Page 1

L’info pacifiste : www.mvtpaix.org La paix en mouvement

3,20 euros / N° 544 / Septembre 2009

21 septembre la paix est fête

Dossier (P.11-16)

Livre Le chemin des armes (P.22)

Changement climatique Un autre Copenhague est possible (P.21)


REGARD SUR...

Stand du Mouvement de la Paix à la fête de l’Humanité, 11, 12 et 13 septembre 2009

Initiatives des comités, 21 septembre, Journée internationale de la paix

Trocadero, Paris (75)

Laragne

Tulle (19)

78) s-Poissy ( u o s s e r Carriè 2

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

Brives (19)

(05)


Sommaire

l’Édito

Planète Paix n° 544 - Septembre 2009

6

Campagne

journée internationale de la paix

P.6

21septembre et la culture de paix

7

21 septembre 2009 : une opportunité historique pour le désarmement

L

actualitÉ

Le Mouvement de la paix

P.7

Une rentrée pacifiste Journée du désarmement nucléaire (jdn) P.8

La France doit bouger Nations unies

P.9

Crimes de guerre à Gaza Désarmer pour développer

11

dossier

21 septembre : la paix est fête Rencontres

P.12-13

Appels aux peuples Engagement

P.14-15

La paix dans tous ses états

16

‘‘ Ce 21 septembre

Référence

Campagne

P.16

‘‘Nous devons désarmer’’

18

pulations victimes P.18

Dans l’air du temps… Grande bretagne

P.19

En route vers le désarmement Proche-orient

P.20

Liberté pour Salam Hamouri Changement climatique

P.21

Un autre Copenhague est possible

22

a été l’expression massive des po-

mondialiser la paix

Désarmement nucléaire

Michel Thouzeau Membre du bureau national du Mouvement de la Paix

des effets d’une crise dévastatrice pour un monde débarrassé des

culture

armes de destruc-

livre

P.22

Le chemin des armes livre

P.23

tions massives

’’

La Bombe : L’univers opaque du nucléaire

Mensuel édité par le mouvement de la paix

9, rue Dulcie September, 93400 Saint-Ouen Tél.  01 40 12 09 12 Fax : 01 40 11 57 87 planete.paix@mvtpaix.org

Directrice de publication : Annie Frison. Rédactrice en chef : Arielle Denis. Secrétaire de rédaction : Nadia Bennad Conception maquette : Chérif Beldjoudi. Rédacteur - graphiste - maquettiste : Laurence Leclert.  Comité de rédaction : Nadia Bennad, Nicole Bouexel, Ben Cramer, Jacques Le Dauphin, Arielle Denis, Pierre Villard. Photos et illustrations : Tous droits réservés. Couv. : Laeticia Saudy. P.11 Christophe Cunniet. Ont participé à ce numéro : Michel Thouzeau, Pierre Villard, Dominique Lalanne, Piches, Arielle Denis, Nadia Bennad, Jean-Pierre Bugada, Sapho, Kate Hudson, Éric Biesse, Ben Cramer, Patrice Bouveret, Jean-Marie Collin. Gestion des abonnements : Nassera Macrez, tél.  01 40 12 09 12. ISSN 1773-19241. Numéro de commission paritaire : 0709G85601. Imprimeur : Midi Pyrénnées

a journée internationale de la paix a lieu cette année dans des circonstances exceptionnelles.

L’élection d’Obama aux Etats-Unis et ses déclarations sur le désarmement nucléaire, l’implication très importante du secrétaire général de l’Onu qui place cette journée sous le signe d’un appel vibrant « Nous devons désarmer. Agissons pour libérer le monde de la menace des armes nucléaires », la publication depuis un mois des « 100 raisons pour lesquelles nous devons désarmer » par Ban Ki-Moon lui-même, la tonicité de la commémoration en août d’Hiroshima et de Nagasaki et la dynamique très puissante qui s’est amorcée au Japon, les échos qui nous sont parvenus de nombreuses régions et communes, la diversité et le nombre plus grand des partenaires du collectif 21 septembre, tout indique qu’une avancée significative et décisive a lieu cette année. Ce 21 septembre a été l’expression massive des populations victimes des effets d’une crise dévastatrice pour un monde débarrassé des armes de destructions massives et pour une diminution importante des dépenses militaires au profit des dépenses sociales et de la recherche civile pour la résolution des multiples problèmes de la planète. Cette exigence, considérée comme une utopie, semble aujourd’hui réalisable. Partout les drapeaux de la paix ont flotté, des milliers d’affiches « 21 septembre » du collectif ont été collées, de nombreux élus des communes, des départements, des régions se sont associés à cette journée pour répondre aux objectifs fixés par l’assemblée générale des Nations unies.

Michel Thouzeau

Bon d’abonnement à Planète Paix page 17 N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

3


C’EST VOUS QUI LE DITES

 Guerre et paix La guerre est une horrible douleur sans issue, un désespoir, trouver la paix est le contraire.

Opinions, Suggestions, Observations ! Envoyez-nous vos messages pour qu’ils soient diffusés dans le journal et sur le site Internet du Mouvement www.mvtpaix.org. écrire à : Mouvement de la Paix 9 rue, Dulcie September, 93400 Saint-Ouen. Courriel : planete.paix@mvtpaix.org Les réflexions suivantes sont destinées au débat et n’engagent donc que leurs auteurs.

Les guerriers endoctrinés sont aveuglément commandés pour faire le mal.

spontanément procédaient par aveuglement ou par injustice, (...) et donc par oubli.

Un héros est un homme, bon, qui sait ne pas se battre. On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels.

La guerre est un acte de violence destiné à contraindre l’adversaire à exécuter nos volontés. Les querelles ne dureraient pas longtemps, si le tort n’était que d’un côté. J’achèterai tout, a dit l’or ; je prendrai tout, a dit l’épée.

A la guerre il n’y a pas de gagnants, il n’y a que des perdants. Ce qui constitue l’histoire ce sont essentiellement des actes ou des oeuvres d’individus qui

Et quels sont les plus grands criminels ? Ceux qui vendent

les instruments de mort ou ceux qui les achètent et s’en servent ? Où ils ont fait un désert, ils disent qu’ils ont donné la paix. Les vrais chrétiens ou religieux doivent refuser de se soumettre à la guerre. La guerre est un fruit de la dépravation des hommes ; c’est une maladie convulsive et violente du corps politique.

CP

Aux amis disparus… Hommage Un auteur et metteur en scène engagé André Benedetto est décédé le 13 juillet 2009. Membre du conseil national du Mouvement de la Paix pendant de longues années, André Benedetto a été un véritable acteur de la culture de la paix, aux multiples sens du terme. Une des ces premières pièces était « Le pilote d’Hiroshima ». Plus tard avec « Napalm » il crée la première pièce française consacrée à la guerre du Vietnam. Cet engagement pour une véritable citoyenneté populaire, s’appuyant sur l’intelligence des femmes et des hommes pour cultiver la Paix, le conduit à s’engager avec le Mouvement de la Paix pour empêcher dans les années 60 la construction du Plateau d’Albion, haut lieu de la composante nucléaire française terrestre. Le plateau d’Albion est aujourd’hui débarrassé de ces engins de mort. Il en est l’un des instigateurs aux côtés de ses nombreux amis pacifistes provençaux. En 1999, à l’occasion du congrès de Vitry-sur-Seine du Mouvement de la Paix, il avait offert à notre association un poème inédit « Les mains », véritable ode aux bâtisseurs de paix. En 2000, à l’occasion de l’année internationale de la Culture de la Paix, il avait été d’un précieux conseil pour que le Mouvement de Paix tisse de nombreux partenariats avec les compagnies du Festival Off d’Avignon. Nous rendons hommage à l’engagement humaniste, fraternel et pacifiste d’André, ce grand humain de théâtre. 4

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

Jacqueline Coignard : une farouche combattante de la liberté Jacqueline était une de ces militantes pour lesquelles les luttes pour un monde meilleur ne se divisent pas. Militante pour les droits des femmes, militante anticolonialiste, antiraciste, militante pour la justice sociale et aussi militante pacifiste pour le droit de l’homme à la paix. Elle était tout cela et elle le revendiquait y compris, bien sûr, au sein du Mouvement de la Paix car, pour elle, militer pour la paix, était indissociable des autres luttes et réciproquement. Pour elle, transformer le monde nécessitait d’agir sur toutes les thématiques et à tous les niveaux sur les fondements d’une critique sans concession d’un monde où l’argent roi aboutit à ce que 1% de la population concentre entre ses mains 60% des richesses au plan mondial alors que dans le même temps 10 millions d’enfants de moins de 10 ans meurent tous les ans de faim et des conséquences de la malnutrition. Son combat est plus que jamais d’actualité. Donc, un dernier salut, à Jacqueline en disant « Hasta Siempre », en référence à sa lutte contre l’embargo imposé à cuba et à son soutien au peuple cubain, et vive l’utopie d’un monde meilleur car c’est ce qui a fait avancer Jacqueline.


REPÈRES ... À lire

EN EXPRESS ...

