Page 1

Une ambition collective au service des habitants de notre métropole

Candidat(e)s aux fonctions de Maire dans chacune de nos communes, nous savons que nos projets municipaux s’appuient, pour une large part, sur le dynamisme de notre métropole et sur les politiques que nous conduisons à l’échelle de notre Communauté d’agglomération. Depuis plusieurs décennies, ce dynamisme se traduit par une croissance économique et démographique soutenue, et des équilibres sociaux et territoriaux confortés. L’action des équipes conduites par Edmond Hervé et Daniel Delaveau aura joué un rôle déterminant dans ce développement soutenu et maîtrisé de notre territoire, au bénéfice des habitants de chacune de nos communes. Mais la mandature écoulée aura vu le contexte, dans lequel s’inscrit notre action, profondément modifié. • La crise économique et financière, que nous subissons depuis l’automne 2008, est venue fragiliser des piliers traditionnels de notre économie locale : l’industrie automobile mais aussi l’électronique ; la hausse du chômage n’a pas épargné notre bassin d’emploi, même si le taux de chômage reste plus faible qu’au plan national.


• Conséquence de la crise et de l’impératif de réduction de la dette publique, les dotations de l’Etat ont engagé un mouvement de baisse durable. Malgré ces contraintes nouvelles, une gestion rigoureuse aura permis de conforter la solidité financière de Rennes Métropole et de préserver notre capacité à financer les grands projets d’avenir. Cette solidité financière est reconnue par tous les observateurs extérieurs. • Enfin, les années écoulées ont vu la montée en puissance des préoccupations environnementales, des enjeux du développement durable, de la question énergétique. L’agglomération rennaise conserve une longueur d’avance (priorité aux transports collectifs, gestion économe du foncier notamment), mais son modèle de développement doit continuer à s’adapter à ces nouvelles exigences. Dans ce contexte difficile, le mandat qui s’achève aura été particulièrement actif : lancement des projets de la 2e ligne de métro, de la Cité internationale et du Centre de congrès des Jacobins, démarrage imminent du Pôle d’Echange Multimodal et du quartier EuroRennes, développement de notre réseau de transports collectifs, projet d’écocité ViaSilva, accélération et déploiement du PLH sur l’ensemble de nos communes, développement des coopérations territoriales… Cette action publique volontariste a permis à l’agglomération rennaise de mieux résister au choc de la crise que d’autres territoires, comme en témoignent les derniers chiffres et analyses de l’INSEE. Elle aura permis à Rennes d’affirmer son rang à l’échelle nationale et de figurer parmi les 9 agglomérations françaises qui bénéficieront du statut de Métropole de plein exercice au 1er janvier 2015. La reconnaissance de cette fonction de grande métropole régionale, de notre rôle d’entraînement au bénéfice d’un vaste territoire, vient valider notre stratégie. Cette stratégie communautaire a toujours combiné rayonnement et proximité, grands projets métropolitains et appui aux communes, au bénéfice de nos concitoyens. Elle s’est appuyée sur la réflexion partagée entre élus et sur le pari de l’intelligence collective du territoire, faisant appel à tous les acteurs économiques, sociaux et culturels. La démarche d’actualisation de notre projet communautaire, conduite en 2012 et 2013, illustre bien cette volonté.


Elle a mobilisé largement, et permis de vérifier le très large consensus autour d’une ambition : faire de Rennes une métropole européenne du XXIe siècle. Pour le prochain mandat, l’enjeu sera de concrétiser cette ambition, en faisant du développement économique et de l’emploi la première de nos priorités et en réaffirmant le fondement de la coopération intercommunale, faire davantage et mieux ensemble. Nos propositions s’appuient sur les valeurs de cohésion sociale et de solidarité, entre nos communes et entre les habitants du territoire.

