Page 1

© Ifremer / Olivier Dugornay

Sciences bleues, couleurs Outre-mer Les recherches ultramarines de l’Ifremer en images 25 mai-12 septembre 2011

Paris Palais de Chaillot en partenariat avec

manifestation organisée dans le cadre de 2011, Année des Outre-mer et des Journées de la Mer


     3DULVOHMXLQ     

H[SRVLWLRQGDQVOªHVSDFHGªDFWXDOLWp 





PXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQH3DULV 

 'DQVOHFDGUHGHœDQQpHGHV2XWUHPHU Oª,IUHPHUSDUWHQDLUHGXPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQHSUpVHQWHDXSXEOLFXQSDQRUDPD HQLPDJHVGHVHVDFWLYLWpVHQ2XWUHPHU  1RXVVRPPHVjYRWUHGLVSRVLWLRQSRXUWRXWHLQIRUPDWLRQ 

WUqVFRUGLDOHPHQW       6\OYLH'DYLG5LYpULHXO[ FKHIGXVHUYLFH&RPPXQLFDWLRQ PXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQH   

 FRQWDFWSUHVVHPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQH $QDwV*RQHW WpO HPDLOSUHVVH#PXVHHPDULQHIU

 FRQWDFWVSUHVVH,IUHPHU -RKDQQD0DUWLQ¥0DULRQ/H)ROO WpO  HPDLOSUHVVH#LIUHPHUIU


     





















3DULVSDODLVGH&KDLOORW 





 

&RXOHXUVÎ Î2XWUHPHU



Î VRPPDLUH

 

FRPPXQLTXpGHSUHVVH6FLHQFHVEOHXHVFRXOHXUV2XWUHPHU  ILFKHSUDWLTXH

 

DXWRXUGHOªHVSDFHGªDFWXDOLWp  FRQIpUHQFH/HVULFKHVVHVGHOªHVSDFHPDULWLPHIUDQoDLV  OHV-RXUQpHVGHODPHU  OHPXVpHjOªKHXUHGHV2XWUHPHU    SUpVHQWDWLRQGHOª,IUHPHU  OHV-RXUQpHVGHODPHUXQHRFFDVLRQGHUHQFRQWUHUOª,IUHPHU  Oª,IUHPHUSDUWHQDLUHGH$QQpHGHV2XWUHPHU  /HVQRXYHOOHVGHOª,IUHPHU2XWUHPHUVRXWHQLUOH GpYHORSSHPHQWVRFLRpFRQRPLTXH  

      

  


     

3DULVSDODLVGH&KDLOORW

FRPPXQLTXpÎ ÎSUHVVH

  

HVSDFHGªDFWXDOLWp Î

6FLHQFHVEOHXHVFRXOHXUV2XWUHPHU



PDLVHSWHPEUH



'DQVOHFDGUHGHOªDQQpHGHV2XWUHPHUHQSDUWHQDULDWDYHFOª,IUHPHU ,QVWLWXWIUDQoDLVGH UHFKHUFKHSRXUOªH[SORLWDWLRQGHODPHU OHPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQHSUpVHQWHXQHVSDFH GªDFWXDOLWpVXUPRIIUDQWXQSDQRUDPDHQLPDJHVGHVDFWLYLWpVGHOª,IUHPHU HQ2XWUHPHU 

œ6FLHQFHVEOHXHVFRXOHXUV2XWUHPHUDXPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQH 9LWULQHLQFRQWRXUQDEOHGXIDLWPDULWLPHGªKLHUGªDXMRXUGªKXLHWGHGHPDLQOHPXVpHQDWLRQDO GHOD0DULQHDFFXHLOOHGXPDLDXVHSWHPEUHœ6FLHQFHVEOHXHVFRXOHXUV2XWUHPHU 3RUWUDLWVGHFKHUFKHXUVHWWHFKQLFLHQVHQH[HUFLFHWHFKQRORJLHVXWLOLVpHVHVSqFHVPDULQHVž FHWWHPDQLIHVWDWLRQSURSRVHDXSXEOLFGHGpFRXYULUOHVDFWLYLWpVGHOª,IUHPHUHQ2XWUHPHU (QULFKLHVGHSDQQHDX[HWGHYLGpRVXQHWUHQWDLQHGHSKRWRJUDSKLHVSHUPHWWHQWXQH VHQVLELOLVDWLRQDX[SUREOpPDWLTXHVHQYLURQQHPHQWDOHVHWXQHPLVHHQOXPLqUHGHOªLPSOLFDWLRQ GªKRPPHVHWGHIHPPHVDXVHUYLFHGHVVFLHQFHVPDULQHV 

Oª,IUHPHUHQ2XWUHPHU $YHFOH&HQWUHGX3DFLILTXHj7DKLWLHWFLQTGpOpJDWLRQV 1RXYHOOH&DOpGRQLH*X\DQH/D 5pXQLRQ6DLQW3LHUUHHW0LTXHORQHW$QWLOOHV OªLPSODQWDWLRQGHOª,IUHPHUHQ2XWUHPHU FRQVWLWXHXQDWRXWSRXUODUHFKHUFKHVFLHQWLILTXHIUDQoDLVHHWHXURSpHQQH /HVDFWLYLWpVGHOª,IUHPHUHQ2XWUHPHUYLVHQWSULQFLSDOHPHQW ODVpFXULVDWLRQHWOªLQWpJUDWLRQHQYLURQQHPHQWDOHGHOªDTXDFXOWXUH OHVRXWLHQDXGpYHORSSHPHQWGXUDEOHGHVDFWLYLWpVKDOLHXWLTXHV OHVRXWLHQDXGpYHORSSHPHQWGHVILOLqUHVpPHUJHQWHVWHOOHVTXHODYDORULVDWLRQGHVPROpFXOHV GªRULJLQHPDULQHOHVpQHUJLHVUHQRXYHODEOHVGªRULJLQHPDULQHHWjWHUPHOªH[SORLWDWLRQ GXUDEOHGHVUHVVRXUFHVPLQLqUHVHWpQHUJpWLTXHVGHVJUDQGVIRQGV jLQWHQVLILHUOHVUHFKHUFKHVGDQVOHVGRPDLQHVGHOªHQYLURQQHPHQWHWGHODELRGLYHUVLWp jSRXUVXLYUHHWGpYHORSSHUGHVDFWLYLWpVGªREVHUYDWLRQHWGHVXUYHLOODQFH 

DQQpHGHV2XWUHPHU 0LHX[FRQQDvWUHOHVPXOWLSOHVDVSHFWVGHV2XWUHPHUFXOWXUHVLQVWLWXWLRQVGpYHORSSHPHQW GXUDEOHpFRQRPLHHWHQWUHSULVHVDUWLVDQDWWRXULVPHVSRUWVHWORLVLUVžDOOHUDXGHOjGHV FOLFKpVWHOHVWOªREMHFWLIGHVPDQLIHVWDWLRQVTXLRQWOLHXGXUDQWFHWWHDQQpHGHV2XWUHPHU *XDGHORXSH0DUWLQLTXH*X\DQH5pXQLRQ1RXYHOOH&DOpGRQLH0D\RWWH3RO\QpVLHIUDQoDLVH 6DLQW%DUWKpOpP\6DLQW0DUWLQ6DLQW3LHUUHHW0LTXHORQ:DOOLVHW)XWXQD7HUUHV$XVWUDOHVHW $QWDUFWLTXHV)UDQoDLVHVOD)UDQFHGLVSRVHGHODVHFRQGHSOXVLPSRUWDQWH]RQHPDULWLPH PRQGLDOHDSUqVOHVeWDWV8QLV/HVHQMHX[VRQWGRQFFRQVLGpUDEOHV



     

-RXUQpHVGHODPHUGXDXMXLQ /HPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQHRXYUHH[FHSWLRQQHOOHPHQWFHWHVSDFHGªDFWXDOLWpJUDWXLWHPHQW SRXUWRXVDLQVLTXHOªHQVHPEOHGHVDFROOHFWLRQSHUPDQHQWH 

&RQIpUHQFH/HVULFKHVVHVGHOªHVSDFHPDULWLPHIUDQoDLV$FWLYLWpVHWSHUVSHFWLYHVGHOª,IUHPHU HQ2XWUHPHUOHMHXGLMXLQjK ,QWHUYHQDQW3KLOLSSH/HPHUFLHU'pOpJXp*pQpUDOjOª2XWUHPHUGHOª,IUHPHU $FFqVJUDWXLW¥DXGLWRULXPGXPXVpH¥HQWUpHSDUOHVMDUGLQVGX7URFDGpUR ,QIRUPDWLRQVHWUpVHUYDWLRQDXRXVXUZZZPXVHHPDULQHIU ÎFRQWDFWSUHVVHPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQH $QDwV*RQHWDWWDFKpHGHSUHVVH WpO HPDLOSUHVVH#PXVHHPDULQHIU

ÎFRQWDFWVSUHVVH,IUHPHU -RKDQQD0DUWLQ¥0DULRQ/H)ROO WpO  HPDLOSUHVVH#LIUHPHUIU


     

3DULVSDODLVGH&KDLOORW   

&RXOHXUVÎ Î2XWUHPHU

 Î

ILFKHSUDWLTXH

   H[SRVLWLRQVXUPGDQVOHSDUFRXUVGHVFROOHFWLRQVSHUPDQHQWHV GXPDLDXVHSWHPEUH SDODLVGH&KDLOORW SODFHGX7URFDGpUR3DULV PpWUR7URFDGpUREXVEDWREXV7RXU(LIIHO 

KRUDLUHVGªRXYHUWXUH GXOXQGLDXMHXGLKKQRFWXUQHOHYHQGUHGLMXVTXªjK VDPHGLHWGLPDQFKHKK GHUQLHUELOOHWYHQGXPLQXWHVDYDQWIHUPHWXUH  IHUPpOHPDUGL 

GURLWGªHQWUpH OHELOOHWFRPSUHQGODYLVLWHGHOªH[SRVLWLRQHWGHVFROOHFWLRQVSHUPDQHQWHV  SOHLQWDULI¼ WDULIUpGXLW¼ JUDWXLWSRXUOHVPRLQVGHDQV



OLEUDLULHERXWLTXH  2XYHUWXUHH[FHSWLRQQHOOHGHOªHVSDFHHQDFFqVJUDWXLWGXUDQWOHV-RXUQpHVGHODPHU GXDXMXLQDLQVLTXHGHOªHQVHPEOHGHODFROOHFWLRQSHUPDQHQWHGXPXVpH 3URMHFWLRQVXUOHSDUYLVGX7URFDGpUROHVHWMXLQjSDUWLUGHK 

