Page 1

                 

VALÉRIE CHAMPIGNY DOSSIER ARTISTIQUE / PORTFOLIO valeriechampigny.com


Valérie Champigny Née le 28/03/1972 Vit et travaille en Sud-Gironde (33)

Valérie Champigny est titulaire du DNSEP (équivalence Master1,1996) de l’École supérieure des Beaux-arts de Bordeaux et prépare actuellement un Master 2 pro en Ingénierie projets culturels et interculturels. En plus de la médiation culturelle, elle a également enseigné les arts-plastiques et l’histoire de l’art en collège, lycée et à l’Université du Temps-libre. En parallèle de sa pratique artistique, elle est, depuis 2012, en charge de l‘artothèque Mutuum. Conception de projets culturels Valérie Champigny a obtenu le Prix de la Fondation de France en 2009 pour la création de la Résidence Mutation d’Office dans une Fédération d’éducation populaire. Elle a développé à travers la création de la résidence Mutations d’Office et de l’artothèque Mutuum, différents projets artistiques en Aquitaine et sur des quartiers en requalification (Le Peyrouat à Mont de Marsan, Le Grand-Parc à Bordeaux, le quartier des Maisons rondes à Morcenx). Elle a créé dans ce cadre les éditions Mutuum (BNF) avec deux collections : les catalogues d’artistes et les cahiers de résidences. L’artothèque Mutuum regroupe aujourd’hui une vingtaine d’expositions destinées à l’emprunt (mutuum.fr). Elle publie régulièrement des Portraits d’artistes dans Marge de manœuvre sur Rue89 Bordeaux ou destinés à des revues d’art. On peut aussi trouver les expériences de lectures orales et lectures orales partagées sur le blog : Zone de lectures Activité de recherche Depuis l’obtention de son diplôme (Mémoire « Rhizome », recherche sur les formes fractales et exponentielles) de l’école Supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux, elle poursuit en résidence permanente au Réseau A&a, une démarche artistique protéiforme construite à partir de supports travaillés par le climat dans ses ruches à rouilles (supports de papier enfouis dans le sol) , et notamment de papier végétal réalisé à partir des plantes issues des territoires qu’elle explore. S’ensuivent des continuités graphiques picturales ou photographiques, gravure ou gaufrage du papier


avec les jeux d’ombres des feuillages dans les forêts et autres chemins traversés. La représentation de l’eau et des systèmes racinaires y sont aussi étudiés. Le fil conducteur de la démarche de Valérie Champigny reste motivé par la surprise des découvertes dans l’environnement quotidien la conduisent à imaginer des dispositifs empiriques stimulant l’aléatoire. Plasticienne, artiste documentaire La pratique artistique de Valérie Champigny prend également un caractère documentaire et la forme des découvertes se confond avec les outils du moment, parfois prélevés sur les lieux. Les productions se construisent à partir de repérages, de prises de notes (histoire, fonction des lieux), de prises de vues, témoignages, récits, collection d’objets, des schémas, des trames qui sont évocation, traces des parcours. Le travail de recherche et l’orientation se définissent après un travail de croquis dans les carnets comme pour ne conserver que l’essence du propos, pour épurer. Elle capture des fragments du réel, rural ou urbain, et opère des subjectivations poétiques d’un lieu. On note une permanence sur une vingtaine d’années pour le travail des carnets, objets graphiques. L’utilisation de l’image vidéo, les prises de son, la peinture, le travail du volume et les collections d’objets sont tout autant de partitions expérimentales qu’elle explore pour inviter le geste à révéler autrement chaque nouveau territoire et en raviver le potentiel sensible. Fabrice FRIGOUT , paysagiste DPLG, Diplômé du Fresnoy, studio national des arts contemporains Diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux


ACTUALITÉ


GÉOMÉTRIE DANS L’ESPACE


GÉOMÉTRIE / Alignements


GÉOMÉTRIE / ciels


GÉOMÉTRIE / Impression gaufrages


GÉOGRAPHIES SENTIMENTALES / Cartographies Observation, collection, études de lignes, cartes d’agglomérations

dessin à l’encre sur papier aqquarelle, marbrure, 2014


GÉOGRAPHIES SENTIMENTALES / implantations de cheveux Observation, collection, études de lignes

Collection empirique d’implantation de cheveux, depuis 1994


GÉOGRAPHIES SENTIMENTALES / Médiation Atelier Valérie CHAMPIGNY Réseau Canopé Landes