Jeune et motivée Marie Orset, jeune déléguée de 20 ans du Mouvement de la Paix, s’est rendue en août dernier aux cérémonies commémoratives

« Blackwater, l’ascension de l’armée privée la plus puissante du monde » De Jeremy Scahill Éd. Actes Sud Le 16 Septembre 2007, des tirs de mitraillettes ont éclaté à Nisour à Bagdad laissant dix-sept civils irakiens morts, dont des femmes et des enfants. Les tireurs étaient des hommes de la société privée américaine de mercenaires, Blackwater Worldwide. Jeremy Scahill, journaliste américain d’investigation, révèle l’ascension de cette société qui, au départ était une petite entreprise de sécurité installée à Moyock, en Caroline du Nord, devenue l’un des plus puissants acteurs de la « guerre contre le terrorisme ». Les pires crimes commis par des hommes de la société Blackwater, appelée aujourd’hui Xe, n’ont toujours pas été jugés. Un décret, l’Ordre 17, protège ces mercenaires de toute poursuite judiciaire, privilège dont les soldats de l’armée américaine ne bénéficient pas. Les enjeux internationaux du nouveau business de la guerre et de la sécurité deviennent ainsi concrets. Désormais, pour ces sociétés privées, les sources de leurs profits proviennent des conflits armés ou de catastrophes dans le monde.

À voir

Le Sel de la mer

des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki au Japon. Impressions de voyage. Je garde un très bon souvenir de ce voyage que j’ai envie de partager avec le plus de monde. J’ai appris énormément de choses dont je n’avais jamais entendu parler avant de partir. Ce que j’avais appris à l’école sur les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, était que les Américains avaient lancé deux bombes atomiques le 6 et le 9 août 1945 et que ça avait permis la fin de la guerre. Ce que nous ont raconté les Hibakushas (survivants de la bombe) dépasse largement cela ! Quand j’ai entendu raconter les horreurs causées par la bombe par des gens qui les ont vécues, je me suis demandé comment je pouvais ne pas être au courant. Ce sont des témoignages que je ne pourrai jamais oublier et que je me suis promis de transmettre au plus grand nombre de per-

sonnes. Nous devons remercier les Hibakushas des efforts qu’ils font pour lutter contre les bombes atomiques et pour le désarmement. Bien que cela soit pour eux un sujet très douloureux, ils sentent qu’ils ont le devoir d’en parler pour que de telles atrocités ne se répètent jamais ! Nous avons été très bien reçus par les Japonais. Je les ai trouvés très motivés et très créatifs, ils font des campagnes de signatures contre les armes nucléaires, de superbes banderoles, des poèmes… Les forums des jeunes étaient particulièrement intéressants car très dynamiques, on en ressort plein d’énergie et d’optimisme, avec une véritable envie de s’engager pour changer les choses.

Marie Orset

IMAGE DU MOIS

Film de Annemarie Jacir Un voyage dans le temps… Une simple balade sur le chemin de l’histoire de Soraya (Suheir Hammad)… Droits des réfugiés, la « loi du retour », qu’elle entend faire appliquer, au moins pour elle. Histoire des Palestiniens. Un voyage dans un mouchoir de poche. Ici à Ramallah, poumon administratif des territoires palestinien, on aperçoit dans la brume les buildings de Tel Aviv, capitale d’Israël. Les conditions de tournage en Palestine ont été particulièrement difficiles « pour toutes les raisons inhérentes à la production cinématographique dans le monde plus toutes les autres raisons de logistique » précise la réalisatrice. « L’acteur principal palestinien, Saleh Bakri, n’avait pas le droit d’aller à Ramallah, car il est citoyen Israëlien mais l’équipe cisjordanienne n’avait pas le droit de quitter Ramallah… ». Le sel de la mer, cette mer, dernière image vue de la Palestine par les réfugiés exilés en 1948, a été la dernière chose qu’ils ont vue, un joyau clair, précis et ironique.

Concarneau

Les couleurs de la paix hissées sur les remparts de la ville close N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

5


campagne Journée internationale de la paix

Le 21 septembre et la culture de Paix La Journée internationale de la paix a été fixée au 21 septembre par une résolution de l’Onu. De nombreux citoyens ou élus se mobilisent à cette occasion. Catherine Lecoq, comédienne, Conseillère régionale de Provence, Alpes, Côte d’Azur et vice présidente du Mouvement de la Paix, revient sur l’implication de sa Région dans cette journée.

EN SAVOIR PLUS • www.21septembre.org 6

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

P

lanète Paix : Que représente la journée de la paix pour vous ?

Catherine Lecoq : Il me semble que ce jour du cessez-le-feu international est un signal fort au monde pour que résonnent avec les questions de paix et du désarmement par le biais de la culture de Paix. C’est ce jour où les débats et les actes sont posés et qui devront perdurer tout au long de l’année et faire écho, l’obstination des militants aidant, auprès des associations, des collectivités territoriales, etc. afin qu’elles s’engagent de plus en plus fortement autour de cette journée rassembleuse.

syndicats, des élus de toutes nationalités, des diplomates, des jeunes, afin de poser des questions de société, incluant bien évidemment le bien fondé des budgets de l’armement national et international, en constante évolution alors que les besoins sociaux et vitaux pour la planète ne sont pas satisfaits.

PP : Quelles étaient les actions de la Région PACA pour ce 21 septembre ?

C.L. : Cette année, le correspondant de l’Onu à Bruxelles Jean Pierre Bugada était l’invité à notre tribune ainsi que PP : Qu’attendez-vous du 21 Houria Mekrelouf septembre ? présidente du colC.L.  : Les petites rivières lectif 13 droits faisant les grands fleuves, des femmes afin nous pouvons nous appuyer d’annoncer la marsur cette date pour rebondir che mondiale des d’initiatives en initiatives et femmes en mars porter auprès des politiques Catherine Lecoq lors d’une manifestation 2010 qui comporte des revendications pour faire un atelier « Paix et à Marseille le 19 mars 2009 vivre la culture de Paix auprès démilitarisation  ». du plus grand nombre. Ainsi, nous pourrons sans Puis, en soirée, la chanteuse Sapho militante de la doute envisager une autre perspective que celle Paix et du rapprochement israélo-palestinien, et du surarmement et de son coût faramineux et de marraine 2009 de cette journée, nous a fait l’honla politique de « dissuasion » envers quels pays neur de son dernier opus « Universelle » à l’hôtel pour quel objectif réel ? de région à Marseille. Le monde a besoin de Paix, la Paix a besoin de monde ! Le 21 septembre est un jour où nous Il y a également une exposition jusqu’au 31 ocpouvons toutes et tous conjuguer nos efforts pour tobre de l’association « cartooning for Peace » préqu’à terme la culture de Paix soit dans tous les sidée par le dessinateur Plantu qui à pour thème esprits comme l’air que l’on respire sans s’en ren- « dessine moi la Paix en Méditerranée ». Enfin, dre compte et qui pourtant est essentiel pour que notre institution s’est ralliée à la campagne « un l’homme puisse continuer à vivre ! drapeau Paix, une fenêtre sur la liberté ». Ces mêmes drapeaux qui ont été arrachés aux fenêtres de PP : Vous souhaitez donc une large mobili- Strasbourg lors du contre sommet de l’Otan et où sation, mais quel est l’engagement du Conseil des milliers de personnes étaient venues dire non Régional PACA au sein duquel vous siégez ? à la réintégration de la France dans le commandeC.L. : Depuis maintenant 5 ans la Région Pro- ment de l’Otan ! vence-Alpes -côte d’Azur à a cœur de réunir avec le Mouvement de la Paix, des associations, des


ACTUALITÉ Le Mouvement de la Paix

Une rentrée pacifiste

V

ous avez réuni votre conseil national. Quelle analyse tirez-vous du contexte national et international de cette rentrée ?

Ces dernières années nous avaient habitués aux mauvais coups estivaux : Israël au Liban, affaires géorgiennes, nouvelles forces françaises en Afghanistan. Nous y avons échappé cet été, mais la situation reste inquiétante dans tous les pays avec des processus électoraux (Iran, Afghanistan, Congo). L’élection d’Obama continue de changer la donne, même si les oppositions à sa politique commencent à s’organiser. Il est évident qu’après ses nombreuses déclarations concernant l’arme nucléaire, la perspective d’avancées significatives à la conférence d’examen du TNP à l’Onu en mai prochain est réelle. La main tendue aux russes concernant le système de défense anti-missile est bienvenue. En Irak et en Afghanistan, c’est autre chose. Les États-Unis ne prennent pas le chemin d’une sortie de crise. En France, nous sommes maintenant dans un contexte de réintégration complète de l’Otan, et le vote de la Loi de programme militaire au printemps, après des mois d’atermoiements révélateurs de malaise de la part du gouvernement et de sa majorité. Cette rentrée, c’est aussi le 21 septembre avec l’implication de l’Onu pour en faire une journée de mobilisation pour le désarmement.

