Issuu on Google+

JNM5_EXE_24082006.qxp

L E

28/08/06

J O U R N A L

D E

16:48

L A

Page 1

C O M M U N A U T É

U R B A I N E

D E

N A N T E S

B I M E S T R I E L

Nantes

Les 4e Assises nationales du développement durable

Page 2

Métropole

Des forêts dans la ville

Page 10

Communauté urbaine

L’école de design s’agrandit Page 8

PATRICK GARÇON

Métropole

Comment mieux vous déplacer ?

A l’occasion de la semaine de la mobilité, du 16 au 22 septembre, un dossier pour faire le tour de vos déplacements.

Patrimoine : des beautés cachées… Page 4 Infographie du dossier

Les transports

Pages 12 et 13

Basse-Goulaine / Bouaye / Bouguenais / Brains / Carquefou / Couëron / Indre / La Chapelle-sur-Erdre / La Montagne / Le Pellerin / Les Sorinières / Mauves-sur-Loire / Nantes / Orvault / Rezé / Saint-Aignan-de-Grand-Lieu / Saint-Herblain / Saint-Jean-de-Boiseau / Saint-Léger-les-Vignes / Sainte-Luce-sur-Loire / Saint-Sébastien-sur-Loire / Sautron / Thouaré-sur-Loire / Vertou


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:48

Page 2

Métropole grands événements Les Assises nationales du développement durable en chiffres :

Une année sous le sceau du développement durable L’année 2006 est l’année du développement durable pour votre métropole. Les assises nationales constituent le point d’orgue de plusieurs rendez-vous importants s’étant tenus sur ce thème sur votre territoire. Les principaux enjeux liés au développement durable (effet de serre, solidarités et mode de vie et diversification économique, en particulier) ont ainsi été mis en lumière. Première étape : le vote de l’Agenda 21, au conseil communautaire de février dernier. Ce texte fixe les objectifs à atteindre par votre métropole dans différents domaines (énergie, transport, commerce équitable, etc.) en proposant 21 chantiers pour le 21e siècle. Ce texte apporte des réponses concrètes en termes d’actions publiques. Seconde étape : La semaine du développement durable, tenue du 29 mai au 4 juin. Nantes Métropole propose aux acteurs de l'agglomération de se mobiliser autour des thématiques de l'énergie et du plan climat territorial. Il s'agissait d'encourager les collectivités, les entreprises et les habitants de l'agglomération, petits et grands, à évoluer dans leurs comportements. Tout le monde peut, en effet, à son niveau participer à la maîtrise de la consommation d'énergie et à la lutte contre l'effet de serre. Animations, expositions et autres campagnes de communication devaient donner envie à chacun d'agir pour le bien de tous. Troisième étape : les Ecossolies, du 9 au 11 juin. Un moment fort pour faire connaître l’un des aspects moins connus du développement durable : l’économie sociale et solidaire, une économie qui prend mieux en compte l’humain et qui représente 29 000 emplois sur la métropole. Dernière étape : Les 4e assises nationale du développement durable. Un lieu de de rencontres, de synthèse et de propositions pour pouvoir tous agir à la hauteur des enjeux.

2 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006

• 4 jours sur le développement durable. En plus des 11, 12 et 13 octobre, consacrés aux ateliers, débats, conférences, le samedi 14 sera dévolu à des événements grands publics, des animations, des spectacles pour tous. • 1500 personnes attendues • 6 conférences et 44 ateliers • Plus de 200 intervenants • Plus de 10 manifestations associées • Plus de 50 structures concernées

Rendez-vous avec le développement durable Du 11 au 13 octobre, le Conseil régional des Pays de la Loire organisent les 4e Assises nationales du développement durable. Nantes Métropole et Angers Loire Métropole accueillent cet événement national, le plus important de l’année en France sur ce thème.

E

ffet de serre, commerce équitable, née à la Cité internationale des congrès pour mixité sociale, solidarité entre les peu- profiter des ateliers, des conférences, des ples, biodiversité, économie sociale et débats, poser des questions, bref particisolidaire, tri sélectif, etc. Les thèmes per à l’événement. «Chacun doit pouvoir et les termes du développement dura- s’impliquer, et mesurer à quel point il est ble commencent à être connus de chacun de important désormais d’agir tous localement nous. Mais il est parfois difficile de savoir pour obtenir des effets globalement, c’estoù l’on en est aujourd’hui. à-dire à l’échelle de la planète.» «Les habitants sont désor- « Il est vraiment Comment faire ? En se dévelopmais sensibilisés au dévelop- temps d’agir pant autrement, c’est-à-dire en pement durable, estime efficacité éconoà la hauteur des conjuguant Ronan Dantec, vice-président mique, harmonie sociale et quade Nantes Métropole, en enjeux qui nous lité de l’environnement. Aussi, charge de l’Agenda 21. Main- attendent. » il convient d’abord de quantitenant, il est temps d’agir à la Ronan Dantec, vice-président de N. M. fier les efforts à faire et de se hauteur des enjeux.» donner les moyens d’y arriver. L’objectif des assises nationales du déve- «D’ici à 2025, Nantes Métropole a pour loppement durable consiste ainsi, avant objectif de réduire de 1,2 million de tonnes toute chose, à faire le point sur ce débat si les émissions de CO2 sur son territoire, dit vaste, de rentrer au cœur des sujets et de Ronan Dantec. Nous projetons de faire pastrouver des solutions. «Ces assises s’adres- ser le nombre de voyages en transports en sent évidemment aux acteurs du dévelop- commun de 100 millions à 200 millions dans pement durable, aux collectivités locales, les 20 ans à venir.» • aux associations, aux entreprises, en particulier, poursuit Ronan Dantec, mais égalePour en savoir plus : pour vous inscrire aux Assises nationales ment au grand public.» Moyennant 10 euros, tout habitant pourra passer la jourwww.andd.fr


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:48

Page 3

Au cœur de Pré-Gauchet, le stade Marcel Saupin accueillera, autour du terrain de sport, l’Institut d’Etudes Avancées, des logements et des activités tertiaires. Les travaux ont débuté le 8 août dernier.

Pré-Gauchet : un nouveau quartier sort de terre Édito

Entre le Nouveau Malakoff et le secteur de la gare de Nantes, un nouveau quartier de ville accessible à tous va sortir de terre. Son nom : Pré-Gauchet.

ble es 4e Assises e Métropole ce sur ce thème.

Image de synthèse montrant le futur quartier Pré-Gauchet.

C

onstruit sur 15 ha. de friches entre Malakoff et la gare de Nantes, le futur quartier Pré-Gauchet rassemblera toutes les fonctions urbaines d’un cœur de ville : habitat, activités économiques, commerces, équipements publics. D’ici à 10 ans, 1 000 logements seront construits sur ce nouveau quartier, dont 400 dès 2008. Ce programme d’habitat prévoit plus de 25 % de logements sociaux, au sein de bâtiments de haute qualité architecturale. Avec des logements en accession à la propriété, des logements locatifs en loyers libres, et au moins 300 logements sociaux, Pré-Gauchet se veut accessible à tous. La part des petits logements sera limitée afin de favoriser la construction de logements familiaux. Les espaces publics et les espaces verts auront également toute leur place. La proximité de la Loire et

de la Petite Amazonie, la qualité Nantes sur le site de l’ancien des espaces verts et des espaces Tripode – Champ de Mars – publics, mais aussi celle des quartier Gare), Pré-Gauchet sera transports urbains, formeront un quartier d’activités avec un cadre de vie harmonieux. Le 130 000 m2 de bureaux, dont développement 25 000 m2 livrés dès des voies d’accès « Logements, 2008. La proximité permettra d’ou- commerces et de la gare TGV et sa vrir le quartier activités tertiaires liaison avec l’aérosur le centre ville. port international Deux voies arbo- feront de Pré vont faire de ce rées, l’avenue du Gauchet un quartier nouveau quartier Parc et l’avenue de centre ville un des secteurs de la Gare, seront accessible à tous. » privilégiés d’impercées. De nou- Patrick Rimbert, vice-président de N. M. plantation d’activeaux cheminevités tertiaires, ments piétonniers seront créés, notamment d’entreprises en lien direct avec le centre his- nationales, étrangères, ou de torique de Nantes, les rues exis- services publics nationaux. tantes seront élargies, et un Conjuguant mixité sociale, nouveau pont sur la Loire verra mixité des usages, espaces le jour entre Malakoff et l’Ile de publics soignés et équipements publics de qualité, Pré-Gauchet Nantes. Inscrit dans le projet Euro- sera bientôt l’un des symboles nantes, futur pôle d’affaires de du développement urbain « à la l’agglomération nantaise (Ile de nantaise ». •

Cette rentrée se place sous le signe de la mobilité. Nantes Métropole poursuit le développement diversifié des modes de transports. Les Navibus s’installent avec efficacité sur la Loire et désormais sur l’Erdre. La route de Vannes assure qualité et sécurité des déplacements des usagers. La ligne 4 proposera, dans moins de deux mois maintenant, le BusWay entre Vertou, Saint-Sébastien-surLoire et Nantes. Le centre de Nantes réorganise son plan de circulation pour rendre la vie plus fluide pour l’automobiliste et la ville plus facile pour tout le monde. C’est l’attractivité du cœur de ville qui en sortira renforcée. A venir, le renforcement de l’étoile ferroviaire, la construction des nouveaux ponts sur la Loire, l’interconnexion des lignes 1 et 2, la mise en place d’un service de prêt de vélos à la demande, sont autant de projets qui viendront enrichir notre plan de déplacements. Offrir des transports collectifs économiques et performants, permettre aux automobilistes d’être mieux informés en temps réel et de mieux se déplacer, et encourager les pratiques alternatives comme le vélo ou la marche à pied c’est permettre à tous de mieux vivre son agglomération.

JEAN-MARC AYRAULT

Président de Nantes Métropole

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 3


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:48

Page 4

Nantes Métropole actualités La révision des Plans locaux d’urbanisme (PLU) a pour objet de prévoir l’évolution de la ville en fixant l’utilisation des sols. Mais si la ville s’agrandit, se renouvelle, elle ne doit pas pour autant faire table rase du passé. C’est pourquoi les nombreuses traces

Gilles Retière, maire de Rezé et vice-président de Nantes Métropole chargé de l’aménagement du territoire et des grands projets urbains.

Nantes Métropole vient de recenser son patrimoine en vue d’inscrire des éléments bâtis et naturels aux Plans locaux d’urbanisme. Quel est l’objectif de cette démarche ? Nantes Métropole dispose d’une richesse patrimoniale exceptionnelle. Nous avons les villages de bord de Loire qui, de Mauves-sur-Loire à Couëron, ont une typologie spécifique. Nous avons aussi un patrimoine rural et ouvrier particulièrement intéressants. Or, dans plusieurs communes, rien n’existait pour protéger cette mémoire. Nous avons donc voulu que la protection des secteurs dont l’intérêt est avéré devienne systématique, même s’il y a souvent débat sur les éléments à conserver. C’est particulièrement le cas pour le patrimoine des années 1970 pour lequel les perceptions peuvent être très antagonistes. En lançant le diagnostic patrimonial du territoire, notre idée était de repérer les éléments intéressants et d’empêcher qu’on les démolisse ou qu’on les défigure. La volonté de Nantes Métropole est de valoriser et de protéger ce qui est intéressant, et de conserver l’esprit et l’ambiance des lieux, tout en les faisant évoluer. L’inventaire réalisé par le CAUE est une 1er étape, on y reviendra…

Les associations de protection du patrimoine ont été sollicitées pour élaborer un diagnostic le plus fin possible.

Une seconde vie est possible pour de nombreux bâtiments anciens.

Les trésors cachés du petit patrimoine Nantes Métropole vient de réaliser un inventaire de son patrimoine. Pendant 8 mois, ils ont arpenté les communes de Nantes Métropole à la recherche de petites merveilles insoupçonnées. Qui sont-ils ? Les architectes du Conseil départemental d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) missionnés par Nantes Métropole pour recenser le patrimoine du territoire. Ce recensement n’a pas porté sur les monuments historiques qui ouvriront leurs portes au public les 16 et 17 septembre prochains à l’occasion des 23e Journées européennes du Patrimoine, mais sur le patri-

moine «quotidien» : un bâtiment remarquable ou témoin d’une époque, un puits, une vue, une façade, un arbre, un calvaire.

