Page 1

PORTFOLIO_ Natalia Vรกsquez Aravena

ร‰tudiante en Architecture FAU_Universidad de Chile


Les journaux parlent de tout, sauf du journalier. Les journaux m’ennuient, ils ne m’apprennent rien ; ce qu’ils racontent ne me concerne pas, ne m’interroge pas et ne répond pas davantage aux questions que je pose ou que je voudrais poser. Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est il ? Ce quise passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, I’évident, lecommun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, I’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ? Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ? Comment parler de ces « choses communes «, comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gangue dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes. Peut-être s’agit-il de fonder enfin notre propre anthropologie : celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique. Interroger ce qui semble tellement aller de soi que nous en avons oublié l’origine. Retrouver quelque chose de l’étonnement que pouvaient éprouver Jules Verne ou ses lecteurs en face d’un appareil capable de reproduire et de transporter les sons. Car il a existé, cet étonnement, et des milliers d’autres, et ce sont eux qui nous ont modelés. Ce qu’il s’agit d’interroger, c’est la brique, le béton, le verre, nos manières de table, nos ustensiles, nos outils, nos emplois du temps, nos rythmes. Interroger ce qui semble avoir cessé à jamais de nous étonner. Nous vivons, certes, nous respirons, certes ; nous marchons, nous ouvrons des portes, nous descendons des escaliers, nous nous asseyons à une table pour manger, nous nous couchons dans un lit pour dormir. Comment ? Où ? Quand ? Pourquoi ?

Georges Perec - L’Infra-ordinaire - Interroger l’habituel


Natalia Vásquez Aravena Née le 28/05/1995 (22 ans) à Angol, Chili +56962343726 Chili +33767243725 France

nataliavasquez.arq@live.com


Espagnol Français Anglais

Langue maternelle Intermédiaire Débutante

FORMATION ACADÉMIQUE 2017- Présent

École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux , Architecture , Erasmus , master 1 et 2.

2013 - 2017

Universidad de Chile, Licence en Architecture.

EXPÉRIENCE ACADÉMIQUE 2017

Moniteur, Atelier du projet 3: création d’espace habitable Faculté d’architecture et d’urbanisme , Universidad de Chile

2015- 2016

Moniteur, Atelier de design Architectural, Faculté d’architecture et d’urbanisme , Universidad de Chile.

2015

Moniteur , Cours de perception II, Faculté d’architecture et d’urbanisme , Universidad de Chile .

RÉALISATIONS ACADÉMIQUES 2015

Lauréate du concours national de licence (CNPP), Catégorie deuxième année, Projet: «Vivienda colectiva, Barrio Balmaceda» Presentation à la conférence : «Les meilleurs projets étudiants 2013-2015», XIX Biennale d’architecture, Valparaiso, Chili

2015 2014

Presentation du projet «Vivienda colectiva, Barrio Balmaceda» à l’Expo FAU , Centre Culturel Palais de la Moneda

SOFTWARES

Adobe Photoshop

Adobe Premiere

Adobe Illustrator

Indesign

After effects

Pack office

C.V

Archicad

Sketchup

Artlantis

Revit

Autocad


01_ARCHITECTURE - LOGEMENT COLLECTIF Quartier Balmaceda, Santiago Centre 2014

- PROVIDENCIA CORRIDOR PIÉTON Centre sportif pour les étudiants Providencia, Santiago du Chili 2016

- CENTRE DES ARTS SCÉNIQUES Réhabilitation du Théâtre O’higgins Quartier Balmaceda _Brasil_Yungay , Santiago du Chili 2016

- UN PARCOURS LANDAIS L’airial Les Landes, France 2017

02_FORME ET ESPACE - ORGANISATION VISUELLE DANS LE PLAN Exploration figure et fond, feuillages et plis FAU, Universidad de Chile 2013

- DE LA SURFACE À L’ESPACE LIBRE Du texte à l’espace FAU, Universidad de Chile 2013

- CDLight Façade du Musée National d’Art Contemporain Santiago du Chili 2015

Sommaire


-1-

01_ARCHITECTURE


LOGEMENT COLLECTIF

QUARTIER BALMACEDA, SANTIAGO CENTRE

-

FAU. UCHILE 2014

-2-

-


-3-

Le projet Barrio Balmaceda est né comme une réinterprétation d’une typologie de « cité  » préexistante dans le site, en prenant de la hauteur, cherchant à préserver la façade continue et propice à la rencontre intime au moyen des cours intérieures en terrasses qui convergent et relient visuellement et physiquement ses habitants. Cet ensemble intègre le quartier au système de parc existant parallèle à la rivière Mapocho, incorporant des logements collectifs, un parc et un centre culturel.

