Issuu on Google+

1


ème

22 édition du festival Les 24 Heures du Swing CONTACTS : Président : Jean Claude CASSIGNARD Directrice Culturelle : Magali LAURIOU Tél. : 05 56 61 82 91 - Fax : 05 56 71 90 41 festijazz@swing-monsegur.com Site Internet : www.swing-monsegur.com

2


SOMMAIRE

Programme de la 22ème édition du festival « Les 24 Heures du Swing »

p. 4

Les scènes du festival

p. 12

Le projet artistique et culturel

p. 13

La politique du festival

p. 14

La mémoire du festival

p. 15

L’historique

p. 16

Les partenaires

p. 17

Les tarifs

p. 18

Le Colloque Jazz et Bande Dessiné !

p. 19

3


Programme de la 22ème édition du festival « Les 24 Heures du Swing » Vendredi 1er juillet Soirée Jazz Vocal sous la Halle dès 21h 21h - Peyodelo Véritable coup de cœur de l’édition 2011, les organisateurs ont décidé d’offrir la première partie du concert du vendredi soir à PEYODELO. Ce groupe originaire du Bordelais c’est la rencontre d’une voix mélodieuse et d’un talentueux pianiste, autour d’un répertoire fortement teinté de soul. C’est une musique qui secoue, un grain de voix qui bouleverse et un pianiste au style rappelant le Rhythm and Blues des années 50. Les arrangements colorent le répertoire d'une façon résolument moderne qui nous fait voyager de Billie Holiday à Stevie Wonder avec une grande originalité !

22h30 – Lisa Ekdahl

En exclusivité à Monségur Un peu de douceur dans ce monde de brutes… La délicieuse Lisa Ekdahl nous a fait un magnifique cadeau cette année en publiant un live enregistré chez nous, à l’Olympia, le premier album en concert de sa carrière... à croire que nous, français, sommes son public préféré. Et comme elle a raison, tout comme nous avons raison d’adorer cet ange échappé du paradis du jazz… La voix de Lisa Ekdahl....Ténue, délicate, angélique.... petite souris blonde à l’accent scandinave qui vous arrache l’âme avec des gants de velours. Si sa voix douce évoque une femme enfant, il ne faut pas oublier que la suédoise est l’auteur de déjà dix albums et qu’elle a remporté trois Grammy Awards au cours de sa carrière. Discrète et délicate, c’est toujours avec élégance qu’elle chante du jazz, de la bossa nova ou de la pop. Les organisateurs des 24 heures du swing de Monségur avaient promis de l'émotion pour cette 22ème édition du festival, avec "Lisa Ekdahl" on est aujourd'hui certain que la promesse sera tenue avec ce concert unique en France.

4


Inauguration du Village Swing ! (cf. p12) Naissance d’un nouveau lieu dans le festival, le Village Swing ! Comme son nom l’indique il fera la place belle aux danseurs. Tous les détails sur ce nouveau lieu page 18h – Big band des Classes Jazz du Collège Eléonore de Provence GUEST les Classes Jazz de Marciac Quoi de plus logique que dans une Terre déjà dédiée au Jazz depuis de nombreuses années germe l’idée d’une Classe Jazz ? Celle-ci, inspirée de la Classe Jazz de Marciac, nait en 2001 et suit son petit bonhomme de chemin depuis maintenant 10 ans. Cet anniversaire sera l’occasion de voir des combos d’anciens élèves se reformer dans les rues de Monségur mais également de faire une grande fête en invitant les Classes Jazz de Marciac sur la scène du Village Swing pour l’ouverture du festival! Avec Didier Lockwood en 2009

22h – Julien Brunetaud Quartet guest Drew Davies Ce jeune pianiste est un surdoué. Habité par les démons du rhythm’n blues, Julien Brunetaud a enregistré deux albums à la Nouvelle Orléans, accompagné Chuck Berry et joué en première partie de BB King sous son nom. Il a tourné partout dans le monde, de New York à Bombay et a été présenté en 2010 par Jazz Radio (1 ère radio jazz en France 35 villes) comme une « révélation Jazz & Soul » à l’occasion de la sortie de son 1er album distribué en France « Look like Twins » (Frémeaux & Associés). Le Julien Brunetaud Quartet est la réunion de son trio et du saxophoniste anglais Drew Davies autour de la musique d’aujourd’hui à la Nouvelle Orléans, rythm’n blues, blues et funky New Orleans.