Chauffetière au canal de la Martinière.

de l’histoire ligérienne que recèle notre territoire doivent être conservées et protégées. Le recensement réalisé par les architectes du CAUE a porté sur 4 000 sites. Une fois ce recensement effectué, la métropole, en lien avec les communes, a sélectionné, parmi les éléments repérés, ceux dont l’intérêt justifiait une inscription au PLU. Ces éléments se voient de fait protégés. Leur démolition est désormais obligatoirement soumise à une autorisation municipale et à un avis des Architectes des Bâtiments de France. Autres conséquences : toute restauration doit mettre en valeur les caractéristiques de la construction, et toute construction nouvelle, située à proximité d’éléments remarquables, doit respecter l’aspect général et la morphologie des bâtiments environnants. Grâce à ce recensement, chaque commune dispose désormais d’une cartographie de son patrimoine et des outils adaptés à sa préservation. •

Le prêt à taux zéro est arrivé ! Le « Prêt à Taux Zéro Nantes Métropole » est accessible depuis le 1er septembre auprès des banques partenaires de l’opération ! Ce sont ainsi 450 à 600 ménages par an qui pourront être aidés dans leur accession à la propriété par ce prêt dont les intérêts sont pris en charge par la Communauté urbaine de Nantes. Sous certaines conditions, les bénéficiaires pourront ainsi cumuler le prêt à taux zéro de l’état, le prêt à taux zéro de Nantes Métropole associé à un prêt à taux préférentiel, et enfin un prêt classique pour compléter le financement global. Le Crédit Mutuel, le Crédit Agricole et le CIO sont, à ce jour, les partenaires de la métropole pour proposer le « Prêt à taux zéro Nantes Métropole » dans leurs agences locales. Pour en bénéficier, vous devez contacter ces banques partenaires.

4 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:48

Page 5

Nantes Métropole actualités

La réinsertion après un traumatisme Comptant deux sites à La Montagne et à Carquefou, l’Aparta (Atelier protégé de l’association de réinsertion des traumatisés crâniens atlantique) emploie environ 80 personnes ayant subi un traumatisme crânien.

I

ls ont subi un traumatisme crânien ayant entraîné un coma de plusieurs jours à quelques mois, dans un accident de la route ou dans le cadre du travail. Salariés de l’Aparta, ils ont appris un nouveau métier et repris une activité professionnelle. À La Montagne, vingt-cinq d’entre eux travaillent au conditionnement de fournitures de papeterie. Une quinzaine, plus autonomes, s’occupent de l’entretien d’espaces verts ou de travaux de second oeuvre dans le bâtiment. Le site de Carquefou, consacré au conditionnement industriel (mise sous film plastique de

de la communication. Toutefois, elle note que certains sont là depuis la création du site à la Montagne, en 2001. «Les traumatisés crâniens ont besoin de repères, ils n’aiment pas les changements». structure adaptée. Un constat partagé par Jean-Louis Véron, chargé du développement économique, qui s’efforce de les faire avancer «malgré eux», par exemple en les amenant à respecter des horaires ou à changer d’activités. Il insiste sur «les nombreux deuils par rapport à leur vie d’avant. De plus, ils n’ont pas la capacité à résister au stress et à la pression. 95 % d’entre eux ne peuvent aller en milieu ordinaire. Ici, ils sont dans une structure adaptée.» Néanmoins, certains vont jusqu’au bout de leur réinsertion, «l’un, qui était à la préparation de commande, et un autre, cariste, ont trouvé du travail.» En 2005, sur les 2 500 travailleurs handicapés que comp-

Une

Atelier de l’association APARTA sur le site de La Montagne.

exemple réussi d’entre prise permettant à des personnes handicapées de réapprendre à vivre, souligne Liliane Plantive, viceprésidente de N.M., en charge du handicap. Elles se réinsérent ainsi dans la vie de la cité.» •

Pour en savoir plus : APARTA 1 allée du mortier BP 4 44620 La Montagne

www.aparta.fr

« Aparta est un exemple réussi d’une entreprise permettant à des personnes handicapées de réapprendre à vivre. » Liliane Plantive, vice-présidente de N. M.

biscuits, pour la BN, et de revues), emploie 40 travailleurs. La majorité réside dans la métropole nantaise. Ils viennent en bus ou logent, à proximité, dans des logements sociaux. Cette entreprise adaptée, dont le principal actionnaire est l’Arta (Association de réinsertion des traumatisés crâniens Atlantique, créée par le Professeur JeanFrançois Mathé), a été conçue comme «un vrai lieu de travail et un tremplin pour se réinsérer dans le milieu professionnel», rappelle Sylvie Martin, chargée

tent les Pays de la Loire, il y a eu cinq réinsertions, «dont une chez nous.» La plupart, en fait, préfèrent rester : «On est une entreprise à part entière» souligne Jean-Louis Véron «Le travail, on va le chercher sur le marché. Ces personnes travailleront toute leur vie, puis partiront un jour à la retraite.» Au passage, il rappelle l’insuffisance de ce type de structures : «Il y a autour de 20 000 places en France pour 250 000 handicapés qui cherchent un travail en milieu protégé». «Aparta est

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 5


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:48

Page 6

Nantes Métropole actualités L’Odyssée sera bientôt dans l’orbite culturelle de la métropole.

Joseph Parpaillon, maire d’Orvault et viceprésident de Nantes Métropole. L’Odyssée est un projet phare de votre commune. Sa «mission» dépasse-t-elle le simple territoire de votre commune ?

En effet, c’est une réalisation importante pour les 25 000 Orvaltais. Un tel équipement modulable répond à une attente forte de la population. Sa conception permet d’organiser à la fois des manifestations culturelles, des congrès, des manifestations à caractère familial ou associatif avec possibilité de restauration sur place. Nous avons conçu l’Odyssée pour qu’il puisse avoir un rayonnement audelà de notre commune. La culture est un moyen d’ouvrir les esprits, d’interpeller, de surprendre, de partager, d’échanger, de s’enrichir. Nous avons pensé l’Odyssée comme un lieu de rencontre et de convivialité. Grâce aux spectacles qui s’y dérouleront, nous souhaitons que ce nouvel espace de rencontres et de cultures attire les habitants de la Métropole et leur donne ainsi envie de découvrir Orvault.

LE TRAIN DE LA CRÉATION À NANTES La 4e édition du Train de la création et du développement des entreprises se déroule actuellement. Le train fera une nouvelle fois escale en gare de Nantes le 16 septembre prochain. Lancé en 2003, il a déjà accueilli près de 55 000 visiteurs. Cette année, l’exposition est axée sur le développement de l’entreprise.

LE SITE DU CHÂTEAU… Le Château des Ducs de Bretagne ouvrira ses portes début 2007. En attendant vous pouvez surfer sur le site du château : www.chateau-nantes.fr

Les débuts de l’Odyssée Avec le concours financier de Nantes Métropole, un nouvel équipement modulable voit le jour à Orvault. Il propose 3 espaces en 1 et 900 places assises aux spectateurs. «Il y avait une vraie demande des Orvaltais», raconte Florence de Vasson, la responsable du nouvel espace de rencontres et de cultures d’Orvault, pour expliquer la genèse du projet. «Les associations comme les particuliers réclamaient un équipement spécifique pour leurs manifestations et leurs réunions familiales ou amicales ». Dès le 29 septembre prochain, «l’Odyssée» répondra donc à ces besoins, redonnant à la salle polyvalente de la Frébaudière sa vocation initiale de gymnase et au théâtre de la Gobinière la liberté d’une programmation culturelle plus pointue. Le nouvel équipement sera modulable en trois différents espaces. Le premier, un amphithéâtre de 560 m2, calqué sur les modèles antiques avec tribunes et balcon, pourra accueillir 500 spectateurs. Le second, une salle

6 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006

de réception de 414 m2, pourra recevoir 350 personnes attablées. Enfin, la combinaison des deux premiers lieux, grâce à une paroi coulissante rendant l’ensemble entièrement modulable, offrira un espace de 900 m2, proposant 600 places assises en configuration «cabaret» et 900 places en configuration «conférence». «La polyvalence de l’endroit le rend utilisable par tous les publics : associations, particuliers, mais aussi entreprises, Orvault se situant au cœur d’un riche bassin économique », souligne Florence de Vasson. L’offre culturelle représentera 20% de l’occupation de la salle, avec quinze spectacles programmés la saison prochaine. Proche du périphérique nantais, «l’Odyssée» a aussi pour vocation de s’ouvrir sur l’agglomération, «en répondant aux besoins des communes voisi-

nes, comme Sautron». D’un coût de six millions d’euros, financé par la Ville d’Orvault, Nantes Métropole, le Département, la Région et l’État, le bâtiment, mêlant élégamment classicisme et modernité, a été construit dans un souci de protection de l’environnement. • Renseignements : odyssee@mairie-orvault.fr

Spectacles gratuits Pendant toute la semaine d’inauguration de l’Odyssée, qui aura lieu du 29 septembre au 8 octobre, des portes ouvertes à destination de tous les publics seront organisées. Le week-end du 30 septembre et du 1er octobre, des spectacles gratuits seront proposés (sur réservation) et des comédiens conduiront des visites guidées.


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:48

Page 7

Stationnement. Le parking Cathédrale comprendra 9 emplacements réservés pour les véhicules des personnes à mobilité réduite, 18 places sécurisées pour les vélos, et 12 places pour les motos.

Le parking Cathédrale trouve sa place

101,5

millions de voyages ont été effectués au cours des 12 derniers mois sur le réseau des transports collectifs de l’agglomération nantaise (Semitan), qui voit ainsi sa fréquentation augmenter de 6,2 % par rapport à l’année précédente.

Dès janvier 2007, le sous-sol du cours Saint-André, dans le centre historique de Nantes, abritera un tout nouveau parking de plus de 400 places. Depuis le mois d’octobre dernier, en flânant dans le centre historique de Nantes, vous avez sûrement constaté que le cours Saint-André était le théâtre d’une bien étrange activité. Grues, pelleteuses, bulldozers et autres engins en tout genre, ont pris possession de ce lieu habituellement si calme, le transformant en un vaste chantier. Jusqu’à ces jours derniers, si tant d’hommes et de matériels sont ainsi mobilisés, c’est pour relever un défi : construire en moins de 18 mois un parking souterrain de 406 places réparties sur 3 niveaux. La réalisation du parking Cathédrale a été décidé par Nantes Métropole en juin 2003. Sa construction et son exploitation ont été confiées au groupement Nantes Aménagement – Nantes Gestion Equipement (NGE). Ce nouvel aménagement vise 2 objectifs. Il s’agit d’augmenter l’offre de stationnement pour les riverains et l’ensemble des Nantais dans un quartier très fréquenté avec la présence de la Cathédrale, du Musée des Beaux-

POINCARÉ DEVIENT ROND-POINT Devant le parc de Procé, la place Raymond Poincaré à Nantes a largement été transformée. Commencé en mai, l’aménagement a consisté à créer un giratoire de 24 m de diamètre avec traitement paysager en lieu et place des feux tricolores. A la clé : une meilleure performance pour les transports urbains et une plus grande fluidité de la circulation.

Vue du parking Cathédrale depuis une grue de chantier.

22 500 m3 de roche ont été extraits grâce à 100 tirs de mines pour creuser le parking Cathédrale. Arts et du Château des Ducs de Bretagne ; et de libérer les cours Saint-André et Saint-Pierre des véhicules, leur rendant ainsi leur

L’entrée du parking Cathédrale sera en verre.

TICKET UNIQUE

fonction première d’espaces de promenade. Outre la difficulté de mener à bien un tel chantier dans un secteur classé à l’habitat dense, ces concepteurs ont également dû compter avec le canal Saint Félix tout proche. Par endroit, 90 cm. seulement séparaient le chantier des eaux de l’Erdre. Aujourd’hui, le terrassement est achevé et la dalle supérieure de l’ouvrage, livrée en août dernier, est prête à accueillir la fête foraine de septembre. L’heure est donc aux aménagements intérieurs : peinture, électricité, et cloisonnement, afin que tout soit prêt en janvier prochain, pour l’ouverture au public. Grâce à ce nouveau parking et à l’arrivée du BusWay sur la place Foch en novembre, c’est tout le quartier de la Cathédrale qui se transforme et s’embellit. •

Depuis le 1e septembre, Nantes Métropole et le Conseil général de Loire-Atlantique proposent un ticket de transport à tarif unique donnant aux usagers du réseau départemental Atlantic’ un accès aux bus, aux trains et aux tramways, sans supplément tarifaire.

