Issuu on Google+

0044-JNM2 V2406B

L E

13/03/06

J O U R N A L

10:37

D E

Page 1

L A

C O M M U N A U T É

U R B A I N E

D E

N A N T E S

B I M E S T R I E L

Grands événements

La future route de Vannes Le chantier d’aménagement de cet axe commerçant redessine une nouvelle entrée de ville. Page 4 Recherche

EMC2 : les nouveaux matériaux nantais en pôle position Page 10 Métropole

La Loire à vélo Page 6 Dossier

L’Île de Nantes au cœur de la métropole

durable PATRICK GARÇON

Riche de son passé, l’Île de Nantes change. Le nouveau centre de l’agglomération nantaise s’y dessine aujourd’hui… Page 2

Le développement 2006 sera l’année du développement durable pour Nantes Métropole. Explication des enjeux. Page 11

Basse-Goulaine / Bouaye / Bouguenais / Brains / Carquefou / Couëron / Indre / La Chapelle-sur-Erdre / La Montagne / Le Pellerin / Les Sorinières / Mauves-sur-Loire / Nantes / Orvault / Rezé / Saint-Aignan-de-Grand-Lieu / Saint-Herblain / Saint-Jean-de-Boiseau / Saint-Léger-les-Vignes / Sainte-Luce-sur-Loire / Saint-Sébastien-sur-Loire / Sautron / Thouaré-sur-Loire / Vertou


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:44

Page 2

Métropole grands événements

Sur l’Ile de Nantes, le site des anciens chantiers navals semble calme. Pourtant, dans les halles Alstom, l’effervescence règne. Chaque jour, 40 artisans investissent les lieux. Menuisiers, ferronniers, ébénistes… Tous viennent mettre leur savoir-faire au service d’un projet extraordinaire : faire naître un fabuleux bestiaire imaginé par Pierre Oréfice et François Delarozière. Ce projet, baptisé Les Machines de l’Ile, consiste à créer un éléphant de 12 m de haut à bord duquel 40 personnes s’installeront pour un voyage sur la Prairie-aux-Ducs. L’embarcadère de l’Eléphant se situera dans les nefs Dubigeon. « La sortie de l’Eléphant des nefs Dubigeon sera une

ARCHITECTE : N. MICHELIN

Les étranges Machines de l’Ile de Nantes

Habiter les quais : 72 logements dont 18 logements sociaux. Livraison 1er trimestre 2007.

L’Ile de Nantes : un projet unique en France

L

Croquis du grand éléphant en balade en 2007.

image forte que les nantais et les touristes emporteront avec eux », assure Pierre Oréfice. Réhabilitées, ces nefs abriteront aussi la galerie des machines, ouverte aux visiteurs. « Ce projet est né de notre volonté de faire revivre le patrimoine industriel de Nantes. Nous aurions pu tout raser mais, de même qu’avec le Lieu Unique et la Maison des Syndicats, nous avons voulu donner une nouvelle vie aux nefs », souligne J.M. Ayrault, Président de Nantes Métropole. Rendez-vous en juillet 2007.

2 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

’Ile de Nantes, territoire de 350 ha, est dotée d’une situation exceptionnelle, au centre géographique de l’agglomération nantaise. Longue de 5 km sur 1 km de large, l’Ile de Nantes est formée de zones contrastées : anciens faubourgs, zones industrielles en activité ou en friches, grands ensembles des années 1970. Accueillant 13 000 habitants et près de 15 000 emplois, ce les voitures, est devenue un lieu convivial et territoire possède d’immenses potentialités. animé. Le quai François Mitterrand a été Le projet de l’Ile de Nantes a pour ambition transformé en promenade de bord de Loire. de faire de ce territoire un véritable Rendu aux piétons, ce quai allie modernité cœur d’agglomération en y et patrimoine en valoridéveloppant toutes les fonc- « Le projet de l’Ile sant la pile du Pont tions urbaines : habitat, activi- de Nantes est ouvert, Transbordeur disparu. té économique, commerce, mobile, capable La pointe Ouest accueille équipements publics. Il doit d’accueillir toutes depuis peu de nouvelles permettre aux Nantais de vivre les initiatives. » activités dans les anciendans l’un des centres urbains LAURENT THÉRY, nes halles Alstom. Bientôt les plus attractifs au niveau directeur général de la Samoa, d’autres suivront : la société d’économie mixte chargée du projet. européen. Maison des Avocats, l’éLa mise en œuvre du projet a été confiée à cole d’Architecture, l’extension du CHU, une l’urbaniste Alexandre Chemetoff et une socié- halle dédiée aux biotechnologies, un pôle té d’économie mixte dédiée à ce projet a été culturel… Partout sur l’île, des immeubles constituée (la Samoa). sortent de terre. A terme, l’île accueillera 6 Il faudra encore 20 ans pour achever l’Ile de 500 nouveaux logements, dont 25% de logeNantes, mais déjà, la pointe Ouest de l’île se ments sociaux. L’objectif de ce vaste protransforme. Aux abords du Palais de Justice, gramme immobilier : faire de l’île un quartier les espaces publics ont été entièrement redes- à vivre, une île pour tous, une île à vivre au sinés. La Place François II, hier envahie par cœur de la métropole. •

ARCHITECTE : TETRARC

L’Ile de Nantes est l’un des plus importants projet de renouvellement urbain d’Europe.


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:44

Page 3

« La Loire n’est pas seulement un paysage, un point de vue, c’est un fleuve entretenu, pratiqué, traversé, un espace public et un lien. » Alexandre Chemetoff, architecte du projet Ile de Nantes.

Ile de Nantes

Construire avec le passé

1888 - F. HUGO D’ALESI - MUSÉE DOBRÉE. CG 44

Édito

Jean-Joseph Régent et Jean-Marc Ayrault

Avant les comblements, Nantes est la «Venise de l’Ouest».

Sur la Loire, l’Ile de Nantes n’a favorise ceux qui partent », affirme la devise de la ville. pas toujours été seule… Carrefour des voies terrestres et maritimes, sorte de gué entre Loire fluviale et Loire océane, Nantes est une ville d’eau. L’eau salée de l’Atlantique tout proche, mais aussi l’eau douce des nombreuses rivières qui sillonnent son territoire : le Cens, la Chézine, l’Aubinière, la Sèvre, l’Erdre et surtout la Loire, le plus long fleuve de France. Entre les deux rives de ce géant d’eau : l’Ile de Nantes, un territoire de 350 ha qui, aujourd’hui, fait l’objet d’un vaste projet de renouvellement urbain. L’Ile de Nantes est l’une des seules terres encore insulaires de la ville mais il n’en a pas toujours été ainsi. A l’origine de Nantes, au 1er siècle av. J.C., un chapelet d’îles favorisant le franchissement de la Loire permet aux Namnètes, un peuple gaulois, de fonder un port. En 50 av. J.C, la cité gauloise devient une cité romaine. Nantes est Portus Namnetus. « Neptune

permettent de doter la ville d’axes de circulation dédiés à Pendant près de 20 siècles, le l’automobile. La silhouette de développement du port prime- Nantes s’en trouve transformée. ra ainsi sur celui de la ville, Les îles Gloriette et Feydeau allant jusqu’à disparaissent et chasser l’univer- « Le projet se bâtit deviennent de sité en 1710, au en comprenant le nouveaux quarnom du com- territoire et l’histoire tiers. D’autres merce avec l’ou- de l’Ile de Nantes. » îles, dont Beautre-mer. Nantes PATRICK RIMBERT, lieu et Sainteest alors sillon- vice-président de N.M. Anne, sont renée du Nord au liées pour former Sud par l’Erdre, et d’Est en l’actuelle Ile de Nantes. L’île Ouest par la Loire formant de Sainte-Anne accueillera le port nombreuses îles : Gloriette, et les chantiers navals jusqu’en Feydeau, Mabon, Sainte-Anne, 1987, date à laquelle Le Beaulieu, Madeleine, Ver- Bougainville, le dernier grand sailles… Au 19ème siècle, navire construit à Nantes, s’é30 ponts relient les îles de lance vers l’Atlantique. En Nantes, la bien nommée quelques années, la relation qui « Venise de l’Ouest ». liait Nantes à ses rivières s’est estompée. Nantes a oublié son insularité originelle. AujourComblements. Au 20ème siècle, l’urbanisation progresse. La ville d’hui, la ville inverse le cours de se lance à partir de 1926 dans l’histoire. L’Ile de Nantes fait un vaste chantier : le comble- l’objet d’un vaste projet urbain ment de certains bras de Loire, dont l’un des enjeux est justeet le détournement de l’Erdre. ment de réconcilier la ville avec Ces travaux, achevés en 1946, son fleuve. •

CO-RESPONSABLES

Pendant des siècles, l’humanité était liée par une aventure commune, la découverte de terres inconnues. Aujourd’hui, cette aventure n’existe plus. Nous connaissons désormais bien notre Terre et nous avons conscience de notre « coresponsabilité » globale, en temps qu’habitants de ce même village planétaire. Nous vivons un monde délimité où chaque action a une répercussion, ici ou ailleurs, maintenant ou plus tard. À l’échelle de Nantes Métropole, nous devons concilier les besoins immédiats de chacun avec les exigences d’une vision à long terme respectueuse de notre qualité de vie. La collectivité assume ses responsabilités, le citoyen aussi. J’appelle cela la coresponsabilité : notre capacité collective à co-produire la ville, en tenant compte des devoirs et des droits de chacun. C’est dans cette réciprocité de compétences que naît une action, un développement durable. Ainsi, pour offrir aux générations futures les mêmes chances que celles dont nous bénéficions aujourd’hui, nous devons transformer nos expériences locales en une prise de conscience générale pour construire la métropole de demain. Je compte sur chacun d’entre vous.

JEAN-MARC AYRAULT

Président de Nantes Métropole

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 3


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:45

Page 4

Nantes Métropole actualités Prêt à taux zéro de Nantes Métropole

Image de synthèse montrant la future route de Vannes.

DR

Nantes Métropole met en place un prêt à taux zéro pour aider les ménages à acquérir un bien immobilier. Dans le cadre d’un partenariat élaboré avec les banques, le prêt à taux zéro de Nantes Métropole permettra aux ménages qui ont accès au prêt à taux zéro de l’Etat d’augmenter leur capacité d’emprunt. Sous certaines conditions, ils pourront bénéficier d’un second prêt à taux zéro de 20 000 € à 40 000 € pour l’acquisition d’un logement neuf, et de 30 000 € pour l’achat d’un logement ancien. En complément, un prêt spécial autour de 2.25 % leur sera accordé. Enfin, un prêt immobilier classique viendra

La nouvelle route de Vannes

E

lle avait pris sa place sans qu’on la lui donne vraiment, poussant sans grande uniformité au gré de ses envies et de ses besoins. Petit à petit, la route de Vannes s’est forgée une identité hétéroclite et le grand axe national des années 70 s’est mué en une large voie commerciale, toujours fréquentée par un flux routier soutenu (25000 véhicules par jour en semaine et 30 000 le samedi). Avec ses 127.000 m2 de surfaces de vente, la route de Vannes est aussi l’un des plus grands pôles commerciaux de l’agglomération. Il était donc devenu impératif d’aménager la cohabitation entre les usagers de la route, mais aussi ceux des commerces, les riverains, les piétons et les cyclistes. De la porte de Sautron au carrefour de la Ferrière, en direction de Nantes, la route de Vannes se partagera en trois. Il y aura un axe central dédié sur

4 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

deux voies à la circulation de transit, un terre-plein de pierres naturelles et de végétation, et des contre-allées permettant l’accès aux commerces. Autre changement majeur : des pistes cyclables sont intégrées au projet et de nombreuses traversées aménagées pour les piétons. Le budget consacré à l’ensemble de ce projet de requalification est évalué à 15,7 M€. Il bénéficie également du financement européen Civitas qui soutient les

Ce projet est le fruit d’une collaboration active entre Nantes Métropole et les commerçants. mesures innovantes pour l’amélioration des déplacements. Bien sûr, pendant les travaux, la desserte des commerces est assurée et la circulation automobile maintenue dans les deux sens. « Nous avons toujours eu le sentiment d’une grande écou-

te de la part des pouvoirs publics » explique Tony Le Saffre, président de l’association des commerçants de la route de Vannes. « De notre point de vue, poursuit Tony Le Saffre, il nous semblait nécessaire que le projet ménage des espaces de stationnement suffisants pour la clientèle et prévoit de multiples rondspoints afin d’assurer la desserte des commerces et une bonne irrigation de la circulation ». Et comme la pollution peut être aussi visuelle, les commerçants demandent une harmonisation de la signalisation publicitaire sur la route de Vannes, comme elle est pratiquée, par arrêté municipal, sur Atlantis. Mi-mars, les travaux entreront dans une nouvelle phase et des itinéraires « malins » permettront aux automobilistes de contourner la zone de chantier, située entre le carrefour des Thébaudières et la porte de Sautron. •

DR

Améliorer la desserte des commerces tout en garantissant la fluidité de la circulation ? Pari relevé avec le chantier d’aménagement de cette entrée de ville.

compléter l’offre de financement globale. L’objectif de Nantes Métropole : aider 450 à 600 ménages par an dans leur projet d’accession à la propriété. Les bénéficiaires prioritaires de ce nouveau prêt à taux zéro : les ménages primo-accédants de moins de 35 ans résidant sur l’agglomération depuis plus de trois ans. Le dispositif sera mis en oeuvre par les banques partenaires de Nantes Métropole, banques dont les noms seront connus au printemps prochain.