Le développement économique et l’emploi, la grande priorité du mandat La crise n’a pas épargné notre bassin d’emploi et notre économie connaît aujourd’hui une profonde mutation. Nous réaffirmons d’abord notre refus de la désindustrialisation du territoire. La diversification indispensable de notre économie doit se poursuivre, mais en préservant les nécessaires équilibres entre l’industrie et les services. Cette diversité passe aussi par la préservation des emplois dans les PME, l’agriculture, l’artisanat et le commerce. Face à la mutation de son économie, notre territoire dispose de nombreux atouts : la qualité de son système de formation, la performance de notre recherche, la capacité d’innovation des acteurs. Le soutien à l’innovation et aux transferts de technologie sera donc plus que jamais au cœur de notre stratégie. Nous devons être un territoire toujours plus accueillant pour ceux qui cherchent, qui innovent, qui entreprennent, qui créent… Nous exprimons enfin notre volonté de jouer « collectif », d’être solidaires. La mise en place de la TPU a été une étape décisive, en limitant fortement les effets de concurrence dans l’accueil des entreprises. Nous devons rester fidèles à ce principe de solidarité.


Un soutien accru à l’enseignement supérieur et à la recherche Cette stratégie de l’innovation passe évidemment par un soutien accru à l’enseignement supérieur et à la recherche. Nous accompagnerons la fusion des deux universités rennaises et favoriserons la structuration d’une communauté d’universités et d’établissements à l’échelle du Grand Ouest.

Une politique ambitieuse de l’habitat Nous poursuivrons notre effort d’accueil. C’est une question de justice et de solidarité, pour permettre à tous ceux qui le souhaitent de vivre dans notre agglomération, quelle que soit leur situation sociale, familiale ou professionnelle. C’est aussi un enjeu économique, pour soutenir notre croissance démographique, pour favoriser le recrutement de nos entreprises et faciliter les nouvelles implantations. Notre futur PLH doit donc maintenir l’objectif ambitieux de produire plus de 4 000 logements/an, dont la moitié de logements aidés. Mais cet objectif doit être atteint avec le souci de la souplesse et de la diversité : diversité des objectifs, en fonction de la taille et du rôle des communes, diversité des produits, pour s’adapter à la demande et aux réalités locales, diversité des formes architecturales et urbaines.

Le développement de l’offre de transports collectifs Rennes Métropole est reconnue au plan national pour la qualité de son réseau de transports collectifs, comme pour son action en faveur des alternatives à la voiture individuelle. Nous amplifierons cet effort. La réalisation de la seconde ligne du métro sera bien sûr l’investissement majeur du mandat ; il sera combiné à un renforcement de l’offre de bus,


en direction des communes notamment, et au développement des sites propres. L’objectif est bien de faire des transports collectifs, par leur performance, leur rapidité et leur coût attractif, une alternative crédible à la voiture.

La Ville-Archipel, un modèle à renouveler Notre politique d’habitat et de mobilité vient servir un modèle de développement urbain jugé exemplaire à bien des égards, celui de la «VilleArchipel». Caractérisée par une distinction nette entre espaces urbanisés, espaces agricoles et espaces naturels, notre agglomération offre le visage d’une ville sans banlieue. Mais notre croissance urbaine et démographique risque de compromettre ce modèle urbain, s’il n’est pas renouvelé. C’est le sens des réflexions menées, à l’occasion de la révision du SCOT, sur le schéma multipolaire. Nous veillerons à donner du sens et du contenu à la nouvelle armature urbaine projetée (cœur de métropole, pôles structurants, pôles de proximité), à travers l’ensemble de nos politiques publiques.

L’approfondissement plutôt que l’élargissement Notre communauté d’agglomération vient d’accueillir 5 nouvelles communes. Nous sommes désormais 43. Nous affirmons que la priorité sera désormais à l’approfondissement de la solidarité et des compétences, plutôt qu’à l’élargissement du périmètre géographique de notre EPCI. Bien entendu, nous resterons ouverts aux communes qui exprimeraient le vœu de rejoindre la Métropole, pour autant que la cohérence géographique et de bassin de vie soit garantie. Mais l’enjeu essentiel, pour nous, est bien de réussir le passage au statut de Métropole.