NAVIBUS RÉCOMPENSÉ La Semitan a reçu le Sem d’or, catégorie service public, pour la mise en place de Navibus. Ce prix, attribué par la fédération des économies mixtes, récompense la volonté de la Semitan de répondre aux problèmes des déplacements à Nantes. Un succès de plus pour Navibus qui, en 2005, a accueilli 200 000 passagers sur ses 3 lignes.

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 7


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:48

Page 8

Une Métropole d’avance UNE NOUVELLE RENTRÉE POUR FELTRE-CALVAIRE Depuis le samedi 26 août, les horaires d’été de la TAN ont pris fin et les bus circulent à nouveau sur l’axe FeltreCalvaire. Pour son inauguration, un programme de festivités et d’animations est prévu avec l’association de commerçants « Plein Centre », la ville de Nantes et les CCI de Nantes Saint-Nazaire. Pour plus d’informations : www.nantes.fr www.nantes-tourisme.fr

AU RAYON BOURSE Vendre son vélo ou en acheter un d’occasion ? Un vélo rigolo ou un vélo de pro ? Des vélos pour tous les goûts et pour tous les porte-monnaie, c’est ce que propose l’association Place au Vélo lors de sa 9e Bourse aux Vélos le samedi 30 septembre 2006 de 9h30 à 17h sur la Place du Pont Morand à NANTES Pour toute information surfez sur www.nantes.fubicy.org

1,8 TONNE DE PEINTURE La grue Titan jaune, symbole du passé portuaire de Nantes, vient d’être restaurée. Pendant 12 semaines, à des dizaines de mètres de haut, 5 peintres l’ont astiquée et enduite de 1,8 tonne de peinture pour qu’elle retrouve son éclat d’origine.

TROMPE L’ŒIL Nichée derrière le cours des 50 Otages à Nantes, la place Ferdinand Soil a changé de visage. Depuis le 13 juillet dernier, elle est ornée d’une fresque colorée de 66 m2. Représentant une brocante et un commerce de vins, ce trompe l’œil est devenu une véritable attraction.

L’école de design s’agrandit Trois nouvelles formations à la rentrée de septembre et de nombreux projets : le développement de l’école de design Nantes Atlantique va de pair avec la percée de cette profession dans les entreprises.

C

réée il y a quatorze ans, sous tutelle de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) depuis onze ans, l’école de design Nantes Atlantique franchit une nouvelle étape dans son développement avec l’extension de ses locaux basés à Atlanpôle, sur le campus de la Chantrerie. En face du premier bâtiment implanté il y a huit ans, une deuxième structure identique, séparée par un patio, porte la superficie totale de l’école à 4000 m2. D’un coût de 4,38 millions d’euros, financée par Nantes Métropole, la Région, le Conseil général et la CCI, cette extension intègre une cafétéria étudiante, un atelier CAO/DAO relié à une prototypeuse rapide (machine à fabriquer des prototypes) et de nouvelles salles de classe. Contrairement aux idées reçues, le design va beaucoup plus loin que la simple décoration d’objets. «C’est aujourd’hui un métier émergent dans le monde de l’industrie», explique Christian Guellerin, directeur de cet établissement. «Son objectif est de travailler sur l’usage, la fonctionnalité, la forme des produits de façon à ce qu’ils se vendent le mieux possible. Face au redéploiement industriel à l’échelle mondiale, il apporte ainsi une valeur ajoutée d’innovation et de création permettant aux entreprises de se démarquer».

Autrement dit, un designer conserve l’utilité de l’objet (voiture, meuble, jouet, tente, fer à repasser, etc.) mais le rend plus

« Le design est

aujourd’hui un métier émergent dans le monde de l’industrie. Il apporte une valeur ajoutée d’innovation et de création. »

Christian Guellerin, directeur de l’École de design de Nantes

beau, pour vous donner davantage envie de l’acheter que celui du concurrent. Magalie Pedrono, 20 ans, étudiante en troisième année, parle de sa motivation pour faire ce métier : «Je ne souhaitais pas devenir un ingénieur pur et dur. Je voulais exercer un métier ouvert, créatif, qui chan-

ge assez souvent. Le design nous impose d’être dans l’air du temps, avec des contraintes d’usage, de forme, d’esthétique et de mode.» L’extension des locaux va permettre d’accueillir dès la rentrée de septembre un Centre de Formation des Apprentis en design produit, un BTS design d’espace et un BTS système constructif bois habitat. Le développement de l’accueil d’étudiants étrangers et celui des formations continues en multimédia, design produit ou encore management, font partie des autres grands projets. L’école de design nantaise finance par ailleurs, en Chine, à Qingtao, la création de sa jumelle, «dont la vocation sera de former des designers français qui travailleront pour des entreprises commerçant avec la Chine». •

Une formation en cinq ans et un BTS L’école de design Nantes-Atlantique propose actuellement une formation longue de cinq ans, validée par un diplôme de designer reconnu par le ministère de l’Enseignement supérieur. 350 candidats tentent le concours chaque année, 120 sont sélectionnés en première année, qui passent à 50 en deuxième. Un BTS «design produit» accueille vingt étudiants par an, formé en alternance à l’école et en entreprise. Vingt autres étudiants suivent une formation continue de «concepteur développeur multimédia».

8 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 9

Outre la péniche Cap Vert, 4 sites sont labellisés « Tourisme et Handicap » en Loire Atlantique. Situés à Derval, Machecoul, La Turballe et au Temple-de-Bretagne, ils offrent un tourisme accessible à tous.

Une Métropole d’avance

Cap Vert : des vacances pour tous Amarrée à Nantes, la péniche Cap Vert, seul site labellisé «Tourisme et Handicap» de l’agglomération nantaise, propose un tourisme de découverte des voies fluviales. S’échapper quelques jours de son environnement quotidien pour pratiquer une activité de loisir est facteur d’épanouissement et de découverte. Comme la santé ou l’éducation, l’accès aux vacances est un droit fondamental. Pourtant, pour les personnes handicapées, partir en vacances reste un parcours du combattant. Fondée en 1995, l’association Cap Vert propose un tourisme fluvial à caractère social sur l’Erdre, le canal

Une capacité d’accueil de 30 personnes de Nantes à Brest, et la Vilaine. Avec l’aide de l’association «Histoire de la construction navale» et du chantier d’insertion ATAO, Cap Vert a construit une péniche entièrement accessible aux personnes handicapées. Depuis 2003, le temps d’une croisière, cette péniche accueille à son bord des personnes handicapées,

des personnes âgées, et des jeunes en difficulté sociale. Et la demande ne cesse de croître. Déjà, près de 100 jours de navigation ont été réservés en 2006. Dotée de 14 couchages dont 7 adaptés aux personnes à mobilité réduite, la péniche peut accueillir jusqu’à 30 personnes pour les Péniche de l’association Cap Vert. croisières d’une journée. Si Cap Vert travaille surtout attribuée le 1 500e label «Tourisme et avec des structures spécialisées, elle Handicap» par Léon Bertrand, souhaite aussi proposer une offre ministre délégué au tourisme. «Pour plus originale en accueillant les nous, cette labellisation est un enfants handicapés avec leurs encouragement et une vraie reconfamilles. Mais comme le déclare naissance du travail accompli. C’est Dominique Maréchal, président de aussi un bon argument pour déveCap Vert : «L’accueil des familles lopper notre activité», souligne pose une difficulté financière. Le Dominique Maréchal. • coût d’une croisière de 4 jours s’élèPour en savoir plus : ve à 235 € par personne. Si ce prix Cap Vert - Maison des Associations n’est pas très élevé, il est suffisant 21, allée Baco - 44 000 Nantes pour commencer à exclure. Or nous Tél. 02 51 82 07 49 souhaitons faire du tourisme social». www.penichecapvert.com Le 7 mars dernier, Cap Vert s’est vu

L’ENVOL DE NANTES ATLANTIQUE L’aéroport Nantes Atlantique a enregistré l’année dernière 2,2 millions de passagers et a désormais acquis une dimension interrégionale. Environ 25 % des voyageurs viennent de LoireAtlantique, 50 %, des 4 autres départements des Pays de la Loire, tandis que les 25 % restants sont issus des régions Bretagne, Poitou-Charentes, Normandie et Centre.

TICKET UNIQUE Depuis le 1er septembre, Nantes Métropole et le Conseil général de LoireAtlantique proposent un ticket de transport à tarif unique donnant aux usagers du réseau départemental Atlantic’ un accès aux bus, aux trains et aux tramways, sans supplément tarifaire.

UN HAMMAM SOUS LU

Un site pour les zones d’activités Vous êtes un chef d’entreprise et vous cherchez à vous implanter sur le territoire de la métropole nantaise ? Eh bien, désormais un nouveau site peut répondre à vos attentes. Sur www.zonesdactivites.nantesmetropole.fr, vous pourrez trouver la solution foncière qui correspond le mieux à vos besoins (industrie, tertiaire, artisanat…). En complètement du site de Nantes métropole développement (www.nantesdeveloppement.com), l’agence de développement économique de la métropole dont le métier est d’accueillir et d’accompagner les entreprises, ce nouveau site répertorie le foncier disponible sur une vingtaine de zones d’activités du territoire de Nantes Métropole. Partenaires économiques, contacts téléphoniques, liens internet, chiffres clés, cartographie, ce site est une centrale d’information qui vous sera bien utile pour trouver le lieu d’implantation idéal pour votre entreprise.

Depuis le début de l’été, le sous-sol du Lieu Unique, la scène nationale nantaise, est le théâtre d’un vaste chantier. Le plus grand hammam de France est en train de voir le jour dans ce lieu pour l’heure peu hospitalier. Composé de 3 salles sur une superficie de 680 m2, ce hammam traditionnel ouvrira ses portes en décembre prochain.

à bientôt sur www.zonesdactivites.nantesmetropole.fr

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 9


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 10

Une Métropole d’avance

La forêt urbaine est un projet écologique mais aussi économique et social : l’exploitation alimentera la filière bois et les travaux forestiers seront confiés à des entreprises d’insertion.

Des forêts dans la ville D’ici à 10 ans, Nantes Métropole va créer 1400 hectares de forêts urbaines. Trois poumons verts pour les générations futures.

Agglomération verte, car riche de sa campagne et de ses bosquets, votre métropole reste néanmoins pauvre en forêt. Avec ses 4 130 ha de surfaces boisées, le taux de boisement de la région nantaise n’y est que de 4,7 % alors que la moyenne nationale

est de 27 %. Cette forêt, privée à 90 %, est très morcelée et éparpillée sur l’ensemble de ce territoire. En outre, la région nantaise ne possède que 730 ha de forêts publiques. Les métropolitains amoureux de promenade dans les bois doivent donc faire de nombreux kilomètres pour trouver leur bonheur. L’idée de créer une «forêt urbaine» est issue de la réflexion engagée, il y a une dizaine d’années, par l’agence d’urbanisme de la région nantaise sur la place des espaces agricoles et naturels dans le développement urbain. Corridors écologiques. «Ce projet consiste à développer, à l’échelle de l’agglomération, des massifs forestiers contribuant à la diversité des milieux naturels : il s’agira d’espaces publics naturels, de loisirs et de proximité, complémentaires des espaces naturels et des coulées vertes existants», explique Françoise Verchère, vice-présidente de N.M. en charge du projet de forêts urbaines. En outre «des corridors écologiques» relieront entre elles les masses forestières. Trois sites, un au nord de l’agglomération et deux au sud, ont été retenus. Ces espaces en déprise agricole (abandon des cultures) seront acquis par la communauté urbaine qui se donne 10 ans pour

Le rythme des plantations Comment faire de la forêt en ville ? Et à quel rythme ? Sur le territoire de la métropole, dix hectares seront boisés d’ici à 2007. A partir de 2008, de nouvelles parcelles seront acquises et plantées au rythme annuel de 10 à 15 ha par site : chaque année, la forêt progressera alors de 40 hectares. L’aménagement d’un hectare de forêt (foncier non compris) est évalué à 8 400 €. Une première enveloppe de 210 000 € a été engagée. A partir de 2008, 400 000 € par an seront investis dans cette opération, soutenue à 30 % par le Conseil général de Loire Atlantique, et votée à l’unanimité lors du conseil communautaire de juin dernier.