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:45

Page 5

Sur ses 52 336 ha de surface, Nantes Métropole compte 60 % d’espaces agricoles et naturels protégés, soit environ 31 000 ha.

Nantes Métropole actualités

La campagne au coin de la rue Rencontre avec des arboriculteurs qui ne mettent pas toutes leurs pommes dans le même panier. A Vertou, Michel Delhommeau et Benoît Van Ossel produisent les pommes biologiques des Côteaux Nantais. L’exploitation, modeste et familiale à sa création, en 1943, s’est muée au fil du temps en une entreprise de 48 personnes. C’est d’ailleurs la seule à assurer une production biologique et bio-dynamique de pommes sur la métropole où 300 exploitations agricoles sont en activité aujourd’hui. « Je me réjouis du maintien d’une agriculture pourvoyeuse de valeur ajoutée et d’emplois directs, qui valorise plus du tiers de l’espace communal et préserve son caractère de « commune verte » constate Laurent Dejoie, maire de Vertou. « La commune compte aujourd’hui 740 ha exploités, 29 exploitations agricoles et plus d’une centaine d’emplois permanents dans la viticulture, l’arboriculture, l’horticulture et le maraîchage ». Produits bios. Avec 64 hectares de vergers répartis sur 5 sites arboricoles dont 3 périurbains (Vertou, Carquefou et Thouaré), les Côteaux Nantais produisent 30 variétés de pommes, 7 de poires, autant de fraises, et des coings qu’ils vendent en France et dans différents pays européens. Sur le territoire de Nantes Métropole, 59 producteurs pratiquent

maire de Brains, vice-président de Nantes Métropole, délégué à l’agriculture périurbaine.

Comment s’inscrit le développement de l’agriculture périurbaine dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU) ?

Michel Delhommeau s’est spécialisé dans la culture de fruits bios.

la vente directe. Parmi eux, les Côteaux Nantais. L’entreprise a su ainsi développer d’autres formes de commerce, plus locales : à quelques pas des vergers, une boutique de produits biologiques assure notamment la vente d’une partie de la production.

consommateurs » explique Michel Delhommeau. « Le fait de nous trouver à proximité d’une zone habitée nous assure une clientèle fidèle, souvent un peu privée de nature et de jardins… Et puis, pour une entreprise telle que la nôtre, il est important de nous trouver à

« Je me réjouis du maintien d’une agriculture pourvoyeuse de valeur ajoutée et d’emplois directs. » LAURENT DEJOIE, maire de Vertou et vice-président de N.M.

« Nous pratiquons la transformation de nos fruits et leur commercialisation en direct auprès des

proximité des voies de transports, mais aussi du Marché d’Intérêt National - le 3e de France ». •

Mieux classifier pour mieux préserver Afin de garantir le maintien des espaces agricoles, des plantations et des élevages, la révision des Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) des 24 communes de Nantes Métropole permet de classifier les différents territoires agricoles. En 2003 et 2004, 18 communes ont bénéficié d’un diagnostic agricole complet et 3 communes d’un diagnostic simplifié. Des réunions ont été Métropole.

Jean-Pierre Legendre,

préparées avec les agriculteurs, les élus, le viceprésident chargé de l’agriculture périurbaine et des techniciens de la Chambre d’Agriculture. Des rencontres personnalisées ont également été organisées avec les exploitants. La synthèse de toutes ces informations a permis de définir les caractéristiques de chaque espace agricole : spécificités des sols, état des parcelles, types de productions, etc. •

L’espace urbanisé de l’agglomération nantaise est passé de 5000 à 15000 hectares en 30 ans. Face à cette expansion de la ville, l’agriculture devait trouver auprès de la collectivité un appui pour garantir l’avenir de ses activités. En décembre 2000, un partenariat entre la Communauté Urbaine et la Chambre d’Agriculture a défini la notion de « territoire agricole durable ». Lors de la révision de son Plan Local d’Urbanisme, le 21 juin 2002, Nantes Métropole a confirmé son engagement auprès des agriculteurs. Les zonages d’agriculture durable qui seront inscrits sur les PLU le seront pour une période minimale de 20 ans, confortant ainsi les 330 sièges d’exploitations agricoles et les 1200 emplois directs sur les 13000 hectares de surface agricole utile. Ce qui permettra de maintenir sur notre territoire des productions très diversifiées et appréciées de l’ensemble des habitants.

59

exploitants agricoles pratiquent la vente directe sur le territoire de Nantes Métropole.

Vous trouverez la liste de leurs adresses dans les mairies, les pôles de proximité et chez les agriculteurs concernés.

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 5


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:46

Page 6

Nantes Métropole actualités

LA BOURSE AUX VÉLOS Il arrive souvent que notre vieux vélo nous embarrasse. Il arrive aussi que l’on cherche à faire une bonne affaire en achetant un bon vélo. Solution pour contenter vendeur et acheteur de bicyclette d’occasion : participer à la prochaine bourse aux vélos, la huitième du nom, le samedi 25 mars 2006. Elle se déroule de 9h 30 à 17h 00, Place du Pont Morand à Nantes. L’association Place au vélo, qui pilote cette bourse, bénéficie du soutien financier de Nantes Métropole et participe également à l’organisation de la fête du vélo, en juin. Sur le site « boursier », un « contrôle technique » des vélos d’occasion est effectué en partenariat avec l’association d’insertion ATAO. Pour en savoir plus :

Place au Vélo : Rens. : 02 40 20 04 00 Site internet : www.nantes.fubicy.org

LES DATES DU PROJET Après avoir défini un itinéraire et les types d’actions à engager (aménagement de la voirie, achat de terrain, balisage, etc.), Nantes Métropole en association avec les 12 communes concernées a établi le calendrier suivant : • Concertation préalable avec les habitants : Janvier - Février 2006 • Présentation des études d’avant projet : Mars - Avril 2006 • Enquête publique avant travaux : Juin 2006 • Travaux : 2007 à 2008 • Le coût de l’opération est estimé à 5,573 M€ Pour en savoir plus : retrouvez la carte des continuités cyclables sur

6 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

Le vélo avec vue sur Loire

Nantes Métropole participe à un projet d’aménagement de pistes cyclables le long de la Loire. Les amoureux de la petite reine et de la Loire peuvent se réjouir. Bientôt, leurs coups de pédale pourraient bien leur permettre en partant de Nevers de rejoindre l’estuaire en longeant le

Métropole.

« Cyclistes et piétons pourront découvrir le fleuve là où il est impossible d’y accéder en voiture. » Christian Couturier, maire des Sorinières et vice-président de N.M.

fleuve sans que leur parcours ne soit interrompu une seule fois ! Ce petit miracle sera réalisé une fois que le projet La Loire à Vélo sera achevé ! L’objectif est d’aménager le long du fleuve un itinéraire identifié et sécurisé sur 800 km de Nevers à l’océan ! « Ce projet a été initié il y a une dizaine d’années par les régions Centre et Pays de la Loire, précise Christian Couturier, maire des Sorinières et vice-président de Nantes Métropole en charge du dossier « déplacements doux ».

Nous sommes aujourd’hui en phase d’accélération.» Sur son territoire, la communauté urbaine de Nantes est concernée par 65 km entre Mauves-surLoire et Le Pellerin (45 km pour l’itinéraire nord Loire, 20 km pour l’itinéraire sud Loire). « 12 communes sont concernées par le projet, poursuit Christian Couturier. L’idée, c’est de permettre aux cyclistes et aux piétons de découvrir le fleuve là où il est impossible d’y accéder en voiture et en même temps de mieux profiter des sites touristiques qui jalonnent le fleuve. » Dès la mi-2007, Nantes Métropole s’engage à livrer l’essentiel de l’itinéraire nord Loire entre Mauves-sur-Loire et Couëron ainsi qu’un itinéraire Nord-Sud entre les villes de Rezé et de la Chapelle-sur-Erdre (20 km). Important : il ne s’agit pas de tout refaire ! « Le projet La Loire à vélo intègre sur son parcours toutes les pistes cyclables déjà existantes, explique Christian Couturier. On raccorde les morceaux entre eux et

on sécurise le parcours ». « C’est un travail complémentaire de celui effectué par les communes, précise Pierre Aillet, maire de Thouarésur-Loire et vice président de Nantes Métropole. Les habitants profitent déjà d’aménagements sur les bords de Loire. Quelques améliorations seront apportées, en particulier des panneaux de signalisation. » Pas question de se perdre, donc ! Le plus étonnant, c’est que ce projet s’inscrit également dans le projet euro-

« C’est un travail complémentaire de celui effectué par les communes. » Pierre Aillet, maire de Thouaré-sur-Loire et vice-président de N.M.

péen « Eurovéloroute des Fleuves» qui part d’Ulm en Allemagne, longe le lac de Constance en Suisse et rejoint l’océan le long du Rhin et de la Loire. De quoi faire une petite promenade sympa en famille, et à vélo, de près de 1200 km ! •


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:46

Page 7

Prévention

Nantes Métropole anime depuis 2003 une campagne contre le racket, le recel, les vols et violences, en direction de tous les élèves de 5ème de l’agglomération. La version 2006/2007 de cette campagne a été lancée le 6 février dernier au collège Jean Rostand d’Orvault.

Mieux informer les automobilistes ciaux, génèrent un trafic important sur le périphérique. Les bonnes conditions d’accessibilité à ces infrastructures doivent être assurées. Nantes Métropole, qui n’est pas propriétaire du périphérique, ne peut pour l’instant y implanter les caméras, boucles de comptage de la circulation ou Panneaux à Messages Variables

En 2008, un système d’information en temps réel sera installé sur le périphérique.

DR

D

epuis le 12 janvier, un nouveau système d’information développé par Nantes Métropole sur les principales voies du centre de l’agglomération offre aux automobilistes une meilleure connaissance de leurs trajets. Sur certains itinéraires, il est désormais possible de prévoir son temps de parcours, de visualiser les flux de circulation ou d’être prévenu gratuitement des encombrements, par alerte SMS, sur son téléphone portable. Cette offre est promise à terme à un avenir encore plus performant puisqu’un projet de gestion dynamique du trafic et d’exploitation sur le périphérique de l’agglomération nantaise est en cours d’élaboration. En effet, des installations telles que le Parc des expositions ou le stade de la Beaujoire, le futur Zénith ou des centres commer-

(PMV) nécessaires au développement du service. Toutefois, un partenariat avec l’Etat, le Conseil Général et le Conseil Régional prévoit de mettre en place un système d’information similaire dont la première phase devrait être achevée en 2008. Nantes Métropole cofinancera ce projet d’information en temps réel. •

Périphérique sud : en 2008, des panneaux d’informations y seront installés.

UN TICKET POUR L’OCÉAN

DES BUS DÉVIÉS

Lancé à l’occasion d’un partenariat entre la Région des Pays de la Loire, le Département de Loire Atlantique, Nantes Métropole et la Carene, le titre de transport multimodal MétrOcéane permet, grâce à son ticket unique, d’emprunter et de combiner tous les modes de transports existants sur l’axe Nantes – Saint-Nazaire – Le Croisic : TER, car, bus ou tramway. Pour connaître la liste complète des points de vente et les avantages MétrOcéane : www.metroceane.fr

Afin de pouvoir achever les travaux d’aménagement entrepris sur l’axe Feltre-Calvaire en toute sérénité, les lignes de bus qui empruntent ces rues seront déviées du 3 avril au 25 août. Dès le 20 mars, la TAN lancera une campagne d’information sur cet événement qui va contraindre 14 lignes à modifier leurs itinéraires. Un point info dédié spécialement aux travaux sera mis en place à l’espace Transport de la station Commerce. Retrouvez tous les détails de cette opération sur : www.tan.fr/

Jean-Pierre Fougerat, maire de Couëron et vice-président de Nantes Métropole, délégué à la voirie et à l’espace public.