Drew Davies

Julien Brunetaud

5


Samedi 2 juillet Sous la Halle 21h – Sidney Bechet Memories All Stars

Il y a une dizaine d’années, cet orchestre a été créé par Poumy Arnaud pour maintenir vivant le souvenir de l’un des plus grands musiciens que le Jazz nous ait donné. Dans les années cinquante l’énorme succès de Sidney Bechet a été soutenu par ces musiciens français avec qui il a vécu les dix dernières de sa vie musicale en France. De nombreux tubes à son nom : Petite Fleur, Les Oignons, Dans les rues d’Antibes, et tant d’autres… Quatre des sept musiciens ont fait partie de son orchestre de l’époque : Poumy, Christian, Marcel et Alph. Trois musiciens plus jeunes, n’ont ou connaître Sibey Bechet mais sont réputés pour être les meilleurs dans ce style de Jazz : Olivier, Benoît et Alain. Cette musique fait revivre de merveilleux souvenirs à beaucoup et faut découvrir à d’autres ce qu’est une musique directe, sensuelle et chaleureuse. 21h – Ornicar Big band guest Daniel Huck (voir aussi le Colloque Jazz et BD p.19 !) Lauréat du concours national de la Défense en 1982, le big band « Ornicar » fut l’un des grands orchestres les plus en vue des années 8090. Avec quatre disques enregistrés en compagnie d’invités prestigieux comme Joe Henderson, Elizabeth Kontomanou ou Daniel Huck, Ornicar big band se produisit sur les plus grandes scènes nationales de l’époque : Festivals de Paris, Marciac, Souillac, Vienne, Nice, Salon de Provence, Munster etc… Son univers musical, intégralement conçu par son chef d’orchestre compositeur/arrangeur Philippe Laudet, oscille entre héritage des grandes formations des années 50 et innovations plus contemporaines, toujours charpentées sur des rythmes, des mélodies ou des harmonies riches en couleurs. L’univers graphique, lui, était celui de la bande dessinée : quatre pochettes d’album et une affiche emblématiques, réalisées entre autre par Ted Benoît, François Thomas, Filips ou Ever Meulen. Après quinze années d’absence, et en exclusivité pour le Festival « Les 24h du Swing de Monségur », Ornicar big band vous présente son retour sur scène, avec en invité l’incroyable (Daniel) Huck, qui coloriera de son groove et de ses scats légendaires des compositions originales que Philippe Laudet lui a dessinées sur mesure. 6


Au Village Swing 18h30 – Aurore Quartet Depuis 2004, Aurore quartet enchante le public par le biais de son swing et de son énergie, mais aussi de ses compositions et de la voix canaille d'Aurore Voilqué. Le carnet de tournées est bien rempli, allant du Festival Swing41 de Salbris, en passant par le Festival de Jazz de Deauville ou ils font la première partie de Sanseverino et Angelo Debarre, et celui d'Enghein, le Rhino Jazz Festival, ou le Théatre du Prisme, le Festival de Jazz de Serres, Festicolor, l'Ile de Ré en première partie de Didier Lockwood, celui des Puces de Saint-Ouen, Jazz en Touraine, le Birdland de New York avec Samson Schmitt, Ludovic Beier et Andreas Oberg, mais aussi l’Ile Maurice ou encore le Maroc ou l'Angleterre, sans oublier plusieurs concerts à l’affiche du Duc des Lombards, haut lieu du jazz parisien. Déjà quatre disques, qui ont séduit la FNAC, dont « Il y a du Soleil dans la Boutique » sorti en décembre 2008, et le Live au Quecumbar, enregistré à Londres en 2009. Voilà Aurore Quartet et leurs compositions jubilatoires qui réveillent le jazz manouche, qui en sont la continuité, servi par la voix canaille d’Aurore Voilqué, jeune pousse tzigane de 32 ans qui a fait ses armes en classique, avant de prendre le large au pays de Django Reinhardt et Stéphane Grappelli.

