Page 1

septembre 2009

anticipations Mensuel Rédigé par Philippe Waechter, Directeur de la Recherche économique de Natixis Asset Management

Notre analyse macroéconomique L’économie globale s’est stabilisée durant l’été et les signes de reprise se sont multipliés dans l’ensemble des régions du globe. Une reprise a déjà marqué le cycle asiatique à partir du deuxième trimestre, tandis qu’elle s’amorce aux Etats-Unis mais aussi en Europe de manière plus rapide que prévue. L’économie américaine est sur la voie de la sortie de récession comme l’atteste l’amélioration des données publiées au cours de l’été. L’amélioration la plus spectaculaire provient du fort rebond de l’indice ISM manufacturier au mois d’août. Pour la première fois depuis janvier 2008, l’indice a dépassé le seuil des 50, pour s’établir à 52,9, signalant ainsi une forte hausse de l’activité. Les données relatives à l’investissement ont confirmé par ailleurs la tendance à la stabilisation du marché de l’immobilier résidentiel et de l’investissement productif. L’accélération brutale des nouvelles commandes et le maintien à un très bas niveau des stocks laissent présager d’une accélération de l’activité plus rapide que prévue. Mais l’ampleur de la reprise risque toutefois d’être limitée par la faiblesse de la consommation des ménages, ces derniers préférant reconstituer leur épargne et réduire leur dette.

à l’activité. De la sorte, les chiffres de croissance de la Chine, de la Corée et du Japon sont redevenus nettement positifs au second trimestre. En zone Euro, le PIB s’est quasiment stabilisé au deuxième trimestre (-0,1 % non annualisé après -2,5 % au premier trimestre). L’Allemagne et la France ont enregistré une croissance légèrement positive de +0,3 %. La consommation et les exportations ont bénéficié des mesures gouvernementales et plus particulièrement de la « prime à la casse » favorable au secteur automobile. Durant l’été, des signes plus positifs concernant l’activité sont apparus de manière plus rapide qu’attendue. L’indice composite PMI (synthétisant le secteur manufacturier et des services) est ainsi ressorti à 50,4 au mois d’août contre 47 en juillet. L’économie se stabilise donc mais reste fragile. Si la situation s’améliore en France et en Allemagne, elle reste déprimée en Espagne et en Italie. Le point positif réside néanmoins dans le net rebond des commandes allemandes qu'elles viennent d'Europe ou du reste du monde. Celles-ci avaient en effet constitué une source d’impulsion majeure pour l’activité de la zone Euro en 2005-2007.

En Asie, les politiques budgétaires et monétaires accommandantes ont facilité et accéléré le raffermissement de la demande interne, notamment en Chine et en Corée. La reprise des échanges au sein de la zone a été très favorable

www.am.natixis.com


anticipations Mensuel septembre 2009

Notre analyse des marchés

Les marchés actions ont poursuivi leur rally portés par les signes de reprise de l’économie mondiale et par la publication, par les entreprises, de résultats meilleurs que prévus. Leur rebond a donc contrasté avec la quasi stabilité des marchés obligataires d’Etat de cet été.

n Le marché monétaire Dans un contexte de risque inflationniste réduit, les banques centrales ont maintenu leur politique monétaire très accommodante afin de favoriser la reprise de l’activité. Celles-ci confirment qu’elles maintiendront, pour un bon moment, leur politique inchangée et poursuivront l’adoption de mesures exceptionnelles pour en renforcer l’efficacité. Elles veulent s’assurer que la dynamique de l’activité soit suffisamment robuste avant de mettre en place toute stratégie de sortie de crise.

n Le marché obligataire Les marchés obligataires d’Etat sont restés relativement stables durant l’été en raison de risques inflationnistes toujours très limités et de la réaffirmation de la volonté des banquiers centraux de maintenir leur taux d’intérêt très bas pendant une période prolongée. En effet, si les taux d’inflation devaient redevenir rapidement positifs, en raison de la contribution moins négative des prix de l’énergie, l’inflation resterait réduite compte tenu de l’absence de tensions sur l’appareil productif et sur le marché du travail. Ceci limite ainsi les risques de tensions sur les taux d’intérêt des obligations d’Etat.

n Le marché actions Les marchés boursiers ont poursuivi leur rebond commencé au mois de mars. Des résultats meilleurs qu’attendus du côté des entreprises et l’amorce d’une reprise de la croissance mondiale en ont été à l’origine. L’indice CAC 40 a ainsi augmenté de 4 % entre le 30 juillet et le 2 septembre, l’indice Eurostoxx 50 de 1,8 % et le Standard & Poor’s de 0,8 %.