Quels avantages présente la mise en place d’un système de gestion dynamique du trafic ? En améliorant la collecte d’informations sur le réseau, on permet aux usagers d’être mieux informés. Selon le même principe d’Infocirculation que celui développé dans la zone intrapériphérique depuis la mijanvier, 39 caméras mobiles et 33 autres fixes permettront de recueillir des informations sur le périphérique, en temps réel. En premier lieu, 29 PMV (panneaux à messages variables) informeront les usagers sur les conditions de circulation. Mais il est aussi capital de pouvoir anticiper sur la fluidité des déplacements et les points de congestion aux heures de pointe. 41 autres PMV, placés avant les entrées du périphérique, informeront des possibilités de rabattement vers les parkings relais (P+R) et les lignes de transports en commun.

NOUVELLE NAVETTE BUS SUR L’ILE DE NANTES

QUAND NEPTUNE CHANGERA DE PEAU

Depuis le 30 janvier, une nouvelle navette bus circule sur l’Ile de Nantes. Toutes les 30 minutes environ, cette navette relie la ligne 2 du tramway (arrêt Vincent Gâche) à l’ouest de l’Ile de Nantes (Prairie aux Ducs - Maison des Syndicats). Sur un parcours de 2 km, quatre arrêts sont désormais desservis. Provisoire, cette nouvelle ligne préfigure la ligne de bus 58 qui sera mise en service à la rentrée prochaine.

Situé dans le cœur historique de Nantes, l‘immeuble Neptune, en décalage avec l’architecture du quartier, s’intègre mal à son environnement urbain. Nantes Métropole a décidé de le détruire. Le 13 février dernier, le groupe VINCI RODAMCO SOGEA a été retenu pour aménager le site qui accueillera 12 000 m2 de commerces, 500 places de parking, et 6 à 8 000 m2 de logements. La livraison de l’ensemble est prévue fin 2009.

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 7


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:46

Page 8

Une Métropole d’avance L’INSERM CHOISIT L’INSERM a choisi Nantes pour implanter sa nouvelle « administration délégué régionale » (ADR) qui coordonnera à compter du 1er janvier 2007 l’ensemble des laboratoires des régions Bretagne, Pays de la Loire et Centre. Année faste pour la recherche médicale sur le territoire de Nantes Métropole : labellisation du pôle de compétitivité biothérapies, inauguration du centre de recherche en cancérologie des Pr. Bonneville et Meflah, inauguration du laboratoire d’ingénirie ostéo-articulaire et dentaire de Pierre Weiss, 3 Victoires de la médecine (Professeurs Galmisch, Dréno et Lemarchand) !

BELLE ANNÉE POUR NMD Nantes Métropole Développement, l’agence de développement économique de Nantes Métropole, a enregistré un niveau d’activité exceptionnel en 2005. Cette agence a accompagné l’implantation de 66 nouvelles entreprises, totalisant 1514 créations d’emplois. Le nombre de projets accompagnés comme celui des emplois créés connaissent ainsi une augmentation (plus de 50 %) par rapport à 2004.

Bourses pour étudiants venus d’ailleurs Depuis 4 ans, Nantes Métropole finance des bourses à destination des étudiants africains. Rencontre. Amadou Hampaté Bâ, recherche qui viendra couronner leur célèbre pour avoir pro- vie d’étudiants et fera d’eux des noncé la formule « en Docteurs en sciences humaines. Elle Afrique, un vieillard qui leur donne aussi les moyens de payer meurt, c’est une biblio- leur billet d’avion et leurs frais de séjour. thèque qui brûle !». Et, justement, les livres Un séjour qui comporte d’ailleurs font parfois défaut. quelques aléas… « Obtenir un visa « Ici, dans la Maison pour la France, même avec un bon des Sciences de l’Hom- dossier, même avec un financement, me, nous pouvons pro- c’est difficile, assure Yapi. Il faut parfiter de nombreux ou- fois des mois pour avoir un rendezvrages disponibles dans vous à l’ambassade. » Idem au notre secteur de recher- Cameroun. « On doit attendre che, explique Yapi dehors pendant des heures, toute la Paterne Mambo qui nuit, pour être sûr de passer le lenplanche sur l’urbanis- demain, enchaîne Godelive. Et à me. En Afrique, peu l’aéroport, on peut vous dire que d’ouvrages sont à notre votre passeport n’est pas valable, disposition dans les alors qu’on l’a déjà utilisé plusieurs Godelive et Yapi, 2 lauréats de la bourse Hampaté Bâ. bibliothèques universi- fois sans que cela pose de difficultaires et souvent ils tés. » « Les obstacles qui se dreslle s’appelle Godelive, elle a 28 datent… ». « L’autre intérêt de sent devant les étudiants sont réels ans et vient du Cameroun. Il notre venue ici, c’est de pouvoir ren- et vont s’aggravant, souligne Soizic s’appelle Yapi, il a 27 ans et contrer les meilleurs spécialistes Lorvellec, ingénieur de recherche à arrive de Côte d’Ivoire. Un français dans notre domaine d’étude, l’université de Nantes. Nous leur heureux événement vient de ajoute Godelive Tiabou-Tiomela qui assurons tout notre soutien, nous réunir ces 2 représentants du conti- elle, s’intéresse au droit du travail. téléphonons pafois aux ambassades nent africain dans les locaux de la De plus, on peut échanger des points pour débloquer certaines situations Maison des Sciences de l’Homme de vue avec des Ange Guépin, à Nantes : tous les deux étudiants fran- « En Afrique, un vieillard qui meurt, c’est sont les derniers lauréats de la bourse çais, japonais, une bibliothèque qui brûle ! » suisses. Nos AMADOU HAMPATÉ BÂ, écrivain malien. Hampaté Bâ. D’un montant de 7 600 euros, cette échanges sont absurdes. » La suite ? « Un accueil bourse récompense chaque année 3 d’une grande richesse. » jeunes doctorants africains en scien- Une telle bourse n’a donc rien d’a- chaleureux à Nantes», assure Yapi. Et ces humaines et sociales. Elle est nodin dans la vie de ces 2 jeunes après ? Tous les deux souhaitent financée par Nantes Métropole, dans chercheurs. Elle permet à chacun de devenir enseignants dans leur pays un esprit d’échange des savoirs et de réaliser un rêve : venir en France, d’origine, avec sûrement un petit solidarité avec ce continent. Elle tient quelques mois, afin de préparer au coin du cœur rempli par les bons son nom d’un écrivain africain, mieux leur thèse, un travail de souvenirs rapportés de Nantes. •

E

Un colloque, trois idées En 2002, le colloque sur les Sciences de l’homme en Afrique a eu 3 répercussions importantes. Suite à ce moment fort pour les sciences humaines et sociales, Nantes Métropole a décidé de soutenir 3 initiatives visant à promouvoir les savoirs du Sud : la création des bourses Hampaté Bâ, le soutien à un programme de recherche Nord-Sud, et la mise en route du projet d’Institut d’études avancées (IEA). Ce dernier sortira de terre aux abords du stade Marcel Saupin, en octobre 2008. Il accueillera une vingtaine de chercheurs français et étrangers dans un lieu entièrement dédié aux sciences humaines et sociales : droit, géographie, ethnologie, sociologie, médecine, etc.

8 - Nantes Métropole - mars / avril 2006


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:46

Page 9

En 2005, la COPR de Nantes Métropole a réalisé 383 contrôles préventifs et 184 interventions sur des pollutions déclarées.

Une Métropole d’avance

Maires en gestion de crise

Patrick Lagadec,

Les maires des communes de Nantes Métropole apprennent à gérer les risques, à l’occasion d’un séminaire animé par un spécialiste international. Souvenez-vous. Le 11 septembre 2001, deux avions étaient précipités sur les tours jumelles du World Trade Center de New York. Un attentat sans précédent pour les Etats-Unis et une situation de crise hors norme à gérer pour le maire de la ville, Rudolf Giuliani. De l’avis général, l’homme a fait ce qu’il fallait faire, organisant les secours, informant la population, impulsant une dynamique puissante, confiante et constructive. Petite leçon de l’histoire : deux mois auparavant, début juillet, le maire de New York participait – lui-même, avec toutes ses équipes – à une simulation hors des sentiers battus.

Développer la culture du risque est un enjeu majeur aujourd’hui. À une autre échelle, les 17 et 18 mars prochains, les 24 maires des communes de Nantes Métropole sont invités à se former à la gestion de crise lors d’un séminaire de 2 jours, dans le cadre du projet local de prévention des risques et pollutions. Nantes Métropole est la première communauté urbaine à se lancer dans une opération de ce genre en France. Deux des meilleurs spécialistes mondiaux de la gestion de crise, Patrick Lagadec et Xavier Guilhou, co-auteurs du livre La fin du risque zéro*, assureront l’essentiel de cette formation originale. Développer la culture du risque, apprendre les conduites à tenir, sont des enjeux aujourd’hui majeurs tant pour les personnes en responsabilité, comme les maires (directeurs des opérations de secours en cas de crise), que pour les habitants, tous concernés. Car la liste des risques potentiels est longue : inondation, tempê-

te, incendie, épidémie, pollution de l’eau, explosion, effondrement de terrain. Sur le territoire de Nantes Métropole, des risques existent, comme partout ailleurs, même s’ils sont plus faibles que dans certaines régions françaises tel que le couloir de la chimie, dans le Rhône. En 1987, près de 35 000 habitants de Nantes et de SaintHerblain ont été évacués suite au passage d’un nuage toxique, provenant de l’incendie d’un dépôt d’engrais. La cellule opérationnelle de prévention des risques (COPR). Un accident resté dans toutes les mémoires. Cet évé- former à la gestion de crise. » En nement sera le point de départ d’une clair, du début à la fin de la chaîne forte mobilisation. « Il est impor- du risque, la formation doit permettant de faire de la prévention des tre d’éviter le pire. Il faut se préparer risques, notamment former les gens à gérer l’inconcevable, en somme. • avant qu’un accident n’arrive, explique Joël Garreau, Directeur de la *La fin du risque zéro, Mission risques et pollutions de éditions Eyrolles, Nantes Métropole. Mais il faut aussi Patrick Lagadec, Xavier Guilhou.

Une cellule en opération Sur le terrain, au jour le jour, il existe une cellule opérationnelle de prévention des risques (COPR). Appartenant à la Mission risques et pollution de Nantes Métropole, son objectif est de faire du contrôle préventif auprès des entreprises, d’identifier les risques industriels et de les mesurer. Ses 5 agents interviennent aussi sur le terrain en cas d’accident, comme lors d’une pollution. Les élus peuvent intégrer les informations récoltées par la COPR dans le plan de sauvegarde mis en place pour leur commune.

directeur de recherche à l’Ecole polytechnique et spécialiste international des situations de crise.

Pourquoi est-il important de se former à la gestion de crise ? En matière de sécurité, il est une règle absolue : ne jamais être « en retard d’une guerre ». Le XXIe siècle sera celui des risques hors cadre, ceux qui sortent des terrains habituels (sur lesquels nous avons d’indéniables compétences dans notre pays). Phénomènes climatiques extrêmes, épidémies jusque-là inconnues, pertes de réseaux essentiels comme l’informatique… Il faut avoir l’intelligence de mettre la société civile au cœur des processus de réponse à inventer. Il ne s’agit plus de « rassurer » par un « tout est sous contrôle » auquel personne ne croit plus, mais de travailler de façon professionnelle et responsable avec tous, élus et citoyens. Nous n’avons plus besoin de « figurants » mais d’acteurs, à tous niveaux : c’est là encore une leçon du World Trade Center. Au centre : la confiance, l’exemplarité, le courage. Nantes Métropole mérite un coup de chapeau pour son initiative de mars 2006 : il est encore rarissime de s’engager avec lucidité sur ce terrain. Elle lance le mouvement en France, et, espérons-le, en Europe.

