Page 1

Septembre/Octobre 2010

Perspectives

Analyse Macro //////// Les challenges de la rentrée Analyse Secteur //////// Allocation : de l'attentisme des marchés Focus Expertise //////// Le crédit : une classe d’actifs porteuse

www.am.natixis.com Banque de financement & d'investissement / épargne / Services financiers spécialisés


SOMMAIRE Analyse Macro ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 4 Analyse secteur //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 6 indices internationaux ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 7 focus expertise //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 8 actualités //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 10

Mentions légales Agréments, autorisations de commercialisation et prospectus Les OPCVM cités dans ce document ont reçu l’agrément de l’Autorité des marchés financiers ou sont autorisés à la commercialisation en France. Les prospectus et les documents périodiques sont disponibles sans frais au siège des sociétés de gestion (Natixis Asset Management et Natixis Multimanager) selon les OPCVM et sur les sites Internet : www.am.natixis.com et www.multimanager.natixis.com. Natixis Asset Management invite les personnes intéressées à en prendre connaissance. Par ailleurs, il est rappelé que le prospectus simplifié doit être remis au souscripteur préalablement à la souscription. Performances Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. La valeur d’une action de Sicav ou d’une part de FCP est soumise à l’évolution des marchés financiers et enregistre des fluctuations. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les références à un classement, un prix ou à une notation d’un OPCVM ne préjugent pas des résultats futurs de ce dernier. Informations présentées Les informations qui paraissent dans ce document sont données à titre purement indicatif. Elles constituent une présentation des produits, des études et des analyses conçues et réalisées par les sociétés de gestion Natixis Asset Management et/ou Natixis Multimanager à partir de sources qu’elles estiment fiables. Néanmoins, Natixis Asset Management et Natixis Multimanager déclinent toute responsabilité quant à l'exactitude, l'exclusivité et l'utilisation par toute personne physique ou morale des informations fournies ou en cas d’erreur ou omission. Les deux sociétés de gestion se réservent la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. Il est en effet rappelé que la description des processus de gestion ne constitue en aucun cas un engagement de la part de Natixis Asset Management et/ou Natixis Multimanager, ces dernières se réservant la possibilité de faire évoluer lesdits processus notamment en fonction de l’évolution des marchés et dans le cadre de la réglementation en vigueur. Les informations fournies dans ce document ne constituent, ni ne peuvent être

Natixis Asset Management 21, quai d'Austerlitz - 75634 Paris cedex 13 Tél. +33 1 78 40 80 00 Société anonyme au capital de 50 434 604,76 € Agréée en qualité de Société de Gestion de Portefeuille sous le numéro GP 90-009 en date du 22 mai 1990 Immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 329 450 738 www.am.natixis.com

Responsable de la publication : F. Lenoir /// Comité de rédaction : Th. Benoist, S. de Quelen, Ph. Le Mée, K. Massicot, R. Monclar, F. Nicolas, Ch. Point, Ch. Lacoste, JP. Snel, B. Thiery, Ph. Waechter ///

interprétées comme une offre, un démarchage ou une sollicitation, notamment en vue de l'achat ou la vente de tous instruments financiers ou autres produits d'investissement ni comme un conseil ou une recommandation quelconque de la part de Natixis Asset Management et/ou Natixis Multimanager. Les produits peuvent ne pas être appropriés à tous les investisseurs. En conséquence, vous êtes invités à vous rapprocher d'un intermédiaire financier habilité si vous souhaitez investir dans un instrument financier et obtenir un conseil personnalisé sur la possibilité, les risques et l'opportunité de procéder à un tel investissement ainsi que sur la fiscalité applicable. Risque Les risques liés à l’investissement dans un OPCVM sont décrits dans le prospectus de cet OPCVM. Fiscalité Dans l’hypothèse où un OPCVM fait l’objet d’un traitement fiscal particulier, il est précisé que ce traitement dépend de la situation individuelle de chaque client et qu’il est susceptible d’être modifié ultérieurement. Droits d’auteur Le présent document ne peut faire l'objet de copies qu'à titre d'information, la copie étant réservée au seul usage privé. Il ne peut pas être utilisé, reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans le consentement écrit préalable de Natixis Asset Management. Territorialité Il est conseillé à tout investisseur de s’assurer au préalable qu’il est juridiquement autorisé à souscrire les produits et services présentés dans ce document. Politique d’exclusion en matière de mines anti-personnel et BASM Dans le cadre de sa politique de responsabilité sociétale et conformément aux conventions signées par la France, Natixis Asset Management exclut des fonds qu’elle gère directement toute entreprise impliquée dans la fabrication, le commerce et le stockage de mines anti-personnel et de bombes à sous munitions.

Document exclusivement destiné aux clients professionnels. Vous souhaitez vous abonner au mensuel Perspectives ? Contactez votre chargé d'affaires habituel (Contacts en page 11) ou écrivez-nous à l'adresse suivante : communication@am.natixis.com VL des fonds disponibles sur www.am.natixis.com

Coordination - Rédaction : N. Clémot /// Conception graphique : F. Dupertuys /// Ont aussi contribué à ce numéro : Ph. Berthelot, B. Boulay-Mégard, L. Faure, M. Louvrier-Clerc

