Page 1

L’info pacifiste : www.mvtpaix.org La paix en mouvement

3,20 euros

/ N° 561 / Avril 2011


DR

Essais nucléaires au Sahara

ARRÊT SUR IMAGES...

Le premier essai atomique français dans le Sahara, avec l'opération “ Gerboise Bleue ” du 13 février 1960, s'est déroulé il y a 51 ans. (cf. Planète Paix n° 559).

DR

DR

Ces photos ont été prises par des vétérans qui ont assisté à des scènes hallucinantes, y compris le changement de couleur d’une montagne à In Ekker.

2

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

à droite, la photo d'Esther Peter Davis, épouse de Garry Davis, partie depuis Accra (Ghana) pour rejoindre des compagnons et se rendre ensemble sur le site dans le sud algérien. Esther est la seule femme et la seule française à avoir manifesté à Reggane contre ces essais.

DR

DR

Ci-dessus , à gauche, et en bas à gauche, l'essai Berryl, essai raté sous la montagne qui va blanchir. Le nuage radioactif va beaucoup affoler, surtout les bidasses qui attendent les ordres. Le nombre d’Algériens contaminés est toujours inconnu.


Sommaire l’Édito

Planète Paix n°561 - Avril 2011

4

Le nucléaire : au-delà des tabous

Dialogues

Le courrier des lecteurs

6

actualitÉ

Libye

Intervention, les risques d'un « Kosovo bis », D. Johnstone Les bons et les méchants, B. Capron

8

p.6

I

l y a 25 ans, la centrale nucléaire de Tchernobyl connaissait un accident très grave. Des milliers de victimes. Des zones géographiques anéanties. Le 13 mars dernier, ce sont les réacteurs de la centrale de Fukushima au Japon qui connaissaient de graves avaries. Bien que très différents ces deux accidents reposent dans l’opinion la question de l’opportunité du nucléaire civil. Ce débat intéresse - t - il les pacifistes, souvent sommés de prendre position contre le nucléaire civil ? Si oui, en quels termes ?

p.7

événements

Le 12 avril 2011

Journée d'action contre les dépenses militaires, C. Ruelland

p.8

Recherche militaire

Science sans conscience et avec dollar, J-M Lavieille

p.9

Un rendez-vous en mai

Se mouiller pour Gaza, N. Bouexel Le Tour de France des préparatifs

13

25 

Pierre Villard, directeur de publication

‘‘ 

On peut

p.14

abolir l’arme nucléaire en

p.15

anniversaire de Tchernobyl

Des chiffres et des mensonges, P. Bach Réactions en chaîne

18

p.11

dossier

Convertir des armes en kilowatts, A. Newman L'état et son devoir d'informer et de protéger, F. Gemenne ème

p.10

p.16

p.17

mondialiser la paix

gardant toutes les centrales. On peut sortir du nucléaire civil en gardant

Migrations

toutes les armes

21

atomiques...

Les morts aux frontières de l'Europe Culture

éducation à la paix

Le festival « Planète mômes »

p.21

Théâtre

« à portée de crachat », C. Braeckman

23

Hommage

Francette Seligmann n'est plus

Mensuel édité par le mouvement de la paix 9, rue Dulcie September, 93400 Saint-Ouen Tél.  01 40 12 09 12 Fax : 01 40 11 57 87 planete.paix@mvtpaix.org

p.22

 ’’

ire Question-2n0a p.19

?

Directeur de publication : Pierre Villard. Rédacteur en chef : Ben Cramer. Conception maquette : Chérif Beldjoudi. Graphiste - maquettiste : Hugues Le Roy. Comité de rédaction : évelyne Aymard, Arielle Denis, Jacques Le Dauphin, Pierre Villard. Photos et illustrations : Tous droits réservés. Illustration de Une : Hugues Le Roy, d'après photos DR. Ont participé à ce numéro : Philippe Bach, Nicole Bouexel, Colette Braeckman, Bernard Capron, François Gemenne, Diana Johnstone, Jean-Marc Lavieille, Catherine Margate, Andrew Newman, Claude Ruelland, Michel Thouzeau, Pierre Villard. Gestion des abonnements : Nassera Macrez, tél.  01 40 12 09 12. ISSN 1773-9241. Numéro de commission paritaire : 0312G85601.

Le nucléaire est ce que l’on appelle une technologie duale, c’est-à-dire une technologie à utilisation civile et militaire. Est - ce à dire que l’avenir de l’une dépend de l’avenir de l’autre ? Force est de constater que dans sa grande majorité l’opinion publique se sent prise en étau entre les pro et les anti, sans trop disposer des moyens démocratiques de se forger une opinion indépendante. Oui, un vrai débat public est nécessaire, donnant à chaque citoyen les moyens de se faire son idée et de choisir. Une autre évidence pour les pacifistes, est que la société doit maitriser la technologie nucléaire. La privatisation, ou la non - maîtrise publique de l’industrie du nucléaire ne va pas dans le bon sens. Oui, il est inconcevable de léguer à des intérêts privés une technologie qui demande autant de contrôles et d’exigences de sécurité. Contrairement à ce que des opposants au nucléaire affirment dans de nombreux débats pour l’abolition de l’arme nucléaire, nucléaire civil et militaire ne sont pas aussi poreux qu’on veut le faire croire. Non, une bombe atomique ne se cache pas sous chaque centrale. Non, ce n’est pas le nucléaire civil qui développe le nucléaire militaire. Laisser croire à ce lien obligatoire, revient à ôter la responsabilité qui sous-tend chaque acte politique. On peut abolir l’arme nucléaire en gardant toutes les centrales. On peut sortir du nucléaire civil en gardant toutes les armes atomiques. Le nucléaire pose beaucoup de questions qui intéressent les pacifistes. Est - il compatible avec la Culture de Paix ? Quelles énergies pour quel développement ? A - t - on le droit de léguer aux générations futures la gestion de nos atermoiements ? Autant de sujets qui méritent de faire l’appel à l’intelligence collective. Aucun tabou ne doit empêcher les pacifistes de prendre à bras le corps un débat qui ne peut se réduire à pour ou contre le nucléaire civil.

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

3


Dialogues

éducation à la paix L'idée est ambitieuse, mais encore faut - il savoir ce qu'on y met. Car s'il ne devrait pas y avoir de malentendu sur ce qu'est la paix, il peut par contre y en avoir de sérieux sur ce qu'on entend par éducation. Dans les années 70 les soviétiques avaient mis à l'ordre du jour l'éducation juridique des citoyens. Mais quand on leur demandait ce que cela impliquait, les uns répondaient « leur apprendre leurs droits », et les autres « leur apprendre leurs devoirs ». Il en est de même ici. On va apprendre aux enfants à être « bien élevés », à vivre en paix. Bien. Mais est - ce que cela empêchera la guerre ? L'éducation à la paix, ce doit être non pas d'apprendre à ne pas faire la guerre (sauf à être seulement objecteur de conscience), mais d'apprendre à empêcher les guerres. C'est donc d'abord apprendre aux citoyens leur pouvoir, leur apprendre comment l'exercer et sur quoi le faire porter, en se servant de quels instruments de référence. C'est vrai déjà pour les enfants, à qui il faut donner l'éducation de futurs citoyens, mais cela signifie aussi que quand on parle d'éducation c'est aussi l'éducation des adultes, en leur donnant une autre nourriture informative que celle dont les intoxiquent les médias. C'est en cela que l'éducation à la paix ne comporte pas seulement une nourriture moraliste et sentimentale et appelle au premier plan l'information et la formation à partir des grands textes internationaux (essentiellement la Charte et les grands textes sur les Droits de l'Homme et les droits des peuples) qui en fournissent la référence de légitimité. Roland Weyl, Paris

4

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

 Oui à l'aide aux rebelles du monde, non aux frappes militaires même « ciblées » ! La situation en Libye n'est pas claire : tout comme à Cuba, Kadhafi a chassé un monarque il y a 40 ans. C'est la grosse différence avec Ben Ali et Moubarak (le héros en égypte s'appelait Nasser), et je suis assez circonspect sur ces « révolutions » arabes, qui sont plutôt de mon point de vue un changement de gouvernance avec utilisation du peuple comme alibi, (le peuple se fait arnaquer mais il a l'habitude). Je n'ai (hélas) jamais vu de vraies révolutions sans des centaines de milliers de morts, sauf au Portugal mais c'était complètement différent ; quels sont ces « rebelles » qu'on est censé aider et qui ont des « armes lourdes » ?? Qu'est - ce qui fait que le Kadhafi qu'on accueillait en grandes pompes à l'élysée il y a 2 ans a désormais officiellement le statut de dictateur ? Les intérêts économiques ont - ils changé de camp ? S’agît - il de la peur de se planter de la part d'un gouvernement qui ne fait que se planter comme avec la crise de 2008, la Tunisie, le Japon ou bien réalisme humaniste ? Il y aurait quand même un parallèle à faire entre le Villepin de jadis qui est allé à l'ONU pour parler de paix, et le ministre Juppé qui y va aujourd'hui pour parler de guerre... La résolution de l'ONU ouvre de facto la possibilité de frappes aériennes, puis, en cas de réplique (évidente connaissant Kadhafi), une escalade dont on ne sait jamais où elle s'arrêtera mais dont on connaît les répercussions classiques : davantage

Opinions, Suggestions, Observations ! Envoyez-nous vos messages pour qu’ils soient diffusés dans le journal et sur le site Internet du Mouvement www.mvtpaix.org. écrire à : Mouvement de la Paix 9 rue, Dulcie September, 93400 Saint-Ouen. Courriel : planete.paix@mvtpaix.org Les réflexions suivantes sont destinées au débat et n’engagent donc que leurs auteurs.

de morts, de famines, mise en place finalement d'un gouvernement pro occidental...et j'occulte là l'aggravation du terrorisme, l'aggravtion mondiale si un pays puissant venait à soutenir Kadhafi... les Russes et la Chine ayant été invités dernièrement à discuter avec Kadhafi de l'exploitation du pétrole laissé à l'abandon par Total. La seule garantie d'une certaine Justice mondiale consiste à toujours lutter contre l'ingérence militaire, quel que soit le conflit. Il faut rappeler aussi que l'ingérence ne s'appliquait pas au Rwanda (500.000 morts) ni à Haïti (300.000 morts pour un séisme comparable à celui du Japon). Bien sûr, on pourrait se dire que le Monde en a retenu les enseignements, a appris la leçon, mais même après Haïti qui n’est pas si loin (à nos yeux), on continue en Afrique d'avoir des dictatures terrifiantes... des dictatures avec lesquelles travaillent les états et les multinationales qui pillent les ressources. Et Bahrein ?

Rectificatif n° 560 Fusillés pour l'exemple Fin février, cinq organisations nationales françaises : la Libre Pensée, l'ARAC, la Ligue des Droits de l'Homme, l'Union Pacifiste de France, le Mouvement de la Paix ont été reçus au Ministère de la Défense par M. Thierry-Marc Pineaud, conseiller attaché au cabinet du Ministre d'état, pour évoquer les « Fusillés pour l'exemple durant la guerre de 14/18 ». Un incident indépendant de notre volonté a fait que la présence de « la Libre Pensée » n'a pas été incluse. Nous présentons nos excuses à cette organisation et saluons M. Marc Blondel, son président qui dirigeait cette délégation.