&RQIpUHQFHMHXGLMXLQjK

/HVULFKHVVHVGHOªHVSDFHPDULWLPHIUDQoDLV $FWLYLWpVHWSHUVSHFWLYHVGHOª,IUHPHUHQ2XWUHPHU LQWHUYHQDQW3KLOLSSH/HPHUFLHU'pOpJXp*pQpUDOjOª2XWUHPHUGH,IUHPHU $FFqVJUDWXLW¥DXGLWRULXPGXPXVpH¥HQWUpHSDUOHVMDUGLQVGX7URFDGpUR ,QIRUPDWLRQVHWUpVHUYDWLRQDXRXVXUZZZPXVHHPDULQHIU   PDQLIHVWDWLRQRUJDQLVpHGDQVOHFDGUHGH DQQpHGHV2XWUHPHU HWGHV-RXUQpHVGHODPHU   

SUpVHQWDWLRQjODSUHVVHVXUUHQGH]YRXV YLVXHOVVXUGHPDQGHDXVHUYLFHSUHVVH   WRXVOHVUHQVHLJQHPHQWVVXU ZZZPXVHHPDULQHIU

/HPXVpHVXUOHVUpVHDX[VRFLDX[ 3DUWLFLSH]SDUWDJH]HWUHVWH] FRQQHFWpV

  

Î

FRPPXQLFDWLRQ 







6\OYLH'DYLG5LYpULHXO[FKHIGXVHUYLFH $QDwV*RQHWDWWDFKpHGHSUHVVH  WpO   HPDLOSUHVVH#PXVHHPDULQHIU






      

3DULVSDODLVGH&KDLOORW



  

&RXOHXUVÎ Î2XWUHPHU

 

FRQIpUHQFHSURMHFWLRQ Î /(65,&+(66(6'(/ª(63$&(0$5,7,0()5$1d$,6 DFWLYLWpVHWSHUVSHFWLYHVHQ2XWUHPHU



MHXGLMXLQjK



*UkFHjOª2XWUHPHUOD)UDQFHGLVSRVHGHODGHX[LqPH]RQHpFRQRPLTXHH[FOXVLYHDXPRQGH /H*UHQHOOHGHODPHUSU{QHOHUHQIRUFHPHQWGHVPR\HQVGªREVHUYDWLRQHWOªDGDSWDWLRQGHV HIIRUWVGHUHFKHUFKHHWOª,IUHPHUHVWOªXQGHVDFWHXUVPDMHXUVGDQVFHVHFWHXUHQ2XWUHPHU $XFRXUVGHFHWWHFRQIpUHQFHVHURQWSUpVHQWpHVOHVDFWLYLWpVGHUHFKHUFKHGHOª,QVWLWXWTXL DJLVVHQWHQIDYHXUGXGpYHORSSHPHQWpFRQRPLTXH 

LQWHUYHQDQW 3KLOLSSH/(0(5&,(5HVWLQJpQLHXUDJURQRPH,ODSOXVGHDQV G H[SpULHQFHGDQVOHVGRPDLQHVGHO DTXDFXOWXUHODSrFKHHW O HQYLURQQHPHQWQRWDPPHQWGDQVOHVHFWHXUGXGpYHORSSHPHQW6HV DFWLYLWpVO RQWDPHQpjVHGpSODFHUGDQVOHPRQGHHQWLHUHQ2XWUHPHU IUDQoDLVHWGDQVXQHFLQTXDQWDLQHGHSD\V (XURSH$IULTXHRFpDQ,QGLHQ $VLHHW$PpULTXHV 'HSXLVVRQDUULYpHjO ,IUHPHUHQLODRFFXSp SOXVLHXUVIRQFWLRQVGRQWQRWDPPHQW'pOpJXp,IUHPHUjOD5pXQLRQ'LUHFWHXUGHV5HODWLRQV ,QWHUQDWLRQDOHVSXLV'pOpJXp*pQpUDOjO 2XWUHPHUIRQFWLRQTX LORFFXSHGHSXLV 

WKqPHVDERUGpV /DPHUHVWHVSDFHGHUrYHHWGªH[SORUDWLRQIURQWLqUHGHODFRQQDLVVDQFHž(OOHSRUWHGHV SHUVSHFWLYHVGHGpYHORSSHPHQWGXUDEOHDYHFXQSRWHQWLHOGHULFKHVVHVHVVHQWLHOOHVSRXUOD SODQqWHHWSRXUOHVSRSXODWLRQVORFDOHVDERQGDQFHGHODELRGLYHUVLWpUHVVRXUFHVYLYDQWHV UHVVRXUFHVGXVRXVVROSRWHQWLHOGHVpQHUJLHVPDULQHVWUDQVSRUWPDULWLPHDFWLYLWpVQDXWLTXHV HWWRXULVWLTXHVž 

/DSROLWLTXHPDULWLPHIUDQoDLVHDQQRQFpHSDUOH3UpVLGHQWGHOD5pSXEOLTXHFRQVLGqUHOHV UHVVRXUFHVPDULQHVFRPPHOªXQGHVIRQGHPHQWVGHO pFRQRPLHGHGHPDLQ GLVFRXUVVXUOD SROLWLTXHPDULWLPHGHOD)UDQFHDX+DYUHOHMXLOOHW /HVHQJDJHPHQWVGX*UHQHOOHGH ODPHUSU{QHQWOHUHQIRUFHPHQWGHVPR\HQVGªREVHUYDWLRQHWOªDGDSWDWLRQGHVHIIRUWVGH UHFKHUFKHDX[HQMHX[HWFRPSpWHQFHVORFDOHV2UOª2XWUHPHUUHSUpVHQWHGHOD]RQH pFRQRPLTXHH[FOXVLYHIUDQoDLVH 3DUOHELDLVGªXQFHQWUH &HQWUHGX3DFLILTXH j7DKLWLHWGHFLQT XQLWpVGHUHFKHUFKH *X\DQH$QWLOOHV6DLQW3LHUUHHW0LTXHORQ 5pXQLRQHW1RXYHOOH&DOpGRQLH Oª,IUHPHULQVWLWXWGHUHFKHUFKH VXUODPHUHVWSUpVHQWHQ2XWUHPHU WUDYHUVFHWWH FRQIpUHQFH3KLOLSSH/HPHUFLHU 'pOpJXp*pQpUDOjOª2XWUHPHU  SURSRVHODGpFRXYHUWHGHOª2XWUHPHUVRXVOª¤LOGHODVFLHQFH,O SUpVHQWHUDOHVDFWLYLWpVGHUHFKHUFKHTXLDJLVVHQWHQIDYHXUGX GpYHORSSHPHQWpFRQRPLTXHGHVWHUULWRLUHV 



(QFRPSOpPHQWGHODSUpVHQWDWLRQLOOXVWUpHXQRXGHX[ILOPV GHjPLQVHURQWpJDOHPHQWSURMHWpV

,QYHQWDLUHGXEHQWKRVHQSORQJpH¥ /D5pXQLRQ‹,IUHPHU+XJXHV(YDQR



LQIRUPDWLRQVSUDWLTXHV MHXGLMXLQjKDXGLWRULXPPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQHSDODLVGH&KDLOORW GXUpHKDFFqVJUDWXLWGDQVODOLPLWHGHVSODFHVGLVSRQLEOHV PpWUR7URFDGpURHQWUpHSDUOHVMDUGLQVGX7URFDGpUR UpVHUYDWLRQGHPDQGpHDXRXVXUZZZPXVHHPDULQHIU ÎFRQWDFWSUHVVHPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQH  $QDwV*RQHWDWWDFKpHGHSUHVVH WpO HPDLOSUHVVH#PXVHHPDULQHIU

ÎFRQWDFWVSUHVVH,IUHPHU -RKDQQD0DUWLQ¥0DULRQ/H)ROO WpO  HPDLOSUHVVH#LIUHPHUIU


      

3DULVSDODLVGH&KDLOORW  





FRPPXQLTXpÎ ÎSUHVVH

SURJUDPPH



Î -RXUQpHVGHODPHU GXDXMXLQ 

/HV-RXUQpHVGHODPHUVRQWOªpYpQHPHQWLQFRQWRXUQDEOHSRXUGpFRXYULUOªXQLYHUVPDULWLPH VHVPpWLHUVVHVSDVVLRQQpVVRQSDWULPRLQHVDELRGLYHUVLWpž/HPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQH YLWULQHGXIDLWPDULWLPHGªKLHUGªDXMRXUGªKXLHWGHGHPDLQ\SDUWLFLSH 

SRUWHVRXYHUWHVGXDXMXLQ $ILQGHWUDQVPHWWUHODFRQQDLVVDQFHGHODFXOWXUH PDULWLPHDXSOXVJUDQGQRPEUHOHPXVpHQDWLRQDOGHOD 0DULQHRIIUHOªDFFqVJUDWXLWjOªHVSDFHGªDFWXDOLWpV 6FLHQFHVEOHXHVFRXOHXUV2XWUHPHUHWjVHVFROOHFWLRQV SHUPDQHQWHV 'XDXMXLQOHJUDQGSXEOLFHVWLQYLWpjGpFRXYULUOHV DFWLYLWpVGHOª,IUHPHUHQ2XWUHPHU/HVFROOHFWLRQV SHUPDQHQWHVLOOXVWUHQWDQVGªKLVWRLUHVPDULWLPHV/D ULFKHVVHH[FHSWLRQQHOOHGHVFROOHFWLRQVGRQQHOHVFOpVGH FRPSUpKHQVLRQGHWRXWHVOHVPDULQHVHWSDVVLRQQH SHWLWVHWJUDQGV  ‹,IUHPHU2'XJRUQD\

SURMHFWLRQVSHFWDFXODLUH 5HQGH]YRXVVXUOHSDUYLVGX7URFDGpUROHVHW MXLQjSDUWLUGHK 6XUOHPXUGXSDODLVGH&KDLOORWjOªHVSODQDGHF{Wp 3DVV\OHVSDVVDQWVVRQWFRQYLpVjFRQWHPSOHUXQH VXUSUHQDQWHSURMHFWLRQœ6RXVOHSDUYLVODPHUHVW XQHVLPXODWLRQGªXQHSORQJpHVRXVPDULQH &RUDX[YpJpWDX[SRLVVRQVPDPPLIqUHVPDULQVž WURLVPLQXWHVGªLPPHUVLRQWRWDOHGDQVFHW HQYLURQQHPHQWjODIRLVP\VWpULHX[HWPDJLTXH 