Document réalisé par la Direction de la Communication de Natixis Asset Management - Direction du Développement - Photo de couverture : © Chernetskiy / Shutterstock

contacts ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 11


PAGE 3

Editorial

En cette rentrée 2010, les défis sont nombreux. Pour Philippe Waechter, Directeur de la Recherche Économique de Natixis Asset Management, la crise "joue les prolongations". Si la phase de relance coordonnée de fin 2009 avait permis à l'économie globale de sortir d'une récession sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, la reprise n'a pas été suffisante. Le nouveau défi de l’économie mondiale ? Faire que chaque région prenne le relais pour alimenter la croissance puisque ni les États-Unis, ni l'Europe ne peuvent attendre leur salut du seul développement de l'Asie. Franck Nicolas, Directeur Allocation Globale et ALM, confirme que des doutes sur la croissance américaine perdurent même si, à ce stade, rien dans les données ne semble révéler les signes d’une nouvelle récession. Ainsi, seule l’émergence de sources de croissance autonomes permettrait la mise en place d’une dynamique plus équilibrée sur l'activité globale. Selon Franck Nicolas, la configuration actuelle se caractérise par ailleurs par une absence de tendance. Les marchés semblent toujours en attente de réponse. Dans ce contexte, Natixis Asset Management a choisi de consacrer son Focus Expertise au crédit qui semble aujourd’hui « constituer l’une des rares classes d’actifs permettant d’obtenir un rendement substantiel, soutenu à la fois par des éléments macroéconomiques et des facteurs propres à la classe d’actifs », selon Philippe Berthelot, Directeur de la Gestion Crédit - corporate & crédits structurés de Natixis Asset Management. Cette expertise a été développée par Natixis Asset Management sur tous les segments du crédit : des obligations cash & credit default swap au crédit Investment Grade, en passant par le crédit High Yield, Core Plus, Hold-to-Maturity etc. [cf.Focus Expertise en pages 8 et 9]. Bonne lecture,

Philippe zaouati

Palmarès

• 3e Corbeille d’Or • Prix de la meilleure gamme actions sur 1 an A l'occasion de l'édition 2010 des Corbeilles Mieux Vivre Votre Argent, les Banques Populaires ont reçu une Corbeille d'Or ainsi que le Prix de la meilleure gamme actions sur 1 an. Leur gamme se positionne donc comme l’une des gammes les plus performantes de cette catégorie sur 1 an dans la catégorie "Banques grand public". Ces récompenses, décernées en partenariat avec EuroPerformance, viennent souligner la qualité de la gestion de Natixis Asset Management sur les OPCVM notés, commercialisés via le réseau Banque Populaire. Source : Mieux Vivre Votre Argent – 10/2010 Catégorie "Banques grand public".OPCVM gérés par Natixis Asset Management et commercialisés via le réseau Banque Populaire. Fonds enregistrés à la vente en France et notés par EuroPerformance depuis 1 an au 25/06/2010.

www.am.natixis.com [ rubrique Qui sommes-nous > Palmarès ]

Directeur Général délégué Directeur du Développement Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les références à un classement, un prix ou à une notation d’un OPCVM ne préjugent pas des résultats futurs de ce dernier.

Natixis Asset Management

Perspectives /// septembre/octobre 2010


PAGE 4

ANALYSE MACRO

Les challenges de la rentrée La crise n'en finit pas de jouer les prolongations. La phase de relance mise en place de manière concertée au tournant de l'année 2009 avait permis à l'économie globale de sortir d'une récession sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. La dynamique des indicateurs d'activité s'était inversée et améliorée rapidement. Mais cette reprise n'a pas été suffisante : les relais de croissance ont manqué et le cercle vertueux tant attendu tarde à se mettre en place.

Philippe Waechter Directeur de la Recherche économique

Le contexte Il faut que chaque région, chaque zone géographique prenne le relais pour alimenter la croissance. Ni les états-Unis, ni l'Europe ne peuvent attendre leur salut du seul développement de l'Asie.

L’essentiel Après la phase de reprise très nette constatée jusqu'au printemps 2010, l'économie globale évolue désormais sur un rythme moins rapide. L'activité continue de progresser mais ne s'accélère plus.

L’enjeu Des sources de croissance plus autonomes au sein de chaque grande région du monde permettraient l’émergence d’une dynamique plus équilibrée sur l'activité globale.

Perspectives /// septembre/octobre 2010

À l'homogénéité des réponses faites à la récession post-crise de Lehman Brothers s'oppose aujourd'hui une hétérogénéité marquée. Les spécificités locales qui avaient été "gommées" grâce à l’intervention coordonnée des autorités sont à nouveau perceptibles. Si cela peut être positif (comme cela semble être le cas pour l'Allemagne et sa capacité particulière à capter la dynamique des échanges internationaux de biens), cela peut également être pénalisant pour l'activité, comme dans le cas de l'immobilier américain. Une chose est sûre néanmoins au niveau mondial : de nombreux challenges vont devoir être relevés dans les mois à venir…

 La dynamique globale Depuis le printemps 2010, l'activité économique globale continue de progresser mais n'accélère plus. Il est désormais nécessaire de trouver localement des relais à la dynamique globale qui avait été mise en place via l’étroite coordination des politiques économiques. Cette inflexion s'observe sur la production industrielle mondiale qui augmentait au rythme annualisé de 13,4 % au premier trimestre et qui ne progresse plus que de 8,3 % au deuxième. Le profil du commerce mondial est similaire. Le changement de tendance du printemps se reflète dans l'enquête mondiale sur l'activité du secteur manufacturier. Après un rebond spectaculaire jusqu'en avril 2010, l'indice qui synthétise l'ensemble des enquêtes s'est infléchi (les composantes Production industrielle/commerce mondial/enquête PMI sont retracées sur le graphique ci-contre). Le rebond brutal de l'activité suivi d'un ralentissement est habituel. Ce qui est préoccupant ici est que l'inflexion se manifeste d'abord en Asie qui a été la

première région à redémarrer et la seule à avoir aujourd'hui une activité supérieure à celle d'avant la récession. Si ce changement de tendance devait durer, c'est l'ensemble de l'activité mondiale qui serait fragilisé. Cette situation nouvelle doit obliger les autres zones géographiques à prendre le relais. La dynamique va changer et probablement davantage se recentrer sur chaque économie.