n Le marché des changes Le billet vert n’a pas profité de la multiplication des signes de reprise de l’économie américaine durant l’été. Il a au contraire continué de se déprécier, même si cela s’est fait à un rythme plus modéré qu’au printemps. La réduction de l’aversion au risque a conduit les investisseurs à délaisser les monnaies dites « refuge », à faible rémunération, pour investir sur des actifs offrant de meilleurs rendements : l’euro notamment qui s’est apprécié de 13,2 % par rapport au dollar, entre le 9 mars et le 2 septembre pour s’établir à 1,42 dollars (et retrouvant ainsi son plus haut niveau depuis décembre 2008).

n Les matières premières La perspective d’une reprise rapide de l’activité a permis au prix du baril de pétrole revenir au mois d’août autour des 70 dollars (niveau qui avait été atteint en juin dernier). Le prix de l’or noir demeure donc élevé au regard de la faiblesse de la demande mondiale et du haut niveau des stocks. Rédigé le 11/09/2009

www.am.natixis.com


anticipations Mensuel septembre 2009

Nos orientations d’allocation Nous restons « neutres » sur le marché obligataire et « positifs » sur le marché actions. Classes de Sous-classes risques de risques

Allocation tactique*

Commentaires

août 09(1) sept. 09(2)

TAUX

=

=

Nous restons « neutres ». L’absence de risque inflationniste et le maintien de stratégie de taux bas de la part des banques centrales présagent d’une stabilité des taux longs.

actions

+

+

Nous restons « positifs» sur le marché des actions. La reprise de la croissance mondiale devrait se traduire par une amélioration des résultats des entreprises.

Etats-Unis

-

-

Nous restons « négatifs». La possibilité d’une reprise plus forte que prévue aux Etats-Unis est susceptible de générer des tensions sur les taux longs américains.

Euro

=

=

Nous restons « neutres ». Le maintien à un bas niveau des taux de la BCE pendant une période prolongée, ainsi que l’activité de transformation menée par les banques commerciales, réduisent les risques de hausse des taux longs.

Grande Bretagne Pays émergents

= =

Nous restons « négatifs » en raison des craintes liées au financement du déficit public britannique.

Japon

= =

Corporate

+

+

Nous restons « positifs ». Les entreprises vont bénéficier de la reprise de l’activité. Le ralentissement de l’offre de nouveaux titres devrait par ailleurs soutenir le marché du crédit.

Etats-Unis

+ + +

Nous demeurons « positifs ». Les marchés vont profiter de l’amorce de la reprise outreAtlantique.

Grande Bretagne

+ + +

Japon

=

=

Nous restons « neutres ». La reprise japonaise se révèle fragile compte tenu de la faiblesse de la demande interne et, plus particulièrement, de la forte contraction de l’investissement productif.

Dollar

= = =

= = =

= =

= =

TAUX

emetteurs euro

Euro actions

devises (face à l’euro)

Yen Livre Sterling

matieres premieres

Pétrole Or

Echelle allant de -- à ++

Nous demeurons « neutres ». Nous restons « neutres ».

Nous restons « positifs ». La perspective d’une reprise plus rapide que prévue de l’activité devrait être favorable aux résultats des entreprises. Nous restons « positifs».

« Neutralité » : la parité euro/dollar devrait rester relativement stable. « Neutralité » : le yen devrait se stabiliser par rapport à l’euro. « Neutralité » : la livre sterling devrait rester stable. Nous restons « neutres » sur le pétrole, son prix intégrant déjà la perspective d’une amélioration de la demande mondiale. « Neutralité » : après son fort rebond, l’once d’or devrait probablement se stabiliser. * Ecart de pondération par rapport à une allocation stratégique de référence d’un investisseur.

(1) Comité d’investissement du 30/07/2009. (2) Comité d’investissement du 02/09/2009.

Rédigé le 11/09/2009

Ce document est destiné à des clients professionnels. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par Natixis Asset Management à partir de sources qu'elle estime fiables. Natixis Asset Management se réserve la possibilité de modifier à tout moment et sans préavis les informations présentées dans ce document qui ne constitue en aucun cas un engagement de sa part. Ces informations ne peuvent pas être interprétées comme étant

un conseil en investissement ou une recommandation quelconque de la part de Natixis Asset Management. Natixis Asset Management ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d'une information contenue dans ce document, ni de l'utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Ce document ne peut faire l'objet de copies qu'à titre d'information, la copie étant réservée au seul usage privé. Il ne peut pas être utilisé, reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers ou en partie, sans le consentement écrit préalable de Natixis Asset Management.

www.am.natixis.com

Anticipations Mensuel 09.2009  

Anticipations Mensuel 09.2009

Advertisement