20h30 – The Doc Scanlon Pan Atlantic Swingsters Cette formation américaine de Hot Swing basée à New york revient en Europe pour la 6éme fois en 4 ans. Après une série de concert fin novembre aux Etats-Unis dont un concert dans le fameux club de swing pour danseur de Manhattan à NewYork , le « Swing 46 », et dans les villes de Poughkeepsie et Troy, le groupe a joué en France et en Espagne du 2 au 20 décembre : Toulouse (Rest’O Jazz et Frenchie Blaboa Dance Festival) Monségur (Swing Club « Les Colonnes », Bordeaux (le 5Allées et Amadeus Song) , Paris ( 3 soirs au Caveau de la Huchette) et Barcelone du 16 au 19 décembre. La musique de ce quartet est résolument tournée vers le répertoire swing des années 20 aux années 40, comprenant les grands standards de Gershwin, Berlin & Porter comme ceux de Django Reinhardt, Fats Waller et Benny Goodman. ils peuvent également interprété Louis Jordan, Bill Haley ou Louis Prima. Le groupe est composé du guitariste chanteur « Bad Boy » Billy Collins, originaire du Bronx et installé maintenant à Paris, Doc Scanlon à la contrebasse et au chant, du français et bordelais d’adoption Stéphane Séva (Paris Washboard, To Frank and Ray, Swing Ondulé) chanteur « crooner » qui rend hommage à Frank Sinatra et Ray Charles et grand spécialiste du washboard. La cerise sur le gâteau de ce quartet est le clarinettiste de renommée internationale Dan Levinson qui sillonne le monde depuis plus de 20 ans (Mel Tormé, Wynton Marsalis, Leon Redborn..) , régulièrement en Allemagne avec la formation “Andrej Hermlin's Swing Dance Orchestra » de Berlin, rendant hommage à Goodman and Artie Shaw de swing et chaque semaine depuis 1990 avec Vince Giordano and the Nighthawks à Manhanttan (New York). Un quartet dont la sonorité est tout à fait unique grâce à la présence du washboard à la place de la batterie. Entre la sonorité ronde et colorée du clarinettiste à la Bennie Goodman et les thèmes chantés à trois voix, le swing est roi….Un régal pour les oreilles, un bonheur pour les danseurs.

7


22h30 – Smoky Joe Combo Depuis bientôt 6 ans, de l'Angleterre à l'Allemagne en passant par l'Espagne, SMOKY JOE COMBO s'est forgé un solide public adepte de ce swing si particulier qui remonte chercher ses influences dans les années 30, d'un côté et de l'autre de l'Atlantique. On retrouve en effet dans ce quartet digne des clubs enfumés de la belle époque à la fois l'influence vocale des grands du swing américain : Nat King Cole, Fats Waller, Louis Armstrong, The Mills Brothers, The Cats and the fiddle, mais aussi la patte rythmique des swingueurs européens contemporains de Django Reinhardt... Sur scène c'est une véritable déferlante. Difficile de résister et de rester sur place. SMOKY JOE COMBO et son inimitable chanteur David Costa Coelho dégagent une énergie Rock'n'Roll proche de Louis Jordan, Slim Gaillard, Big Joe Turner. Enfermés dans l'antre analogique "Infernale Machine" les 4 swingueurs de Smoky Joe Combo et leurs nombreux invités, sous la houlette des producteurs Armand Gonzalez et Téo Mannoni, ont poussé le sens du détail jusqu'à l'utilisation de matériel vintage (microphones et pré-amplis) des années 40 pour retrouver ce grain et cette chaleur de son qui leur est si chère. Des sessions d'enregistrement "live" sans tricherie qui restituent à merveille l'esprit des années 30. Difficile de croire que ces morceaux ont presque 80 ans tant Smoky Joe et sa bande les dépoussièrent !

00h30 – Andy Rey y su Cadencia 12 musiciens sur scène : chant, piano, batterie timbale, bajo, bongos, flûte, cojos et cuivres vous proposent un répertoire très chaleureux qui nous transporte avec grand enthousiasme dans l’univers coloré et langoureux des caraïbes : salsa, merengue, chachacha, reggaeton, timbe cubana, bolero, guaganco, latin Jazz…sont interprétés avec un dynamisme qui fait vibrer la scène et entraine irrésistiblement le public à danser et à chanter. Certaines compositions aux rythmes plus doux et aux paroles plus romantiques complètent d’un brin de notalgie ce cocktail savamment mélangé par ces professionnels. Andy Rey y su Cadencia nous laisse la trace indélébile d’un fabuleux voyage musical, riche en émotions !