 Quelle reprise américaine ? Sous l'effet du plan de soutien à l'activité et de la reprise des échanges internationaux, la croissance américaine était repartie rapidement. La profitabilité des entreprises s'était améliorée et elles avaient recommencé à investir. Ce processus, généralement constaté par le passé lors des phases de reprise, était satisfaisant pour les observateurs qui y voyaient les prémices d'un mouvement plus durable. Cependant, l'emploi est resté le point noir. Son repli durant la récession a été bien supérieur à celui de l'activité et la reprise s'est quasiment opérée sans générer de créations d'emplois. Le mouvement d'amélioration du marché du travail constaté depuis la fin de l'année 2009 n'est pas suffisant pour réduire les contraintes auxquelles les ménages doivent faire face. En effet, ceux-ci restent très endettés (leur endettement représente 125 % de leur revenu au second trimestre 2010) avec, en contrepartie, un actif immobilier pour lequel le marché a perdu toute fluidité et toute liquidité. Cela incite les ménages à épargner. Seule l'amélioration durable du marché du travail permettrait de réduire ces contraintes et faciliterait le retour vers une croissance plus équilibrée.

Natixis Asset Management


PAGE 5

ANALYSE MACRO

Jusqu'à la fin de l'année, deux interrogations vont poindre aux états–Unis : • La première est de savoir si les entreprises peuvent maintenir leur dynamique d'investissement face à une demande moins robuste. Spontanément la réponse est négative et ce sera un des enjeux majeurs de la fin de l'année. Les anticipations d'activité seront donc importantes et les autorités joueront un rôle clé. • La seconde interrogation porte sur le comportement des autorités américaines. Un plan de soutien supplémentaire de l'administration permettrait de modifier les anticipations des acteurs économiques (prolongation des baisses d'impôts décidées par Bush en 2001 et qui arrivaient à échéance en 2011). Si ces mesures mettent l’accent sur les PME, cela devrait permettre de redonner de la vigueur au tissu économique local qui a beaucoup souffert pendant cette crise. La Federal Reserve doit aussi modifier les anticipations des acteurs économiques en favorisant la mise en place d'anticipations d'inflation afin de réduire le coût du capital. L'enjeu de ces discussions sera perceptible au cours des prochains mois. Il portera sur la capacité de l'économie à échapper au scénario de croissance lente et peu créatrice d'emplois. Les décisions de politique économique et l'impact qu'elles auront sur les anticipations de l'ensemble des acteurs économiques seront au cœur des analyses des prochains mois.

 L’hétérogénéité en Europe La situation européenne est contrastée. Le rebond singulier de l'activité en Allemagne au deuxième trimestre cohabite avec une contraction vive de l'activité en Grèce, un taux de chômage à 20 % en Espagne et une activité qui progresse à un rythme modéré en Italie comme en France. Cette dynamique disparate a pris forme et s'est renforcée alors que les marchés financiers rencontraient des tensions importantes et que les gouvernements mettaient progressivement en place des politiques de consolidation budgétaire.

Les modèles ne sont donc pas unifiés. • L'Espagne et l'Irlande cherchent encore le modèle qui leur permettra de retrouver une croissance plus durable et robuste après "l’implosion" de leur marché immobilier ; • La Grèce et le Portugal sont attentifs à la réduction de leur déficit public qui jouait pourtant un rôle clé dans la dynamique de l'économie locale ; • La France et l'Italie retrouvent le chemin d'une expansion modérée (mais sans accélération remarquable qui replacerait spontanément ces pays sur une dynamique cyclique plus favorable) ; • L'Allemagne a quant à elle bénéficié de la reprise rapide et forte du commerce mondial. Cet ensemble plutôt hétérogène a pu retrouver progressivement une orientation plus positive en raison d'un environnement global favorable et s’appuie sur la capacité de l'Allemagne à le capter. La question qui se pose est donc double : • Les relais européens pour prolonger cette phase sont-ils bien en place, notamment sur le marché du travail ? Ceci n'est pas encore certain, mais on constate une amélioration des perspectives d'emploi dans les enquêtes auprès des chefs d'entreprise. L'enjeu des prochains mois est d'observer la robustesse de la dynamique interne si l'environnement global est moins porteur. Cet enjeu est

important surtout si la progression de l'activité est moins vive en Asie. • Quel impact aura la consolidation budgétaire ? Ces mesures restrictives qui viendront s'appliquer à de nombreux pays et que l'on constate déjà en Espagne, en Grèce ou en Irlande, risquent d'affaiblir la demande interne et, de fait, limiter la croissance. Les incertitudes sont encore fortes en Europe avec, pour conséquence immédiate, le maintien de taux d'intérêt très bas du côté de la Banque Centrale Européenne. L'incertitude globale toujours significative et la consolidation budgétaire ne feraient pas bon ménage avec une politique monétaire moins accommodante.

