Page 1

Edition 2 - Octobre 2013

Tritonik Vers la parfaite synthese Fête Kaali à la Réunion

MASY Entertainment, l’accord parfait entre amitié et passion


Jeu-concours

Beauté et bien-être avec Point Culture et Fleur de Laos Le Spa Enregistrez-vous sur notre site web – pointculturemagazine.com, et gagnez la chance d’être parmi nos gagnants. Fleur de Laos Le Spa offre la possibilité aux lecteurs de Point Culture Magazine ses services et soins. Les prix à la clé: 1. Un voucher de Rs 500 pour le gagnant 2. 25% pour les autres lecteurs enregistres pour des soins divers.

pg2:Layout 1 30/09/2013 21:09 Page 1

Dans un premier temps, enregistrez-vous sur le site. Le nom du gagnant du voucher de Rs 500 sera divulgué dans deux semaines, après un tirage au sort, sur la page Facebook de Point Culture Magazine. Quant aux autres lecteurs qui se seront faits enregistrés sur le site, ils pourront nous contacter pour connaître les services dont ils vont bénéficier. Facebook : Point Culture Téléphone : 592-435-89


SOMMAIRE Lumière Tritonik, vers la parfaite synthese

(Page 4)

Festivités

Divali, un chemin de lumière (Page 5)

Page 5

Page 11

Nouveauté

Maylan Manaza, chanteur réunionnais, à Maurice pour son premier single (Page 9)

Lecture

Deux nouveaux héros en Lilet et Gaspar (Page 11)

Page 4

Talents et idées MASY Entertainment, l’accord parfait entre amitié et passion (Page 12)

C Point Culture TM

MAGAZINE

Page 9

Page 12

Raymond Rivet Mont Roches Beau-Bassin E: Pointculturemag@gmail.com www.pointculturemagazine.com


Vivons le moment présent !

J

’ai lu ce livre ce mois-ci : « Le Pouvoir du Moment Présent » d’Eckhart Tolle. En vérité, c’est loin d’être une lecture comme les autres. Déjà dès le début du livre, on vous suggère de ne pas engloutir le livre, mais plutôt de le consommer à petite dose. Inutile de dire que je n’ai pas vraiment suivi ce conseil. Il me fallait tout savoir et très vite. On méditera dessus après. Je vous en parle parce que j’ai retenu quelque chose d’intéressant de cette lecture. Nous sommes obligés par le rythme de la vie, de vivre à cent à l’heure. A dire vrai, nous ne sommes plus des personnes qui se contentent d’avoir un emploi de 9h à 5h pour vivre. Ce temps est révolu. Nous voulons aujourd’hui faire plein de choses en 24h. Nous tentons l’impossible pour trouver mieux dans la vie, que ce soit un meilleur lendemain pour nos enfants ou nous-mêmes. Cela étant dit, il est aussi de plus en plus difficile de complètement faire le vide dans notre esprit ne serait-ce que pour savourer brièvement le moment présent. Le sommeil, le bon, le juste, on l’a perdu depuis un bon moment. On est loin de dormir sur ses deux oreilles, n’en déplaise à ceux qui arrivent encore à trouver le sommeil. Il y a aussi de l’autre côté, ceux qui sont tellement pris dans le train-train de tous les jours que le sommeil relève de l’impossible. Cela nous amène à ce raisonnement complètement inapproprié, selon mon humble avis : j’ai maintenant 60 ans, il faut que je profite de ma vie au maximum ou encore je vais faire ce que je veux avoir de me marier. Seriously guys ? Ce n’est pas à un age précis qu’il faut profiter de la vie. Elle doit être savourée tous les jours et à chaque seconde. C’est pour cette raison qu’il faut pouvoir mettre une pause à son esprit

4

penseur ou voyageur de temps à autres, rien que pour profiter de l’instant présent. Ce qui ramène à ce livre dont je vous parle, « Le Pouvoir du Moment Présent ». Bien qu’il traite grosso modo de l’éveil principal. Il nous encourage à vivre le moment présent. Aujourd’hui, nous nous retrouvons dans cette impasse : «l’incapacité de s’arrêter de penser a pris possession de nous ». C’est justement cet état qui jetterait une ombre de peur et de souffrance sur toute notre vie. Mais jusqu’à quand vivra-t-on dans la peur et dans la souffrance ? La vie est trop courte pour cela, je me dis. Pas vous ? Donc vivons le moment présent ! J’ai bien aimé cet extrait du livre : « Rien ne s’est produit dans le passé, c’est dans un présent. Rien ne se produira dans le futur, cela se produira dans le présent ». Tout se passe et se passera toujours dans le moment présent. Vivons donc le moment présent du plus que possible de nos 70 ans d’espérance de vie. « Le Pouvoir du Moment Présent » encourage simplement à utiliser « pleinement vos sens ». Sortez et profitez d’un concert, par exemple. Rien de mieux qu’un bon son pour se couper du bruit mental de notre esprit et vivre. Vivons !


Festivités

Divali,

un chemin de lumière L

e mois d’octobre s’est terminé sur une bonne note, pour dire le moins. L’île Maurice a fêté, selon les traditions des plus anciennes, le Divali. C’est une célébration incontournable de l’année et surtout des plus attendues. Elle s’est démarquée au fil des années par cette lumière qui s’y dégage et pour cause. Divali est la fête de la lumière, mais aussi celle du partage. Cette année-ci, Divali a été célébrée le dimanche 3 novembre. Personne n’est près d’oublier ce long week-end de repos et de festivités. Car, le pays a été en congé depuis le 1er novembre pour la fête de la Toussaint, puis le 2 novembre pour marquer l’arrivée des travailleurs engagés indiens dans le pays. Le week-end s’est finalement terminé sur Divali.