Christophe El Robrini, Avignon

CHIFFRE DU MOIS Selon l’Organisation pour l’Interdiction des armes chimiques (OIAC) basée à La Haye *, la Libye disposerait encore de 11 tonnes (soit 11.000 kilos) de gaz moutarde, qu’on appelle aussi ypérite. Synthétisée dès 1822, l’ypérite a été utilisée pour la première fois comme gaz toxique de guerre en juillet 1917 à Ypres, en Belgique. D’où son nom. La Libye aurait détruit les systèmes d’armes permettant d’utiliser ce produit de la guerre chimique, une guerre qui aurait encore des beaux jours devant elle. Depuis que la Libye a signé la Convention il y a 7 ans, (en 2004), elle aurait détruit 55 % de son stock. Cette opération s’est déroulée à partir du moment où les dirigeants libyens ont fait savoir qu’ils ont renoncé à ses armes de destruction massive (ADM). à cette époque, elle aurait aussi éliminé 3.500 munitions chimiques capables d’être utilisées comme vecteurs, pour répandre ce type d’arme. Les opérations de destruction du gaz moutarde seraient menées sur le centre de Rabta, à une centaine de kilomètres au sud de Tripoli et sur le site de Ruwagha à Alm-Joufra, au sud de Syrte. Il n’est plus question du site de Tarhuna qui était suspecté dans les années 90 d’être la plus grande usine souterraine d’armes chimiques, selon la CIA qui disposait aussi d’informations irréprochables concernant l’armement chimique libyen. * Den Haag en néerlandais, à ne pas confondre avec La Hague, dans la Manche.


à voir sur le grand écran Route Irish de Ken Loach Route Irish, le dernier film de Ken Loach, est une dénonciation de la guerre en Irak vue du côté des milices privées, mais aussi une dénonciation des guerres et des hypocrisies idéologiques. Un film corrosif qui interpelle le spectateur et le met devant ses responsabilités. Le « héros » est un fils d'ouvrier de Liverpool qui a choisi l'armée et persuade Frankie son ami d'enfance d'intégrer son équipe d'agents de sécurité privée pour rémunération conséquente – rien à voir avec celle d’un engagé volontaire dans l’armée - qui a de quoi faire rêver tous ceux qui galèrent pour vivre. Le film est un polar rondement mené dont la trame policière permet de remonter le fil des responsabilités autour de la guerre en Irak. Mais Ken Loach fait aussi le lien entre les privatisations de l'armée et des services publics qui se nourrissent mutuellement et reflètent l'abandon des responsabilités des dirigeants au profit d'intérêts privés fabuleux. Dès la sortie du film, le 18 mars à Achères, le comité local du Mouvement de la Paix a organisé un débat avec une soixantaine de spectateurs. Les réactions et les remarques ont été d'autant plus nombreuses que l'actualité du mois de mars, sur fond de guerres d'Irak et d'Afghanistan, et après la Tunisie, l'égypte, la Libye et autres, a révolutionné les esprits. Une soirée citoyenne réussie, grâce à un très beau film vrai, poignant et courageux. Michel Thouzeau Bande annonce : http://diaphana.fr/film/route-irish

à voir sur le petit écran

DR

« Shoah » accessible aux Iraniens. Au mois de mars, le film de 9 heures de Claude Lanzmann « Shoah » a été diffusé par satellite, des états-Unis vers l'Iran sur la chaîne généraliste iranienne Pars TV, en épisodes quotidiens d'une heure. Il s'agît là d'un événement sans précédent dans un pays musulman. On le doit au projet Aladin qui oeuvre depuis 2009 au rapprochement interculturel entre Juifs et Musulmans. Le président Ahmadinejad a dit qu'il fallait décortiquer « Shoah » pour mieux le démonter, rapporte Claude Lanzmann dans le quotidien (gratuit) 20 Minutes. Mais « Shoah » ne s'inscrit pas dans le domaine de la preuve : « Je ne l'ai pas fait contre les négationnistes, mais pour comprendre une vérité historique. C'est une oeuvre d'art, dans le sens où l'art est seul capable de rapprocher les hommes ».

Sur le site du Projet Aladin : http://www.projetaladin.org/shoah-de-lanzmann-en-persan.html Sur le site de l'Institut national de recherche pédagogique : http://ecehg.inrp.fr/ECEHG/enjeux-de-memoire/Shoah-et-deportation/ reflexions-generales/shoah-cinema-images/le-cinema-de-claude-lanzmann/ Le site de Pars TV : http://www.voinews.net/Program/

Agenda Mardi 12 avril : Journée mondiale d’action contre les dépenses militaires. Sortie de l’annuaire du SIPRI. Des actions sont organisées partout en France par les Comités locaux du Mouvement de la Paix. http://demilitarize.org/journee-mondiale-daction-sur-les-depenses-militairesle-12-avril-2011/ Mercredi 13 avril à Brest (29) : l'Université européenne de la paix fête ses 20 ans.

Colloque de 14 h à 20 h, en hommage à Jean-Paul Hébert. Université européenne de la paix - Faculté Victor Ségalen - 1, rue de l'Harteloire, 29200 Brest - 02 98 80 49 09. Mercredi 20 avril à Mûrsérigné (49) aura lieu à 20 h 00 Salle Jean Carmet, un concert en soutien à l'initiative « Un bateau pour Gaza », coorganisé par le comité d'Angers du Mouvement de la Paix (49), qui

participe aux actions inter-associatives en ce début 2011, pour la promotion de la Justice, la Solidarité, et la Paix. Vendredi 22 avril à SaintThégonnec (29) : Les Bretons se mobilisent pour la Palestine - Salle des Fêtes. Contact : yvon.dissez@free.fr Mardi 10 mai à Saint-Nazaire (44) – 20 heures – Pièce de théâtre « A m’aime la Terre »,

création d’Alexis Chevalier – à l'Agora, salle René Guy Cadou. Mardi 17 mai à l'UNESCO (75) – 14 h 30, salle 103 – Groupe de travail « Culture de la paix ». Réflexion sur le droit international et la culture de la paix en présence de Roland Weyl, vice-président de l’Association Internationale des Juristes Démocrates. UNESC0 - 1, rue Miollis, 75015 Paris. N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

5


actualité

Intervention en Libye, les risques d'un « Kosovo bis » Avec la guerre menée par une coalition sur le territoire libyen et dans son espace aérien, Planète Paix veut joindre au débat la voix de Diana Johnstone. Journaliste de revues engagées comme In These Times et The Nation, cette citoyenne américaine (qui maîtrise l'allemand et le serbo-croate) a couvert les événements en Yougoslavie. D'où l'ouvrage de référence « La croisade des fous », paru aux éditions Temps des Cerises en mai 2005. 6

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

M

oins de 12 ans après que l'OTAN ait mis la Yougoslavie en pièces sous les bombes, et détaché la province du Kosovo de la Serbie, il y a des signes que l'alliance militaire se prépare pour une autre petite « guerre humanitaire » victorieuse, cette fois contre la Libye. Les différences sont, bien entendu, énormes. Mais penchons - nous sur quelques-unes des similitudes troublantes.

crimes de Kadhafi, celui qui est sans doute le plus grave et le moins connu est sa complicité avec la politique migratoire de l'Union Européenne... »

Un chef de file diabolisé.

Le refus de négociations.

Les médias avaient eu moins d'une décennie pour transformer Milosevic en un monstre, alors qu'avec Kadhafi, ils ont disposé de plusieurs décennies. Comme avec le Kosovo, la crise en Libye est perçue par les faucons comme une opportunité pour affirmer la puissance.

En Libye, la situation pourrait être encore pire.

Le spectre des « crimes contre l'humanité » et du « génocide » est évoqué pour justifier la guerre. Comme avec le Kosovo, un conflit interne entre un gouvernement et des rebelles armés est présenté comme une « crise humanitaire » dans lequel un seul côté, le gouvernement, est supposé être « criminel ».

Les idiots de gauche Il y a douze ans, la plus grande partie de la gauche européenne a soutenu « la guerre du Kosovo » qui a mis l'OTAN sur le chemin sans fin qu'elle poursuit aujourd'hui en Afghanistan. N'ayant rien appris, beaucoup semblent prêts à une répétition. Une coalition de partis qui se fait appeler la Gauche Européenne a publié une déclaration « condamnant fermement la répression perpétrée par le régime criminel du colonel Kadhafi » et exhortant l'Union européenne à « condamner l'usage de la force et à agir rapidement pour protéger les personnes qui manifestent pacifiquement et luttent pour leur liberté ». Dans la mesure où l'opposition à Kadhafi n'est pas exactement en train de « manifester pacifiquement », mais a en partie pris les armes, cela revient à condamner l'usage de la force par certains et pas par d'autres – mais il est peu probable que les politiciens qui ont rédigé cette déclaration réalisent même ce qu'ils disent. La vision bornée de la gauche est illustrée par la déclaration d'un document trotskyste selon laquelle : « De tous les

Oussama Ben Laden. Une autre ressemblance entre l'ex - Yougoslavie et la Libye, c'est que les États-Unis (et ses alliés de l'OTAN) se retrouvent une fois de plus du même côté que leur vieil ami du temps des moudjahidin afghans, Oussama Ben Laden.

En 1999, les États-Unis étaient désireux d'utiliser la crise du Kosovo pour donner au concept « hors zone » de l'OTAN son baptême du feu.

Mon impression, en partie en raison de la visite que j'ai faite à Tripoli il y a quatre ans, c'est que la rébellion actuelle est un ensemble beaucoup plus varié, avec de graves contradictions internes potentielles. Contrairement à l'égypte, la Libye n'est pas un État fort peuplé, qui a des milliers d'années d'histoire, un fort sentiment d'identité nationale et une longue culture politique. Il y a un demi-siècle, c'était l'un des pays les plus pauvres de la planète, et il n'est pas encore complètement sorti de sa structure clannique. Kadhafi, à sa manière excentrique personnelle, a été un facteur de modernisation, utilisant les revenus du pétrole pour élever le niveau de vie à l'un des plus élevés sur le continent africain. L'opposition vient, paradoxalement, à la fois de réactionnaires islamistes traditionnels d'une part, qui le considèrent comme un hérétique pour ses opinions relativement progressistes, et d'autre part des bénéficiaires occidentalisés de la modernisation, qui sont gênés par l'image de Kadhafi et veulent encore plus de modernisation. Et il y a d'autres tensions qui peuvent conduire à la guerre civile et même à un éclatement du pays selon des critères géographiques. Diana Johnstone, Counterpunch du 7 mars 2011 http://www.counterpunch.org/ johnstone03072011.html


actualité LIBYE

Les bons et les méchants Faut - il intervenir en Libye ? Pour qui ? Au nom de quoi ? En attendant des analyses sur les coûts et les blessures dont le recours éventuel à l'uranium appauvri, les perspectives de partition du pays, l'avenir de l'espace stratégique et culturel méditerranéen, voici déjà une réaction à chaud, celle d'un militant pacifiste de toujours, Bernard Capron, du Mouvement de la Paix en SeineSaint-Denis (93).