 Conclusion Les incertitudes sur le profil de l'économie globale ne sont pas encore totalement levées. La dynamique des pays émergents apparaît moins robuste depuis la fin du printemps alors que les pays industrialisés peinent à trouver des relais internes pour alimenter leur expansion. Ceci a deux conséquences liées : les risques sur l'inflation sont toujours très réduits en l’absence de tension sur l'appareil productif et les taux d'intérêt resteront bas encore un long moment. Rédigé le 26/08/2010

Monde - évolution trimestrielle de la production industrielle, des échanges et enquête mensuelle sur l'activité manufacturière 65,00

30,00

Variation par trimestre / taux annualisé 20,00

60,00

10,00

55,00

0,00

50,00

-10,00

45,00 40,00

-20,00 Production industrielle Commerce mondial Enquête PMI/Markit-ISM

-30,00 -40,00

35,00 Enquête mensuelle

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

30,00

Source : CPB, Markit, Natixis Asset Management

www.webtv.am.natixis.com Natixis Asset Management

Perspectives /// septembre/octobre 2010


PAGE 6

ANALYSE SECTEUR

Allocation : de l'attentisme des marchés L'attentisme sur les marchés paraît plus que jamais de rigueur dans le contexte actuel. Des doutes sur la croissance américaine perdurent. Et si rien dans les données ne semble révéler les signes d’une nouvelle récession, une croissance du PIB inférieure à 2 % sur deux trimestres consécutifs serait loin d’être une bonne nouvelle. La pression fiscale pour rembourser la dette des États semble inévitable et engendre de nombreux doutes sur la pérennité de la croissance. Les marchés semblent toujours en attente de réponse. La configuration actuelle se caractérise donc toujours par une absence de tendance.

Franck nicolas

Directeur Allocation Globale et ALM Classes de risques

Sous-classes de risques

Allocation tactique* 08/10

09/10

TAUX

=

=

actions

=

+

TAUX

états-Unis

-

-

Euro Grande-Bretagne Pays émergents Japon

+ = =

= = =

+

+

états-Unis Euro

= +

= +

Grande-Bretagne

-

-

Japon

=

=

devises

Dollar

-

=

(face à l’euro)

Yen

-

=

Livre Sterling

+

+

-

=

=

=

emetteurs Corporate euro actions

matiÈres Pétrole premiÈres Or

Echelle allant de - - à ++ * Ecart de pondération par rapport à une allocation stratégique de référence d’un investisseur.

Perspectives /// septembre/octobre 2010

 Taux

 Devises

La Fed a les outils nécessaires pour venir en aide à l’économie mais hésite à les mettre en œuvre à l’approche des élections, par crainte de soupçons partisans. Un assouplissement quantitatif serait plus probable début 2011, mais il pourrait être lancé dès cet automne si les choses empirent. Les taux devraient donc rester bas de part et d'autre de l'Atlantique encore un certain temps. Du reste, des inquiétudes déflationnistes continuent de se développer. Cela est largement perceptible dans les taux 2 ans aux ÉtatsUnis (inférieurs à 50 bps) tandis que le taux 1 an a évolué en-dessous de 2,6 %.

Le dollar semble se stabiliser même s'il est régulièrement sous pression. Le niveau du chômage reste élevé et les inquiétudes sur la vigueur de la reprise économique américaine sont loin d'être dissipées dans une configuration où les indicateurs décevants se sont multipliés aux États-Unis. L'euro en revanche a trouvé du soutien dans l'émission d'obligations réussie de l'Irlande, malgré l'abaissement de sa note par l'agence Standard and Poor's.

 Actions Les inventaires en Asie progressent. Si un retournement du cycle des stocks (ratio livraison / stocks) est observable dans les marchés développés à un rythme modéré, le retournement se fait de manière accélérée en Asie, tout particulièrement en Corée et à Taiwan. En effet, lorsque la demande finale ralentit de manière généralisée, le fléchissement des commandes implique de facto une pression sur la chaîne logistique asiatique. Ce sont très souvent les sociétés chinoises, coréennes ou taïwanaises qui supportent le poids final de ce ralentissement. Cela constitue un signe de perte de vigueur de la croissance économique. Pour prendre en compte celle nouvelle configuration, les portefeuilles modèles de Natixis Asset Management ont continué de sous-pondérer les zones émergentes et la zone Asie. Ils ont en revanche augmenté leur exposition sur l'Europe. Celle-ci a comblé un peu de son écart annuel mais ses fondamentaux restent poussifs, sauf dans le cas de l'Allemagne.

 Matières premières Le gouvernement chinois a effectué des projections sur la quantité de terre cultivable nécessaire pour assurer l’autosuffisance sur les graines de maïs et de soja. Il est ressorti de cette étude que des importations massives s’avèreront nécessaires si l'urbanisation se poursuit. Nous n'en sommes pas encore là mais, en ces temps d'incertitude sur le cycle mondial, les matières premières agricoles semblent constituer un "investissement d'attente" sur les matières premières. Le prix du pétrole fait en effet du sur-place et on voit mal ce qui pourrait le pousser en avant à ce stade.