La Métropole, une chance pour notre territoire La loi sur les métropoles vient consacrer notre fonction de capitale régionale, notre rôle d’entraînement au bénéfice du territoire. Nous deviendrons donc une Métropole de plein exercice en 2015. C’est une chance pour le rayonnement de notre agglomération, de notre département, de la région toute entière. Cette nouvelle étape de la construction communautaire, nous la franchirons ensemble, sereinement, par le dialogue entre nos communes, comme nous avons réussi le passage en communauté d’agglomération en 2000 ou encore le passage en TPU en 1992/93. Ce nouveau statut ne modifie d’ailleurs pas la nature de notre établissement. Nous resterons bien un établissement public de coopération entre communes, qui fonctionnera par la recherche du consensus le plus large, comme nous l’avons réussi ces dernières années sur toutes nos grandes politiques (PLH, stratégie économique, projet communautaire, etc).

Développer l’intercommunalité de proximité Entre le plein exercice des compétences communautaires d’un côté, et les compétences communales de l’autre, nous devons construire un espace pour l’intercommunalité de proximité. Rennes Métropole encouragera et favorisera le travail de coopération des communes autour de projets d’équipements et de services nouveaux à la population, notamment au travers des politiques contractuelles conduites par la Région et le Département. Cette perspective de mutualisation accrue de nos équipements et services est aussi un enjeu de gestion rigoureuse des deniers publics : Rennes Métropole devra accompagner ce mouvement, déjà engagé dans de nombreux secteurs de notre agglomération. Nous n’envisageons donc pas de nouveaux transferts de compétences des communes vers l’agglomération, au delà des évolutions prévues par la loi métropole et nous exprimons la nécessité que Rennes Métropole reste centrée sur les grandes compétences stratégiques.


Renforcer les coopérations territoriales à toutes les échelles La mandature qui s’achève a marqué une avancée considérable dans les relations entre Rennes Métropole et les territoires voisins. En faisant le choix de la coopération plutôt que de la concurrence, nous avons permis, avec d’autres, le lancement du pôle métropolitain LoireBretagne, nous avons initié des partenariats nouveaux, accompagné le travail des acteurs économiques et universitaires des grandes villes, participé ensemble aux salons à visibilité internationale... Le travail avec l’agglomération nantaise notamment a été riche de promesses ; il a vu des premiers projets engagés. Aujourd’hui, il nous faut franchir une nouvelle étape dans nos coopérations territoriales. En réaffirmant le rôle essentiel des métropoles dans le développement de la Bretagne et en renforçant nos relations avec Brest. En passant à la vitesse supérieure dans les coopérations avec Nantes, car c’est ensemble que nous atteindrons la taille critique, dans bien des domaines, économie, enseignement supérieur, recherche, culture... pour entrer dans le concert des métropoles européennes.

• • •

Les prochaines années verront l’aboutissement des grands projets structurants lancés au cours de ce mandat : Métro, Centre de congrès des Jacobins, Cité internationale, EuroRennes, ViaSilva… Ils permettront de conforter la place de notre agglomération à l’échelle régionale, nationale, européenne et le passage en Métropole nous donnera les moyens de cette politique de rayonnement. Mais la perspective de la Métropole appelle aussi des réponses nouvelles pour la gouvernance et la citoyenneté dans notre agglomération.


Demain, les électeurs choisiront leurs conseillers communautaires. C’est une étape nécessaire pour sensibiliser les citoyens aux enjeux de l’intercommunalité. Mais la meilleure manière de promouvoir l’intercommunalité, c’est que les élus municipaux — et notamment les maires — portent eux-mêmes les valeurs de la coopération et de la solidarité. En combinant politiques de rayonnement et politiques de proximité, en articulant au mieux projets municipaux et projets communautaires, en parlant de cette double citoyenneté — communale et métropolitaine. C’est le sens de notre initiative commune : affirmer notre volonté de travail collectif au bénéfice du territoire, et d’une gouvernance partagée pour Rennes Métropole.

agglo2014-2020  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you