R

arement voyons - nous des décisions de l’ONU appliquées si rapidement. Nous aimerions bien sûr que les décisions onusiennes concernant Israël, le Sahara Occidental et bien d’autres, soient appliquées avec autant de respect et de rapidité. Il y a donc les bonnes résolutions et les mauvaises selon les critères de l’Occident. Comme il y a les bons et les mauvais insurgés, qualifiés comme tels selon le bon vouloir, les opinions et les intérêts de l’Occident. Hier à l'encontre de l’URSS, il y avait des résistants en Afghanistan, armés d'ailleurs par le Général Zhia du Pakistan. Aujourd'hui et depuis les Twin Towers, il n’ y a que des vilains disciples d'Al Qaïda. En réalité, on aimerait en savoir un peu plus sur la teneur politique des rebelles de Benghazi, cette ville où sont revenus, attirés par les pétrodollars, tous les Libyens partis avant la révolution de 1969. Il parait même que le descendant du roi Idriss, campant en Angleterre, serait disponible pour assurer l’après - Kadhafi. Mais ici comme ailleurs, il y a les bons et les mauvais rebelles, comme il y a les bons et les mauvais dictateurs, selon l’Occident. Sans remonter à la guerre d’Espagne face aux Brigades internationales, que doivent penser les martyrs de Pinochet ? Que doivent penser les peuples de par le monde laissés face à leurs dictateurs armés par nos grandes démocraties ? Et si le peuple cubain n'a pas bénéficié de tant de sollicitudes, n'est - ce pas parce que le territoire ne regorgeait pas d'assez de pétrole ? Kadhafi, le dictateur soutenu par Nasser, n’a jamais dérogé à son soutien au peuple palestinien, contrairement à de nombreux dirigeants de la région. Il a repris la direction d’un pays tribal (toujours sans constitution, ni parlement) miné par l’empire Ottoman, puis la colonisation italienne et britannique. Depuis 1969, le pays se situe parmi les 60 premiers dans le classement FMI du Produit National Brut par habitant, devant la Tunisie (71 ème), l'Algérie (81 ème) et l'égypte (121 ème). Premier pays d’Afrique pour les richesses par habitant normalement (sans compter Israël qui est à l'écart et d'ailleurs concourt dans les compétitions sportives européennes). Pour ce qui est de l’accès à l’eau, Kadhafi a fait construire 2.000 km de canalisations à l’intérieur des terres désertiques pour faciliter l'irrigation des terres – qui a permis une

certaine autosuffisance alimentaire – et assurer la disponibilité en eau dans le nord du pays. La Libye, contrairement à d'autres, n'a pas édifié une économie centrée sur le tourisme, (17 % selon les chiffres d'Oxfam concernant la Tunisie) dépendante de l'Occident et des devises occidentales. Des devises qui de toute façon finissent par retourner en occident via Gibraltar comme cela se pratique en Tunisie et en égypte. Depuis quatre décennies, le pays a offert du travail à plusieurs millions de travailleurs immigrés. La construction d’une démocratie par le peuple doit prendre en compte tous ces aspects - là. Le droit « d’intervention militaire humanitaire » n’a laissé que désolation. Une fois de plus, on nous ment. Pour se débarrasser d’un ami devenu encombrant, comme Ceaucescu ou encore Saddam Hussein, seule la fin mortelle de Kadhafi lavera les mains de ceux qui la lui ont serrée. La guerre, une fois de plus, n’est pas la solution. Bernard Capron

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

7


événements Le 12 avril 2011

Journée d’action contre les dépenses militaires Le Bureau

consacrées aux

« L’Assistance Officielle pour le Développement » (AOD) n’a atteint en 2009 que 126 milliards de dollars, loin de l’engagement pris par les pays riches de dégager 0,7 % de leur PIB pour l’AOD. Or les niveaux annuels des dépenses militaires ont retrouvé les sommets qu’ils atteignaient pendant la guerre froide. Après une baisse substantielle au début des années 90, aujourd’hui, la « guerre contre le terrorisme » a offert une occasion totalement nouvelle aux justifications des états pour accroître leurs arsenaux. L’addition des budgets nationaux atteint 1.531 milliards de dollars (chiffres de 2009). La crise économique a eu un effet limité sur les dépenses militaires. Le BIP fait une critique des fausses priorités au moment où une pression intense est nécessaire pour convaincre tous les états d’accélérer l’avancée vers les OMD.

trer la campagne. Des efforts de lobbying et du travail des groupes de pression sont à faire sur les parlementaires et les partis politiques qui organisent les débats et adoptent les politiques. L’influence puissante des lobbies de la défense (les forces armées, leurs soutiens et les industries de l’armement) exercée derrière des portes closes doit être exposée au grand jour. Les citoyens pourraient être encouragés à ne pas cibler seulement des objectifs faciles tels que le scandale du commerce des armes, mais cibler le système militaire comme un tout. Pour développer une campagne couronnée de succès, il est nécessaire d’avoir une bonne communication et un planning clair de campagne. Mieux vaut illustrer qu’argumenter, motiver plutôt qu’instruire, mobiliser plutôt que se baser sur des connaissances. Il est nécessaire de définir les objectifs et les obstacles, comprendre la météo sociale, identifier les objectifs de campagne, savoir ce qu’il est souhaitable de communiquer. Les chiffres officiels des dépenses militaires ne sont pas toujours fiables. En de nombreux cas, les dépenses militaires sont cachées dans des budgets civils ou n’apparaissent pas du tout.

budgets militaires.

Changer la situation

Suggestions pour l'action

EN SAVOIR PLUS

La dépense militaire totale actuelle est une somme colossale ; une telle somme – si elle était réinvestie – serait plus que 5 fois suffisante pour réaliser les OMD. Autrement dit, le montant de la richesse supplémentaire requise pour réaliser les OMD ne représente environ que 20 % des dépenses militaires mondiales de 2009. Malheureusement, aucun des rapports des Nations Unies sur leur financement n’a jamais mentionné les dépenses militaires du monde alors que des réductions de budgets militaires pourraient être défendues comme le moyen d’enrayer la crise en investissant cette richesse dans les réels besoins humains. Comme le rappelle le Bureau International de la Paix, les budgets militaires excessifs n’augmentent en rien la sécurité des civils, au contraire, ils la diminuent. En plus, ces ressources pourraient être attribuées à la lutte contre la pauvreté.

International de la Paix (BIP) à Genève a fourni des données comparatives sur les dépenses engagées pour le développement dans le contexte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et les dépenses

Campagne « Stoppons les dépenses militaires » au Québec : http://www.stopponslesdepensesmilitaires.com/site/campagne/ nouvelles L’institut Rideau présidé par Steven Staples : http://www.rideauinstitute. ca/2011/03/17/priorites-internationales-un-budget-2011dephase-par-rapport-aux-valeurscanadiennes/?lang=fr 8

L

es Objectifs du Millénaire pour le Développement ou OMD ont été adoptés par l’Assemblée Générale des Nations Unies en l’an 2000 sous l’impulsoin de Koffi Annan. Leur but : réduire de moitié l’extrême pauvreté. Reste à savoir où et comment trouver l’argent pour financer ces objectifs ?

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

Quelles priorités ? C'est au niveau national que se prennent les décisions, c’est donc à ce niveau qu’il faut concen-

C’est une bonne idée si les acteurs de paix commencent à contester la perception des menaces mises en avant, et à faire une enquête pour un budget de la sécurité humaine – un budget dans lequel les ressources gouvernementales vont aux besoins des peuples – avec une priorité aux groupes vulnérables et marginalisés. Un des facteurs les plus importants est la question de savoir quelles dépenses militaires supprimer. La priorité pourrait déjà être donnée aux systèmes d’armes inacceptables : les bombes à sous-munitions, les mines antipersonnel, les armes nucléaires et la réduction du nombre de bases militaires (dans le cas des états-Unis). Enfin, ne serait - il pas nécessaire de montrer comment dégonfler la machine militaire au profit de programmes spécifiques de la santé, de l’éducation, de l’emploi, du transport, de l’environnement ? Claude Ruelland


événements Recherche militaire

Mettre à plat les dépenses militaires, affichées dans les budgets défense ou non, c'est aussi inclure les recherches militaires souvent duales, comme la recherche spatiale. Une contribution de Jean-Marc Lavieille.

EN SAVOIR PLUS Bureau International de la Paix : http://ipb.org/i/pdf-files/MDG_ Costings_03.03.09.pdf Institut

d'études

politiques de Washington : http://www.ips-dc.org

Sur le site Demilitarize : http://demilitarize.org/journeemondiale-daction-sur-les-depensesmilitairesle-12-avril-2011/ Campagne de l’association Frères des Hommes : http://www.fdh.org/Desarmer-pourcombattre-la,448.html Campagne de CND Britannique : http://www.cnduk.org/index.php/ component/option,com_jcalpro/ Itemid,1/extid,178/extmode,view/

Photo par Craighagan sur Flickr

Science sans conscience et avec dollar

L

e nombre de chercheurs dans le monde travaillant à des fins militaires serait de plus d’un million. Les dépenses consacrées à ce domaine seraient de l’ordre de 10 à 20 % des dépenses militaires mondiales, c'est-à-dire de 150 à 300 milliards de dollars chaque année. Il ne s’agît cependant que d’estimations à Réacteurs nucléaires à « Atomic City », Idaho, états-Unis. Ceuxcause de l’absence de transparence de ces don- ci fonctionnaient dans l'EBR-1, un des tous premiers réacteurs nucléaires expérimentaux pour la production électrique. La renées et aussi de l’imbrication de certaines re- cherche militaire peut également être « cachée » dans la recherches civiles et militaires. Si ce chiffre est cherche civile, puisque ce même type de réacteur sert à la proexact, les dépenses consacrées aux recherches pulsion des sous-marins nucléaires et autres porte-avions. militaires seraient chaque année de l’ordre de 20 à 40 fois le budget ordinaire des Nations fondamentaux de l’Union européenne. Unies. Ces recherches scientifiques militaires poL’interdiction des recherches scientifiques sent quelques questions. pourrait donc concerner les armes de destruction massive (nucléaires, biologiques et chimiques) ; Les recherches à des fins militaires ainsi certains pensent qu’il faudrait arriver un sont - elles bénéfiques pour l’économie ? jour à conclure un traité qui criminaliserait de Oui, disent certains, puisque l’ensemble des telles recherches. Ces recherches, considérées dépenses militaires dynamise l’économie dans la comme « humanicides » et « terricides », seraient mesure où le budget militaire, comme d’autres alors déclarées contraires à l’intérêt commun budgets, a un effet de relance sur la demande. de l’humanité. Ceux qui les entreprendraient D’autres affirment au contraire que la dérive commettraient un crime international contre la financière des contrats militaires alimente l’inpaix, contre les générations futures, une atteinte flation, que les dépenses de recherche - dévelopdéfinitive aux Droits de l’Homme, une violation pement militaire sont des facteurs de désindusmassive du droit à l’environnement. Ces indivitrialisation, en absorbant à leur profit une part dus seraient pénalement sanctionnés. Encore importante des scientifiques et des ingénieurs. faudrait - il un système de vérification efficace D’autre part, les dépenses militaires détruisent pour qu’un tel traité puisse fonctionner. Encore plus d’emplois qu’elles n’en créent : pour un faudrait - il aussi que les états et les peuples aient même investissement, on peut créer en moyenne les volontés de mettre en œuvre de véritables alplus d’emplois dans le secteur civil que dans le ternatives de sécurité internationale. secteur militaire. De plus, les retombées des contrats militaires sur le secteur civil seraient de Par rapport aux recherches sur les armes plus en plus dérisoires. de destruction massive Jean Rostand affirmait « la science a fait de La liberté de la recherche nous des dieux avant même que nous méritions La liberté de la recherche scientifique doit - elle d’être des hommes ». Ne faut - il pas penser et avoir des limites ? Cette liberté est fondamentale, mettre en œuvre des limites au cœur des activielle est reconnue par le droit international, par tés humaines ? Qu’est - ce qu’une société qui ne exemple dans le Pacte international des droits cise donne plus de limites ? vils et politiques à travers la liberté d’expression, Pacte de 1966 qui est entré en vigueur en 1976. Jean-Marc Lavieille, Cependant, cette liberté de la recherche ne sauuniversitaire, responsable du Master de Droit rait être absolue. Ainsi la Convention européenne international de l’environnement à Limoges, ausur la biomédecine de 1997 réaffirme cette liberté teur d’ouvrages sur la paix, sur le désarmement, « sous réserve des dispositions qui assurent la dont « Le droit international du désarmement et protection de l’être humain », par exemple ; aussi de la maîtrise des armements ». l’interdiction du clonage reproductif des êtres humains est réaffirmé par la Charte des droits N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

9


60 organisations appellent à la solidarité UN

événements

Se mouiller pour Gaza Pour surmonter les événements du 31 mai 2010 au cours desquels la Flottille de la Liberté a été arraisonnée au mépris du droit international, et 9 passagers d’un des bateaux situés dans les eaux internationales ont été tués par l’armée israélienne, l’idée de constituer une nouvelle flottille a fait son chemin. EN SAVOIR PLUS Un bateau français pour Gaza : http://www.unbateaupourgaza.fr/ Bateau Canada Gaza : http://canadaboatgaza.org/cms/sites/ cbg/fr/statement.aspx Free Gaza Movement : http://www.freegaza.org/ Gaza Freedom March : http://gazafreedommarch.org/cms/en/ News/View/11-03-25/Un_bateau_pour_ Gaza_-_Des_militants_de_25_pays_ dont_des_Qu%C3%A9b%C3%A9cois_ tenteront_de_briser_le_blocus_ isra%C3%A9lien.aspx 10

