Page 11

Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada (2004)

Cette stratégie revue de la radio de Radio-Canada, ligne de conduite très claire qui guide programmation et animation, s’appuie sur trois grands objectifs, des objectifs qui doivent se combiner étroitement aux valeurs de la radio de Radio-Canada : •

Ouverture sur le monde : Selon les sondages de Radio-Canada, les citoyens canadiens se définissent comme des citoyens de monde, ce qui signifie comprendre et influencer le monde. La radio de Radio-Canada a donc entrepris d’élargir ses réseaux de correspondants, tissant de nouveaux liens internationaux, s’imposant comme membre actif dans certains organismes internationaux, favorisant les échanges.

Action régionale : Cette ouverture sur le monde ne doit pas compromettre le réseau si longuement construit. Ainsi l’équipe de la radio de Radio-Canada voit à ne pas négliger son occupation régionale à son antenne, assurant sa présence sur le territoire afin que tous les Canadiens se reconnaissent là où ils sont. Cet aspect continue d’être appuyé par le développement du réseau, par l’ouverture de nouvelles stations et l’implantation de nouveaux signaux.

Développement du talent : À la radio de Radio-Canada, le talent canadien continue fidèlement d’être soutenu dans une approche unique et propre à la culture d’entreprise, permettant aux jeunes artistes de se développer au niveau régional afin de pouvoir exporter leur talent à l’étranger. De grandes séries témoignent de ces efforts : les séries Félix Leclerc ou Diane Dufresne, talents confirmés diffusés en Europe, ou des séries faisant la promotion de jeunes talents comme celle sur Daniel Boucher, entre autres, artiste à qui la société publique a donné les moyens de participer à plusieurs festivals européens.

Une stratégie, construite sur une culture d’entreprise forte associée avec cohérence à des objectifs explicites, qui porte incontestablement un franc succès puisque la radio publique n’a jamais été aussi écoutée. En effet, aujourd’hui, la radio publique canadienne d’expression française comprend deux réseaux, la Première Chaîne et la Chaîne culturelle, où quelque 900 employés produisent chaque semaine, à la tête des réseaux à Montréal et dans une vingtaine de centres de production au Canada, près de 1 000 heures d’émissions, touchant près d’un million d’auditeurs.

Le succès de la Première Chaîne Aujourd’hui, la Première Chaîne de Radio-Canada semble avoir atteint l’écoute optimale du service public. Les 18 % de part de marché dépassent largement les prédictions les plus optimistes de la haute direction. Le regard pétillant, Sylvain Lafrance ne cache pas son enthousiasme : Il faut le dire, nous vivons une belle période. Ça fonctionne vraiment bien, notre affaire! Notre radio est de plus en plus distinctive et de plus en plus écoutée. Pourquoi on en est là, qu’est-ce qui explique ce succès? Probablement un cumul de plusieurs facteurs et de plusieurs décisions. C’est difficile à identifier, seul le recul, éventuellement, permettra d’analyser et de comprendre notre ascension. Une chose est certaine cependant : nous vivons actuellement un moment de grâce…

Néanmoins, sans tout expliquer, certains aspects ressortent nettement. Notamment, la performance des animateurs dont certains sont de véritables piliers. Sylvain Lafrance enchaîne de nouveau :

Copyright © HEC Montréal

11

Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada  
Sylvain Lafrance et la radio de Radio-Canada  

La radio de Radio-Canada : petite histoire

Advertisement