3URMHFWLRQVXUODIDoDGHGXPXVpHQDWLRQDOGHOD 0DULQHGHQXLW

LQIRUPDWLRQVSUDWLTXHV GXDXMXLQDFFqVJUDWXLWDX[FROOHFWLRQVSHUPDQHQWHV HWjOªHVSDFHGªDFWXDOLWp6FLHQFHVEOHXHVFRXOHXUV2XWUHPHU KRUDLUHVGªRXYHUWXUHGXPXVpH OXQGLPHUFUHGLMHXGLKK YHQGUHGLK¥K VDPHGLHWGLPDQFKHK¥K 

SURMHFWLRQOHVHWMXLQGHKjKVXUOHSDUYLVGX7URFDGpUR DFFqVOLEUHHWJUDWXLW

  

Î

FRPPXQLFDWLRQ

6\OYLH'DYLG5LYpULHXO[ FKHIGXVHUYLFHFKDUJpHGHVUHODWLRQVH[WpULHXUHV $QDwV*RQHWDWWDFKpHGHSUHVVH  WpO  HPDLOSUHVVH#PXVHHPDULQHIU  

 










    

3DULVSDODLVGH&KDLOORW

FRPPXQLTXpÎ ÎSUHVVH

   

OHPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQH

Î

jOªKHXUHGHV2XWUHPHU



DQQpH

 $XPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQH3DULVWURLVpYqQHPHQWVVªLQVFULYHQWGDQVOHFDGUH GHOªDQQpHGHV2XWUHPHU



6FLHQFHVEOHXHVFRXOHXUV2XWUHPHU H[SRVLWLRQHQSDUWHQDULDWDYHFOª,IUHPHUVXUPGDQVOªHVSDFHGªDFWXDOLWp GXPDLDXVHSWHPEUH 8QHSUpVHQWDWLRQHQLPDJHVGHVGRPDLQHVGªDFWLRQVGHOª,IUHPHUHQ2XWUHPHU XQHPLVHHQOXPLqUHGHOªLPSOLFDWLRQGªKRPPHVHWGHIHPPHVDXVHUYLFHGHV VFLHQFHVPDULQHV GpFRXYULUpJDOHPHQWORUVGHV-RXUQpHVGHODPHUGXDXMXLQ H[SRVLWLRQHWFROOHFWLRQVSHUPDQHQWHVH[FHSWLRQQHOOHPHQWRXYHUWHVJUDWXLWHPHQW SRXUWRXV 

*HRUJHV5RKQHUHWOD*XDGHORXSH H[SRVLWLRQVXUPGXRFWREUHDXMDQYLHU /ªDUWLVWHSHLQWUH*HRUJHV5RKQHU ¥ DIIHFWpHQHQ*XDGHORXSH SRXUDFFRPSOLUVRQVHUYLFHPLOLWDLUHYDDXFRXUVGHFHVpMRXUGHGHX[DQVUpDOLVHU XQHWUHQWDLQHGHWRLOHVUHSUpVHQWDQWGHVSD\VDJHVHWGHVVFqQHVGHODYLH TXRWLGLHQQHDLQVLTXHGHVFURTXLVHWGHVVLQV3DUOHFKRL[GHVVXMHWV5RKQHUUHVWH GDQVODOLJQpHGHVWKqPHVFKHUVDXJURXSHœ)RUFH1RXYHOOHGRQWLOpWDLW IRQGDWHXU6HVWRLOHVDQWLOODLVHVVHGLVWLQJXHQWSDUOHXUVFRORULVFKDOHXUHX[HWOD VXEOLPDWLRQGHVSD\VDJHV *HRUJHV5RKQHUDSULVSDUWjOªpYROXWLRQGHODFUpDWLRQDUWLVWLTXHGHV$QWLOOHV IUDQoDLVHVGHODqUHPRLWLpGX;;HVLqFOH 

6DORQGHOD0DULQH GXGpFHPEUHDXMDQYLHU /HPXVpHQDWLRQDOGHOD0DULQHDFFXHLOOHDUWLVWHVSURIHVVLRQQHOVRXDPDWHXUVHW OHVSHLQWUHVRIILFLHOVGHOD0DULQH'HVVLQVVFXOSWXUHVKXLOHVDTXDUHOOHVDFU\OLTXHV JRXDFKHVSDVWHOVHVWDPSHVSKRWRJUDSKLHVFpOqEUHQWOªXQLYHUVPDULWLPH 8QKRPPDJHHVWUHQGXDX[SHLQWUHVGHOD0DULQHUpFHPPHQWGLVSDUXV $XF¤XUGXVDORQXQHVSDFHHVWGpGLpDX[(VFDOHV2XWUHPHUGHVSHLQWUHVGHOD 0DULQHHQPLVVLRQFHWWHDQQpH



     





Î

FRPPXQLFDWLRQ 











6\OYLH'DYLG5LYpULHXO[ FKHIGXVHUYLFHFKDUJpHGHVUHODWLRQVH[WpULHXUHV $QDwV*RQHWDWWDFKpHGHSUHVVH  WpO  HPDLOSUHVVH#PXVHHPDULQHIU




L’institut français de recherche pour l’exploitation de la mer 155 rue Jean-Jacques Rousseau 92138 Issy-les-Moulineaux Cedex +33 (0)1 46 48 21 00 www.ifremer.fr

L'Ifremer contribue, par ses travaux et expertises, à la connaissance des océans et de leurs ressources, à la surveillance du milieu marin et du littoral et au développement durable des activités maritimes. À ces fins, il conçoit et met en oeuvre des outils d'observation, d'expérimentation et de surveillance, et gère la flotte océanographique française pour l'ensemble de la communauté scientifique. Créé en 1984, l’Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle conjointe des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire et du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. L’Ifremer travaille en réseau avec la communauté scientifique française, mais aussi des organismes partenaires dans de nombreux pays. La coopération est centrée sur des grands programmes internationaux, sur l’Outre-mer et sur quelques pays-cibles (Etats-Unis, Canada, Japon, Chine, Australie, Russie), et sur une politique méditerranéenne associant l’Europe à la rive Sud de la Méditerranée.

Les dix axes structurants à l’horizon 2020 ! ! !

! ! !

! ! ! !

Connaître la circulation océanique pour enrichir le diagnostic du changement climatique. Connaître et caractériser la biodiversité marine pour mieux la préserver. Développer la valorisation des ressources biologiques par les biotechnologies et la bioprospection. Contribuer à une pêche et à une aquaculture durables. Favoriser une exploitation durable des ressources minérales et énergétiques. Enrichir les réseaux de surveillance pour répondre aux enjeux internationaux et européens. Concevoir un système national de prévisions environnementales des milieux côtiers. Optimiser la flotte océanographique comme très grande infrastructure de recherche. Mettre en oeuvre une stratégie nationale et européenne des bases de données marines. Promouvoir une capacité d’innovation technologique partagée.

Chiffres-clés 1 642 salariés** Ifremer et 375 salariés de l’armateur Genavir 5 centres : Bretagne, Manche-Mer du Nord, Méditerranée, Atlantique, Pacifique 26 implantations sur tout le littoral métropolitain et outre-mer 8 navires (dont 4 hauturiers), 1 submersible habité, 1 engin téléopéré pour grande profondeur (- 6 000 m) et 2 AUVs

Des missions de recherche, d’expertise et d’agence de moyens > Une recherche finalisée afin de répondre aux questions sociétales actuelles (effets du changement climatique, biodiversité marine, prévention des pollutions, qualité des produits de la mer…). Les résultats couvrent la connaissance scientifique, les innovations technologiques ou les systèmes d’observation et d’exploration de l’océan. Le partenariat est public, privé ou associe les deux. > La surveillance des mers et du littoral, en soutien à la politique publique de gestion du milieu et des ressources. A partir d’avis ou de rapports d’études, de campagnes d’évaluation, de réseaux de surveillance ou de suivi du milieu marin, l’Ifremer apporte son expertise sur des grandes questions scientifiques dans les domaines de compétences de l’Institut et en lien avec les professionnels. > Le développement, la gestion et la mise à disposition de grandes infrastructures de recherche – flotte, moyens de calcul, centre de données, moyens d’essais, structures expérimentales – à la disposition de la communauté scientifique nationale et européenne, mais aussi dans le cadre de partenariats de recherche public / privé.

**au 31/12/2010

L’Ifremer vous révèle les océans

Février 2011


L’Ifremer en Outre-mer La Réunion : www.ifremer.fr/drvreunion Nouvelle-Calédonie : wwz.ifremer.fr/ncal Antilles : wwz.ifremer.fr/antilles Guyane : wwz.ifremer.fr/guyane Polynésie : www.ifremer.fr/cop L’implantation de l’Ifremer outre-mer constitue à la fois une chance pour l’Institut, un atout pour la recherche scientifique française et européenne et une opportunité pour les collectivités locales. L’Outre-mer apporte une ème position privilégiée à la France (2 puissance maritime avec 11 millions de 2 km dont 97% représentés par l’outre-mer). Elle représente également une grande richesse, en termes de biodiversité et de ressources (halieutiques, minérales, énergétiques). Une stratégie de collaborations scientifiques et de partenariats centrée sur des collaborations avec : - les équipes de métropole, - les différentes équipes outre-mer sur des problématiques partagées - les organismes nationaux et les partenaires locaux (universités, associations,…) les partenaires étrangers de la zone dans un objectif d’intégration régionale des DROM et COM

Les objectifs de l’Ifremer > Participation au développement socio-économique local par un appui au développement de filières locales de production > Appui aux politiques publiques d’aménagement et de gestion des ressources, (avis, observation, surveillance,…)

Chiffres clés Présence dans 3 océans : Pacifique, Indien et Atlantique, avec 6 implantations environ 10 % des effectifs de l’Ifremer en outre-mer 3 thématiques majeures : Aquaculture, Pêche, Environnement et biodiversité (en croissance)

> Contribution à la construction d’une expertise scientifique locale

L’unité de Guyane Entièrement dédiées à l’halieutique, les activités de la station de Guyane se déclinent en plusieurs thématiques, en majorité liées à la pêche, comme par exemple les relations pêchebiodiversité et changement climatiquebiodiversité.