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

A

ujourd’hui, en France, partis politiques, syndicats, personnalités de tous bords et représentants du monde associatif se mobilisent contre vents et marées. Dans le cadre de cette nouvelle campagne liée à la coalition internationale, un comité autonome s’est constitué en France. L’objectif affiché de récolter quelques 500.000 euro a suscité au départ une volée de scepticisme, mais depuis quelques temps, la campagne « Un bateau Français pour Gaza » garde le cap et n’entend pas dériver. Dans les quartiers, sur les marchés, à l’occasion de brocantes, par le biais de la toile, les contributions commencent à affluer et font ricochet. Le courant de sympathie qui s’exprime de la part d’artistes ou d’élus politiques joue le rôle d’accélérateur. Aux débats viennent s’ajouter des initiatives festives et culturelles autour, par exemple, du film de Samir Abdallah « Gazastrophes » 1. Le projet s’ancre de plus en plus dans la réalité. Dans le domaine financier, il est à mi - parcours, en cette fin du mois de mars. Le Syndicat des officiers de marine - CGT a décidé, lui aussi, de se mouiller. On lui doit notamment la désignation d’un capitaine. Il s’agit de Lionel Gouesigoux. Cet officier de marine expérimenté est déjà « sur le pont » pour effectuer toutes les démarches, y compris l’« armement » de ce mini - ferry qui pourra accueillir une cinquantaine de passagers. Lionel est un « pro » ; c’est dans cette perspective qu’il recrute pour s’entourer au mieux d’une petite équipe ; parmi elle, un officier mécanicien, un médecin, etc. Le navire et son équipage devraient larguer les amarres au départ de Marseille à la fin du mois de mai. Le plus grand défi à relever et qui est clair pour Lionel, c’est celui de la sécurité. Il s’agit de sécuriser le bateau, sécuriser les passagers lors de cette opération qui s’affiche comme pacifique et qui n’a pas l’intention de subir le même sort que celui de ses prédécesseurs, en mai dernier. Lionel est déterminé. Interrogé par nos soins, il déclare l’air confiant : « Seul le respect du doit international et des règles du droit de la Convention internationale du Droit de la Mer qui garantit la liberté de circuler en mer permettra d’aboutir » nous dit - il. Il rappelle que la résolution 1860 du Conseil de Sécurité de l’ONU 2 qui « demande que l’aide humanitaire, y compris les vivres, le carburant et les traitements médicaux, puisse être distribuée sans entrave dans tout Gaza ». Il

FRANÇAIS

GAZA

POUR

Un rendez-vous en mai

BATEAU pour

Dénoncer et briser le siège israélien de Gaza Promouvoir et faire respecter le droit international Répondre à la crise humanitaire que subissent 1.500.000 Palestiniens

La flotille de la paix a besoin de vous http://www.unbateaupourgaza.fr/

ENVOYEZ VOS DONS À Mouvement de la Paix - 9, rue Dulcie September 93400 SAINT-OUEN - 01 40 12 09 12 www.mvtpaix.org / national@mvtpaix.org

se félicite des initiatives « visant à créer et ouvrir des couloirs humanitaires ». Dans les jours à venir, et de concert avec les autres collectifs qui se préparent à mettre leur navigation sur les flots, des démarches « diplomatiques » sont menées auprès du gouvernement français, de l’Union Européenne et de l’ONU. Mais de toute façon, pour que la flottille arrive à bon port et en toute sécurité, il va falloir surtout compter sur le soutien d’une opinion publique à la fois vigilante et solidaire. Nicole Bouexel 1 – Gazastrophes, le film du réalisateur Samir Abdallah, sorti en salle le 16 mars a été tourné quelques jours après le bombardement sur Gaza en janvier 2009. 2 – La résolution 1860 du Conseil de sécurité de l’ONU a été adoptée le 8 janvier 2009. Elle demandait le cessezle-feu après la réaction disproportionnée menée par Israël sur la bande de Gaza en décembre. 2008 et janvier 2009.

La situation dans la bande de Gaza * • 80 % de la population dépend de l’aide internationale. • 61 % de la population est en situation d’insécurité alimentaire. • le taux de chômage atteint environ 45 % à l'heure actuelle selon l’UNRWA (office de secours de l’ONU pour les réfugiés en Palestine). • Les pannes d’électricité durent généralement de 4 à 6 heures par jour. • 60 % de la population de Gaza ne reçoit de l’eau courante qu’une fois tous les 3 à 4 jours, pendant 6 à 8 heures. • Près de 90 % de l’eau destinée aux résidents de Gaza n’est pas potable et contaminée par des sels et des nitrates. • 75 % des logements sérieusement endommagés en raison de l’opération « Plomb Durci » n’ont pas été reconstruits. * - Source : CCFD - ccfd-terresolidaire.org/


événements

Le Tour de France des préparatifs À titre indicatif, voici quelques échantillons des initiatives passées, présentes et futures. La liste n'est pas exhaustive. Mais le panorama, aussi incomplet soit-il, permet de se faire une petite idée des mobilisations en cours.

Saint-Ouen : tombola et repas pacifiste, course pour la Paix dimanche 3 avril. Soirée en mai àl'Espace 1789, film Gaza'strophes.

Achères, Poissy : soirée avec film. 95

Bagnolet : 4.000 euro collectés.

92

Paris : animation Fontaines SaintMichel et des Innocents.

Le Blanc-Mesnil : rallye de la paix, le 30 avril.

62

14

21

37

Toulouse : création du Collectif 31. Soirée cinéma avec le film Fix Me. Plus de 7.000 euro collectés.

88

89

45

41

44

58

18

86

85

67

77

53

35

Boissy-Saint-Léger : soirée pour le bateau. Champigny-sur-Marne. Villejuif.

51

61

56

59

80

76

22

94

91

Finistère : collectes sur les marchés à Morlaix. Fest-noz à Saint-Tegoneg le 22 avril.

29

78

77

Bobigny : brocante pour le bateau.

50

93 75

71

39

Morbihan : soirées festives et artistiques à Vannes, Rochefort-en-Terre, Lanester, Hennebont. Conerto et films Gaza'strophes et La Terre parle arabe ; débat avec l'AFPS.

25

69

23 63

17

42

La Rochelle : soirée festive, 5.000 euro collectés.

73

38

19 33

40 64

30 65

34 31

Hautes-Alpes : soirées à Briançon et Gap.

05

07

46

04 13

83

06

11

09 66

2B

Bouches-du-Rhône : soirées avec film Gaza'strophe à Marseille, Martigues et Pertuis. Plus de 25.000 euro collectés.

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

11


Au jour le Jour Ratification du CTBT : le Congrès va accélérer

L’administration Obama soumet un nouveau rapport au Sénat. Objectif : parvenir à convaincre le Congrès (US) du bien fondé d’un vote en faveur du Traité d’Interdiction des Essais ou CTBT. Plus précisément : d’une ratification de ce Traité.

à quand une zone dénucléarisée au Moyen Orient ?

L’idée d’établir une Zone Exempte d’Armes Nucléaires (ZEAN) au Moyen Orient va - t - elle avoir du plomb dans l’aile en raison des bouleversements de l’autre côté de la Méditerranée ? Va - t - on reporter le rendez-vous fixé pour 2012 en expliquant en guise d’excuses que tout ceci devrait être conditionné à un accord de paix ? La question a été soulevée à la Conférence du TNP au siège des Nations unies en mai 2010. L’égypte, qui menait le groupe des 118 pays du mouvement dits « des non-alignés », proposa que la Conférence soutienne un appel à négociations en 2011 concernant une ZEAN au Moyen Orient. Une vieille idée, insufflée par les égyptiens et les Iraniens et qui avait été reprise lors de la Conférence d’extension indéfinie du TNP en 1995. Parce que l’Occident ne pouvait pas disposer de cette extension sans accepter la moindre contrepartie. Mais au sein de l’Occident, les états-Unis ont voulu traîner les pieds. Lors de la dernière conférence du TNP, la Secrétaire d’état Hillary Clinton a soutenu qu’aucune proposition ne pourrait être acceptée si elle exigeait de placer le programme nucléaire israëlien sous le contrôle de l’Agence Internationale de l’énergie Atomique (AIEA), ou si elle obligeait des signataires du TNP, en particulier Washington, à divulguer les informations concernant « les activités et équipements nucléaires israëliens, incluant les informations concernant de précédents transferts nucléaires 12

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

vers Israël ». D’ailleurs, Israël n’est pas le seul acteur à rechigner en parlant d’armes de destruction de masse, et pas seulement d’armes nucléaires. Les étatsUnis et le Royaume-Uni ont une responsabilité particulière dans l’aboutissement d’une éventuelle ZEAN au Moyen Orient. à la recherche d’une maigre couverture légale pour leur invasion de l’Irak de 2003, ils firent appel à la résolution 687 du Conseil de sécurité (1991), qui appelait l’Irak à mettre un terme au développement d’armes de destruction massive. Les états-Unis et le Royaume-Uni prétendirent que l’Irak n’avait pas respecté la résolution. D’autre part, l’insistance des états-Unis de maintenir leur présence à Diego Garcia sape la ZEAN – Traité de Pelindaba – mise en place par l’Union africaine.

AIEA / Syrie : vers un Moyen Orient dénucléarisé ?

Devant le Conseil des gouverneurs de l’Agence Internationale de l’énergie Atomique à Vienne, le patron Yukiya Amano a fait le point sur la situation en Syrie. Prise de vitesse par Israël et les états-Unis, l'AIEA cherche à accéder à plusieurs installations dispersées sur le territoire syrien, en particulier le site de Dair Alzour, bombardé par Israël en septembre 2007. Il est soupçonné d’abriter un réacteur nucléaire qui démontrerait l’implication de la Syrie dans un programme nucléaire militaire. En 2008, la Syrie avait accepté la venue d'inspecteurs de l'AIEA, mais n'avait pas délivré de nouvelles autorisations depuis. Mais aux dernières nouvelles, le ministre syrien des Affaires étrangères a accepté le principe d’une visite et d’un accès aux installations, suite à une requête du directeur en novembre. Sur le site de l'AIEA, en Anglais : http://www.iaea.org/newscenter/ news/2011/bog070311.html

AIEA / Iran : le torchon brûle

Ali Asghar Soltanieh, l’ambassadeur d’Iran auprès de l’Agence Internationale de l’énergie Atomique (AIEA) a transmis une lettre au Directeur général, le japonais Yukiya Amano qui a remplacé Mohammed El Baradei. Dans cette lettre, il demande à l’Agence de mener une enquête et une inspection sur le déploiement des armes nucléaires américaines en Europe, considérant qu’il s’agît là d’une violation du TNP. Il a précisé que selon le TNP, des états qui ne sont pas en possession d’armes nucléaires comme l’Allemagne et l’Italie sont censés refuser tout matériel et toute technologie liés aux armes nucléaires.

http://www.presstv.ir/detail/169092. html

Les sous-marins nucléaires anglais mettent en danger la planète

Un rapport officiel anglais déclassifié 1 dénonce la vulnérabilité des réacteurs nucléaires des sous-marins anglais à la perte de refroidissement du cœur nucléaire. Selon ce rapport, les 11 sous-marins nucléaires anglais en activité sont équipés de réacteurs à eau sous pression dont le circuit primaire est structurellement défaillant 2. Toujours selon le rapport officiel, les conséquences de ce grave défaut seraient des rejets massifs de radioactivité et la contamination des populations autour du réacteur en détresse. En outre le sous-marin accidenté pourrait ne pas pouvoir refaire surface. Cette analyse est conduite par le Contre-amiral Andrew McFarlane, ancien responsable du contrôle de la sûreté nucléaire au sein du Ministère de la Défense anglais. Fait aggravant : 4 de ces 11 sous-marins aux réacteurs défaillants transportent des dizaines de têtes nucléaires. Le Réseau « Sortir du nucléaire » demande de toute urgence : - aux autorités françaises d'interdire l'approche des côtes françaises aux sous-marins nucléaires

anglais ; - une évaluation indépendante de la sûreté nucléaire des réacteurs nucléaires équipant les sous-marins français 3. Source (en Anglais) : http://www.channel4.com/news/ britains-nuclear-subs-potentiallyvulnerable-to-accidents 1 - Télécharger le rapport officiel anglais (en anglais) : http://robedwards.typepad.com/ files/declassified-report-to-mod-defence-board.pdf 2 - Le système d'injection d'eau de sûreté dans la cuve du réacteur et les systèmes de refroidissement passif du cœur sont mis en cause par le rapport. 3 - Le réacteur à eau sous pression est la technologie de réacteurs commune aux sous-marins nucléaires britanniques et aux sousmarins nucléaires français.