A consommer sans modération !

8


Dimanche 3 juillet Après-midi final ! 13h – Joseph Ganter Trio Le trio de Joseph Ganter nous invite à un voyage… Un voyage au travers des standards de jazz certes, mais également à la découverte de nouveaux horizons musicaux grâce à des compositions personnelles, sans oublier la redécouverte de thèmes appartenant au patrimoine si riche de la chanson française que les trois musiciens nous distillent avec sensibilité, musicalité et humour… Et le public est conquis… Le plus important dans la musique étant selon Joseph GANTER de donner du bonheur aux spectateurs… Et parfois même ce plaisir passant par quelques ritournelles jazzistiques que le pianiste se met à chanter enrobant ces mélodies d’un scat à toute épreuve… Et ça marche… Tout le monde est sous le charme… Et de ce voyage musical vous garderez un souvenir impérissable, impatients de reprendre un billet pour un prochain départ…. 15h – Slobodan Sokolovic Group – Sporting Groove de Monségur ! Résolument tourné vers un Jazz énergique, simple, actuel et moderne la musique du Slobodan Sokolovic Group (composé des professeurs des Classes Jazz du Collège de Monségur) s’appuie aussi bien sur les nombreuses compositions du groupe que sur quelques titres d’artistes tels que Kenny Garrett ou John Scofield…

9


17h – Jean Carpenter Jean Carpenter auteur, compositeur et interprète a commencé très jeune le gospel dans les églises de Far Rockaway Queens à New York. Tout en faisant des études de psychologie à l'université de virginie elle se produit aux coté de nombreux artistes et enregistre en 1994 son premier album "are you tempted to turn". Après son arrivée en Europe, elle collabora avec de nombreux groupes telle que "American gospel Connection" ou encore "gospel voices" lors de concerts, festivals, élection d’Obama, etc... Elle est actuellement directrice musicale de la chorale "Gospel pour 100 voix" actuellement en tournée dans toute l’Europe... Elle sera accompagné sur scène par le groupe bordelais "Move in Gospel" et du pianiste "survolté" Roland Cham. Mariage divin entre le gospel traditionnel et moderne teinté de salsa, de jazz, de soul et de rythmes africains, le groupe « Move in Gospel » nous transporte au sein de cette Afrique qui associe depuis toujours le chant aux circonstances de la vie. Leurs voix parcourent toutes les nuances, des murmures aux vocalises improvisées, invitant le public à participer, à témoigner et partager ensemble un fervent hymne à l'amour.

19h – The Dynamites featuring Charles Walker Basés à Nashville, Tennesse, The Dynamites ont cette particularité de jouer une musique qui pourrait être effectivement comparée à un bâton de soul dynamite, prêt à faire exploser de joie les plus impassibles. Ne restait plus qu'à trouver une voix pour allumer la mèche. Ce fut chose faite lors de leur rencontre avec le chanteur Charles Walker, héros déchu de la période dorée que sont les années 50, 60 et 70. Jouant dans des clubs aussi fameux que l'Apollo Theater ou le Small's Paradise, enregistrant pour les labels Chess et Decca, Mr Walker n'est pas un débutant ; pourtant son énergie est celle d'un adolescent, prêt à sillonner les routes du monde entier et prêcher la parole de l'âme aux cœurs les plus durs!

Guitares accrocheuses, B3 Hammond syncopé, section de cuivres saillants et breaks de batterie font monter la sauce. La musique instrumentée par les Dynamites sert à merveille la voix de vieux velours d'un Charles Walker au meilleur de son art.

On vous aura prévenu, il faut toujours se méfier quand on manie de la dynamite…

10


Sans oublier toutes les autres scènes et scénettes du festival ! Le foyer, Le Café des Sports, Le Café du Monseg’, le restaurant Les Colonnes, le café du Commerce, le restaurant Le Cep d’Antan avec, entre autres… CEUX QUI MARCHENT DEBOUT GROOVE IN THE KITCHEN DUKE ORGAN BLUES COMBO BIGNOL SWING BERNIC JAZZ BAND SMAC MELTING POT TRIO SUR LE VOLET BARFLY JAZZ COMBO…