3 Propositions :

Dessins d’ombres à partir d’une seule ligne, Multiplicité des outils, matériaux et supports, Cartographie du fortuit à l’intentionnel

Maillages et entrelacs dès le CE1 Transposition d’un seul trait (sans jamais lâcher le support), tel une écriture, des ombres à travers la lumière d’une vitre, une table lumineuse, ou un dispositif permettant le relevé d’ombres chinoises. Réalisation des compositions qui rendent, de manière la plus authentique possible, les lignes visibles dans l’amas de fougères, de feuilles fixées à l’arrière d’un support en plexiglas, sans chercher à les dessiner une à une. A la lecture, le jeu des lignes brisées, courbes, la combinaison de gestes graphiques brouille les pistes et néanmoins ouvre une perspective, une profondeur. Retranscrire un itinéraire parcouru dès le CM1 La retranscription d’un itinéraire interroge la problématique de la mémoire, de l’écart entre la justesse des formes, des proportions et la part de subjectivité inhérente à toute expérience humaine. L’élaboration d’un plan sur papier passe par une sorte de sédimentation de la mémoire, lors de laquelle les éléments et les traits fondamentaux des lieux qui l’interpellent sont amenés à trouver une un cohérence, une grammaire. L’itinéraire choisi peut correspondre à un parcours dans l’environnement proche, qui dans une seconde étape conduira chacun à figurer les éléments qui ont marqués notre mémoire (végétaux, pancartes, animaux...). La juxtaposition des réalisations est une valorisation de la singularité. (Dessiner un plan collectif conduira à inventer des graphismes, à se mettre en accord sur des choix de légendes communes.)

Références possibles : – Julien Gracq «Le Rivage des Syrtes» / un regard géographique du paysage. – Albert Demangeon, géographe, «Problèmes de géographie humaine», s’intéresse à l’habitat rural et au folklore. – Francis Alÿs, The leak 1, 1995 / le dessin et le geste s’exécutent dans un même temps pour rendre compte de la «dérive» de l’artiste à travers la ville. – Henri Michaux, Sans titre, 1960-1961 – Cy Twombly, Untitled, 1967, crayon et huile sur métal – Cornelia Parker, Résidus d’une explosion, abri de jardin, fragments suspendus autour d’une ampoule électrique, 1991

Transposer un parcours en «cartes en bouts de bois» dès le CM1 À la fois transposer un plan, en cristalliser les plus essentielles caractéristiques formelles dans une matière concrète et ajouter une part de lui-même pour « se raconter « dans sa subjectivité. il s’agira de construire une carte en brindilles, structurer un cheminement, ponctuer le chemin de petits cailloux tel un petit poucet. Chaque caillou introduit une anecdote aidant à la construction d’une mythologie personnelle. Ces sociétés des iles Micronésiennes sont tournées vers la mer et traditionnellement, ces insulaires sont de grands navigateurs. Ce sont eux qui ont inventé les «cartes en bouts de bois», véritables cartes marines où les intersections des brindilles, matérialisées par des coquillages, représentent les îles. Cette transposition peut aussi se traduire par une construction collective en extérieur. Cf : Représentation des îles Marshall avec une «carte en bouts de bois» http://tice.univ-nc.nc/~lacabanne/MICRONESIA.htm


GÉOGRAPHIES SENTIMENTALES / Empreintes choux rouges

En empruntant les outils du graphisme, j’imagine des protocoles de composition aléatoires qui jouent avec les dimensions vibratoires et répétitives.


LES CARNETS / Observation du feuillage et constellations d’ombres

Extraits carnets 2012 © V.Champigny


LES CARNETS / Observation du feuillage et constellations d’ombres

Extraits carnets 2012 © V.Champigny


LES CARNETS / Observation du feuillage et constellations d’ombres

Extraits carnets 2015 © V.Champigny


Extrait carnets 2015 Š V.Champigny


LES OMBRES / prises de vues Collection d’ombres à usage graphique ou pictural Présence fantomatique de la nature

La présence fantomatique du végétal questionne sur son hypothétique absence.


RECHERCHE SUR L’ENFOUISSEMENT

Presse du papier enfoui dans le sol Réaction du papier aux intempéries, aux saisons. Les papiers restent enfouis 3 à 5 ans entre des plaques d’aciers.


