wOwW! novembre 2015

Page 7

Café Bohème (2013) © Cuauhtémoc Garmendia - Princesse Turandot (2011) © Stef Depover - La colline des vieilles dames (2002) © Raymond Malentjer

Imagination et engagement

à café pour les sécher et les mettre avec le papier usagé. Cette école m’a énormément stimulée. La confiance qu’elle m’a inspirée, je l’utilise chaque jour encore. »

« Récemment, j’ai été invitée à l’école de danse (l’Institut Royal de Danse d’Anvers, NDLR), qui fêtait son cinquantième anniversaire. J’y ai été élève et on m’a demandé de venir parler de mes souvenirs de l’école Générosité et hospitalité primaire. Curieusement, ils n’avaient pas grand-chose à voir avec la danse. « Grâce au théâtre musical, on renPar contre, j’y ai appris ce que signifie contre énormément de gens différents. l’engagement. Je venais d’une petite Et la réalisation d’un spectacle, un acte école communale et cette école de de création conjointe, constitue à danse était pour moi un véritable chaque reprise un excellent exercice soulagement. Il y régnait une ambiance de dialogue. Notre atelier de travail très ouverte, on deFENIKS cornous stimulait « Cette école m’a énormément respond tout à rechercher stimulée. La confiance qu’elle à fait à cette nous-même approche de m’a inspirée, je l’utilise de la docu“gens réunis”. mentation relaLa stimulation chaque jour encore. » tive à certains de nouvelles thèmes et à écrire nos propres rédacrencontres et de nouvelles collaborations. C’était une école qui stimutions ca-ractérise notre méthode de lait l’imagination, plus qu’autre chose. travail. Pour moi, cela est également lié à Chaque vendredi, on y organisait la “la prochaine génération”. J’aime bien “clôture de la semaine”. Il n’y avait l’idée que deFENIKS soit une maison plus de cours l’après-midi et nous où tout le monde peut se rendre, où avions le temps de bricoler quelque les artistes débutants reçoivent une chose nous-mêmes. La dernière chance, et où l’on peut s’épanouir, heure de la journée, l’école entière chercher et expérimenter. Il y règne se rassemblait dans la cour intérieure une activité intense qui crée une dyet ceux qui le souhaitaient pouvaient namique envoûtante. D’ailleurs, nous présenter leurs créations. Et nous n’accueillons pas seulement des arn’étions pas seulement stimulés dans tistes. Les voisins viennent également le domaine créatif. Déjà à l’époque, le nous voir pour fêter leur anniversaire papier usagé était collecté pour que de mariage ou pour fêter la naisnous prenions conscience de notre sance d’un enfant. Toutes sortes de rôle dans le monde, aussi jeunes cours sont également proposés par que nous étions. Imaginez-vous qu’à des associations du quartier. Non pas la maison, je lavais même les filtres une maison séparée pour les artistes,

mais une maison où tout le monde est le bienvenu. Parfois, je me sens comme une jardinière. Et mon jardin de rêve est un organisme autorégulateur. Donc plutôt un jardin sauvage anglais. Je prévois une bonne couche d’humus, donne une place en plein soleil aux plantes qui en ont besoin et une place sous les arbres pour les plantes qui aiment l’ombre. Je vérifie bien sûr que les plantes et les fleurs ne soient pas envahies par les mauvaises herbes. Et en taillant un peu par-ci, par-là, je m’assure que les arbres reçoivent le plus de lumière possible. Pour le reste, je fais confiance à la nature et je laisse le soleil, la pluie et les abeilles se consacrer à leurs tâches. WALPURGIS est mon jardin, les gens en constituent la véritable beauté. Oui, on pourrait dire que je suis une jardinière heureuse et fière. » interview Frauke Joossen

wOwW!

07