Rédigé le 30/08/2010

www.am.natixis.com

Natixis Asset Management


PAGE 7

INDICES INTERNATIONAUX

Chiffres au 31/08/2010 France

Valeur

1 an

2010

CAC 40 CAC Mid 100 IT CAC 20 SBF 120 SBF 250

3 490,79 6 166,70 3 260,62 2 595,42 2 538,24

-4,45 % 10,48 % 2,07 % -2,35 % -2,64 %

-11,32 % 1,19 % -3,24 % -9,23 % -9,00 %

Europe

Valeur

MSCI Europe Euro Stoxx 50 DAX Footsie

87,19 2 622,95 3 473,90 5 225,22

Etats-Unis

Valeur

Dow Jones S&P 500 Nasdaq Brent Crude Future

10 014,72 1 049,33 2 114,03 74,64

Asie

Valeur

Nikkeï HongKong Singapour Shanghaï

8 824,06 20 536,49 2 950,33 256,93

Monde

Valeur

MSCI Monde

1 080,70

1 an

2010

6,19 % -5,49 % 5,08 % 6,44 %

-1,23 % -11,54 % -3,61 % -3,47 %

1 an

2010

5,46 % 2,81 % 5,22 % 7,16 %

-3,96 % -5,90 % -6,84 % -4,22 %

OAT 5 ans USTN 5 ans OAT 10 ans USTN 10 ans OAT 30 ans USTN 30 ans

2010 -16,33 % -6,11 % 1,82 % 1,79 %

2010 -7,51 %

0,392 % 0,886 % 1,137 % 1,414 % 0,210 %

1 an 0,053 0,065 0,055 0,11 0,060

2010 0,018 0,186 0,143 0,166 0,160

Obligataire

1 an

1 an

Eonia Euribor 3 mois Euribor 6 mois Euribor 1 an Fed Funds

Taux

-15,90 % 4,12 % 13,78 % 37,78 %

-0,45 %

Monétaire Taux

1,544 % 1,342 % 2,467 % 2,478 % 3,025 % 3,534 %

1 an -1,049 -1,053 -1,07 -0,924 -1,075 -0,646

2010 -0,935 -1,344 -1,126

-1,355 -1,235 -1,096

Devises Euro/Dollar Euro/Yen (100) Euro/Sterling Dollar/Yen

Valeur

1 an

2010

1,2710 106,72 0,8270 83,970

-11,44 % -19,83 % -6,08 % -9,48 %

-11,42 % -20,10 % -6,92 % -9,80 %

Indice du mois Le repli des taux d'intérêt de long terme depuis le début de l'année a été spectaculaire, tant aux États-Unis qu'en zone euro. On observe un net changement à partir du mois d'avril. Les interrogations sur la croissance (son taux réel a baissé) se sont accentuées et il n'y a pas eu de formation d'anticipations excessives d'inflation. Ceci se reflète dans l’abaissement des points morts d'inflation sur les obligations indexées.

Taux d'intérêt à 10 ans 4 3,8

États-Unis

3,6 3,4 3,2 3 2,8 2,6 2,4

Zone euro

2,2 2 1er janv

1er fév

1er mars

1er avr

1er mai

1er juin

1er juil

1er août

1er sept

Source : Datastream

Ce phénomène s'est intensifié en zone euro au printemps, lorsque les obligations allemandes (qui servent de support aux taux de la zone euro) ont été très demandées. Elles ont servi de valeur refuge dans un environnement très volatil et incertain. Après le remboursement, par les banques, de l'opération à un an d'apport de liquidités par la BCE le 1er juillet 2010, des interrogations sur la politique monétaire de la zone euro ont engendré une remontée de la courbe des taux d'intérêt. Le retour à une situation dans laquelle la BCE ne chercherait pas à sortir "à marche forcée" de sa politique accommodante a provoqué une baisse des taux depuis le milieu de l'été. La Fed n'a pas suscité ce type d'incertitude dans l'orientation de sa politique monétaire.

Une question se pose dès lors : les taux sont-ils trop bas ? Cela dépend de l'anticipation faite sur la politique monétaire. Si les politiques monétaires restent durablement accommodantes pour faire face aux difficultés à retrouver une dynamique durable de la croissance, alors les taux bas sont justifiés.

Natixis Asset Management

Perspectives /// septembre/octobre 2010


PAGE 8

FOCUS EXPERTISE

Interview de... Philippe Berthelot Directeur de la Gestion Crédit, Chartered Financial Analyst

Pourquoi s’intéresser aujourd’hui au marché du crédit ? Dans le contexte actuel de taux très bas, le crédit semble constituer l’un des rares moyens d’obtenir un rendement substantiel. À titre d’exemple, le taux sans risque avoisine 0,45 %, les obligations d’État allemandes à 5 ans 1,37  %, alors que le crédit Investment Grade(1) offre 3,22 % et le High Yield(2) 8,22 %(3).

Pourquoi cette situation avantageuse ? Cette situation favorable est soutenue à la fois par des éléments macroéconomiques et des facteurs propres à la classe d’actifs. •L  a "japonisation" actuelle des économies européenne et américaine (croissance anémique combinée à des taux directeurs minimes) constitue un environnement favorable pour la dette obligataire privée, tant qu’il n’y a pas de déflation. Par ailleurs, la politique de rachats d’obligations souveraines menée par la BCE et la Fed réduit le risque d’éviction induit par les récentes émissions massives de dettes d’État. • En outre, les agences de notation rehaussant régulièrement les ratings, nous observons une rémunération anormalement élevée combinée à une amélioration continue de la qualité de crédit. Les résultats et les chiffres d’affaires des sociétés surprennent à la hausse, de part et d’autre de l’Atlantique. Combinés à une valorisation attractive de la classe d’actifs, ces éléments permettent de bénéficier, sur un horizon de 2 ans, d’un rendement sur le crédit quatre fois plus important que celui d’un emprunt d’État allemand (2,63 % vs 0,65 %) et ce, sans aucun effet de levier.

