wOwW! novembre 2015

Page 18

« Si les gens sont ouverts à ça, ils découvrent qu’il y a aussi de très beaux spectacles sans chien pour leurs enfants. » je l’avoue, j’ai eu beaucoup de mal à l’accepter. Pendant cinq ans, j’étais au fond du gouffre et j’ai broyé du noir. Avant, j’étais indépendant et je m’en sortais bien, j’avais une belle vie. Et puis, soudain, plus rien. Plus d’argent, plus d’avenir, plus d’amis. Je vous assure que c’est dur. Mais j’ai quand même redressé la tête. J’ai décidé de faire contre mauvaise fortune bon cœur : je profite, à ma modeste façon. C’est précisément pour ça que je fais tant d’effort pour RechtOp, parce que je leur suis reconnaissant de ce qu’ils ont représenté pour moi. J’aimerais tellement que beaucoup plus de personnes vivant dans la pauvreté trouvent le chemin de l’association, car on y apprend qu’il y a encore une vie au-delà des tracasseries financières. Et grâce à des

gens comme Judith aussi. Chaque fois qu’elle m’invite, elle rend ma vie réellement plus belle. » Luc : « J’ai toujours aimé la culture. J’ai connu une période très difficile quand je suis tombé malade. Ça m’a entraîné dans des soucis financiers. Pendant un temps, on est comme paralysé, à tous les niveaux. On n’avance pas, on n’arrive même pas à aller au théâtre. C’est comme le dit Paul : la pauvreté rétrécit le monde. Il faut apprendre à le rouvrir et oser le faire. J’y suis parvenu parce que la culture me manquait vraiment. Je suis si content d’avoir retrouvé le chemin du théâtre grâce à RechtOp. Aujourd’hui, je vais voir des spectacles qui m’auraient peut-être moins intéressé avant, tandis que

maintenant je découvre qu’ils valent vraiment la peine. Entre-temps, j’ai pu rembourser mes dettes et je travaille. Ma fille a terminé ses études et cherche du boulot. Dès qu’elle en aura trouvé, je ne devrai plus verser de pension alimentaire pour elle. Ce sera un peu plus facile financièrement. J’entrevois le bout du tunnel. Je vais m’en sortir. Mais je continue à aller au théâtre, avec Paul. Depuis le temps, nous sommes plus qu’un duo de spectateurs de théâtre. Nous sommes amis. » Paul : « Tout ce qu’un peu de culture peut faire ! »

interview Frauke Joossen photos Stef Depover

p et de e Recht-O d s o p ro Àp

Paul et Luc sur la terrasse du FENIKS FESTIVAL.

18

wOwW!

IS WALPURG

lèmes des prob ins, à s le p im ons s éanmo de soluti uvreté. N s a a p p la poste e is d Il n’ex celui qu’il est comme vaincue s n e o ivant x c v le t s s p e e com personn cht-Op e s e R L n . o té ti iciper de auvre l’associa vent part er leur attre la p u b e p m o t c e e t trouv sible d veulen euvent y er pauvreté té. Elles p contribu ié t c dans la n so e v la u e à p e s v s ti e le c ll a r pou dre. E manière êmes et ire enten m fa t e s e e f s ll e t e h e pour pre c place lioration, e leur pro ns qui les é d m t a n e fo n à u atio es le d’organis uvres. Ell autres pa de personnes ou drent. a c n e e qui les x u a e s avec l’aid ré s ent et de e ces soutienn est une d viIS G R U P L e, WA un en r artistiqu veloppe u é d e te c i e u s q de réduir utien Dans le reux afin s de so l é a n n o ic é s ti g a u t is m e n orga théâtre ctueux e u p a s t e re la t ra s n é an ronneme ccessibilité à l’op s vivant d d’a personne e permanent, s le r u o les seuils lp logu érimenta nt un dia plus exp engagea n e , e c t . e e , u pauvreté et artistiq ersonnel à la fois p