Issuu on Google+

Technigogie Une façon d’aborder l’apprentissage d’une profession...

Une attitude pour apprendre B1 Le CRAIE célèbre ses 20 ans à votre service, nous ne manquerons pas de souligner cet événement au forum annuel le 19 octobre prochain. Après sept ans de recherche sur les attitudes professionnelles, nous en arrivons au constat que développer une compétence professionnelle est indissociable de la manifestation des attitudes professionnelles. Les attitudes choisies par les enseignants sont, règle générale, toujours en lien avec les attitudes à manifester face aux apprentissages.

Persévérance et motivation des apprenants, une question de potentiel... Table des matières

Nous vous proposons des ateliers de conception de situations favorisant la manifestation des attitudes professionnelles et ainsi faire d’une pierre trois coups : ++ en créant des situations propices à la manifestation des attitudes professionnelles nous favorisons les attitudes pour apprendre; ++ en favorisant les attitudes pour apprendre nous augmentons la motivation; ++ en augmentant la motivation nous diminuons les problèmes de discipline. Les échanges entre les participants du forum apportent une nouvelle dimension à la manifestation des attitudes professionnelles. Ne manquez pas de vous procurer les actes de ce forum qui seront annoncés sur notre site Internet au cours des prochains mois.

� http://craie.com/forumannuel TECHNIg o gie • Vo lume 1, numé ro 2 • O cto bre 2 0 07

Une attitude pour apprendre . . . . . . . . . 1 Le potentiel d’apprendre un métier. . . . . 2 Changement de paradigme. . . . . . . . . . . 2 On veut pas le savoir, on veut le voir! . . . 3 Témoignage : Katya Dulac, conseillère pédagogique au CFTR.. . . . . . 4 Services réservés à nos membres. . . . . . 4 La formation professionnelle au Sénégal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 La place du CRAIE en entreprise . . . . . . 6 Ateliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Contribution des membres. . . . . . . . . . . 6 Faits saillants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Potentiel d’apprendre . . . . . . . . . . . . . . 8 Une version électronique du journal est disponible sur notre site Internet. Le symbole ci-dessous indique que l’information complète se retrouve à l’adresse indiquée.

� http://craie.com

craie

Centre de recherche appliquée en instrumentation de l’enseignement 189, rue Mary Lachute (Québec) J8H 2C3

✆ 450-562-0299 � 450-562-3288

� http://craie.com


Le potentiel d’apprendre un métier B2 Mot du directeur Nous en sommes à la deuxième parution de Technigogie. Ce deuxième numéro traite d’un sujet délicat, mais fondamental. Combien de fois entendons-nous ce commentaire  : «Cet élève n’est pas fait pour ce métier». Quand nous disons cela, nous voulons dire quoi ? Par ce simple commentaire nous étiquetons une personne et nous mettons en péril notre potentiel de lui faire apprendre le métier et son potentiel à l’apprendre. En définitive, nous détruisons sa motivation. Il est possible de confondre le potentiel avec la capacité ou l’aptitude à apprendre. La capacité se comprend dans le sens de la possibilité qu’a une personne de réussir dans l’exercice d’une activité donnée qu’elle soit mentale ou motrice. La capacité dans ce sens est acquise. Par contre, l’aptitude doit être prise dans le sens d’innée, c’est-à-dire comme un don qu’aurait une personne. Une aptitude se manifeste de manière naturelle chez une personne. Certains métiers demandent des aptitudes particulières, mais de façon générale la majorité des métiers demande le développement des capacités.

mécanique, il faut développer ses capacités. Beaucoup de gens diront que plusieurs élèves ne sont pas capables d’apprendre un métier en particulier. La question que nous devrions nous poser devrait plutôt être : Est-ce qu’ils ont le potentiel d’apprendre ce métier en ce moment ? Le potentiel se situe dans le temps et demande certaines conditions chez la personne qui apprend et chez la personne qui fait apprendre. Ce numéro de Technigogie désire poser la question et proposer des pistes de réflexion. Dans la mesure où apprendre un métier repose sur la potentialité d’un apprenant, il repose également sur les conditions que nous mettons en place pour mettre à profit cette potentialité. Bonne lecture. Henri Boudreault, Ph. D. Professeur à l’UQAM Directeur général du CRAIE

Afin d’être un sportif de calibre pour participer aux olympiques, il faut des aptitudes et des capacités. Pour réussir un cours de

Changement de paradigme B3 Par Mélanie Robertson Développer une attitude professionnelle demande que l’enseignante ou l’enseignant mette en place un environnement et des stratégies didactiques permettant l’émergence de cette attitude chez l’apprenant. L’enseignante ou l’enseignant doit choisir des situations concrètes de la vie professionnelle. Son but est d’amener l’apprenant à utiliser et à mobiliser des ressources afin qu’il puisse prendre des décisions et, par le fait même, le disposer à développer entre autres son jugement, son autonomie et sa débrouillardise. Le fait de faire vivre à l’apprenant une situation de la vie professionnelle, comme élément déclencheur de l’apprentissage, ne concorde pas toujours avec une croyance voulant que les élèves doivent acquérir l’ensemble des connaissances utiles avant de pouvoir résoudre un problème.