L’unité des Antilles Les équipes de la délégation de Martinique et de l’antenne en Guadeloupe sont réparties dans un laboratoire d’halieutique et un laboratoire d’aquaculture. L’appui au développement de la filière Ombrine d’effectue en coordination avec les stations Ifremer de La Réunion et de Palavas, en Méditerranée.

L’unité de La Réunion Le centre du Pacifique à Tahiti La recherche est principalement centrée sur le développement durable de la perliculture. Les actions en appui à la pisciculture marine et celles sur l’environnement, la biodiversité et les énergies marines y sont en cours de renforcement.

Outre sa contribution au développement durable de la pêche et de l’aquaculture, la station de La Réunion mène des activités de surveillance et de recherche concernant la gestion de la bande côtière et la biodiversité.

L’unité de Nouvelle-Calédonie

L’unité de Saint-Pierre-et-Miquelon

L’Ifremer travaille au soutien de la filière crevetticole. Cette station mène également des recherches dans les domaines des géosciences marines et des aires marines protégées dans le grand lagon calédonien. Un programme de recherche « chantier lagons » est en cours de préparation, dans les domaines de l’environnement et de la biodiversité.

Les activités sont dédiées à l’appui au développement de filières aquacoles comme la pectiniculture (pétoncle géant) et au soutien à l’activité de pêche (évaluation des stocks exploités…).

L’Ifremer vous révèle les océans

avril 2011


Paris, le 31 mai 2011

Du 8 au 13 juin, les Journées de la mer : une occasion de rencontrer l’Ifremer Les Journées de la mer, instaurées en 2008 par le Ministère du Développement durable dans le cadre du Grenelle de la mer, ont pour objectif de faire découvrir au plus grand nombre les richesses et fragilités de la mer, ses métiers, son patrimoine, sa biodiversité, ses ressources… L’Ifremer participera activement à cette 3e édition des Journées de la mer, avec notamment trois actions s’inscrivant dans le cadre de l’Année des Outre-mer. Exposition « Sciences bleues, couleurs Outre-mer » Du 25 mai au 12 septembre - Musée national de la Marine – Paris L’exposition de photographies « Sciences bleues, couleurs Outre-mer » met en lumière, autour de portraits de chercheurs et de techniciens en action, les activités de l’Institut en Outre-mer. Dans le cadre de cette exposition, Philippe Lemercier, Délégué général à l’Outre-mer de l’Ifremer, présentera le 23 juin à 19h, une conférence intitulée « Les richesses de l’espace maritime français, activités et perspectives de l’Ifremer en outre-mer ». En savoir plus : http://www.musee-marine.fr/ Photo © Ifremer/O. DUGORNAY

Exposition « Océan Indien, les îles de l’Outre-mer » Du 8 juin au 10 décembre - Aquarium de la Porte Dorée – Paris À l’occasion de la journée mondiale des océans, le 8 juin, l’aquarium de la Porte Dorée accueillera une exposition sur les îles de l’ouest de l’Océan indien. Aux côtés d’autres organismes, l’Ifremer présentera ses travaux sur les tortues marines réalisés à La Réunion en partenariat avec Kélonia, l’Observatoire des tortues marines. © Ifremer/J. BOURJEA

Hors-série Terre Sauvage consacré à l’Outre-mer Sortie prévue autour du 8 juin Terre sauvage, en partenariat avec l’Ifremer, le Conservatoire du littoral, l’Agence des aires marines protégées et la Ligue pour la protection des oiseaux, publie un numéro spécial consacré aux richesses de l’Outre-mer. Les activités des différents organismes seront présentées à travers plusieurs reportages. Les actions de l’Ifremer, menées au centre du Pacifique (Tahiti) en lien avec la perliculture, seront à l’honneur.

Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr


Concours « Jury Jeune Public » du Festival Mondial de l’Image Sous-Marine Les 8 et 9 juin, à Paris et à Brest S’appuyant sur le Festival Mondial de l’Image Sous-Marine, le concours Jury Jeunes Public propose une sélection de films présentés lors de l'édition 2010 du Festival. Ces films ont pour objectif de sensibiliser les élèves, approfondir leurs connaissances de l’environnement marin, et développer leur regard critique sur les techniques cinématographiques employées par les réalisateurs. Depuis plusieurs années, l'Ifremer participe sur ses différentes façades, aux cotés de Centres de Culture Scientifique Technique et Industrielle (CCSTI) régionaux, au montage, à la promotion et à l’organisation du Jury Jeunes Public. Une proclamation régionale des résultats est prévue à Paris pour le 8 juin en coopération avec l’Institut océanographique et l’Aquarium tropical de la Porte Dorée, et le 9 à Brest, en partenariat avec Océanopolis. En savoir plus : http://www.underwater-festival.com/#JeunePublic

Conférence « Ténèbres abyssales, squelettes et zombies » par Daniel Desbruyères, retraité de l’Ifremer et ancien directeur du département «Études des écosystèmes profonds» au Centre Ifremer Bretagne Conférence Grand Public - 8 juin à 15h30 - Centre Ifremer Bretagne à Brest – Entrée libre L’étude de la biodiversité du monde abyssal est en plein essor. L’exploration des grandes profondeurs océaniques, rendue possible récemment grâce à l’évolution des technologies sous-marines, permet aujourd’hui aux chercheurs d’identifier des formes de vie originales vivant à des profondeurs et dans des conditions parfois extrêmes. Alors que la vie dans les grands fonds dépend finalement des dépôts de matière organique provenant de la surface, on y rencontre des écosystèmes incroyablement foisonnants. Cette conférence dévoilera ainsi au grand public la richesse et la variété de la faune abyssale.

Journées de la mer à La Rochelle : l’E.C.O.L.E. de la mer Animations et table ronde - 8 juin – Entrée libre L'E.C.O.L.E de la mer de La Rochelle coordonne une journée d'animations dédiée à l'océan le 8 juin 2011. Son objectif est de faire découvrir le milieu marin à un large public afin de favoriser un comportement respectueux de l'environnement. Tout au long de la journée, de nombreuses animations (visites, expositions, ateliers, spectacle, sortie terrain...) seront proposées par les partenaires de l’évènement sur le site des Minimes (plage, locaux de l'E.C.O.L.E de la mer, port de plaisance...) et dans les bâtiments de certains partenaires. À partir de 18h, une rencontre avec des chercheurs spécialistes du milieu marin, de l’Université de La Rochelle et de l’Ifremer, est proposée. En savoir plus : http://www.ecoledelamer.com/jmo%202010%20accueil.html

En laboratoire : Étude des micro-algues marines du microscope au satellite Portes ouvertes du laboratoire Environnements Ressources 8 juin de 14h à 18h - Centre Ifremer Manche-Mer du Nord à Boulogne-sur-mer Le projet DYMAPHY ! vise à améliorer l’évaluation de la qualité des eaux marines en Manche et en Mer du Nord par le suivi des micro-algues (phytoplancton) et de leur environnement. Le public est invité à participer, avec les scientifiques du projet, à un véritable exercice de calibrage des appareils de mesures dans un laboratoire de l’Ifremer. Cette visite sera également l’occasion de découvrir l’envers du décor d’un laboratoire spécialisé et les nouvelles technologies d’études utilisées. Réservation obligatoire au 03 21 99 56 00 (1 visite toutes les 1/2 heures)

!

DYnamique pour la détermination de la qualité des eaux MArines, basé sur l'analyse du PHYtoplancton

Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr


Paris, le 29 mars 2011

L’Ifremer, partenaire de « 2011, Année des Outre-mer » À la suite des propositions émanant des "États généraux de l'outre-mer" et des décisions du comité interministériel de l'Outre-mer (CIOM) de novembre 20091, le Président de la République a annoncé, à l'occasion de la cérémonie de voeux aux ultramarins en janvier 2010, la décision de faire de 2011 l'année de l'Outremer français. Grâce à ses Outre-mer, la France est présente partout dans le monde et dispose du second espace maritime mondial après les États-Unis. En effet, l’Outre-mer constitue 97% de la ZEE française, soit plus de 10 millions de km2. A ce titre, l’Outre-mer représente une grande richesse et des enjeux considérables pour l’exploitation durable de ses ressources actuelles (halieutique principalement) et futures (biodiversité et biotechnologies, nouvelles filières aquacoles, ressources minérales et énergétiques). L’Outre-mer tient une place importante dans les engagements du Grenelle de la mer qui prônent le renforcement des moyens d’observation et l’adaptation des efforts de recherche aux enjeux et compétences locales ainsi qu’à la taille et à la diversité des milieux concernés. Le renforcement des actions de l’Ifremer en Outre-mer fait également partie des engagements du Grenelle de la mer (engagement 135b). 1

En savoir plus : http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr/

L’Ifremer vous révèle les océans www.ifremer.fr

© Ifremer

Clins d’œil et curiosités d’Outre-mer : les plus belles photos prises par le personnel de l’Ifremer en Outre-mer ont été spécialement éditées en deux séries de huit cartes postales à l’occasion de l’Année des Outre-mer.

Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

1


Sommaire

L’Ifremer en Outre-mer .................................................................................................. 3 Agenda 2011................................................................................................................... 4 L’Ifremer en Polynésie française.................................................................................. 6 L’Ifremer en Nouvelle-Calédonie .................................................................................. 7 L’Ifremer à La Réunion .................................................................................................. 8 L’Ifremer aux Antilles .................................................................................................... 9 L’Ifremer à Saint-Pierre et Miquelon ............................................................................ 10 L’Ifremer en Guyane ...................................................................................................... 11

Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

2


L’Ifremer en Outre-mer

Chiffres-clés Présence sur 3 océans : Pacifique, Indien et Atlantique avec 6 implantations Environ 10% des effectifs Les implantations de l’Ifremer en Outre-mer de l’Ifremer en Outre-mer. 3 thématiques majeures de recherche : aquaculture, pêche et environnement

