ; • les fonds de performance absolue développés par la gestion diversifiée de Natixis Asset Management et proposés aux investisseurs souhaitant bénéficier du spectre le plus large en termes de classes d’actifs, de zones géographiques et de stratégies directionnelles (long ou short) et d’arbitrage ; • les produits de minimum variance offrant par construction une exposition aux marchés actions avec une volatilité réduite (d’environ 20 % par rapport à la volatilité du marché). Pour ce faire, ces fonds privilégient les titres présentant des volatilités historiquement faibles ou des corrélations faibles par rapport à l’ensemble du marché ; • différentes offres de type CPPI à garantie continue (et non plus à échéance) récemment développées par les équipes de gestion structurée de Natixis Asset Management pour les investisseurs privilégiant des approches à capital protégé.

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011


PAGE 12

FOCUS EXPERTISE

 Au-delà de 2011, quelle est votre vision sur vos marchés respectifs ? Quels sont vos principaux axes de développement ? Ibrahima Kobar

Emmanuel Bourdeix

Les gérants sur les marchés de taux sont confrontés à plusieurs challenges : une volatilité croissante sur l’ensemble des segments du marché obligataire, des investisseurs dont l’aversion au risque s’est fortement accrue depuis 2007 ainsi qu’un risque, in fine, de remontée des taux.

Devant la volatilité croissante des marchés, il convient de revisiter la classe d’actifs actions, et plus particulièrement sur la dimension du risque. Cette nécessité d’envisager la gestion autrement est renforcée par un environnement réglementaire de plus en plus contraignant en termes de consommation de fonds propres. Nous considérons ainsi que nos développements en cours en matière de gestion flexible, de fonds actions à volatilité réduite et de performance absolue sont fondateurs.

Face à ces différents challenges, nous identifions trois axes principaux de développement : • le renforcement de nos expertises au-delà des classes d’actifs obligataires traditionnelles, notamment sur le high yield, la dette émergente et le marché des devises. Auparavant considérés uniquement comme des sources de diversification, ces marchés doivent désormais être envisagés comme des expertises core à part entière ; • une appréciation du risque encore plus fine, y compris sur les classes d'actifs traditionnellement considérées comme moins risquées. À titre d’illustration, suite aux récentes crises, les gérants obligataires de Natixis Asset Management suivent le risque de crédit et le risque de liquidité dans leur analyse des émissions obligataires souveraines (alors que ces indicateurs étaient précédemment réservés au marché de la dette privée) ; • le développement d’expertises de performance absolue, qu’elles soient mono-classe d'actifs (crédit, forex, volatilité sur les marchés de taux) ou multi-classes d'actifs.

Nous observons depuis quelques années une tendance à la bipolarisation de l’industrie, avec d’un côté la gestion indicielle et les ETF, de l’autre la gestion de conviction. Natixis Asset Management a clairement fait le choix de privilégier la seconde approche. Dans cette optique, notre nouvelle organisation core / thématique / assurantiel vise à décliner notre modèle multiboutique au sein même de la gestion actions. Au sein du pôle thématique, six équipes de gestion dites "satellites" recherchent des surperformances fortes et récurrentes au travers de process de gestion typés (value ou event driven par exemple), sur des univers ciblés (comme les petites et moyennes capitalisations européennes, ou les actions internationales et émergentes), via des approches spécifiques (investissements durables, valeurs aurifères, foncières ou agro-alimentaires par exemple). Les meilleures idées de ces différentes équipes viennent s’ajouter à celles générées par nos gérants / analystes européens, qui alimentent les portefeuilles core de la maison ainsi que la gestion assurantielle.

Pour atteindre ces objectifs stratégiques, la gestion obligataire de Natixis Asset Management a fortement étoffé ses équipes depuis plus d’un an, aussi bien en gestion et en analyse crédit que sur la dette émergente et les devises.

Un point commun entre marchés de taux et marchés actions sur le plan stratégique : la prise en compte d’un marché de plus en plus global et du rôle croissant des pays émergents dans l’économie globale. Dans cette optique, les équipes taux et actions de Natixis Asset Management ont étoffé leurs équipes d’analyse et de gestion sur ces zones désormais stratégiques. Parallèlement à cette démarche, et indépendamment du contexte de marché, nous avons fait de la gestion responsable un axe stratégique de développement. Pionnier en gestion solidaire et ISR depuis plus de 25 ans, Natixis Asset Management est convaincue que les gestions prenant en compte les critères de développement durable répondent aux attentes d’un nombre croissant d’investisseurs, en quête de sens pour leurs placements. Dans ce cadre, la refonte de notre processus de recherche extra-financière et l’élaboration de processus de gestion ISR de conviction participeront à une gestion d’actifs encore plus engagée.