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 9


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:47

Page 10

Une Métropole d’avance

LES CHANTIERS DE L’ATLANTIQUE Propriété du groupe Alstom, à travers sa filiale Alstom Marine, les Chantiers de l’Atlantique viennent d’être vendus au groupe norvégien Aker Yards. Le groupe Aker présente de solides références industrielles et économiques capables de conforter l’activité des chantiers de Saint-Nazaire sur un secteur très fortement concurrentiel. « Il est nécessaire toutefois de s’entourer de solides garanties pour que l’emploi, l’activité soient durablement confortés et développés sur ce site, a déclaré récemment Jean-Marc Ayrault, Président de Nantes Métropole. Il convient ainsi d’éviter deux écueils. Le premier : une spécialisation excessive sur le segment des grands paquebots, ce qui rendrait les chantiers de Saint-Nazaire très sensibles aux aléas de la conjoncture. Le second : une déperdition des capacités de recherchedéveloppement et d’innovation technologique présentes sur le site, qui sont des atouts considérables. »

Vue des ateliers d’Airbus à Bouguenais où l’on utilise des matériaux high tech.

EMC2 : la compétitivité en marche Fabriquer des matériaux high tech ? Une spécialité nantaise. La preuve ! Devinette : qu’y a-t-il de commun entre Airbus, Alstom, Bénéteau et la Direction des constructions navales (DCN) ? Réponse : ces 4 grandes entreprises, implantées au sein de la métropole Nantes – Saint-Nazaire, sont les 4 piliers d’un pôle de compétitivité dénommé Ensembles Métalliques et Composites Complexes (EMC2), un sigle reprenant la fameuse formule du physicien allemand Albert Einstein. En fait, derrière ce nom complexe se cache un

regroupement d’entreprises, de laboratoires de recherche, d’écoles, d’universités, travaillant sur un même territoire et dans un même secteur d’activités : biologie, télécommunication, aéronautique, etc. Le pôle EMC2 a été récemment labellisé par le Comité Interministériel chargé de l’Aménagement et du Développement du Territoire (CIADT). La spécialité du pôle EMC2 ? Il regroupe des entreprises qui créent de nouveaux matériaux pour

la construction navale, l’aéronautique, la plaisance et l’automobile. Avec l’appui des collecti-

« Ceux qui permettent de lier recherche et développement doivent être remerciés. » YANNICK GUIN, vice-président de N.M. chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

vités locales, ce pôle de compétitivité a pour objectif de développer un espace d’envergure mondiale en matière de recherche et d’application

industrielle. Il s’agit aussi d’accompagner les soustraitants locaux. EMC2 couvre un tissu industriel représentant 60 000 salariés. Il s’appuie sur un environnement scientifique de qualité avec 1 200 chercheurs et 3 500 étudiants. En novembre dernier, Airbus et EADS ont annoncé l’implantation à Nantes de leur laboratoire de recherche privée et ont signé un premier partenariat avec plusieurs écoles d’ingénieurs nantaises pour créer une plateforme de recherche baptisée Techno’Campus. Inscrit dans le cadre du pôle EMC2, Techno’Campus accueille des chercheurs de l’université et des ingénieurs d’Airbus, rapprochant ainsi le monde de la recherche et celui de l’entreprise. Yannick Guin, vice-président de Nantes Métropole chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, a salué cette initiative : « Techno’Campus permet de créer des liens plus étroits entre le monde de la recherche et celui du développement. Ainsi, nous pouvons envisager l’avenir avec optimisme. » •

ECCE : l’ambition d’accentuer le tissu culturel Depuis 15 ans, la région nantaise s’est distinguée par son dynamisme culturel. Moult initiatives y ont vu le jour et sont désormais reconnues internationalement. Contribuant ainsi au rayonnement du territoire, toutes ont généré des créations d’entreprises. Aujourd’hui, les collectivités locales souhaitent aider ces entreprises à étendre leur influence à l’international. C’est pourquoi, suite à l’appel à projets lancé par l’Union européenne (UE) pour le programme « Interreg Europe Nord-Ouest » qui vise à renforcer la coopération transnationale entre les régions et les villes des Etats mem-

10 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

bres de l’UE, Nantes Métropole, avec 6 villes européennes, a déposé sa candidature. Le projet porté par Nantes Métropole dit projet ECCE (Developing Economic Clusters of Cultural Enterprises) vise au développement économique des entreprises culturelles de toutes tailles (maison d’édition, studio d’enregistrement…). Par la création de centres locaux de ressources, les 7 partenaires européens développeront des savoir-faire, des expertises, un réseau, et des services. Il ne s’agit donc pas de soutien financier, mais plutôt d’une aide technique ou logistique. Lancé en 2006, ECCE durera 2 ans. •


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:47

Page 11

C

Développement durable

Agir pour

l’avenir

Le développement durable est une nouvelle façon de penser la vie, la ville et l’avenir. 2006 sera l’année du développement durable pour Nantes Métropole.

ommençons par un constat : nous sommes 6 milliards d’humains à vivre sur une planète pas vraiment en forme. La raison ? Notre façon de nous développer aujourd’hui est source de menaces. L’effet de serre augmente, le climat se détraque, des milliers d’espèces sont en voie de disparition, le pétrole devient rare, plus d’un milliard d’habitants vit en dessous du seuil de pauvreté, c’est-àdire avec moins d’un euro par jour… L’idée : et si l’on se développait autrement ? Cette idée, justement, c’est celle du développement durable : arriver à concilier un développement économique efficace, une harmonie sociale et un environnement de qualité. Autrement dit, se développer oui, mais sans mettre socialement en danger les autres, qu’ils vivent loin ou près de nous (solidarité entre les peuples et «Faire du les habitants) et sans nuire à développement l’environnement. Se durable, c’est aller développer dans la durée, ne plus faire n’importe quoi vers un monde localement sans penser aux moins égoïste.» conséquences globales. Se développer en pensant à soi Ronan Dantec, vice-président de Nantes Métropole, (avoir du travail, bénéficier en charge de l’Agenda 21. d’une bonne qualité de vie, etc.) et en même temps aux autres, à ses voisins, aux habitants d’autres pays et aux générations futures. C’est un défi pour le futur, résumé en 1987 dans la célèbre formule de madame Gro Harlem Bruntland, ancienne premier ministre de Norvège : « Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Il faut donc agir ! Comment ? En suivant l’Agenda 21. Qu’est-ce que c’est ? Un texte fondateur adopté par 173 pays lors du sommet de la Terre à Rio en 1992 qui reprend la philosophie du développement durable et propose des actions concrètes à mener. Le mot agenda a été choisi car il veut dire en latin « ce qui doit être fait ». Quant au 21, il signifie « pour le vingtet-unième siècle ». Chaque pays, chaque collectivité territoriale a son Agenda 21, que l’on dit local. L’Agenda 21 de Nantes Métropole, voté le 17 févier 2006 en Conseil communautaire, s’inspire du texte de Rio. Il répertorie les 21 chantiers prioritaires de Nantes Métropole pour le 21e siècle. Trois axes se dégagent de ces chantiers : 1. La lutte contre l’effet de serre. 2. Les solidarités et l’évolution des modes de vie. 3. La diversification économique. Quant au citoyen qui se demande comment agir au quotidien dans son siècle et à son niveau, des éléments de réponse se trouvent en double page suivante !

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 11


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:48

Page 12

Comment faire du développement durable ? Voici sept domaines dans lesquels vous pouvez agir dès maintenant.

Agir quand vous faites vos achats Aujourd’hui et de plus en plus, vous pouvez acheter des produits moins coûteux pour l’environnement et qui ne sont pas issus d’un commerce exploitant les pays pauvres. • Le commerce équitable est un commerce qui assure un revenu minimum aux producteurs. Dans les pays pauvres, cet argent permet en particulier à des familles d’avoir accès à la santé et d’envoyer les enfants à l’école. • Acheter des fruits et des légumes de saison à des producteurs locaux. • L’agriculture biologique (Label AB) est davantage respectueuse de l’environnement. • Acheter des appareils ménagers moins gourmands en électricité et en eau.

1 Agir quand vous êtes à la maison C’est l’endroit rêvé pour commencer et aussi, disons-le, pour donner l’exemple. • Trier les déchets et les recycler permet d’économiser matières premières et ressources naturelles. • Acheter des ampoules basse consommation et éteindre les appareils en veille. • Baisser le chauffage de 1 °C, c'est réduire de 5 à 10 % sa facture. • Prendre une douche au lieu d’un bain. Ne pas laisser couler le robinet. • Utiliser des produits de lavage biodégradables. • Refaire l’isolation de sa maison. • Ne pas utiliser de désherbant pour son jardin. • Apporter votre soutien aux autres (soutien scolaire, courses…) crée de l'harmonie entre les hommes.

C'est quoi… …l’effet de serre? A cause des gaz à effet de serre (CO2 ) la chaleur augmente comme dans une serre.

Atmosphère

Gaz à effet de serre

3 Agir quand vous êtes une entreprise Un patron d’entreprise peut faire des choix allant dans le sens du développement durable. Il peut décider d’agir concrètement tant pour ses employés, ses fournisseurs, ses produits ou ses services. Il peut ainsi donner l’exemple. • Promouvoir l’insertion des personnes handicapées et l’égalité hommes-femmes, veiller à la non discrimination raciale à l’embauche. • Aménager les horaires de travail de ses employés en tenant compte de leur mode de vie. • Proposer un plan de déplacement d'entreprise où les modes de déplacements doux et les transports en commun sont mis en avant. • Maîtriser les dépenses énergétiques et réduire les rejets polluants. • Choisir des fournisseurs proposant des produits respectueux de l’environnement et ayant une démarche éthique et solidaire.

7

La moitié de l'énergie solaire réussit à traverser l'atmosphère pour réchauffer la Terre.

• L’activité humaine produit des gaz dits à effet de serre, comme le dioxyde de carbone (ou CO2). Ce gaz provoque une augmentation de la température moyenne de l’atmosphère, ce qui est à l’origine du changement climatique. D’ici à 2100, l’augmentation de la température moyenne devrait être située entre 1,5 °C et 6 °C. Conséquences : tempêtes, inondations, tornades, augmentation générale du niveau de la mer (70 % des habitants de la planète vivent sur le littoral…).

…la couche d’ozone? Le manque d'ozone est particulièrement mesurable au dessus des pôles. Le "trou" varie selon les saisons (maximum en septembre-octobre au pôle sud, de janvier à mars au pôle nord).

4

Agir quand vous êtes en vacances

Agir en tant que citoyen

Parfois, on a tendance à perdre les bons reflexes quand on quitte son lieu de vie. Eh bien non ! Les bonnes résolutions doivent suivre dans les valises. • Quand il fait chaud, ne pas abuser des douches fraîches qui durent des heures et consomment de l’eau là où elle est souvent très précieuse. • Prendre son vélo ou marcher pour les petits trajets. • Respecter la façon de vivre des gens facilite les liens avec la population et crée de la solidarité entre les peuples.

2

6 Agir quand vous vous déplacez Se déplacer, oui, mais comment ? • À pied ou à vélo : pas de consommation d’énergie fossile. Avec son plan vélo, Nantes Métropole encourage notamment cette dernière pratique, bénéfique pour la santé. • En voiture : miser sur le covoiturage. • Pour les trajets courts, préférez la marche à pied. • En transports en commun, moins gros consommateurs d’énergie fossile (carburants, gaz naturel).

12 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

5 Agir au niveau d’une collectivité locale L'Agenda 21 fixe les actions que Nantes Métropole s’engage à accomplir en prenant en compte les principes du développement durable. La plupart des 24 communes de Nantes Métropole ont elles aussi un Agenda 21 local. Trois piliers constituent ainsi la base de l’action de Nantes Métropole en matière de développement durable : • Lutter contre l’effet de serre. • Développer les solidarités et accompagner l’évolution des modes de vie. • Assurer la diversification économique.

Nous avons tous de bonnes idées qu’il faut partager, discuter, échanger avec nos voisins, dans notre quartier, mais aussi avec nos élus, les maires, les conseillers municipaux et les conseillers communautaires, bien sûr ! On appelle cela la démocratie participative ! Que faire alors, en tant que citoyen concerné et actif ? Pas mal de choses : • Voter aux élections et faire partie d'une association. • S’intéresser aux projets communaux et à la vie de son quartier. • Faire des propositions à vos élus, car ils peuvent réviser leurs choix si ces idées sont bonnes et vont dans l'intérêt de tous. • S'associer à des projets de coopération avec d'autres pays.