Les implantations de l’Ifremer en outre-mer

Les objectifs de l’Ifremer en Outre-mer Avec le Centre du Pacifique à Tahiti et cinq délégations (Nouvelle-Calédonie, Guyane, La Réunion, SaintPierre et Miquelon et Antilles), l’implantation de l’Ifremer en Outre-mer constitue un atout pour la recherche scientifique française et européenne et une opportunité de recherches et d’innovations pour les Régions et Collectivités d’Outre-mer. Ses objectifs sont : ! Contribuer au développement socio-économique local par un appui scientifique aux filières de production ! Apporter un appui aux politiques publiques d’aménagement et de gestion des ressources (avis, observation, surveillance,…) ! Mener des recherches et mieux valoriser la plus-value scientifique qu’apportent les milieux ultramarins et contribuer à construire une expertise scientifique locale Le développement de son action s’inscrit dans une meilleure mise en réseau de la recherche marine, en lien avec les collectivités locales et les services décentralisés de l’État. Les délégations travaillent en réseau et s’appuient à la fois sur les compétences des équipes Outre-mer et métropolitaines de l’Institut et sur une stratégie de collaborations scientifiques et de partenariats avec les organismes nationaux, les partenaires locaux (universités, associations,…) et les partenaires étrangers de la zone dans un objectif d’intégration régionale des territoires d’Outre-mer. Les activités de recherche de l’Ifremer Si distantes soient-elles, toutes les équipes de l’Ifremer localisées en Outre-mer sont très liées, à travers des programmes de recherche communs développés dans leurs domaines d’activité, notamment en aquaculture, halieutique et environnement. Toutes se mobilisent autour de la surveillance de l’environnement, les problématiques de gestion intégrée des milieux, ressources et usages côtiers. Leurs activités consistent à consolider les filières existantes et porteuses d’espoir économique, mais elles concernent également d’autres thématiques affichées dans le plan stratégique de l’Ifremer, telles que les énergies renouvelables, l’impact du changement global, la biodiversité, l’exploitation durable des ressources marines ou encore les aires marines protégées. En résumé, les activités de l’Ifremer en Outre-mer visent principalement : ! la sécurisation et l’intégration environnementale de l’aquaculture (Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Martinique, La Réunion, Mayotte, Saint-Pierre et Miquelon), ! le soutien au développement durable des activités halieutiques (Saint-Pierre et Miquelon, Guyane, Antilles et La Réunion), ! le soutien au développement des filières émergentes telles que la valorisation des molécules d’origine marine (Nouvelle-Calédonie et Polynésie par exemple) ou les énergies renouvelables d’origine marine (Réunion, Polynésie), ! à intensifier les recherches dans les domaines de l’environnement et de la biodiversité : gestion durable de la biodiversité et des ressources marines (vivantes, minérales et énergétiques) ; travaux de recherche en coordination avec l’Agence des aires marines protégées ; cartographie et reconnaissance des Zones Économiques Exclusives, ! à poursuivre et développer des activités d’observation et de surveillance notamment en lien avec les demandes de l’État (Directives Cadre sur l’Eau pour les DOM), Système d’Informations Halieutiques (SIH), suivi des contaminations (exemple de la Chlordécone en Martinique et Guadeloupe). Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

3


Agenda 2011 Tout au long de l’année, l’Ifremer s’associe à plusieurs manifestations afin de présenter et de mettre en avant les activités de recherche en sciences marines menées dans les régions Outre-mer où l’Institut est implanté. 30 et 31 mars Colloque de restitution du projet PAMPA Aquarium de la Porte Dorée - Paris Les Aires marines protégées sont devenues des instruments privilégiés de la gestion durable des écosystèmes côtiers et de leurs usages. Ce colloque, qui rassemble les partenaires du projet PAMPA (indicateurs de la Performance d'Aires Marines Protégées pour la gestion des écosystèmes côtiers, des ressources et de leurs usAges), a pour objectif de restituer la démarche et les résultats du projet, les apports scientifiques et les outils d'aide à la gestion. Les Aires marines protégées partenaires du projet se situent en Méditerranée et dans l’Outre-mer français : AMP de la Province Sud de Nouvelle-Calédonie, Réserves Naturelles de la Réunion et de St-Martin, ainsi que certaines réserves marines de Mayotte. En savoir plus : wwz.ifremer.fr/pampa/. Du 9 avril au 8 mai « Un jardin en Outre-mer » Jardin d’acclimatation - Paris Classé parmi les manifestations phare de l’année des Outre-mer, le Jardin d’acclimatation accueillera les Outre-mer et proposera à ses visiteurs de découvrir leurs richesses dans tous les domaines : culture, artisanat, environnement, tourisme, richesses naturelles, écologie, technologie, économie,… Aux côtés de l’INRA, du CIRAD et de l’IRD, l’Ifremer mettra en lumière de façon ludique ses travaux de recherche dans les domaines des ressources vivantes, du développement durable, des géosciences ou de la biodiversité, afin de mieux faire connaître les richesses et potentiels de l’Outre-mer. Du 20 au 22 mai Journées portes ouvertes au Centre Ifremer Méditerranée à La Seyne-sur-Mer Les Journées Portes Ouvertes du Centre Ifremer Méditerranée se tiendront du 20 au 22 mai à La Seyne-surMer. Dans le cadre de l'Année nationale des Outre-mer, les thématiques aquacoles développées au sein des implantations Ifremer Outre-mer, seront mises en valeur : domestication du Platax en Polynésie, développement durable de l'Ombrine aux Antilles... Deux conférences grand public compléteront ces ateliers, l'une sur le développement durable de la pisciculture en Outre-mer, l'autre sur les activités aquacoles aux Antilles (direct avec la station Ifremer de Martinique). En savoir plus : http://wwz.ifremer.fr/mediterranee/jpo_2011 Du 25 mai au 12 septembre « Sciences bleues, couleurs Outre-mer » Musée national de la Marine - Paris Dans l’espace d’actualité du musée national de la Marine, l’exposition de photographies « Sciences bleues, couleurs Outre-mer » de l’Ifremer, mettra en lumière les recherches ultramarines de l’Institut en matière d’aquaculture, de pêche et d’environnement. Du 8 juin au 11 décembre Exposition sur les îles de l’océan indien Aquarium de la Porte Dorée - Paris À l’occasion de la journée mondiale des océans le 8 juin, l’aquarium de la Porte Dorée accueillera une exposition sur les îles de l’ouest de l’Océan indien. Aux côtés d’autres instituts de recherche, l’Ifremer présentera ses travaux sur les tortues marines réalisés à La Réunion en partenariat avec Kélonia. Du 8 au 13 juin Journées de la mer Métropole et Outre-mer Comme chaque année, des manifestations permettent de faire partager au plus grand nombre la mer et ses richesses. En 2011, elles mettront en avant l’Outre-mer qui permet à la France d’être le deuxième espace maritime mondial. Du 22 septembre 2011 à janvier 2012 Exposition - promenade Muséum National d’Histoire Naturelle - Paris Mettant à profit son esplanade, le Muséum national d’Histoire Naturelle organise une exposition en extérieur et invite les visiteurs à découvrir les régions ultramarines (territoire, identité, environnement et recherche) au cours d’une promenade autour de cubes géants. L’Ifremer participera à l’axe « recherche » de cette exposition. Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

4


Du 12 au 16 octobre dans l’hexagone et à des dates variées en Outre-mer Fête de la science Pour sa XXe édition, la Fête de la science met à l’honneur les Outre-mer et la chimie dont on célèbre l’année internationale en 2011. L’Ifremer mettra en avant ses activités en Outre-mer. Du 18 au 21 octobre Colloque « Vulnérabilité des écosystèmes côtiers au changement global et aux évènements extrêmes » Centre de la mer - Biarritz Organisé par l’Ifremer, l’IRD, le CNRS, le MNHN, l’UPPA en liaison avec le Pôle Biarritz Océan, ce colloque fera le lien entre diverses thématiques (écosystèmes côtiers, risques et changement climatique…) pour mieux comprendre la nature des principaux processus physiques, chimiques et biologiques qui interviennent sur la modification de la structure et de la fonctionnalité des écosystèmes côtiers. Au cours de ce colloque sera, entre autres, présenté le Chantier lagon de Nouvelle Calédonie. En marge du colloque et dans le cadre de l’Année des Outre-mer, des événements destinés aux professionnels ou au grand public seront organisés. En savoir plus : wwz.ifremer.fr/biarritz_2011 Novembre Table-ronde sur le thème des énergies marines renouvelables La Réunion Les Outre-mer sont pionnières dans le domaine des énergies marines renouvelables marines, en tant que sites d’expérimentation et de développement. La table-ronde réunira acteurs politiques, industriels et économiques. Du 28 novembre au 2 décembre Colloque « Pêches thonières et DCP » Tahiti Douze ans après la première conférence internationale sur ce thème, cette deuxième édition fera le point sur les résultats des travaux effectués concernant l’usage des Dispositifs de Concentration de Poissons (DCP) pour l’exploitation des grands poissons pélagiques au cours de la dernière décennie. Le colloque abordera aussi bien l’usage des DCP ancrés au bénéfice des pêcheurs artisans (petite pêche insulaire et continentale) que l’utilisation massive de DCP dérivants par les grandes flottilles de thoniers senneurs industriels. Ce colloque est organisé par un consortium qui réunit l’Ifremer, le Ministère des Ressources Maritimes de la Polynésie française, le Secrétariat Général de la Communauté du Pacifique.

Pour en savoir plus : Retrouvez l’agenda Ifremer sur : http://wwz.ifremer.fr/institut/L-institut/Evenementiel/Grand-public/2011-Annee-des-Outre-mer-francais L’Agenda complet de « 2011, Année des Outre-mer » est accessible sur : http://www.2011-annee-des-outre-mer.gouv.fr/

Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

5


L’Ifremer en Polynésie française Le Centre du Pacifique de l’Ifremer, basé à Tahiti, est une véritable plateforme technologique adaptée à de nombreux types de recherche en milieu marin tropical. La recherche est aujourd’hui principalement centrée sur le développement durable de la perliculture.

Le Centre du Pacifique de l’Ifremer © Ifremer/Olivier DUGORNAY Le développement durable de la perliculture La perliculture représente un enjeu économique et social considérable pour la Polynésie française, qui est le premier exportateur mondial de perles brutes d’origine marine avec 25% de part de marché. Cette ressource constitue la deuxième activité économique de la Polynésie française après le tourisme et fournit environ 4000 emplois répartis dans plus de 570 concessions réparties sur 27 îles et atolls.

L’année 2011 marque le 50e anniversaire de la première greffe en perliculture. Les débuts de la perliculture en Polynésie française remontent en effet aux années 60. Depuis les années 80, le secteur a connu un essor considérable mais il subit une forte crise depuis 2008. C’est pourquoi l’Ifremer mène, en partenariat avec le service polynésien de la perliculture, un programme de recherche visant à améliorer la rentabilité de l’activité et à pérenniser la ressource. Les axes de recherches sont : - la domestication de l’espèce : il s’agit de développer des techniques de reproduction et d’élevage pour la sélection de lignées d’huîtres perlières donneuses de greffons permettant la production de perles de couleur choisie et à croissance rapide ; - l’amélioration de la qualité des perles : il s’agit d’étudier les facteurs influençant la formation des perles et de ses défauts afin de proposer des méthodes et des outils pour la production de perles de meilleure qualité ; - l’optimisation de la production de juvéniles par captage en milieu naturel. Les résultats et les méthodes qui découlent de ces travaux de recherche sont diffusés à l’ensemble des perliculteurs polynésiens. En parallèle à cette activité majeure, l’Ifremer apporte un appui scientifique et technique au développement d’une filière piscicole (élevage de poissons lagonaires) et d’une filière crevetticole.