Abstract


-4Processus


-5Processus


-6Coupes et élévations de l’ensemble


-7Plans bloc de logement


- 8Coupes et ĂŠlĂŠvations , typologie de logement A


-9Plans typologie du logement A


- 10 -

Vue sur parc et scène

Vue Accès au Centre Culturel

Vues


PROVIDENCIA CORRIDOR PIÉTON Centre sportif pour les étudiants Projet promenade piéton

PROVIDENCIA, SANTIAGO DU CHILI

-

FAU. UCHILE 2016

- 11 -

-


- 12 -

Le projet consiste en une extension piétonne de la rue Los Estanques, reliant l’avenue P. de Valdivia à Antonio Varas, où se concentre la plus grande partie de la «population flottante», correspondant aux étudiants universitaires. Ils manquent d’infrastructures sportives dans leurs établissements respectifs. La proposition est un ensemble déployé dans un contexte naturel ordonné par un élément commun : un corridor piéton, qui maintient l’importance des éléments individuels : les réserves d’eau, reconnaissant leur autonomie sur le terrain et leur statut d’esplanade.

Abstract


- 13 Plan promenade


- 14 Coupes du corridor piĂŠton


- 15 Perspectives des sĂŠquences , promenades


- 16 Plan et coupe de la place


- 17 DĂŠtails de pavements et de mobiliers


- 18 Vue du projet


CENTRE DES ARTS SCÉNIQUES Réhabilitation Théâtre O’higgins

QUARTIERS BALMACEDA - BRASIL- YUNGAY , SANTIAGO CENTRE FAU. UCHILE 2016

- 19 -

-


- 20 -

Au point de convergence des quartiers Balmaceda, Brasil et Yungay, l’ex-théâtre O’Higgins apparaît. Bâtiment emblématique situé à côté de l’espace public principal du quartier, la place Panama. Le projet du centre des arts du spectacle est né comme une ré-évaluation d’un espace oublié, dans le but de donner une infrastructure adéquate aux disciplines des arts de la scène. La faculté des arts de l’Université du Chili est utilisée comme étude de cas. Le projet vise à ouvrir ce bâtiment comme un espace public dans le quartier, où les étudiants, les professionnels et la communauté peuvent interagir. Le convertir en lieu d’enseignement, de production et de diffusion des arts scéniques Axonométries principes


- 21 Axonométrie éclatée


- 22Plans de niveau souterrain et +0,0m


- 23 Plans + 6,00m et + 9,80 m


- 24ÉlÊvation est et coupe longitudinale


- 25 ÉlÊvation sud et coupes transversales


- 26 Dispositifs de scène


- 27 Processus


- 28 Processus


- 29 Processus


- 30 Vue intĂŠrieure


- 31 Vue extérieure


UN PARCOURS LANDAIS L’airial

-

LES LANDES, FRANCE

-

- 32 -

ENSAPBx. 2017

« Ailleurs, de fraîches oasis, entourées de bois de chênes et rafraîchies par leur feuillage bienfaisant, annoncent la présence de l’homme. Ce sont des métairies, des brasseries, des parcs où bêlent les troupeaux. Il y a toujours une pelouse où s’ébattent les animaux en liberté ; à quelques distance sont le four, le puits, l’abreuvoir, les magasins à fourrage ; plus loin les champs cultivés, entourés de fossés et de hauts talus de sable revêtus de ronces et d’ajoncs. Ailleurs, près des ruisseaux sont des moulins et des scieries. Ailleurs fument des ateliers de résine, d’où coule l’essence de térébenthine. Tout n’est pas morne et nu dans la lande, comme on serait tenté de le croire au premier abord. » (A.Joanne, Département des Landes, 1869)


- 33 -

La façon d’utiliser le territoire est basée sur la relation entre les volumes construits et les masses végétales, grandes et petites, entre les différents ensembles dans un territoire plus large. Si nous commençons à simplifier le dessin, à l’abstraire, voilà ce qui nous reste: des volumes plus importants que d’autres, nous pouvons définir certains axes, qui sont donnés par les volumes de même orientation ou par les éléments naturels. Des espaces avec une fonction spécifique et des espaces de réunion.

Abstract


- 34 -

Les activités menées par les habitants entre eux et dépeints par Felix ARNAUDIN montrent une maitrise landaise du territoire : les longues promenades avec les moutons , les points de vue élevés des bergers pour contrôler et guider le troupeau , l’acte de monter en haut des pins pour enlever la résine , les palombières en hauteur pour chasser…Toutes ces actions montrent une histoire du déplacement, d’exécution du corps et de points d’appréciation du territoire à différents niveaux et une vie principalement à l’extérieur.

Abstract


- 35 Imaginaire landais


- 36 Images conceptuelles


- 37 -

Cela contraste avec l’image actuelle et la traversée contemporaine des Landes. Où la masse des pins n’est plus le rideau de fond du décor des vieilles photos, mais une limite impénétrable et constante. L’impossibilité de voir ce qui se cache derrière à l’œil nu supprime la possibilité d’expérimenter les nouvelles formes du territoire.


- 38 Processus


- 39 -

C’est là que le projet de l’airial apparaît, dans un contexte totalement différent. Aujourd’hui ils n’apparaissent plus dans la lande plate, mais plutôt entre les massif forestiers et les grandes surfaces agricoles. Dans le territoire perdue par l’homme et gagné de plus en plus par l’industrie.