Quel arbitrage entre High Yield et Investment Grade ? Les deux classes d’actifs étant actuellement sous-valorisées, le choix de l’une ou de l’autre dépendra de la courbe d’utilité de l’investisseur. Investment Grade et High Yield présentent des caractéristiques connexes (notamment des spreads négativement corrélés avec les taux d’intérêt) mais se différencient en termes de couple rendement / risque : le High Yield est deux, voire trois fois plus volatil en moyenne que son équivalent Investment Grade. Cela dit, plusieurs éléments jouent actuellement en faveur du High Yield : • La baisse continuelle du risque de défaut constatée depuis 2 ans devrait perdurer et bénéficier plus encore au marché du High Yield. Nous sommes en ligne avec Moody’s qui attend 2,4 % de taux de défaut à 12 mois pour l’Europe et 2,7 % pour les états-Unis, contre une moyenne historique proche de 5 %* ; • Les sociétés High Yield continuent de se désendetter avec des ratios cash / dette à des niveaux records ; • Les extensions de dette obtenues par les émetteurs High Yield au-delà de 2014 ont permis de solutionner le "mur" de refinancement de 2011- 2013. Enfin, sur le plan européen, le marché primaire redevient très actif après avoir été totalement déserté en 2008, ce qui devrait amener le High Yield européen à rattraper son équivalent américain dans les trois Spreads de crédit au 12/08/2010 prochaines années en termes de taille. Dans (en % de taux de rendement) ce contexte, nous préparons le lancement 2,63 % 3,66 % 4,12 % 100 d'un nouveau fonds sur 90 les obligations haut ren80 36 % dement européennes, 43 % 50 % 70 qui viendra enrichir 6% 60 et compléter notre 50 16 % gamme d'OPCVM sur 40 24 % le crédit. 30 20 10 0

41 %

56 %

* Source : Moody's - 08.2010

26 % 2 ans €

Oblig. d’État allemande

5 ans €

10 ans €

Swap Spread

Spread de crédit

Source : Natixis Asset Management - Données : Bloomberg

Spreads de crédit 2, 5 et 10 ans (en % du taux de rendement)

Malgré la bonne performance du crédit depuis le début de l’année, nous sommes encore loin de niveaux normalisés [cf. graphe ci-contre : historique du crédit spread sur

10 ans]. Nous demeurons positifs sur le crédit en anticipant un rétrécissement sur l’Investment Grade de l’ordre de 20 pb dans les 3 mois et de 40 pb pour le High Yield. (1) Indice MLER00 / Investment Grade : obligations d’émetteurs recevant une note minimum de BBB- ou équivalent par les agences de notation. (2) Indice MLHE00 / High Yield : obligations à haut rendement. (3) Données au 12/08/2010. Sources : Bloomberg - Natixis Asset Management.

Perspectives /// septembre/octobre 2010

Source : Natixis Asset Management - Données : Bloomberg

Natixis Asset Management


PAGE 9

FOCUS EXPERTISE

Le crédit : une classe d’actifs porteuse  Le crédit, une expertise core de Natixis Asset Management

 Une offre large pour répondre aux besoins des institutionnels

Natixis Asset Management gère plus de 160,7 milliards d’euros en gestion obligataire au 30 juin 2010. Au sein du département obligataire, les équipes crédit sont composées de :

Au sein du modèle multiboutique de Natixis Global Asset Management*, Natixis Asset Management décline son offre sur des produits dont les titres sont libellés en euro avec une gamme organisée par niveau de rating. Loomis, Sayles & Company L.P.** décline quant à elle cette expertise sur des titres libellés en dollar ou en devises locales. Via ce modèle multiboutique original, les clients institutionnels ont accès à une large gamme d’expertise sur le crédit.

n    8 gérants de portefeuilles dont l’expérience moyenne sur  les marchés est de plus de 16 ans, n    13 analystes crédit, spécialisés par secteur, n    et 2 ingénieurs financiers dédiés. Ces professionnels ont développé un savoir-faire sur tous les segments du crédit : obligations cash & credit default swap, crédit Investment Grade, crédit High Yield, core Plus (Investment Grade et High Yield), Hold-to-Maturity, rendement absolu, convertibles et crédit avec garantie de capital (CPPI)... Le processus d’investissement développé par Natixis Asset Management réconcilie les visions top-down et bottom-up. Les fondamentaux macroéconomiques, la valorisation, le sentiment et les facteurs de flux "offre-demande" sur les marchés déterminent le directionnel crédit et l’allocation sectorielle. Cette vision top-down est complétée par une approche bottom-up basée sur la recherche crédit fondamentale et la valeur relative visant à sélectionner des émetteurs et des titres.

* Au sein du métier Gestion d’actifs de Natixis, Natixis Global Asset Management, entité autonome et filiale de Natixis à 100 %, bénéficie d’une implantation internationale. Elle offre ainsi un accès privilégié aux expertises de ses partenaires et affiliés à travers le monde dans le cadre d’un modèle multiboutique original à l’architecture ouverte. Elle regroupe une vingtaine de sociétés de gestion spécialisées, installées en France, aux états-Unis et en Asie, ainsi qu'une plateforme de distribution mondiale : Natixis Global Associates. ** Loomis, Sayles & Company L.P. est l’une des sociétés de gestion affiliées de Natixis Global Asset Management. Fondée en 1926, la société a plus de 80 ans d’expérience en gestion d’actifs pour le compte de clients privés, institutionnels et fonds d’investissement [en savoir plus : www.loomissayles.com].

La gamme crédit Nom du fonds Indice de référence / Indice de comparaison

Univers Type de titres d’investissement

Natixis Crédit Euro Barclays Capital Euro Aggregate Corporate Index

Corporate Euro

Titres de créances principalement notés Investment grade, libellés en euro, émis par des émetteurs privés.