UNESCO

Le prix Houphouët-Boigny 2010 a été décerné à l’association des Grands-mères de la Place de Mai en Argentine pour « son combat inlassable en faveur des Droits de l'Homme et de la paix en se dressant contre l'oppression, l'injustice et l'impunité ». L'association « Les Grands-mères de la Place de Mai » est une organisation non - gouvernementale avec une histoire de plus de 30 ans de lutte et de travail pour défendre et promouvoir les Droits de l'Homme. Depuis 1977, son but est de retrouver les familles légitimes de tous les enfants enlevés et disparus à cause de la répression politique qui a eu lieu en Argentine pendant la dictature militaire, et de créer des conditions pour que ne se renouvelle plus jamais une aussi terrible violation des Droits de l'Enfant, en exigeant le châtiment de tous les responsables de cette tragédie. Le Prix Félix Houphouët-Boigny a été créé en 1989. Il est décerné tous les ans par l'UNESCO ; il se propose d'honorer des personnes, institutions ou organisations qui ont contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de l'’Acte constitutif de l'UNESCO.


campagne DOSSIER Entre les ogives et les réacteurs des centrales, entre l'électricité et l'atome, il y a sûrement de quoi faire des confusions ou des amalgames. Il y a peut-être aussi une difficulté pour certains esprits à séparer le bébé et l'eau du bain. Comme l'écrit Pierre Villard dans l'édito, la catastrophe de Fukushima est passée par là. D'où aussi les premières réactions de représentants de communes du réseau Maires pour la Paix (cf. encadré). Pour approfondir le sujet, ou du moins pour alimenter ce débat explosif, nous allons chercher à comprendre les prouesses technologiques dans le domaine de la reconversion (article de Andrew Newman) ; nous allons évoquer les devoirs qui incombent aux états face aux catastrophes que certains auraient tendance à nier ou minimiser. Reste à savoir quels bouleversements géopolitiques découleront de la catastrophe au Japon (Danièle Sallenave). Reste encore à évaluer les cimetières radioactifs qui gisent en mer en raison de la présence de sous-marins à propulsion nucléaire. Reste à imaginer les dégâts potentiels des dizaines de milliers de têtes nucléaires capables d'échapper à la maîtrise des hommes. B.C.

Les deux facettes du nucléaire 13

N° 560 - Mars 2011 - Planète PAIX

N° 546-547 - Novembre/Décembre N° 561 - Avril 2011 2009 - Planète PAIX

13


dossier

L es d eu x face

Convertir des armes en kilowatts Grâce au programme russo - américain dit « Des mégatonnes aux mégawatts » (1993 - 2013), la moitié de l'énergie nucléaire des États-Unis provient du démantèlement d'ogives nucléaires russes.

EN SAVOIR PLUS U.S.-Russia Highly Enriched Uranium Agreement (en anglais) : http://www.nti.org/db/nisprofs/russia/ fulltext/heudeal/heufull.htm

Project on Managing the Atom : http://belfercenter.ksg.harvard.edu/ project/3/managing_the_atom.html Site de l'USEC : http://www.usec.com/ Site de la TENEX : http://www.tenex.ru/en/

14

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

L'

énergie atomique produit 20 % de l'électricité aux États-Unis et la moitié provient de réacteurs alimentés par de l'uranium provenant d'une arme nucléaire russe. Le programme « Des mégatonnes aux mégawatts » est responsable de cette réussite remarquable.

Institué en 1993 par l'Accord américano - russe sur l'uranium hautement enrichi, le programme « Des mégatonnes aux mégawatts » aura transformé d'ici à 2013, 500 tonnes d'uranium hautement enrichi (UHE) provenant d'ogives nucléaires russes en uranium faiblement enrichi (UFE) utilisable dans les réacteurs commerciaux américains. Au 31 décembre 2009, 382 tonnes d'UHE avaient été recyclées en 11.047 tonnes d'UFE, ce qui correspond à l'élimination de plus de 15.000 ogives nucléaires.

Comment fonctionne le programme ? Lorsqu'une ogive nucléaire est démantelée, l'uranium fortement enrichi est séparé du reste de l'arme, découpé en copeaux, purifié, gazéifié et mélangé à de l'uranium contenant un isotope qui ne peut alimenter une réaction en chaîne explosive – processus connu sous le nom d'appauvrissement. La conversion et la dilution de l'UHE se font en Russie pour donner de l'UFE qui est expédié aux installations de l'USEC aux États-Unis où il est transformé en combustible pour réacteurs. L'USEC (United States Enrichment Corporation) faisait partie du Ministère de l'énergie avant d'être privatisée en 1998. L'USEC paie le prix du marché moins une légère décote à Tekhsnabeksport (TENEX), l'agent exécutif pour la Russie, pour son UFE et remplace la quantité d'uranium naturel déplacé par l'UFE appauvri, puis elle vend l'UFE comme combustible aux compagnies d'électricité américaines.

Qui sont les bénéficiaires ? Le programme « Des mégatonnes aux mégawatts » offre des incitations financières pour le démantèlement de milliers d'ogives nucléaires. Il détruit des centaines de tonnes d'uranium utilisable pour la fabrication d'armes et emploie des milliers d'ouvriers russes, le tout à un coût très modeste pour le contribuable américain. Sans ce programme, les risques de prolifération (ho-

rizontale) du complexe nucléaire russe auraient été beaucoup plus grands dans les années 1990.

Après 2013 Bien que le programme « Des mégatonnes aux mégawatts » soit une réussite, il va prendre fin en 2013. Et pourtant, la Russie dispose encore de centaines de tonnes d'UHE en plus des stocks dont elle a besoin pour son programme militaire. Rosatom (la société de l'énergie atomique du gouvernement russe) ne souhaite nullement proroger l'accord : ses responsables accusent les États-Unis et l'USEC d'user de leur influence économique de manière déloyale, arguant notamment que le prix que l'USEC paie pour l'UFE russe est inférieur au prix du marché et rappelant le droit antidumping appliqué dès 1992 par les États-Unis sur les importations de produits russes enrichis. Les États-Unis craignaient alors que la Russie inonde le marché américain avec de l'uranium bon marché mais ce droit est censé arriver à terme en 2011. De son côté, la Russie a eu parfois une attitude peu réaliste envers le marché commercial du nucléaire, fixant par exemple un prix plancher de l'uranium très supérieur au cours commercial. Une autre raison du non - renouvellement de l'accord en cours est que l'appauvrissement de l'uranium est beaucoup moins lucratif que son enrichissement et Rosatom prévoit de signer des accords de fourniture directe d'uranium enrichi aux centrales électriques américaines en 2010. Il existe cependant des moyens de restructurer l'accord qui permettraient à la Russie de réaliser des milliards de dollars de bénéfices et de soutenir ses objectifs stratégiques, d'élargir sa puissance et ses exportations nucléaires en appauvrissant son excédant d'UHE. À terme, les États-Unis et la Russie devraient convenir de déclarer excédentaires toutes les quantités d'UHE supérieures à celles requises pour une petite réserve d'armes nucléaires et pour leurs programmes maritimes, de les appauvrir en combustible nucléaire et de les conserver dans des installations de stockage surveillées jusqu'à ce que le marché commercial soit en mesure de les absorber. Andrew Newman est chargé de recherche au Project on Managing the Atom (Projet de maîtrise de l'atome) de l'Université d'Harvard.


campagne d u nucléaire ttes

L’état et son devoir d’informer et de protéger Avant de pouvoir faire un bilan, des réflexions sur l’après Fukushima. Avec François Gemenne. Il enseigne la géopolitique du changement climatique à Sciences-Po Paris et à l’Université Paris 13. Il est chercheur à l’IDDRI, l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales.

EN SAVOIR PLUS Sur les principes directeurs sur la protection des Droits de l’Homme dans les situations de catastrophes naturelles : http://www.law.georgetown.edu/idp/ french/id_faq.html

I

l faudra sans doute plusieurs années pour prendre la pleine mesure des conséquences de la catastrophe de Fukushima, et notamment des conséquences sanitaires du rejet de particules radioactives sur la population. Par précaution, le gouvernement japonais a décidé d’évacuer les populations habitant dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale. C’est sans doute insuffisant – les états-Unis recommandaient d’étendre ce périmètre à un rayon de 80 kilomètres autour de la centrale. Après la catastrophe de Tchernobyl, on avait évacué les populations vivant dans un rayon de 50 kilomètres autour du réacteur, et notamment la totalité de la ville de Pripyat. J’ignore quelle forme de compensation ces populations recevront, si elles en reçoivent une. Une chose est certaine en revanche : ces gens ne rentreront jamais chez eux. Les particules de césium 137 qui ont été rejetées par la centrale restent radioactives pendant 30 ans. Comme les évacués de Tchernobyl, les évacués de Fukushima sont condamnés à refaire leur vie ailleurs. Et je doute fort qu’on les ait avertis de cela quand on a procédé à leur évacuation – c’était courir le risque qu’ils ne veuillent pas partir. Les états ont pourtant un devoir d’informer leurs populations dans ce genre de situation. L’ironie du sort veut qu’ils aient pris cet engagement à Kobe, au Japon, en janvier 2005. Ce devoir d’information est réaffirmé dans les principes directeurs sur la protection des Droits de l’Homme dans les situations de catastrophes naturelles, publiés au début de cette année par le Comité Permanent Inter - Agences (IASC). Si je mentionne ceci, ce n’est certainement pas pour accabler le gouvernement japonais, mais parce que je pense qu’il est utile de s’interroger sur la conception que les états occidentaux se font de leur devoir d’information en matière de sécurité nucléaire. Dès qu’il s’agît de sécurité nucléaire, le devoir d’informer devient vite une obligation de rassurer, qui confine parfois au mensonge éhonté. Dès l’annonce du désastre, ministres et industriels se sont précipités, en France et ailleurs, pour minorer l’« incident » et rassurer populations et actionnaires. Dans un pathétique concours de rhétorique des superlatifs, chacun assurait que son parc nucléaire était « le plus sûr du monde », dans lequel une catastrophe comme celle de Fukushima « n’aurait jamais pu se produire ».