11


Les scènes du festival Comme d'autres bastides de la vallée du Dropt, Monségur a conservé son plan initial du XIIIème siècle. Fondée par Eléonore de Provence épouse d'Henri III d'Angleterre, Monségur possède une place centrale entourée de couverts, des ruets et ruelles à angle droit, des remparts et cornières, des maisons à colombage, et enfin une superbe église. Place importante en Guyenne, elle fût l'objet tour à tour de la convoitise des rois de France ou d'Angleterre. Après des journées sanglantes vécues au cours des siècles, c'est maintenant une cité paisible, lieu de rencontres culturelles ou sportives, cadre idéal pour servir de décor au festival « Les 24 Heures du Swing » La Halle Edifiée à la fin du XIXème siècle (âge d'or du fer), cette halle métallique est le cœur du village. Scène principale du festival, elle peut se vanter d’avoir reçue Ike Turner, Liz Mc Comb, Didier Lockwood ou encore Biréli Lagrène…

Le tout nouveau tout beau ! : LE VILLAGE SWING Grande place, cette deuxième scène du festival, le Village Swing permet d’accueillir jusqu’à 2000 personnes pour les concerts des vendredi et samedi soir et du dimanche après-midi. Cette nouvelle scène sera inaugurée à par les Big band des Classes Jazz qui fêteront leur 10 bougies !

Le Foyer Parmi les scènes off du festival, le Foyer, ouvert le samedi soir seulement, a l’originalité d’être entièrement gérée par la jeunesse monséguraise. De la programmation à l’organisation de la soirée, les jeunes ont carte blanche pour dynamiser cet endroit qui est devenu au fil des années un point de rendez-vous incontournable du samedi soir surtout au moment convivial du service de la garbure !

Les arcades, terrasses des cafés et restaurants de Monségur deviennent également des lieux de concerts pendant le festival « Les 24 Heures du Swing ». Les festivaliers ont le privilège d’être très proches des artistes ce qui crée une ambiance sympathique et conviviale.

12


Le projet artistique culturel L’OMCL s’attache à faire découvrir cette musique et sa créativité à travers le festival « Les 24 Heures du Swing » ou encore grâce aux concerts hebdomadaires du Swing Club mais également à travers toute une série d’opérations de sensibilisation et de formation. Le Jazz est trop souvent considéré comme une musique élitiste, peu vivante que seuls peuvent comprendre certains initiés. L’OMCL entend permettre à chacun d’accéder, de manière régulière, à des concerts de Jazz de qualité et de découvrir ainsi l’accessibilité de cette musique, la diversité ainsi que la vivacité de cet art « populaire » improvisé et sans cesse renouvelé. L’histoire du Jazz revêt une importance particulière de par l’influence encore perceptible qu’elle a sur des musiciens actuels. La sensibilisation de tous les publics occupe en conséquence une place importante dans le projet de l’OMCL. L’accès pour tous à une découverte du Jazz jusqu’à une pratique amateur est défendu par l’association. Cette sensibilisation et cette pratique artistique permettent à des musiciens amateurs de se rencontrer, d’affiner leur approche musicale du jazz, voire de se produire dans des conditions professionnelles. Les opérations menées en ce sens par l’association sont les interventions scolaires (primaire, collège et lycée) sans oublier l’option Jazz au collège de Monségur et le Colloque Jazz organisé en partenariat avec l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux III (tout public). L’OMCL est une association forte de nombreux bénévoles ancrée depuis plus d’une trentaine d’années dans le paysage culturel local. Monségur de par sa position géographique permet à l’OMCL d’installer un faisceau d’actions culturelles rassemblant des personnes venues de différentes communes, de tout le Pays du Haut Entre-Deux-Mers et même des départements voisins (Lot-et-Garonne, Dordogne). Ainsi, les activités de l’OMCL dépassent le cadre local pour prendre une ampleur régionale.

L’action de l’OMCL et son effervescence culturelle permettent à ces communes situées en secteur rural d’entrevoir de nouvelles potentialités de développement :  Développement culturel avec une nouvelle offre (Jazz, cinéma, pratique musicale, Master Class d’artistes, etc.)  Développement de l’économie locale et du tourisme avec l’émergence d’une nouvelle visibilité due à cette activité culturelle

 Redécouverte d’un patrimoine architectural (bastides), écologique (tourisme vert) et d’un art de vivre base d’une identité et d’une exploitation économique.

