Page 1

Passion Images

Lieux de rêve et de spiritualité

1


LIEUX DE RÊVE ET DE SPIRITUALITÉ L'humanité a passé des millénaires à chercher et découvrir de sublimes lieux qui livrent plus que de simples paysages. Tout autour du globe, cette recherche des plus beaux lieux, des villes isolées, des paysages éblouissants et des miracles architecturaux continue à inspirer curieux et visiteurs qui s’y rendent pour découvrir ces lieux. En Europe, les châteaux, les lacs et les cascades ponctuent un paysage de conte de fées évoquant des endroits magiques. Les monastères, les cathédrales ou les ruines antiques dépassent leur rôle religieux et fascinent l’homme depuis des siècles. Les routes de pèlerinage du Sud de l’Europe et les lieux sacrés en France, en Espagne ou en Italie sont des destinations prisées par les fidèles et les voyageurs du monde entier. Les grandes cathédrales nous transmettent des histoires et un savoir-faire qui nous font croire dans la vie dans l’audelà. La spiritualité n’est pas limitée aux monuments religieux et de nombreux pèlerinages et voyages sont faits vers des endroits où la nature inspire par sa pureté. Les littoraux sauvages en Europe du Nord, les chaînes de montagnes non apprivoisées et mystiques en Asie et les déserts ou les savanes d’Afrique, chaque destination spirituelle est renommée pour son empreinte unique dans la conscience collective. Des monuments antiques construits par des civilisations anciennes continuent d’intriguer avec leurs origines mystérieuses, les historiens, les artistes et les poètes. Les îles, à l'origine isolées du reste du monde avant l'apparition des expéditions maritimes, sont de merveilleux endroits, inspirants, préservés et fragiles souvent sujets aux légendes. Les écosystèmes remplissent de vie des endroits incroyables qui fascinent les nombreux voyageurs venant profiter de spectaculaires paysages et se reposer dans cette nature aux couleurs et à la diversité éblouissantes. Les miracles de la faune et la flore hypnotisent. Vers les pôles, le ciel est aussi un lieu enchanteur lorsqu’il s’emplit de couleurs et ébloui le spectateur. Les monuments laissés par les hommes Néolithiques fascinent ceux qui visitent aujourd'hui les vestiges de leur travail. L’Asie regorge de véritables trésors de spiritualité qui ne cessent d’inspirer pèlerins et voyageurs. Longtemps vénérées, les montagnes sacrées ou les cavernes, les chaînes de montagnes attirent autant qu’elles révulsent. Souvent, les traces d’une activité volcanique antique ont créé des paysages sublimes attirant des millions de visiteurs. Formations de roches multicolores, cavernes entourées de miracles naturels ou immenses montagnes ont été les lieux de naissance de légendes, de dieux antiques et de déesses. Des temples magnifiques, des mausolées, des statues, des colosses, des rivières sacrées ou des forêts tropicales profondes, continuent de fasciner, de mystifier et de stimuler l’imagination de l’humanité depuis la nuit des temps. Nos destinations spirituelles incarnent aujourd'hui notre soif infinie de connaissance et de vérité sur la planète bleue, la plus fascinante d'entre toutes, la Terre. Ces lieux font partie de notre héritage que nous devons préserver, protéger, choyer afin que les générations futures puissent continuer de profiter de leur beauté et de leur message.


SOMMAIRE 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30 33 36 38 40 42 44 46 48 50 52 54 56 58 60 62 64 66 68 70 72 74 76 78 80 82 84 86 89 92 94 96 98 100 102 104 106 108 110 112 114

Berat Parc national des lacs de Plitvice Basilique Saint-Pierre du Vatican Basilique de Saint-Vital Monastères des Météores Mont Athos Puente Nuevo (Pont Neuf) de Ronda Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle Abbaye Notre-Dame de Sénanque Étretat Saint-Michel d'Aiguilhe Lourdes Notre-Dame de Paris Le Mont-Saint-Michel Rocamadour Le Rila Velehrad Synagogue espagnole Église de la Trinité de Gergeti La cascade Bigar - Izvorul Bigar Tunnel de l’amour de Klevan Stonehenge Lindisfarne Levi Hautes Terres d’Islande Grottes de glace de Skaftafell Newgrange Chaussée des Géants Aurore Boréale Îles Lofoten Skara Brae Grotte de Fingal Rizières en terrasses des Hani de Honghe Luoping Géoparc de Zhangye Danxia Flûtes de Roseau Tianzi Shan Palais du Potala Monastère de Taktshang Porte de l’enfer Mont Fuji Kumano Kodo Île d’Aogashima Lac Khövsgöl Temple du Lotus Temple de Jambukeswarar Monastère (Compa) Thiksey Kanchipuram Varanasi Taj Mahal Bauddhanath ou Bodnath Himalaya Jetavanaramaya Mer des étoiles sur l'île de Vaadhoo

Albanie Croatie Italie Italie Grèce Grèce Espagne Espagne / France France France France France France France France Bulgarie République Tchèque République Tchèque Georgie Roumanie Ukraine Angleterre Angleterre Finlande Islande Islande Irlande Irlande du Nord Norvège / Suède / Finlande Norvège Écosse Écosse République Populaire de Chine République Populaire de Chine République Populaire de Chine République Populaire de Chine République Populaire de Chine République Populaire de Chine Bhoutan Turkménistan Japon Japon Japon Mongolie Indie Inde Inde Inde Inde Inde Népal Népal Sri Lanka Maldives

116 118 120 122 124 126 128 130 132 134 136 138 141 144 146 148 150 152 154 156 158 160 162 164 166 168 170 172 174 176 178 180 182 184 186 188 190 192 194 196 198 200 202 204 206 208 210 212 214 216 218 220 222 224