Divali chez les Duval à La Flora, Yashni et Ishaan ont été fidèles aux traditions de la famille

Divali ne s’explique plus dorénavant. Tout le monde, même les étrangers savent de quoi il s’agit. Somme de toute, le point le plus important de cette célébration c’est que Divali tend vers l’unité nationale. Car au fil des années, elle s’est construite, au-delà de l’histoire spirituelle, comme une fête nationale. Toutes les croyances, toutes communautés confondues, se mêlent à la danse pour éclairer les pays de ses plus belles lumières. Le gâteau patate est probablement venu, au fil des jours, le symbole même de Divali. C’est sûr qu’en ouvrant un cornet de gâteaux de Divali, vous y trouverez certainement un bon gâteau patate. Aujourd’hui, les tamouls, les hindous, les télégus, voire meme les catholiques, en préparent quelques-uns chez eux, question de faire honneur à cette fête. En attendant, on range nos lampes, nos guirlandes et nos recettes de douceurs aussi vieilles que le temps pour le prochain Divali. On commence déjà à compter les jours…

5


Lumière

Tritonik,

vers une parfaite synthèse Tritonik ne finit pas de s’enrichir musicalement. Eric Triton nous dira que si le groupe compte dorénavant de nouveaux membres, c’est parce que ces derniers partagent la vision de Triton lui-même : celle qui va vers d’un choc culturel (l’interculturalité).

6

S

i on devait faire le bilan de Tritonik, cela donnerait quoi? À huit ans de scène, ils sont aujourd’hui plus nombreux au sein du groupe, avec pas moins de quatre nouveaux membres. Musicalement parlant, ils présentent des morceaux encore plus riches en termes de sons et de diversité qu’il y a quelque temps de cela. Ils profitent de cette tournée à travers différent pays, pour faire découvrir leurs talents, leurs messages aux gens d’ici et d’ailleurs.

qualifierait Eric Trition comme le puits du savoir musical.

C’est vers le maître, si on peut le mettre comme cela, qu’on se tourne pour parler du parcours qu’a accompli Tritonik pendant les huit dernières années. Eric Triton est le meneur, c’est sûr ! Il est aussi le mentor de certains nouveaux musiciens de la bande. Inutile de dire que les bleus ont de quoi apprendre, car nous, on

Au fil des années, Tritonik a beaucoup travaillé sur « afroriental sound », qui un mélange entre musiques africaine et orientale. Ils ont su trouver le parfait accord entre des instruments, parfois diamétralement opposé, mais qui sonne merveilleusement bien après un travail d’équipe. Vous connaissiez probablement déjà

Comment sont-ils sortis de quatre pour en arriver à huit membres ? « Nous avons accueilli d’autres musiciens qui étaient intéressés par une musique pluriculturelle – parce que c’est ce que Tritonik fait. Nous travaillons aujourd’hui et toujours sur un style de musique qui chante le mauricianisme. Donc, les musiciens qui nous ont joints partagent cette façon de voir », explique Eric Triton.


Lumière Eric Triton et sa fidèle guitare, Shakti Ramchurn - tabla, Norbert Planel – cajun, puis encore Chouck - bruitage. Il serait temps, maintenant, de ne pas rater une occasion de découvrir ses membres et leurs instruments : Kurwin Castel (rouler), Ben Codian (sitar), Manu Desroches (basse) et José Mootoo (conga). Au-delà du simple fait que Tritonik ait évolué en nombre et aussi musicalement, Eric Triton luimême en a beaucoup appris de son parcours. C’est qu’il nous confie : « Mon parcours a été très enrichissant. J’ai cru dans la musique et j’ai finalement été choisi par elle. Je n’ai jamais essayé de brûler les étapes de ce parcours. J’ai laissé libre cours à l’évolution des choses. Ce n’est qu’avec le temps que les choses ont évolué ». Serait-il au sommet de sa carrière ? Sa réponse est claire : « Ce n’est qu’à la veille de ma mort que je serais au sommet de ma carrière. Pour moi, c’est toute une histoire, donc on ne peut compter sept ans de carrière ou autre. Après tout, je suis de ceux qui pensent qu’une carrière ne se fête chaque un an ou tous les ans, car nous avons une seule carrière qui se termine à la fin de notre vie. Ce que je fêterais peut-être ce serait mes 60 ans de scène ». Même si aujourd’hui ils sont plus nombreux au sein de Tritonik, les thèmes des chansons restent les mêmes. Ils traitent toujours des problèmes d’actualités, ils continuent toujours de partager l’art d’une manière plus éducative, culturelle et sociale et pas commerciale. Et si Triton devait dire quelques mots aux jeunes se serait : « Sport pou Lekor, La musik pou l’esprit, l’éducation pour pas mort couyon. »

Quelques membres, quelques mots… Kurwin Castel (rouler)

Il a trouvé sa place au sein du groupe depuis maintenant deux ans. Kurwin Castel nous dira que Tritonik est avant tout un groupe de Mauriciens qui jouent. Pour lui, Tritonik véhicule un « message positif » qui se repend mais n’est pas encore complètement assimilé. Kurwin Castel continue son parcours en collaborant avec d’autres artistes de taille.

Ben Codian (sitar)

Norbert Planel (cajun)

La première connexion avec Tritonik, ou plutôt Triton fut pour l’Art Academy. Norbert explique sa collaboration avec Triton en ces mots : « Jouer avec Eric, c’est tout plein de « feeling », surtout quand on parle du blues. Cela donne tout une autre ampleur aux chansons. J’aime bien me frotter à tous types de personnes. Je bénéficie de l’énergie que chacune de ces personnes dégage ».