Filières d’huîtres perlières © Ifremer/Olivier DUGORNAY

Un centre technique pour développer l’aquaculture À côté du Centre Ifremer, se construit actuellement le Centre Technique Aquacole (Vaia) qui regroupe, entre autres, deux écloseries de crevettes et de Paraha peue (Platax orbicularis), un poisson lagonaire très apprécié localement. Poisson robuste et capable de s’adapter en condition d’élevage contrôlé et de se reproduire, le Paraha peue a quasiment disparu des lagons suite à une surpêche. Plusieurs années de recherche et un partenariat étroit entre l’Ifremer et le Service de la Pêche du Pays (SPE), ont permis d’aboutir à la maîtrise de l’élevage de cette espèce, en conditions expérimentales. Ce résultat a conduit, en juillet 2010, au transfert de ces techniques d’élevage vers un premier professionnel installé sur la presqu’île de Tahiti. Les poissons issus de cette première ferme de production devraient être commercialisés au cours du premier trimestre 2011. Financé au titre du fonds exceptionnel d’investissement par l’État et le Pays, et opérationnel mi-2011, ce Centre Technique Aquacole concentrera le savoir-faire acquis grâce à ces années de recherches. Cet outil polyvalent devrait ainsi permettre de développer une véritable filière aquacole en Polynésie française. Les énergies marines renouvelables L’Ifremer intervient également en appui au développement des énergies marines renouvelables en Polynésie française. Ainsi, plusieurs projets sont menés depuis 2010. L’un d’entre eux porte sur l’étude du potentiel hydrolien de l’atoll de Hao aux Tuamotu et devrait permettre d’orienter le choix des prototypes d’hydroliennes à implanter dans cette zone.

Pour en savoir plus : Sur l’ensemble des activités de l’Ifremer en Polynésie française : wwz.ifremer.fr/cop

Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

6


L’Ifremer en Nouvelle-Calédonie Un chantier consacré aux lagons de Nouvelle-Calédonie L'Ifremer travaille au soutien scientifique et technique de la filière crevetticole, qui représente, après l’exploitation minière de nickel, le second poste à l’export de la Nouvelle-Calédonie. Les actions menées par l’Ifremer, en collaboration avec les professionnels et les Services techniques des Provinces Nord (Direction du Développement Économique et de l’Environnement) et Sud (Direction du Développement Rural) ont pour but d’optimiser et de valoriser les techniques d’élevage de la crevette pénéide (Litoenaeus stylirostris) mises au point au Centre du Pacifique de Tahiti dans les années 1980 et de répondre à un ensemble de questions soulevées en matière d’écologie larvaire, de pathologies dans les élevages, d’optimisation de la qualité des reproducteurs, d’élevage en milieu contrôlé, de mise au point d’aliments, d’évolution des procédures zootechniques… L’Institut mène également des recherches dans les domaines des Géosciences Marines et des Aires Marines Protégées. Dans les domaines de la biodiversité, des ressources et usages de l’écosystème lagonaire, l’Ifremer met en œuvre avec ses partenaires (IRD, UNC, IAC,…), le chantier « Lagons de la NouvelleCalédonie ». Les principaux objectifs sont de contribuer à comprendre le fonctionnement des habitats et des Ifremer qu’ils délivrent, mais aussi de soutenir ressources que les lagons hébergent et des services écosystém©iques les gestionnaires dans l’analyse des meilleures voies de protection, préservation, réhabilitation, suivi et mise en valeur de ces ressources et services. La Nouvelle-Calédonie, un fort potentiel en biotechnologies bleues Entourés par la deuxième barrière corallienne de la planète (1600 km), les lagons de la Nouvelle-Calédonie couvrent 23.400 km2, le plus grand ensemble lagonaire du monde. En 2008, 15 000 km2 ont été inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Ces lagons abritent une biodiversité marine exceptionnelle en partie méconnue à ce jour pour ce qui concerne plus particulièrement l’infiniment petit. Certains biotopes de ces lagons, dont certains spécifiques à la Nouvelle-Calédonie, sont soumis à des conditions et des pressions naturelles particulières qui permettent l’émergence d’espèces adaptées à ces milieux. Certaines d’entre elles peuvent alors développer des capacités insolites utiles en biotechnologie. En s’appuyant sur ce potentiel en biodiversité, un projet de « Bio-prospection et Valorisation des ressources Biologiques » axé sur les micro-organismes adaptés à des conditions extrêmes a été lancé en 2010. L’objectif est de prospecter différents biotopes néo-calédoniens afin de constituer une souchothèque c’est-à-dire une banque de ces Prélèvements de bactéries sur une étoile de mer micro-organismes. La première opération de collecte © Ifremer d’échantillons biologiques s’est tenue en avril 2010. Une prochaine aura lieu dans le courant du printemps 2011. Les échantillons collectés sont analysés dans le but de produire des molécules dont les applications peuvent se développer dans les domaines de l’industrie ou de la santé. L’Institut Pasteur est partenaire du projet pour les applications relatives à la santé humaine. L’ouverture à d’autres partenariats scientifiques est envisagée. La biodiversité du lagon calédonien sous l’oeil de stations vidéos sousmarines en haute définition Inédit ! Immergés au coeur de la biodiversité des lagons de NouvelleCalédonie, des systèmes de stations vidéos sous-marines en haute définition permettent de suivre l’évolution de la faune côtière et de son habitat. © Ifremer Traditionnellement, les observations s’effectuent en plongée ou par des pêches expérimentales. La vidéo permet de s’affranchir des inconvénients dus à la présence d’un plongeur : effets sur le comportement des poissons et limitation du nombre d’observations. Les nombreuses données collectées sont utilisées à la fois pour la recherche sur la biodiversité, et pour évaluer l’efficacité des Aires Marines Protégées par la mise au point d’indicateurs de performance.

Pour en savoir plus : Sur l’ensemble des activités de l’Ifremer en Nouvelle-Calédonie : wwz.ifremer.fr/ncal A voir : quelques vidéos sous-marines : http://wwz.ifremer.fr/ncal/Biodiversite-Marine/Aires-Marines-Protegees/Nouveaux-outils-dobservation/Video-sous-marine-HD Sur le chantier « Lagons de la Nouvelle-Calédonie » A lire : Les Rendez-vous de la biodiversité marine (Avril 2010) « Un chantier consacré aux lagons de Nouvelle-Calédonie » http://wwz.ifremer.fr/institut/Les-ressources-documentaires/Medias/Les-Nouvelles-de-l-Ifremer Sur les biotechnologies bleues : A lire : Les Rendez-vous de la biodiversité marine (Mai 2010) « Les océans, sources des biotechnologies bleues » http://wwz.ifremer.fr/institut/Les-ressources-documentaires/Medias/Les-Nouvelles-de-l-Ifremer A voir : la conférence de Christelle Simon-Colin, microbiologiste à l’Ifremer : http://wwz.ifremer.fr/webtv/Conferences/Les-biotechnologies-bleues Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

7


L’Ifremer à La Réunion Océan Indien : des projets d’études et de préservation La station Ifremer de La Réunion contribue au soutien de l'aquaculture et de la pêche par diverses actions : amélioration des process de production aquacole ; développement du Système d’information halieutique (SIH), axé sur le suivi des pêches palangrières et de la petite pêche côtière ; coordination du projet international IOSSS-Espadon sur la structure des stocks d’espadon de l’Océan Indien ; participation à la mise au point et au développement d'une méthode innovante de pêche à la légine afin de limiter la déprédation des palangres par les orques dans les © Jean-Pascal Quod ARVAM secteurs de Crozet et des Kerguelen. Les équipes mènent également des activités de surveillance et de recherche concernant la gestion de la bande côtière et la biodiversité. Des outils de bancarisation et de synthèse des données environnementales sont développés à l’intention des décideurs, afin de contribuer à la préservation du lagon, au suivi de la qualité des eaux, à la protection des tortues… Réseau d’Aires marines protégées La Réunion, Mayotte et les îles Éparses… les îles françaises de l’ouest de l’océan Indien abritent d’importantes ressources marines. En réseau avec ses partenaires, l’Ifremer mène plusieurs projets scientifiques pour mieux connaître et préserver leur biodiversité. L’un deux, nommé Spectrhabent-OI, vise à cartographier les habitats des petits fonds côtiers grâce à une nouvelle méthode de télédétection. Un réseau d’Aires marines protégées (AMP) est en cours de montage entre les îles de cette région et devrait être connecté aux autres AMP de la côte est Africaine. Le but du projet CAMP (Connectivité des AMP) mené jusqu’en 2012, est d’estimer la connectivité effective entre l’ensemble de ces AMP. L’outil utilisé, la génétique des populations, doit permettre d’évaluer comment se structurent ces populations et comment fonctionnent les transferts d’individus d’un site à un autre. Espèces en danger Parmi la riche biodiversité du sud-ouest de l’océan Indien figurent des espèces menacées telles que les tortues marines. Avec son partenaire Kélonia (www.kelonia.org), l’Ifremer contribue au suivi des populations de tortues marines dans les îles Éparses, sites privilégiés de ponte pour cette espèce. Il s’agit notamment de comprendre la structure génétique des populations et de décrire la dynamique spatiale entre sites de ponte et d’alimentation. Ces travaux devront permettre d’évaluer l’état de santé des populations de tortues marines, et, à l’horizon 2012, de contribuer à l’établissement d’un plan de conservation des tortues dans les eaux françaises de l’océan Indien. Dans ce cadre, il est nécessaire de mieux comprendre les déplacements océaniques de ces espèces. À cette fin, depuis 2010, plus de 120 balises Argos ont été déployées sur des tortues en ponte ou capturées © Ifremer/Jérôme BOURJEA accidentellement. L’Ifremer bientôt à Mayotte À Mayotte, la pisciculture marine dispose d’un potentiel de production considérable. L’Ifremer intervient en appui scientifique d’Aquamay (association pour le développement de l’aquaculture à Mayotte) afin de permettre un développement durable de la filière de pisciculture marine. De plus, un Centre de R&D, au sein duquel l’Ifremer mettra du personnel à disposition, est en cours de construction et devrait être opérationnel fin 2012.