Qui peut croire un seul instant ces mensonges ? Qui peut croire que le gouvernement japonais aurait mis en service la centrale de Fukushima, s’il avait pu prévoir le tremblement de terre du 11 mars ? Qui aurait pu prédire, au début de la construction de la centrale de Tchernobyl en 1970, à une époque où l’URSS envoyait dans l’espace le Spoutnik et Youri Gagarine, l’état de délabrement et de déréliction dans laquelle elle se trouverait en 1986 ? Qui pouvait croire, une fois la catastrophe avérée, que le nuage radioactif qui recouvrait l’Europe s’arrêterait comme par magie aux frontières de la France ? Qui peut encore croire, aujourd’hui, à ces parcs nucléaires « les plus sûrs du monde », à l’impossibilité de la catastrophe ? Si les états mentent si souvent à leurs citoyens en matière de sécurité nucléaire, ce n’est pas seulement à cause des intérêts économiques considérables qui sont en jeu. C’est aussi, je crois, pour masquer le fait qu’ils ont souvent failli à leur devoir premier, qui est la raison d’être de leur existence : celui de protéger leurs citoyens. Et en effet, qu’apprend - on aujourd’hui ? Que la Suisse, l’Allemagne, et d’autres, sont pris de remords, et suspendent leur programme nucléaire pour revoir les procédures de sécurité. Que le gouverneur de l’état de New York, Mario Cuomo, veut fermer la centrale d’Indian Point, parce qu’elle est construite sur une faille sismique. Que la centrale de Diablo Canyon, en Californie, ne dispose pas d’un plan de secours en cas de tremblement de terre. Que parmi les prochains candidats à l’acquisition de centrales nucléaires, on trouve le Chili, qui a enregistré l’an dernier l’un des plus forts tremblements de terre de l’Histoire, ou le Bangladesh, sujet non seulement aux tremblements de terre, mais aussi à des inondations récurrentes et catastrophiques, qui seront demain aggravées sous l’effet du changement climatique. Trop souvent, l’état a manqué à son devoir de protéger. Les centrales nucléaires apparaissent aujourd’hui bien vulnérables et fragiles face aux catastrophes et au terrorisme, sans même aborder la question des déchets. Plus largement, le simple recours à l’énergie nucléaire constitue - t - il, pour l’état, un manquement à son devoir de protection ? C’est, au fond, la question que beaucoup posent aujourd’hui. François Gemenne

N° 546-547 - Novembre/Décembre N° 561 - Avril 2011 2009 - Planète PAIX

15


dossier

L es d eu x face

25 ème Anniversaire de Tchernobyl

Des chiffres et des mensonges L'Académie des sciences de New-York a consacré un numéro de ses annales à la catastrophe de Tchernobyl. Alors qu'on va assister au 25 ème anniversaire du drame (le 26 avril), on ne pourra bientôt plus dire n’importe quoi sur le nombre de victimes.

EN SAVOIR PLUS Source : http://www.lecourrier.ch Des actions organisées pour les 25 ans du drame : http://www.chernobyl-day.org/ article/la-bataille-de-tchernobyl 16

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

C

ombien de morts la catastrophe de Tchernobyl, survenue en 1986 a - t - elle causés ? Derrière cette interrogation, c'est toute la dangerosité de la filière électronucléaire qui est posée. Elle n'est donc pas anodine. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), dont on serait en droit d'attendre qu'elle serve de lieu d'expertise à ce sujet, est en effet liée de manière contractuelle depuis 1959 à l'Agence Internationale pour l'énergie Atomique (AIEA). Résultat : elle a toujours fait le black out à ce sujet. Un lien incestueux qui est dénoncé par un collectif antinucléaire – Independent-WHO (pour une OMS indépendante) 1. En septembre 2005, un colloque de l'OMS avait abouti à un chiffre curieux : il n'y aurait eu que 4.000 morts liés à la catastrophe de Tchernobyl. Une position qui avait été dénoncée comme « négationniste » par les associations de défense de l'environnement. Vu le tollé, l'OMS avait ensuite quadruplé ces estimations, sans fournir d'explication à ce sujet. Le chiffre « officiel » est donc aujourd'hui de 16 000 décès. Si l'on considère uniquement les liquidateurs, cette « chair à neutrons » utilisée pour déblayer les décombres de la centrale, on compte d'ores et déjà près des 125.000 morts (sur les 830.000 personnes mobilisées). Jusqu'à présent, ces travaux, notamment ceux du professeur Youri Bandajevski et du professeur Vassili Nesterenko (décédé en 2008) ont été disqualifiés par les experts occidentaux prompts à mettre en doute toute recherche n'émanant pas du cénacle des grandes universités. Cela sera un peu plus difficile à l'avenir : l'Académie des sciences de New-York a consacré au début de l'année 2010 un volume de ses annales 2 à cette problématique.

Traduction précieuse L'ouvrage est volumineux et très technique. Ce sont près de 5.000 articles et recherches qui ont été condensés et, surtout, traduits en Anglais, langue de communication scientifique par excellence. Les auteurs ont notamment eu accès à des données encore classifiées il y a quelques années.

La centrale de Tchernobyl prise depuis la ville désaffectée de Pripyat, janvier 2007.

Introduits dans certains modèles épidémiologiques reconnus, ces chiffres obligent à reconsidérer l'ampleur de la catastrophe. Ils mettent en évidence l'ampleur des retombées radioactives : 10 milliards de curies (soit 200 fois plus qu'initialement prévu et 100 fois plus que les retombées générées par les bombes atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki). Entre 1986 et 2004, ce sont ainsi près d'un million de personnes qui ont perdu la vie de par le monde. Un chiffre plus élevé que certaines extrapolations menées au début des années quatre vingt dix. Certaines études – celles qui avançaient des hypothèses pessimistes – tablaient alors sur un chiffre équivalent, mais sur quarante ans et pas 25. Il semble donc avoir été atteint en moitié moins de temps ou presque.

Pollution durable Dans les régions fortement irradiées – Biélorussie, Ukraine et Russie – le taux de certains cancers a progressé de 40 %. L'ouvrage évoque aussi les retombées mesurées en Europe du Nord, en Amérique du Nord ou en Afrique : la radioactivité de Tchernobyl peut être mesurée dans les sédiments du Nil. Et elle est là pour des durées d'ordre géologique (de 20.000 à 200.000 ans). « L'impact de Tchernobyl revu à la hausse : près d'un million de morts » - Auteur : Philippe Bach http://www.internationalnews.fr/article-l-impact-de-tchernobyl-revu-a-la-hausse-pres-d-unmillion-de-morts-64246620.html 1 - www.independentwho.info/index.htm 2 - Alexey V. Yablokov, Vassily B. Nesterenko et Alexey V. Nesterenko, consulting editor Janette D. ShermanNevinger, « Chernobyl. Consequences of the catastrophe for people and the environnement », Annals of the New York Academy Of science, Volume 1181. Prix : 96 euro.


campagne d u nucléaire ttes

Réactions... Entre Fukushima et Moruroa Fukushima, 15 mars 2011 à 9 h 00, fuite à la centrale nucléaire : 11.930 microsieverts / H. Moruroa, 2 juillet 1966 à 7 h 00, tir d’essai nucléaire Aldébaran : 120.000 microsieverts / H. Le gouvernement a annoncé l’envoi de pastilles d’iodes à Papeete par mesure de précaution au cas où le nuage Japonais se déverserait sur la Polynésie… Il semblerait donc que la prévention soit inversement proportionnelle au danger, puisque 120.000 microsieverts / H n’ont jamais, au dire de l’état et du CEA, présenté le moindre danger depuis 45 ans, et qu’un risque 10 fois moindre mérite immédiatement attention. Il est également étonnant que ce nuage Nippon franchisse 10.000 Km sans aucune discipline, alors que ceux de Moruroa ont suivi, d’après la Loi Morin, la trajectoire décidée par les états-majors. Pauvres Japonais, après avoir traversés deux tragédies nucléaires en moins de 70 ans, ils vont se retrouver bouc émissaires des maladies radio-induites des Polynésiens car désormais le CEA va pouvoir déclarer « ce n’est pas la France mais les Japonais qui ont pollué Tahiti ». La Polynésie aura donc des pastilles de sel pour mieux faire passer la pilule des essais nucléaires. Un communiqué du 20 mars de l’AVEN, Jean-Luc Sans. Contact : 05 53 61 31 52 / 06 27 93 50 03

...en chaîne

« F

ukushima », la centrale nucléaire japonaise, est aujourd’hui, dans le monde entier, synonyme de menace invisible et de mort annoncée. Mais un autre nom semble lui faire écho. Celui de Francis Fukuyama qui, en 1989, dans un article retentissant, avait prédit que le triomphe de l’économie de marché sur le communisme mettrait un terme définitif à l’« histoire » de l’humanité. Petite parenthèse : c’est la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en 1986, qui avait porté les derniers coups à l’Union soviétique… Ce qui semblait avoir échappé à Fukuyama. L’article de Fukuyama était moins un constat qu’une prophétie, une révélation. En grec : une apocalypse. L’apocalypse du bonheur, tout à fait dans la tradition religieuse. Fin des guerres, développement de la technique, âge d’or de la dé-

L

e séisme japonais n’a pas de précédent. Le Cataclysme naturel aggravé par un accident nucléaire majeur aura non seulement ébranlé la géographie et toute la société japonaises, mais, au-delà des frontière de ce pays, il va nécessairement modifier également le regard des humains sur leur capacité à inventer et maitriser ce qu’ils produisent. Depuis Hiroshima nous savions que les armes nucléaires avaient changé fondamentalement le rapport des hommes à leur pouvoir en général et à leur pouvoir de destruction en particulier en le rehaussant au niveau prométhéen d’un pouvoir d’extermination totale. Et, malgré l’adoption d’un traité (de non - prolifération) stipulant qu’il faut éliminer les armes nucléaires nous nous sommes habitués à vivre avec ce danger et admettre notre impuissance à faire gagner une résistance préventive. La réalité de ces armes hors morale a conduit le philosophe Günther Anders, qui fut le compagnon d’Hannah Arendt, à parler de « l’obsolescence de l’homme ». Les événements d’aujourd’hui nous invitent à lire ou relire Anders. En dévaluant la vie humaine, par la menace de destruction totale, les

mocratie, du marché et de la consommation. L’accident nucléaire de Fukushima a fait de nouveau retentir les trompettes de l’apocalypse jusque dans les propos du Commissaire européen à l’énergie. Décidément le vocabulaire religieux a la vie dure ! Cette fois, ce n’est plus la « fin de l’histoire », qui est annoncée, mais bel et bien la « fin du monde » naturel, historique et humain… Mais pas de chance pour Fukuyama. Ce qui avait ruiné le système soviétique menace de ruiner à son tour celui qui en a triomphé. Ce qu’annonce Fukushima, en effet, ce n’est pas la victoire, mais la condamnation d’un capitalisme de l’hyperconsommation et de l’hypertechnicité. Espérons qu’il restera des hommes pour profiter de la leçon. Danièle Sallenave, extrait édito de Libération du 17 mars

armes nucléaires donnent implicitement aux apprentis sorciers la hardiesse de prendre des risques dont ils savent, et nous aussi, qu’il ne leur sera peut-être pas possible d’en assumer toutes les conséquences. Monsieur Akiba, Maire d’Hiroshima, Président du réseau Mayors for Peace (représenté en France par l’AFCDRP) évoque souvent ces questions. Aujourd’hui, ce réseau s’implique activement dans la solidarité. Les neuf cent six villes japonaises qui en sont membres appellent leurs villes jumelles du monde entier à mobiliser leurs citoyens pour la solidarité, mais également à ouvrir le grand débat nécessaire sur les stratégies industrielles, l’énergie, l’emploi, l’égalité environnementale à travers le monde. Nous pouvons regretter que les grands desseins de cette nature ne prennent corps qu’après les pires drames. Il faudra aussi apprendre à changer cela et à savoir prévenir comme nous y invite le Docteur Shuntaro Hida, Hibakusha d’Hiroshima ! Nous n’avons qu’une planète… et finalement un seul peuple. Catherine Margate, Maire de Malakoff Vice - présidente de Mayors for peace N° 546-547 - Novembre/Décembre N° 561 - Avril 2011 2009 - Planète PAIX

17


Mondialiser la paix migrations

Les morts aux frontières de l’Europe fond de crise libyenne, voici quelques chiffres sur Lampedusa. 15.000 migrants tunisiens y ont débarqué depuis la mi-janvier. Le centre d’accueil est conçu pour accueillir 850 personnes. à l’heure de la guerre, il va falloir penser à tous ceux et celles qui fuient la Libye voisine, des exilés qui ont besoin de protection internationale.

EN SAVOIR PLUS La carte des « Morts aux frontières de l'Europe » : http://owni.fr/2011/02/18/app-lacarte-des-morts-aux-frontieres-deleurope/ http://www. unitedagainstracism.org 18

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

L

e nombre d’immigrés clandestins provenant d’Afrique du Nord actuellement sur l’île italienne de Lampedusa atteint près de 4.800 personnes. C'est à peu près l’équivalent de la population recensée sur cette île située entre Malte et la Tunisie. Lampedusa a déjà vu transiter tant de migrants tunisiens. La situation s'aggrave car l'île ne peut a priori accueillir que 800 réfugiés, selon l'Organisation Internationale pour les Migrations.