10 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006

planter les trois forêts, à partir de noyaux de forêts existants. Ainsi, elles atteindront leur maturité dans une trentaine d’années. Mais bien avant il sera possible d’y gambader en famille. •

Trois futures forêts urbaines La forêt nord-ouest : un espace de 480 ha, au débouché de la promenade de la Chézine, situé sur les communes de Couëron, Sautron et Saint-Herblain. Ce site comporte des espaces boisés tels que le parc de la Gournerie et le vallon de la Chézine, un réseau bocager dense et de nombreuses friches dues à la déprise agricole. Ce territoire est bien desservi et des activités de loisirs s’y développent. La forêt sud-ouest : entre Loire et Grand-Lieu, 756 ha situés sur les communes de Bouguenais, Saint-Aignan-de-Grand-Lieu et Bouaye (zone d’activité de la forêt). Ce site est constitué d’une mosaïque de petits bois, prairies, haies bocagères, parcelles viticoles, landes. L’agriculture y est en voie de déprise constituant de nombreuses friches. La forêt sud-est : 180 ha sur les communes de Rezé, Les Sorinières et Vertou. Ce site, bien que morcelé par les infrastructures routières, a gardé son caractère rural. Le ruisseau de l’Ilette et ses zones humides traversent des boisements, un réseau de haies bocagères et les nombreuses friches de cet espace.

Transp

Sur de Automobiles Un dos Métropole se


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 11

« Pour leurs déplacements, nous devons inciter les habitants à changer de comportement. Le premier argument, c’est que passer de la voiture aux transports en commun va dans le sens de leur intérêt. On gagne du temps et du confort et c’est aussi moins coûteux. » François de Rugy, vice-président de Nantes Métropole en charge des déplacements.

L

La navette fluviale transporte piétons et cyclistes entre Trentemoult et Gare-maritime.

Transports et Déplacements

Sur le chemin de l’équilibre Automobiles, transports en commun, vélos, piétons… Un dossier pour vous expliquer comment Nantes Métropole se mobilise pour faciliter vos déplacements !

es habitants de l’agglomération nantaise effectuent chaque jour environ 2 millions de déplacements. Sur son territoire, l’automobile reste le moyen de déplacement majoritaire. Il faut dire que le nombre de véhicules a doublé depuis 20 ans. Et qui dit plus de voitures, dit forcément plus de déplacements. Aussi, afin de permettre la mobilité pour tous, tout en préservant son environnement, Nantes Métropole doit proposer des modes de déplacements alternatifs performants (transports en commun, en particulier), et doit aussi sensibiliser les habitants aux enjeux des déplacements pour l’avenir du territoire. «Notre politique des transports consiste à partager intelligemment la voirie entre tous les modes de déplacements, explique Camille Durand, viceprésident de Nantes Métropole, en charge de l’organisation des transports urbains. Il ne s’agit pas d’exclure qui que ce soit, mais plutôt de proposer le plus de solutions de déplacements aux habitants.» De la voiture au piéton, en passant par le train, le vélo, les bus, le tramway, le BusWay et autres « En dehors des heures navettes fluviales de pointe, on peut comme le Jules Verne ou le Chantenay, chacun de accéder aisément nous peut y trouver son en automobile au compte. Bien sûr, il est centre-ville de Nantes. » important d’organiser tout ça. C’est d’ailleurs François de Rugy, vice-président de Nantes Métropole. l’objectif du PDU ou Plan de Déplacements Urbains. Ce document, voté en 2000, projette pour 2010, un nombre quotidien de déplacements supérieurs à 2,5 millions. Le nombre d’habitants de la métropole nantaise augmentant chaque année d’environ 6 à 8 000, le nombre de déplacements suit le mouvement. Pour accompagner ce développement de la mobilité, le PDU vise à tendre vers un équilibre entre la place de l’automobile et celle des modes de transports alternatifs, en donnant la priorité aux modes doux (deux-roues, marche à pied) et aux transports collectifs, moins nuisibles à l’environnement et plus économiques. Nantes Métropole a réalisé plusieurs opérations inscrites dans le cadre du schéma directeur des transports collectifs. Ces opérations, menées en partenariat étroit avec la SEMITAN, visent à mieux adapter le réseau et les services aux attentes des usagers : les prolongements des lignes 2 et 3 de tramway, la nouvelle ligne 4 BusWay inaugurée le 6 novembre prochain, la connexion des lignes 1 et 2 de tramway est, elle, prévue pour 2010. Aujourd’hui, le réseau de transports en commun de la TAN assure plus de 100 millions de trajets chaque année. «Dans 20 ans, ce chiffre sera doublé, prévoit François de Rugy, vice-président de Nantes Métropole en charge des déplacements. Dès maintenant, il faut donc continuer à investir dans les équipements qui vont assurer 200 millions de voyages par an.» •

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 11


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:51

Page 12

Nantes MĂŠtropole - septembre / octobre 2006 - 13


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 14

« La Semitan se situe aujourd’hui dans un rapport de concurrence commerciale avec la voiture. Nous devons proposer aux habitants des transports collectifs attractifs, tant sur le plan des fréquences de passage que des tarifs. » Albert Mahé, président de la Semitan (Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise).

Le BusWay trace sa voie Le 6 novembre prochain, le BusWay de la ligne 4 sera mise en service. Vous serez chaque jour au moins 20 000 à profiter des avantages de ce nouveau mode de transport qui reliera le centre de Nantes à la porte de Vertou en 20 minutes.

Image de synthèse montrant l’espace urbain autour de l’arrêt Duchesse-Anne de la ligne 4.

Au premier coup d’œil, le BusWay pourrait déploiement des modes de transports en presque passer pour un bus ordinaire. Mais les commun au sud de l’agglomération» précise perfectionnements attentifs dont il a fait l’ob- encore Eric Chevalier, directeur des transports collectifs et du stajet font de lui un véhicule à part, tionnement à Nantes Méun mode de transport en com- « Aucun mode de tropole. mun vraiment innovant. «Le transport ne s’impose «Il tient compte du couloir de BusWay est marié à une infrasliaison avec la ligne 2 de tramtructure», explique Alain d’office. Le BusWay way, sur la côte SaintBoeswillwald, Directeur Généétait le bon choix par Sébastien, mais aussi de l’arral de la Semitan. «Il est indisrapport au besoin de rivée prochaine de la ligne 3 à sociable de sa plate-forme qui Pirmil et de son prolongement lui assure confort, performandéplacements sur à la gare de Pont-Rousseau». ce et qualité de service. Le cet axe. » Les cyclistes accèdent au matériel roulant a été conçu de François de Rugy, BusWay par ses portes centramanière à s’adapter aux stations vice-président de N. M. en charge les… et doivent bien sûr y de la ligne 4. Et puis le BusWay des déplacements renoncer en cas d’affluence «dialogue» avec l’ensemble des autres lignes : les stations desservies sont exceptionnelle. annoncées ainsi que la progression de chaque Les habitants de la métropole pourront découvrir tous les avantages du BusWay lors de véhicule sur la ligne».  Comme pour le tramway, aux stations, des la Semaine de la Mobilité qui se déroule du 16 panneaux indiquent les temps d’attente des au 22 septembre, dans différentes stations véhicules ligne 4. Dans les BusWay, les voya- de la ligne. geurs peuvent connaître les heures de passa- Histoire de patienter un peu en attendant de ge en correspondance. «Le BusWay est inté- l’emprunter vraiment, le 4, 5 et 6 novembre, gré dans un réseau cohérent, structurant, de lors de l’inauguration de la ligne 4… •

14 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006

Ça roule pour le lycée la Joliverie Le lycée La Joliverie de Saint-Sébastien-surLoire se fait connaître depuis quelques années maintenant grâce aux prouesses technologiques de ses véhicules... Connaissez-vous Microjoule ? Derrière ce nom bizarre se cache un véhicule conçu par les étudiants de BTS MCI (Moteurs à Combustion Interne) du lycée de La Joliverie de Saint-Sébastien. Cet engin a pour principale caractéristique de parcourir près de 4000 km avec un seul litre d’essence ! L’année 2006 restera ainsi dans les mémoires de tous comme une année exceptionnelle. Une nouvelle coque, un nouveau moteur associé à un bio carburant, l’éthanol, ont permis à l’équipe de La Joliverie de remporter la compétition du Shell Eco-Marathon avec une consommation de 0,035 litre aux 100 km, une compétition regroupant des lycéens et étudiants de la France entière très portés sur les véhicules économiques. De plus, le partenariat avec Polytech’Nantes a permis d’élaborer le modèle Polyjoule, véhicule roulant avec une pile à combustible (hydrogène), ne rejetant ainsi que de la vapeur d’eau. Pour sa 1ère participation, Polyjoule entre au classement

en prenant la 3e place du podium. Cette année sera également marquée par une autre aventure «éco-mobile », le vélo électrique mis au point au sein même du lycée. Il s’est classé 2e d’une course de vélos électriques organisée par l’école normale supérieure de Cachan. Pas étonnant donc que La Joliverie participe à la Semaine de la Mobilité du 16 au 22 septembre 2006. Y seront exposés leurs véhicules, Microjoule et Polyjoule en tête mais aussi leur prototype de vélo électrique. «Les jeunes doivent être sensibilisés aux problémes écologiques et le meilleur moyen est de les impliquer.» conclut le directeur du lycée, Jean Simon.


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 15

C'est Nantes Métropole qui établit les tarifications annuelles des titres du réseau de la Tan, en vigueur dès le 1er juillet 2006. Aussi, pour les scolaires (collégiens, lycéens et boursiers), un nouveau dispositif tarifaire est mis en place pour la rentrée 2006 ! Renseignez-vous !

Mobilisés pour la mobilité Du 16 au 22 septembre, bougez avec la semaine de la mobilité ! Comme une vingtaine de pays en Métropole, en lien avec le thème Europe et plus de 100 villes fran- des «changements climatiques». çaises, Nantes Métropole s’im- Au programme, on vous propoplique cette année encore dans se des expositions (un module l’organisation de cette manifesta- d'expo ludique place du tion et souhaite répondre aux Commerce, sur l'histoire des enjeux de développement dura- Navettes fluviales à la Gare ble. L’objectif est d’encourager les Maritime), des conférences, du politiques, les initiatives et les théâtre de rue ( sur l'écomobilibonnes pratiques té par les Brasseurs en matière de «Notre politique d'idées), le passage mobilité durable et des transports de la caravane de la de renforcer l’at- consiste à partager mobilité dans les tractivité du terricommunes ( comtoire. C’est aussi intelligemment la posée des trois bus une occasion de voirie entre tous expo celui de NGE sensibiliser les les modes de – vélos – de la TAN citoyens aux enjeux déplacements.» et de Nantes Méenvironnementaux, tropole et un parCamille Durand, économiques et cours ludique à vice-président de N. M. sociaux de la mobidestination des lité. La politique de déplacements enfants) et tous les stands sur le pour l’année 2006 est marquée village de la mobilité, le 22 seppar de nombreux changements et tembre, cours des 50 otages. • de nombreuses innovations, ainsi l’édition 2006 sera centrée sur le Pour en savoir plus : BusWay et l’ouverture de la ligne4, Le programme est disponible à partir du 6 novembre prochain. dans les pôles de proximité et Durant cette semaine, un proles mairies et sur gramme d’actions sera proposé sur tout le territoire de Nantes www.nantesmetropole.fr

François de Rugy et Camille Durand.

Un prix pour la mobilité En 2005, Nantes Métropole, pour sa politique en matière de transports et déplacements, a reçu une distinction internationale. Dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité, le Mobility Award (Prix de la mobilité) est décerné chaque année par la Commission européenne, à une ville ou une collectivité locale, ayant été particulièrement active sur ce thème.