Cet habitant de Roches-Brunes a fait la connaissance des autres membres du groupe par Shakti Shaan Ramchurn. Selon lui, les gens apprécient énormément le mélange entre musique indienne et blues. Il soutient aussi le fait que les messages de Tritonik sont positifs et pousseraient le pays sur les pas d’une île multiraciale.

Shakti (tabla)

Shaan

Ramchurn

Shakti Shaan Ramchurn a rencontré Eric Triton lors de ce fameux spectacle musical qui avait eu lieu au Mahatma Gandhi Institute (MGI). « Il y avait de la magie dedans », susurre le musicien. Lors de cette rencontre, il a compris que Triton et lui partage cette même philosophie : l’unité plus important. « Tritonik partage une seule mission, celle de travailler vers l’interculturalité

7


Exclusivité

Fête Kaali à la Réunion

V

oici une brève histoire pour vous mettre dans le bain de cette célébration. Les dieux ne pouvaient pas tuer le démon Raktabija. Chaque goutte de son sang qui a touché le sol s’est transformé en un autre Raktabija. Au bout de quelques minutes, à force de frapper cette Assoura avec leurs armes, les dieux virent que le champ de bataille était couvert de millions de clones de Raktabija. En désespoir de cause, ils se sont tournés vers Shiva. Ce dernier étant perdu en pleine méditation, ils ont dû se tourner vers son épouse Parvati. La Déesse prit la forme de Kaali pour vaincre ce redoutable démon. Ses yeux étaient rouges; son teint sombre, les traits décharnés, les cheveux dénoués, et ses dents pointues comme des crocs. Comme elle entra sur le champ de bataille chevauchant son lion, Raktabija

ressentit la peur pour la première fois dans son cœur démoniaque. Kaali a ordonné aux dieux d’attaquer Raktabija. Elle fit ensuite étendre sa langue sur le champ de bataille pour que plus une seule goutte de sang du démon ne touche le sol. Ainsi, elle empêcha Raktabija de se multiplier. Ivre du sang de Raktabija, Kaali court, à travers le monde, mettre à mort tous ceux qui ont osé franchir son chemin à travers le Cosmos. Elle se pare, pour cela, des têtes, des mains et d’autres membres et entrailles de sa victime. C’est à ce moment-là que Shiva entra en scène. Pour l’apaiser, sa moitié Shiva se jeta à ses pieds. Et cela suffit pour l’arrêter. Elle se calma, donna une accolade à Shiva, son époux. Elle quitta ainsi sa forme féroce, en tant que Kaali, pour devenir Gauri, une mère radieuse. Texte de Subban Raju, Photos de Malbar Jeremy & Christine Kaisse

8


Nouveauté

Maylan Manaza chanteur réunionnais, à Maurice pour son premier single Son premier single issu de son album « Loyalty » est en vente dans les bacs depuis le 21 octobre 2013. De passage à Maurice, il a demontré ses talents lors d’un concert qui laisserait certains sur leur soif.

C

’est un nouvel artiste que nous avons découvert ce mois-ci. Lui, c’est Maylan Manaza. Il est actuellement en tournée pour le lancement de son premier single issu de son album « Loyalty ». Dans le but de faire connaître sa musique dans différents coins du globe, il était aussi de passage à Maurice. De cette friction avec un public mauricien, il en ressort tout aussi conquis que son public. C’est pour cette raison qu’il se confie à Point Culture Magazine en ces termes : « Mon passage à Maurice, me donne envie de revenir très rapidement car j’ai passé un agréable moment avec le public Mauricien et je suis pressé de revenir partager ma musique avec vous. Des publics comme chez vous, il n’y en a pas deux ». Message caché Bien qu’il chante depuis l’âge de huit ans, ce n’est qu’en 2001 que sa carrière a vraiment débuté. Ce premier single, il nous dira contient ce message : « Ma musique est intelligente, ma musique donne de la réflexion et du fou rire aux gens ». Pas étonnant qu’il s’est investit principalement dans les chansons à thème, notamment celles avec qui parlent de l’actualité, des faits de la société ou encore de sa vision de la musique, de ses ambitions et de son amour pour la vie. La musique joue un grand rôle dans la vie de cet artiste. Elle a une belle signification pour Maylan Manaza. La musique c’est : « Le partage et l’espoir qu’une mélodie peut susciter dans le re-

gard des gens, mais aussi au moment de la création d’un morceau avec les musiciens. C’est donner vie à ses idées dans se mettre à l’avant. Il n’y a rien de plus merveilleux ». C’est en 1999, à Bordeaux que Maylan Manaza se découvre une passion pour la culture reggae, dancehall. Cela s’est fait à travers les Sounds Systems avec Back in Roots. Grâce à sa versatilité, il a mélangé ses influences des styles comme la Maloya, le Reggae, le Dancehall et le Hip Hop et donne ainsi naissance à son propre style. Nouvelle passion Maylan Manaza a su se distinguer de par sa voix et ses thèmes de chansons. Il aborde avec fermeté et teneur les sujets d’actualité, les faits de la société, de sa vision de la musique, de ses ambitions et de son amour pour la vie. Sa réputation, il l’a très bien taillé par

ses performances. Au fil de sa carrière, il a multiplié les shows aux quatre coins de la France, de l’Allemagne, de la Belgique et aussi de la Réunion. Il s’impose et se fait aimer sur les scènes d’ici et d’ailleurs par son énergie et son charisme. Maylan Manaza a côtoyé des artistes de renoms, dont Busy Signal, Bounty Killa, Tanya Stephens, Chico, Admiral T, Lord Kossity, Disiz la Peste, Daddy Mory. Puis en 2007, ce chanteur puisera de ses experiences pour le street album chez HWK Muzik avec d’autres pointures comme Papa Tank Lyricson, E. SY Kennenga. Auteur-compositeur et producteur de ses œuvres, Maylan Manaza est actuellement continue de plus belle sa tournée, « Loyalty Album Tour », après son concert à l’île Maurice. Il est prévu qu’il passe par la Bretagne, Marseille, Bordeaux, Paris et Lyon.