Angkor Vat Temple de la grotte du tigre Borobudur Forêts tropicales de Borneo Grottes de Batu Pagode Shwedagon Bet Giyorgis ou Maison de Saint George Chutte d’eau sous-marine Mont Kilimandjaro Lac Natron Temples Abou Simbel Les pyramides de Gizeh Aït Ben Haddou (berbère: Ath Benhaddou) Deadvlei La montagne de la Table L’œil de l'Afrique Uluru Hutt Lagoon Rotorua Maui Micronésie Les îles Palaos Plusieurs Dôme du Rocher Mer Morte Pétra La Mecque Sainte-Sophie Pamukkale Socotra Grand Canyon Parc national de Petrified ForEst Parc national de Yellowstone Antelope Canyon (canyon de l’antilope) Grand Prismatic Spring Geyser Fly Lac Atitlán Copán Tulum Plage cachée des Îles Marieta Grotte des Cristaux - Mine de Naica Glacier Perito Moreno Le bassin Amazonien Île de Pâques Cathédrale de marbre Cathédrale de sel de Zipaquirá Caño Cristales Îles Galápagos Machu Pichu Lac Titicaca Moray Ausangate Salar d’Uyuni - Plaine saline d’Uyuni Tepuy du mont Roraima

Cambodge Thaïlande Indonésie Indonésie, Malaisie et Brunei Malaisie Birmanie Ethiopie République de Maurice Tanzanie Tanzanie Egypte Égypte Maroc Namibie Afrique du Sud Mauritanie Australie Australie Nouvelle-Zélande USA États fédérés de Micronésie République des Palaos Hémisphère Sud Israël Israël Jordanie Arabie Saoudite Turquie Turquie Yemen États-Unis États-Unis États-Unis États-Unis États-Unis États-Unis Guatemala Honduras Mexique Mexique Mexique Argentine Brésil, Guyane, Pérou, Chili Chili Colombie Colombie Équateur Pérou Pérou et Bolivie Pérou Pérou Bolivie Venezuela


ALBANIE Nom

Berat

District

Berat

Altitude

58 m

Pays

Coordonnées Caractéristique

Albanie

40°42′N 19°57′E Ville aux mille fenêtres

Berat se trouve dans le centre-Sud de l'Albanie, la ville est aussi connue comme « la ville aux milles fenêtres ». Réputée pour son architecture ottomane et ses maisons typiques, la ville dispose aussi de plusieurs musées de qualité. Avec ses nombreux sites archéologiques et historiques, Berat obtient le titre de « ville-musée » en 1961 et en 2008, et est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. Les habitants de différentes religions - musulmans, orthodoxes et bektachis – cohabitent et en visitant la ville, on peut découvrir l’Église SaintThéodore, la Cathédrale de la Dormition ou encore la Mosquée Rouge. De son climat méditerranéen, la période estivale est très chaude et les hivers sont froids. Le château de Berat est le monument le plus impressionnant de la ville. Sentinelle de la ville depuis environ 2 500 ans, il a été marqué par les différentes cultures et l’évolution de la ville. Brûlé sous l’Empire romain, il fut reconstruit et restauré au 18ème siècle. On peut aussi découvrir le musée des icônes Onufri qui rend hommage au peintre du même nom, ayant vécu au 16ème siècle. En plus des nombreuses peintures, ce lieu abrite des objets témoignant de la richesse artisanale de la ville. Sculpture du bois, maroquinerie, objets religieux … ont fait de Berat une véritable ruche. En plus des monuments historiques de la ville, n’oubliez pas de faire un détour par le Mont Tomor, haut de 2 416 mètres, c’est un lieu spirituel très important dans tout le pays mais aussi un parc national de 4 000 hectares riche de nombreuses espèces en voie de disparition. La rivière Osum qui traverse la ville et la rafraîchit pendant l’été offre de belles promenades aussi bien sur ses berges que pour les passionnés d’activités de sports en eau vive.

4


5


CROATIE Nom

Parc national des lacs de Plitvice

Pays

Croatie

Coordonnées

44°52′N 15°36′E

Comitats Altitude

Caractéristique

Lika-Senj 578,3 m

Plus grand parc national du pays

Plus d'un million de personnes visitent les Lacs de Plitvice chaque année, ce parc national abrite des lacs mondialement connus qui cascadent le long de paysages majestueux. Les lacs sont connectés les uns aux autres par des murs faits de mousse séculaire, de bactéries et d’algues. Les 16 lacs du parc inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO, ils sont reliés entre eux par une suite de 92 cascades. Petites promenades ou grandes randonnées, il existe de nombreux itinéraires pour découvrir ces paysages. Les pistes cyclables ou les balades en bateaux permettent aussi de découvrir les paysages féériques des lieux. Pour découvrir les lieux au mieux, il est conseillé de prévoir plusieurs jours, la meilleure période est entre mai et octobre car la fraicheur des lacs contraste avec la chaleur ambiante du pays. Plitvice est aussi un endroit de pèlerinage botanique, où les soucis de la vie urbaine sont laissés loin derrière. Situés dans une région montagneuse, le climat diffère selon le type de sol. Dans les forêts, on trouve principalement des hêtres ainsi que des sapins. Ces riches forêts attirent aussi les animaux qui y coulent une vie paisible et y sont protégés. La zone des lacs est prisée des scientifiques qui viennent y faire de nombreuses recherches et études aussi bien sur la faune que sur la flore. De nombreuses espèces endémiques sont protégées. En effet, le parc national abrite des espèces introuvables dans le reste de l’Europe. Dans la région, on trouve aussi de nombreux moulins et des scieries qui bénéficient de la force de l’eau pour leurs activités.