Arrivée de clandestins par la mer à Lampedusa en 2004.

morts, et 31 disparus, un bilan qui risque fort de s’aggraver, si l’on en croit ce qui s’est passé le 11 février dernier : des garde-côtes tunisiens ont été vus en train d’éperonner délibérément un bateau ironiquement dénommé « Liberté 302 » et transportant 120 passagers jusqu’à le scinder en deux ; les corps de 5 migrants ont à ce jour été récupérés.

Une ONG de défense des droits des migrants et des réfugiés intitulée United for Intercultural Action rappelle de son côté que, depuis 1993, 857 réfugiés au moins sont morts en tentant de rejoindre Lampedusa. Depuis le début de l’année, United for Intercultural Action a déjà recensé 6

la honte

  en chiffres

D'après Pelagie Islands map.png, Created by NormanEinstein, May 25, 2005

Sur arrière-

L’ONG, qui compile depuis 1992 articles de presse et signalements effectués par des ONG, journalistes, universitaires, sources gouvernementales, etc, a dénombré plus de 14.000 « morts aux frontières de l’Europe » depuis 1988.

La majeure partie, plus de 11.000, sont morts avant même d’entrer sur le territoire européen, dont 4.696 en Afrique. Près de 10.000 sont morts noyés, dans la Méditerranée, lors du naufrage de leurs bateaux, mis à l’eau par leurs passeurs, en pleine mer ou à l’approche de la côte, ou fuyant les policiers qui cherchaient à les interpeller. 864 sont morts de soif ou de faim, la majorité perdue dans le désert, ou dans une embarcation à la dérive ; près de 300 sont morts étouffés dans un camion ; 254 ont été assassinés ; plus de 250 écrasés en traversant une route ou en tombant d’un camion ; 215 sont morts de froid ; 138 des 335 suicidés ont opté pour la pendaison, 4 sont morts en grève de la faim et 33 par immolation.


VOTRE OPINION SUR LE JOURNAL NOUS INTéRESSE Nous vous annoncions, dans le numéro 559 de février, une future consultation concernant votre mensuel. C'est chose faite avec ce questionnaire auquel nous vous invitons à répondre sans complaisance. Donnez votre avis sur la formule actuelle, et sur les évolutions qui répondraient à votre attente. Plus que jamais, nous voulons faire de Planète Paix un mensuel ouvert, de promotion de la Culture de la Paix. Merci de nous aider à atteindre cet objectif. Remplissez ce questionnaire sur Planète Paix selon les codes suivants : 1. Très négative - 2. Négative - 3. Positive - 4. Très positive

1. Quels sont selon vous les atouts et faiblesses de Planète Paix ? Mettez une croix Atout Faiblesse La « Une » Le découpage des rubriques L’édito Les dossiers L’information La place attribuée aux actions locales (comités) L’expression de la diversité des points du vue Les annonces d’initiatives Les pages culture La régularité de la parution La périodicité Le prix de l’abonnement Autres (précisez) :_______________________

Spécial Semaine de la presse à l’école Partenaire de la

L’info pacifiste : www.mvtpaix.org La paix en mouvement

3,20 euros

/ N° 560 / Mars 2011

Humanité pp560.indd 1

01/03/2011 15:20:17

2. Pour les rubriques actuelles, exprimez votre degré de satisfaction – entourez le numéro Satisfaction La « Une » 1 2 3 4 Regard sur / Arrêt sur images 1 2 3 4 L’édito 1 2 3 4 En Express 1 2 3 4 ça déménage Agenda, près de chez vous 1 2 3 4 Dialogues – courriers 1 2 3 4 Actualité 1 2 3 4 Campagnes 1 2 3 4 Dossier 1 2 3 4 Au jour le jour 1 2 3 4 Référence 1 2 3 4 Mondialiser la paix 1 2 3 4 Culture 1 2 3 4 L’info pacifiste : www.mvtpaix.org

La paix en mouvement

3,20 euros

/ N° 559 / Février 2011

pp559.indd 1

3. Quelles autres rubriques vous intéresseraient ? Portraits oui non Histoire oui non Villes de Paix oui non Reportages oui non évènements oui non Débats contradictoires oui non éducation oui non Bibliographie / filmographie oui non

21/02/2011 11:11:08

Spécial 32 pages Numéro double L’info pacifiste : www.mvtpaix.org la paix en mouvement

3,20 euros

/ N° 557 - 558 / Décembre 2010 - Janvier 2011

Dossier oTAN : le reTour De lA sAiNTe - AlliANce (P.13 - 16)

re

Questionnai

pp557.indd 1

19/01/2011 18:02:42

Autres propositions : _________________________________________________________

? N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

19


VOTRE OPINION SUR LE JOURNAL NOUS INTéRESSE Numéro spécial - Catalogue cadeaux de Paix 2011 Spécial 32 pages Numéro double L’info pacifiste : www.mvtpaix.org

4. Planète Paix est mensuel. Faut - il conserver cette périodicité ou la modifier ?  garder  rendre bi-hebdomadaire  rendre trimestriel

La paix en mouvement

/ N° 555 - 556 / Octobre - Novembre 2010

DOssier AfghANistAN : Arrêtez LA guerre ! (P.11 - 16)

5. Est - ce que le titre « Planète Paix » vous convient ?  oui  non Sinon, quelle autre proposition faites - vous ? __________________________________________________________________________ 6. Le nombre de pages vous paraît - il :  insuffisant ?  satisfaisant ?

3,20 euros

Uranium appauvri Rencontre avec Damacio Lopez (P.8-9)

Kurdistan Le plus grand procès politique en Europe (P.30-31)

pp555.indd 1

30/11/2010 14:19:25

excessif ?

7. Accepteriez - vous de payer plus cher un mensuel de 32 pages au lieu des 24 pages actuelles ?  oui  non L’info pacifiste : www.mvtpaix.org

8. Quels sont les sujets dont on ne traite pas ou pas assez ou trop dans Planète Paix ? __________________________________________________________________________ 9. La place donnée aux illustrations vous paraît - elle :  insuffisante ?  satisfaisante ?

La paix en mouvement

/ N° 554 / Septembre 2010

Pas de justice Pas de paix

excessive ?

3,20 euros

DoSSier Droit iNterNatioNaL (P.11 - 16)

21 Septembre Journée internationale de la Paix (P.8-9)

10. Depuis quand êtes - vous abonnéE au mensuel ?  Moins d’un an  Depuis la nouvelle formule Planète Paix (rajouter la date) : _______________________  Avant la nouvelle formule  Depuis toujours

Interview La Marche mondiale des Femmes au Brésil (P.20-21)

PP554.indd 1

11. Accepteriez - vous de souscrire à la formule d’abonnement libre par prélèvement trimestriel pour soutenir le mensuel ?  oui  non

01/09/2010 18:27:36

Spécial TNP New - York 2010 - 32 pages

L’info pacifiste : www.mvtpaix.org La paix en mouvement

3,20 euros

/ N° 553 / été 2010

Lendemain africain

12. Jugez - vous pertinente la création d’une association des « Amis de Planète Paix » destinée à promouvoir son rayonnement ? __________________________________________________________________________

Dossier 50 aNs D’ “ iNDépeNDaNces ” (p.11 - 16)

BDS Le courage de dire non (p.8)

13. Seriez - vous prêtE à vous impliquer dans la préparation d’un évènement pour les 60 ans de la revue à l’automne ? ___________________________________________________________________________

Armes de Terreur par Venance Journé (p.31)

PP553.indd 1

16/07/2010 12:53:13

14. La création d’un site Internet spécifiquement Planète Paix vous apparaît - elle :  inutile ?  utile ?  prématurée ?  indispensable ? Spécial Semaine de la presse à l’école- 32 pages Partenaire de la

L’info pacifiste : www.mvtpaix.org La paix en mouvement

3,20 euros

L’info pacifiste : www.mvtpaix.org

/ N° 552 / Mai 2010

La paix en mouvement

Recyclons la mitRaille !!

3,20 euros

L’info pacifiste : www.mvtpaix.org

L’info pacifiste : www.mvtpaix.org

/ N° 551 / Avril 2010

Désarme citoyen !

La paix en mouvement

3,20 euros

/ N° 550 / Mars 2010

éduquer à la Paix

La paix en mouvement

3,20 euros

/ N° 549 / Février 2010

ire

égalité et aix

Questionna

p

100

T’as pas ?! balles

Dossier CoNféreNCe D’exAmeN Du TNP

(P.11 - 16)

Dossier égaLité et paix

Dossier

( p.10 - 15 )

(P.10 - 15)

(P.13 - 21)

(P.7)

L’Appel de Stockholm L’éradication des armes, moteur du progrès humain

Cinéma Solutions locales pour un désordre global

(p.7)

(P.25)

Cinéma La Révélation

(P.22-23)

PP552.indd 1

Guinée Et maintenant ?

Abolition des armes nucléaires Lancer les négociations

Cinéma Invictus

(P.8-9) © DR

Armes nucléaires L’élimination avance, que fait la France ?

(P.30) Palais du Peuple à Conakry.

Haïti Urgence et Histoire (P.18-19)

© UN Photo/Logan Abassi

Dossier coMMerce Des arMes

(p.22-23)

04/05/2010 10:33:51

pp551.indd 1

12/04/2010 11:49:33

pp550.indd 1

01/03/2010 21:44:14

pp549.indd 1

04/02/2010 17:31:04

Nous vous remercions d'avoir pris le temps de répondre, et de nous retourner le questionnaire avant le 20 avril à : Planète Paix - Maison de la Paix - 9, rue Dulcie September - 93400 Saint-Ouen 20

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

?


L’As soci atio n ENJE U org anis e

culture

11

éducation à la paix

Le festival « Planète Mômes » L'association Enjeu - Les Pionniers organise depuis 1992, un festival à forte valeur ajoutée solidaire et humaine. 5.000 enfants d'Île-de-France sont attendus. Rencontre avec Olivier Corzani, coordinateur du festival.

L’

idée fondatrice du festival, qui a démarré en 1993, à laquelle nous sommes encore très attachés, est une mise en commun de réflexions et de moyens autour de thèmes qui regroupent les grands enjeux de notre époque. Le festival se déroule sur 2 semaines, au moment des vacances d’avril et il attire environ 5.000 enfants de toute la région parisienne, voire du Nord - Pas-de-Calais. Il s’agît généralement de 2 pôles primaires (6 – 12 ans) et d’un pôle maternel (5 – 7 ans).

Planète Paix : De nombreux festivals destinés aux enfants existent. Quelle est l’originalité de « Planète Mômes » ?

Olivier Corzani : Tout d’abord « Planète Mômes » est un festival initié par une association d’éducation populaire, il se revendique donc festival d’éducation populaire. Ensuite, il est vrai qu’aujourd’hui n’importe quelle collectivité est capable d’organiser un festival pour enfants, ce qu'elles font d’ailleurs avec talent, Planète Mômes trouve donc son intérêt dans la mise en commun. Planète Mômes n’est qu’un outil, un prétexte, qui doit permettre de rassembler tous les acteurs (collectivités, associations, mouvements d’enfants, éducation nationale etc …) qui souhaitent réfléchir à un moment d’éducation populaire

FE ST IVAL PO UR EN FA NT S vril u 22 A Du 11 a Renseignements 01 43 52 29 59 - www.ass ociation-enjeu.o

A l’initiative de l’associa

rg

tion ENJEU - PIONNIERS sociales, avec l’apport DE FRANCE, en coopérati de multiples association on avec des collectivit s, comités d’entrepris és territorial es et es, organismes spécialisés , entreprises, personnalit és…

en direction des enfants, c’est sa raison d’être. Il existe aujourd’hui trop peu de lieux qui offrent la possibilité d’une réflexion commune.