« L’enseignante ou l’enseignant doit choisir des situations concrètes de la vie professionnelle. »

2

Pourquoi une situation de vie professionnelle ne donnerait-elle pas à l’apprenant le sens et la pertinence des futures connaissances qu’il devrait acquérir ? C’est à partir du moment où l’apprenant se pose des questions pour résoudre un problème que les conditions deviennent gagnantes pour lui faire réaliser des apprentissages. Le rôle de l’enseignante ou de l’enseignant est donc de s’assurer que l’environnement d’apprentissage permette à l’apprenant de trouver les informations utiles à la résolution de ce problème professionnel. ¶

TECHNIg o gie • Vo lume 1, numé ro 2 • O cto bre 2 0 07


On veut pas le savoir, on veut le voir ! B4

Par Henri Boudreault, Ph. D.

Yvon Deschamps avait prononcé cette réplique avec humour dans son monologue «Le câble». Il exprimait alors un légitime état premier de l’apprentissage. Pour apprendre, il faut être en mesure de percevoir l’information par ses sens pour ainsi être en mesure de s’en faire une représentation et qu’elle ait du sens pour soi. Souvent nous nous interrogeons sur le fait que beaucoup d’élèves n’appliquent pas dans la pratique ce que nous leur avons présenté en classe. Généralement, nous pensons que s’ils ont compris en classe, ils devraient pouvoir l’appliquer en pratique. Qu’est-ce qui fait que cela ne se passe pas aussi facilement ?

vérifions la théorie par de petits formatifs pour savoir si les élèves ont bien appris ce que nous voulions. Mais le transfert ne se fait pas. Apprendre n’est pas mémoriser l’information et l’écrire dans un examen. Apprendre est : se construire des représentations pour être en mesure de traiter l’information et d’agir dans un contexte particulier, en utilisant cette information. La représentation fonctionnelle est un pas plus loin. Une représentation d’un sujet donnée peut se comparer à connaître l’alphabet. Nous pouvons repérer les lettres parce que nous en avons une représentation. Mais cette connaissance est insuf-

« Apprendre est : se construire des représentations pour être en mesure de traiter l’information et d’agir dans un contexte particulier, en utilisant cette information. » Le mot clé est compréhension. Quelle est la manifestation de la compréhension chez un élève ? Je ne pense pas que comprendre c’est trouver les bonnes réponses à des questions. Si c’était le cas, le problème ne se poserait pas, parce que généralement c’est ce que nous faisons. Nous

fisante pour être en mesure d’écrire des mots. Pour être en mesure de se servir de ses représentations de l’alphabet, il faut posséder une représentation fonctionnelle de l’utilisation des lettres. La représentation fonctionnelle traite du comment faire. Pour qu’un élève puisse

TECHNIg o gie • Vo lume 1, numé ro 2 • O cto bre 2 0 07

comprendre ce qu’il fait en atelier en se servant de ce que qu’il a appris en classe, il faut qu’il construise une représentation fonctionnelle de ce qu’il a appris en construisant le comment faire de ce qu’il fera en atelier. Il s’appropriera alors un langage fonctionnel pour exprimer l’action à partir du sens et de la pertinence du contexte d’action que nous aurons mis en place. Quand je parle d’une didactique spécifique à la formation professionnelle, vous en avez ici un premier exemple. Est-ce que l’enseignant a les moyens didactiques pour faire percevoir tous les concepts théoriques qu’il doit faire apprendre ? Sans cela il est clair que l’élève ne peut être en mesure de comprendre, donc de transférer la théorie dans la pratique, parce qu’il ne peut se construire de représentations fonctionnelles. Ce volet de la didactique en formation professionnelle est l’un des objets de recherche principale du CRAIE. Depuis cinq ans, nous travaillons avec des entreprises pour améliorer la formation des employés à partir de ce constat. Nous avons développé des outils et des références pratiques sur le sujet. Surveillez nos formations. Nous vous proposerons, des ateliers de fabrication de représentations. ¶

