Issuu on Google+

Mai 2010

Evolution des marchés – 10/05/2010

/// Le point de vue de la Direction des Gestions

Scénario de référence ● ● ● ●

Croissance globale forte. Evolution robuste dans les pays émergents. Amélioration des perspectives de croissance aux Etats-Unis. Perspectives de progression de l'activité limitée dans la zone euro : - Amélioration probable en Allemagne en liaison avec le commerce mondial. La France en profitera également. - La Grèce, le Portugal, L'Irlande et l'Espagne sont affectés par une dynamique de demande interne qui restera réduite. > L’activité espagnole et irlandaise était conditionnée par la construction. Il leur faut trouver un nouveau modèle de référence. > La Grèce a été très dépendante de son déficit public. Le Portugal aussi, mais dans une moindre mesure. Les ajustements qui s'opèrent vont peser sur l'activité de ces deux pays. La Grèce est néanmoins plus sensible au commerce mondial. - Ces pays connaissent également un ajustement fort de leur compétitivité qui pèsera sur leur rythme de croissance.

La question des finances publiques et de l'ajustement ● L'économie de la zone euro est contrainte. Elle dispose de finances publiques dégradées et d'une dynamique de croissance limitée en raison d'une demande interne peu expansionniste. ● Les finances publiques en zone euro souffrent d'un manque de croissance qui réduit leur vitesse d'ajustement. ● L'ajustement doit s'opérer par une baisse de la monnaie (qui a déjà commencé) et, à court terme, par des interventions de la BCE sur des opérations d'apport de liquidité (cf. paragraphe « Le plan européen du 9 mai 2010 »). ● Le changement de perspectives de croissance qui en résultera devrait permettre une meilleure orientation des anticipations. ● Selon Natixis Asset Management, la probabilité d'un scénario de restructuration des dettes publiques semble limitée compte tenu de la croissance qui va s'améliorer avec la baisse de la monnaie.

www.am.natixis.com


FLASH MARCHÉS / 10 mai 2010

Le plan européen du 9 mai 2010 • Plan de l'Union Européenne et du FMI d'un montant total de 750 milliards d'euros :

60 milliards d’euros d'un fonds d'urgence, 440 milliards d’euros pour des prêts à 3 ans et 250 milliards d’euros du FMI. • La BCE réactive les opérations à taux fixe à 3 et 6 mois afin d'apporter la liquidité nécessaire au système bancaire. Les opérations de swaps avec les autres grandes banques centrales sont aussi réactivées. • La BCE achètera des titres de dette publique et de dette privée. Ces opérations, dont le détail sera rapidement connu, seront stérilisées pour que les liquidités injectées ne viennent pas dérégler la politique monétaire. • Ce plan vient en complément du plan de 110 milliards d’euros adopté sur la Grèce, le 2 mai dernier.

Liquidité versus solvabilité • Le plan apporte d'importantes liquidités aux marchés financiers. Cela devrait ainsi • • • •

permettre de réduire les tensions et de limiter l'aversion au risque. Cependant, ce plan ne règle pas la question à l'origine de ces tensions et relative aux déséquilibres des finances publiques. La solvabilité des économies dépend de la dynamique de croissance de la zone euro et des plans de consolidation budgétaire mis en place au sein de chaque économie. Les questions sur le modèle de croissance de chacun des pays de la zone euro restent entières. Celles portant sur les nécessaires ajustements à opérer au sein de la zone et entre pays membres, en termes de compétitivité, subsistent également. La consolidation budgétaire doit se faire avec un euro plus faible pour donner une impulsion positive à la croissance. Si l'euro remontait de façon durable, au-delà de la réaction de marché, après l'annonce des mesures, ce ne serait pas une bonne nouvelle pour l'activité et l'ajustement budgétaire.

Mesures attendues qui amélioreraient l'orientation des marchés À court terme Parité euro contre dollar

• Interventions politiques qui

réaffirmeraient les objectifs de la zone euro. Cette dimension qui a été clairement affirmée lors de la mise en place du plan doit l'être encore davantage.

• Repli marqué de l'euro pour

1.6 1.5

Source : Datastream

1.4 1.3 1.2 1.1 1

0.9 faciliter la reprise de l'activité. L'économie de la zone euro 0.8 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 est contrainte, la baisse de sa monnaie lui donnerait des degrés de liberté. Par le passé, les ajustements budgétaires réussis se sont accompagnés d'une baisse profonde de la valeur de la monnaie afin de redonner un souffle à la croissance.

www.am.natixis.com


FLASH MARCHÉS / 10 mai 2010

À moyen terme

• Mise en place d'une gouvernance économique plus forte afin de mieux coordonner les actions et de limiter les risques de déséquilibre durable au sein de la zone et entre pays membres. • Vers davantage d’homogénéité de la dette européenne afin que celle-ci reste liquide.

Rédigé le 10/05/2010 à 18h, par la Direction des Gestions de Natixis Asset Management

www.am.natixis.com


Mise à jour Flash Marchés - Quel scénario de référence.10.05.2010 - 18h00