6


7


ITALIE

Nom Pays

Basilique Saint-Pierre du Vatican

Italie

Région

Rome

Coordonnées

41°54′N12°27'E

Province / État Altitude

Caractéristique

Cité du Vatican 138 m

La plus grande église du monde

Située au Vatican, à l'Ouest de la ville, elle est l'église principale du Catholicisme, son centre spirituel et aussi la plus grande du monde. Ce n'est pas la cathédrale de Rome puisque c'est Saint Jean de Latran qui assure cette fonction. La basilique est construite à l'emplacement du tombeau de Saint Pierre (le 1er évêque d'Antioche et de Rome, donc le premier pape), à proximité de l'ancien cirque de Néron dans lequel Saint Pierre fut supplicié ainsi que de nombreux chrétiens. C'est l'Empereur Constantin qui fait construire à cet emplacement une grande basilique à cinq nefs à partir de l'an 319. Cette basilique était déjà richement décorée et a été restaurée et agrandie à plusieurs reprises. Au 17ème siècle, les Papes, pour des raisons politiques, s'installent à Avignon avec toute leur cour. À leur retour, un siècle plus tard, la papauté quitte le palais du Latran (en ruine) et s'installe au Vatican. Où ils commencèrent la reconstruction complète de la basilique en ruine. La construction dura plus d'un siècle et les plus grands architectes et artistes de la renaissance se succèdent tels que Raphaël, Perruzzi, MichelAnge qui réalisa la grande coupole, Vignole, Giacomo della Porta... Et finalement le Bernin (qui était en charge de la construction de deux clochers, mais le premier s'effondra suite à une erreur de calcul… La basilique Saint Pierre n'a donc pas de clocher !). Les travaux continuèrent jusqu'au 18ème siècle. On accède à la basilique depuis la place Saint Pierre, où l’on découvre les fameux Gardes Suisses, encore habillés de leur costume dessiné au XVIème siècle, selon la légende, par Michel-Ange et qui veillent sur le Pape depuis cette époque. L'intérieur de la basilique Saint Pierre est impressionnant, grandiose, monumental… La décoration est d'une très grande richesse, de style baroque. Le sol et les murs sont couverts de marbres polychromes. Quatre piliers monumentaux, situés de chaque côté séparent les 3 nefs. Des médaillons représentant les différents papes. La gigantesque coupole conçue par Michel Ange porte la mention en latin "Tu es Pierre et sur cette Pierre je bâtirai mon église et je te donnerai les clefs du royaume des cieux". Elle est accessible par des couloirs très étroits, bas de plafond, et une fois engagé, impossible de rebrousser chemin… À mi-parcours, la vue sur la coupole du côté intérieur est impressionnante. Du dôme, la vue sur la ville est magnifique ! Les grottes vaticanes peuvent être visitées, elles correspondent à la crypte où sont enterrés de nombreux papes, dont Jean Paul II. Par son architecture, sa beauté et sa richesse c’est l'une des étapes incontournables de Rome.

8


11


ITALIE

Nom Pays

Basilique de Saint-Vital

Italie

Région

Émilie-Romagne

Coordonnées

44°42′N12°196'E

Province / État Altitude

Caractéristique

Ravenne 4m

Splendeur de sa chapelle

en mosaïques byzantines.

C’est l’un des monuments les plus importants de l’art paléochrétien en Italie, surtout pour la beauté de ses mosaïques. Fondée par Giuliano Argentario sur ordre de l’évêque Ecclesio, la basilique à l'architecture octogonale fut consacrée en 548 ap. J-C. par l’archevêque Massimiano. L’influence orientale, typique des monuments de Ravenne, est la dominante dans cette église, car elle mêle des éléments occidentaux et orientaux. La basilique est dotée d’une structure centrale de forme octogonale, surmontée d’une coupole, reposant sur huit piliers et arches. La coupole et la grande niche furent peintes par les bolognais Barozzi et Gandolfi et le vénitien Guarana. En entrant dans la Basilique Saint-Vital, notre regard se porte sur sa hauteur, sur ses merveilleuses décorations de l’abside et sur ses fresques baroques habillant la coupole. Les yeux levés vers le ciel, ne loupons pas les petits éléments discrets mais tout aussi précieux à admirer. Dans le chœur, juste en face de l’autel, sur un côté du carrelage octogonal est dessiné un labyrinthe. Des petites flèches partent de son centre et, à travers un parcours tortueux, se dirigent vers le centre de la Basilique. Au début de la chrétienté, le labyrinthe symbolisait le péché et le parcours vers la purification. Trouver la sortie du labyrinthe est un signe de renaissance. Une fois ce parcours complété sur le dallage de Saint-Vital, en se rapprochant de l’autel, on peut admirer des mosaïques qui sont parmi les plus belles de la chrétienté. Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