INCIDENCES

Série «  Incidences  »,  association  du  papier  issu  des  ruches  à  rouilles  (vieillissement  entre  4  à  6  ans)  au  papier  végétal,  40cmX40cm  -­‐2006  –  2016  


LE PAPIER VÉGÉTAL / fabrication en atelier

Série «  Incidences  »,  association  du  papier  issu  des  ruches  à  rouilles  au  papier  végétal,  40cmX40cm  -­‐2006  –  2016  

Le papier devient mode d'expression à part entière : une matière-peau. J’expérimente la transformation des plantes en fibres à papier. Le papier révèle le lieu correspondant à la provenance des plantes. Après la cueillette, je réalise avec les celluloses végétales des galettes de papiers ou sculptures diaphanes, livres objets. J’associe à cette expérience mes expérimentations sur la rouille et l’enfouissement du papier. La forme ronde révèle la forme des tamis. Elle laisse aussi illusionner optiquement un passage de la forme ronde à la sphère. Médiation : La fabrication du papier nécessite un workshop d’une semaine avec un groupe. (à partir de 15 ans)


SYSTÈMES RACINAIRES ET ÉLÉMENTS DE NATURE


ENTROPIE / Peintures de ronciers 2007

L’entropie désigne  l’état  de  désordre  d’un   système.       Le  roncier  simule  un  désordre  protecteur  :   c’est  la  plante-­‐hôte  de  quelques  espèces  de   papillons,  d'insectes,  de  nids  d'oiseaux,   plusieurs  espèces  de  micromammifères  et   de  reptiles  pour  se  protéger  des  prédateurs.     L’entropie  joue  un  rôle  fondamental  dans   l’organisation  des  formes  fractales  et  un   fabuleux  exercice  pour  l’œil  que  de  saisir   l’architecture  d’un  chaos  végétal.     «  Comme  dans  le  monde  baroque,   l’apparence  est  décorative,  tout  en  surface,   mais  en  dessous  se  cache  un  sombre  secret  ;   la  décadence  et  l’entropie  ne  sont  jamais   bien  loin.  »  Anish  Kapoor  


MÉMOIRE DES LIEUX ET PASSAGES / enfance


MÉMOIRE DES LIEUX ET PASSAGES Dessins au feutre / souvenirs d’enfance Le dessin au feutre comme à l’école primaire : L’imaginaire s’ouvre sur un univers organique qui puise dans des souvenirs d’enfance. Il s’agit dans cet exercice de se ressourcer par les souvenirs comme par des cartes de jeux et de les mettre au service des futures explorations d’espaces. Cette série de dessin est aussi l’occasion sur des temps de médiation de stimuler les récits du public eau cours des visites ou ateliers. Les dessins invitent à détailler (oral, écrit, dessin) les souvenirs, rêves ou cauchemars de chacun.


LES CABANES Maison abandonnée sur pilotis (Gironde)

J’explore la  notion  d’espace  dans  le  but   d’inviter  le  «  regardeur  »  à  une   contemplation  active.  Les  questions  du   lieu,  de  l’environnement,  de  l’in  situ  et   de  l’habitat  participent    aux  repérages   d‘un  territoire,  au  choix  des  prises  de   vues,  à  la  construction  de  structures.     Les  habitats  non  fonctionnels  sont  forts   d’une  poétique  qu’il  est  intéressant  de   donner  à  voir  avant  des  séances   d’atelier  de  construction  de  type   «  Land  art  ».  


LES CABANES, IGLOOS / Approche Land art

L’observation : La réalisation des cabanes, igloos ou robes des arbres passe par une approche sensible au rapport entre la végétation galopante qui prolifère telle que le lierre, le chèvrefeuille sur l’habitat, les maisons abandonnées, les cabanes des vignerons, les palombières… Mes installations ont pour point commun d’inviter à des expériences constituées de matériel et d’immatériel qui mettent en jeu des savoirs techniques, des phénomènes physiques dont le vecteur principal est la gestion des espaces, des vides et des tensions. Les cabanes ou maisons abandonnées deviennent parfois un refuge propice à la réflexion pour travailler visuellement sur un territoire tout en s’intégrant dans celui-ci. Ce postulat renvoie à un questionnement lors des médiations : un approche Land-art dans quel but ?, construire une cabane pour quoi faire ? une intervention dans la nature pour quelle raison ?