9


WHEN MUSIC AND FASHION MEETS...

L

10

R

sonoreteam@gmail.com / 5770 0834 / 5750 2254

WHEN MUSIC AND FASHION MEETS...


Lecture Histoire pour enfants

Deux nouveaux héros en Lilet et Gaspar

L Brigitte Masson et Evan Sohun présentant cette nouvelle collection

KAMARAD POU LAVI !

(AMIS-AMIS POUR TOUJOURS)

O

n est à l’île Maurice et il fait très chaud. Lilet, la petite fourmi voudrait aller nager, mais elle n’a pas de maillot de bain. Sa mère lui en confectionne un avec un brin d’herbe, et elle l’encourage à trouver une solution toute seule la prochaine fois. Ravie, Lilet part à la mer mais bien vite, elle réalise que sans transport, ses petites pattes ne lui permettront pas d’arriver avant la tombée de la nuit. En chemin, elle rencontre Gaspar, un gros chien jaune qui, après plusieurs péripéties, accepte de l’emmener à la mer. Dès qu’ils sont sur la plage, Lilet fait la surprise à Gaspar de lui fabriquer un maillot de bain avec une feuille de bananier tombée à terre. La générosité réciproque des deux personnages scelle leur amitié.

Lecture

a Maison des Mécènes lance Zistwar Lilet ek Gaspar – Kamarad Pou Lavi. Cette publication est le premier épisode d’une nouvelle collection de littérature jeunesse, notamment pour ceux âgés de quatre à sept ans. « Kamarad pou lavi » est le titre du nouvel ouvrage, signé Brigitte Masson à l’écriture et Evan Sohun à l’illustration. Par cette nouvelle collection, le public ciblé, soit les enfants de quatre à sept ans, devrait avoir deux nouveaux héros familiers auxquels il devrait s’identifier de manière positive, selon les auteurs de « Kamarad pou lavi ». Aventures L’histoire s’ouvre sur les aventures de Lilet, une petite fourmi et Gaspar, le gros chien jaune. Les deux personnages sont à la base liés par une forte amitié et se rendent service de temps à autres.Chacune des aventures met l’accent sur des valeurs comme la solidarité et la débrouillardise, mais aussi la tolérance et l’unité à en croire l’amitié qui unit les deux héros. C’est en créole que l’histoire a été écrite, idem pour les prochains numéros. Cela parce que l’auteure veut être fidèle à son engagement de faire reconnaître notre langue maternelle par la très grande majorité des enfants mauriciens. Mais cela a été fait tout en s’assurant que tout le monde puisse y avoir accès d’où le besoin d’une traduction en français en bas de chaque page. L’ambiance du pays est dépeinte par les illustrations riches en couleurs d’Evan Sohun. Il utilise la technique mixte, alliant collage et peinture numérique pour mettre en exergue la beauté de la végétation de Maurice. Les enfants seront complètement dans l’ambiance des aventures de Lilet et Gaspar car une chanson, composée et interprétée par Odile

Chevreau, peut être écoutée en direct en même temps que la lecture grâce à un QR code imprimé sur la couverture du livre. Profil En ce qui concerne les concepteurs, Brigitte Masson, l’auteure, est une passionnée de littérature depuis très jeune. Elle a publié, depuis 1983, une dizaine de contes et de nouvelles dans plusieurs recueils et maisons d’édition en France et à Maurice. En 2012, Brigitte Masson publie « Le Chant de l’aube qui s’éveille ». Notre auteure est aussi la fondatrice de La Maison des Mécènes afin de soutenir la production littéraire mauricienne. Elle travaille aussi avec les enfants et elle anime, depuis 2007, un atelier d’écriture auprès des enfants du village de Tamarin pour l’association La Pointe Tamarin. Cet atelier a permis la publication de deux livres jeunesse – Poutou et Poutann in love (2009) et La Salinn Tamarin (2011). Pour sa part, Evan Sohun, est graphiste et illustrateur. De sa participation avec d’autres personnes naît la revue mauricienne de bandes dessinées, Ticomix. Il a participé à plusieurs concours et festivals, donc Cyclone BD, Quai des Bulles ou encore le concours de BD de l’Alliance Française. L’illustrateur de Lilet et Gaspar est aussi le membre fondateur du mouvement CroArt, qui œuvre pour la promotion de la bande dessinée à Maurice. En 2011, il écrit et illustre « Ile Vierge dans l’album collectif de BD « Ile était une fois » des Editions Vizavi. Dorénavant Evan Sohun se consacre principalement à l’illustration. C’est pour cette raison que cette année-ci, il a lancé son propre site web où ils regroupent tous les travaux d’illustrations.

11


Talents et idées

MASY Entertainment, l’accord parfait entre amitié et passion Il n’est pas difficile de parler de MASY Events, car cette agence se compose des jeunes unis par la passion du scoutisme, du « Team building » et de l’événementiel en général. Ils sont sept à faire état de l’expérience de leur formation comme scouts. Fenêtre sur une page d’une nouvelle génération de « Team Builders ».