10


13


12


Nom

GRÈCE

Monastères des Météores

Pays

Grèce

Coordonnées

39°42′N 21°37′E

Caractéristique

Monastères chrétiens orthodoxes

Périphérie

Altitude

Thessalie

400,2 m

Le nom « Météore », qui signifie « suspendu au ciel », n’est pas une surprise pour ce groupement de monastères. Les monastères trônent ici au sommet de pitons rocheux et sont une des plus belles curiosités de la région. En Grèce centrale, près du village de Kalambaka, on aperçoit de hautes montagnes avec à leur sommet d’étroits plateaux plats, surmontés de monastères. Ces lieux de prière et de recueil servaient aussi de refuge aux villageois alentours lors des invasions. Au fur et à mesure désertés, de nombreux monastères et dépendances furent aussi détruits lors des guerres et invasions. De nos jours, 7 sont en activité mais seulement 6 sont ouverts au public. Autrefois accessibles uniquement avec des échelles de corde et par un réseau de paniers, on y monte aujourd’hui grâce à des escaliers. Le Grand Météore, est le monastère le plus important, le plus grand en superficie mais aussi le plus haut. On y accède par un escalier taillé dans la roche de 150 hautes marches. On y découvre une église avec de riches fresques peintes sur les murs et les plafonds. Le monastère Varlaam surplombe une gorge incroyable qui offre une vue sur toute la vallée. Le monastère d’Agios Stéphanos possède deux magnifiques églises, c’est le plus visité car il est très facile d’accès. Le monastère de la Sainte Trinité est celui qui a la montée la plus spectaculaire. Le monastère d’Agios Nikolaos est le plus difficile d’accès, on y trouve encore les anciens filets qui aidaient à y monter les objets. Le monastère Roussanou ou monastère de Sainte Barbara a été fondé en 1388 et est devenu en 1545 un monastère de nones. Il est accessible grâce à une passerelle suspendue dans le vide. Tout autour des monastères, on peut aujourd’hui pratiquer des activités de plein air comme la randonnée, le VTT ou encore l’escalade. Ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO est un haut lieu de pèlerinage et les touristes viennent aussi y découvrir les particularités de chaque monastère.

13


14


GRÉCE

Nom

Mont Athos

Périphérie

Macédoine

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Grèce

40°09′N 24°19′E 2 033 m

Organisée en République

monastique

Le Mont Athos, aussi appelé « la Sainte Montagne » Est habité depuis l'Antiquité. La montagne et sa péninsule sont une région qui disposent d’une grande autonomie dans la République Hellénique. Connue officiellement comme « République monastique du Mont-Athos », avec ses 20 monastères orthodoxes, qui sont sous la seule responsabilité de l’archevêque de Constantinople et patriarche œcuménique, on dit de ces monastères qu’ils sont « exempts ou stauropégiaques ». Actuellement, les monastères abritent environ 1 400 moines de différentes nationalités. Grecs, Bulgares, Russes ou encore Roumains se côtoient et prient en unité. Le site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988, est aussi un haut lieu artistique, surtout de peinture. De nombreux livres rares, des peintures murales d’exception, des icônes ou encore des broderies sont conservés dans chacun des monastères. Le Mont Athos est un lieu de retraite interdit aux femmes et aux enfants. L’accès est réglementé et contrôlé avec un laissez-passer qu’il faut retirer au bureau des pèlerins d’Ouranopoli. La légende veut que cette règle rédigée vers 1045 trouverai son origine lorsque la Vierge Marie eu trouvé repos dans un des ports du Mont. Éblouie par la beauté des lieux, elle demande à Dieu la montagne en présent. La voix de Dieu se fit entendre en déclarant : « que ce lieu soit ta terre et ton paradis. » Depuis, le Mont Athos est considéré comme « le jardin de la Vierge Marie », et toutes les femmes y sont interdites d’accès. Pour accéder aux monastères, il faut prendre le bateau car l’accès ne se fait que par la mer. L’ensemble du site couvre plus de 33 000 hectares. L’agriculture est traditionnelle et la vie en accord avec la nature et ce qu’elle offre. La faune et la flore y sont respectées et les différents matériaux et produits utilisés sont respectueux de l’environnement et des normes écologiques. Il existe plusieurs types d’habitations et de dépendances autour des monastères. Les activités agricoles occupent une partie importante du quotidien des moines. Ils s’occupent des champs ainsi que des animaux grâce auxquels ils se nourrissent principalement. Très autonomes, les monastères produisent eux-mêmes leur énergie grâce aux énergies renouvelables principalement ou à des groupes électrogènes. Le Mont Athos n’est pas un lieu touristique mais il accueille les pèlerins en quête de calme et de repos. Contre le gîte et le couvert, il suffira de participer à la vie du monastère en mettant ses connaissances au service de la communauté.

15


ESPAGNE Nom

Puente Nuevo (Pont Neuf) de Ronda

Communauté

Andalousie

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Espagne

36°44′N 5°9′W

98 m pour le Pont Neuf et 739 m pour la ville Héberge un musée

Le stupéfiant Puente Nuevo (Pont Neuf) est le plus récent des trois ponts qui relie les différentes rives de la ville de Ronda. Située dans le Sud de l'Espagne, la ville bénéficie d’une architecture typique et domine les gorges du El Tajo. Construit entre 1751 et 1793, ce pont est un chef-d'œuvre qui obligea les ouvriers à une extrême prudence. La hauteur du pont, 98 mètres, obligeait en effet à être toujours concentré pour éviter le moindre faux pas. L’arche centrale du pont cachait une chambre qui a souvent servie de prison. De nos jours, le pont abrite un musée qui retrace son histoire. Lorsque l’on se trouve sur le pont, une sensation de hauteur, la sérénité dégagée par le paysage et la vue s’emparent du visiteur. Deux autres ponts plus petits, franchissent la rivière du Guadalevin, le Pont San Miguel et le Vieux Pont. Ces ponts construits en pierre offrent de belles couleurs et se confondent avec les falaises environnantes. Les murailles de la ville furent modifiées et renforcées sous Charles Quint et plusieurs édifices défensifs construits. Longtemps sous domination arabe, cette ville d’origine Celte connue sous le nom de Arunda, puis devenue Romaine, est devenue arabe à partir de l'an 711 et devint pour près de 5 siècles la capitale du Royaume de Ronda (Taïfa). La période islamique marque d’une façon étonnante cette contrée car elle y laissa un héritage culturel conséquent dans l’urbanisme, la gastronomie, les traditions et la culture des champs entre autres. Ronda prend alors tout son essor en tant que ville et devient la capitale de las Kuras (provinces) qui divisaient l’Al-Andalus ; Ronda devint également un royaume indépendant (parmi les royaumes de « taifas ») après la désarticulation du califat de Cordoue. De cette époque ont été conservés dans la ville la Porte de Almocobar, les murailles de la Cijara, les Bains, l’Alminar de San Sebastián et la Muraille de la Albacara, parmi d’autres. Une fois les terres reconquises par les Rois Catholiques en 1485, la ville subit de profondes transformations économiques et culturelles que nous retrouvons encore actuellement dans la physionomie de la structure urbaine : ouverture de places auparavant inexistantes, élargissement des rues etc... À partir de cette date, les chrétiens font construire de nouveaux bâtiments qui viennent s’ajouter au patrimoine déjà riche de Ronda : Le Palais de Mondragón, de nombreuses églises comme celles de Santa María la Mayor, Espíritu Santo, Santa Cecilia, Padre Jesús... etc.), et des couvents (de la Merced, San Francisco…), la petite chapelle de la Virgen de los Dolores ou l’ermitage creusé dans la roche et consacré à la Virgen de la Cabeza. D’ailleurs, on peut affirmer que le visage de la ville est purement arabe avec des verroteries style renaissance et baroque qui se fondent parfaitement avec le mystère intrinsèque et caché des origines de la vieille ville. La ville aussi connue pour son arène et l’art de la corrida, qui passionne toute l’Andalousie a attiré de nombreux artistes. Orson Welles ou encore Ernest Hemingway ont séjourné au cœur de la ville et s’en sont inspirés dans leurs œuvres. Les arènes de la ville sont parmi les plus anciennes du pays et la corrida moderne y est née. L’architecte qui dessina les arènes a aussi conçu Puente Nuevo.