Natixis Impact Euro Corporate Bond Fund Barclays Capital Euro Aggregate Corporate Index

Corporate Euro

Titres de créances majoritairement notés Investment grade, libellés en euro, émis par des émetteurs privés et respectant des critères ISR.

Natixis Convertibles Euro Exane Convertible Index Euro DNR

Convertibles Euro

Obligations convertibles de pays de l’OCDE, libellées en euros.

Natixis Convertibles Europe Exane Convertible Index Europe

Convertibles Europe

Obligations convertibles de pays de l’OCDE, libellées en euros + possibilité d’investir 35 % max de l’actif du portefeuille en titres libellés en devises autres que l’euro (principalement le dollar et la livre sterling). Le risque de change n’est pas systématiquement couvert.

Loomis Sayles Global Opportunistic Bond Fund Barclays Capital Global Aggregate Bond Index

Global Aggregate

Titres ayant une notation inférieure à Investment Grade : 20 % maximum de l'actif. Rating moyen : Aa.

Loomis Sayles Global Credit Fund Barclays Capital Global Aggregate Credit Bond Index

Global Corporate

Le portefeuille maintient un rating moyen Investment Grade. Rating moyen : A.

Loomis Sayles High Income Fund Multisector Barclays Capital U.S. Coporate High Yield Bond Index

Titres ayant une notation inférieure à Investment Grade : pas de limite (jusqu’à 100 %). Rating moyen : Ba. Source : Natixis Global Asset Management

Natixis Asset Management

Perspectives /// septembre/octobre 2010


PAGE 10

ACTUALITÉS

Gamme "Performance absolue" : changement de nom n La gamme "Absolute" devient la gamme "Performance" Suite à l’élargissement de la gamme à des FCP disposant de moteurs directionnels, la gamme Performance Absolue* de Natixis Asset Management devient la gamme Performance. Les 5 OPCVM qui la composent sont également renommés : le préfixe "Absolute" de leur dénomination étant remplacé par "Performance". Ancien nom

Nouveau nom

Natixis Absolute Strategic Bond

Natixis Performance Strategic Bond

Natixis Absolute Quant Bond 12 M

Natixis Performance Quant Bond 12 M

Natixis Absolute Quant Bond 18 M

Natixis Performance Quant Bond 18 M

Natixis Absolute Swap Arbitrage

Natixis Performance Swap Arbitrage

Natixis Absolute Multistratégies**

Natixis Performance Active Allocation**

n L’objectif de la gamme Performance ? Mettre en œuvre une gestion opportuniste visant des performances positives et aussi indépendantes que possible de l’évolution des marchés, tout en s’efforçant de préserver les actifs. Afin de dégager des rendements positifs même en cas de baisse des marchés, l’équipe de gestion met en place des stratégies vendeuses ou d’arbitrages. Les 5 FCP de la gamme Performance se différencient cependant par leurs stratégies et leurs univers d’investissement. Fonds

Stratégie d’investissement

Natixis Performance Strategic Bond

Des stratégies d’arbitrages et directionnelles sur l’ensemble des marchés de taux d’intérêt (horizon 12 mois).

Natixis Performance Quant Bond 12 M Natixis Performance Quant Bond 18 M Natixis Performance Swap Arbitrage

Des stratégies d'arbitrage et directionnelles sur les variations de la courbe des taux de la zone euro (horizon 12 et 18 mois respectivement). Des stratégies d’arbitrages sur des courbes de swaps de taux OCDE (horizon 24 mois).

Des stratégies d'arbitrages et directionnelles Natixis Performance Active Allocation sur l’ensemble des classes d’actifs (horizon (ex-Natixis Absolute Multistratégies)** 24 mois).

* Notion réservée par l’AMF aux OPCVM s’appuyant sur un biais non-directionnel permanent et significatif. ** Natixis Absolute Multistratégies est renommé Natixis Performance Active Allocation pour mieux refléter l’objectif du fonds : une allocation opportuniste sur l’ensemble des classes d’actifs, un processus combinant approches fondamentale et systématique.

www.am.natixis.com [ rubrique Nos produits ]

Perspectives /// septembre/octobre 2010

Partenariat : Natixis Asset Management et H2O Asset Management H2O Asset Management, une nouvelle structure de gestion qui sera prochainement créée à Londres par Bruno Crastes (CEO) et Vincent Chailley (CIO), a choisi de nouer un partenariat stratégique avec Natixis Asset Management. H2O Asset Management développera une gestion à forte valeur ajoutée de type alternative "global macro". Avec une prise de participation au capital lui permettant d’être majoritaire d’ici la fin de l’année, Natixis Asset Management poursuit sa stratégie de développement dans le cadre du modèle multiboutique de Natixis Global Asset Management, le pôle mondial de gestion d’actifs de Natixis. Bruno Crastes, CEO de H2O Asset Management, déclare : "Nous nous réjouissons de la création de H2O Asset Management et nous sommes convaincus d'intégrer un modèle multiboutique efficient qui nous permettra de servir au mieux les intérêts de nos futurs clients à travers le monde." Pour Pascal Voisin, Directeur Général de Natixis Asset Management : "Cette prise de participation permet à Natixis Asset Management d'élargir son offre avec des expertises complémentaires, de s'associer à une équipe expérimentée disposant d'un track record reconnu sur le marché et d'appuyer sa stratégie de développement international."