Plan de mobilité :

le succès en marche

Nantes Métropole aide les entreprises dans l’élaboration et la mise en oeuvre de leur plan de mobilité. Pour l’élaboration du plan, Nantes Métropole apporte informations sur la mobilité, conseils et accompagnement et peut verser des subventions. Pour sa mise en oeuvre, Nantes Métropole apporte une réduction de 15 % sur les abonnements Tan « Pass-Partout » en complément d’une aide d’au moins 15 % de l’employeur, ce qui réduit a minima de 30 % le coût de ces abonnements. L’ADEME et la SEMITAN, partenaires de Nantes Métropole, apportent leur soutien technique et financier à ce dispositif. Aujourd’hui, 57 plans sont signés concernant un potentiel de 27 000 salariés.

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 15


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 16

La Communauté urbaine

Quand les centres- bourgs font peau neuve… Nantes Métropole s’engage dans une politique d’aménagement d’espaces publics d’une quinzaine de communes. Illustrations avec les exemples de Mauves-sur-Loire, Le Pellerin et Saint-Aignan-de-Grand-Lieu. Chaque ville possède son histoire, ses spécificités, ses problématiques, inscrites dans son tissu urbain. À Mauves-sur-Loire, il y avait d’une part la séparation entre le bourg situé en hauteur et le quartier du Port, et, d’autre part, l’absence de visibilité sur la Loire. «L’objectif était d’offrir un belvédère sur la Loire aux habitants» rappelle son maire, Jean-François Retière. Après étude, un projet a été arrêté, prenant en compte l’enveloppe budgétaire attribuée par Nantes Métropole : il a été décidé d’aménager une partie du presbytère pour l’offrir au milieu associatif, d’abattre les murs l’entourant, tandis qu’un escalier monumental a été construit pour relier les parties haute et basse du bourg. L’implantation d’un jardin parachève cette transformation du centre. «Donner une vue sur la

Loire, oxygéner le centre-ville… Pour les habitants, c’est un signal fort.» Dans l’esprit du maire de Mauvessur-Loire, cet aménagement,

« L’objectif était

d’offrir un belvédère sur la Loire aux habitants. »

Jean-François Retière, maire de Mauves-sur-Loire

achevé en 2006, n’est qu’une première étape. «On a besoin d’aller au-delà de ça». D’ores et déjà, un réaménagement de la place du Général de Gaulle, où des problèmes de «lisibilité» et de circulation se posent, est envisagé, en vue d’en faire un pôle complémentaire de la place de l’Église. Favoriser les déplacements doux.

Suite à l’étude de faisabilité, la reconquête de la Loire, de ses rives

Place du Presbytère à Mauves-sur-Loire après réaménagement.

16 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006

en l’occurrence, a été aussi l’un des principes dégagés pour la commune du Pellerin. L’an prochain, débutera donc le programme de réaménagement du quai du docteur Provost tout proche du site naturel du Bikini. Déjà, cette année, l’un des axes historiques du bourg, la rue Bertreux, a été totalement réhabilitée, en privilégiant le caractère piéton et l’aspect esthétique. Deux opérations que le maire, Daniel Morisson, inscrit dans la perspective d’un centre-ville à repenser et à réorganiser. « On a un centre-bourg assez mal défini. Les activités sont disséminées dans un corps de bourg assez éclaté.» Plusieurs projets sont à l’étude : mise en place d’un giratoire à l’entrée du bourg, redensification des services, avec, entre autres, le déménagement de la mairie, construction d’habitat et de parkings, implantation de commerces… Selon Daniel Morisson, l’un des enjeux est la circulation, avec l’idée d’en revoir les axes, de favoriser de nouvelles habitudes. «Comment faire pour créer des liens entre les quartiers, entre le vieux bourg et les nouveaux quartiers résidentiels, entre le centrebourg et la Loire ? Il faut créer des liaisons, destinées aux modes de déplacement doux, comme la marche, le vélo, en cassant les gros îlots urbains.»

14 communes participent à cette opération de co-développement : Brains, Bouguenais, Bouaye, Carquefou, Indre, La Montagne, Le Pellerin, Mauves-sur-Loire, Nantes, Sainte-Luce-sur-Loire, Saint-Aignande-Grand-Lieu, Saint-Sébastien-surLoire,Thouaré-sur-Loire,Vertou.

de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu à revoir la configuration de son centre. « La place n’était pas du tout fonctionnelle. Elle était dangereuse pour les piétons. Le stationnement était anarchique. » se souvient le maire, Jean-Pierre Guilbaud. Au préalable, une concertation avec les riverains et les commerçants s’est déroulée. La suppression d’un tronçon de chaussée a débouché sur l’émergence d’un parvis spatieux, avec des bancs, des appuis-vélos et une végétation renvoyant à celle du lac. Le café proche peut enfin déployer sa terrasse. Dans la foulée, la fontaine SaintRachoux et une perspective sur

« La place n’était pas

du tout fonctionnelle. Elle était dangereuse pour les piétons. »

Jean-Pierre Guilbaud, maire de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu

le lac ont été mises en valeur tandis que la vue sur le parc du presbytère tout proche a été dégagée. En gestation, le développement de nouveaux cheminements au fil de l’eau, que justifie, en partie, la proximité du site touristique des Pierres-Aigües. Dans tous ces cas de figure de réaménagements, les réflexions menées, les études commandées et les travaux effectués sont destinés, comme l’exprime JeanConcertation. C’est justement un Pierre Guilbaud à propos de sa problème de circulation autour commune, « à donner une autre de l’église qui a amené la mairie image du centre-bourg ». •


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 17

La Communauté urbaine

Les habitants prennent la parole

POUR RENFORCER LES CENTRES BOURGS La recette pour redonner vie à un centre bourg : améliorer l’attractivité des commerces, réhabiliter l’habitat, renouveler l’espace urbain, valoriser les espaces publics, développer les usages pétions.

Jean-Pierre Brindel, Tout à droite, Pascal Hervé.

Karin et Nicolas Guiton.

directeur de l’Atelier urbain de Nantes Métropole.

Joseph Orieux

Le Pellerin

Mauves-sur-Loire

St-Aignan-de-Grand-Lieu

Au Pellerin, l’hôtel-restaurant La Belle Époque, repris par Pascal Hervé il y a six ans, fait face à la Loire. «On a un site superbe. C’est un atout. Il faut en faire profiter tout le centre- bourg et préserver ce cadre-là.» Il attend donc avec un certain intérêt de voir les prochains aménagements du quai Provost, tout en appréciant la transformation de la rue Bertreux : «Il n’y a plus de fils électriques qui pendent. C’est bien.» Très attentif à l’évolution des commerces en centre-ville, il souligne qu’ «en tant que commerçant, on a un rôle autant économique que social. On participe à la préservation du tissu social. » Ce point de vue amène Pascal à considérer que, dans la vie d’un bourg, «il faut qu’il y ait une dynamique, de la convivialité, et du dialogue.»

Venus reprendre la supérette 8 à Huit il y a un an, après avoir tenu une charcuterie à Vertou, Nicolas et Karin Guitton jugent les nouveaux aménagements «plus sympas». «On habite Le Pallet. Quand je viens travailler, je me gare en bas, et je prends l’escalier. Je n’ai jamais de soucis pour trouver une place » raconte Karin, ajoutant «Le dégagement sur la Loire, c’est bien.». Pour elle, un centre- bourg se doit d’accorder «une importance aux commerces de proximité, d’en offrir un large choix, afin que les clients trouvent tout sur place sans avoir à sortir de la ville.» Dans un petit bourg comme Mauves-sur-Loire, la question du stationnement est sensible. «Mais, à la limite, après être stationné, on peut marcher. Après tout, quand les personnes vont dans les grandes surfaces, elles marchent.»

Facteur à la retraite depuis deux ans, Joseph Orieux habite en face de l’église de Saint-Aignan-deGrand-Lieu, dont la place vient d’être relookée. Il reconnaît que ces aménagements sont les bienvenus : «Il fallait faire quelque chose. La route était en mauvais état.» De plus, la circulation était un brin compliquée : «Cela a mis de l’ordre». La création d’un parvis, «c’est un bon côté. Les gens peuvent s’arrêter et discuter.» Le café de l’église a pu étaler sa terrasse : «elle oblige les conducteurs à réduire la vitesse» et apporte de l’animation dans un bourg, qui, outre une supérette, ne compte qu’une unique boucherie. Sur les cinq platanes existants, trois arbres sont restés. Ne manqueraient plus que quelques fleurs, car «ça manque un peu de couleur.»

apporter une convivialité

un choix de commerces

une meilleure circulation

Daniel Morisson,

Jean-François Retière,

Jean-Pierre Guilbaud,

maire du Pellerin

maire de Mauves-surLoire

maire de Saint-Aignan-deGrand-Lieu «Un centre-bourg doit être à la portée de tous les usagers. Il doit être partagé avec civisme et respect.»

«Dans un centre-bourg, il faut pouvoir à la fois identifier les différents services et les commerces, et y accéder facilement, que ce soit à pied, à vélo, en voiture.»

«Un centre-bourg doit être un lieu de rencontre et d’échanges. Nous faisons ainsi en sorte de maintenir les commerces et les écoles dans le centre.»

Comment Nantes Métropole intervient auprès des différentes communes souhaitant réaménager leur centrebourg ?

L’aménagement des centres-villes est inclus au chapitre « voirie et espace public », l’une des principales compétences de Nantes Métropole. Notre intervention se fait en amont des projets. Nous aidons les mairies à définir des programmes qui s’inscrivent dans une politique de renforcement des centres-bourgs. Une étude est accomplie par un bureau d’études extérieur, permettant de définir un axe stratégique avec différents scénarios d’aménagement. Ces derniers tiennent compte de plusieurs paramètres : le patrimoine, l’identité du bourg, les modes de vie, la recomposition des espaces, le paysage, l’intégration d’équipements ou de l’habitat… L’une des clés de ces aménagements d’espaces publics est la concertation, pour faire partager les projets. Une enveloppe budgétaire est ensuite pré-définie, un maître d’œuvre choisi. De la réflexion à la conception, l’aménagement se réalise sous l’égide de l’un des dix pôles de proximité de la communauté urbaine.

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 17


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 18

Expressions politiques

Quelles sont vos priorités en matière de transpo Un schéma pertinent de mobilité Les déplacements sont au cœur des préoccupations communautaires depuis de longues années. Car nous avons dû accompagner, par une politique cohérente, la croissance démographique et le développement urbain de l’agglomération. Aujourd’hui, chaque jour, plus de deux millions de déplacements ont lieu. A l’horizon 2010, 500 000 de plus sont attendus. En lien avec le Plan de Déplacement Urbain, adopté en 2000, il nous faut trouver un équilibre entre l’automobile (dont l’usage est essentiellement individuel) et des modes de déplacement alternatifs, tels les transports collectifs, le vélo ou la marche à pied. Ce, afin de proposer sur l’ensemble du territoire communautaire, en préservant notre environnement et nos identités propres, un schéma pertinent de mobilité pour tous. Dans ce cadre, notre première priorité va au renforcement du réseau de transport collectif. Nantes fut la première agglomération à redonner vie au tramway moderne et est reconnue internationalement pour sa politique inventive et dynamique. Nous soutiendrons donc la poursuite de projets innovants comme l’interconnexion des lignes 1 et 2, la création de trains urbains ou d’un autre BusWay sur l’île de Nantes. Comme nous devons continuer notre réflexion –avec nos partenaires transport agissant sur le territoire- sur la création d’une véritable centrale de la mobilité. Car notre ambition est une desserte au plus juste et au plus proche de chaque habitant de la métropole. Autre priorité pour notre groupe : maîtriser autrement la circulation automobile, afin d’offrir une mobilité quotidienne aisée à l’intérieur de la Communauté urbaine. Pour cela, il nous faut redéfinir la voirie et permettre une meilleure circulation pédestre et des vélos ; mais aussi populariser, auprès des employeurs privés et publics les plans de mobilité. L’encouragement au co-voiturage et la location de vélo en libre service sont d’autres solutions à la maîtrise du flux automobile.

Groupe PS et apparentés.