3


Témoignage B5 Katya Dulac, conseillère pédagogique Centre de formation du transport routier de Saint-Jérôme CFTR Le potentiel d’apprendre dépend de plusieurs facteurs. Au CFTR, nous avons beaucoup de nouveaux enseignants qui apprennent un métier (celui d’enseignant) et qui enseignent aussi un métier (celui de conducteur de camion). En tant que conseillère pédagogique, je me dois de créer le même climat propice à l’apprentissage. Pour ce faire, j’essaie de schématiser les nouveaux concepts que les enseignants doivent intégrer dans le cadre de leur baccalauréat. Je commence avec des notions qu’ils connaissent et qu’ils ont intégrées et je schématise les nouvelles connaissances afin que l’enseignant puisse faire des liens entre les connaissances antérieures et les nouvelles. Lorsque l’intégration est faite, ils peuvent utiliser ces connaissances dans la formation qu’ils donnent aux élèves et ils sont plus motivés parce qu’ils comprennent et qu’ils peuvent l’enseigner à d’autres et obtenir d’excellents résultats. ¶

Services réservés à nos membres B6

++ capsules d’information conçues à partir de vos problématiques;

Nouveau service d’accompagnement interactif

++ conception d’outils didactiques favorisant l’apprentissage de vos apprenants face à des concepts complexes.

Nous voulons jouer un rôle de facilitateur afin de diminuer les contraintes que vous pouvez rencontrer, par manque de temps ou de ressources, et ainsi répondre à des problématiques vécues. Nous avons mis en place un nouveau service interactif qui vous permettra de bénéficier de l’expertise que nous avons développée en formation professionnelle. Les membres du CRAIE auront à leur disposition des ressources qui, à partir d’une problématique soumise, pourront vous venir en aide par différents moyens : ++ téléphone ou courriel;

4

La particularité de ce service interactif est de répondre rapidement à vos besoins et de rendre accessible l’information afin de créer un réseau d’échange propre à la formation professionnelle. Finalement, pour des besoins de plus grande envergure, nous vous offrons toujours des services de formation, d’atelier et d’activité adaptés à votre réalité. Au plaisir de vous venir en aide.

� http://craie.com TECHNIg o gie • Vo lume 1, numé ro 2 • O cto bre 2 0 07


La formation professionnelle au Sénégal B7

Par Henri Boudreault, Ph. D.

En avril dernier, j’ai participé à une mission au Sénégal. Mon mandat était d’établir l’état des lieux en ce qui a trait aux équipements, matériel didactique et références dans les centres de formation professionnelle. Il va de soi que ce fut un choc pour moi de visiter les centres et les ateliers. J’ai dû rapidement rétablir mon référentiel. Il fallait que je regarde avec les yeux d’un Sénégalais. Il est curieux de constater que les problèmes qu’ils vivent ne sont pas si éloignés de nous. Ce qui nous distingue d’eux c’est la distance qu’il y a pour appliquer les solutions. J’ai visité une trentaine de centres et d’entreprises, dans les grandes villes comme à la campagne et dans le désert. Les défis sont immenses, mais leurs attitudes et leur débrouillardise font de ces enseignants et directeurs de centres des personnes dévouées en totalité à leur mission. Eux aussi ont à appliquer l’approche par compétences. Par contre ils ont rarement l’atelier, les équipements ou les classes adéquates pour réaliser leur mandat. Parfois, c’est sous-équipé dans des locaux insalubres, parfois c’est trop équipé dans des locaux extraordinaires, parfois il y a des locaux, mais sans équipements, ou qu’ils ne sont pas faits pour les équipements en place. Ce qui manque le plus souvent c’est la formation des enseignants, en pédagogie, sur le fonctionnement des équipements, sur l’organisation du travail en atelier ou sur l’entretien des équipements. Mais l’aide internationale investit surtout dans le visible, les équipements et les bâtiments, et beaucoup moins sur ce qui est non visible, la formation des enseignants, la pédagogie ou la didactique. Cette mission s’est inscrite dans mes recherches sur la didactique en formation professionnelle. Que l’apprenant soit sénégalais, tunisien ou québécois, à la base de l’apprentissage il y a le potentiel d’apprendre. Je peux vous confirmer que les éléments du schéma que nous vous présentons du potentiel d’apprendre sont vrais pour tous. Pour un sénégalais, apprendre un métier c’est un besoin pour survivre. Même dans des conditions minimales, ils apprennent. En plus du besoin ici au Québec, on peut exploiter le désir d’apprendre un métier. Pour eux, le désir est un luxe qu’ils ne peuvent se permettre. ¶