C

e n’est pas pour rien que ce groupe de jeunes s’est lancé dans le « Team building ». Eux, au nombre de sept, incarnent merveilleusement bien le concept d’esprit d’équipe. On vous présente donc, Vinz Cally, Yannick Mootoosamy, Mika Lafleur, Yannick Vincent, Doger Pierre, Sujesh Cally et Clyve Pascal de MASY Events, une boîte qui travaille dans l’événementiel et le « Team building ». Le nom de la compagnie, ils l’ont trouvé à partir de la collaboration initiale entre les quatre membres fondateurs, soit Mika, Arvin (Vinz), Sujesh et Yannick. MASY Events a ainsi vu le jour le 21 avril 2012. Eh oui ! Ils se souviennent parfaitement de la date, presque comme si c’était hier, vu qu’elle allait donner une nouvelle dimension à leur amitié. Scout, une formation à vie Les membres de cette petite entreprise, âgés de pas plus de 25 ans, tous de Vacoas, se connaissent il y a belle lurette. Ils se sont tous à un moment donné côtoyés, à l’école ou ailleurs, ailleurs étant leur groupe de scouts, 1st Upper Plaine Wilhems Scout. Les responsables de MASY sont tous unis par une passion : le scoutisme. Dans la plupart des cas, leur amitié date de plus de 16 ans. C’est et cela restera leur point fort dans ce qu’ils entreprennent en matière d’événements. Les jeunes hommes de MASY Events nous racontent leur début : tout a commencé un beau jour, alors que Vinz s’occupait d’un contrat d’installation électrique à son propre compte. En revenant quelques amis avaient déjà pensé à un plan, celui d’organiser un bal. Ils avaient déjà pensé à tous, nous dira Vinz Cally. Ce dernier, épaulé de

12

ses plus fidèles amis, a simplement fait le reste pour faire de l’événement une réussite. Tropicaleaster, le bal en question, a eu lieu le 21 avril 2012. Voilà pourquoi cette date est restée gravée dans leur mémoire, car c’est le jour où ils ont donné forme à leur projet. « On ne s’attendait pas à ce que l’événement prenne de telles dimensions. Pourtant, on sait qu’il nous manquait encore quelque chose pour le rendre meilleur. Ce petit manque nous a motivés à pousser MASY Events encore plus loin, à encore chercher mieux», nous dira Vinz Cally. Équipés jusqu’aux dents S’il y a quelque chose de très important que nous retenons dans tout cela, c’est que leur parcours en tant que scouts a beaucoup aidé. Leur passion pour le scoutisme est aussi vieille que leur amitié. Depuis leur plus tendre enfance, chacun de ses sept jeunes a eu une formation pour devenir scout. Comme quoi le destin ne fait jamais les choses à moitié, ils ont évolué dans le même groupe de scout. Au fil des années, ils ont eu plus de responsabilités au sein de leur groupe, devenant ainsi des responsables de groupe lors des événements organisés par leur groupe de scouts. Yannick Mootoosamy nous dira, sans aucun doute avec raison, que cette expérience de scout leur a fourni quelque part l’expertise nécessaire pour mettre sur pied le projet MASY, notamment la partie « Team Building ». « Lors des séances de team building, nous n’avons aucun problème à gérer un groupe de personnes, aussi nombreux soit-il, grâce à notre formation de scout. Nous savons maîtriser


Talents et idées

et sommes préparés à toute éventualité. D’ailleurs, nous avons aussi une formation en premiers soins ». Yannick Vincent, nous explique que pour l’équipe, chaque expérience est unique en elle-même. C’est probablement pour cette raison qu’ils ont du mal à trouver quel événement les a le plus marqués. « Chaque organisation est différente, unique et inoubliable », nous diront-ils presque d’une seule voix. Après Tropicaleaster, les choses ont pris une autre envergure pour MASY Events. A ce moment est venu un contrat pour un « Team Building ». Les affaires ont démarré si vite qu’ils n’ont pas eu le temps de faire de la publicité, car déjà de bouche-à-oreille, les gens venaient déjà à eux. Si au tout début, ils ont eu pas mal de collaboration avec Domaine l’Arbre du Voyageur, aujourd’hui

ils sont en contact direct avec leurs clients. Il y a de cela plusieurs mois, ils ont élaboré des plans et c’était Domaine l’Arbre du Voyageur qui le proposait aux clients. Les changements en relation clientèle témoignent du progrès qu’a accompli MASY en si peu de temps. Une conversation avec l’équipe démontre une complicité qui existe entre tous ses membre. Mais c’est aussi une cascade d’idées qui fait surface. Même en s’accrochant à un fil, l’équipe de MASY vous entraîne dans son jeu, soit un tourbillon de possibilités. Ils ont trouvé un motto qui convient parfaitement, faut dire à leur détermination et leur passion pour leur métier : « Your expectation beyond limit ». Cela parce qu’ils travaillent très dur pour faire réussir chacun de leurs événements, même si parfois ils auraient voulu avoir encore plus d’équipements, dernier cri ou pas.

Entrepreneur ? À quel prix ? MASY Évents vise encore plus haut. Mais il y a quand même une certaine réalité de la vie qui finit toujours par rattraper ses responsables : l’aspect économique. Ils voudraient investir dans plus d’équipements, car dans bien des cas, ils se retrouvent à louer le matériel nécessaire, ne possédant que 25% de ce dont ils ont besoin. Ainsi, Vinz Cally nous parle de la nécessité de trouver des sponsors pour l’achat des équipements. Car à eux seuls, une telle démarche ne pourrait pas forcément aboutir. Cela parce qu’au début, afin de lancer la compagnie, comme tout entrepreneur, ils ont dû investir de leur poche des sommes conséquentes pour pouvoir offrir un bon niveau de service à leurs clients.