Comment votre mouvement appréhende-t-il tous ces sujets en même temps ? C’est à la fois simple et compliqué. Il est de plus en plus évident que nous sommes confrontés à une capacité de réponse globale. C’est la culture de la paix. Seule la paix comme boussole de construction de monde et comme projet social est de nature à assurer un avenir durable et soutenable à notre planète. Nous n’en sommes plus à nous mobiliser uniquement lorsque les guerres sont là, mais à rassembler les citoyens dans leur diversité pour prévenir les conflits. La paix, cela se cultive partout, par tous et à tout moment. Cela demande bien entendu toujours de se mobiliser contre les guerres, mais aussi d’être davantage en capacité de modifier les mécanismes qui mènent aux guerres. Par le passé, les crises ont souvent ouvert le chemin des guerres ; la grave crise dans laquelle nous sommes doit nous amener à trouver d’autres solutions. C’est un défi majeur lancé à l’intelligence des hommes. Avec toute cette intelligence que les hom-

Conseil national des 29 et 30 août 2009

année, fin août,

mes ont su mettre dans les machines et stratégies de guerres et de domination, redoublons de conviction pour faire grandir les défenses de la paix dans la tête de nos concitoyens et des dirigeants.

s’est déroulé le

C’est un vaste programme

Comme chaque

Conseil national du Mouvement de la Paix et de ses comités locaux. Rencontre avec Pierre Villard, coprésident, sur les mobilisations des pacifistes en cette rentrée 2009.

Oui, vaste programme ; mais aussi quelle ambition ! Cela nous fait nous poser la question de l’attractivité et de la vitalité du mouvement pacifiste en France et dans le monde. Notre conseil national a adopté un plan de renforcement du Mouvement de la Paix avec pour objectif de sortir des difficultés financières dans lequel il se trouve, mais aussi de développement pour répondre aux enjeux de la culture de la paix en ce début de 21ème siècle.

Concrètement, dans les mois qui viennent, quels sont vos rendez-vous ? Déjà le 21 septembre, journée internationale de la paix, pour laquelle les comités du Mouvement de la Paix sont de plus en plus mobilisés. La campagne pour l’abolition de l’arme nucléaire aura cette année une importance cruciale avec une délégation de 100 citoyens français à l’Onu en mai, porteurs des actions dans l’hexagone et de l’exigence d’avancées vers l’abolition. Dans cette perspective se tiennent les 4èmes Journées du désarmement nucléaire à Caen les 16, 17 et 18 octobre prochain. D’octobre à mai se déroulera le Tour de France de l’Abolition. Du 19 au 22 février, le Mouvement de la Paix organise la 4ème rencontre internationale de jeunes pour la Culture de la Paix à Varennes-Vauzelle dans la Nièvre. Nous poursuivons et nous développons l’action pour la paix au Proche-Orient et notamment la création de l’État de Palestine, pour le retrait des troupes françaises d’Afghanistan, la dissolution de l’Otan, la réduction des budgets militaires.

Pierre Villard

EN SAVOIR PLUS • www.mvtpaix.org

Enfin, connaissant la nocivité des activités militaires pour notre planète, nous participerons au sommet de l’environnement à Copenhague. N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

7


ACTUALITÉ Journées du désarmement nucléaire (JDN)

La France doit bouger Nous sommes à un tournant historique. Le président des États-Unis d’Amérique a annoncé un nouvel objectif pour le monde, le désarmement nucléaire total, et il souhaite y associer tous les États de la planète.

L

e Traité START de limitation des armements nucléaires signé avec la Russie va être renouvelé en décembre et, en mai 2010, la Conférence du TNP devrait pouvoir dégager de nouveaux engagements des États signataires. La France se dit opposée à des mesures qui la concerneraient. Après avoir fermé son site d’essais nucléaires de Mururoa et ses sites de production de matières fissiles, la France dit avoir atteint son minimum nucléaire pour « assurer sa sécurité ». Une position solitaire, opposée à toute la communauté internationale.

sion de frappe, qu’il devienne des jours, voire des semaines ou même des mois.

question est donc de reformuler la sécurité de la France et la sécurité internationale.

Le deuxième défi est plus fondamental, il s’agit de trouver une autre conception de la sécurité internationale. Sarkozy nous explique que « l’arme nucléaire est la garantie ultime de notre sécurité ». Quel est l’ennemi qui devrait être dissuadé par une frappe décidée en quelques minutes ? La France doit et peut montrer l’exemple d’augmenter ses délais de tirs sans mettre en danger sa sécurité. La vraie

Et pour formaliser un processus nouveau, un nouveau Traité doit prévoir les étapes et dates butoirs du désarmement nucléaire. Il s’agit d’inscrire un projet de Convention d’élimination à l’ordre du jour du TNP.

Un enjeu extraordinaire pour les JDN. Dominique Lalanne

Nous sommes face à deux défis. Premier défi, la guerre froide n’est pas finie. Les armes nucléaires américaines et russes sont toujours en état d’alerte, des bombes nucléaires par milliers peuvent partir en quelques minutes, et il ne peut même pas être exclu que le processus soit enclenché par erreur. Il faut allonger les délais de déci-

Le professeur Albert Jacquard lors des JDN de 2006

Les points forts des journées du désarmement nucléaire*  Vendredi 16 octobre à 20h30 : soirée d’ouverture publique « Pour un monde libéré des armes nucléaires » avec : Sergio Duarte, Haut-représentant de l’Onu pour le Désarmement, Mabel Gomez Oliver ou Luis Alfonso De Alba, Mission permanente du Mexique aux Nations unies à Genève, Susie Snyder, secrétaire générale de la Ligue internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté (Suisse), Jean Paul Hébert, vice-président de la LDH, Nathalie Gauchet, coordinatrice du Mouvement de la Paix, Daniel Fontaine, président de l’AFCDRP, le président du conseil régional de Normandie.  Samedi 17 octobre à 10h : « Le désarmement nucléaire à l’ordre du jour » avec : Rebecca Johnson, institut Acronym (Grande Bretagne), Judith Leblanc, présidente de United for Peace and Justice (USA), Sergueï Kolesnikov, co-président d’IPPNW, député à la Douma (Russie), Regina Hagen, réseau international des scientifiques contre la prolifération INESAP (Allemagne). Animée par Alain Rivat (Réseau Sortir du Nucléaire). A 17h30 « La France et le processus de désarmement nucléaire » avec : Éric Danon, ambassadeur de France à la conférence du désarmement, Dominique David, directeur de l’IFRI, Jean-Marie Collin, consultant, Abraham Béhar, président de l’AMFPGN. Animé par Marlène Tuininga (LIFPL)  Dimanche 18 octobre à 9h : Rendez-vous au « Mémorial pour la Paix » Lancement du « Tour de France de l’Abolition » et accueil de la « Flamme de l’abolition. * Pour connaître tout le programme et s’inscrire aux JDN : www.mvtpaix.org - Tél. 01 40 12 09 12

8

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX


Désarmer pour développer

ACTUALITÉ nations unies

Crimes de guerre à Gaza Le rapport de la mission onusienne à Gaza ne doit pas être enterré comme le demande le vice ministre des Affaires étrangères israélien.

A

u lendemain de l’offensive sur Gaza lancée par Israël, le conseil des Droits de l’homme de l’Onu avait mandaté une mission de 4 experts, présidée par le Juge Goldstone, pour enquêter sur d’éventuels crimes de guerre commis durant ce conflit. Mardi 12 septembre, le rapport du Juge Goldstone, a été rendu public. Il y est affirmé entre autre « La Mission d’établissement des faits sur le conflit à Gaza au début de l’année 2009 a des preuves que les forces israéliennes et les militants palestiniens ont commis de graves crimes de guerre et des infractions au droit humanitaire qui pourraient être considérées comme des crimes contre l’humanité ».

Du 24 au 30 octobre, les États sont invités à mettre en évidence le danger que représente la course aux armements. Quelques jours auparavant, les députés se pencheront sur l’examen du « Budget opérationnel de la défense »

L

a création de l’Organisation des Nations unies reposait sur la conviction que la paix et la sécurité de tous les peuples ne seraient possibles que par le désarmement. L’article 26 de la Charte des Nations unies préconise « l’établissement et le maintien de la paix et de la sécurité internationale en ne détournant vers les armements que le minimum des ressources humaines et économiques du monde ». Nous sommes encore loin du compte. Pour rappeler cet impératif, chaque année est organisé la Semaine du désarmement qui commence le jour anniversaire de la création de l’Onu, donc pour 2009, du 24 au 30 octobre. En particulier durant cette semaine, les États sont invités à mettre en évidence auprès de leur opinion publique le danger que représente la course aux armements, à répandre l’idée selon laquelle il est nécessaire d’y mettre un terme. Loin de répandre cette idée, notre pays, tant dans les objectifs indiqués dans sont budget consacré aux armées que dans l’élaboration, la fabrication et la vente d’armement participe à la course aux armements. Dernier épisode en date, la volonté de vendre des avions de combats au Brésil. Un pays d’Amérique du sud ou les priorités humaines sont criantes.

L’offensive militaire israélienne a Gaza, nommé « Plomb durci » débuta le samedi 27 décembre 2008 par des bombardements aériens suivis par une offensive terrestre lancée le 3 janvier 2009. Le dimanche 18 janvier au matin, un cessez-le-feu est décidé par le gouvernement israélien.

Dès le lendemain, Israël a ouvert les hostilités contre les conclusions de cette commission Goldstone : « Nous mobiliserons nos amis à l’Onu, notamment les États-Unis et divers pays européens, pour que ce rapport soit purement et simplement enterré », a déclaré à la radio militaire le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon. A ce jour, le Hamas n’a pas réagi.

Durant cette guerre, près de 1.400 palestiniens sont morts, pour l’essentiel des civil selon l’ONG israélienne B’Tselem.