P.P. : Quel bilan tirez - vous de ces expériences, quelles difficultés rencontrez - vous ?

O.C. : Aujourd’hui, notre principale difficulté consiste à maintenir et développer ce partenariat inhérent à Planète Mômes. Le fait de vouloir être toujours plus nombreux implique également des contraintes, et nous sommes bien conscients des difficultés de chacun, toutefois il s’agît d’un parti pris qui nécessite un engagement. Pour autant, il s’agît en effet d’une magnifique expérience au cours de laquelle nous avons pu rencontrer de nombreux acteurs avec qui nous avons traité de nombreux thèmes : l'avenir dans le Tiers Monde, les défis de l'énergie, paix et développement, sciences et environnement, lecture et écriture, la génétique, les mathématiques, les Droits de l'Enfant... Planète Mômes est également la preuve qu’une réflexion et une mise en commun des moyens d’action est possible. C’est un beau pied de nez à une société qui pousse à l’individualisme et à la concurrence acharnée entre individus. Nous sommes convaincus que c’est un combat qui mérite d’être mené, parce que les enfants représentent l’avenir de notre société, notre devoir à nous tous éducateurs est de savoir quelle direction nous souhaitons donner à cette société. Entretien avec Olivier Corzani, responsable de la coordination du festival « Planète Mômes » pour l’association Enjeu - Pionniers de France.

EN SAVOIR PLUS Site d'Enjeu : http://www.association-enjeu.org/

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

21


culture Théâtre

« à portée de crachat » Sam Touzani le dit carrément : « le Maroc est un pays qui va prendre du temps pour changer ». Auteur et comédien belge, d'origine marocaine, il répond ici aux questions de Colette Braeckman, du journal bruxellois Le Soir, à l'occasion de la présentation de la pièce « à portée de crachat » de Taher Najib.

C

olette Braeckman : La question de l’identité est au cœur de votre nouveau spectacle. En quoi ce thème est il important pour vous ?

Sam Touzani : Ces sujets qui ont déjà été au centre de mes derniers spectacles : que peut - on faire pour être soi-même, pour s’approprier son identité sans laisser aux autres le soin de la définir ? Comment affronter les étiquettes, le repli communautaire ? Moi, je suis d’abord un artiste belge mais quand je vois ce qui se passe dans le monde arabe, je pense d’abord au Maroc… C’est en 1972 que le déclic s’est produit : ma mère s’était rendue avec ma sœur à l’ambassade du Maroc pour demander son passeport. Lorsqu’elle a refusé de payer le bakchich, elle a été battue par quatre malabars. En sang, ma mère et ma sœur ont été jetées sur le trottoir de l’hôpital. Une semaine plus tard, elles ont porté plainte. Durant des semaines elles ont été menacées par les flics marocains. C’est comme cela que nous avons acquis une conscience politique… Le Maroc pour moi reste une dictature et voilà qu’on nous refait le « coup de Ben Ali » : rappelez - vous à l’époque, en Tunisie, après l’« attentat médical » où Bourguiba fut évacué pour raisons de santé, Ben Ali fut présenté comme un moderniste, un moindre mal. Au Maroc aussi, l’arrivée au pouvoir de Mohamed VI, « M6 », fut présentée comme un progrès par rapport à son père. Et en onze ans, il a multiplié par sept sa fortune personnelle… à côté de lui, les coffres de Ben Ali, de Moubarak, c’est peu de chose.

C.B. : Mais il a procédé à des réformes, non ?

S.T. : Plutôt des réformettes, comme le code de la famille… Au Maroc, le roi est Commandeur des Croyants, ce qui lui donne une légitimité qui le relie au prophète Mohamed. C’est sur cela que joue le régime : le roi, Dieu et la patrie. Qui conteste l’un conteste l’autre…

C.B. : Quelle peut être l’influence du monde extérieur ?

S.T. : Les grands de ce monde préfèrent toujours parler avec un interlocuteur unique… On ressort EN SAVOIR PLUS toujours l’épouvantail islamiste, mais le pouvoir en joue : il sait où se trouvent les islamistes… M6 Espace Leopold Senghor, 366 chée a été très intelligent : alors que son père avait mis de Wavre, 1040 Etterbeek. toute la gauche en prison, lui, il a trompé l’Eu02/230.31.40 ou info@senghor.be rope. Il a mis en prison les islamistes et les Berbères qui plaidaient en faveur de l’autonomie de 22

N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

la Kabylie. Et tous les gens de gauche qui étaient en prison ont été intégrés dans le gouvernement, mouillés dans le parti du Roi. Tous ces gens, formés en Europe, ont une forLes 1er, 2, 3, 4 e midable communit 5 Mars 2011 20 h cation politique, ils 3 0 à l’Espace Senghor, savent parfaitement quels messages faire passer, comment expliquer que le Maroc représente la voie médiane, comment agiter l’épouvantail islamiste, etc. Ils tiennent le discours que l’Europe a envie d’entendre. Mais deux sujets restent tabous, l’islamisme et le Sahara Occidental… Je suis choqué de voir 60.000 Bruxellois d’origine marocaine manifester pour Gaza, la Palestine alors que personne, jamais, ne bouge pour le Sahara Occidental… présente:

À portée de crachat Publié aux Éditions théâtrales

Coproduction : Théâtre Jacques Gueux - Dialogue & Partage - Espace Senghor - Centre Culturel Jacques Franck.

Avec la participation du C.C.L.J. - Regards, La ligue des droits de l'Homme. Avec le soutien de L’Espace Magh, d’IMAJ, de la Cie des Nouveaux Disparus, La Vénerie. Avec l’aide de la Cocof, Communauté Française de Belgique-Service du Théâtre, des Tournées Art et Vie et de Wallonie-Bruxelles International.

C.B. : Qu’y a - t - il comme alternative ?

S.T. : Les mouvements de femmes et aussi les islamistes qui, eux, aident vraiment la population qui s’installe… Mais ne nous faisons pas d’illusions : dans pas mal de pays arabes, lorsque le changement se produira, il y aura un passage obligé par les islamistes, un triste passage… Ce n’est qu’à terme, dans un deuxième temps, que le monde arabe arrivera à sortir du fascisme vert… Le Maroc, c’est le pays qui va prendre le plus de temps pour changer. La peur y est ancrée au plus profond du Marocain, même ceux qui vivent ici… La plupart des artistes, des politiques, même s’ils sont devenus belges, ont fait allégeance au Roi. En Belgique, les partis politiques sont infiltrés ; je connais tous les élus d’origine maghrébine : 80 % d’entre eux font allégeance au Roi le jour de la fête nationale marocaine. Je peux vous donner les noms de ceux qui ont refusé…

C.B. : Conclusion, comment voyez - vous les révoltes qui secouent le monde arabe ?

S.T. : Il s’agit d’un phénomène extrêmement positif. En tant qu’Européens, nous avons un rôle à jouer, pas un rôle paternaliste, de donneur de leçons, mais un rôle de soutien. Il est certain que le Maroc se réveillera un jour, mais je crains qu’alors ce soit sanglant… Propos recueillis par Colette Braeckman


Hommage

Francette Seligmann n’est plus Son décès est survenu dans sa 97 ème année le 13 février 2011,

Le Mouvement de la Paix tient à renouveler toute l’expression de son émotion à ses enfants, petits-enfants et arrières arrièrepetits petits-enfants.

Photo : Mouvement de la Paix

F

rancette et Pierre partageaient les mêmes convictions politiques, ce qui a fait d’eux un couple indissociable dans leur parcours de militants. Pierre fut un des fondateurs du Mouvement de la Paix et Francette une des fondatrices avec Eugénie Cotton de l’Union des Femmes Françaises devenue par la suite Femmes Solidaires. Francette est restée jusqu’à son décès une Présidente départementale des Hauts - de - Seine de Femmes Solidaire très attentive aux actions mises en œuvre. En 1940 la publication des lois antisémites décrétées par Pétain conduisit le jeune couple à entrer dans la clandestinité. Dans la période où Jean Moulin tentait d’unifier les différents réseaux de la Résistance, Pierre participa activement avec Lucie et Raymond Aubrac, Jean Pierre Vernant, Stéphane Hessel et bien d’autres personnalités à la libération de la France, puis dans l’après-guerre à la mise en place du programme du Conseil National de la Résistance. En 1950 l’Appel de Stockholm relayé par le Mouvement de la Paix recueillit des millions de signatures contre la menace nucléaire militaire. Pierre et Francette contribuèrent à ce succès. Leur engagement s’est toujours concrétisé par la défense de l’esprit fondateur de la charte de l’ONU, du respect des droits universels de l’Homme et de la promotion de la paix. Ce fut toute leur vie un couple très soudé, chacun soutenant l’action de l’autre tout en sachant conserver leur propre latitude d’action et de réflexion dans une grande liberté mutuelle. C’est avec une grande ouverture d’esprit qu’ils ont milité toute leur vie. Ils ont toujours été très sensibles à la culture sous toutes ses formes avec le souci constant de la retransmettre autour d’eux. C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’ils ont soutenu et relayé le concept de Culture de Paix, énoncé par l’ONU et l’UNESCO avec Fédérico Mayor. Un dernier hommage public leur a été rendu le 12 mars à Sèvres en présence d’une centaine de personnes.

Photo : Mouvement de la Paix

six ans après celui de Pierre, son époux.

Francette et Pierre Seligmann

Terre en alerte :

Avec la parole, apprendre l'équité, Son voisin de terrien, t’es rien sans ton voisin. Système en cas de crise, inapproprié ; La mort ou la solidarité, Reste seule issue à cette humanité. Dame Nature exploitée, Humains sous presse, Terre en alerte, dangers dépassés, Solidarité, place nette, c’est une priorité, C’est le bal des requins, Qui nous attend, sinon demain. Adieu Humanité si Dame Nature ne respecte ! Femme, Toi qui Vie m’a donnée, Toi Mère originelle, Toi, ce rien, que Dieu a ensemencé de son Verbe ! Ce Rien qui fait tout ! Toi qui du moindre atome, Vie a gestationné, Vie donnée, Vie couvée, Vie nourrie, Vie désaltérée, vie émerveillée, Enfin dans tes bras Gaïa, Tu m’enterreras. Et humains que faisons - nous, Depuis notre faux pas ? Terre, plantes, animaux, minéraux, Solide, liquide, tout exploiter, Pour or produire et artificiels bonheurs thésaurisés... Au détriment du reste de l’humanité. Ô homme quand deviendras - tu sage ? Et arrêteras de monter au Ciel tes tours de Babe ? Quand cesseras - tu tes guerres stratégiques ? Pour tous ceux qu’on nique… Pour tous ceux qu’on nique..

Une couverture sur la terre, Ouverte à toute les frontières, ça ferait rentrer de l’air, Dans cette pétaudière... Mon œil on est tous frères, Faut cesser de se faire la misère, Il n’y a pas de quoi être fier, De nos histoires de France et d’après guerre, Et d’avant la suivante… Où tu t’en vas Homme comme cela ? Cela ne te suffit pas de polluer la terre, En apprenti sorcier, sans respect des Lois, Et Principes qui régissent l’Univers ; Tu détraques l’atmosphère ! Quand cesseras - tu de faire le fier ? Pour penser à tes sœurs, tes frères, Ne plus faire la misère à ta (M)ère ! Femmes, qui représentez cette Mère originelle, Cette nuit que le Tout Puissant a ensemencé de son Verbe, Et Sa Lumière a donné la Vie, élevez - nous Femmes dans l’amour, Et le respect des valeurs et principes universels, Au-delà de toutes frontières ou d’œillères, Pour que femmes et hommes de demain, Se respectent et vivent dans une nouvelle vie, Cet après demain... Sèvres, le 16 février 2010 Bertrand Chemel Ce poème a été lu lors des obsèques de Francette

Un vrai pic-nique, ce serait chic, N° 561 - Avril 2011 - Planète PAIX

23


Planète Paix n°561  

L'actualité des acteurs de Paix : l'information pacifiste, la revue mensuelle du Mouvement de la Paix. Avril 2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you