18 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006

Enfin il nous faut apporter une réponse pertinente à l’étalement urbain, en encourageant des projets de densification urbaine comme le Grand Projet de Ville Malakoff ou l’opération de requalifications urbaine de l’Ile de Nantes.

Innover pour mieux se déplacer Groupe Verts, régionalistes et solidaires. Pour les élus Verts, Régionalistes et Solidaires, les transports et déplacements sont toujours une priorité, y compris budgétaire. Prolongements de tramway, ligne 4 de busway, voies réservées aux bus, train Nantes-Vertou, Navibus, parkings-relais… Ces projets ont produit des résultats. La TAN transporte 100 millions de personnes par an, soit 20 millions de plus qu’en 2001. Les abonnements moins chers, que nous avons demandés, bénéficient à des milliers de personnes. Les espaces piétonniers s’étendent comme les aménagements cyclables. La qualité de vie en ville y gagne, au profit de tous. Il faut poursuivre cette politique, la diversifier et innover. Marcher, circuler à vélo doit être facile dans tous les quartiers. Le réseau tramway doit être étendu (liaison lignes 1 et 2, prolongement vers St Joseph de Porterie), comme le busway et le tram-train (île de Nantes), l’accessibilité aux personnes handicapées systématisée. Beaucoup de lignes de bus doivent être plus performantes (route de Paris, de Rennes, Dervallières,…). Des nouveaux services doivent être offerts aux habitants : autopartage, vélos en libre-service, maison du vélo, transport à la demande... C’est aussi notre nouvelle politique d’urbanisme qui sera déterminante : bâtissons la ville des courtes distances, celle de la marche et du vélo !

Une politique de service public Groupe communiste. Une politique publique des déplacements offensive passe par une démarche de service public permettant l’ac-

cessibilité du plus grand nombre dans de bonnes conditions. L’intervention de Nantes Métropole a permis de proposer aux habitants/usagers une offre diversifiée de transports collectifs. L’expérience du tramway a montré que les déplacements en site propre en milieu urbain sont une solution d’avenir, complémentaire du réseau de bus et, aujourd’hui, de navettes fluviales. Ce programme doit être poursuivi et être une priorité budgétaire de la communauté urbaine. Cela renforce l’exigence d’une contribution financière des entreprises conséquente. La fixation au taux le plus élevé prévu par la loi du versement transport, réclamée de longue date par les élus communistes, va dans ce sens. L’Etat, dont le désengagement pèse lourd, doit aussi participer à cet effort.


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 19

Transports 100 millions de passagers ont emprunté les transports en communs métropolitians en 2005.

Expressions politiques

ière de transports et de déplacements ?

Déplacements : quelles priorités ? Depuis de nombreuses années, l’intercommunalité nantaise a examiné les déplacements non pas de façon globale, mais seulement sous un angle dogmatique des transports collectifs et des deux roues légers. Il aurait été plus judicieux d’apprécier les besoins réels et variés de la population et de programmer les équipements en fonction des attentes et suivant un ordre non asphyxiant pendant de longues périodes. Ceci étant, trêve de polémique qui n’est pas le style de l’ETIC, il nous paraît plus constructif de se tourner vers l’avenir. La mise en service récente du Tram Train a permis de desserrer un peu l’étau des déplacements au sud-est, parents pauvres de la dynamique urbaine. Le busway retenu ensuite à la place d’un tramway, après tant de tergiversations,

nous semble une bonne solution d’irrigation complémentaire. Pour une réussite pleine et entière, il est indispensable, dès 2006, d’étudier son prolongement en site propre jusqu’au centre de Vertou. Cette volonté commune sera démontrée si NM poursuit sa logique d’axe lourd et se coordonne avec le projet des communes de densifier les zones d’habitat à proximité de cette ligne pour inciter les futurs habitants à délaisser, autant que possible, la voiture. Pour autant, le franchissement automobile de la Loire demeurera un problème crucial. Et même après les travaux du Pont de Bellevue et la réalisation du nouveau pont à hauteur de l’Ile Beaulieu, beaucoup plus urbain que de transit Nord Sud ou Sud Nord, le problème demeurera. Il demeurera à l’Est comme à l’Ouest surtout avec la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes. Le transport collectif ne règlera pas tout et Nantes Métropole devrait être moteur pour entraîner le Conseil Général à prendre rapidement des décisions communes : un nouveau pont sur la Loire, cela n’est pas une idée, mais un projet qu’il faut concrétiser… Pour revenir aux transports collectifs, il nous paraîtrait également judicieux de développer le système PROXITAN afin de permettre aux populations les plus difficiles à desservir par les lignes classiques, en termes de coûts induits, de bénéficier d’un service auquel elles doivent pouvoir légitiment prétendre.

Groupe ETIC.

Cohérence entre transports publics et individuels Oui aux transports en commun pour les trajets systématiques tels que domicile/travail. Mais ils ne règlent pas tous les problèmes de déplacement. Les besoins de se déplacer sont liés à l’évolution de la société : élargissement des services sur la journée, la semaine, flexibilité des horaires, informatisation, télétravail. Le tertiaire se développe à Nantes, le commerce en périphérie. Développons les navettes fluviales autour de l’île

Groupe Démocratie et Progrès.

de Nantes, l’intermodalité des transports, les stationnements. Ayons une politique incitative assurant un meilleur équilibre toit/emploi. Les besoins tirent la technologie qui fait des progrès rapides : la pile à combustible, qui a déjà assuré aux transports en commun européens 1 million de km depuis 2003, offrira bientôt une alternative au pétrole ; la production de l’hydrogène nécessaire ne provenant plus des hydrocarbures sera 100 % propre.Elle équipera d’abord les fauteuils roulants, les transports publics, les vélos et scooters, puis l’automobile. La mobilité individuelle croîtra ; aucun mode de déplacement collectif ou individuel ne devra être négligé. Yves AUMON, président.

Pour une vraie promotion du vélo à Nantes ? Groupe équilibre et développement. La part de

la voiture à Nantes reste supérieure à la moyenne nationale et s’accroît même, passant de 59,5% à 61,6%. Dans le même temps, la part de la marche à pied et celle des deux roues régresse, la première restant très inférieure à la moyenne. La politique des transports doit donc connaître un nouveau souffle : si nous reconnaissons tous l’importance des transports en commun et la nécessité de les développer, conscients que la ville a besoin d’espace et d’air, l’Opposition Nantaise prône une coexistence pacifique des modes de transport : la voiture reste indispensable à de nombreux nantais ( les professionnels de l’urgence, les mères de familles, les artisans, à l’occasion d’achats en centre-ville, etc). Par ailleurs, la circulation urbaine des vélos et des deux-roues motorisés, doit être améliorée. Des pistes cyclables sécurisées doivent être aménagées ainsi qu’un véritable parcours cycliste continu. Le vélo doit devenir un mode de déplacement conforme pour se rendre au travail. Groupe de L’Opposition Nantaise

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 19


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 20

Nantes Métropole agenda UN DIMANCHE À L’EAU ! Métropole. En septembre et octobre, se tient la 1ere édition de « Comme un dimanche au bord de l’eau ! », manifestation festive et conviviale autour d’un marché itinérant au fil de l’Erdre. Le 1er rendez-vous est fixé à Nort-surErdre le 10 septembre. Le 17 septembre, Sucé-sur-Erdre reçoit à son tour la manifestation. Carquefou accueille le marché itinérant le dimanche 24 septembre, et Nantes, le samedi 14 octobre pour rejoindre les animations liées aux Assises nationales du Développement durable. Au cours de leur promenade au bord de l’Erdre, les visiteurs pourront flâner parmi les étals d’une quinzaine de producteurs fermiers, découvrir des savoir-faire et déguster des produits du terroir. Tous les midis, les familles seront invitées à pique-niquer au bord de l’eau. Des animations fluviales, artistiques et culturelles seront proposées : musique, spectacles, contes… Rens. : 02 40 48 54 54 ou www.ecopole.com

VOYAGE EN ORIENT Exposition : « Le voyage en Orient selon Alfred et Paul Normand ». Premier architecte à utiliser la photographie, Alfred Normand (1822-1909) puis son fils Paul cédèrent à la mode du voyage en Orient et en rapportèrent de nombreux clichés. Du 14 septembre au 1er octobre à la Médiathèque Jacques Demy, quai de la Fosse à Nantes. Rens. : 02 40 41 95 95.

BARBIE ET LEGO « Le monde merveilleux de Barbie » : exposition européenne géante de jouets. Constructions,

Le Circuit des Marais à Brains

Vue des marais de Brains. Brains. Mélange harmonieux de bocage et de marais où alternent bosquets, vignes et roseaux, le Circuit des Marais sillonnant Brains reflète la diversité des paysages ligériens, sur un parcours de 12 km balisé en jaune. Les moins endurants peuvent emprunter la variante condensée de 7,3 km, balisée en bleu. Idéal pour la randonnée pédestre, équestre ou en VTT, le sentier

figurines, produits dérivés… Plus de 1 000 objets exposés, plus de 100 vitrines, cinéma, aire de jeux pour enfants. Les deux jouets les plus populaires du monde, la poupée Barbie et les briques Lego, seront présentés pour la 1ere fois dans une grande exposition destinée à toute le famille. Du 20 septembre au 1er octobre à la Halle de la Trocardière à Rezé. Rens. : www.gdp.fr

Guillemin. L’histoire : un fugitif en cavale. Visiblement, il se méfie de tout le monde… y compris des spectateurs. Et il y a de quoi : personnage de fiction, il s’est échappé d’un roman pour tenter de rejoindre sa famille et son univers parallèle auxquels l’auteur du roman l’a arraché. Le 10 octobre au Théâtre de la Gobinière, avenue de la Ferrière à Orvault. Tarifs : 5 / 11 / 13 €. Rens. : 02 51 78 33 33.

LA PEAU DU PERSONNAGE

« Quelle drôle de terre ! » Aquarelliste des mots, chanteur humaniste, Gérard Delahaye nous

Mise en scène de Gérard Hernandez avec Patrick

20 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006

CHANSON

invite à la découverte de la nature, au plus près d’une faune variée et d’une flore luxuriante. Sur les parties hautes du circuit, vignes et cultures maraîchères s’étendent à perte de vue. Le changement de décor s’opère chemin de la Barbotinière, à la lisière du bocage. A ce point, une vue imprenable s’offre au randonneur : au loin le château de Briord et en premier plan la rivière de l’Acheneau. invite à découvrir les grands humains qui ont changé nos vies : de Ghandi à Martin Luther King, en passant par Théodore Monod ou Zidane… Pour les enfants à partir de 6 ans. Le 7 octobre à la Fleuriaye, rue Léonard de Vinci à Carquefou. Tarifs : 6,5 € / 7 €. Rens. : 02 40 68 72 72.

JE M’ÉCRASE AU FOND DU CIEL Par le Théâtre Amok, avec Béatrice Templé, JeanMarie Lorvellec et Ronan Chevillier. Deux comédiens, un couple à la vie et à la scène. Joseph et Béatrice vivent dans le

Originalité de ce cours d’eau : il coule dans un sens puis dans l’autre, selon les niveaux du Lac de Grand Lieu et de la Loire. Autres curiosités : les moulins du Breuil et de la Fouëlle, les marais, le nid de cigognes… A 1 km du circuit, le Port Hamoneau, au passé lié à la navigation, propose un cadre idyllique pour une halte pique-nique bucolique. Rens. : 02 40 65 51 30.

décor de leur théâtre. Ils se déchirent et échouent leur carrière. Ils décident d’embaucher Roméo… Les 21, 22, et 23 septembre à la Salle Vasse, rue Colbert à Nantes. Tarifs : 6 / 11 €. Rens. : 02 40 47 19 28

HANDISPORT Coupe de France de course handisport organisée par le Comité Boscéen de sécurité routière. Le 24 septembre à Bouaye.

HUMOUR «Jeunes filles au couvent». Un plateau de jeunes comédiennes nantaises dans le cadre de l’ancien couvent des Carmélites.

Que se passe-t-il en pension le soir ? Que font les pensionnaires quand les externes rentrent au chaud à la maison ? Humour, amour, fantaisie : un spectacle décapant ! Du 5 au 30 septembre à la Compagnie du Café Théâtre, rue des Carmélites à Nantes. Tarifs : 10 € / 15 €. Rens. : 02 40 89 65 01.

