Page 13

Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada (2004)

De nouveau pour illustrer la subtilité du casting, Louise Carrière raconte l’intuition qui l’a guidée dans le choix de l’animatrice de l’émission pour jeunes en soirée, « 275 Allo », Valérie Letarte : Valérie était ma chroniqueuse culturelle du matin, j’étais allée la repêcher alors qu’elle travaillait pour le privé. Un jour, elle vient me voir, m’expliquant qu’avec son jeune bébé, l’horaire du matin lui était difficile. Elle ne désirait travailler que quatre jours. Pour une émission quotidienne… je ne pouvais faire ça, l’équipe de base collabore étroitement, c’est une dynamique essentielle. Je lui ai demandé réflexion et, comme une illumination, lorsqu’elle est sortie de mon bureau, j’ai su que j’avais là la fille pour animer « 275 Allo ». Valérie, jeune mère de famille, est travaillante et passionnée de la radio, et elle sait communiquer ce plaisir. Je l’ai rappelée en lui demandant qu’elle me fasse un démo. Elle était interloquée! Mais lorsque j’ai mis le démo dans mon lecteur, dès les premières minutes, j’ai su que je ne m’étais pas trompée : elle sait parler aux enfants, elle sait rendre du contenu intelligent. Et l’émission marche à merveille.

Un autre des facteurs clés du succès de la Première Chaîne réside dans la manière dont les secteurs ont été décloisonnés afin de maximiser le travail des journalistes, une véritable révolution dans la gestion d’antenne à la radio de Radio-Canada. Depuis trois ans environ, la haute direction a mis beaucoup d’énergie dans cette visée, créant à la longue un véritable esprit d’équipe. Auparavant, le travail des journalistes s’entrecroisait et se dédoublait régulièrement : un journaliste aux nouvelles et un autre aux affaires publiques pouvaient facilement se concentrer sur le même événement sans échange ou collaboration. Aujourd’hui, c’est bien différent, indique Alain Saulnier : Quand j’envoie un journaliste à l’étranger, il faut qu’il participe à tout. Par exemple, lors de la conférence mondiale sur le SIDA, j’envoie mon meilleur journaliste sur la question, Yannick Villedieu, qui couvre les questions de santé et particulièrement le dossier du SIDA depuis les débuts. Il prépare une émission sur le sujet pour Les Années Lumières du dimanche après-midi, mais durant toute la semaine de son séjour, c’est lui qui intervient tous les matins aux nouvelles et qui s’occupe du suivi des actualités pendant la journée. La productivité a été augmentée de façon phénoménale de cette manière, en plus d’influer positivement sur la qualité de ce qu’on présente.

Ainsi, actuellement, lorsqu’un journaliste couvre un événement, il se retrouve plus longtemps sur le terrain mais apporte sa contribution à tous les secteurs, participe à toutes les émissions pertinentes : les journalistes ne sont plus dédiés à une seule émission, ils forment une équipe, ils font partie d’un service. Ils travaillent pour la radio française. Plus encore, tous les autres artisans de la radio ont adopté cet esprit de collaboration, sortant littéralement de « leur silo », selon l’expression de Bertrand Émond. Avant, chacun travaillait à son émission : Marie-France Bazzo s’occupait de son émission, René Homier-Roy de son show du matin et Monique Giroux, du sien l’après-midi, et ainsi de suite. On leur a dit : « Eh, c’est une antenne ici, vous formez une gang et quand les auditeurs vous écoutent, ils doivent entendre la voix de cette équipe-là. » Et comme ce sont des gens qui ont de très fortes personnalités, il a fallu leur faire comprendre qu’ils n’avaient pas besoin d’être les copains les plus intimes du monde pour favoriser ce professionnalisme, pour échanger entre eux et collaborer au travail, aux émissions des autres.

Pour renforcer cette nouvelle dynamique, on a simplifié les autos-publicités, les réduisant au minimum et, créant une continuité d’antenne, c’est à l’intérieur des émissions qu’on a décidé de vendre le produit suivant. Par exemple, René Homier-Roy, à son émission, reçoit quelques

Copyright © HEC Montréal

13

Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada  

La radio de Radio-Canada : petite histoire

Advertisement