Pour être crédible, pour contribuer à la sécurité du monde, l’Onu ne doit pas être contrainte à une politique du 2 poids, 2 mesures. Les crimes de guerre, quels qu’ils soient et quels qu’en soient les auteurs, doivent être poursuivis.

Et à la veille de cette semaine du désarmement, le 14 octobre précisément, les députés auront à examiner et voter les crédits de la mission défense et de modifier le financement « opérationnel ». La mission défense aura pour charge de préparer le budget de la défense. Et si l’avenir était au désarmement, quel serait le budget et les orientations à donner à cette mission ? La sécurité ne doit pas passer par les armes, mais par le développement à long terme. L’accumulation d’armes accroît les risques de violence et mobilise des ressources qui sont précieuses pour des initiatives de développement humain dont le besoin se fait cruellement sentir.

Piches N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

9


çA BOUGE Bombes à sous munitions La France va enfin pouvoir ratifier le traité interdisant les bombes à sous-munitions. En effet, après l’Assemblée nationale le 20 juillet 2009, les sénateurs ont adopté, le 16 septembre, le projet de loi autorisant cette ratification par la France. Ainsi, « la France pourra déposer avant la fin du mois de septembre son instrument de ratification auprès du Secrétaire général des Nations unies à New-York » a souligné la rapporteure UMP du texte Joëlle Garriaud-Maylam. A ce jour, cette convention internationale, adoptée en mai 2008 à Oslo, a été signée par 98 pays mais onze seulement l’ont ratifiée. Trente ratifications sont nécessaires à l’entrée en vigueur de la convention encore refusée par les principaux pays utilisateurs dont les ÉtatsUnis, Israël et la Russie.

Colombie Le 15 juillet dernier le gouvernement colombien a divulgué son projet de mettre sept bases à la disposition de l’armée américaine. Le Venezuela et l’Équateur ont dénoncé la politique belliciste de leur voisin colombien, tandis que le Brésil et le Chili ont également fait part de leur « préoccupation ».

Ce nouvel accord permettrait à l’armée américaine de compenser la perte de sa seule base en Amérique du sud, située à Manta, en Équateur.

Peine de mort La Cour Suprême des ÉtatsUnis vient enfin de donner son feu vert à l’examen des recours de Troy Davis (condamné à mort en 1991 pour le meurtre d’un policier) par une Cour fédérale. Pour Mumia Abu-Jamal, qui ne demande rien d’autre que ce que vient d’obtenir Troy Davis, cette même Cour a rejeté, en avril 2009, le recours de la défense portant sur le racisme avéré dans le choix des jurés lors du procès de 1982 (récusation massive des jurés noirs). Une lettre-pétition à l’adresse de Barack Obama demandant de tout mettre en œuvre pour un moratoire contre la peine de mort et sauver Mumia est en ligne sur : www.mumiabujmal.net

Phosphore blanc : Israël fait marche arrière Dans un rapport publié en juillet, Israël admet que son armée a eu recours au phosphore blanc lors de son offensive à Gaza en janvier dernier. Mais uniquement dans des

ça se passe près chez vous • Comité de la Corrèze (19) du Mouvement de la Paix : 18 octobre, Le trail de la paix au centre de loisir, à la base nautique de Brive. Trail de 17,5 km à 9h. Marche de 13 km à 9h15. Inscription chez MLK Sport à Brive. Contact : mouvement de lapaix19@voila.fr • Comité de Carrières-sous-Poissy (78) du Mouvement de la Paix : vendredi 9 octobre de 18h à 20h à la Maison de la Citoyenneté et de la Solidarité Associative - 2 bd Robespierre à Poissy (au rond-point de la gare) : information et débat sur l’armement nucléaire, les avancées récentes et les espoirs pour son élimination, les problèmes posés. Avec de Jacques Trélin ancien syndicaliste dans le secteur nucléaire. Contact : michel.thouzeau@mvtpaix.org 10

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

zones inhabitées et se défend cependant d’avoir violé le droit international, assurant ne pas avoir usé de telles armes contre des personnes humaines. Cet aveu intervient alors que depuis plusieurs mois des ONG telles qu’Amnesty International dénoncent l’utilisation d’armes chimiques lors de cette attaque. Dans ce même rapport, il justifie une nouvelle fois son offensive, invoquant « la nécessité d’assurer sa défense »,  face aux tirs de roquette du Hamas.

Obama enterre le bouclier antimissile de Bush Le président états-unien Obama a annoncé le 17 septembre l’abandon du projet de « bouclier » antimissile conçu par l’administration Bush, qui prévoyait l’installation de mis-

siles intercepteurs en Pologne et d’un système de radar en République tchèque. Le projet de bouclier, prétendument destiné à faire face à des missiles intercontinentaux iraniens, ne pouvait que relancer la course aux armements et les tensions avec la Russie. Estimant que le danger de voir Téhéran déclencher des tirs de missiles à longue portée ne présente pas une menace immédiate, les USA prévoient maintenant un dispositif basé sur des détecteurs et des missiles intercepteurs installés à terre et sur des navires en Méditerranée et en mer du Nord. L’annonce d’Obama a été bien accueillie dans le monde et pourrait favoriser les négociations internationales pour débarrasser la planète des armes nucléaires.

A Villejuif, on cultive la Paix


DOSSIER

21 septembre La paix est fête

• Rencontres Appels aux peuples • Engagement La paix dans tous ses états

Enfin, ça décolle ! Pour sa 7ème édition la Journée internationale de la paix a commencé à sortir du cercle militant pour rayonner dans la société. Des établissements scolaires, des médias, des collectivités locales ou territoriales, des organisations et des réseaux citoyens ont saisi, souvent pour la première fois, cette opportunité de fêter la paix. Le Secrétaire général de l’Onu lui-même, M. Ban Ki Moon, a donné un contenu hautement politique et symbolique à cette édition 2009 : il a lancé une grande campagne mondiale en faveur du désarmement nucléaire. C’est un succès à mettre sur le compte des milliers d’initiatives prises par tous ceux qui dans les quartiers, les villes et les villages ont donné vie à la Journée internatioanle de la Paix ! N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

11


DOSSIER

2 1

sep t e m bre

rencontres

Appels aux peuples Jean-Pierre Bugada du Centre régional d’information des Nations unies, partenaire de l’affiche 21 septembre, s’exprime dans nos colonnes sur les engagements de l’Onu pour la Journée internationale de la paix et sur l’importance du travail de terrain.

Quel message souhaiteriez-vous faire passer pour la Journée internationale de la paix ? De ce qui précède, je dirais que les choses ne sont pas aussi immobiles que nous le pensons parfois, avec un certain renoncement. Elles avancent et c’est précisément l’objectif de la Campagne lancée par le Secrétaire général Ban Ki-Moon « Nous devons désarmer » et de cette Journée internationale, que de continuer à mobiliser et de presser  les gouvernements à agir.        Jean-Pierre Bugada                                                                                                       

C

omment envisagez-vous votre rôle au sein de l’Onu-Unric ?

Quels sont vos souhaits pour l’avenir ? Que nos efforts à tous l’emportent, que la logique triomphe et que le monde désarme

en éliminant notamment les armes de destruction massive, pour le bien-être des peuples du monde ! * Centre régional d’information de l’ONU (UNRIC), Bruxelles

EN SAVOIR PLUS • www.un.org/fr/events/peaceday/

JP Bugada : Notre Centre régional d’information, Unric, est l’instrument opérationnel des Nations Unies en matière d’information et de communication en Europe occidentale. Nous sommes là pour promouvoir les Nations unies, le système des Nations unies et leurs activités auprès des populations, les sensibiliser et les mobiliser à l’appui de nos objectifs et causes.  Et ce sont la Paix et la sécurité, le développement économique et social, les droits de l’homme, l’action humanitaire ou encore le droit international.

Dans ce contexte, j’attache un grand rôle à la communication ‘‘de terrain’’, opposée à la communication électronique ou dématérialisée, qui certes permet des prodiges. La communication de terrain, c’est le contact direct avec les individus  et les populations ces fameux ‘‘Peuples du monde’’ dont parle la Charte de l’Organisation et qui sont précisément cette raison d’être, la  finalité de l’Onu -, c’est ce travail de maillage, de réseau qui permet aux choses d’avancer, les fait avancer.     12

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

Le Secrétaire général des Nations unies se joint à la jeunesse mexicaine pour la construction d’un symbole pour le désarmement - 09 Septembre 2009


:

L a

pa i x

es t

f ê t e

Sapho est une grande artiste, chanteuse bien sûr, mais aussi poète, écrivain et peintre. Les multiples facettes de son expression tout autant que son inspiration et ses origines font d’elle une véritable « Universelle », titre de son denier album. Merveilleuse marraine pour une Journée d’amour et de lutte : la Journée internationale de la paix.

EN SAVOIR PLUS • www.sapho.org • Dernier CD : “Universelle” Basaata Productions Frémeaux & Associés • Prochain concert le 27 oct au ‘‘3 Baudets’’ (Paris) • Exposition Traits por Traits Galerie Claude Samuel 69, avenue Daumesnil 75012 PARIS jusqu’au 10 oct • Dernier livre : “Guerre, words y plato” Éd La Difference

Sapho

C

omment envisagez-vous votre engagement en tant qu’artiste ?