Un an et déjà plein d’expériences Le dernier événement en date de MASY Events, est celui de Vatel. Ils ne comptent pas oublier cette soirée de sitôt, à ce qu’il paraît. L’événement s’est tellement bien déroulé qu’ils ont eu un « standing ovation » de la part des invités pour leur travail fait. Inutile de dire bon boulot ! Mais Vatel n’était qu’une page du parcours de MASY Events. Si on devait faire une synthèse de l’année écoulée, cela donnerait ça : Activité Team Building pour Accenture AR Team, Hors Cadre Ltd, MCB, Morning Star,Emtel Ltd, JCI, College Lorette de Mahébourg, Rotaract, ISPI, KPMG, Vatel Team Building et Sonorisation pour Charles Telfair Institute, Concert live pour Mauritius Scouts Association, Team Building et organisation pour Domaine l’Arbre du Voyageur, Team Building pour Team Building et organisation pour Domaine Chazal, concert live pour « Corronila Beach Club »

13


L

’été pointe son nez et les couleurs reviennent titiller les yeux du passionné de voyages. Avec un temps sublime, le voyageur est retourné à son grand amour : les voyages. Expédition de ce mois-ci : Mahébourg. C’est un village avec une des plus belles baies de l’île Maurice, flatterie mise de côté. La route qui mène vers ce village nous a déjà conquis, tant par sa beauté naturel que par le calme qui y règne. Sortant du Sud, il faut traverser d’autres petits villages comme Plaine Magnien, Beau Vallon et autres avant de découvrir le beau drapé de sa couleur préférée : le bleu. Dès mes premiers pas dans ce village colorée, le soleil me dit bonjour d’une ardeur extrême, mais qui n’est pas si mal accueilli. A ma descente de l’autobus, à la gare de Mahébourg, on a le souffle coupé par une vue splendide. Qui aurait cru que la mer bleue, le vent doux, le soleil s’y prêteraient à rendre notre aventure des plus enthousiastes. L’émerveillement devant ce jeu de la nature n’a pas son égal. Question de renouer avec la nature et son aspect légumineux rustique, je m’aventure dans le ‘bazar’ du village qui se trouve juste à côté de la gare d’autobus. Mais fort heureusement pour moi, j’y trouve aussi des produits typiquement mauriciens, les légumes frais, la viande, des épices et la liste de la découverte est longue. Pendant un long moment, je me suis laissé perdre dans les merveilles que je découvrais que le cri de famine venant de mon ventre me ramena à la réalité : que je ne suis pas venue ici que pour voir mais aussi pour goûter.

14

Mot Du Voyageur Subjugué par ce que je trouvais dans les rues de Mahébourg, j’y avais passé pas moins de deux heures sans aucune notion du temps. S’il y a une chose qu’il ne manque pas à Mahébourg, ce sont les « tabagies et snacks ». Mais je n’ai pas fait tout ce chemin pour un « snack ». Je veux un briani. Et le meilleur est à « Pyramide », toujours dans les alentours de la gare. Briani du bonheur Question de vous mettre sur sa piste, il se trouve à proximité de la station d’essence. Nous sommes rassurés de notre choix par l’hygiène et le parfum de briani. La porte d’entrée est bloquée par une longue queue de personnes qui attendent leurs « kebabs » - pain, salade, poulet grillé et une sauce propre à cette préparation. Pour ceux qui veulent un briani aussi, il faut attendre – pas une table de libre et c’est toujours comme ça nous susurre un des locaux. On se croirait dans une ruche à en croire bourdonnante. Après une longue attente – ils étaient probablement à court de briani - j’ai pu satisfaire mon ventre et mes palais bien sûr, qui raffolaientt d’un briani poulet avec une bonne salade de concombre et de carotte, le piment vert ; je vous préviens qu’il est extrêmement fort mais il rime parfaitement avec le briani. Le cœur aux anges et le ventre rempli que je sors de « Pyramide » tant on nous a traités avec de la gentillesse et le sourire mauriciens qu’on ne retrouve pas ailleurs. Maintenant pour digérer le briani, je marche vers le waterfront pour me

reposer un peu et admirer cette vue magnifique de la mer. Avec le soleil de plomb, je cherche une place où je peux me mettre à l’ombre sauf, y a pas beaucoup. Heureusement j’ai pu en trouver une, mais le vue m’a complément dégoûtée. Il y a des algues, des fleurs, des cartons, des sacs en plastique, pour simplement vous dire de la pollution. C’était le seul hic de la journée, la pollution qu’il y a au waterfront dans l’eau et cela à divers endroits. Si seulement, on pouvait préserver l’environnement comme on garde sa propre maison. Petite note sur Mahébourg, c’est que c’est une ancienne capitale de l’île sous la domination française, le village de Mahébourg tout comme la ville de Port-Louis a conservé quelques traces de l’architecture de son passé colonial. Situé dans le Sud Est de l’île à une quinzaine de minutes de l’aéroport, ce village historique abrite le Musée Naval, témoin de la grande bataille navale qui se déroula à Mahébourg entre les Français et les Anglais en 1810 pour l’appropriation de l’île. Ce village n’est désormais qu’un village côtier très calme, à part peut- être en jours de marché. Toutefois, avec la construction d’un ‘Waterfront’, tout comme celui de Port-Louis, Mahébourg se développera certainement en principal centre d’attraction touristique du sud dans les années à venir. Ainsi, le voyageur rentre chez lui, connaissance acquise, le cœur apaisé et avec un petit regret que notre environnement soit toujours sali par le comportement de certains qui ne connaissent pas la valeur de la nature qui nous donne tant.


