Page 4

Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada (2004)

Les années 1960 se caractériseront par le développement de nombreuses nouvelles lois réglementant la radiodiffusion canadienne. En effet, à la fin de cette décennie, la Loi sur la radiodiffusion jettera des assises beaucoup plus fermes sur l’industrie. Depuis 1936, Radio-Canada a le double mandat de diffuseur national et de régulateur. En 1958, on scinde ses fonctions et la société publique se concentre désormais sur ses activités d’exploitation. C’est le Bureau des Gouverneurs de la radiodiffusion qui prend la relève en tant que régulateur, sans encore avoir le même pouvoir que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC)1 d’aujourd’hui. Le rôle de cet organisme est de favoriser l’émergence d’une culture propre, de renforcer les restrictions à la propriété étrangère, de valoriser la création de programmation canadienne et de réitérer la vision culturelle, sociale et économique de la radio et de la télévision. Finalement, en 1968, est créé le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), nouvel organisme de réglementation qui ajoutera les télécommunications à ses responsabilités en 1976. À partir de 1953, date à laquelle des circuits sont mis en place afin de relier Montréal, Ottawa et Toronto, Radio-Canada travaille activement au déploiement du réseau hertzien qui s’étendra bientôt jusqu’à Terre-Neuve, permettant par le fait même la création du Service du Nord, brisant l’isolement des populations du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et de la partie septentrionale des provinces canadiennes, à l’exception des Maritimes. En fait, la société publique continuera, avec ardeur et constance, de construire et de peaufiner ce réseau national et international, se servant de toutes les technologies à sa disposition ou s’appuyant sur certaines politiques2 pour relier à son antenne les coins les plus reculés du pays et permettre à ses auditeurs canadiens un regard sur l’international. Les années 1970 laissent également leur marque dans l’histoire de la radio de Radio-Canada. Ainsi, en 1974, alors que la société adopte un nouvel emblème, c’est l’entrée en service du réseau FM stéréo français pour les régions de Montréal, Québec, Chicoutimi, Ottawa. C’est en effet à cette époque, après la production d’une étude poussée de sa radiodiffusion, que Radio-Canada décide d’implanter, dans les deux langues officielles, des services complémentaires : la chaîne en modulation d’amplitude (AM), Radio I, serait orientée sur les nouvelles, l’information, le divertissement léger et les programmes communautaires; la chaîne en modulation de fréquence (FM), Radio II3, offrirait un menu plus étoffé et plus spécialisé, notamment dans les domaines de la musique, du théâtre et des arts, ainsi que des documentaires. Durant ces mêmes années, alors que déjà en 1969 Radio-Canada avait mis fin à la publicité sur le tabac, la radio procède à la suppression progressive de toute autre publicité4, une façon d'endosser ses responsabilités sociales. Cette décision a, de plus, favorisé la complémentarité entre radio 1

Pour plus de détails sur l’évolution et le rôle du CRTC, voir : Note sur l’industrie de la radiodiffusion au Canada, produite par Claudine Auger et le professeur Laurent Lapierre, Centre de cas, 57 pages, no 7 40 2002 001.

2

En 1974, le gouvernement annonce le Plan accéléré de rayonnement de Radio-Canada pour mettre les services de radio et de télévision à la portée des localités mal desservies.

3

Changement de nom pour Radio I et Radio II : Durant le célèbre épisode du verglas en 1998, Radio I a diffusé des émissions spéciales pendant plusieurs semaines. Lorsque la vie quotidienne est relativement revenue à la normale, en février, la Première Chaîne s’est installée au 95,1 FM, fonctionnant en parallèle avec Radio I au 690 AM, pour une période de transition. L’automne suivant, pour la nouvelle saison, Radio I a définitivement disparu, laissant toute la place à la Première Chaîne. C’est durant cette même année que Radio II a pris le nom de Chaîne culturelle.

4

En 1975, Radio-Canada supprimera les publicités de ses émissions de télévision destinées aux enfants de 12 ans ou moins.

Copyright © HEC Montréal

4

Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada  
Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada  

La radio de Radio-Canada : petite histoire

Advertisement