Sapho : Sur mon disque, « Universelle » j’avais écrit cette phrase en arabe : « Beynal âalam oual alam alifoun ouahidoun » ce qui veut dire littéralement entre le monde et le drapeaula nation, il n’y a qu’un Alif. Alif étant la première lettre de l’alphabet arabe, ressemble à un trait vertical. Entre le monde et le drapeau, et la nation, il n’y a qu’un trait... Nous avons fait des nations des frontières pourquoi pas, mais nous avons fermé ces frontières et nous en avons fait entre autres des enjeux de guerre. La guerre, protège ou conquiert des richesses et nourrit la formidable industrie des armes. La violence a toutes sortes de visages, la violence économique en est un que nous côtoyons tous les jours. Mon engagement majeur fut de dire NON à cette violence c’est ainsi que j’ai chanté des deux côtés de la guerre , de plusieurs guerres.... Je n’ai pas su faire autrement que « m’engager » en tant que citoyenne du monde, et pour l’instant d’aucuns sourient encore à cette notion. Un artiste, même s’il ne s’engage pas explicitement dans le politique, s’engage dans son art à casser toute langue convenue, toute langue de bois, à surprendre et enchanter, par sa précision et sa justesse. Une précision qui passe parfois par un semblant de confusion et de rêverie mais qui n’en est pas

moins la précision même. Personnellement, je me suis sentie prise dans « le » politique- la vie de la cité- mais j’ai évité quand elle me semblait se dédire, « la politique ».

Quel message souhaiteriez-vous faire passer pour la Journée internationale de la paix ? « La seule terre que je connaisse est une poignée de paroles et je n’en veux pas d’autre, passante. Si le sang est le signe de la terre, ne m’en promettez aucune » (extrait de mon avant-dernier recueil, le livre des quatorze semaines) mon message : « Aime la figure de l’étranger » parce qu’elle réveille la langue. »

Quels sont vos souhaits pour l’avenir ? Mon souhait est que nous ayons enfin une organisation des Nations unies qui ne soit pas juge et partie. Il faut impérativement des lois pour le monde et un tribunal indépendant de « l’État Monde », avec une « instruction » de cet État.... Peut-être aurions-nous la chance que les résolutions soient appliquées et éviterions-nous, en appliquant les lois de façon claire et démocratique, dans cet ensemble, des conflits iniques. Que les foules prennent conscience du formidable pouvoir qui est le leur ; que les jeunes gens ne se résignent pas à la langue totalitaire , à toute langue totalitaire, que leur vie soit un combat -pour des valeurs humaines toujours à affiner, à réinventer- et non une guerre.

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

13


DOSSIER

2 1

sep t e m bre

Engagement

La paix dans tous ses états De nombreuses organisations se sont mobilisées pour la Journée internationale de la paix. Chacune avec sa spécificité mais toutes guidées par la même aspiration : construire la paix. existe bel et bien « un art de faire la paix », qui n’est abordé en France ni en histoire ni dans aucune autre discipline scolaire mais qui nécessite pourtant des compétences et des outils spécifiques.

uinzaine de la non-violence et de la paix, misez sur l’éducation ! Entre le 21 septembre et le 2 octobre, la Coordination française pour la Décennie lance la Quinzaine de la non-violence et de la paix. En effet, les journées internationales de la paix (21 septembre) et de la non-violence (2 octobre) sont l’occasion de faire entendre notre voix. L’occasion de montrer notre volonté de vivre dans un monde et une société pacifiée et de promouvoir la paix dans toutes ses dimensions : géopolitique, sociale et interpersonnelle. La Coordination française pour la Décennie défend, depuis sa création, la nécessité d’éduquer à la nonviolence et à la paix, convaincue que ce travail de sensibilisation des plus jeunes permettra de faire évoluer les mentalités et les mécanismes de gestion de la violence et des conflits. Car si tant est qu’il existe un « art de faire la guerre », si la stratégie et la guerre sont étudiés dans les cours d’histoire, il 14

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

La Coordination française pour la Décennie demande que l’éducation à la nonviolence et à la paix soit intégrée d’urgence dans les programmes scolaires et qu’une formation spécifique soit dispensée aux enseignants. Dans une société du spectaculaire où la violence est perpétuellement mise en avant, les valeurs telles que l’écoute, la coopération, la médiation, la gestion non-violente des conflits, la solidarité doivent être enseignées afin de montrer qu’une autre voie est possible. Entre le 21 septembre et le 2 octobre, demandez à votre député de s’engager de manière concrète et de soutenir la loi pour l’éducation à la non-violence et à la paix !*

G

reenpeace est heureux de s’associer à la journée internationale de la paix.

Nous pensons que la paix ne se décrète pas mais qu’elle s’organise. Nous pensons aussi que la dégradation de l’environnement est entrain de devenir un des plus puissants moteurs d’inégalité entre les hommes, de destruction des cadres de vie et, si nous n’y prenons pas garde, de perpétuation et de construction de nouveaux modèles de domination. Construire la paix ensemble, c’est trouver des solutions politiques solidaires aux périls auxquels nous sommes confrontés. Or, notre planète est aujourd’hui confrontée à un péril sans précédent dans l’histoire de l’humanité : le réchauffement climatique. Si rien n’est fait pour juguler ce phénomène et le contenir en deçà du seuil fatidique de 2°C, l’emballement climatique aura des conséquences dramatiques et irréversibles sur notre environnement : perte de biodiversité, variabilité climatique intense, hausse du niveau des mers, raréfaction des ressources en eau potable etc. La sécurité alimentaire, l’accès à l’eau ou à la terre seront dès lors gravement menacés pour des pans entiers de la population mon-


:

L a

pa i x

es t

f ê t e

FNDIRP

F

diale. Et les fragiles équilibres géopolitiques et sociaux fondés par des générations d’artisans de la Paix seront soumis à rude épreuve. L’année 2009 se conclura sur le Sommet de l’Onu de Copenhague consacré aux changements climatiques. Y seront décidés des réductions de gaz à effet de serre et des mécanismes économiques et de solidarité qui permettront -ou pas- de réconcilier l’humanité avec son destin. Les pays développés portent une responsabilité historique dans le phénomène de réchauffement climatique : leur modèle de développement a engendré près de 70% du total des émissions de gaz à effet de serre. Assumer cette responsabilité, c’est : S’engager collectivement à réduire de 40% leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020 ; S’engager à construire les mécanismes économiques qui produiront les 100 milliards d’euros par an nécessaires pour permettre aux pays du Sud d’adapter leurs matrices économiques et sociales et de préserver la biodiversité de notre planète, notre seule véritable assurance-vie. Donnons un avenir à la paix, signons l’appel lancé par la société civile aux dirigeants de nos pays pour un accord substantiel à Copenhague**

rères des Hommes et tous les partenaires associés à la mobilisation internationale « Désarmer pour combattre la pauvreté » sont convaincus qu’il n’y a pas de paix sans justice et qu’il faut  « Moins d’argent pour les armes, plus d’argent pour la solidarité ».   En lançant officiellement le site international de cette campagne (www. option-10.org) dans la période qui va du 21 septembre au 17 octobre, nous voulons jeter un pont entre tous les acteurs citoyens qui se sentent concernés à la fois par la Journée internationale de la paix et par la Journée internationale du refus de la misère.   Nous proposons que 2010, année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, soit l’occasion d’une large mobilisation en Afrique, en Asie, en Amérique latine et Caraïbes, tout autant qu’en Europe pour demander que les États de l’Union européenne s’engagent dans la réduction des dépenses publiques d’armements pour financer la lutte contre la pauvreté à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières de l’Union.  

L

a Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes se félicite de l’existence de la Journée internationale de la paix dont elle est partie prenante, car particulièrement concernée en tant qu’héritière de la Résistance et de la Déportation. Ceux qui combattaient contre les occupants et leurs complices et ceux qui subirent la répression et les persécutions avaient le même refus de la guerre et de ses horreurs. Depuis la Libération, la FNDIRP n’a cessé de lutter contre toutes les menaces de guerre dans le monde et a largement participé par ses publications à l’éducation à la Paix prônée par l’Onu. • Mettre fin à la guerre en Afghanistan et en Irak ; • Favoriser le règlement du conflit israélo-palestinien par la négociation internationale ; • Accentuer les efforts pour le désarmement ; • Inciter davantage les États à développer l’éducation à la Paix et à la sécurité internationale ; • Promouvoir le respect des droits humains, conformément à la déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948

sont pour la FNDIRP des priorités.