L’OMCL veut rendre au Jazz son aspect convivial et accessible à tous. L’OMCL dans toutes les manifestations et animations qu’elle organise, entend véhiculer les principes du choc des cultures, de découverte d’une certaine forme d’art, mais également être un lieu de réflexion et de redécouverte des principes de la Citoyenneté. 13


La politique du festival De la volonté d’accroître la diffusion de musiques créatives et de favoriser l’ancrage de l’événement dans un bourg de village en milieu rural, découle un certain nombre d’actions mises en place depuis plusieurs années :  diffuser les diverses tendances du jazz actuel et de la musique improvisée   

iciens de talent peu médiatisés ainsi que les jeunes formations régionales

  des musiques actuelles : musiciens, critiques musicaux, journalistes, programmateurs, festivaliers…   

en proposant des concerts gratuits en intégrant les monségurais à l’organisation,

 maintenir des tarifs accessibles : gratuité pour les moins de 15 ans, tarifs avantageux pour les demandeurs d’emploi, les allocataires R.M.I, réductions pour les étudiants et les monségurais

« Cela n’aurait rien voulu dire s’il n’y avait pas eu ce swing ! »

Duke Ellington

14


La mémoire du festival

Claude BOLLING Big Band (1990-1994-1999-2004-2009), Guy MARCHAND (1990-1999), Dee Dee BRIDGEWATER (1991-2003), Gérard BADINI Super Swing Machine (1991-2002), Clark TERRY (1992), Al GREY (1992), Guy LAFITTE (1992), Illinois JACQUET Big Band (1993), Carrie SMITH (1994), Mercer ELLINGTON et The DUKE ELLINGTON Orchestra (1994), The Glen MILLER Memorial Orchestra (1995), Stéphane GRAPELLI (1995), The GOLDEN GATE Quartet (1996-1999 - 2010), Rhoda SCOTT (1996 -2005 - 2010), Alfredo RODRIGUEZ (1996-1997), Liz Mc COMB (1997 - 2007), Claude TISSENDIER (1997-2002-2005), Benny GOLSON (1998), Ronald BAKER (1998 - 2006), Didier LOCKWOOD (1999-2009), Nicholas PEYTON (2000), François BIENSAN et Marcel ZANINI (2001), Nico WAYNE TOUSSAINT (2001), The MINGUS BIG BAND (2002), Jean Jacques MILTEAU Quartet (2002), Biréli LAGRENE and Gipsy Project (2003 - 2007 - 2009), Lucky PETERSON (2003 - 2009), Ike TURNER (2004), Thomas DUTRONC et Ninine GARCIA (2004), Florin NICULESCU (2004), The COUNT BASIE Orchestra (2004), Tori ROBINSON (2005), BIG JAMES and the Chicago Playboys (2005), Dany DORIZ (2005), Marc LAFERRIERE (2005-2009), Bob WILBER (2005), Scott HAMILTON (2005), Carl SCHLOSSER (2005), Duffy JACKSON (2005), Dianne REEVES (2006), NEW SPIRIT (2006), Ray GELATO (2006), Kenny WAYNE (2006), Paddy SCHERLOCK (2006), Michel PASTRE (2006), Ulf STRANSTRÖM (2006), Christian WILLISOHN (2006), China MOSES (2007), Christian MORIN (2008), Robin Mc KELLE (2008), François LAUDET (2008), Eric LUTER (2008), Maxim SAURY (2008), Ignacio PINEIRO (2008) Thomas ENHCO & C° (2009) Eddie PALMIERI (2010), Donaldo FLORES (2010), Laurent MIGNARD Duke Orchestra (2010) …

A elle seule, cette liste de noms d’artistes incontournables de la scène de la musique Jazz suffirait à présenter le festival « Les 24 Heures du Swing », son histoire, ses envies et ses convictions. A la lecture de ces noms ont peut y entendre non seulement du Swing mais aussi du New Orleans, du Swing Manouche, du Jazz Vocal, du Be Bop, du Ragtime, du Blues, du Hard Bop, du Jazz Rock, de la Salsa…des quartets, des trios, des quintets, des sextets ou encore des Big Bands… cette description illustre le festival « Les 24 Heures du Swing » ; regrouper dans le cadre d’une manifestation tous les membres de la famille du Jazz, les présenter les uns aux autres et les présenter au public. Moment de partage et d’appréciation des valeurs et des principes de société véhiculés par la musique Jazz, le festival se veut à la fois festif et citoyen.