16


17


18


Nom

ESPAGNE Chemin de

Saint-Jacques-de-Compostelle

Pays

Espagne / France

Caractéristique

Chemin de pèlerinage

Coordonnées

42°27′N 5°52′W

chrétien

Riche d’une grande histoire, les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle traversent plusieurs pays à travers toute l’Europe. Plus de 12 chemins sont répertoriés pour rejoindre la cathédrale de Saint-Jacquesde-Compostelle afin de se recueillir sur la tombe de l’apôtre Saint Jacques le Majeur. Une fois arrivé à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, le pèlerin touche son but en de dirigeant vers la crypte située sous l’autel majeur de la basilique, qui est censée abriter ses reliques. Depuis l’origine du Moyen Âge, le « Camino de Santiago », les pèlerins ont emprunté les routes utilisées par les autres voyageurs. c’est à partir du 19ème siècle que le recueil « Codex Calixtinus » a répandu la notion des « quatre chemins qui vont à Saint-Jacques-de-Compostelle ». Sommairement décris, ces chemins portent le nom des villes qu’ils traversent. Grâce à différentes archives, les spécialistes ont découvert qu’une grande partie de la route d’origine était encore exploitée aujourd’hui. Ces chemins, véritables lieux d’échanges et carrefours des savoirs ont favorisé la culture et le commerce. Tout au long de leur route, les pèlerins recevaient le gîte et le couvert dans les différents lieux étapes. Hôpitaux, églises, auberges ou encore monastères ont hébergé les voyageurs dans leur quête spirituelle. Les différents monuments rencontrés sont le témoignage de l’influence de la foi sur toutes les classes sociales dans les divers pays européens. Le Camino Francés relie depuis le Moyen Âge l’Europe et le Nord de l’Espagne. Il tient son nom des pèlerins venus de l’autre côté des Pyrénées et de l’installation de nombreux Francs le long du chemin. Son histoire, avec ses implications politiques, religieuses et commerciales, a façonné le tracé et les villes. Les multiples ponts et monastères qui jalonnent l’itinéraire témoignent d’un passé prestigieux. La voie navarraise et la voie aragonaise fusionnent aux abords de Puente la Reina. Les pèlerins traversent le beau pont de pierre qui cambe la rivière Arga et filent plein Ouest avec Compostelle en ligne de mire. Il fut un temps où l’itinéraire n’était pas vraiment défini. c’est au XIème siècle que Sanche III le Grand, Roi de Pampelune, incite les voyageurs à emprunter le tracé que l’on connaît aujourd’hui. La plupart d’entre eux arrivent du Nord des Pyrénées. La voie est alors baptisée iter francorum, ou Camino francés. En un siècle à peine les péages sont supprimés, le chemin est aménagé et des hôpitaux fleurissent dans les cités traversées. De la Navarre on passe à la Rioja. Viennent ensuite les paysages pelés de Castille qui s’étirent jusqu’aux premières collines verdoyantes de la Galice. Logroño, Burgos, Frómista, Portomarin… Les églises, cathédrales, ponts et monastères se succèdent sur les 688 kilomètres de cette voie royale qui mène aux reliques de Saint-Jacques. Ce « paysage culturel linéaire continu, qui va des cols des Pyrénées à la ville de Compostelle, « est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1993. Les randonneurs les plus intrépides, eux, ne s’arrêtent pas là. 90 petits kilomètres relient la Cité sainte à la pointe occidentale de l’Espagne continentale. Une récente tradition veut que chaque pèlerin abandonne ses chaussures face à la mer, sur le haut des falaises du cap Finisterre.