• Certains gaz présents dans les bombes aérosols détruisent la couche d’ozone, une région de l’atmosphère (entre 15 et 40 km d’altitude) qui nous protège de rayons ultraviolets très nocifs émis par le soleil. Lorsque cette couche diminue, on parle de « trou », même s’il n’y a pas de trou au sens propre. Conséquences : brûlures, conjonctivites, cataractes, augmentation des cancers et vieillissement de la peau. Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 13


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:49

Page 14

Le plan climat territorial : lutter contre l’effet de serre en réduisant l’émission des gaz qui en sont responsables et en utilisant davantage les énergies renouvelables est l’un des engagements forts de Nantes Métropole.

Lutter contre l’effet de serre Citoyens et collectivités peuvent agir pour réduire la pollution atmosphérique

qui emprunteront bientôt la ligne 4 et compléteront le dispositif déjà existant.

Faire le choix de prendre les transports en Pollutions. Pour agir en profondeur, il est aussi commun plutôt que sa voiture ou construire capital de réduire les consommations sa maison avec des matériaux sains… Chaque d’énergie à la source et d’utiliser les énergies geste compte pour diminuer la pollution renouvelables (soleil, biomasse, etc.). À Rezé, atmosphérique. par exemple, 3 bâtiments répondant aux « Pour agir globalement sur le changement normes de Haute Qualité Environnementale climatique il est important d’agir au quotidien (HQE) sont actuellement en construction. localement, dit François de Rugy, vice« Si nous voulons que notre planète reste président de Nantes Métropole, en vivable et agréable, nous devons charge du Plan de Déplacements multiplier les efforts pour Urbains (PDU). Cette pollution «Les pouvoirs économiser l’énergie, notamdoit nous encourager à favoriser les publics doivent ment la consommation pour le transports en commun. Pour chauffage » traduit Gilles montrer stabiliser le climat, il faudraréduire Retière, maire de Rezé, délégué l’exemple.» par deux la production de gaz à effet à l’urbanisme et l’habitat à Gilles Retière, maire de Rezé Nantes Métropole. « La ville, les de serre d’ici à 2050.» Sur le vice-président de N.M. territoire de Nantes Métropole, la pouvoirs publics, doivent lutte contre l’effet de serre est une montrer l’exemple et être forces préoccupation ancienne : le tramway d’innovation. Dans ce sens, mon engagement fonctionne depuis 21 ans et les premiers bus est clair et doit se traduire par des résultats au gaz naturel (carburant moins polluant) ont concrets ». Construite en bio-briques commencé à faire leur apparition en 2000. alvéolées, la crèche du Port au Blé ne nécessite Aujourd’hui, ils équipent deux tiers du parc pas la pose d’un isolant supplémentaire. de la TAN. Même chose pour les 20BusWay Sa charpente de bois certifié est en sapin issu de forêts françaises et elle est équipée de panneaux solaires pour la production d’eau chaude. Côté chauffage, une chaudière, à haut rendement calorifique pour de faibles rejets dans l’atmosphère, complète un système de climatisation alimenté par la nappe phréatique. Bien sûr, ce projet pilote a un coût : 12,75 % de plus pour la construction et 50.000 €pour les études techniques. Mais les enseignements tirés de cette expérience pourront maintenant servir à d’autres projets et les critères HQE sont désormais intégrés aux constructions et aux rénovations. En outre, sur le long terme, ce type de constructions est rentable. •

Une idée, un mot : durable Un développement durable, un habitat durable, des emplois durables, une métropole durable… L’adjectif « durable » est partout. Mais que veut-il dire ? En fait, c’est une traduction du mot anglais « sustainable ». En français, cela donne « soutenable », mot auquel on préfère souvent « durable ». Dans un projet « durable », les dimensions économique, sociale et environnementale sont prises en compte. Ainsi, ce projet s’inscrit dans la durée, en apportant un mieux à tous, et sans mettre en danger la collectivité, les habitants d’aujourd’hui et de demain et l’environnement. Contre-exemple : une entreprise qui pollue ne fait pas de développement durable car elle met en danger la santé des habitants, l’environnement et oblige les collectivités à dépenser de l’argent pour dépolluer.

14 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

Zoom sur l’économie sociale et solidaire Du 9 au 11 juin 2006, Nantes Métropole accueillera les Ecossolies. Cet événement populaire au patronyme intriguant tire son nom de l’économie sociale et solidaire (abrégé en éco – so – li ). Service à la personne, réinsertion, lutte contre l’exclusion, commerce équitable, tout ce qui introduit des solidarités à travers une activité économique relève de l’économie sociale et solidaire. Au sein de l’agglomération nantaise, ce secteur représente environ 2 200 établissements et plus de 29 000 emplois. Pour Jean-Philippe Magnen, conseiller communautaire de Nantes Métropole chargé de l’économie sociale et solidaire, et promoteur des Ecossolies : « Nous devons donner plus de lisibilité aux acteurs et aux initiatives de l’économie sociale et solidaire. Les valeurs que nous défendons : utilité sociale et collective, insertion, vente de biens et de services doivent être partagées. L’essor de l’économie sociale et solidaire est facteur d’équilibre social et de développement durable ! » L’économie sociale est née sous l’influence de courants humanistes, à la fin du 19e siècle. De nouvelles structures économiques (associations, mutuelles, coopératives) sont alors définies par la loi. Pourtant, l’économie sociale n’est officiellement reconnue qu’en 1981. Ces dernières années, les incertitudes nées de la mondialisation, les situations d’exclusion, les déséquilibres Nord-Sud, le caractère limité des ressources de la planète ont conduit à parler d’économie sociale et solidaire. La reconnaissance institutionnelle est ainsi obtenue en 2000 avec la création d’un Secrétariat d’Etat. Cette économie vise à promouvoir des entreprises privilégiant le service rendu et ayant pour objectif de remettre l’homme au cœur de l’organisation économique. Elle est porteuse d’innovation, offre de nouveaux services et elle est désormais présente dans tous les secteurs d’activités. Prochaine étape : qu’elle soit présente dans tous les esprits.


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

10:49

Page 15

«Le développement durable est à la fois une prise de conscience et une exigence. Les citoyens participent, au quotidien, à la définition de nouveaux comportements qui fondent une société dont la solidarité n’est plus seulement locale mais planétaire.» J-J REGENT, Président du Conseil de développement

Le développement durable, mode d’emploi et mode de vie Avec le développement durable, les mots «économie», «social» et «environnement» ne s’opposent plus, mais se réconcilient. Trois points à retenir de cette union. 1. La solidarité élargie :

2. L’économie autrement :

Bien accueillir les personnes handicapées, lutter contre les discriminations à l’embauche, anticiper les besoins liés à l’évolution démographique (accueil des personnes âgées, des jeunes enfants, etc.), densifier l’habitat urbain pour moins consommer d’espace et de ressources… Tels sont plusieurs des grands chantiers de Nantes Métropole sur le terrain de la solidarité et de l’évolution des mode de vie. « L’un des prin-

Pour que la planète et ses habitants vivent mieux à l’avenir, l’économie doit se diversifier et repenser ses pratiques. Une entreprise peut parfaitement se développer en ayant une démarche « développement durable ». « Nantes Métropole fait appel à des entreprises pour la réalisation de nombreux projets, dit Ronan Dantec. L’un des critères de choix sera par exemple de savoir si cette entreprise agit pour réduire les

Ronan Dantec, vice-président de Nantes Métropole, en charge de l’Agenda 21.

cipes qui fondent le développement durable est la solidarité, explique Ronan Dantec, vice-président de Nantes Métropole. Nous sommes en général solidaires avec nos proches. Mais intégrer dans sa vie le développement durable, c’est aller au-delà, c’est inscrire son mode de vie dans une solidarité élargie. » Solidarité avec tous, voisins et générations futures…

impacts de son activité sur l’environnement ou si elle a une démarche éthique et solidaire vis-à-vis de ses fournisseurs et de ses employés. » Un exemple : une entreprise qui refuse que ses employés travaillent à des horaires décalés, très tôt le matin, ou très tard le soir, sachant que ce type d’horaires a des conséquences terribles sur la vie de famille,

Des rendez-vous à noter… 1. La semaine du développement durable. Du 29 mai au 4 juin. 2. Les Ecossolies, l’économie sociale et solidaire à Nantes. Du 9 au 11 juin. 3. Les Assises nationales du développement durable. Du 11 au 13 octobre.

aura des atouts à faire valoir. Autre idée pour cette économie repensée : développer les « éco-technologies », c’est-à-dire les technologies permettant de valoriser les déchets, d’économiser de l’énergie ou de consommer les énergies renouvelables (soleil, vent, etc.). Une démarche source d’emplois et source de marchés ! 3. L’effort de tous :

Tout geste « développement durable » ne se fait pas facilement. Acheter son café équitable plus cher pour être solidaire des producteurs du Sud, accepter d’avoir un jardin moins grand pour que la ville ne grignote pas sur la campagne, trier ses déchets, tout cela demande de faire un effort qu’il faut renouveler chaque jour. « Faire du développement durable est source de contraintes pour chacun, reconnaît Ronan Dantec. Mais cela génère un confort, un mieux être global dont nous profitons tous : moins de pollution, moins de pauvreté… » Aussi, Nantes Métropole donnera l’exemple en formant tous ses agents aux « éco-gestes » •

Ronan Dantec, adjoint à l’environnement et au développement durable à la ville de Nantes, vice-président de Nantes Métropole en charge de l’Agenda 21. A quel niveau peut-on agir lorsque que l’on souhaite « faire » du développement durable ? Je tiens d’abord à dire que Nantes Métropole ne découvre pas le développement durable avec l’Agenda 21. Nous en faisons depuis longtemps, en développant les transports en commun (tramway décidé dès 1980), en triant les déchets, en soutenant la démocratie participative, sans parler du programme Neptune pour la restauration des milieux naturels. Mais maintenant, face à l’urgence de la situation, il faut se mobiliser davantage, que l’on soit une collectivité, une entreprise ou un citoyen. Nous devons tous agir à la hauteur des enjeux, car nous sommes tous responsables ! En ce sens, les 21 chantiers de l’Agenda 21, élaborés en coproduction avec les acteurs du territoire, apportent une réelle plus-value, en méthode comme en actions concrètes. C’est une façon de répondre aux défis planètaires qui s’imposent à nous tous aujourd’hui.

L’avis du conseil de développement Le Conseil de développement a fait connaître ses priorités et a organisé le débat citoyen sur l’application des principes du développement durable. Pour les membres du Conseil, l’Agenda 21 est plus qu’une procédure, c’est une manière nouvelle de penser l’avenir. Son élaboration avec plus de 600 acteurs de terrain a permis une réelle mobilisation des réseaux de la société civile. Avec de nouvelles valeurs du développement humain, l’Agenda 21 donne un sens aux mots “humanité“ et “solidarité“. Il permet de définir les politiques publiques en conjuguant globalité et proximité. Il jette les bases d’un nouveau projet pour notre territoire. Pour l’avenir, le Conseil sera attentif à l’évaluation des engagements pris.

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 15


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

11:00

Page 16

La Communauté urbaine

Le Plan Local d’Urbanisme, qu’est-ce que c’est ? PLU, POS, PADD… autant de sigles énigmatiques ! Pourtant, tous sont des documents fondamentaux qui racontent le devenir de notre territoire. Apprendre à les lire, c’est tout à fait possible ! L’agglomération nantaise évolue. De nouveaux habitants arrivent, des entreprises s’installent, des logements se construisent, etc. Comment organiser tout cela ? En suivant le Plan Local d’Urbanisme (PLU). Instauré par la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) du 13 décembre 2000, le PLU est un document d’urbanisme qui fixe l’utilisation des sols : quelle zone sera ou non urbanisée, s’il y aura des logements ou des commerces… Il définit l’aménagement global de la commune dans un souci de développement durable. Il prend en compte l’urbanisme, l’habitat, les déplacements, les activités économiques, tout ce qui fait la spécificité d’une commune.

16 - Nantes Métropole - mars / avril 2006


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

11:00

Page 17

La Communauté urbaine

L’aménagement urbain, comment ça marche ? De temps en temps, une nouvelle route, un nouveau giratoire, un nouveau parking, de nouveaux ponts voient le jour. Tous ces projets ne sont au départ que des idées qu'il faut transformer en aménagements urbains bien réels. Mais de l'idée à la réalisation, tout ne se fait pas en un clin d'œil. En général, neuf étapes sont indispensables. Prenons l’exemple d'un grand giratoire !