Igloo en osier sec et noisetier

robe d’arbre

Médiation : Dessiner avec le vide Construction collective végétale Architecture filaire


BESTIAIRE APPRIVOISÉ

Le corps de l’animal s’unit ou s’oppose à l’humain, il symbolise dans les contes et légendes nos comportements, il reflète nos peurs. La représentation de l’animal peut être explorée sous divers angles : emblématique, allégorique, familier ou sauvage voire monstrueux... La plupart des civilisations ont cherché à figurer l’animal sur de multiples supports tels que les peintures pariétales du paléolithique. Ici, je souligne par la photographie la présence incongrue de la présence animale dans la vie quotidienne afin de questionner le regardeur sur son rapport au vivant.  


BESTIAIRE APPRIVOISÉ

Un jeu de correspondances entre corps et imagerie compose les motifs d’un univers organique que je cherche à rendre compte par différents langages. La référence à J.Beuys est ici partiellement présente. L’animal est prétexte à l’évocation de l’adaptabilité de l’être humain « géolocalisé » dans un espace orthonormé, urbain. La série « Bestiaire apprivoisé » n’est pas une illustration de l’état de nature, elle questionne nos instincts dans notre mode de vie actuel. Ce travail a pris forme à la suite de la résidence « Les murs blancs cassés » sur un quartier en rénovation, Peyrouat, (40).


QUESTIONNEMENT DES ESPACES

Traverser des rivières, dessin feuille A4


QUESTIONNEMENT DES ESPACES

La pierre rousse / photographie 2015


QUESTIONNEMENT DES ESPACES Les murs blancs cassés

Prix de la Fondation de France 2009 Programme Habitat Résidence Les murs blancs cassés Exposition à la Minoterie de Mont de Marsan (40). Proposition dans le cadre de la résidence Mutations d’office en lien avec le quartier en rénovation de Mont de Marsan avec les habitants : – La cage à lapins – installation et série participative photographique ; – Photos de famille sur canapé – installation et série participative photographique ; – Les petites annonces – peinture ; – Cage d’escalier – peinture ; – Le chien du vigile – peinture ; – Démolition du bâtiment 11 – vidéo montage photographique.

Toile peinte, 210 cm X 120 cm, 2007

À partir de cette résidence d’artiste que j’ai mis en place, j’ai ainsi pu faire venir d’autres artistes sur des temps longs (6 mois). L’ensemble des productions de la résidence sont aujourd’hui valorisées à travers l’artothèque Mutuum. «Un jour de plein soleil, la façade me parût différente des autres jours. Je n’y voyais rien, la lumière éblouissante la faisait disparaître et pourtant elle était plus réelle que jamais. Transparente, elle révélait enfin sa vraie nature : un mur parsemé de trous rectangulaires qu’ont avait bouchés de verre. Les reflets dans les vitres en disait long.» Annie Ernaux.

Voiture bâchée / Résidence « Les murs blancs cassés » 2009


QUESTIONNEMENT DES ESPACES

Ces prises de vues révélant la modélisation des espaces interrogent notre perte des repères au quotidien dans l’habitat collectif, admistratif normalisé, standardisé.

« Œil de bœuf, porte battante d’administration » octobre 2014 – (40×55 sur papier baryté, contrecollé sur plaque de Dibond)

L’architecture des bâtiments publics témoigne d’une forme emblématique de la réception des publics, du collectif telle que la salle d’attente. Ma proposition poétique par une approche sensible, frontale et directe est ouverte à différentes interprétations. Elle questionne sur la place de l’individu, du végétal par son absence, de l’empreinte possible des cultures. A l’opposé de l’espace personnel, intime, de l’habitat, le passant, l’usager se confond avec la ville sans laisser de traces. «Grâce à la maison, un grand nombre de nos souvenirs sont logés» (Gaston Bachelard, la poétique de l’espace).

Série photographique de salles d’attente, 2014

dessin au crayon lithographique, 2012


PRÉSENCES Chien levant les yeux / Femme levant les yeux


PRÉSENCES/ vidéo L’enfant-roi, manège. Vidéo 20 ‘’ 2014. (son : machine à coudre en marche)

Capture d’image vidéo

Autres vidéos : Déliophylisation du paysage, vidéo 59′- Janvier 2014 Itinéraire à l’avance, vidéo, bande-son 1.20′ – Mars 2015


PRÉSENCES Les dormeurs, homeless

Série de dessin sur feuille A4 inspiré de la réalité ou de films (Stalker).