TECHNIg o gie • Vo lume 1, numé ro 2 • O cto bre 2 0 07

5


La place du CRAIE en entreprise B8

Contribution des membres

Le Centre de recherche appliquée en instrumentation de l’enseignement se spécialise dans le processus d’apprentissage qui mène au développement de la compétence professionnelle. Avec 20 ans de recherches-actions, le CRAIE possède une démarche innovante qui s’applique autant aux centres de formation professionnelle qu’aux entreprises. Depuis plusieurs années, l’organisme travaille avec l’Association québécoise du transport et des routes (AQTR) qui oeuvre dans l’un des plus grands secteurs d’activités au Québec. Ces derniers ont voulu faire de la formation professionnelle leur priorité pour répondre aux besoins de leur association.

Les membres du CRAIE contribuent à l’avancement et au développement de l’apprendre en formation professionnelle. Ainsi, les membres participent à ce développement en découvrant dans l’action le chemin le plus économique entre celui qui apprend et ce qu’il faut qu’il apprenne.

Afin de connaître davantage ce concept novateur, le CRAIE vous invite à lire l’article : Henri Boudreault, l’homme derrière le nouveau concept de formation à l’AQTR disponible sur notre site Internet.

� http://craie.com

++ Académie en soins esthétiques Umano http://www.umano.ca ++ Centre administration, commerce et secrétariat http://www.csdraveurs.qc.ca/cacs ++ Centre d’études professionnelles http://www.csrdn.qc.ca/cep ++ C.F.P. Carrefour Formation Mauricie http://cfm.lanec.com ++ C.F.P. Compétences Outaouais http://www.csdraveurs.qc.ca/cco ++ C.F.P. Compétence Rive-Sud http://www.competence-rs.com

Ateliers Nous vous offrons des ateliers afin de répondre à vos besoins en formation professionnelle. Communiquez avec nous pour en savoir davantage. ++ Provoquer des situations permettant le développement de l’autonomie, de la débrouillardise, du jugement et de l’initiative.

++ C.F.P. Lac-Abitibi http://www.csdla.qc.ca/cfpla ++ C.F.P. Lachine http://www.csmb.qc.ca ++ C.F.P. de la Jamésie http://www.csbj.qc.ca

++ Présence, assiduité, persévérance et performance de l’apprenant: dans un contexte professionnel.

++ C.F.P. de l’Outaouais http://www.cspo.qc.ca/ecole/cfpo

++ Comment prévenir les échecs dans les modules à problème.

++ C.F.P. Val-d’Or http://www.cfpvaldor.qc.ca

++ Comment générer des événements pour donner un sens et de la pertinence aux tâches professionnelles.

++ C.F.P. Vision-Avenir http://www.cspo.qc.ca/ecole/vision

++ L’ignorance: un outil précieux pour le développement de la compétence professionnelle.

++ C.F.P. Waswanipi http://www.cscree.qc.ca

++ Motivation et mobilisation des efforts des apprenants.

++ Centre de formation du transport routier de Saint-Jérôme http://www.formationcftr.ca

++ Le transfert de mon expertise disciplinaire en classe, en atelier et en laboratoire. ++ Répartition des modules et ses conséquences sur l’apprentissage. ++ Élaborer un itinéraire d’apprentissage.

� http://craie.com

6

Voici la liste des membres actuels du Centre de recherche appliquée en instrumentation de l’enseignement :

++ Centre Performance Plus http://www.csrdn.qc.ca/pplus ++ Centre Polymétier http://www.polymetier.qc.ca

� http://craie.com

TECHNIg o gie • Vo lume 1, numé ro 2 • O cto bre 2 0 07


Faits saillants sur le CRAIE

CHaMbRE dE COMMERCE Et d’INdUStRIE d’ARGENtEUIL  •

à ses pratiques innovantes pour les formations des

M. Henri Boudreault a donné une conférence à la

intervenants dans le domaine du transport routier.

Chambre de commerce et d’industrie d’Argenteuil,

Plusieurs formations ont été conçues et les résul-

le 30 mai dernier. Cette conférence portait sur  :

tats se sont révélés plus que satisfaisants. L’AQTR

Comment développer la compétence chez les tra-

a mis en place le centre de formation TransFORM

vailleurs. Il est possible de visionner cette présenta-

pour diffuser le modèle ART (Accompagnement au

tion sur la page d’accueil du site Internet.

Raisonnement du Travail).