19


20


Nom

FRANCE

Abbaye Notre-Dame de Sénanque

Pays

France

Département

Provence

Altitude

373 m

Région

Coordonnées

Provence-Alpes-Côte d'Azur

43°55′42″N 5°11′13″E

Caractéristique Monastère cistercien fondé en 1148 L'Abbaye Notre-Dame de Sénanque mêle les racines du passé spirituel de la France avec la beauté de la campagne et la vallée de la Provence. L’abbaye est une des trois premières abbayes de l’ordre cistercien qui compose « les trois sœurs provençales ». Les abbayes de Sénanque, du Thoronet et de Silvacane sont trois merveilles de l’art Roman qui ont été bâties selon la règle dite « de l’ordre de Cîteaux » qui prônait la pauvreté matérielle et la simplicité de vie. Lors des guerres de religion, les monastères de la région sont vandalisés et les moines chassés. Après diverses infortunes, ce n’est qu’au début du 20ème siècle que grâce au mécénat, une petite communauté de moines reprendront leur activité au sein de l’abbaye puis en 1988, une nouvelle communauté de moines vient de Lérins pour s’installer. Aujourd’hui, ces moines cultivent la lavande et produisent du miel. Ils accueillent aussi les fidèles pour des retraites spirituelles. L’abbatiale est de style roman, construite en calcaire, on peut de nos jours visiter une partie des pièces datant du 12ème siècle. L’orientation de l’abbaye est peu commune car elle est tournée vers le Nord pour rester dans le sens de la vallée. Les toitures de lauzes traditionnelles et très résistantes protègent des intempéries tout l’édifice. Le petit clocher carré brille par sa sobriété typique des monuments d’architecture romane. La vie des moines varie entre temps de prières, lectures et travail dans l’abbaye. Lors de la visite des lieux, vous pourrez découvrir le dortoir des moines, l’église abbatiale, le cloître, le chauffoir ainsi que la salle du chapitre. Typique de la région, la culture du lavandin permet aux moines de s’insérer dans la société avec la vente de leur récolte. La plante fleurie en juin et les moines la récoltent en juillet avant de la distiller pour produire l’huile essentielle de lavandin.

21


22


Nom

FRANCE

Pays

Région

Étretat France

Normandie

Province / État Seine-Maritime Coordonnées

Altitude

49°43′N 0°13'E

102 m

Caractéristique Ses falaises ont inspiré Monet et les impressionnistes.

Naguère modeste village de pêcheurs, Étretat est devenue une station balnéaire de renom. L'aspect extraordinaire et monumental de ses falaises de craie blanche presque immaculée et ses plages de galets grisâtres en ont fait un des lieux du tourisme international. L'histoire d'Étretat a toujours été imprégnée par une présence de l'esprit marin 140 km de falaises crayeuses comprises entre l’Estuaire de la Seine et celui de la Somme. C'est à Étretat que ces falaises sont les plus pittoresques : elles surprennent par leur verticalité et confrontent à une beauté sauvage et un peu austère. La Porte d'Aval, immense arcade de silex, a été creusée par les vagues en battant l'extrémité de la falaise. L'aiguille, haute de 51 m est un témoin du passé géologique des falaises d'Étretat. A-t-elle abrité le trésor des Rois de France découvert par Arsène Lupin, comme le raconte le roman de Maurice Leblanc L'aiguille Creuse ? Étretat est devenue une station balnéaire recherchée pendant près d’un siècle et demi. Nombreux sont les écrivains à y avoir séjourné comme Guy de Maupassant. Il choisit ce lieu comme cadre de plusieurs des "Contes et Nouvelles". Gustave Flaubert, Victor Hugo, André Gide y ont également passé du temps. Plus près de nous, Maurice Leblanc, l'auteur du célèbre Arsène Lupin y a même sa maison Guy de Maupassant prétendait qu'un navire aurait pu passer dessous la Manneporte toutes voiles dehors. Au pied de la Manneporte, une vaste salle circulaire appelée Le Petit Port abrite des talus verdoyants arrosés par de petites fontaines dont les eaux froides tombent en cascade : les Pisseuses. Comment ne pas rendre hommage au sens aigu de l'observation de Maupassant qui dans "Une vie" compare l'arche d'Aval à un éléphant trempant sa trompe dans la mer ? Tout y est : la trompe, la tête et ses oreilles, les membres antérieurs et postérieurs et même un palanquin de Maharadjah sur son dos ! La Courtine est l'épaisse muraille qui se dresse face à nous et avance dans la mer. Un accès y a été creusé vers la plage du Tilleul. La Falaise d'Amont se trouve de l'autre côté de la plage et s'appelait il y a moins d'un siècle encore la Falaise du Blanc-Trait, du fait de la blancheur de la craie visible du large à grande distance. Au bout de la plage, s'élève la très surprenante Aiguille de Belval qui parait tenir debout par un prodige d'équilibre. La Roche de Vaudieu, refuge des guillemots, ressemble à un grand pan de mur resté seul debout au milieu des ruines. Le site est très connu dans le monde en particulier grâce à Claude Monet qui le découvre dès l'hiver 1868-1869. Séduit par l'aspect pittoresque du lieu, l'artiste y revient ensuite chaque année de 1883 à 1886. En tout, il a peint une cinquantaine de toiles par tous les temps, à différents moments de la journée, pour saisir l'instant, l'impression et la luminosité changeante au fil des heures. Monet n'a pas été le seul à s'intéresser à ce lieu. Gustave Courbet (La falaise d'Étretat après l'orage en 1870), Barthold Jongkind, (Port d'Étretat en 1852), Camille Corot (La plage, Étretat en 1872), Eugène Isabey (Rochers d'Étretat en 1851 ou 1857), Eugène Delacroix (Étretat, la roche percée en 1838) et Eugène Boudin (Étretat, la falaise Amont en 1896) ont tous immortalisé la magie des lieux. Village méconnu autrefois tourné vers la pêche, Étretat est devenue au fil des siècles, très connue après avoir accueilli tant d'artistes illustres. Le site des falaises d'Étretat est classé dans le programme des Opérations Grands Sites (OGS), piloté par le ministère de l'Écologie et du Développement durable.

