Page 1

CATALOGUE Najib BENSBIA

Sélection de publications

1995 - 2012


LE CATALOGUE

Ce catalogue contient une sélection de 13 Sélection de publications

Najib BENSBIA

livres écrits sur une période de 17 années (1995 - 2012). Chaque publication porte l’empreinte de son environnement sociopolitique. Elle en est l’expression critique, tout autant que le reflet ambiant. Douze livres, douze portraits du Maroc - Etat et société - dans la durée


SOMMAIRE LE CATALOGUE

Treize livres qui accompagnent des étapes politiques ayant influé sur le parcours du Maroc moderne

- Le Maroc politique inachevé A l’épreuve du printemps arabe - Chronique marocaines Hier et aujourd’hui - Chroniques du temps qui passe - Voter, pourquoi faire - Le monde arabe dans la tourmente - Bénis soient nos gouvernants - L’Etat Basri - L’épreuve de la norme Réforme politique et Justice constitutionnelle au Maroc - Le Maroc des chimères - A bout de souffle - L’homme à abattre - Pouvoir et politique au Maroc


LE CATALOGUE

DERNIERS LIVRES

Edition : 2012


LE CATALOGUE Treize années après la mort du roi Hassan, la question lancinante qui s’impose est celle de cerner la physionomie de l’Etat que l’on veut pour le Maroc en devenir. Dans ce sillage, la péréquation n’est-elle pas de connaître, une fois pour toute, dans le cadre de la monarchie constitutionnelle et parlementaire qui est mise en avant dans la littérature politique, tant officielle que partisane, l’identité rigoureuse de l’exécutif proposé au Marocain pour passer fondamentalement d’un cap à l’autre, d’un règne à un autre ?


LE CATALOGUE Le Marocain croit vivre, culturellement et socialement, même quand il n’en a pas les moyens, au rythme de son monde. Or, ce monde est à la modernité, à la rigueur, à la communication planétaire, à l’essor individuel et collectif, à la liberté de choix et au libre arbitre..., équation toujours pour nous délicate à résoudre.


LE CATALOGUE Surveiller et punir, telle doit être la devise de tout État qui risque les débordements. Le Maroc sorti des ornières d'un demi-siècle de surveillance rapprochée de la citoyenneté n'a pas su punir ceux qui le méritent vraiment. Parce que cet État était d'abord un système clientéliste. Il a érigé la servilité en mode d'obédience et la corruptibilité en monnaie de change. Le résultat est aujourd’hui rebutant : trop de délinquants pour pouvoir rendre vraiment justice…


LE CATALOGUE Voter est un acte citoyen, cela est l’évidence. Il est, cependant, tout aussi évident qu’un acte votatif doit être conséquent en termes d’efficacité politique. Un vote qui ne donne pas à son auteur la satisfaction de l’acte accompli est inutile. Parce qu’il crée des attentes illusoires et, après coup, corrompt la conviction de changement qui préfigure la décision de vote.


LE CATALOGUE La famille Bush ont voulu, et l'ont fait, détruire l'Irak, briser les symboles de la civilisation arabe plus que millénaire et, dans la foulée, dire aux Arabes leur infinie décrépitude. Le grand mensonge d’État de l’Histoire moderne fut orchestré avec la complicité de tous les États supposés démocratiques occidentaux. Le prétexte fut simple et en règle avec la loi de la jungle qui a commandé l'Univers depuis la Création: la loi du plus fort. Clair, limpide et efficace. La forfaiture est aujourd'hui reconnue par tous. Mais l'Irak n'est plus. Pas plus que le monde arabe !


LE CATALOGUE Ah nos gouvernants, bénis soient-ils, quel cas font-ils de la citoyenneté ambiante ? N’est-il pas dit que les relations sociales sont surdéterminées par la nature des relations établies entre les gouvernants et les gouvernés ! Le Maroc n'est pas un État conservateur au sens de la science politique. Mais il n'est pas, non plus, un État des institutions, autrement dit un État de Droit accompli. Dans cette relation, bien de frustrations sont devenues pérennes, pléthore sont les sentiments d'insatisfaction, plutôt de refoulement qui piègent le devenir marocain.