EN SAVOIR PLUS * www.decennie.org ** www.copenhague-2009.com • Frères des hommes : www.fdh.org • La Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes ; www.fndirp.asso.fr • Greenpeace : www.greenpeace.org N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

15


RÉFÉRENCE Campagne

‘‘Nous devons désarmer’’ Pour la Journée internationale de la paix 2009, le Secrétaire général de l’Onu appelé les gouvernements et les citoyens à se concentrer sur le désarmement nucléaire et la non-prolifération. Ban Ki-Moon : Célébrée tous les ans le 21 septembre, la Journée internationale de la paix est consacrée à une mobilisation mondiale en faveur d’un cessez-le-feu et de la non-violence. Elle marque l’opportunité de réfléchir sur les horreurs et les coûts de la guerre et sur les avantages qu’il y a à régler nos différends de manière pacifique. Cette année, je saisirai cette importante occasion pour demander aux gouvernements et aux citoyens du monde de concentrer leur attention sur les questions essentielles touchant le désarmement et la non-prolifération nucléaires. L’arrêt de la guerre froide a contribué à délivrer une génération de la lourde menace d’une catastrophe nucléaire qui assombrissait son horizon depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Néanmoins, comme nous avons pu le constater récemment, cette menace subsiste. Si nous n’œuvrons pas énergiquement en faveur du désarmement et de la non-prolifération nucléaire, nous continuerons d’être exposés au danger des armes nucléaires existantes et à un risque supplémentaire dû au fait que d’autres États, voire des terroristes, pourraient éventuellement se procurer de telles armes et en faire usage en annihilant des millions de personnes. Cette perspective alarmante est contrebalancée par une nouvelle dynamique enclenchée par les dirigeants du monde pour le traitement du problème des armes nucléaires. Les États-Unis et la Fédé-

Résolution adoptée par l’Assemblée générale 55/282. Journée internationale de la paix

ration de Russie ont manifesté une nouvelle volonté d’œuvrer à la réduction de leurs arsenaux nucléaires. Par ailleurs, la Conférence du désarmement, qui regroupe en son sein tous les États dotés de l’arme nucléaire, est récemment sortie d’une impasse dans laquelle elle se trouvait depuis 10 ans et a décidé de s’atteler au règlement de certaines questions essentielles liées au désarmement et à la nonprolifération nucléaires. Nous devons tirer parti de cette dynamique. À cette fin, je lance la campagne d’action « WMD-WeMustDisarm ! » (Nous devons désarmer !) pour un monde exempt d’armes de destruction massive. Au cours des 100 prochains jours, l’Organisation des Nations Unies et ses partenaires du monde entier s’attacheront à sensibiliser l’opinion aux coûts réels des armes nucléaires et aux dangers qu’elles représentent. D’ici au 21 septembre, nous diffuserons une liste de 100 arguments en faveur du désarmement par l’intermédiaire des réseaux Twitter, MySpace, Facebook, de messageries électroniques, de services de messagerie texte, de la radio et des réseaux d’ami à ami. Nous ferons également appel au concours de célébrités pour propager le message. Enfin, au moment où nous célébrerons la Journée internationale de la paix avec les dirigeants politiques du monde entier réunis à New York à l’occasion de la soixante-quatrième session de l’Assemblée générale des Nations unies, je proclamerai un message simple et vigoureux : nous devons désarmer ! Souhaitant appeler l’attention sur les objectifs de la Journée internationale de la paix et, à cette fin, fixer pour la célébration annuelle de la Journée une date qui soit distincte de celle de l’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée générale,

L ‘Assemblée générale, Rappelant sa résolution 36/67 du 30 novembre 1981, par laquelle elle a déclaré que

Décide qu’à compter de la cinquante-septième session de l’Assemblée

le troisième mardi de septembre, jour d’ouverture de la session ordinaire de l’As-

générale, la Journée internationale de la paix sera observée chaque

semblée générale, serait officiellement proclamé Journée internationale de la paix

année le 21 septembre, jour dont il faudra faire savoir à tous qu’il sera celui de

et observé comme tel et qu’il serait consacré à la célébration et au renforcement des

la célébration et de l’observation de la paix ;

idéaux de paix, tant au sein des nations et des peuples qu’entre ceux-ci, Rappelant également ses autres résolutions sur la question, dont la résolution

Déclare que dorénavant, la Journée internationale de la paix sera observée

55/14 du 3 novembre 2000,

comme une journée mondiale de cessez-le-feu et de non-violence, pendant la durée

Réaffirmant que l’observation et la célébration de la Journée internationale de

de laquelle toutes les nations et tous les peuples seront invités à cesser les hostilités ;

la paix contribuent à renforcer les idéaux de paix et à atténuer les tensions et les causes de conflit,

Engage tous les États Membres, les organismes des Nations unies, les organisations régionales et non gouvernementales et les particuliers à célébrer comme

Considérant que la Journée internationale de la paix offre une occasion unique

il convient la Journée internationale de la paix, y compris au moyen d’activités

de faire cesser la violence et les conflits dans le monde entier et qu’il importe

d’éducation et de sensibilisation, et à œuvrer, de concert avec l’Organisation

par conséquent de la faire connaître et observer le plus largement possible au

des Nations unies, à l’établissement d’un cessez-le-feu mondial.

sein de la communauté mondiale,

16

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX


On peut agir sur les causes des guerres et des violences… … surtout si on les connaît

N° 539

N° 543

N° 542

Abonnez-vous à

N° 534

N° 541

‘‘Planète Paix’’ Une information différente, une liberté d’expression, sans discours formatés Nom : .................................................. Prénom : ................................................... Adresse : ............................................................................................................. ............................................................................................................................ Code postal : ....................... Ville : ...................................................................... Ci-joint un règlement à Combat pour la Paix - Planète Paix de : ............................ CCP

Chèque bancaire Bulletin d’abonnement à expédier avec votre règlement en chèque à : Planète Paix, Maison de la Paix : 9, rue Dulcie September, 93400 Saint-Ouen Tél. 01 40 12 09 12 – Fax : 01 40 11 57 87 – Courriel : national@mvtpaix.org

Autorisation de prélèvement - Autorisation de la poste 20-98 N° national d’émetteur 438499 Abonnement à Planète Paix : le montant du prélèvement trimestriel (les 5 janvier, 5 avril, 5 juillet, 5 octobre) est de 7 euros. J’autorise l’établissement teneur du compte à prélever sur ce dernier, si la situation le permet, tous les prélèvements ordonnés par le créancier ci-dessous. En cas de litige sur le prélèvement, je pourrai en faire suspendre l’exécution par demande à l’établissement teneur du compte. Je réglerai le différend directement avec le créancier. Nom de l’établissement teneur du compte :

Nom, prénom, adresse du débiteur :

Établissement

Date :

Guichet

Signature :

N° du compte

Clé

Planète Paix, Mouvement de la paix 9, rue Dulcie September 93400 Saint-Ouen

Je m’abonne à ‘‘ Planète Paix ’’ et j’adhère au Mouvement de la Paix : 55 euros J’adhère au Mouvement de la Paix : 25 euros Cotisation faibles ressources : 12 euros Je m’abonne à ‘‘ Planète Paix ’’ pour 1 an (10 numéros) : 30 euros par un chèque Je m’abonne par prélèvement (7,50 euros par trimestre soit 30 euros) Je souscris un abonnement de soutien : 65 euros Je commande d’anciens numéros : 2 euro + port. N° ......., ......., ......., .......,...... , ......., ......., ......., ......., ....... Rens. frais port : 01 40 12 09 12 Je joins un chèque de soutien de : .............. euros

Les informations contenues dans la présente autorisation ne seront utilisées que pour la seule nécessité de la gestion et pourront donner lieu à des exercices du droit individuel d’accès auprès du créancier à l’adresse : Maison de la Paix, 9, rue Dulcie September, 93400 Saint-Ouen ; dans les conditions prévues par la délibération n°80 du 1/4/80 de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés. N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

17


MONDIALISER LA PAIX Désarmement nucléaire

Dans l’air du temps… La Confédération Syndicale Internationale* (CSI) a lancé le 10 juillet dernier une campagne internationale en faveur du

Les syndicats s’engagent

L

a campagne de la CSI s’appuiera sur une pétition que la Confédération demande à tous ces membres de relayer. Cette pétition est adressée au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, et appelle à des conclusions fermes et claires lors de la Conférence sur le TNP et à la signature du traité par tous les Etats membres des Nations unies. La campagne est menée en collaboration avec le groupe mondial « Mayors for Peace » (Maires pour la paix), qui couvre plus de 2.000 villes dans plus de 130 pays.

désarmement nucléaire en vue de la Conférence d’examen du Traité de nonprolifération des armes nucléaires (TNP), qui se tiendra en mai 2010. Un engagement qui vient à point pour renforcer la mobilisation mondiale.