JE M’AMUSE Exposition. Patricia Cartereau propose un parcours de dessins de 15 panneaux en extérieur dans le quartier de la Solvardière. Un projet qui s’interroge sur le rapport de l’art à l’espace public


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 21

Sciences

Du 9 au 15 octobre se déroule la 15e Fête de la Science. Organisée par le ministère de la Recherche, cette manifestation devrait stimuler l’enthousiasme de chacun pour la science. Pour l’occasion, de nombreux sites scientifiques ouvriront leurs portes. www.recherche.gouv.fr

Sortie

Les 108 portraits du dragon Nantes. En cette rentrée 2006, le cœur de Nantes se met à bat-

tre au rythme de celui de la Chine. Une exposition du photographe Yann Layma investit l’espace international Cosmopolis. Yann Layma a su donner un visage à la métamorphose unique d’une société, passée en 20 ans d’une austérité de plomb à une effervescence et un bouillonnement rarement égalés. Au fil des années Yann Layma a appris a aimé la Chine, cette ambiance si particulière, si accueillante, et si souriante, toujours prêt à partager l’émotion d’une découverte mutuelle, dans le respect des cultures. Cette exposition, 108 photos, présente de nombreux visages de la Chine : paysages ruraux et urbains, fragments de vie quotidienne ancrés entre tradition et modernité. 108 photos comme autant de portraits inédits de l’Empire du Milieu. Inscrite dans le cadre du développement des relations avec Qingdao, ville chinoise partenaire de Nantes, cette exposition s’accompagne d’un vaste programme culturel : conférences, concerts, projections de films chinois, lectures de poèmes en musique, ateliers de calligraphie, de peinture, de tai chi.

Du 5 septembre au 22 octobre à Cosmopolis, passage Graslin – rue Scribe à Nantes. Rens. : 02 51 84 36 70

Osez la danse contemporaine Elles reviennent des championnats de France et elles ont franchi les sélections départementales et régionales pour atteindre le niveau national ! Qui ça ? Les élèves de la section danse de l'Amicale Laïque Lermite Lamoricière à Nantes. Elles ont participé aux Rencontres Chorégraphiques Nationales à Montluçon (championnat de France). Les Nantaises de Lermitte Lamoricière reviennent chacune avec un diplôme attestant de leur niveau national. Cela vous dit d’y goûter ? Cours de Danse Contemporaine par Marie MAUPAS / inscriptions enfants - ados-adultes : les 18 et 19 septembre de 16h30 à 19h et le 20 septembre de 13h30 à 19h : Amicale Laïque Lermite Lamoricière 21, rue Arsène Leloup - 44100 NANTES Téléphone : 02 40 69 92 79 - amicale-lermite@wanadoo.fr et au corps. Un clin d’œil aux parcours sportifs… Jusqu’au 19 octobre, entre la salle de la Carrière et le quartier de la Solvardière à Saint-Herblain. Rens. : 02 28 25 25 55.

Molières 2006. Spectacle pour tous à partir de 10 ans. Le 6 octobre au Piano’Cktail, rue Ginsheim Gustavsburg à Bouguenais. Tarifs : 8 / 14 / 16 €. Rens. : 02 40 65 05 25.

MUSIC HALL !

QUINZAINE PHOTOGRAPHIQUE

«Lucienne et les Garçons». Humour-chansons par Flannan Obé et Lara Neumann au chant, et Emmanuel Touchard au piano. Lucienne, Victor et Gaston revisitent avec une énergie jubilatoire et une étonnante modernité les grands succès oubliés des Années Folles. Ce spectacle a reçu le prix de la Spedidam à la Nuit des

La quinzaine photographique nantaise s’attache à promouvoir la photographie contemporaine, les créateurs et les plasticiens, en présentant des auteurs reconnus et des jeunes artistes. Invité d’honneur de cette édition 2006 : Bernard Faucon. Du 14 septembre au 1er

octobre dans le centre historique de Nantes.

REGGAE Le Live Reggae Festival avec Black Uhuru, Abyssinians, Kymani Marley, Warrior King, Rasites. Le 26 septembre à la Halle de la Trocardière à Rezé. Tarif : 30 €.

AÏE ! « Clinic » présente son tout nouveau spectacle : « Le spectacle qui so(a)igne ». Déjanté, rythmé, drôle ! Les 13 et 14 octobre à l’Escall, rue des Berlaguts à SaintSébastien-sur-Loire. Tarifs : 15 / 30 €. Rens. : 02 40 80 85 42.

Les Journées du Patrimoine Métropole. Si vous avez toujours rêvé de visiter les salons de la Préfecture, la Tour à Plomb de Couëron, les chantiers navals, la Cité Radieuse à Rezé, ou les archives, les Journées européennes du patrimoine sont faites pour vous. Durant 2 jours, les sites et monuments classés au patrimoine historique ouvrent exceptionnellement leurs portes. Cette 23e édition se déroulera les 16 et 17 septembre prochains. Le thème de cette année : «Faisons vivre notre patrimoine». Suivez le guide ! www.journéesdupatrimoine.culture.fr

COURSE À PIED 81e Tour de Chantenay. Le Trail urbain Nantais : 14,15 km de course à pied avec en point d’orgue les 121 marches de la Butte Sainte-Anne. Le 29 octobre, départ à 10 h à la Mairie de Chantenay à Nantes. Rens. : 02 40 49 21 22.

CHANSON PLUS BIFLUORÉE « Poum ! », nouveau spectacle de Chanson plus Bifluorée. Préparez vos zygomatiques, le trio de choc aux cordes vocales aiguisées et a l’humour acéré fait son retour. Son credo ? Le rire et la parodie.

Spectacle pour tout public à partir de 10 ans. Le 21 octobre à La Fleuriaye, rue Léonard de Vinci à Carquefou. Tarifs : 13 / 20 €. Rens. : 02 40 68 72 72.

HUMOUR MUSICAL « Chasseloup en plein concert ». Philippe Chasseloup, ex-chanteur des Jambons, se lance dans un concert solo hilarant, lui, sa guitare et son boîtier boucleur. Un one-man-show finement ciselé. Le 20 octobre au Ligéria, rue de la Loire à Sainte-Luce-surLoire.

CYCLISME Les cyclistes départementaux et régionaux sont invités à en découdre sur un circuit de plus de 4 km. au cœur de la campagne brennoise. Deux courses sont au programme : l’une de 70 km, l’autre de 100. Le 24 septembre à Brains. Entrée libre. Rens. : 02 40 65 51 30.

TENNIS Open Gaz de France Nantes Atlantique. Du 30 septembre au 8 octobre au Centre Départemental de Ligue «Tennisud», route de la Ville au Blanc à Vertou. Rens. : www.ligue.fft.fr

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 21


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

Sortie

16:49

Page 22

Évènement Lors de ses 3 précédents passages dans l’agglomération nantaise, en 1998, 2000, et 2003, le Cirque Plume a rassemblé plus de 34 000 spectateurs.

« Plic Ploc », spectacle du Cirque Plume

Photos Jacques Peeters © Cirque Plume 2004

Métropole. Grâce à l’ARC de Rezé, le Cirque Plume a déjà fait escale dans l’agglomération nantaise à 3 reprises. Ce fut d’abord en 1998 avec «L’harmonie est-elle municipale ?», puis en 2000 avec «Mélanges (opéra plume)», et enfin en 2003 avec «Récréation». Lors de ces 3 passages, près de 35 000 personnes étourdies et ravies ont pu admirer les spectacles à la fois joyeux, colorés, profonds, et poétiques du Cirque Plume. Depuis septembre 2004, c’est «Plic Ploc», la dernière création de la compagnie, qui ravit les cœurs. «Plic Ploc» est une histoire d’eau, de gouttes, de fuites, de jets qui donne lieu à un spectacle d’une grande poésie avec la générosité et la performance caractéristiques de cette équipe d’inventeurs de rêves… depuis 20 ans. «Plic Ploc» est un spectacle en couleurs, en musiques, en équilibres, en parapluies, en acrobaties, en contorsions d’eaux dormantes, en planches à bascule, en sauts d’échelles, en tuyau et en serpillière, éléments récurant et récurrents de ce spectacle immergé. Pour la 1e fois, compte tenu du caractère exceptionnel de l’événement et de sa destination à un public de l’agglomération nantaise, du département et au-delà, l’ARC a réuni le partenariat et le soutien de deux autres structures impliquées dans la défense des arts et la conquête d’un large public : la MCLA et Onyx - La Carrière / Saint-Herblain. L’événement artistique et sa dimension (15 représentations destinées à réunir 15 000 spectateurs) justifient ce partenariat fructueux. «Plic Ploc» le nouveau spectacle du Cirque Plume, déconseillé aux moins de 5 ans, se produira sous chapiteau, du 18 octobre au 5 novembre, rue de la Gare à Rezé.

Rens. et billetterie : - ARC : 24, rue de la Balinière à Rezé. 02 51 70 78 00 - MCLA : 10, passage Pommeraye à Nantes. 02 51 88 25 25 - ONYX – La Carrière : 1, place Océane à Saint-Herblain. 02 28 25 25 00

SEMIANYKI Par le Teatr Licedei de StPetersbourg. Le portrait acide d’une famille russe déjantée, ou comment des marmots frappadingues et créatifs menacent de trucider père et mère pour exister. Folie poétique et humour corrosif, chez ces artistes de la célèbre troupe de St-Petersbourg, premier théâtre russe de clowns et de mimes. Spectacle pour tous à partir de 8 ans. Le 10 octobre à Capellia, chemin de la Roche Blanche à La Chapelle-sur-Erdre (rens. : 02 40 72 97 58), et le 12 octobre au Piano’Cktail, rue Ginsheim

Gustavsburg à Bouguenais (rens. : 02 40 65 05 25).

LES 3 JEANNES Humour avec Eliane Boréi, Marthe-Hélène Raulin, et Annie Stone. Qu’en est-il des relations hommesfemmes en ce début du 3e millénaire ? Visiblement, les choses n’ont guère changé. Alors forcément, lorsque 3 ménagères effrontées et remontées discutent ensemble de ce sujet délicat, les hommes en prennent pour leur grade. Le 22 octobre à l’Odyssée, Bois Cesbron à Orvault. Tarif : 22 €. Rens. : 02 51 78 33 33.

22 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006

TRANSIT ZONELATINO « Rapaz », spectacle composé par le guitariste et chanteur nantais Jean Jérès Geeraerts. Au croisement des musiques latinos et du jazz contemporain. 9 musiciens, pour la plupart enseignants des écoles de musique du département, jouent et improvisent avec brio dans une ambiance festive garantie. Le 13 octobre à Capellia, chemin de la Roche Blanche à La Chapelle-surErdre. Tarifs : 8 / 12 / 13 €. Rens. : 02 40 72 97 58.

SAINT-SÉB’SYSTEM Soirée dédiée à la musique. Rap, électro, ragga, … il y en a pour tous les goûts ! Avec Smooth, Hutchinson, Undergang et Missil. Le 3 novembre à l’Escall, rue des Berlaguts à SaintSébastien-sur-Loire. Tarifs : 5 / 10 €. Rens. : 02 40 80 85 42.

LES NOMADES DU RAJASTHAN Danse et musique pour aller à la rencontre des derniers nomades du Rajasthan, poètes, saltimbanques et musiciens tsiganes de l’Inde. 30 artistes sur scène pour un voyage magique vers l’origine et

les racines lointaines du peuple rom, rattachées aux dernières castes errantes du Rajasthan. Le 18 octobre à La Fleuriaye, rue Léonard de Vinci à Carquefou. Tarif : 36 €. Rens. : 02 40 68 72 72.

GRIBOUILLIE Théâtre clown par la Compagnie Lili Désastres. Gribouillie est un petit clown tout de noir vêtu, portant un grand chapeau pointu avec une hélice… De graffitis en gribouillis, il finit par faire son autoportrait, inspirant ses gestes de l’apprentissage moteur des tout petits. Jeune public à partir de 18

mois, durée 30 mn. Le 18 octobre au Théâtre de la Gobinière, avenue de la Ferrière à Orvault. Tarifs : 5 / 6 €. Rens. : 02 51 78 33 33.