Bien-être

Pensez à Fleur de Laos Le Spa pour votre bien-être

S

e faire bichonner de temps à autre n’est plus un luxe mais plutôt une nécessité. Vous travaillez à Port-Louis, le matin votre visage ressemble à quelque chose et après-midi, il n’en reste plus rien. Bye-bye le joli maquillage et bonjour une couche de saletés sur la peau ! On a une solution à toute chose, prétention mise de côté. Nous vous proposons quelques heures chez Fleur de Laos pour se requinquer. Déjà, à Fleur de Laos Le Spa, c’est un service personnalisé qui vous est offert avec Véronique Yip et son associée Agnès Yip. Loin de là, cet espace beauté typique, où je paie pour ça, j’ai ça – sans aucun conseil pour vous aider dans votre soin. A Fleur de Laos, on vous conseille ce qui vous irait le mieux ou sur qui vous est conseillé de faire. Cela déjà aide à mettre les personnes en confiance et à se relaxer, sachant qu’on est entre les mains des professionnels, qui connaissent leur métier. Outre, le côté professionnel, il y a aussi l’espace. Véronique a pensé au confort de ses clients, donc du coup, il y a plus d’espace. C’est avec beaucoup de joie qu’elle vient tout récemment d’inaugurer, pendant le mois d’octobre. Le nouvel espace beauté de Fleur de Laos Le Spa. Véronique et Agnès Yip sont maintenant au rezde-chaussée du bâtiment Jade Court. A cet effet, elles avaient mis sur pied plusieurs promotions bien plus qu’intéressantes pour le mois d’octobre. Faut dire qu’il est difficile de résister à un soin chez

Fleur de Laos. Qu’est-ce que vous pourrez faire si vous prenez rendez-vous avec une des responsables de Fleur de Laos le Spa ? On est là pour vous donner d’ores et déjà une idée. Pourquoi ne pas opter pour un soin du visage avec leur produit à base de papaye ? Alors on vous installe dans le fauteuil. Question inévitable : êtes-vous à l’aise ? Bien sûr qu’on l’est. Et là on commence ce nettoyage de la peau qui se fait en plusieurs étapes. Puis arrive la partie, où l’on vous demande de vous relaxer pour que le masque à base de papaye fasse ses merveilles de plus belle. Le tout vous prendra environ 45 minutes, mais franchement le nettoyage redonne la pêche. Et puis, on dit bien qu’il faut être bien dans sa peau ! Maintenant, il y a aussi le Gold Facial qui devrait intéresser plus d’un. Si vous l’avez raté, nous donnons l’occasion à un de nos lecteurs d’avoir la possibilité d’y gouter par notre jeu concours de ce mois-ci : l’offre est très simple, répondez à notre question et recevez un bon d’une remise de 50 %. Aléchant, n’est-pas ? Alors le Gold Facial suit le principe que l’or aurait des vertus « beautifying » et « luxurious » pour la peau. Il va de l’histoire que Cléopâtre portait un masque d’or la nuit pour se cacher afin de préserver sa jeunesse et sa beauté. A Fleur de Laos Le Spa, on prend 75 minutes pour vous apporter ce soin de pur bonheur à en croire ceux qui l’ont essayé. Soyez la prochaine…

15


Culture en image

D

Govinden, prières et dévotion pour une vie meilleure

Navrati dans toute sa splendeur

L

e festival Navrati est célébré deux fois l’an. Chaitra Navrati est fêté en mars ou avril et Sharad Navrati en octobre ou novembre. Le lendemain de Sharad Navrati, soit au dixième jour, on célèbre Dussehra/ Vijayadasami. Cette année-ci, les neuf jours de jeûne de Navarati a commencé le 5 octobre. Mahanavami/ Ayudha Puja a été tenue le 13 octobre. Quant Dussehra (Dassara) / Vijayadasami, elle a été célébré le 14 octobre.

16

Photos : SUBBAN Raju de l’île Maurice , pour Kâla Bhakti

u 17 septembre au 17 octobre, nos compatriotes de foi tamoule et aussi d’autres confessions ont gardé le jeûne du Govinden. Il est dit être l’une des plus importantes périodes ascétiques du calendrier tamoul. Pendant un mois, les tamouls ont multiplié leurs prières au Dieu Govinden, cela surtout les samedis, car « cette période est propice et favorise l’exaucement des prières » adressées à cette divinité. Le Dieu Govinden est vénéré pour ses nombreux pouvoirs, notamment celui d’aider ses fideles à surmonter leurs difficultés. Ce Dieu, Govinden ou aussi Govindaraajaswamy, est le roi de tous les êtres, soit l’âme universelle. Son nom lui-même signifie littéralement : âme (Go) et Roi (Raaja). Il est celui qui préserve le cosmos. Les trois noms les plus connus du Dieu Govinden sont Sri Vishnu (l’âme de toutes âmes), Sri Vasudeva (celui qui se trouve dans toutes choses) et Sri Narayana (la source de toute chose). Mais pourquoi les samedis ? « Ce jour est gouverné par la planète Saturne. Bon nombre pensent que cette planète est maléfique. Mais au fait, Saturne n’est pas maléfique dans le sens propre du terme. Sous un angle spirituel, c’est tout ce qui est profond, complet et sérieux. Ce mois déclenche des difficultés et de la souffrance – un passage – chez l’individu pour que celui-ci grandisse dans sa spiritualité. Ces difficultés contribuent à l’évolution de l’âme. Donc on prie pour que Mahavishnu (Govinden) nous aide dans ces moments de souffrance » est l’explication de Subban Raju. Voici quelques photos de Subban Raju, pour Kala Bhakti sur le thème de Govinden.


Nativ Lodge N Spa

Les vacances sous une autre perspective

N

Sortie

l’espace vert ne sont pas arrosés afin d’économiser l’eau. Propre au concept de l’écotourisme, les climatiseurs ne sont pas utilisés dans les chambres, mais une bonne température est préservée grâce aux arbres plantés tout autour.

ativ Lodge N Spa se niche magnifiquement bien dans ce petit coin de Mahébourg. Il a trouvé sa place – loin du bruit de la civilisation, en harmonie avec le son de la nature. C’est une escapade qui s’impose, si vous n’y êtes jamais allé.

fait ses études à l’île de la Réunion, où il a vécu pendant longtemps. L’entreprenariat serait sa seconde nature, ayant accumulé plusieurs expériences dans le domaine. Puis, il a aspiré à un moment donné des meilleures conditions de travail et une entreprise plus facile à gérer.