LE CATALOGUE Chaque Etat à son homme fort, qui n’est pas le Chef de l’Etat, du moins pas forcément. C’est encore plus vrai dans les pays où la démocratie est une véritable équation. Le Maroc de Hassan II en avait le sien, l’illustrissime à la fin malheureuse : Driss Basri, qui avait façonné les institutions à sa propre ‘’vision’’. Celle qu’il disait n’être que la volonté royale ! Avec le temps, il est devenu lui-même l’Etat. Et, par la force de l’Etat, il faisait et défaisait les gouvernements et les institutions.


LE CATALOGUE Un État n'a de valeur que par rapport à son ordre constitutionnel. L'exercice du pouvoir d’État, les organes de décision de dernière instance, les institutions délibérantes et le contrôle de tout ceci doivent être le seul repère de gouvernance à l'échelle sociale. Est-ce le cas du Maroc actuel (jusqu'au 1er juillet 2011) ? Quels sont les véritables leviers normatifs de l'exercice du pouvoir d’État marocain ? Quelles relations se sont tissées entre les différentes institutions et sur quelle base se prend la décision qui impacte le devenir citoyen ? Autant de questions qui émaillent la logique infernale de tout processus constitutionnel digne de foi et de confiance populaire.


LE CATALOGUE Le Maroc de 1996, qui n'a fait que se consolider, a produit des individus/citoyens sont mus par des intérêts personnels. Ce qui les engloutit dans la recherche constante  et marginale du gain rapide et sans efforts. Ce qui aliène leur propension à la communauté  de destin, ou plutôt toute propension communautaire. Cette subjugation du profit rapide est le résultat d'une série de facteurs liant le politique défaillant au social démissionnaire, en passant par la lutte de clans et d'intérêts catégoriels. Le Maroc du 3è millénaire, tel qu'il s'annonçait en cette phase historique du Maroc moderne, semble imperceptible, tant le futur est inintelligible et le bien-être collectif inscrit à l'ordre de l'illusion téméraire.


LE CATALOGUE Le 26 août 1996 décédait une jeune maman, âgée de 40 ans à peine, laissant derrière elle un garçon de 9ans et deux petites filles de 6 et 3 ans et demie. Elle respirait la joie de vivre et était belle à ravir. Souffrant d’une hypertrophie des poumons, le cœur a fini par lâcher, alors qu’elle était en famille, en vacances au Nord du pays. Son mari, alors jeune cadre de l’Etat au moment de sa disparition, raconte la vie, celle de son épouse et des sourds atermoiements de son malêtre infini.


LE CATALOGUE En 1995, le ministre de l’Intérieur-Etat de l’époque, Driss Basri, lance ce qu’il avait appelé une ‘’campagne d’assainissement’’, à insu des ministre de la Justice et, surtout, de celui des Droits de l(Homme, Mohamed Ziane. Se sentant floué le dindon de la farce, celui-ci se rebiffe et dénonce la ‘’forfaiture’’. Il a estimé – à raison par ailleurs – qu’un Etat de Droit n’a pas à agir en ’’campagne’’. Fort de son omnipotence et de l’appui du roi Hassan II, Basri demanda la tête du ministre récalcitrant. Histoire d’un duel au sommet de l’Etat.


LE CATALOGUE Le Maroc, Etat ayant choisi le multipartisme et la compétition politique comme système de gouvernance, est lu au travers d’une étape historique où la plupart des pays du tiers se sont orientés vers le parti unique et sur et la gestion inique du pouvoir. Ce système, en façade ‘’national et ouvert’’, bourdonnait sous l'adversité d'une confrontation directe entre la monarchie, en phase de renforcement et de consolidation, et les partis d'opposition menés par le Parti de l'Istiqlal et l'Union Nationale des Forces Populaires (socialiste à l'époque). En 1996, forte et menant le bal politique sous toutes ses facettes, la monarchie amorce une véritable ouverture sur l'opposition. L'alternance de 1998 était déjà sur les rails.


LE CATALOGUE

Pour obtenir le format électronique de ces publications, envoyer un message à partir de la rubrique ‘’’CONTACT’’

http://najib-bensbia.wix.com/parchemin

CATALOGUE DE MES LIVRES  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you