Rédigé le 03/12/2010

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011

Natixis Asset Management


PAGE 13

FOCUS EXPERTISE

Des expertises complémentaires à travers le monde Zoom sur les partenaires affiliés français et américains Le modèle multiboutique de Natixis Global Asset Management offre un accès privilégié aux expertises spécifiques de sociétés de gestion mondialement implantées, notamment aux États-Unis et en Asie. Ces expertises complètent celles de Natixis Asset Management et portent sur des savoir-faire spécifiques par type de gestion ou zone géographique. Aperçu…

 Sélectivité Dans un contexte incertain caractérisé par de fortes dispersions inter/intra-classes d’actifs et inter/intra-zones géographiques, une approche de conviction sélective est particulièrement appropriée pour appréhender les opportunités de chacun des marchés.

Harris Associates propose dans ce cadre une stratégie basée sur une approche fondamentale Value sur un univers actions global. Cette stratégie est accessible via le fonds ouvert Harris Associates Global Value Fund.

En savoir plus : www.harrisassoc.com

 Protection

(1)

GATEWAY

I NVESTMENT A DVISERS, LLC

Dans le cadre d’une approche de type protection contre les incertitudes des marchés, Gateway Investment Advisers propose une stratégie d’exposition aux marchés américains sur le long terme. Celleci est assortie d’une gestion active des dérivés sur indice pour permettre de couvrir partiellement le portefeuille et atténuer ainsi sa volatilité. Cette stratégie est accessible via le fonds ouvert Gateway US Equity Fund. Loomis, Sayles & Company propose par ailleurs une stratégie Absolute return sur l’univers obligataire global, qui a pour objectif de délivrer une performance positive quelles que soient les conditions de marché à travers le fonds Loomis Sayles Absolute Strategies Bond Fund.

En savoir plus : www.loomissayles.com En termes d’offre obligataire, Loomis, Sayles & Company propose une stratégie opportuniste sur les obligations émergentes s’appuyant sur une sélection de titres Bottom up au-delà de la simple prise en compte de facteurs macroéconomiques clés pour la définition de l’allocation du portefeuille. Cette expertise est notamment accessible via le fonds Loomis Sayles Emerging Debt and Currencies Fund.

 Réactivité

Dorval Finance(2), expert de la gestion flexible à vocation patrimoniale, propose une gamme de fonds flexibles mono-classe d’actifs (pilotage de l’exposition actions de 0 à 100 % contre monétaire) destinée à répondre à la volatilité et aux incertitudes du marché actions. Cette gestion active se décline sur les zones géographiques euro, Europe, émergents et monde à travers les fonds Dorval Convictions PEA, Dorval Convictions, Dorval Flexible Emergents et Dorval Flexible Monde.

En savoir plus : www.dorvalfinance.fr

(1) Les fonds cités ne garantissent ni le capital, ni la performance. (2) Dans le cadre d’un partenariat sur le marché des CGPI, Natixis Asset Management a acquis 25 % du capital de Dorval Finance le 12/09/2008.

En savoir plus : www.loomissayles.com

Natixis Asset Management

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011


PAGE 14

ACTUALITÉS ACTU PRODUITS

Anniversaire Le fonds Impact Funds Climate Change lancé par Natixis Asset Management au dernier trimestre 2009, vient de souffler sa première bougie et se voit de nouveau récompensé.

Impact Funds Climate Change : en bref Lancé en octobre 2009 par Natixis AM, pionnier de l’investissement responsable depuis plus de 25 ans, Impact Funds Climate Change a su tirer son épingle du jeu. Sa stratégie d’investissement concentrée sur la thématique du changement climatique et son exposition aux marchés émergents se sont avérées payantes. Compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois Impact Funds, Impact Funds Climate Change vise une croissance du capital à long terme en investissant dans des sociétés dont les activités contribuent à : • atténuer les émissions de gaz à effet de serre, • s'adapter aux conséquences inévitables du changement climatique, • offrir une meilleure gestion des ressources naturelles. L'univers d'investissement du fonds couvre ainsi un très large spectre de secteurs d'activités et, potentiellement, toutes les places boursières mondiales. Entre le 05/10/2009 et le 29/10/2010, la part I/C euro du fonds présente une performance nette annualisée* de 14,30 % et une volatilité de 23,39 %, contre une performance de 19,46 % et une volatilité de 10,42 % pour son indicateur de performance a posteriori : le MSCI World.

Une expertise “ultra-distinguée” En 2010, Impact Funds Climate Change s’est vu décerner deux prix venant récompenser son caractère original et innovant : Prix du Jury catégorie "Innovation" Actifs du Patrimoine 2010 de L’Agefi

Prix de l’Investisseur Responsable 2010 Pour la 3e année consécutive, Natixis AM, pionnier de l’ISR depuis plus de 25 ans et Amadeis(1) se sont associés avec Les Échos pour remettre le Prix de l’Investisseur Responsable. Le Prix 2010 a été décerné au FRR(2) en novembre dernier après délibération du jury composé de personnalités sensibilisées aux problématiques de l’ISR et présidé cette année par Louis Schweitzer, ancien président de la Halde(3). Cette récompense vient souligner les actions remarquables du FRR en matière d’investissement responsable : • promotion de la transparence et de la publication des données ESG ; • investissements dans les crédits euro et US avec obligation pour les gérants de prendre en compte et de décrire la manière dont les enjeux ESG influencent la gestion ; • montée en puissance des actions d’engagement actionnarial vis-à-vis d’entreprises présentant des risques extra-financiers.