23


FRANCE Nom

Saint-Michel d'Aiguilhe

Pays

France

Province / État

Aiguilhe

Région

Le Puy-en-Velay

Coordonnées

45°3′N3°52'E

Caractéristique

Véritable joyau de l’art roman

Altitude

85 m

Situé au nord de la ville du Puy-en-Velay et point de départ et de retour de la « Via Podiensis » vers Saint-Jacques de Compostelle en Espagne, Aiguilhe est un site exceptionnel. Le rocher d’Aiguilhe, appelé "cheminée de volcan", tire son nom de la forme effilée de son profil. Sa hauteur est de 82 m. La chapelle construite au sommet date du 10ème siècle. Son fin clocher, en forme de minaret, semble prolonger le doigt rocheux. On y accède par un escalier de 268 marches. En 950 - 951, Gothescalk, évêque du Puy, prend la tête du premier pèlerinage français à Saint-Jacques de Compostelle. À son retour, une chapelle dédiée à Saint-Michel est édifiée sur le rocher volcanique d’Aiguilhe. Elle est terminée en 962 et inaugurée le 18 juillet. A l’image du Mont Saint-Michel, la Chapelle Saint-Michel est positionnée au sommet d’une aiguille de lave ! Véritable rencontre entre la nature et l’homme. Parmi les pièces du trésor, découvert en 1955 au moment de la restauration de l’autel, un magnifique Christ reliquaire qui semble être l’œuvre d’une école espagnole du 10ème siècle, et un coffret en ivoire byzantin du 13ème siècle. La Chapelle Saint-Michel, est d’inspiration orientale avec son portail trilobé (en forme de trèfle), son gracieux décor d’arabesques, ses mosaïques de pierres noires, grise, blanches. À l’intérieur, le plan, très irrégulier, épouse les contours du rocher. La complexité du système de voûtes témoigne l’art avec lequel les architectes ont su tirer parti du terrain. Les colonnettes, qui dessinent comme un déambulatoire autour d’une courte nef, sont surmontées de chapiteaux sculptés. La voûte de la petite abside (partie derrière le choeur) est décorée de peintures murales du 10ème siècle. A droite, une vitrine abrite des objets d’art trouvés sous l’autel en 1955. Un chemin de ronde contourne la chapelle, d’où l’on domine, à l’Est, le vieux pont qui enjambe la Borne.

24


29


FRANCE Nom

Lourdes

Région

Occitanie

Pays

Département Coordonnées Altitude

Caractéristique

France

Hautes-Pyrénées

43°06′N 0°03′W

420 m

Lieu de pèlerinage

Le Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes attire les pèlerins catholiques du monde entier dans un lieu empli de sérénité. Le Sanctuaire est composé de différents lieux qui s’étendent sur 52 hectares. Ouverts toute l’année aux visiteurs, les différents lieux de culte célèbrent les messes dans toutes les langues pour que tous les fidèles puissent se recueillir. La Grotte de Massabielle, surnommée « Grotte des apparitions », est un lieu incontournable où serait apparue la Vierge à Bernadette Soubirous en 1858. Les eaux de la grotte sont considérées dans le monde entier comme miraculeuses. Selon Bernadette Soubirous, la Vierge aurait dit « Venez boire à la fontaine et vous y laver ». Depuis, les pèlerins boivent cette eau et s’y soignent aux piscines. Le domaine compte trois grandes basiliques ainsi qu’une église. La Basilique de l’Immaculée Conception est construite au-dessus de la grotte, elle peut accueillir plus de 700 fidèles lors des célébrations. De style néogothique, on y trouve de somptueux vitraux représentant l’histoire de Marie. Avec l’affluence continue de pèlerins, une autre basilique a été construite. La Basilique du Rosaire de style romanobyzantin peut accueillir 1 500 fidèles, elle est décorée de magnifiques mosaïques. Les sept artistes ayant travaillé sur les mosaïques ont ainsi décoré les quinze chapelles rayonnantes autour du chœur. Tout au long des années, le flot de pèlerins ne cessant de grossir, une troisième basilique a vu le jour dans les années 60. La Basilique Saint-Pie-X est construite en souterrain, elle est la plus grande crypte au monde, elle couvre une superficie de 12 000 m2 et peut accueillir 25 000 pèlerins. Cet ouvrage en béton possède deux larges entrées pour faciliter l’accès au grand nombre de pèlerins. Le 25 mars 1988, 130 ans exactement après l’apparition de la Vierge et afin de permettre aux évêques de se réunir, une église a été construite, Sainte-Bernadette de Lourdes. Contrairement aux basiliques, elle a été construite sur la rive droite du Gave.

26


27


FRANCE Nom

Notre-Dame de Paris

Région

Île-de-France

Pays

Département Coordonnées Altitude

Caractéristique

France Paris

48°51′N 2°20′ E 33,3 m

Cathédrale catholique

Connue comme l’un des bâtiments religieux les plus grands et les plus visités dans le monde, la Cathédrale Notre-Dame de Paris est un trésor de l’architecture gothique. Des visiteurs du monde entier se pressent sur l’esplanade pour admirer la façade de 63 mètres de hauteur. La simplicité de la façade brille par une grande rosace de 9.60 mètres de diamètre et les 28 statues de la galerie des rois. Plus de 2 000 célébrations ont lieu dans la cathédrale chaque année. La cathédrale abrite de nombreux trésors aussi bien architecturaux que des reliques chrétiennes. Les pièces les plus connues sont le reliquaire de la Sainte Couronne d’épines, une relique de saint Denis ainsi qu’une autre relique de sainte Geneviève. Notre-Dame de Paris abrite trois orgues qui participent au rayonnement spirituel de l’édifice lors des offices. Grâce à Victor Hugo, dont le titre Notre-Dame de Paris est son plus célèbre roman, la cathédrale devient un personnage à part entière. Hugo cherche à attirer l’attention des français et à partager l’indignation quant à l’état piteux dans lequel se trouve le monument à l’époque. La Crypte archéologique du parvis Notre-Dame, abrite des vestiges illustrant l’évolution de la ville. Mis à jour par des fouilles dans les années 70, ces témoignages des différentes époques urbaines qu’a connue la ville de Paris font partie d’un musée, crée en 1980. Des vestiges de thermes de l’époque gallo-romaine côtoient ainsi des fondations du Moyen Âge et le tracé des égouts datant du 19ème siècle. 1163 est la date retenue pour la pose de la première pierre de Notre-Dame de Paris, en présence du Pape Alexandre III. Le 31 mai 1864, Mgr Darboy, archevêque de Paris, la dédicace de la cathédrale est célébrée. Aujourd'hui, le toit de la sacristie héberge une ruche afin de favoriser la préservation de la biodiversité. La proximité avec le square Jean XXIII offre ainsi aux abeilles de quoi butiner durant toute la période de floraison.