COLLOQUE dE La TRÉAQ FP • Le CRAIE a participé au col-

SéNéGaL • M. Henri Boudreault a participé à un pro-

loque annuel de la Table des responsables de l’édu-

jet de développement en formation professionnelle

cation des adultes et de la formation professionnelle

au Sénégal. Il a été approché par la firme TECSULT

des commissions scolaires du Québec. Cette journée

pour son expertise dans le secteur de la didactique

a permis au CRAIE de faire des rencontres intéres-

et de la pédagogie en formation professionnelle. ¶

santes avec des personnes oeuvrant en formation professionnelle. Il est toujours stimulant de discuter de stratégies d’apprentissage qui favorisent le développement de la compétence professionnelle. TRaNSfORM appLIQUE La pédaGOGIE dU CRaIE  • Pendant plusieurs années l’AQTR à fait appel au CRAIE et

Le Centre de recherche appliquée en instrumentation de l’enseignement tient à remercier Katya Dulac pour sa participation spéciale à ce numéro de Technigogie.

Formations, ateliers et conférences

Bibliographie

Deux formules vous sont offertes : Le CRAIE est heureux de vous inviter dans ses locaux de formation. Consultez régulièrement le site Internet pour connaître les dates et les thématiques abordées.

Technigogie Une façon d’aborder l’apprentissage d’une profession...

Le CRAIE peut se déplacer afin de répondre aux besoins des régions ou de vous offrir un service personnalisé lors de vos événements et de vos journées pédagogiques (ateliers, conférences sur des sujets qui vous concernent).

Équipe de réalisation Henri Boudreault Isabelle Boudreault France Massé Karine Mélançon Mélanie Robertson Mise en page Laurent LaSalle

MEIRIEU, Philippe. Frankenstein pédagogue, ESF Éditeur, 1996, 128 p.

� http://craie.com

Technigogie est publié par le Centre de recherche appliquée en instrumentation de l’enseignement. Il encourage la reproduction de ses articles originaux à condition d’en mentionner la source (sauf dans le cas d’articles et d’illustrations dont les droits sont réservés). Imprimé par :

Prochaines formations sur l’A.M.I. en Enseignement Professionnel : Pour les accompagnateurs du personnel enseignant

Pour les enseignantes et les enseignants

12 et 13 novembre 2007 18 et 19 février 2008 2 novembre 2007 et 12 mars 2008

TECHNIg o gie • Vo lume 1, numé ro 2 • O cto bre 2 0 07

Imagerie Denis 492, rue St-Georges Saint-Jérôme (Québec) J7Z 5B3 T : 450-565-8464 F : 450-565-6820

craie

Centre de recherche appliquée en instrumentation de l’enseignement 189, rue Mary Lachute (Québec) J8H 2C3

✆ 450-562-0299 � 450-562-3288

� http://craie.com

7


Le potentiel d’apprendre

dis

o p o si ti

n

L e n t r e n iv e a u d ’ a d é q u a ti o n l e s e les nnel o a s r t t e i p t u s d e et p r of e s si o n n ell e s r e q u is e s

d t it i s p o n é i et d ’é n b ili t é e tl m o e rg i ti v a e m o a t ric e t ri c e

Potentiel d’apprendre s

fo n c tio C a p ac n n e it é lle m de en s t

me

lable a é s Pr

P

i és d h ce d’ a ce fa ion gré L e d e n s ci e n r m a t o o e t d e c e la f b ut d

on au

er e n t li t é ré s e p ré a e r nt la

Ca f o n c p a cit é tio n d ne e s lle

te r n c e s n e ré s n a is s a p e e r s con se

La n a qu

lt. © 20 0 0 - 07 , Henri Boudreau

Explication Pour apprendre, l’apprenant doit avoir une représentation fonctionnelle de la réalité et une représentation fonctionnelle de ses connaissances. Une représentation fonctionnelle permet de rendre perceptible par les sens ce que l’esprit a formé, entre autres, au moyen de diagrammes, de tableaux, de logigrammes ou de processus, pour ainsi pouvoir agir sur une situation dans un contexte donné. L’apprenant se doit également d’être disposé à l’apprentissage. Celui-ci sera disposé dans la mesure où :

8

++ il adhère au but de la formation; ++ il y a correspondance entre ses attitudes personnelles et ses attitudes professionnelles; ++ il a une quantité suffisante d’énergie motrice et motivatrice pour s’engager dans une démarche d’apprentissage et persévérer. Par conséquent, il est essentiel de considérer les préalables et les prédispositions des apprenants à apprendre afin de développer des conditions favorables à l’apprentissage. ¶

TECHNIg o gie • Vo lume 1, numé ro 2 • O cto bre 2 0 07


technigogie