Pour en savoir plus : Découvrez l’ensemble des projets menés par l’Ifremer dans l’océan Indien : wwz.ifremer.fr/lareunion Suivez en direct les migrations des tortues marquées par balises Argos : wwz.ifremer.fr/lareunion/les_tortues_en_direct Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

8


L’Ifremer aux Antilles

Les équipes de la station de Martinique travaillent sur 3 volets de recherche : l’halieutique, l’aquaculture et l’environnement. Développement de la pêche associée aux DCP Concernant le volet halieutique, l’Ifremer, avec l’appui des Conseils Régionaux de Martinique et de Guadeloupe, travaille au développement durable de la pêche associée aux DCP (Dispositifs de Concentration de Poissons). Un travail pluridisciplinaire est réalisé au sein d’un groupe de travail petites Antilles mis en place avec le soutien de la FAO/COPACO (Commission des pêches pour l’Atlantique centreouest). Des projets de recherche réalisés en intersession permettent d’apporter des connaissances nouvelles sur cette pêche émergente et sur les ressources exploitées. Le projet INTERREG « MAGDELESA » doit démarrer en 2011. Il est réalisé en partenariat avec des équipes des petites Antilles et des organismes de recherche nationaux. Le développement de cette pêche permet déjà d’assurer 30% de la pêche antillaise. Par ailleurs, le Système d’Informations Halieutiques (SIH) est en cours de mise en place. Il constitue le réseau d’observations des ressources halieutiques et des usages associés. Développement de la filière Ombrine ocellée en aquaculture Les travaux du laboratoire aquacole sont menés en appui au développement local de la filière Ombrine ocellée (Sciaenops ocellatus) en collaboration avec des partenaires scientifiques hexagonaux et les structures de développement aquacole des territoires ultramarins tropicaux où cette espèce est élevée (Martinique, Guadeloupe, La Réunion et Mayotte). Ces travaux comportent différents aspects : l’amélioration génétique, la sécurisation sanitaire des cheptels, le contrôle de la Aquaculture de l’ombrine ocellée © Ifremer/Olivier DUGORNAY reproduction, la qualité de la chair. Le programme GENODOM porte sur la mise en place d’une stratégie de domestication et de sélection de l’ombrine ocellée à l’échelle pilote dans l’espace ultramarin français. L’activité de recherche a contribué au soutien de la filière de production locale par la livraison en 2010 de près d’un million de larves aux trois écloseries privées de Martinique et de Guadeloupe. La pisciculture marine constitue pour ces DOM une activité émergente avec une production comprise entre 80 et 100 tonnes par an en Martinique répartie entre une douzaine de fermes artisanales, tandis qu’en Guadeloupe, la filière ne fait que démarrer. La contamination du milieu marin Les préoccupations environnementales et de santé publique sont fortement axées sur la problématique de la contamination chimique, plus particulièrement celle liée à la présence de Chlordécone dans les sols et © Ifremer Olivier DUGORNAY le milieu aquatique. Le lessivage des sols par les précipitations et l’entraînement de particules contaminées par ruissellement conduisent au transfert à la mer de cette substance toxique très persistante. D’importants efforts de recherche ont été déployés afin de mieux comprendre les mécanismes qui régissent son extension dans le milieu et induisent certaines quantités dans les ressources biologiques comme la faune halieutique. Deux études spécifiques, menées par l’Ifremer, ont été réalisées afin de mieux comprendre le comportement et le devenir de la Chlordécone dans le sédiment (Chlosed) et le vivant (Chloretro). Audelà du bilan du premier plan d’action national (2008 – 2010), l’Ifremer va participer au second plan (2011-2013).

Carottages pour l'études des faciès sédimentaires sous-marins de la Baie du Robert en Martinique © Ifremer/Olivier DUGORNAY

Pour en savoir plus : wwz.ifremer.fr/antilles

Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

9


L’Ifremer à Saint-Pierre et Miquelon Soutien de l’Ifremer au développement de la pectiniculture À Saint-Pierre et Miquelon, l'Ifremer travaille en appui aux filières aquacoles et à l’activité de pêche notamment par l’évaluation des stocks exploités. L’Institut intervient particulièrement dans le domaine de la pectiniculture avec l’espèce locale de coquille Saint-Jacques (Platopecten magellanicus) qui présente un réel potentiel économique de développement. Auparavant, les méthodes de production n’étaient pas maîtrisées et les rendements étaient faibles. Depuis 2007, l’appui scientifique de l’Ifremer s’est traduit par : le développement d’une plateforme commune de connaissances (cartographie des sites potentiels d’élevage en eaux profondes, modélisation hydrodynamique), de suivis (captage de juvéniles, acquisition de données environnementales) et des développements technologiques de moyens de surveillance. Trois ans d’études ont permis des progrès significatifs dans l’élevage et des © Ifremer résultats encourageants sur le plan économique. La première phase de l’élevage est aujourd’hui bien maîtrisée, les efforts portent maintenant sur l’optimisation de la deuxième phase c’est-à-dire sur le grossissement des coquilles sur filières au large suivi d’une phase de semis en eaux profondes.

Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

10


L’Ifremer en Guyane Des activités tournées vers la pêche et la biodiversité Les activités de l’Ifremer en Guyane sont entièrement dédiées à l’halieutique. Elles portent sur la mise en place du Système d’Information Halieutique (SIH), l’amélioration de la sélectivité des chaluts de pêche crevettière et l’évaluation bio-économique de la petite pêche côtière. Les recherches s’intéressent particulièrement aux relations pêche - biodiversité - changement climatique. Il s’agit d’étudier l’impact de la pêche et des effets du changement climatique global sur la biodiversité et sur les pêcheries. Changement climatique : un impact sur la ressource Les conséquences du réchauffement climatique sont déjà Navires traditionnels de pêche côtière à Cayenne concrètes et provoquent des changements d’aires de © Ifremer répartition et d’abondance locale de nombreux organismes. Les projections à l’horizon 2050 laissent présager un déplacement d’espèces vers les hautes latitudes de l’hémisphère Nord, ainsi que dans l’océan Austral, et des disparitions locales d’espèces de moindre ampleur en zone tropicale. Les avancées scientifiques permettront de mieux anticiper ces évolutions. Le projet Chaloupe Le projet Chaloupe (CHAngement gLObal dynamiqUe de la biodiversité marine exploitée et viabilité des PEcheries), coordonné par l’Ifremer, avait pour objectif de décrire et d’expliquer l’évolution des peuplements biologiques marins et des pêcheries sur les trois dernières décennies et dans trois types d’écosystèmes régionaux : le plateau tropical amazonien de Guyane française, le plateau continental tempéré du golfe de Gascogne et la région atlantique de l’upwelling du Maros. Le but était d’établir un diagnostic sur l’amplitude des changements observés, d’identifier les facteurs d’évolution et de déterminer les conditions de viabilité économique et écologique de ces systèmes. Chaloupe a permis de montrer que le réchauffement des eaux de ces trois écosystèmes est de l’ordre de 1°C entre les années 80 et 2000. Réchauffement climatique et effort de pêche se conjuguent pour modifier les aires de répartition des espèces. La disponibilité des ressources change et l’abondance des stocks tend à devenir plus instable. Des déplacements d’espèces qui remontent vers le Nord sont constatés, ce qui a des répercussions sur les pêcheries. Porté par le CNRS, le projet Adhoc, dont l’Ifremer est partenaire, prolonge Chaloupe et accompagnera la modélisation des changements pour proposer des scénarios de gestion à long terme.

Pour en savoir plus : wwz.ifremer.fr/guyane Sur le projet Chaloupe www.projet-chaloupe.fr A lire : Les Rendez-vous de la biodiversité marine (Janvier 2010) « Changement climatique : un impact sur la ressource ». http://wwz.ifremer.fr/institut/Les-ressources-documentaires/Medias/Les-Nouvelles-de-l-Ifremer

Contacts presse : Marion Le Foll – Johanna Martin – 01 46 48 22 42/40 – presse@ifremer.fr

11


Les nouvelles de l numéro

120

AVRIL 2011

OUTRE - MER

Soutenir le développement socio-économique

© Ifremer / Olivier Dugornay

Véritable porte d’entrée sur un exceptionnel territoire maritime, l’outre-mer français est l’objet de recherches dans de nombreuses disciplines. L’une des missions de l’Ifremer y est l’accompagnement au développement économique des filières locales.

L

es zones économiques exclusives (ZEE) françaises en outremer comptent pour 97 % de la superficie des eaux maritimes nationales. À ce titre, elles représentent un enjeu considérable. À elles seules, les ZEE liées à La Réunion, Mayotte et les îles Eparses en représentent 12 % et celles liées aux Terres australes et antarctiques françaises 19 %. Ces espaces sont d’une grande richesse en termes de biodiversité et de ressources vivantes et énergétiques. Les filières pêche et aquaculture y sont très développées. Pour être viables économiquement et durables, elles doivent nécessairement être adaptées au contexte local : ses contraintes (risques naturels, nouvelle donne énergétique, éloignement des marchés, dépendance élevée vis-à-vis des importations…) et ses atouts (ressources biologiques, statut sanitaire…). L’un des axes prioritaires de la stratégie de l’Ifremer en outre-mer consiste à contribuer au développement socioéconomique des ROM-COM (Régions et Collectivités d’outre-mer) par un appui scientifique aux filières locales

mauvaise image environnementale à en matière d’aquaculture : pisciculture cause des captures accessoires génémarine, perliculture, crevetticulture et rées par la faible sélectivité des chapectiniculture. Il s’agit aussi de souluts et rejetées en mer. Afin de limiter tenir le développement durable des ce problème, l’Ifremer a travaillé en pêches locales, notamment à Saintpartenariat avec les professionnels, Pierre-et-Miquelon, en Guyane, aux sur la mise en place de dispositifs de Antilles et à La Réunion. sélectivité, sans perte de crevettes. Le premier enjeu en termes de gesAdoptés par les professionnels et rention ou de développement des pêchedus obligatoires en janvier 2010, tous ries est celui des observatoires, que les navires en sont maintenant équice soit en outre-mer ou en métropole. pés. La profession s’engage désorLes pêcheries de proximité, dont le rôle mais dans une démarche socio-économique est AQUACULTURE d’éco-labellisation, avec essentiel, représentent ET l’espoir de revaloriser le plus grand nombre de navires et fournissent les PÊCHE DURABLES leur produit et d’assurer la pérennité de la filière. produits de la mer pour En matière d’aquaculture marine, les les populations locales. Les pêches différentes filières comportent des semi-industrielles ou industrielles enjeux communs : la fiabilisation des font parfois l’objet de suivis depuis procédés de production, l’amélioration plus de 20 ans. C’est notamment le de la compétitivité, l’intégration de la cas de la crevette en Guyane, exploitée filière dans son environnement natupar une flottille de chalutiers. Depuis rel, économique et social, et la réducune dizaine d’années, le secteur y tion du coût environnemental. est confronté au changement global, À Mayotte, la pisciculture marine, avec des conséquences économiques démarrée à la fin des années 90, consti(diminution du stock et des captue grâce au lagon, un fort potentiel tures) et écologiques. Par ailleurs, les de production. L’espèce principalement pêcheries chalutières pâtissent d’une

