Page 27

Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada (2004)

talents, de ses faiblesses aussi, et forte de ses succès, elle sait qu’elle ne pourrait ni modifier sa personnalité ou sa manière de parler aux gens et encore moins changer sa passion pour la radio… Pour assurer une gestion saine, forte, efficace, la dame de fer sait s’entourer d’un personnel qui se complète et qui forme une équipe dynamique, créatrice. Le point de départ, rappelle-t-elle, c’est le casting : mettre les bonnes personnes au bon endroit. Ensuite, elle peut faire confiance, déléguer et administrer dans le plaisir. Andrée Girard, directrice de la Chaîne culturelle Formée en littérature, Andrée Girard a, durant son parcours qui l’a menée à la direction de la Chaîne culturelle, butiné ici et là, prenant diverses expériences dans le milieu culturel. Elle a été coordonnatrice, journaliste et agent de projets au ministère de la Main-d’œuvre et Immigration avant de se fixer, pendant une dizaine d’années, à Radio-Canada – Rimouski où elle a œuvré en tant que recherchiste-interviewer, chroniqueuse et animatrice à la radio et à la télévision. Puis, guidée par son amour de la musique, elle a fondé – avec des gens du milieu, le Conseil québécois de la musique qu’elle a dirigé pendant près d’une décennie, donnant une voix au milieu professionnel de la musique. Depuis 1998 à la direction de la Chaîne culturelle, Andrée Girard a porté un défi de taille : permettre à la deuxième chaîne francophone de Radio-Canada de s’épanouir, de se réinventer et de trouver sa véritable voix. Alors que la Première Chaîne vit des heures de gloire, la directrice de la Chaîne culturelle a dû maintenir le cap de sa radio, priorisant la réflexion des derniers mois, long et intensif processus qui mènera aux métamorphoses depuis peu dévoilées. Attirée peut-être vers de nouveaux projets, Andrée Girard cèdera bientôt sa place à Christiane Leblanc à la direction de la chaîne en devenir. Christiane Leblanc, directrice de la production musicale Élevée dans un univers de musique alors que sa mère, une voix magnifique, remplissait le salon des airs de la Traviata, Christiane Leblanc a été happée par la passion de la radio dès le premier instant où elle est entrée dans un studio. Depuis ses débuts et jusqu’à ce qu’elle accepte le défi des Nouveaux Médias, elle a collaboré à la Chaîne culturelle, principalement en tant que réalisatrice et coordonnatrice de la production musicale. Depuis novembre 2001, elle est directrice de la production musicale de la radio française. Cette musicienne qui avait toujours vécu pour le développement concret de ses idées s’est vu imposer un deuil lors de son saut en gestion : celui de laisser aller ses idées ou de voir celles des autres se réaliser. Par ailleurs, elle s’y sentait prête : C’est vrai que j’aime inventer, créer, réaliser des idées. Mais j’ai toujours été reconnue, je crois, comme une organisatrice. Je gère bien les idées des autres. J’ai toujours, dans mon équipe, quelques personnes très créatives, si absorbées par leur créativité que si elles n’étaient pas guidées, d’une certaine manière, on serait toujours en déficit! J’adore travailler avec ces gens-là. Je leur laisse une grande liberté et, dans un climat de crédibilité et de respect, je suis là pour leur dire, à un moment, que leur idée est géniale mais qu’en la réorganisant ou en la modifiant de telle façon, ce serait plus rentable, plus proche de nos moyens. J’aime beaucoup trouver le moyen de faire les choses différemment, trouver un autre chemin, essayer du nouveau.

Copyright © HEC Montréal

27

Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada  

La radio de Radio-Canada : petite histoire

Advertisement