O.C.C.C. Pièce chorégraphique pour sept danseurs de Régine Chopinot. Ballet Atlantique. O.C.C.C., dernier volet d’un triptyque intitulé « De la fin des temps » qui interroge les notions de temps, de mémoire et de construction. Le 24 octobre au Lieu Unique, quai Ferdinand Favre à Nantes. Tarifs : 8,5 / 11 / 14 / 17 €. Rens. : 02 40 12 14 34.


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 23

La traditionnelle fête foraine de la rentrée se déroule cette année du samedi 2 septembre au dimanche 1er octobre sur les cours Saint-Pierre et Saint-André à Nantes. Du dimanche au jeudi, de 14h à 23 h, et les vendredi et samedi, de 14h à 1h.

Sortie

Little boy, la passion Jours de fête Nantes. Juste avant le largage de la bombe sur Hiroshima, le pilote Geoge Kane aperçoit Ginko, une jeune femme japonaise dont la vision ne cessera de l’obséder. De retour aux Etats-Unis, il ne supporte pas d’être accueilli en héros. Incapable de renouer avec la vie d’avant, il fuit les siens et se fait appeler Little boy, nom donné à la bombe atomique. En entendant Albert Camus à la radio, seul intellectuel occidental à dénoncer l’horreur d’Hiroshima, il décide de partir pour la France. Vingt-cinq ans plus tard, une jeune fille enquête au centre de mémoire d’Hiroshima. Elle découvre que son père est un certain George Kane, dit Little boy, et qu’il vit à Paris. Prix d’écriture théâtrale de la ville de Guérande, cette pièce de Jean-Pierre Cannet, mise en scène par Christophe Rouxel du Théâtre Icare de Saint-Nazaire, fait exploser le genre de l’histoire d’amour pour mélanger les temps, la mémoire, la poésie et la politique, sur un mode très proche du cinéma. Ce spectacle est présenté dans le cadre de «Voisinages», temps fort pour les compagnies en région.

Saint-Herblain. En 2004, Jours de fête a semé des «graines de folie».

Cette année, la biennale herblinoise invite le public à explorer le «champs des possibles». L’agence culturelle de Saint-Herblain, avec la complicité de nombreux partenaires, a concocté un programme axé sur le rêve, l’imaginaire, la poésie, et … l’humour ! Durant 3 jours au parc de la Bégraissière, Jours de fête vous invite à des parcours utopiques, des pauses humoristiques, des scènes clownesques et burlesques, des escales musicales et bien d’autres délices. Grâce à une programmation artistique très diversifiée qui va du concert de rock au duo intimiste de danse et de jongle, en passant par de multiples formes artistiques originales, Jours de fête s’adresse à tous les publics. Projet transversal, Jours de fête associe un grand nombre d’acteurs : 40 associations, des artistes d’ici et d’ailleurs, des forces socioculturelles, des créations artistiques singulières, des entreprises soucieuses de développement culturel. Jour de fête, événement fédérateur, populaire, culturel et artistique, trouve toute sa force et tout son sens dans cette transversalité. En créant ainsi des ponts et des passerelles, Jours de fête ouvre des portes pour des explorations et des expérimentations, des rencontres improbables et des créations originales. Les 15, 16, et 17 septembre au parc de la Bégraissière à Saint-Herblain. Rens. : 02 28 25 25 55 ou www.saint-herblain.fr

Du 18 au 21 octobre à l’Espace 44, rue du Général Buat à Nantes. Tarifs : 8 / 12 / 15 €. Rens. : 02 51 88 25 25

THOMAS FERSEN Chanson française. Thomas Fersen, chant et ukulélé, et Pierre Sangra, ukulélé. En duo, simplement accompagné à l’ukulélé, Thomas Fersen nous emporte, le temps d’un concert, dans son univers à lui. Le 7 octobre à Capellia, chemin de la Roche Blanche à La Chapelle-surErdre. Tarifs : 14 / 22 / 26 €. Rens. : 02 40 72 97 58.

MÉLI MÉLO Humour-danse par les Chicos Mambo. Virevoltant entre music hall, transformisme,

pantomime, les Chicos Mambo s’attellent à rude tâche : débarrasser la danse de sa gangue amidonnée. Plus de 40 personnages interprétés par 4 garçons passionnés par la danse. Spectacle pour tous à partir de 8 ans. Le 29 septembre au Piano’Cktail, rue Ginsheim Gustavsburg à Bouguenais. Tarifs : 8 / 14 / 16 €. Rens. : 02 40 65 05 25.

SALON D’ARTS 14e édition du salon d’Arts Peinture-Sculpture de Saint-Aignan-deGrand-Lieu. Cette année, deux prestigieux invités

sont plus particulièrement mis à l’honneur : Francine Toulemonde pour la sculpture, et Pierre Joubert pour la peinture. Du 24 octobre au 2 novembre à la salle de l’Héronnière, rue du Pressoir à Saint-Aignan-deGrand-Lieu. Rens. : 02 40 26 44 61

COURS OUVERTES Pour découvrir des lieux insolites au cœur de Couëron. Ce projet, réalisé en partenariat avec le Groupe Artistique Léon Moinard, consiste à exposer des œuvres d’art chez les particuliers qui

ouvriront leurs jardins et leurs cours aux artistes et au public. Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine. Les 16 et 17 septembre à Couëron.

ATTEINTES À SA VIE 17 scénarios pour le théâtre, de Martin Crimp. On ne verra jamais Anne, le personnage principal de cette pièce écrite par une des plus fortes personnalités de la nouvelle scène anglaise. En 17 tableaux, on suivra sa trace, au gré de ses identités secrètes. Voyage dans les genres, du polar au burlesque, en passant par

la comédie musicale. Coréalisation MCLA-Théâtre Universitaire. Du 10 au 25 octobre, au Théâtre Universitaire, chemin de la Censive du Tertre à Nantes. Tarifs : 7 / 10 / 13 €. Rens. : 02 51 88 25 25.

BLIXA BARGELD « Rede / Speech ». Performance vocale en solo. Au cours de cette performance, Blixa Bargeld explore les frontières du langage et de la musique. Il utilise pour cela un équipement réduit au minimum : des micros, des pédales d’effet et deux haut-

parleurs. Spectacle pseudo-scientifique. Le 20 octobre au Lieu Unique, quai Ferdinand Favre à Nantes. Tarifs : 8,5 / 11 / 14 / 17 €. Rens. : 02 40 12 14 34.

SANTÉ ! Avez-vous déjà participé à cette réjouissance au goût de raisin fermenté que l’on appelle la Fête des vendanges ? Au programme : animations diverses et joyeuses, et dégustations avec modération. Le 23 septembre à partir de 13h au Chai Gallais à Saint-Léger-lesVignes.

Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 - 23


JNM5_EXE_24082006.qxp

28/08/06

16:49

Page 24

Esprit métropolitain

Ligne de vie et lignes de ville Depuis 6 ans, Nathalie Marboeuf conduit bus et tramway, en attendant le dernier né des transports en commun métropolitains, le BusWay.

A

36 ans, Nathalie Marboeuf sillonne l’agglomération nantaise, traçant sa route professionnelle en empruntant les lignes de bus et de tramway. Un choix de vie fait sur le tard. A 30 ans, j’ai décidé de passer mon permis poids lourd, explique cette habitante des Sorinières. Je vivais seule avec mon fils et j’avais besoin de trouver du travail. L’ANPE propo-

sait plusieurs postes de conducteur. qui conduit, et pas une machine. Ils passent J’aime conduire, je me suis dit vas-y.» leur mauvaise humeur sur vous. D’autres vous Permis décroché, elle entre à la Semitan remercient en vous félicitant pour votre et découvre les lignes de bus partant conduite.» de Saint-Herblain. «Quand j’ai démar- Nathalie passe la moitié de son temps dans la ré, en plus de ma formation, j’ai fait peau de contrôleuse. Elle apprécie ce travail une reconnaissance personnelle des d’équipe où l’on peut se parler et se découvrir. itinéraires. Je prenais le bus, regardais Elle avoue aussi avoir mieux compris pourquoi comment le conducteur s’y il fallait soigner ses freiprenait, où étaient les passa- « Des habitants nages et ses démarrages. ges délicats. Au début, en fait, « En prenant la place des vous félicitent pour le plus dur, c’est de répondre habitants, on se rend aux questions des habitants. » la qualité de votre compte que freiner ou Et puis, très vite, finalement, conduite… » démarrer en douceur, c’est tout roule. Au point d’avoir important. » Autre découenvie de découvrir autre chose, de nou- verte ? «Le contrôle permet d’aller au-delà des velles lignes, un autre matériel. apparences. Ceux qui fraudent ne sont souvent «Je suis passé sur le tram, lignes 1, 2 et pas ceux que l’on imagine.» 3, raconte Nathalie Marboeuf qui a soif Une fois chez elle, la conductrice arrête le de se renouveler. La différence avec le temps. «Notre vie de conducteur se cale sur bus ? On ne peut pas faire d’écart pour le chronomètre. Suis-je en retard ? En avanéviter quelqu’un.» Garder la ligne, ce ? Dès que j’ai fini mon service, j’enlève ma donc, en dépit de l’imprudence ou de montre.» Stressant la conduite et le contrôl’inconscience de ceux qui traversent le ? «Taper dans un ballon, ça fait du bien», malgré le feu rouge, qu’ils soient pié- dit cette joueuse de volley, très sportive. tons, vélos, scooters, voitures ou Dans la foulée, elle lâche un conseil : camions. «Il faut être extrêmement «Quand le bus ou le tram est bondé, il y a vigilant. Le tram est une machine lour- souvent quelques minutes après, un bus ou de et puissante. En une fraction de un tram qui ne l’est pas…» seconde, les dégâts peuvent être importants.» La suite ? Deux événements. Le premier : «Le Le plus étonnant ? «Dans les communes de la BusWay est une curiosité, dit-elle. Conduire périphérie, les gens sont plus calmes, plus sur la ligne 4 sera une découverte intéresdétendus. Mais, en centre-ville, il y a plus de sante pour tous les conducteurs de la Tan.» monde. Ils sont stressés, pressés, énervés.» Le second : «J’arrête le contrôle pour reprenLe contact avec la clientèle révèle ainsi un dre mes études et passer mon bac.» Histoire éventail de comportements très large. de progresser encore et d’ajouter une nouvelle «Certains oublient que c’est un être humain ligne sur son C.V. •

ADRESSES, NUMÉROS ET SITES UTILES • SAMU (urgence médicale) 15 • Pompiers : 18 • Police : 17 • SOS médecins : 02 40 50 30 30 • Allo Enfance Maltraitée : 119 • Sida Info Service :

• Nantes Métropole 02 40 99 48 48 www.nantesmetropole.fr www.nantesmetropole.fr/ligne4/

• Infocirculation www.infocirculation.fr

• TAN 0 810 444 444 www.tan.fr

Prix d’un appel local.

• SNCF www.ter-sncf.com

• Parkings NGE 02 51 84 94 51 www.nge-nantes.com

• Office de Tourisme de Nantes Métropole (OTNM) 0892 464 044

Nantes Métropole, 2 cours du Champ de Mars 44923 Nantes CEDEX 9. Directeur de la Publication : Jean-Marc Ayrault. Co-directeur de la publication : Frédéric Vasse. Rédacteur en chef : David Pouilloux. Rédactrice : Carole Paquelet. Directeur artistique : Olivier Leprévost. Photographe : Patrick Garçon. Ont également collaboré à ce numéro : Franck Albert, Caroline Demaison, Anne Marquet, Edith Panigot, Emmanuelle Ramond, Isabelle Corbé, Emmanuel Bouvet, Sandrine Lefèbvre. Conception : Double Mixte / enodenis. Editeur : Direction de la communication de Nantes Métropole. Infographie : IDE. Impression : Imaye Graphic, Label IMPRIM’VERT, Laval .

www.nantes-tourisme.com

24 - Nantes Métropole - septembre / octobre 2006 Signature numérique de COMMUNAUTE URBAINE Date : 2006.09.01 11:54:52 +02'00' Motif : Le document est publié. Lieu : Nantes


Journal n°05 - Septembre / Octobre 2006