Axonométrie Générale


- 40 -

Les folies sont des dispositifs spatiaux qui permettent de briser ces espaces perdus à échelle humaine, ils créent un pont entre des espaces opposés : les terres agricoles et les terres forestières. Ils cherchent à changer le sens des espaces productifs en y attachant une expérience esthétique, de loisir et d’enseignement. L’organisation spatiale fait référence aux anciens Ariaux et ses différentes parties aux éléments historique de l’imaginaire déjà montrés.


3_ Typologie de permanence

- 41 -

2_ Typologie de déplacement

1_ Emprise au Sol

La tour, la passerelle, la plate-forme, le refuge et la passerelle haute viennent réinterpréter le déplacement en hauteur et les éléments utilisés par les habitants des Landes.

Axonométrie éclatée


- 42 -

Se promener, profiter, flâner, l’ascension et l’effort vertical rapide, l’ascension lente et verticale autant de nouvelles perspectives qui s’offrent au paysage contemporain des Landes.

Plan toiture dispositif


- 43 Coupes dispositif


1_ Le Refuge

2_ L’Espace de Rencontre

3_ La Passerelle Haute

- 44 -

0_ Passerelle et Plate-forme

5_ La Tour

Les folies


- 45 -

1_ Le Refuge

2_ L’Espace de Rencontre

3_ La Passerelle Haute

Coupes perspectives


1

2

3

0.80

4

0.80

5

0.80

6

0.80

7

0.80

8

0.80

9

0.80

10

0.80

11

1

0.80

2

0.80

A

A

A

B

B

0.40

3

0.80

4

0.80

5

0.80

6

0.80

7

0.80

8

0.80

9

0.80

10

0.80

11

0.80

A 0.40

B

0.80

B

0.80

C

C

C

D

D

E

E

F

F

E

E

0.80

C

0.80

D

0.80

D

0.80

E

0.80

E

0.80

F 0.40

F 0.40

E

1

2

1

3

2

0.80

4

3

0.80

5

4

0.80

6

5

0.80

7

6

0.80

8

7

0.80

9

8

0.80

10

9

0.80

10

0.80

E

11

1

11

2

1

0.80

2

0.80

A

A

A

B

B

0.40

3

4

3

0.80

5

4

0.80

6

5

0.80

7

6

0.80

8

7

0.80

9

8

0.80

10

9

0.80

11

10

0.80

11

0.80

A 0.40

B

0.80

B

0.80

C

C

C

D

D

E

E

F

F

0.80

C

0.80

D

0.80

D

0.80

E

0.80

E

0.80

F

F 0.40

E

E

1

2

1

3

2

0.80

4

3

0.80

5

4

0.80

6

5

0.80

7

6

0.80

8

7

0.80

9

8

0.80

10

9

0.80

10

0.80

E

E

11

1

11

2

1

0.80

2

0.80

A

A

A

B

B

0.40

3

4

3

0.80

5

4

0.80

6

5

0.80

7

6

0.80

8

7

0.80

9

8

0.80

10

9

0.80

11

10

0.80

11

0.80

A 0.40

A B

0.80

B

0.80

C

C

C

D

D

E

E

F

F

0.80

C

0.80

D

0.80

D

0.80

E

0.80

E

0.80

F 0.40

F 0.40

E

E

1

2

1

3

2

0.80

4

3

0.80

5

4

0.80

6

5

0.80

7

6

0.80

8

7

0.80

9

8

0.80

10

9

0.80

10

0.80

E

11

11

0.80

A 0.40

B

B

0.80

C

C

0.80

D

D

0.80

E

E

0.80

F

F 0.40

E

E

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

E

1

11

Plans refuge

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

- 46 -

0.40


2

3

4

5

6

1

2

3

4

5

6

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

6

1

2

3

4

5

6

1

2

3

4

5

- 47 -

1

1

2

3

4

6

A

A

B

B

C

C

1

2

3

4

1

2

3

4

1

2

3

4

5

6

A

A

B

B

C

C

6

5

6


- 48 Le refuge


- 49 L’espace de rencontre


- 50 La passerelle haute


- 51 La tour


- 52 -

02_forme et espace


ORGANISATION VISUELLE DANS LE PLAN

- Exploration figure et fond, feuillages et plis -

- 53 -

FAU. UCHILE 2013


- 54 -


- 55 -


- 56 -


DE LA SURFACE À L’ESPACE LIBRE

- Du texte à l’espace -

- 57 -

FAU. UCHILE 2013


- 58 Abstract


CDLIGHT

- Façade du Musée National d’Art Contemporain, MAC -

- 59 -

SANTIAGO DU CHILI 2015

Projet d’éclairage réalisé par OHMYLIGHT, en collaboration avec les étudiants du cours de perception II, Universidad de Chile par le professeur Cecilia Wolff. _Participation en tant que membre de l’équipe pédagogique


- 60 -

Flashs et réflexions provoqués par des grappes de CD arrangés comme un rideau sur la façade du musée d’art contemporain (MAC) Une manière différente d’apprécier ce bâtiment patrimonial jour et nuit à travers un «jeu de paillettes».

Abstract


Natalia Vasquez Aravena

Portfolio_nataliavasquezaravena  
Portfolio_nataliavasquezaravena  
Advertisement