www.prixinvestisseurresponsable.com

1er Prix catégorie "Business European Fund Launch of the year" Funds Europe Awards 2010 Pour ces deux prix, la stratégie d’investissement du fonds avec son approche à 360° des enjeux climatiques et les apports du Comité Scientifique Climate Change ont retenu l’attention du jury. *Performance nette de frais de gestion et de fonctionnement. Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ou la référence à un classement ou à un prix ne préjugent pas des performances futures de l’OPCVM ou du gestionnaire. (Source : Natixis Asset Management).

Le lauréat et le jury 2010 (1) Amadeis est un cabinet indépendant de conseil en gestion d’actifs qui accompagne des investisseurs institutionnels dans leur stratégie d’investissement [En savoir plus : http://amadeis.pagesperso-orange.fr/]. (2) Le Fonds de Réserve pour les Retraites Françaises (FRR) est un établissement public au service du système des retraites par répartition [En savoir plus : www.fondsdereserve.fr]. (3) HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité) [En savoir plus : www.halde.fr].

Nouvelles publicités pour Natixis AM Natixis Asset Management a lancé en 2010, un nouveau territoire d’expression décliné autour de 5 mots-clés : EXTRA INVESTI, MULTI EXPERT, ULTRA SELECT, PRO ACTIF, et ULTRA DISTINGUÉ.

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011

Natixis Asset Management


PAGE 15

CONTACTS

Christophe Point Directeur Commercial christophe.point@am.natixis.com 01 78 40 80 70

Pour joindre directement vos interlocuteurs n Par téléphone : composer le 01 78 40 suivi des 4 chiffres entre parenthèses n Par mail : sur le modèle prenom.nom@am.natixis.com

Antoine Tiago

Directeur Commercial Adjoint

(81 68)

Céline Ferrand

Responsable Relations Consultants

(83 40)

Direction Institutionnels Jean-Pierre Snel

Chargés d'affaires

Dominique Bourgeois Anne Breil David Hascal Anne-Laure Lenormand Bertrand Quiminal

(83 36) (83 37) (90 63) (88 41) (80 92)

Assistante

Marie-France Bonnin

(83 35)

Chargés d'affaires

Sylvie Barbier de Chalais Lionel Allouche Julien Scellier

(83 10) (32 84) (83 99)

Assistante

Touria Neau

(83 98)

Chargées d'affaires

Catherine Morvan Angélie Reynier Sophie Torikian

(83 13) (85 05) (38 92)

Assistante

Tounsia Sebaa

(83 15)

Nathalie Corrao Philippe Guéret Hector Henriques Romualda Czapka

(83 58) (37 29) (37 34) (39 38)

Directeur (83 27)

Direction Grands Comptes Roland Monclar

Directeur (83 97)

Direction Banques et Institutions Financières Philippe Le Mée

Directeur (83 12)

Direction Entreprises Chargés d'affaires

Thomas Benoist

Directeur (37 71)

Assistante

Direction Distribution Externe Stefan de Quelen

Directeur (83 30)

CGPI & Compagnies d'assurances-vie Responsable Chargés d'affaires

Cédric Michel Fabien Ize Mehdi Rachedi Geoffrey Repellin

Multigérants et Banques Privées

(85 79) Responsable (86 34) Chargé d'affaires (83 55) Assistante (83 24)

Roxane St-Martin Philippe Secnazi Sandrine Spieler

(39 54) (32 85) (83 28)

Contacts Service Clients Contacts Clientèles directes de Natixis Asset Management Par téléphone : 01 78 40 83 72 - 01 78 40 32 81 - 01 78 40 86 21 Par mail : nam-service-clients@am.natixis.com

Natixis Asset Management

Contacts Clientèles Distribution Externe Par téléphone : 01 78 40 84 00 Par mail : serviceclientsdistribution@am.natixis.com

Perspectives /// décembre 2010 - janvier 2011


A C T I F.

OUVRIR DE NOUVELLES PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT Face aux nouveaux enjeux des marchés financiers, Natixis Asset Management place la recherche et l’innovation au cœur de sa stratégie. Grâce à l’expertise de ses équipes, Natixis Asset Management conçoit des solutions d’investissement optimisées pour ses clients.

Avec 304 milliards d’euros d’actifs sous gestion au 30 septembre 2010, Natixis Asset Management apporte à ses clients de nouvelles solutions de création de valeur. Expert européen de Natixis Global Asset Management

www.am.natixis.com BANQUE DE FINANCEMENT & D'INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Natixis Asset Management - S.A. au capital de 50 434 604,76 euros - RCS Paris 329 450 738 - Agrément AMF n° GP 90-009 - 21, quai d’Austerlitz - 75634 Paris Cedex 13 - Tel : +33 1 78 40 80 00

PRO


Perspectives.12.10-01.11