15


L’historique L’Office Monségurais de la Culture et des Loisirs L’Office Monségurais de la Culture et des Loisirs a vu le jour le 16 mai 1982. Née de l’envie de dynamiser la ville de Monségur, l’OMCL a été fondé par une bande de copains qui, à l’époque, n’aurait jamais imaginé que les actions de l’association allaient se développer et prendre une telle ampleur que tout le village allait petit à petit être impliqué dans l’aventure. Les premières occupations de l’OMCL ont été tournées vers le fonctionnement du cinéma. Ne voulant pas que l’activité cinématographique de Monségur s’arrête, les premiers bénévoles de l’association se sont donc investis afin de redémarrer les projections de films et, aujourd’hui, toujours grâce à l’investissement remarquable des bénévoles, le cinéma propose entre 8 et 10 séances par semaine dans un confort de vision et d’écoute irréprochable, ainsi que diverses manifestations tout au long de l’année, qui constituent un des points fort du dynamisme de Monségur. La bande de copains ne s’arrête pas là… Férus de musique Jazz de la tête aux pieds, les membres fondateurs de l’OMCL décident de relever le défi : organiser une fête du Jazz… Pari relevé. Depuis 1990 le festival « Les 24 Heures du Swing » se déroulant le premier week-end de juillet a gagné une renommée nationale en faisant venir les pointures du jazz tout en proposant une manifestation conviviale et familiale. Le festival va fêter ses 22 ans en 2011 ! Et c’est à partir de 1996 que l’OMCL étend son action vers la sensibilisation des publics et le développement des pratiques amateurs. Des actions sont menées en milieu scolaire (collège et école), avec notamment la création de la Classe Jazz en 2001 au Collège Eléonore de Provence de Monségur, option unique en Aquitaine. Ateliers, stages et colloques jazz sont également proposés chaque année, et afin de pouvoir profiter de concerts jazz plus qu’une seule fois par an à l’occasion du festival, des concerts ont lieu tous les mardis soirs au Swing Club du restaurant « Les Colonnes » de Monségur.

Trois des fondateurs du festival, lors de la première édition des « 24 Heures du Swing »

16


Les partenaires La Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Aquitaine Le Conseil Régional d'Aquitaine Le Conseil Général de la Gironde L'IDDAC La Ligue Girondine de l'Enseignement La Lyonnaise des Eaux La Caisse d'Epargne Aquitaine Poitou Charente La CMCAS La CCAS Le Républicain SCA - Les Vignerons réunis de Monségur Eurovia Carrefour Contact Jazz Hot France Bleu Gironde FIP La FNAC PAOLIN MUSIQUE EUROVIA Coline SARL GETTONI Cristaline Sarl Jean PEUCH & Fils Cellerier SILOMI SO-CHA-COU Syndicat Viticole Haut Entre Deux Mers L’Amadeus Le 5