18

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

« La paix et le désarmement sont des principes sur lesquels se fonde la CSI, et bien que la Russie et les États-Unis semblent indiquer qu’ils réduiront les stocks d’armes nucléaires, le mouvement syndical international est fort préoccupé par la perspective d’un renforcement de la prolifération nucléaire, en particulier en Asie du Nord, en Asie du Sud et au Moyen-Orient. La seule manière de traiter cette question est d’engager des négocia-

tions multilatérales et, à cet égard, l’examen du TNP en 2010 revêt une importance majeure », a affirmé Guy Ryder, secrétaire général de la CSI. La CSI lance également un appel pour que d’autres accords gagnent du terrain à l’échelle internationale afin de freiner la prolifération nucléaire et la propagation d’autres armes de destruction massive, et pour que le commerce mondial des armes conventionnelles, y compris des armes légères qui sont responsables d’au moins 500.000 morts chaque année dans le monde, soit efficacement réglementé. « L’obtention de réductions significatives des dépenses en armement permettrait de dégager des ressources pour répondre aux besoins urgents économiques et sociaux, en vue d’aider l’économie internationale à sortir de la profonde récession mondiale qui est à l’origine de la perte de dizaines de millions d’emplois. Il est important de noter que cela constituerait une contribution importante pour aider la communauté internationale à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement des Nations unies qui semblent avoir moins de chances que jamais d’être atteints. Traiter les premières causes sociales et économiques du conflit afin d’éviter de nouvelles guerres sera de loin plus faisable si des fonds suffisants d’aide au développement étaient disponibles », a affirmé Guy Ryder. La campagne de la CSI met également en exergue l’importance cruciale de veiller à ce que la transition des dépenses militaires vers des dépenses d’utilité collective soit assurée de manière à soutenir et à protéger les moyens de subsistance de ceux qui travaillent dans l’industrie de l’armement, moyennant des mesures de « transition juste » conformément aux lignes d’actions similaires aux ajustements nécessaires pour lutter contre le changement climatique. *La CSI représente 170 millions de salariés au sein de 312 organisations affiliées nationales dans 157 pays. (Voir la pétition sur le site http://www.ituc-csi.org)


MONDIALISER LA PAIX Grande-Bretagne

En route vers le désarmement ? En juillet dernier le Premier ministre Gordon Brown a annoncé son projet « En route vers 2010 » dans lequel la Grande-Bretagne entend diminuer son arsenal nucléaire et participer au désarmement mondial. Accueil favorable… mais circonspect des pacifistes britanniques

L

a Campagne pour le Désarmement Nucléaire (CND*) a accueilli favorablement l’intention du Premier ministre Gordon Brown de jouer un rôle dans la construction d’un monde sans armes nucléaires. M. Brown l’a exposée dans sa stratégie ‘‘En Route vers 2010’’ à la veille de la Conférence de révision du Traité de non-prolifération nucléaire qui aura lieu aux Nations unies, à New York, en mai prochain. La CND a regretté que le plan de route de 2010 de M. Brown n’ait pas abordé un des soucis des citoyens britanniques, le projet de remplacer le missile balistique mer-sol stratégique, le Trident. Les sondages montrent que 54 % de la population s’opposent à son remplacement avec une hausse de 63 % parmi les 18-24 ans. Cependant, cette situation a été très vite rectifiée. Nous avons été enchantés que, plus tard, dans la même semaine, le gouvernement ait annoncé un retard dans le processus de remplacement jusqu’à la fin la Conférence de révision du TNP. Ce sont vraiment de bonnes nouvelles. Cela a été une de nos principales campagnes ces derniers mois.

Mais la CND n’a pas soutenu la promotion du Premier ministre sur le financement d’une explosion mondiale de la production de l’énergie nucléaire. Nous voyons cela comme « un poison lent qui s’achemine vers la destruction mondiale », qui rendra la prolifération d’armes nucléaire - plus ou moins - probable. Ce qui est nécessaire maintenant est un effort sérieux de notre gouvernement - et d’autres États aussi - pour faire avancer le processus mul-

tilatéral de désarmement. Des réductions bilatérales entre les États-Unis et la Russie sont une très bonne première étape, mais amener tous les autres États dotés d’armes nucléaires dans le processus de désarmement doit très vite suivre. C’est la seule façon crédible et durable de vaincre la prolifération.

Le Trident, missile balistique mer-sol stratégique

* CND : Campaign for nuclear disarmament

Kate Hudson Présidente de la CND

EN SAVOIR PLUS • www.cnduk.org N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

19


MONDIALISER LA PAIX Proche-Orient

Liberté pour Salah Hamouri En dépit d’un fort mouvement d’opinion, le 21 septembre, le jeune franco palestinien a effectué son 1652ème jour de prison.

L

oin de se décourager, celles et ceux qui, avec le Comité national de soutien à Salah Hamouri, agissent pour obtenir sa libération, lancent une nouvelle campagne de signature. Cette fois, la pétition, déjà signée par environ 50 000 personnes lors de la fête de Humanité, demande au président de la République de recevoir Denise Hamouri, mère de Salah. Ce qui indigne le plus, c’est le 2 poids 2 mesures pratiqués par le gouvernement dans cette affaire. Lorsqu’il s’agit d’autres français détenus de part le monde (Clotilde Reiss en Iran, Florence Cassez au Mexique, Guilad Shalit en Palestine), Nicolas Sarkozy et son ministre des Affaires étrangères agissent avec fermeté pour demander la libération de ces Français.

Par exemple, fin août, Bernard Kouchner qualifiait, à juste titre, les accusations portées à l’encontre de Clotilde Reiss de fariboles… Egalement en août, Nicolas Sarkozy rendait public une lettre qu’il avait adressée aux parents de Gilad Shalit, ce soldat franco-israélien capturé en juin 2006 par des activistes palestiniens de la Bande de Gaza, pour leur promettre d’« agir sans relâche » pour sa libération… Mais dans le cas de Salah, bien qu’aucune preuve n’ait été présentée lors de sa condamnation, Bernard Kouchner se refuse à qualifier de fariboles les accusations portées par le tribunal militaire israélien. Bien que sa condamnation ait été prononcée en violation du droit international et de ses droits fondamentaux, le président de la République n’a jamais reçu la mère de Salah et ne promet pas d’agir sans relâche. Nicolas Sarkozy se contente de demander un geste de clémence auprès du gouvernement israélien. Condamné sans délit ni preuve, par un tribunal militaire israélien à 7 ans de prison en violation du droit international, Salah Hamouri doit être libéré. La France s’honorerait à exiger cette libération. Sans justice pour Salah mais aussi pour l’ensemble du peuple palestinien, comment peuton imaginer une paix durable dans cette région du monde ?

Éric Biesse

Grigny (91) est la première commune a avoir élu Salah citoyen d’honneur

EN SAVOIR PLUS • www.salah-hamouri.fr/node/9 • soutiensalahhamouri.over-blog.com/ 20

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

Proche-Orient : la résistance non-violente sous le feu. Les pacifistes français interpellent Bernard Kouchner « Presque chaque nuit, des soldats envahissent le village et les maisons, terrorisent la population, y compris les enfants, et procèdent à des arrestations (plus de 17 en un mois, dont plusieurs mineurs) ». Ce témoignage de Palestiniens qui mènent une résistance non-violente n’est pas isolé. Ces violences de l’armée israélienne ont même provoqué la mort de plusieurs habitants, dont un enfant à Nil’in, village proche de Bil’in où les Comités populaires de résistance non-violente sont nés. Contre ces violences, à l’initiative du Mouvement de la Paix, une lettre, signée à ce jour par 44 organisations a été envoyée à Bernard Kouchner, et une délégation a été reçue le 12 août au ministère des Affaires étrangères pour demander « d’intervenir auprès des autorités israéliennes afin que cesse l’agression de l’armée israélienne » contre la résistance non-violente en Cisjordanie, et notamment à Bil’in.


MONDIALISER LA PAIX Changement climatique

Un autre Copenhague est possible L’affaire du climat, dans la perspective de Copenhague, fédère une grande partie de la ‘‘société civile’’. Cette ‘‘messe’’ si écologiquement correcte, parviendra-t-elle à éclipser les négociations sur l’urgence d’un désarmement nucléaire ?

A

ux dernières nouvelles, les projec- comme la taxe sur les billets d’avion ? teurs vont se braquer sur les polLes activités de nos militaires sont-elles complueurs exemptés de tout Grenelle, tabilisées dans le Protocole de Kyoto ! quitte à casser l’ambiance consenLa bonne réponse était : Non ! suelle sur l’énergie. Lesquels ? Ceux qui s’obstinent à nier la relation entre ‘paix, développement Malgré la présence de militaires dans les (granet environnement’, déjà reconnue par le chan- des) délégations, Copenhague ne devrait pas être celier Willy Brandt (Prix Nobel de la Paix 1971) l’occasion de dénoncer comment ceux-ci font dans un papier datant de …1988. Pour surmon- « la pluie » (style opération ‘Popeye’ au Vietnam ter les espoirs déçus de Rio (1992), des ONG (en dans les années 60) et/ou le beau temps. Mais rien ‘istes’) ont prévu de lancer un appel au boycott n’interdit aux experts du Groupe d’experts interdes trusts de l’armement qui ont un « bilan car- gouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) bone » désastreux ; d’ailleurs, en spéculant sur d’évaluer les dégâts des km2 qui ont été souillés sur terre et en mer par le marché de la pseudo des apprentis sorciers ‘terreur’, ces entreprises chargés de ‘sécuriser’ et socialement irresponsaPrincipe 25 de la charte de Rio : La paix, le développement et la bichonner ‘nos’ arsenaux bles imposent, au frais du contribuable, des engins protection de l’environnement sont nucléaires. interdépendants et indissociables. mortifères qui polluent A l’heure des tracaussi les esprits. tations sordides sur le Certes, exposer ainsi au commun des mortels C02, certaines ONG tenteront plutôt de démysl’empreinte écologique des armées - même à l’en- tifier les 8 Objectifs (prioritaires) du Millénaire traînement – ne va pas faire la ‘une’ du JT de 20 du Développement (OMD) de l’Onu d’où sont heures. Bien sûr. La fonte de la banquise est plus exclues la paix et la sécurité. Quelles ONG ? Peu spectaculaire ! Mais enfin, on imagine déjà le ta- importe leur étiquette. Elles s’y retrouveront. bac dans une émission style « questions pour un D’ailleurs, dès que la fièvre de Copenhague sera retombée, les enjeux climatiques et pacifiques sechampion », avec par exemple : Existe-t-il une taxe sur les ogives nucléaires ront moins dissociés, déconnectés. Et pour cause : lorsque les plus gros fabricants de mines antipersonnel ignorent la convention d’Ottawa, lorsque parmi les 9 puissances nucléaires de la planète, 4 boudent le TNP, et 5 s’y accrochent…non pas pour désarmer, mais pour désarmer les autres…, il n’y a pas de raison que les plus grands pollueurs de la planète applaudissent ou sacralisent le protocole de Kyoto !