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 17


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

11:11

Page 18

Expressions politiques

Quels sont les chantiers que doit mener Nantes Mét ropole en Le développement durable au cœur de notre action Groupe PS et apparentés. « Le développement durable vise à promouvoir l’harmonie entre les humains et l’harmonie entre les humains et la nature » sans limiter la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins. Œuvrer à un développement respectueux de l’agglomération et de ses habitants, mais aussi contribuer à la Solidarité internationale, sont des préoccupations constantes de Nantes Métropole. La mise en cohérence d’un réseau de transports en commun à l’écoute de ses utilisateurs et facilitant les déplacements quotidiens, la valorisation des déchets ménagers et industriels générés sur le territoire de l’agglomération, l’encouragement des initiatives pour un autre rapport à l’économie, l’action aux côtés d’autres acteurs institutionnels et associatifs pour aider le développement économique et social des pays du «sud» sont autant d’actions qui font partie intégrante de cette démarche. Ainsi, se doter d’un agenda communautaire voulu par Jean Marc Ayrault, soutenu par le groupe des élus socialistes et républicains, traduit la volonté d’inscrire durablement les mots Humanité et Solidarité au cœur de notre projet de vie commune. Les 21 propositions énoncées sont autant d’habitudes à changer, de bonnes pratiques à acquérir, d’éco gestes à faire au quotidien. Ce sont des actions qui tiennent compte de l’importance de l’environnement, d’une économie plus sociale et solidaire et de la nécessité d’associer aux décisions celles et ceux qui vivent sur le territoire communautaire. Si nombre de politiques menées par Nantes Métropole sont déjà au cœur de ces préoccupations, il nous reste cependant beaucoup à faire. La conciliation des différents temps sociaux de l’agglomération, par exemple, est un des chantiers à mener. De même il nous faut travailler au développement d’un tissu industriel local riche, accepté de tous, car respectueux de l’environnement et acteur d’une économie où l’homme est au centre. Enfin, nous devons rester attentifs à notre utilisation de l’énergie. La lutte contre l’effet de

18 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

serre exige une rationalisation de l’apport des énergies fossiles et un intérêt accru pour les technologies innovantes et les énergies dites renouvelables. Le développement durable est l’affaire de tous. À Nantes Métropole de permettre à chacun de s’en saisir. Camille Durand, président du groupe des élus socialistes et républicains.

Pour un modèle de développement durable Groupe des Verts, Régionalistes et Solidaires.

L’idée de développement durable est aujourd’hui « récupérée » de toutes parts. Tant mieux si c’est pour l’amélioration de la qualité de la vie avec une plus grande solidarité et une participation des citoyens aux décisions. Pour nous écologistes, la communauté urbaine doit être en première ligne pour réorienter concrètement notre mode de développement au niveau de l’urbanisme, des déplacements, de l’énergie, de l’eau, des déchets… Les élus Verts Régionalistes et Solidaires ont déjà initié de nombreux changements par le Plan de Déplacements Urbains, le Programme Local de l’Habitat, le Plan d’Actions Energie… Pour impulser de nouvelles actions, un agenda 21 est maintenant en place. Par le travail du conseil de développement, des acteurs de la société civile, l’agenda 21 permet de sortir le développement durable d’exigences purement environnementales avec des objectifs sur le développement des services à la personne, l’égalité des chances devant l’emploi, pour l’accompagnement des personnes âgées, le développement de l’Economie Sociale et Solidaire… Cette année, les temps forts des Eccosolies en juin, puis des assises du développement durable en octobre, permettront la promotion puis la vulgarisation d’un développement soutenable de notre territoire.

La vie et l’homme au cœur de tous les choix Le concept de développement durable et solidaire intègre les dimen-

Groupe Communiste.

sions sociale, économique et environnementale. Les exigences de progrès économique et social, de lutte contre les inégalités, de préservation de l’environnement doivent être complémentaires. Cela appelle des orientations franchement anti-libérales concrétisées par des moyens financiers nécessaires, un co-développement humain et solidaire. Le développement des atouts économiques de notre agglomération – port, aéronautique…- et donc de l’emploi durable, la recherche de nouveaux moyens énergétiques ; le déploiement d’une politique de solidarité permettant en particulier l’accession de tous à un logement de qualité ; l’extension d’une gestion en régie directe des grands services urbains (eau, déchets…) : tous ces choix politiques sont de nature à répondre aux exigences sociales et environnementales. De plus, cette mise en oeuvre implique plus de démocratie et de pouvoir pour les citoyens.


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

11:11

Page 19

Climat

2 tonnes de carbone par personne et par an sont émises en France. Pour lutter contre le changement climatique, il faudra diviser par quatre ce chiffre d’ici à 2100. Source : ONU

Expressions politiques

antes Mét ropole en termes de développement durable ? effet pour dire que notre planète se réchauffera d’au moins 1,5 à 2°c dans le siècle ce qui conduira à l’élévation du niveau des océans et à une modification de la biodiversité à laquelle il faudra nous adapter. Certaines technologies vont se perfectionner dans des domaines comme celui de la motorisation automobile par exemple. De nouvelles technologies vont aussi apparaître dans divers domaines mais d’ores et déjà il nous est possible de faire des choix comme l’achat d’appareils électroménagers les moins Depuis plus de 20 ans, le tramway circule sur le territoire de la métropole. consommateurs d’électricité par exemple. En matière de chauffage, l’installation d’un chauffe-eau solaire est aujourd’hui facile et abordable. D’autres investissements restent encore élevés mais des aides substantielles de l’Etat existent, lesquelles pourraient être Groupe ETIC. Nous sommes tous responsables du devenir de notre planète et c’est en utilement complétées par notre collectivité. ce sens que le concept de développement durable ne saurait être la propriété idéologique de certains. L’énergie notamment est une préoccupation tant nationale que mondiale et il est bien naturel qu’un EPCI de la taille de Nan- Groupe Démocratie et Progrès. Le déveloptes Métropole s’en préoccupe. pement durable nous concerne tous. Les Incitation à moindre consommation, bâti- collectivités doivent donner l’exemple. ments à meilleure efficacité énergétique, Parmi les actions prioritaires, très transréseaux de chaleur, utilisation de la bio- versales, que Nantes Métropole doit mener, masse, notamment du bois, du biogaz,… il y a celles de la conciliation des temps. Les seront autant de moyens de participation à horaires étendus sur toute la journée, voire l’atténuation de ce que l’on appelle l’effet le week-end, pour les services publics, les de serre qui conduit à un réchauffement cli- commerces ; les horaires décalés, même matique déjà inéluctable et aux conséquen- d’une heure, partout où c’est possible ; le ces préoccupantes pour les prochaines télétravail ; les fréquences des transports décennies. Les spécialistes s’accordent en publics adaptées aux tranches horaires. Ces

L’énergie dans le développement durable

Nos priorités pour du concret rapidement efficace

actions permettront de lutter efficacement contre l’effet de serre, en lissant nos consommations d’eau, d’électricité, de gaz, de pétrole, … et en optimisant nos besoins en temps et énergie. Parallèlement, nos factures diminueront. Attachons-nous donc dès maintenant, dans une recherche permanente d’économie de moyens humains et matériels, à régler les problèmes de gouvernance que cette évolution générera. Pour l’intérêt général, Démocratie et Progrès sera toujours un aiguillon afin que Nantes Métropole soit exemplaire, tant dans la mise en place de ces nouveaux modes de vie, que dans l’information et la pédagogie. Yves Aumon, président du groupe.

Qu’est-ce que le développement durable ? Groupe

équilibre

et

développement.

L’Agenda 21 de Nantes Métropole propose une politique de développement durable pour notre agglomération. La question de l’environnement est centrale, mais le développement durable, c’est aussi la prise en compte, à long terme, de tous les enjeux qui concernent une agglomération : comment concilier sur la durée, la vie de ceux qui travaillent, qui habitent, qui se déplacent dans l’agglomération ? Comment, sur le long terme, assurer le « vivre ensemble » des seniors, des enfants, des jeunes et des personnes handicapées ? Comment assurer les solidarités qui permettent une amélioration de la vie pour les plus démunis ? Nantes Métropole doit fixer deux priorités importantes : - une pédagogie active pour expliquer le projet de développement durable. - considérer ce thème comme une question transversale de première importance de toutes les politiques publiques. Le développement durable doit être la référence commune de toutes les politiques. Il doit aussi être l’enjeu d’un débat entre les citoyens. Groupe d’Opposition Nantaise

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 19


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

11:13

Page 20

Nantes Métropole agenda

DR

Le chemin des Canotiers à Bouguenais Rencontres Sahariennes Nantes. A l’occasion de

l’année 2006, proclamée Année des déserts et de la désertification par les Nations Unies, A 360 productions présente les « Rencontres Sahariennes ». Cette exposition est une invitation dans l’univers saharien au travers de photographies, relevés archéologiques, films… pour une découverte du patrimoine du plus grand désert du Monde. Les légendes de l’exposition illustrent le programme transversal de l’UNESCO « le Sahara des cultures et des peuples » et sensibilisent au respect des patrimoines naturels et culturels sahariens. Exposition du 11 au 28 avril à l’Espace International Cosmopolis, passage Graslin – rue Scribe à Nantes. Entrée libre. Rens. : 02 51 84 36 70 PORCELAINE L’Association sautronnaise culturelle des Arts décoratifs propose, tous les deux ans, une exposition de ses réalisations. Cette année, le thème retenu est La Maison de Porcelaine. Les artistes amateurs ont reproduit les différentes pièces de vie en porcelaine décorée. Les 18, 19, 25 et 26 mars à l’Espece de la Vallée, à Sautron.

CHANSONS « Au fil du temps », proposé par Scène de Vie. Dans cette nouvelle création, Scène de Vie

Bouguenais. En hiver, quand il fait gris et froid, on préfère souvent rester au chaud. Pourtant, si l’on est bien emmitouflé, les promenades au grand air sont très reposantes. Proposition dépaysante sur le territoire de Bouguenais. Chaussés de bottes, allez arpenter le chemin des Canotiers, niché au cœur de la vallée de Bouguenais. Ce sentier long de

retrace les cinquante dernières années de la chanson française. Le 8 avril à la Salle du Pré Poulain, rue du Pré Poulain à Thouaré-surLoire. Tarifs : 5 / 8 €. Gratuit pour les moins de 5 ans. Rens. : 02 40 68 08 00

DÉVELOPPEMENT DURABLE Le futur a-t-il un a venir ? En matière d’environnement et de développement durable, le futur se décide aujourd’hui, à travers nos comportements et nos choix quotidiens. Grâce à

20 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

cette exposition, découvrez les scénarii probables et les solutions possibles. Du 8 au 29 mars au Château de la Gobinière, avenue de le Ferrière à Orvault. Rens. : 02 51 78 33 33

NANTES – BROADWAY Voyages dans la comédie musicale… Cabaret…Chansons… Poèmes… Spectacle dirigé par Jacques Guillou et Thierry Joguet avec les élèves du second cycle de la classe d’Art dramatique du Conservatoire National

8 km, vous permettra de découvrir des paysages sauvages peuplés d’une faune et d’une flore exceptionnelles. Balisé de bornes explicatives sur la Vallée de la Loire, le chemin des Canotiers mêle loisirs et patrimoine. Les grands marcheurs s’aventureront jusqu’au site ornithologique de la Mandine, tout proche, qui accueille 88 espèces d’oiseaux de la Basse Loire. Ce de Région. Du 28 au 31 mars au Studio Théâtre, 5 rue du Ballet à Nantes. Entrée libre sur réservation : 02 40 29 07 61

FLAMENCO 3ème édition de « Nuit du voyage », rendez-vous flamenco proposé par Pena Flamenca. Au programme : apéroconcert, flamenco contemporain, musique de voyage. Le 22 avril à la Salle du Pré Poulain, rue du Pré Poulain à Thouaré-sur-Loire.

site montre la relation vitale qui lie l’oiseau à son environnement. Pour vous y rendre, à partir du centre de Bouguenais, suivez les flèches marrons « Site de la Mandine » sur 2 km. Vous arrivez sur un terrain aménagé pour le stationnement. Le chemin des Canotiers est alors indiqué. Il vous suffit de vous laisser guider par les petites pancartes en bois.