ZONE DE LECTURES / Médiation Dispositif numérique participatif en ligne Lectures et lectures partagées (depuis 2009) Les expériences sonores de Valérie Champigny proposent des territoires intermédiaires. Elle rassemble par la lecture des extraits d’œuvres littéraires ou de poésies, de textes d’artistes souvent sur la thématique du paysage, du déplacement (Robert Walser,…) . Le texte lu est parfois associé à une vidéo en plan fixe déplaçant ainsi le rapport entre le temps et l’espace, des entre-deux toujours étranges : sons et images interagissent et qui révèlent souvent des environnements fictionnels, narratifs.

Collaboration avec Gilles Malatray « Désarsonnant » http://www.ipernity.com/doc/zonedelectures/38673692/in/album/798696

Ateliers Ateliers et stages tous publics Lectures partagées on line Lectures publiques participatives Ateliers d'écriture, de dessin et de lecture orale collective tous publics :médiathèques, établissements scolaires tous niveaux, associations, maisons de retraite, centres de détention, hôpitaux, centres pour personnes non-voyantes... Ateliers ou stages : (à la demande selon les publics) - A travers une série d'exercices d'écriture d'expérimentation : Ecrire à partir d'une image d'un lieu... Transformer l'environnement proche - Etre en situation de lecture : Faire vivre son texte oralement seul ou à 2 Détourner la syntaxe, faire vivre les vides Expressions orale et écrite, découverte de textes et poésies françaises et étrangères. Récits, travail sur la mémoire, témoignages. Approches du dessin et des arts plastiques, livres-objets.

Médiation - Développement des pratiques amateurs (amator : celui qui aime) : - Mise en place de stages, ateliers en établissement scolaire, association, collectivité, entreprise... - Proposition de lectures partagées on line : pour jouer d'un bout à l'autre du monde, il est aujourd'hui très facile avec un mini laboratoire sonore de poche (kit main-libre et téléphone portable) et à travers la lecture d'extraits de croiser des voix. Cet échange de fichiers sonores permet de faire découvrir ou re-découvrir des auteurs d'autres continents, d'autres siècles, ou vos créations textuelles. - Lectures publiques participatives : Après une restitution en bibliothèque ou établissement scolaire d'un atelier d'écriture collectif ou à partir de textes choisis.

Editions : Réalisation de cahiers numériques pour la restitution des ateliers ou stages. - Publications Mutuum, restitution ateliers d'écriture, scolaires et tous publics. exemple : "Un paysage dans mon assiette" - Réalisation de publications numériques pour particuliers : histoires personnelles, aide à la rédaction, mise en page...


PARCOURS / Résidences – Expositions – Publications – Prix Résidences 2015 – 2016 > Résidence Cité des chênes, quartier ouvrier des maisons rondes à Morcenx (40) 2008-2015 > Résidence permanente Réseau A&a – Conception du dispositif des Ruches à rouille. 2009 > Résidence 6 mois (janvier à juin) Les murs blancs cassés, exposition en septembre à la Minoterie de Mont de Marsan (40). Proposition dans le cadre de la résidence Mutations d’office en lien avec le quartier en rénovation de Mont de Marsan avec les habitants (La cage à lapins Installation et série participative photographique ; Photos de famille sur canapé Installation et série participative photographique ; Les petites annonces Peinture ; Cage d’escalier Peinture ; Le chien du vigile Peinture ; Démolition du bâtiment 11 – Vidéo montage photographique.) 2000 Juillet > Champagnac de Belair (Périgord) réalisation d’un volume 7 mètres de haut), sculpture en métal au foyer des jeunes. 1999 Sept-Oct > Mojacar (Espagne) Workshop international organisé par l’architecte Gallego. 1998 Juillet-Août-Sept > selected with 20 young artists (from Europe and united States and Brazil) to participate from June to september in 1998 at an international workshop organized by Dario Urzay under the title “En una (microverso) fracción” at the Arteleku of Donostia. A studio of studios that gathers along with 20 young artists, and contemporary known international artists like David Reed, Julian Schnabel, Albert Oehlen, Torie Begg Terry Winters and Fabian Marcaccio.  

