Page 1

Biographie Eléonore Darmon Violoniste fascinante, lauréate de concours internationaux (Avignon en 2005, Andrea Postacchini et Nuri Iyicil en 2008) et tout récemment de la Fondation Cziffra (Octobre 2010), Eléonore Darmon a été couronnée de plusieurs prix, dont The Most Enthusiastic Stage Performance (Concours Nuri Iyicil à Istanbul) – prix dont le titre salue magnifiquement le caractère tant personnel que musical de cette interprète passionnée. Née à Nancy en 1986 dans un environnement baigné de musique, elle débute le piano à l’âge de quatre ans auprès d’une mère elle-même pianiste et découvre alors, très précocement, sa vocation de musicienne. L’année suivante, elle choisit ce qui deviendra sa voix : le violon. Elle veut créer les sons, les phrasés et les émotions qu’elle ressent si profondément, notamment en entendant la musique Tzigane et le violon de Yoska Nemeth qui lui parlent d’emblée et pour laquelle elle garde une prédilection. Remarquée et formée par Marthe Tercieux (descendante de la grande Ecole franco-belge du violon) qui l’accueille dans sa classe au Conservatoire de Nancy, Eléonore gagne rapidement tout, Médailles d’Or et Prix divers, à l’unanimité. A l’âge de 14 ans elle réussit, toujours à l’unanimité, le concours d’entrée au prestigieux Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) où elle bénéficie des enseignements de Gérard Poulet, Michaël Henz et Daria Hovora pour l’étude du violon et de la musique de chambre. Récompensée en 2005 par un Premier Prix de Violon et de Musique de Chambre (DFS Mention TB) et par le Prix Brigitte H. de Beaufond, elle intègre aussitôt le Cycle de Perfectionnement "Violon-

1

Concertiste" du CNSM de Paris. Après l’avoir accompli avec succès, cherchant à approfondir pratique et compréhension intime de la musique, elle rencontre Pavel Vernikov (concertiste et professeur de renom, ancien élève de David Oïstrakh) qui la sélectionne pour ses "International compétition training" master-classes et auprès duquel elle étudie pendant trois ans en Italie (Florence) et en Autriche (Vienne). Elle trouve auprès de lui ce qu’elle cherchait et pressentait nécessaire à l’interprétation des œuvres : de nouveaux éclairages et surtout une véritable ouverture sur la pluralité des cultures dans lesquelles musiques, styles et compositeurs sont enracinés. Parallèlement, elle étudie différentes langues, toujours afin de ressentir et d’exprimer œuvres et styles au plus près de ce qui en constitue l’essence. Soliste dont la virtuosité se met constamment au service de son interprétation de la musique, elle débute sa carrière de concertiste à l’âge de 16 ans dans le Concerto en mi mineur de Mendelssohn avec l’Orchestre Symphonique de Nancy sous la baguette de Sebastian Lang-Lessing. Plébiscitée par le public, saluée par le maestro et par une critique élogieuse, elle interprète ensuite à Paris nombre de grands concertos du répertoire (Concerto de Tchaïkovsky, Concerto et Double-Concerto de Brahms, Concerto de Mendelssohn….), plus d'une quinzaine de fois lors de la saison 2003/2004, accompagnée par l’Orchestre créé et dirigé par Paul Kuentz. Après ces débuts parisiens viennent des invitations de grands orchestres français et internationaux : Orchestre National du Capitole de Toulouse (Concerto en sol majeur de Mozart) en 2006, Orchestre National d’Ukraine sous la baguette de Volodymyr Sirenko (Concerto en ré mineur de Sibelius) en 2008 et Baden Sinfonietta en

2


Autriche (Concerto en ré majeur de Beethoven) en 2009. Suit une tournée de concerts – dont l’un fut enregistré et télédiffusé – avec l’Orchestre Symphonique Royal du Maroc sous la direction d’Oleg Reshetkin (Concerto en ré majeur de Brahms) en novembre 2009. Menant avec passion sa vie de musicienne et de concertiste internationale, elle poursuit inlassablement sa quête de découvertes et d’approfondissements, et cisèle son art auprès de grands maîtres du violon : Ida Haendel, Ivry Gitlis, Maxim Vengerov, Julian Rachlin, Jean-Jacques Kantorrow, Salvator Accardo, Zakhar Bron, Mauricio Fuks... Brillante soliste à l’interprétation pleinement communicative, à la fois puissante et d’une sensibilité raffinée, Eléonore est également une fervente musicienne de chambre – et ce dès ses premières années de violon. Une décennie plus tard, sa carrière de chambriste la conduit à New York (2006 Julliard Chamber Fest) en quatuor à cordes. Puis vient Paris (2007) et la saison "Quinte +" du Conservatoire de Paris où elle assure trois concerts (Quintette "La Truite" de Schubert, Quintette op. 34 de Brahms, Concert op. 21 de Chausson - La partie de violon solo) aux côtés de Daria Hovora, Vladimir Mendelssohn et Constantin Bogdanas. Des bonheurs de chambriste (en récital violon-piano et en musique de chambre) qui se prolongent : de nombreux festivals sollicitent sa présence ; Festival du Périgord Noir, Nuits Musicales en Armagnac, les "Ensembles en résidence" à La Roque d’Anthéron, Auditorium de la Cité de la Musique, La Grange de Meslay, Les Rencontres Musicales d'Enghien, Printemps Musical de Silly (Belgique), Amman en Classique (Jordanie), Festival Vladimir Horowitz à Kiev (Ukraine), Eilat Chamber Music Festival (Israël). Ses partenaires y sont des plus prestigieux : Frans Helmerson, Marco Rizzi, Vladimir Mendelssohn, Lawrence Power, Mihaela Martin, Ernst Ottensamer...

L’authenticité de son jeu, sa profonde compréhension des œuvres et son travail constant pour que celles-ci parlent sous l’éloquence de son archet à ceux qui les écoutent font de cette violoniste passionnante une chambriste accomplie et sollicitée. Invitée pour la deuxième année consécutive au Chamber Music Festival d’Eilat (février 2010), elle se produit lors du concert d’ouverture avec le célèbre violoncelliste Misha Maisky dans l’Octuor op. 20 de Mendelssohn, lors du cycle Beethoven dans la Sonate n°5 "Le printemps" de Beethoven, ainsi qu’au côté de Dan Zhu dans la version pour septuor à cordes des Métamorphoses de Richard Strauss. Violoniste concertiste parcourant les scènes et festivals du monde entier (France, Suède, Jordanie, USA, Maroc, Ukraine, Italie, Norvège, Autriche, Chine, Royaume Uni, Belgique, Espagne, Israël), Eléonore est de ces musiciens qui ne font qu’un avec leur instrument. Il est sa voix et sa nécessité pour exprimer ce qu’elle ressent : une formidable passion pour le violon et pour la musique. Une passion évidente et communicative doublée d’une belle maturité musicale et instrumentale, grâce auxquelles cette jeune virtuose a remporté en 2007 le Grand Prix de la Fondation Groupe Banque Populaire (ex Natexis) qui l’a soutenue et aidée pendant trois ans. "Un tempérament plein de feu et passion !" - Daria Hovora, pianiste chambriste et concertiste "Cette jeune violoniste est tout simplement prodigieuse." Sébastien Lang-Lessing, Directeur musical de l’Orchestre symphonique et lyrique de Nancy Biographie rédigée par E. Rolan, Octobre 2010

3

4

Biographie Eléonore Darmon  

Biographie Eléonore Darmon

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you