Point Culture Magazine a été cette semaine-ci à la découverte d’une pension de famille (guesthouse) près de la ville, tout en étant loin de la vie trépidante urbaine. C’est avec grand étonnement qu’on découvre Nativ Lodge N Spa et pour case. Le concept a été bien trouvé, pour dire le moins, car en peu d’espace c’est un magnifique havre de paix qui de se dévoile.

Ecolo dans tout « C’est une série d’événements qui nous ont conduit à mettre sur pied cette pension de famille. Le prix du terrain, par exemple, nous a attirés. Puis, à la Réunion, on avait trouvé l’idée d’un Lodge très attrayant. Le concept était de monter un Lodge et de vivre dessus. C’est ainsi qu’au bout de notre recherche, on est arrivés à Mahébourg, qui, je dois dire a une âme», nous dira Nicholas Villeneuve Anodin, le propriétaire.

Pourquoi cet accent sur la partie écologique ? Le propriétaire et gérant explique qu’il a été lui-même entrepreneur pendant plusieurs années et qu’aujourd’hui, plus que jamais il comprend pleinement la portée de la chose. « J’ai compris qu’il ne vaut pas la peine de simplement courir derrière la rentabilité sans regarder à droite ou gauche. Cela finit toujours par nuire à la santé de l’entrepreneur. C’est pour cette raison qu’il faut s’asseoir et réfléchir à ce qu’on fait ».

L’idée initiale du couple Anodin était de trouver un emplacement, non loin des commodités, mais qui ne s’en détache pas quand même. Alors, Nativ Lodge N Spa se trouve à pas plus de 300 mètres de la route principal de Mahébourg, très près du musée. Le dépaysement est complet même si le Lodge a été construit au bord d’une magnifique rivière.

Ils, lui et son épouse, se sont donc assis et ont fait des recherches sur l’aspect écologique de leur projet. D’ailleurs, Nicholas Villeneuve Anodin nous dira n’avoir jamais été lui-même pour le développement à outrance. Puis, finalement étant Mauricien dans l’âme, il a une grande affinité avec la nature, tout comme tous ses autres compatriotes.

C’est sur le tourisme écologique que les propriétaires de Nativ Lodge N Spa mise. Les arbres ainsi que

Selon les explications de Nicholas Villeneuve Anodin, la tendance actuelle veut que les touristes cherch-

Petit coin idyllique La surprise est encore plus grande quand au moment de la visite, on nous dit que Nativ Lodge N Spa abrite pas moins de huit loges, dont quatre avec piscines et quatre autres sans. Il faut dire qu’ils ont assez d’atouts pour conquérir : les loges ont été construites de manière à économiser sur l’espace. Et pourtant chacun d’entre eux crée un petit coin idyllique à son occupant. Le responsable de Nativ Lodge and Spa est Nicholas Villeneuve Anodin. Lui, c’est un Mauricien qui a

18


Sortie

ent surtout à vivre des expériences, être en contact avec les locaux. Pour ce faire, ils ont à Nativ Lodge N Spa créé le lien en proposant des ateliers de cuisine pour montrer aux touristes comment faire un farata et d’autres currys typiquement mauriciens. Ils mettent la barre plus haute, en emmenant leurs invités au marché pour les introduire pour ainsi dire aux légumes du pays. Les propriétaires ont aussi proposé gratuitement un stand pour les artisans locaux afin de favoriser plus de rencontres entre les visiteurs et les Mauriciens. Ces derniers fabriquent devant les clients même leurs produits tout en exposant d’autres atouts de leurs collections. Nicholas Villeneuve Anodin ne cache pas sa fierté d’avoir trouvé des employés, qui vont parfaitement avec l’image de Nativ Lodge N Spa : « Ils contribuent à l’accueil authentique que nous voulons faire goûter aux clients. Ils ont ce respect que nous apprécions beaucoup». Par ailleurs, à Nativ Lodge N Spa, on garde une place spéciale à la culture. Ils avaient, pas très longtemps de cela, accueilli Zulu pour un concert dans l’enceinte de la cour. Pour dire le moins, ce fut une reussite. Du coup, les propriétaires travaillent, comme par devoir, à l’organisation d’an moins une soirée culturelle par mois. Tant de points forts à découvrir, me direz-vous !

Vert même en cuisine

C

e principe écologique, les propriétaires l’appliquent même dans leur façon de cuisiner. A Nativ Lodge N Spa, on utilise principalement des produits de saison. Ils ont aussi un jardin bio, fait hors-terre à base de compost. Les produits utilisés en cuisine sont frais, à l’instar des papayes et les bananes. Bon nombre de plats sont faits à base de ces aliments, à savoir le curry d’ourite à la papaye verte, gratin de papaye verte ou encore le traditionnel « sept currys mauriciens ». A l’heure du repas, ils font une table

d’hôte – choix entre deux préparatifs pour le plat principal, parmi d’autres accompagnements. Les touristes aiment bien l’idée. Une autre façon de plaire à sa clientèle : l’établissement propose des massages de relaxation afin de permettre aux personnes de profiter pleinement de leur séjour. Alors déjà, ils proposent 1h 10 min de massage. Mais d’autres projets ne tarderont pas à s’ajouter à cela, notamment l’aménagement d’un spa et la mise sur pied d’autres activités de relaxation et de bien-être.

19


Point Culture Magazine Edition 2  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you