Tarifs : 5 / 10 / 12 €. Rens. : 02 40 68 08 00

ILLUSTRATIONS Univers original et déroutant empli d’une lumière venue de nulle part. Peintre et illustratrice, Susanne Jansen propose dans cette exposition des illustrations pleine page, alliant la science du dessin avec l’art de la peinture, qui illuminent les textes. Du 14 mars au 6 mai à la Médiathèque Hermeland, rue Rabelais à Saint-Herblain. Rens. : 02 28 25 25 25

CIVELLES 34ème Fête des Civelles qui, cette année encore se veut conviviale et populaire. De nombreuses animations sont prévues : course cycliste, percussions brésiliennes, cracheurs de feu, clowns, échassiers, et la fameuse dégustation de civelles. Dimanche 2 avril à Indre.

CABARET OFF Programmation au cœur de la culture brésilienne avec l’école de samba de Nantes. Le 25 mars à la Barakason, CSC du Château, allée du


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

11:13

Page 21

Sortie

Masques et marionnettes Traditions du théâtre populaire par la Cie Bel Viaggio et l’Atelier 44 Marionnettes. Sainte-Luce-sur-Loire. Les masques ont pour la

DR

plupart joué dans des spectacles de la Cie Bel Viaggio. Ils n’ont en tout cas jamais été conçus dans un but “décoratif”. Ils sont des personnages, des “caractères”. À partir d’une formation à la Commedia Dell’Arte et à son art des masques, le comédien Jean-Louis David a développé son propre style. Et plutôt que de suivre les techniques traditionnelles du masque en cuir, il a préféré inventer des formes moins conventionnelles, avec d’autres matériaux, des couleurs. La rencontre des masques d’Asie, notamment de Bali, puis la collaboration avec une troupe centrafricaine l’ont également inspiré pour de nou-

velles créations. L’exposition de marionnettes traditionnelles du monde entier, réalisée par l’Atelier 44, est représentative à la fois de la répartition géographique d’une tradition (Asie, Afrique, Europe) et de la diversité des techniques ancestrales. Elle est une ouverture sur la “culture des autres”. Articulée ou à tiges, de bois, de terre ou de chiffon, la marionnette reste un art résolument populaire, accessible à tous : la preuve, elle perdure depuis des siècles. Exposition du samedi 15 avril au samedi 6 mai à l’Hôtel de Ville, mail de l’Europe à Sainte-Lucesur-Loire. Rens. : 02 40 68 16 11

L’INTERVENTION DE VICTOR HUGO Orvault. Ils sont pauvres mais heureux. Marcinelle et Edmond s’aiment. Scènes de bonheur… ils sont aussi très jaloux l’un de l’autre. Scènes de ménage… Elle rêve de luxe, lui de révolution. Ils rêvent ensemble d’un peu plus d’argent. Ils sont riches et célèbres, le baron de Gerpivrac et Eurydice. Elle est chanteuse et a parcouru le chemin qui mène de la pauvreté à la gloire. Il est futile et imbécile. Les deux couples se rencontrent et tout bascule. Une pièce tendre et cocasse d’un Hugo inattendu, sûrement sa pièce la plus moderne. Un spectacle coloré,

DOÑA ROSITA Doña Rosita la célibataire ou le langage des fleurs de Federico Garcia Lorca, sur une mise en scène de Matthias Langhoff. A Grenade, Doña Rosita l’amoureuse, accepte de laisser partir son jeune fiancé en Argentine et attend son retour en chantant son amour. Quand enfin elle s’éveille, elle se rend compte que sa vie est passée. La jeune fiancée du premier acte est devenue une vieille fille. Lorca disait de sa pièce qu’elle était « un poème pour famille et rien d’autre ». Matthias Langhoff, metteur en scène radical, bouscule de nouveau les formes. Il mêle danse, théâtre, musique, pour mettre en scène une amoureuse devenue vieille fille, un cœur vide bien qu’habité par la passion. Du 15 au 25 mars à l’Espace 44, 84 rue du Général Buat à Nantes. Tarifs : 9 / 19 / 24 €. Rens. : 02 51 88 25 25 Dauphiné à Rezé. Tarif : 7 €. Rens. : 02 51 70 75 75

EMBOUTEILLAGE Mise en bouteille en musique de la « Cuvée unique de Muscadet ». Toutes les machines d’une chaîne de mise en bouteille sont installées dans le Grand Atelier du Lieu Unique… Le spectacle peut commencer… Le 17 mars au Lieu Unique, quai Ferdinand Favre à Nantes. Tarifs : 9,5 / 14 / 19 €. Rens. : 02 40 12 14 34

CIRQUE

INTERNET

« 4.50 ». Arts de la piste. Pour cette création, la compagnie Les Pilleurs d’épaves s’agrandit. Fidèle à sa passion du métissage et à sa quête d’ouverture, elle s’en donne à cœur joie dans le mélange des genres : mime, théâtre, clown, marionnette, manipulation d’objets, musique… Spectacle à voir en famille. Du 8 au 19 mars face au Centre musical de la Balinière, rue de la Balinière à

Lundis philo du Piano’cktail : « Internet bouleverse-t-il la démocratie ? ». Conférence par JeanMichel Besnier, agrégé de philosophie, Docteur d’Etat en sciences politiques et professeur de philosophie à Paris. Le lundi 20 mars au Piano’cktail, rue Ginsheim Gustavburg à Bouguenais. Tarifs : 4,4 / 5,2 €. Rens. : 02 40 65 05 25

Rezé.

Tarifs : 6 / 11 / 13 / 15 €. Rens. : 02 51 70 78 00

VOIX DU FLEUVE L’ensemble vocal Voix du Fleuve interprète « Gloria »

de Vivaldi. Sur scène, 14 musiciens professionnels accompagnent 60 choristes amateurs dirigés par Stéphane Oster. Le 21 avril à l’Escall, rue des Berlaguts à SaintSébastien-sur-Loire.

Rens. : 02 40 33 44 12

JONGLAGE « Le chant des balles » se fonde sur l’altérité de deux artistes ayant exploré et travaillé des techniques artistiques différentes : la jonglerie et la musique ancienne. Leurs racines et leurs recherches se sont rejointes à travers la découverte d’une passion

vigoureux et sincère qui rend justice à la langue si vivante et au savoir-faire de Victor Hugo. Une pièce qui dresse une véritable analyse sociale. Jeudi 30 mars au théâtre de la Gobinière, rue de la Ferrière à Orvault. Tarifs : 11 / 12,5 €. Rens. : 02 51 78 33 33

partagée pour les arts du Moyen-Age et de la Renaissance. Spectacle à voir en famille. Le 1er avril au Théâtre municipal, rue Guy Lelan à Rezé. Tarifs : 6 / 11 / 13 / 15 €. Rens. : 02 51 70 78 00

IMAGINOIRES Concert-spectacle. Barbarie Crespin et Philippe Alaire ont monté un spectacle original qui ne doit rien à personne, si ce n’est à l’œuvre de Jacques Prévert. Le 21 avril à la Gobinière, avenue de la Ferrière à Orvault. Tarif : 6 €. Rens. : 02 51 78 33 33

OISEAUX « Les oiseaux d’Amérique, sur les traces d’Audubon 150 ans après », photographies par JeanLouis Dubois. Photographe animalier, Jean-Louis Dubois est avant tout naturaliste. 150 ans après la mort de JeanJacques Audubon, il a rassemblé d’importantes études photographiques sur les comportements caractéristiques des oiseaux d’Amérique. Du 1er mars au 28 avril au Théâtre Boris Vian, rue E. Rostand à Couëron. Rens. : 02 28 25 85 35

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 21


13/03/06

11:13

Page 22

Dans le cadre de la tournée de L’Enfant et les Sortilèges, 16 collèges de Loire Atlantique suivront un parcours complet de découverte de l’opéra.

Sortie DANSE-CIRQUE Saint-Herblain. « Fenêtres » par

Mathurin Bolze, Compagnie Les mains les pieds et la tête aussi. Ce comédien-acrobate nous invite dans sa maisoncube où un trampoline tient lieu de sol. A mi-chemin entre théâtre, cirque et danse, il s’échappe des contraintes de la pesanteur, s’envole, redescend en piqué, rebondit, parcourt les murs de sa maison, les pieds devant, du sol au plafond. Les 4 et 5 avril à Onyx, place Océane – Atlantis à Saint-Herblain. Tarifs : 12 / 19 €. Rens. : 02 28 25 25 00

JAZZ Thouaré-sur-Loire.

« Contrutopie ». Evocation de l’histoire du jazz par Thouaré Mélodie. Un narrateur vous guide à travers ses moments les plus fameux. Il est question de Duke Ellington, Count Basie, Louis Armstrong, Dizzy, Charlie, John et les autres… Mais aussi des esclaves noirs et de leur révolte. Le 25 mars à la Salle du Pré Poulain, rue du Pré Poulain à Thouaré-sur-Loire. Tarifs : 5 / 10 €. Rens. : 02 40 68 08 00

PREMIÈRE SCÈNE Musique amateur. Deux groupes amateurs du local de répétition de Doulon et un groupe invité sont sur scène. Dans une configuration café-concert, c’est l’occasion pour de jeunes groupes de se confronter à leur premier public. Le 17 mars à la Maison de Quartier de Doulon, rue de la Basse Chesnaie à Nantes. Tarif : 2 €. Rens. : 02 40 50 60 40

FAURÉ « La Messe des Pêcheurs de Villerville pour chœur de femmes et orchestre de

L’Enfant et les Sortilèges Métropole. L’Enfant et les Sortilèges est le tout

premier spectacle lyrique coproduit par Nantes Angers Opéra et l‘Opéra de Rennes. L’œuvre de Ravel et Colette est mise en scène par Patrice Caurier et Moshe Leiser pour une tournée dans des salles n’accueillant pas habituellement de grandes formes lyriques. Ainsi, cette version de L’Enfant et les Sortilèges dure à peine une heure et la formation de musiciens et chanteurs est réduite. Du 7 mars au 21 avril, ce spectacle est joué 29 fois dans 16 salles des Pays de la Loire et de Bretagne, du Mans à Quimper, en passant par Nantes et son agglomération. Au sein de Nantes Métropole, 10 représentations sont prévues. Le Théâtre Graslin, le Théâtre Universitaire, l’Espace 44 à Nantes, l’Onyx, La Carrière à Saint-Herblain, et le Piano’cktail à Bouguenais, accueilleront cet opéra consacré au thème de l’enfance. Cette tournée lyrique est le premier signe des liens qui se sont noués entre Nantes Angers Opéra et l’Opéra de Rennes, de leur volonté commune d’assurer une meilleure diffusion aux productions lyriques et d’élargir le public de l’opéra en allant à la rencontre du plus grand nombre de spectateurs. Seul dans sa chambre et bientôt seul au monde, « l’enfant méchant » doit subir la plainte des objets qu’il a brisés, le mépris des animaux qu’il a martyrisés, la vengeance et l’abandon de la nature qu’il a malmenée.

chambre » de Fauré. Concert au profit de l’association Nandi, pour la construction d’un centre médical en Inde. Le 2 avril à l’église de Beautour à Vertou. Tarifs : 6 / 10 €. Rens. : 02 40 03 45 05

KAN TRI Le trio infernal Patrick Ewen, Gérad Delahaye, et Mélaine Favennec. Trois violons, trois guitares, et surtout trois voix. Trois chanteurs, trois musiciens et trois conteurs. Spectacle donné dans le cadre du Festival des Giboulées de Goulaine. Le 26 mars à la Salle Paul

22 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

DR

0044-JNM2 V2406B

Dans ce conte espiègle et émouvant, la poésie de Colette et la musique de Maurice Ravel plaident pour un « enfant sage » respectueux de son environnement. A travers lui, ce sont les adultes qui sont visés, ces brise-fer inconscients qui ne pourront appeler « maman » pour repousser les sortilèges qu’ils ont enfantés. Rens. : www.angers-nantes-opera.com ou 02 40 69 77 18

Macé à Saint- Sébastien-

CHANSONS

sur-Loire.