Expositions 2013 sept > Réseau A&a exposition personnelle « Apposition des mains » 2008 Août > Welcome Homeless, exposition collective en appartement, Paris. Septembre > Exposition de « L’Ovalisque », Installation son et lumière sur 50 m2 Hall du Conseil Régional de BORDEAUX. 2007 Août > Maisons témoins Galerie Kabinett, quartier Mitte. Juin > Mobile – Galerie Salvador DIAZ. (Josep Maria Martin) Barcelone. 2006 Décembre > Mobile – Halle aux poissons, Installation, ESAP, Perpignan. Novembre > Mobile – Galeries La Fayette. La galerie des galeries, jeunes créateurs, Avignon. Juillet–Août-Sept > « Mise au carré » Exposition collective – Spazio-Arte – Rome. 2005 Juin > Exposition peinture – Salon Villepinte – Paris. Mai > Exposition de 10 planches d’illustrations au Lycée de La Sauque à La Brède – Commande d’illustrations pour un ouvrage médical Cœur, régimes, religions J.Minaberry, 2003 Janvier à Sept > Exposition de sculptures et gravures au Musée ART & Moteur de Saumur. 2002 Sept-Oct > exposition personnelle (sculptures métal) à la citadelle de Blaye. Février > Exposition collective « GALERIE Porte 2A », rue Ferrère Bordeaux. 2001 janvier > Installation plastique concernant la façade de 4 étages d’un immeuble situé Place St Michel à Bordeaux dans le cadre de l’extension du parcours « Regards de rues » organisé par la Mairie de Bordeaux. Fév > St André de Cubzac – 9 ème édition du salon des Arts Plastiques avec les artistes du collectif « VOUS ETES ICI » au Château Robillard. 1999 Dec > Bordeaux Publication d’un catalogue avec le collectif « VOUS ETES ICI ». Présentation chez Mollat. Mai > Université Bordeaux III, MAISON DES ARTS, performance intitulée « La peinture à l’œuf »


Publications

Prix

2013-2016 Marge de manoeuvre, chroniques, rédactions d’articles dans RUE89 Bordeaux

Prix de  la  Fondation  de  France  2009   Les murs blancs cassés Conception de la résidence Mutations d’office  

2012 Ornithologie d’une promeneuse. Editions Réseau A&a – 300 exemplaires 2009 What’s going on ? affiche en partenariat avec «Demain en France». 2007 Histoires mélées, Portraits en devenir – Ouvrage collectif avec le lycée de la Tour Blanche en partenariat avec les éditions « N’a qu’un œil» Atelier-Forum, Bordeaux, sept. 2006 Les parages Editions Réseau A&a – 300 exemplaires 2006 Conversation au bord de la route Editions Réseau A&a – 300 exemplaires 2004 Maison urbaine en carton Editions A&a livre-objet, 2003 La maison articulée, Les brèves, A&a livre-objet, Février. 2001 L’art en cabane atelier d’écriture Centre de détention de Gradignan, mai. 2000 Les cabanes en carton livre-objet, – Editions A&a – 10 exemplaires numérotés 1999 Livre d’artistes avec le collectif VOUS ETES ICI – Bordeaux – 1000 exemplaires. Exposition chez Mollat, dec, janv 1998 Publication images “TOTOTO Editors” TOKYO (japon)


PROGRAMME DE FORMATION Mutuum artothèque Consultation en ligne Programme « Territoire et fusion au prisme de l’art » http://issuu.com/mutuum/docs/programmation_formations_sensibilis

Mutuum, ses ruches et ses alvéoles Les ruches Mutuum / La bibliothèque alvéolaire Nectar Une programmation artistique dans votre structure - location d'expositions, rencontre avec un/une artiste, la Collection Mutuum

Les formations 2016

(sommaire)

Territoires et fusion au prisme de l'art Le cocktail "fusion" Relaxation et expression corporelle - avant des ateliers de création / ou séances complètes Les workshops "paysages" L'atelier "dessin et l'espace" S'affranchir des résistances Une histoire de l'art contemporain Le paysage dans la peinture Art contemporain et paysage Médiation culturelle accompagnement, coordination et initiation Un partage d'expériences, une restitution collective, une publication numérique Les éditions Mutuum


Photographie à Labouheyre (40) Fête populaire, 2008.


Valérie Champigny +33 6 72 41 13 69 5, Fontaine de Laulan 33210 LÉOGEATS GIRONDE, FRANCE valeriechampigny.pecdc@gmail.com valeriechampigny.com Artothèque Mutuum contact@mutuum.fr http://mutuum.fr

Valérie Champigny portfolio 01  

Valérie Champigny Dossier pratique artistique Interventions tous publics Formation adultes (art et paysage)

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you