Les nouvelles de l’Ifremer n°120 - publiées dans

du 25 mars 2011

© Ifremer / Olivier Dugornay

La pisciculture marine de l’ombrine ocellée à Mayotte, à la Réunion et aux Antilles (ci-dessus) est soutenue par la recherche menée à l’Ifremer situé à Palavas.

exploitée est l’ombrine, élevée en cages flottantes. Plusieurs acteurs locaux, métropolitains et autres ultramarins se sont mis en réseau pour mettre en place un programme de développement de la pisciculture marine à Mayotte. L’Ifremer y apporte son soutien scientifique avec ses équipes de Martinique et de Palavas. La composante inter-dom de ce projet est forte avec l’implication des acteurs (scientifiques et professionnels) de la Réunion, de Martinique, de Guadeloupe et de Mayotte. La perliculture, quant à elle, est une activité qui, au niveau national, concerne exclusivement la Polynésie française. Elle est essentielle à son économie, car elle représente la seconde activité économique après le tourisme, et emploie environ 5 000 personnes. La recherche en perliculture a pour objectifs d’améliorer la rentabilité de l’activité et de pérenniser la ressource. L’Ifremer est leader dans ce domaine, grâce à son Centre du Pacifique, à Tahiti, qui possède des infrastructures dédiées. Les recherches portent sur la compréhension des mécanismes de formation de la perle, la sélection génétique d’huîtres donneuses de greffons pour des perles de couleur et de taille choisies, et la gestion des ressources naturelles perlicoles pour optimiser le captage de naissains de nacres.

Huîtres perlières à Tahiti.


Les nouvelles de l

OUTRE - MER

« Notre valeur ajoutée est scientifique »

© Ifremer / Michel Gouillou

Que représente l’outre-mer pour Ia France et l’Ifremer ?

Philippe Lemercier, délégué général à l’outre-mer de l’Ifremer. Créée en juillet 2009, la délégation générale à l’outre-mer assure le suivi des actions menées en outre-mer, et veille à leur cohérence avec les objectifs de l’institut. Elle est chargée de renforcer la coordination et les synergies entre les différentes implantations outre-mer, et de faciliter l’adossement des actions scientifiques aux équipes de métropole.

Avec 11 millions de km2 de ZEE, la France est la seconde puissance maritime mondiale après les États-Unis. Sur ces 11 millions, 97 % relèvent de l’outre-mer. L’Ifremer dispose de six implantations ultramarines, de tailles diverses : Réunion, Martinique, Guyane, Saint-Pierre-et-Miquelon, Tahiti et Nouvelle-Calédonie. Les effectifs permanents sur place varient entre une personne (Saint-Pierre) et plus de quarante (Polynésie). Cela représente entre 8 et 10 % de nos effectifs. Les modalités d’intervention font que nos équipes outre-mer s’appuient largement sur celles de métropole. Celles-ci assurent ainsi régulièrement des missions ponctuelles sur place. Nous veillons à ce que cette collaboration soit forte afin que nos équipes outremer ne soient pas isolées. Nous favorisons également les synergies entre nos différentes équipes outre-mer. A l’inverse, certaines actions peuvent être menées à 100% par nos équipes de métropole, notamment dans le secteur des géosciences (études techniques pour la constitution des dossiers de demande d’extension juridique du plateau continental, campagne Wallis et Futuna…). Quels enjeux sont liés à cette présence ? Il y a des enjeux géostratégiques importants. Ils sont divers, avec l’accès à des ressources vivantes (la biodiversité marine, l’aquaculture, la pêche) ou minérales (ressources minières des grands fonds notamment) et, de plus en plus, énergétiques, avec là encore les ressources des grands fonds (hydrogène), même si les perspectives d’une exploitation durable de ces dernières sont encore éloignées. Nous sommes également impliqués outre-mer sur les énergies marines renouvelables : énergie thermique des mers, hydrolienne... mais essentiellement, à ce jour, sur leurs aspects environnementaux (étude de potentiel, évaluation des impacts…). Je rappelle que l’Ifremer a d’ailleurs été mandaté par le gouvernement pour mettre en place, au niveau national, une plate-forme technologique des énergies marines. Nous faisons en sorte que l’outre-mer soit largement intégré dans cette démarche.

L’Ifremer participe aussi au développement de filières de production locales. Tous nos territoires d’outre-mer sont des importateurs (produits alimentaires, énergie…). Outre les activités de surveillance relevant de missions régaliennes et les activités de recherche sur les milieux ultramarins, notre priorité est de participer au développement économique de l’outremer en y menant des actions de recherche qui contribuent au développement durable de filières locales de production. Cet objectif se décline en diverses interventions : dans le secteur de la pêche, mais aussi dans celui de l’aquaculture avec la perliculture en Polynésie, ou la crevetticulture en Nouvelle-Calédonie où cette filière est aujourd’hui la seconde source de devise après le nickel. Nous sommes également impliqués dans l’élevage de poissons marins à Mayotte, la Réunion et les Antilles et celui de pétoncles à Saint-Pierre-et-Miquelon. Tout cela peut sembler modeste, mais est cependant créateur d’emplois. En ce qui concerne notre positionnement, compte tenu des attentes importantes des acteurs locaux vis-à-vis de l’institut, nous sommes souvent amenés à nous impliquer dans les activités en « aval » de la R&D, qui relèvent davantage d’un Centre Technique plutôt que d’un institut de recherche. Cette implication se fait alors aux dépens de l’utilisation optimale de nos moyens humains sur place. L’un des enjeux pour l’Ifremer est de pouvoir, à l’avenir, réduire ce type d’implication, pour se concentrer sur son vrai métier, la recherche, et apporter ainsi un maximum de valeur ajoutée scientifique. 2011 est l’Année des outre-mer. Qu’est-ce que cela représente pour vous ? L’Ifremer a prévu de participer à de nombreuses manifestations qui vont s’inscrire dans « 2011, Année des outre-mer ». Nous entendons ainsi donner une plus grande visibilité à nos actions et contribuer à mieux faire connaître l’outre-mer auprès des citoyens et du grand public.

EN SAVOIR PLUS

DR

Pour connaître l’ensemble des recherches menées par l’Ifremer en outre-mer, consultez les sites Internet des différentes délégations : Polynésie française : wwz.ifremer.fr/cop Nouvelle-Calédonie : wwz.ifremer.fr/ncal Antilles : wwz.ifremer.fr/antilles Guyane : wwz.ifremer.fr/guyane Réunion : wwz.ifremer.fr/lareunion L’actualité de « 2011, Année des outre-mer » est à suivre sur wwz.ifre mer.fr/institut/L-institut/Evenementiel/ Grand-public/2011-Annee-des-Outremer-francais et sur le site dédié : www.2011-annee-des-outre-mer.gouv.fr

✦ Des manifestations toute

l’année L’Ifremer participe à de nombreux événements organisés à l’occasion de l’Année des outre-mer et ouverts au grand public. La recherche marine y trouve sa place parmi tous les aspects mis en lumière : culturels, environne-

Un jardin en outre-mer : du 9 avril au 8 mai, au Jardin d’Acclimatation (Paris). Cette manifestation phare de l’année invite les promeneurs du jardin à découvrir les richesses de l’outre-mer dans tous les domaines. Journées portes ouvertes au centre Ifremer de Méditerranée : du 20 au 22 mai (La Seyne-sur-Mer). L’outre-mer

Journées de la mer : du 8 au 13 juin, dans toute la France. L’outre-mer sera l’un des thèmes de cette 3ème édition des Journées de la mer, organisées par le ministère de l’Ecologie.

fait partie des thèmes de ces journées, notamment à travers les recherches menées par certains scientifiques du centre de Méditerranée sur la pisciculture tropicale. Au programme, des présentations pour les groupes scolaires et le grand public. Pour en savoir plus : wwz.ifremer.fr/mediterra nee/jpo_2011

Exposition promenade : du 22 septembre 2011 à janvier 2012, au Muséum national d’Histoire naturelle (Paris). Le Muséum propose aux visiteurs traversant son esplanade de découvrir les territoires, l’identité, l’environnement des régions ultramarines et les recherches qui y sont menées.

Exposition sur les îles de l’ouest l’océan Indien : du 27 mai à décembre 2011, à l’Aquarium de la Porte Dorée (Paris). Dans le cadre de la Journée mondiale des océans (le 8 juin), l’aquarium accueille une exposition, dans laquelle l’Ifremer présentera ses travaux sur les tortues marines. Sciences bleues, couleurs Outremer : exposition en juin/juillet 2011, au Musée national de la Marine (Paris). À travers une vingtaine de photographies, ce sont les scientifiques travaillant dans les implantations de l’Ifremer en outre-mer qui sont mis à l’honneur.

© Ifremer / Olivier Dugornay

mentaux, économiques... Une invitation au dépaysement !

✦ En ligne

Crevettes d’élevage.

Directrice de la publication : Pascale Pessey-Martineau - Rédactrice en chef : Clémentine Jung - Rédacteur du dossier : Dominique Guillot avec la participation de Philippe Lemercier, Fabian Blanchard et Clémentine Jung - Ifremer : Siège social et rédaction : 155, rue Jean-Jacques Rousseau – 92138 Issy-les-Moulineaux cedex Les nouvelles de l’Ifremer n°120 - publiées dans

du 25 mars 2011

Sciences bleues, couleurs Outre-mer  

Les recherches ultramarines de l'Ifremer, en images, en Outre-mer

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you