Rens. : 02 40 03 53 47

Fleuriaye, rue Léonard de Vinci à Carquefou. Tarifs : 15 / 19 €. Rens. : 02 40 68 72 72

DANSE

ART PLASTIQUE

« Expédition Paddock » par la compagnie Tango Sumo. Chorégraphie d’Olivier Germser. Musique, chant, danse, acrobaties, les Tango Sumo utilisent tout leur talent pour faire revivre avec grandeur et émotion la violence de ces histoires d’hommes. Le lit est l’élément central du spectacle original, à cheval entre danse et acrobatie. Le 25 mars à La

« Le sentiment d’enveloppe », exposition de Chang Rim Ji. Le travail pictural de cet artiste coréen a pour sujet le corps humain, auquel s’ajoute un objectif supplémentaire, celui de révéler un sens masqué par une « enveloppe », un voile dissimulant la vérité nue. Du 7 au 23 avril à la Gare d’Anjou et à la Médiathèque, rue Jean

5ème édition du Festival du Polar de Mauves-sur-Loire. Un festival qui conjugue rencontres avec les auteurs, conférences, spectacles, marché du livre. Un festival qui milite pour la lecture et l’écriture avec un concours de nouvelles. Un festival convivial qui accueille les stars du polar, et des auteurs débutants. Les 1er et 2 avril à Mauves-surLoire.

« Christophe et Jacques », chansons françaises avec Christophe Lemoulant (chant) et Jacques Mahey (guitare). Une voix, une guitare : le juste nécessaire pour égrainer quelques rengaines. Caussimon, Brassens, Brel, Bobby Lapointe, Les Frères Jacques… Du 7 au 9 avril au Théâtre du Cyclope, rue du Maréchal Joffre à Nantes. Rens. : 02 51 86 45 07

Bouin, ensemble du Grignon à BasseGoulaine.

Rens. : 02 40 80 86 20

MAUVES EN NOIR

THÉÂTRE-OPÉRA « Le moine ». Texte et mise en scène de Thomas Canonne. Musique de Lise


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

11:13

Page 23

L’événement

En 2005, le festival Juste pour Rire de Montréal a rassemblé près de 2 500 artistes en provenance de 16 pays différents.

LE PIANISTE

Le célèbre festival d’humour québécois s’invite à Nantes.

Carquefou. Pièce de théâtre adaptée du livre de Wladyslaw Szpilman. Ce spectacle met en scène deux grands artistes, le pianiste Mikhaïl Rudy et le comédien Robin Renucci qui incarnent la dimension tragique du destin de ce juif polonais. Du 18 au 22 avril à La Fleuriaye, rue Léonard de Vinci à Carquefou.

Festival

Ruquier remontera sur scène pour animer le gala d’ouverture auquel participeront 8 imitateurs. D’incontournables talents de l’humour : Le Quatuor, Franck Dubosc, Christophe Alévêque, Stéphane Guillon. Mais aussi de véritables phénomènes en pleine explosion comme Omar et Fred ou Les Indésirables… Le rire au féminin avec Les Vamps, Emma la Clown, Julie Ferrier, Elisabeth Buffet, Florence Foresti. Au-delà des têtes d’affiche, ce festival saura donner leur chance aux nouveaux talents. Ainsi, une section « Complètement à l’Ouest » sera dédiée à la découverte des talents régionaux. Un volet important de la programmation sera consacré aux meilleurs artistes québécois, et une rencontre mondiale d’improvisation ne sera à manquer sous aucun prétexte ! Rens. : 02 51 88 20 00

MUSIQUE DU MONDE Les trois jeunes musiciens de Motion Trio triturent et martyrisent leurs accordéons avec énergie, talent et créativité. Avec virtuosité et enthousiasme, ils sortent de leur instrument des sons que l’on n’a jamais entendu auparavant. Entre musique minimale, rock et classique, ce groupe de Cracovie explore des paysages sonores inhabituels. Le 22 mars au Théâtre municipal, rue Guy Lelan à Rezé.

DR

DR

Rezé.

Les Doigts de l’Homme. Le son et l’énergie de ce trio de swing manouche sont étonnants. Les 2 guitaristes et le contrebassiste nous proposent des thèmes profonds, chargés

DR

DR

Tarifs : 11 / 13 / 15 €. Rens. : 02 51 70 78 00

CABARET CONCERT

La 1ère édition du festival « Juste pour Rire Nantes – Atlantique » se déroulera à la Cité Internationale des Congrès de Nantes du mardi 25 avril au lundi 1er mai. Son objectif : présenter le rire dans toute sa diversité lors d’un festival qui se veut à la fois populaire, intergénérationnel et généreux. Des artistes exceptionnels seront présents. Un parrain de prestige : Laurent

Juste pour Rire

Tarifs : 31 / 35 €. Rens. : 02 40 68 72 72

Paul et Chloé Paul. Orchestration par le Théâtre des Cerises. Une ambiance plus proche de celle d’un concert que d’un opéra dit sérieux. Du 16 au 18 mars au Théâtre Graslin, place Graslin à Nantes. Tarifs : 10 / 15 €. Rens. : 02 40 69 77 18

Sortie

d’émotion, et enchaînés sur des tempos rapides façon tsigane. Un régal musical. Le 7 avril, salle Hippolyte Derouet aux

Le dimanche 19 mars à l’Ecole de Musique, rue Henri Charpentier à Vertou. Tarifs : 3 / 5 €. Rens. : 02 40 03 45 05

Sorinières.

CHANSONS

Tarifs : 4 / 7 €. Rens. : 02 40 13 00 00

CONTES « Les contes de la mère l’Oye » de Maurice Ravel, par l’école de musique et de danse de Vertou. Cinq pièces enfantines qui évoquent la poésie de l’enfance d’après les contes de Perrault : Petit Poucet, La Belle au Bois Dormant… Concert jeune public.

Poète reporter sans frontière, Thomas Pitiot, jeune auteur compositeur, a les pieds en banlieue et le cœur en Afrique. Attentif à la fois au bonheur de vivre et à la misère sociale, il distille avec brio des textes généreux sur des musiques aux parfums d’ailleurs. Le 20 avril à Capellia, chemin de la Roche Blanche à La Chapelle-sur-Erdre.

Tarifs : 6 / 11,5 €. Rens. : 02 40 72 97 58

DUO COMIQUE Dau et Catella nous entraînent dans l’univers de l’absurde qu’ils affectionnent particulièrement. Absurde de la construction théâtrale. Le spectateur croit comprendre ce qui se passe alors que ça n’est jamais arrivé et que ça n’arrivera jamais. Du 21 au 31 mars au Théâtre de Poche, rue Lekain à Nantes. Tarifs : 8 / 14 / 16 €. Rens. : 02 40 47 34 44

PHOTOGRAPHIES « Mosaïque d’Estuaire », exposition de Paul-André Coumes. Portraits de l’estuaire de la Loire, à travers ses paysages, ses ports et ses villages. Jusqu’au 29 avril au Théâtre Boris Vian, rue Edmond Rostand, et à la Bibliothèque Victor Jara, quai Gambetta à Couëron. Rens. : 02 28 25 85 35

exposants dans 15 univers différents et un programme très attractif avec de nombreux concours, expositions et animations. Du 7 au 17 avril au Parc des Expositions de la Beaujoire, route de SaintJoseph à Nantes. Tarifs : 4,5 / 5,5 €, gratuit pour les moins de 10 ans. Rens. : 02 40 52 08 11

BRADERIE FOIRE INTERNATIONALE Pour cette 74ème édition, la Foire Internationale de Nantes a pour thème « L’univers du jardin ». 850

La Grande Braderie dans les rues du centre ville de Nantes. Une journée consacrée aux bonnes affaires. Le 25 mars, de 9 h à 19h.

Nantes Métropole - mars / avril 2006 - 23


0044-JNM2 V2406B

13/03/06

11:13

Page 24

Esprit métropolitain

La bourse ou l’envie…

Changer de vie ! Un rêve devenu réalité pour un pêcheur de Carquefou.

A

force de les voir débités en rectangles blancs, privés de leurs arêtes et congelés, on finirait presque par oublier d’où viennent les poissons. On en arriverait aussi à ne plus penser au chemin effectué de la rivière à l’assiette, ni aux hommes qui chaque jour jettent leur filet à l’eau pour remonter leur pêche. Depuis 22 ans, par tous les temps, Alain Baillet explore

les recoins de l’Erdre à la recherche des sommes les seuls en France à faire ça ». Dans sandres, anguilles ou brochets qui agré- son exploitation, à Carquefou, des viviers acmenteront les meilleures tables du cueillent les poissons sauvages en attente de département. Né près des ardoisières commercialisation ou de réintroduction dans de Trélazé, il entrevoit dès l’enfance une les rivières et les étangs. Conscients de la fraexistence proche de la nature et du gilité de l’écosystème, les pêcheurs profesfleuve. Mais la vie passe par là et l’en- sionnels de l’Erdre ont souscrit un protocole traîne sur les pistes du CAC 40, bien avec Nantes Métropole et la Chambre d’Agriloin des chemins de halage. À 24 ans, il culture de Loire Atlantique. Ce Contrat Terriabandonne un métier qu’il n’aime pas torial d’Exploitation (C.T.E.) encourage le dé-courtier en bourse- et renoue avec son veloppement d’une agriculture innovante et envie première : devenir durable dans l’aggloméra« fermier d’État »… en « En pêchant tion nantaise, notamment rivière. « En voyant revenir uniquement des sur les parcelles soumises tous les ans mon dossier de poissons de grande à la pression urbaine. Par candidature pour la reprise taille, nous ne exemple, les pêcheurs ont mettons pas la d’une concession, on a fini par ressource en péril. » demandé à augmenter la y croire et se dire que j’étais taille des mailles de leurs vraiment motivé » s’amuse encore filets. « Cela nous permet de ne pêcher que de Alain Baillet. Et sa ténacité paye. Il gros poissons, des animaux qui se sont reprochange de vie, reprend la zone de pêche duits au moins deux fois. De cette manière, d’un ancien pêcheur sur l’Erdre, puis nous ne mettons pas la ressource en péril ». étend son activité sur la Loire, en Dix jours par an aussi, les pêcheurs participent Mayenne et en Vendée. De Carquefou à à l’arrachage de la jussie, cette plante exotique Sucé-sur-Erdre, il déploie régulière- d’agrément qui colonise les rivières. ment nasses et filets pour la SARL « Contrairement aux idées reçues, le monde « AB pêcheries de Loire », l’entreprise des pêcheurs professionnels est jeune, 37 ans familiale qui fait vivre 5 personnes. en moyenne » précise Alain Baillet, qui affiche ses 46 ans sans complexe. « Cela contribue à développer dans la profession un esprit Sauvetage. Mais le métier de pêcheur impose aujourd’hui de se diversifier. « Il y a 15 ans, de chef d’entreprise artisanale et une grande nous nous sommes spécialisés dans la récupé- conscience des enjeux environnementaux. Ici, ration piscicole. Lorsqu’un particulier cure un nous commençons à ouvrir nos portes aux écoplan d’eau par exemple, ou bien quand un bar- liers, des petits de CM2. C’est important aussi rage hydroélectrique est vidé, nous prélevons de faire comprendre ce que nous produisons et les poissons pour éviter qu’ils ne meurent et de quelle manière. Cela fait partie de l’éducapour les réintroduire en milieu naturel. Nous tion des générations futures ». •

ADRESSES, NUMÉROS ET SITES UTILES • SAMU (urgence médicale) 15 • Pompiers : 18 • Police : 17 • SOS médecins : 02 40 50 30 30 • Allo Enfance Maltraitée : 119 • Sida Info Service :

• Nantes Métropole 02 40 99 48 48 www.nantesmetropole.fr www.nantesmetropole.fr/ligne4/

• Infocirculation www.infocirculation.fr

• TAN 0 810 444 444 www.tan.fr

24 - Nantes Métropole - mars / avril 2006

• SNCF www.ter-sncf.com

• Parkings NGE 02 51 84 94 51 www.nge-nantes.com

• Office de Tourisme de Nantes Métropole (OTNM) 0892 464 044 www.nantes-tourisme.com

Nantes Métropole 2 cours du Champ de Mars 44923 Nantes CEDEX 9 Directeur de la Publication : Jean-Marc Ayrault. Co-directeur de la publication : Frédéric Vasse. Rédacteur en chef : David Pouilloux. Rédactrice : Carole Paquelet. Photographe : Patrick Garçon. Directeur artistique : Olivier Leprévost. Maquettiste : Olivier Loyen. Ont également collaboré à ce numéro : Franck Albert, Caroline Demaison, Anne Marquet, Edith Panigot. Conception et réalisation : Double Mixte / enodenis. Editeur : Direction de la communication de Nantes Métropole. Iconographie : IDE. Impression : Imaye Graphic, Label IMPRIM’VERT, Laval .


Journal n°02 - Mars / Avril 2006