Natixis Asset Management


PAGE 11

CONTACTS Christophe Point Directeur Commercial christophe.point@am.natixis.com 01 78 40 80 70

Pour joindre directement vos interlocuteurs n Par téléphone : composer le 01 78 40 suivi des 4 chiffres entre parenthèses n Par mail : sur le modèle prenom.nom@am.natixis.com

Antoine Tiago

Directeur Commercial Adjoint

(81 68)

Céline Ferrand

Responsable Relations Consultants

(83 40)

Direction Institutionnels Jean-Pierre Snel

Chargés d'affaires

Dominique Bourgeois Anne Breil David Hascal Anne-Laure Lenormand Bertrand Quiminal

(83 36) (83 37) (90 63) (88 41) (80 92)

Assistantes

Josiane Bizien Marie-France Bonnin

(80 93) (83 35)

Chargés d'affaires

Sylvie Barbier de Chalais Lionel Allouche Julien Scellier

(83 10) (32 84) (83 99)

Assistante

Touria Neau

(83 98)

Directeur (83 27)

Direction Grands Comptes Roland Monclar

Directeur (83 97)

Direction Banques et Institutions Financières Chargées d'affaires

Catherine Morvan Angélie Reynier Sophie Torikian

(83 13) (85 05) (38 92)

Assistante

Tounsia Sebaa

(83 15)

Thomas Benoist

Chargés d'affaires

(37 71)

Assistante

Nathalie Corrao Philippe Guéret Hector Henriques Romualda Czapka

(83 58) (37 29) (37 34) (39 38)

Philippe Le Mée

Directeur (83 12)

Direction Entreprises Directeur

Direction Distribution Externe Stefan de Quelen

Directeur

(83 30)

CGPI & Compagnies d'assurances-vie

Multigérants et Banques Privées

Roxane St-Martin (85 79) Responsable Cédric Michel (85 79) Responsable Chargés d'affaires Fabien Ize (86 34) Chargés d'affaires Philippe Secnazi (32 85) Fabienne Vallet (83 51) Mehdi Rachedi (83 55) Geoffrey Repellin (83 24) Assistante

Sandrine Spieler

(83 28)

Contacts Service Clients Contacts Clientèles directes de Natixis Asset Management Par téléphone : 01 78 40 83 72 - 01 78 40 32 81 - 01 78 40 86 21 Par mail : nam-service-clients@am.natixis.com

Natixis Asset Management

Contacts Clientèles Distribution Externe Par téléphone : 01 78 40 84 00 Par mail : serviceclientsdistribution@am.natixis.com

Perspectives /// septembre/octobre 2010


distingué. Régularité et performance sur la durée • 1ère société de gestion française (1) Grands Prix Le Monde Eurofonds/Fundclass 2010

• 2e prix - Gamme spécialisée obligations (2) • 3e prix - Gamme large obligations Victoires des SICAV - La Tribune/Morningstar 2010 (3)

• Trophée d’Or - Meilleure gamme obligations internationales (4) • Trophée d’Argent - Meilleure gamme obligations en euros (2)(5) • Trophée d’Argent - Meilleure gamme fonds sectoriels (5)(6) Trophées du Revenu - SICAV et fonds 2010 (7)

• Prix du jury “Innovation” - Impact Funds Climate Change (8) Les Actifs du Patrimoine - L’Agefi Actifs 2010

• 3e corbeille d'or (6)(9) • prix de la meilleure gamme actions (6)(9) Corbeilles Mieux Vivre Votre Argent 2010

Avec près de 302 milliards d’euros d’actifs sous gestion au 30 juin 2010, Natixis Asset Management apporte à ses clients de nouvelles solutions de création de valeur. Expert européen de Natixis Global Asset Management

Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les références à un classement, un prix ou à une notation d’un OPCVM ne préjugent pas des résultats futurs de ce dernier. (1) Catégorie “Sociétés de gestion de plus de 101 fonds notés”. Fonds enregistrés à la vente en Europe et notés par Fundclass depuis au moins 4 ans au 31/12/2009 (Source : Le Monde Argent du 13/03/2010).(2) OPCVM gérés par Natixis Asset Management et commercialisés via le réseau Caisse d’Épargne. (3) Catégorie “Etablissements”. Fonds enregistrés à la vente en France et notés par Morningstar depuis au moins 5 ans au 31/12/2009 (Source : Supplément La Tribune - Les Victoires des Sicav du 26/03/2010). (4) Catégorie “Etablissements spécialisés” sur 3 ans. (5) Catégorie “Banques à réseau” sur 3 ans. (6) OPCVM gérés par Natixis Asset Management et commercialisés via le réseau Banque Populaire. (7) SICAV et FCP européens autorisés par l’AMF et commercialisés en France, notés par EuroPerformance sur 3 ans au 31/03/2010 (Source : n° spécial - Le Revenu Placements - juin 2010). (8) Catégorie “OPCVM”. Prix du Jury des Actifs de l’Innovation (Source : L’Agefi Actifs du 11/06/2010). Période de référence : produits lancés ou enrichis entre le 01/04/2009 et le 31/03/2010. Impact Funds Climate Change est un compartiment de la SICAV luxembourgeoise Impact Funds autorisé à la commercialisation en France par l’AMF. Il ne garantit ni le capital, ni la performance. (9) Catégorie "Banques grand public". Fonds enregistrés à la vente en France et notés par EuroPerformance depuis 1 an au 25/06/2010 (Source : Mieux Vivre Votre Argent du 10/2010).

www.am.natixis.com BANQUE DE FINANCEMENT & D'INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Natixis Asset Management - S.A. au capital de 50 434 604,76 euros - RCS Paris 329 450 738 - Agrément AMF n° GP 90-009 - 21, quai d’Austerlitz - 75634 Paris Cedex 13 - Tel : +33 1 78 40 80 00

u lt r a

perspectives.09-10.2010  

perspectives.09-10.2010

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you