Ben Cramer

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

21


CULTURE livre

Le chemin des armes La guerre de Gaza de début 2009 sert de point de départ à l’ouvrage « Qui arme Israël et le Hamas ? » qui cible la « question militaire » et plus spécifiquement celle de la fourniture en armes.

C

ertes, ce ne sont pas les ventes d’armes qui causent les guerres, mais elles y contribuent amplement. L’examen critique des relations militaires d’Israël reste un sujet sensible, souvent absent de la nombreuse littérature notamment francophone consacrée à la résolution du conflit israélo-palestinien. Cet ouvrage est loin d’épuiser le sujet. Mais il vient opportunément rappeler que la seule option militaire est vouée à l’échec et que chacun, israélien ou palestinien tout comme américain, européen ou français, peut agir là où il est face à la violence d’État. Les États-Unis sont les premiers fournisseurs en armement de l’État hébreu. Depuis le milieu des années 1970, Israël est devenu le premier pays bénéficiaire de l’aide militaire qu’ils distribuent et second importateur d’armes états-uniennes, après l’Arabie Saoudite. Ce statut de « partenaire privilégié » est d’autant plus problématique qu’il n’est assorti d’aucune condition alors qu’il pourrait servir de levier pour amener Israël à respecter un minimum de règles du droit international. Barack Obama arrivera-t-il à inverser cette politique de blanc-seing ? L’Union européenne est le second fournisseur d’armes à Israël, loin derrière les États-Unis en part de marché : 5,7 % contre 94 % sur les cinq dernières années. En terme de responsabilité, l’Union européenne ne fait pas vraiment mieux que les États-Unis ! En effet, les transferts d’armes sont soumis à un code juridiquement contraignant qui interdit toute exportation en direction d’État ne respectant pas notamment le droit international, les droits de l’homme, etc. Exporter du matériel militaire vers Israël est en totale contradiction avec ces principes européens. Cela pose la question de la complicité des États exportateurs… L’attitude française est également très ambiguë. Elle a largement contribué dans les années 1950 et 1960 à l’équipement de l’armée israélienne et à la construction de son industrie mi22

N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

litaire, y compris de son arsenal nucléaire. Après une période d’embargo, la France a opéré un retour sur le marché israélien en devenant le premier exportateur européen de matériel de guerre. Un échange gagnant-gagnant pour les industries militaires des deux États dans la mesure où la France acquiert des technologies israéliennes, notamment au niveau des drones, bénéficiant ainsi d’un retour d’expérience sur du matériel expérimenté dans des combats en zone urbaine… L’armement du Hamas est également abordé, ne serait-ce que pour souligner qu’il n’y a aucune comparaison possible avec celui d’Israël. les armes du Hamas sont essentiellement artisanales et une minorité est fabriquée en Russie ou en Iran et parvient par des chemins de contrebande. Le président Dwight D. Eiseinhower, à la fin de son second mandat en 1961, a attiré l’attention sur les dangers que l’influence croissante du complexe militaro-industriel pouvait faire peser sur la démocratie et les libertés. Il parlait des États-Unis bien sûr. Mais la question se pose aujourd’hui avec encore plus d’acuité à propos d’Israël.

Patrice Bouveret, co-fondateur et président de l’Observatoire des armements/CDRPC*. *Centre d’expertise indépendant sur les questions de transferts d’armements et de prolifération nucléaire basé à Lyon depuis 1984. Pour en savoir plus : www.obsarm.org/.

EN SAVOIR PLUS • ‘‘Qui arme Israël et le Hamas ? La paix pass(é)e par les armes ?’’ Patrice Bouveret, Pascal Fenaux, Caroline Pailhe, Cédric Poitevin 136 pages. Disponible en librairie ou auprès de l’Observatoire des armements, 187 montée de Choulans, 69005 Lyon (contre un chèque de 12 euros, port compris). • www.obsarm.org


CULTURE livre

La Bombe : l’univers opaque du nucléaire La réalité du monde nucléaire est loin d’être simple pour un simple citoyen. Celui-ci est face à des discours politiques bienveillants, qui cachent souvent une volonté de conserver des arsenaux toujours plus puissants, à des médias qui cultivent l’art de l’abstrait sur ce sujet et à des traités de contrôle des armements connus de seuls initiés. EN SAVOIR PLUS • Collin Jean-Marie, ‘‘La Bombe, l’univers opaque du nucléaire’’, Edition Autrement, collection Frontières, 201 p, mai 2009. • www.autrement.com

D

evant l’opacité qui entoure le nucléaire, ‘‘La Bombe’’ , se révèle être un parfait traducteur pour le grand public qui souhaite savoir et comprendre la menace nucléaire qui nous guette, découvrir notre planète nucléaire, apprendre les luttes et les actions de pacifistes. Un « guide » pour éviter le plus grave des dangers : l’indifférence ou l’aveuglement.

Le président Obama s’est dit favorable à un monde sans armes nucléaires lors de son discours à Prague le 5 avril 2009. Mais beaucoup affirme qu’il est impossible de désinventer la bombe ? Jean-Marie Collin : C’est une idée qui a été largement et sciemment répandue par les militaires et les hommes politiques. Cependant, l’Afrique du Sud qui disposait, au début des années 1990, d’un arsenal nucléaire (7 bombes) a montré que ses armes de destructions massives pouvaient être désinventées ! Ce pays a détruit de manière autonome son stock et son ingénierie nucléaire militaire. L’unique facteur de réussite de cette entreprise, fut la volonté politique du président De Klerk qui prit conscience de l’inutilité de ses bombes, en raison du changement du contexte international.

accidents (crash bombardier nucléaire, rencontre impromptue entre deux sous-marins), ou un tir accidentel, font aussi que cette horloge de l’apocalypse est si proche de l’heure fatidique.

Pensez-vous que nous sommes une nouvelle fois à la croisée des chemins entre fabrication et refus de la bombe ? JMC : Oui, la période actuelle est cruciale. D’un coté, il existe, comme je le décris, le risque d’une nouvelle vague de prolifération nucléaire (nouvelles puissances, augmentation des arsenaux, …), mais de l’autre on peut entendre des discours (américain, britannique) favorable au désarmement nucléaire, voir que les zones exemptes d’armes nucléaires couvrent l’hémisphère sud, ou que des bases militaires américaines en Europe se « dénucléarisent ». Une chose est certaine, si l’homme a tendance à agir une fois l’impensable survenu, dans le cas de la bombe, il n’aura pas de seconde chance. Croire qu’il pourrait se remettre d’un nouvel Hiroshima d’ampleur mondiale serait utopique.

L’opinion publique n’a apparemment plus peur de la Bombe. Comment cela s’explique t-il, alors même que selon les différents faits que vous citez, nous serions à moins de 5 minutes de l’apocalypse nucléaire ? JMC : La fin de la Guerre froide a fait disparaitre la menace d’un conflit nucléaire au cœur de l’Europe. Mais la nature ayant horreur du vide, les populations occidentales ont déplacé leurs peurs vers celle d’une catastrophe de type nucléaire civile (Tchernobyl). Certes, le danger d’une guerre nucléaire reste peu probable en Occident, mais rien n’est moins sûr en Asie (Chine, Inde, Pakistan) ou au Moyen-Orient (Iran, Israël). Comme je l’explique dans le livre, les conséquences de bombardements nucléaires, même à l’autre bout de la terre, auront des répercussions sur l’ensemble de la planète. Autrement dit, le monde sera plongé dans un hiver nucléaire. Également d’autres dangers, comme l’explosion d’ogives nucléaires, des

‘‘La Bombe’’, titre rendu célèbre par le film de Peter Watkins (sorti en 1965), pionnier dans l’action contre l’arme nucléaire N° 544 - Septembre 2009 - Planète PAIX

23


genda 2010 Du Mouvement de la Paix

13 s o r u e

L

’Agenda 2010 édité par le Mouvement de la Paix est un outil de grande qualité qui vous accompagnera avec brio tout au long de l’année, dans vos contacts, rendez-vous ou prises de notes et fourmille de renseignements utiles. Entièrement en couleur, cette édition présente plus de 50 oeuvres de la Galerie l’Art et la Paix de Picasso à Matisse en passant par Kijno et François Féret : un plaisir à découvrir et à offrir !

Commandez l’agenda 2010 au 01 40 12 09 12 ou sur le site : boutique@mvtpaix.org Le Mouvement de la Paix - Maison de la Paix - 9,rue Dulcie September - 93400 - Saint-Ouen

Planète Paix n°544  

L'actualité des acteurs de Paix : l'information pacifiste, la revue mensuelle du Mouvement de la Paix. Septembre 2009

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you