17


Les tarifs Abonnements 3 jours assis

80,00 €

3 jours debout

60,00 €

Vendredi + Samedi assis

50,00 €

Vendredi + Samedi debout

45,00 €

Vendredi + Dimanche assis

50,00 €

Vendredi + Dimanche debout

45,00 €

Samedi + Dimanche assis

55,00 €

Samedi + Dimanche debout

50,00 €

Entrées Concerts Vendredi Halle Assises Tarif Normal

34,00 €

Assises Tarif Réduit

28,00 €

Debout Tarif Normal

25,00 €

Debout Tarif Réduit

20,00 €

Vendredi Village Swing Tarif Normal

10,00 €

Tarif Réduit

5,00 €

Samedi sous la Halle Assises Tarif Normal

34,00 €

Assises Tarif Réduit

28,00 €

Debout Tarif Normal

25,00 €

Debout Tarif Réduit

20,00 €

Samedi Village Swing Tarif Normal

20,00 €

Tarif Réduit

15,00 €

Dimanche Village Swing Tarif Normal

30,00 €

Tarif Réduit

25,00 €

18


Le Colloque Jazz En lien direct avec la venue d’Ornicar Big Band : les planches des dessinateurs seront exposées sous la halle !! JAZZ ET BANDE DESSINEE Descriptif Le cinquième colloque jazz de Monségur portera en 2011 sur les rapports entre le jazz et la bande dessinée. Partenariat OMCL Université Bordeaux 3 - Collège E de Provence COLLOQUE MONSEGUR 2011 « Jazz et bande dessinée » Ce colloque est organisé par l’Office Monségurais de la Culture et des Loisirs (OMCL, 24 Heures du Swing), en partenariat avec le Collège Éléonore de Provence et l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Ce cinquième colloque s'inscrit dans un cycle bisannuel de journées d'études dont on trouvera l'historique sur le site du collège Éléonore de Provence (http://college.monsegur.free.fr/). Les actes des colloques de Monségur sont publiés aux Presses Universitaires de Bordeaux. Le souhait des organisateurs est de permettre que ce colloque jazz et bande dessinée ouvre une réflexion sur les rapports entre le jazz, sans aucune restriction de sens, et la bande dessinée, sans aucune restriction de dates ou de sous-genres. A quoi correspond l'image du jazz dans la bande dessinée ? Toute approche permettant d'avancer sur cette question est bienvenue, qu'elle soit synchronique ou diachronique. La série des CD avec biographies et bandes dessinées des éditions Nocturne (Nocturne a été liquidée en 2009) témoignent d'une évolution quantitative en le domaine. Le thème de la biographie de musiciens de jazz dans la BD pourrait être un motif important d'étude. La bande dessinée liée au jazz semble s'être modifiée récemment. Des parutions récentes semblent en témoigner – nous pensons ici à Jazz Club d'Alexandre Clérisse, ( Dargaud, 2007) mais il y aurait beaucoup d'autres œuvres à évoquer – dans lesquelles le jazz est de plus en plus mis en avant. Qu'en est-il de la fonction de coloration, si l'on peut dire, de cette musique, cette fonction par laquelle le jazz apporte un décor d'ambiance aux teintes nocturnes et parfois glauques ? A-t-elle disparue ? Comment évolue-t-elle ? On pourra se demander comment la bande dessinée s'intéresse au jazz, aux jazz. Comment dessinateurs et scénaristes s'arrangent des 19


questions de l'apparition des personnages du jazz, du dessin des clubs, des décors de scènes, des instruments, des sons... Quels sont les moyens picturaux dans le trait, la couleur, la forme, mais aussi ceux narratifs spécifiques à la bande dessinée, pour dire la musique, le rythme, le swing ? Dans l'autre sens, le jazz s'intéresse aussi à la BD. Le Jazz a souvent fait appel au dessin. Les deux domaines entretiennent un rapport étroit, cela depuis le milieu du XXe siècle, et pas uniquement dans le film d'animation, ce proche cousin de la BD. Les dessins de couvertures, ceux illustrant les pochettes de vinyles – telles que présentées par exemple en mai 2009 au musée du quai Branly – en témoignent largement. En revanche, la bande dessinée était la grande absente dans l'exposition au Quai Branly. Une approche socio-critique pourrait ici être envisageable, qui permettrait d'interroger les statuts génériques tant du jazz, longtemps considéré comme une musique « à part », que de la bande dessinée parfois considérée comme appartenant à un genre littéraire « mineur ». Que penser de leur union dans le champ culturel officiel ? Le groupe « Sayag Jazz Machine », dans un spectacle récent, met en scène et joue à partir d'une bande dessinée de Bézian. Faut-il dire que ces musiciens « jouent la BD de Bézian ? » Est-ce un cas isolé ? Le colloque s'attachera à proposer, à écouter et à voir, toute expérience créative de qualité, mettant en commun des musiciens de jazz et des auteurs de bande dessinée, tout en permettant un questionnement sur les procédures de création. Comment le dessin peut-il devenir musique ? En quoi certains musiciens sont-ils, ou ont-ils été influencés, dans leur art, par l'image et la bande dessinée ? Peut-on parler d'une « musique jazz-BD » ? Le colloque jazz et bande dessinée se tiendra en deux temps. Un "concert dessiné" se déroulera le 10 mai prochain à l'utopia en présence des dessinateurs des « 24 Heures de la bande dessinée » et de du groupe FADA. La plus grande partie des communications se fera le samedi 18 juin 2011 à Monségur...

Le colloque est en entrée libre, et nous maintenons le principe de de donner la parole aux membres du public dans les espaces de discussion.

20


/24H-du-swing-2011-monsegur