28


29


30


Nom

FRANCE Le Mont-Saint-Michel

Pays

France

Département

Manche

Altitude

44,4 m

Région

Coordonnées

Normandie 48°38′N 1°30′W

Caractéristique Abbaye classée Depuis l'Antiquité, le Mont-Saint-Michel et sa baie dominent les côtes de la Normandie. L’îlot et la baie sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’abbaye du Mont-Saint-Michel et le village abrité par ses murailles ont su s’adapter à cet environnement difficile. Le culte de Saint-Michel est introduit en 708 sur le Mont par une grande abbaye et un monastère. Après ont été construits à partir du 10ème siècle alors que les lieux sont devenus l’un des plus grands centres de pèlerinage médiéval. Afin de protéger ces lieux de culte, des fortifications ont été érigées. Après la Révolution, l’abbaye est transformée en prison. Même si l’îlot est alors sauvé de la destruction, il ne sera pas entretenu et sera presque abandonné en 1790. En 1874, l’abbaye est classée monument historique. En 1974, une fastidieuse reconstruction est lancée suite à l’inscription de l’abbaye aux monuments historiques. Pour faciliter l’acheminement des matériaux, une route sera construite. Cette route franchissable seulement à marée basse, permet aujourd’hui aux visiteurs de se rendre facilement sur le Mont-Saint-Michel. De nos jours, la commune compte une quarantaine de résidants. Au Moyen Âge, entre 300 et 400 habitants résidaient sur l’îlot. Pendant l’été, le nombre de touristes par jour peut aller jusqu’à 20 000. Le Mont est un des monuments les plus visités de France. Ainsi chaque année, plus de 2 millions de visiteurs viennent découvrir ce lieu hors-norme. Pour continuer à faire vivre cette abbaye, de nombreuses manifestations culturelles y sont organisées. Les religieux présents actuellement au cœur de l’abbaye sont issus des Fraternités monastiques de Jérusalem. Chaque jour, les nonnes et les moines se réunissent pour prier et accueillir les pèlerins. La baie du Mont-Saint-Michel est le théâtre des plus grandes marées d’Europe et permet de découvrir de sublimes paysages grâce à de nombreuses promenades… mais attention à la montée rapide des eaux!


FRANCE Nom

Rocamadour

Région

Occitanie

Pays

Département Coordonnées Altitude

Caractéristique

France Lot

44°48′N 1°37′E 241,8 m

Cité médiévale

La nuit, la cité médiévale de Rocamadour illumine la vallée de la Dordogne qu’elle domine. Cette ville sacrée est accrochée à la falaise en une suite de maisons et de chapelles. La ville est construite en étages qui représentaient alors les trois ordres de la société au Moyen Âge. La basilique Saint-Sauveur et la crypte de Saint-Amadour sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre de l’inscription des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Cachée dans la Chapelle Notre-Dame, on prête la réalisation de miracles à la statue de la Vierge Noire. Sculptée dans un bois noir duquel elle tire son nom, la vierge entendrait les prières que lui confient les pèlerins et les exaucerait. Plusieurs autres chapelles furent construites dans la cité, qui prit alors une dimension sacrée dans toute l’Europe. Le grand escalier qu’il faut gravir pour atteindre l’esplanade de la basilique et de la crypte, représentant le lien avec l’ascension spirituelle a rapidement captivé les curieux. La cité est dominée par le palais des Évêques de Tulle. On y découvre un belvédère qui permet d’admirer toute la vallée. Les pèlerins furent attirés vers la cité par ces miracles mais aussi par la sérénité de ses paysages. La ville de Rocamadour est riche d’un patrimoine naturel diversifié. Les grottes alentours comme la grotte des Merveilles et ses peintures préhistoriques, le canyon de l’Alzou, le gouffre du Saut de la Pucelle et les nombreux Dolmen en font un endroit empli de secrets. Le rocamadour est aussi un fromage d’appellation d’origine contrôlée originaire de la vallée.

33


BULGARIE Nom Pays

Coordonnées

Caractéristique

Le Rila

Bulgarie

42°06′N 23°33′E

Massif montagneux et Parc national

Située dans le Sud-Ouest de la Bulgarie, la montagne de Rila est la plus haute en Bulgarie mais aussi sur la péninsule des Balkans. Elle est délimitée par les vallées des rivières Iskar, Djerman, Strouma, Mesta et Maritza. Les grandes villes qui se sont développées dans son ombre sont Blagoevgrad, Doupntiza et Samokov. Les lacs glaciaires et les sources chaudes abondent aussi dans cette chaîne, il y en a environ 200. Le plus haut point du massif est le pic Musala qui s’élève à 2 925 mètres. Le Rila est très apprécié des amateurs de grands espaces pour faire de superbes randonnées mais aussi de découvrir de magnifiques endroits bien cachés. Plus de 120 itinéraires de randonnées sont balisés. Le monastère de Rila est un des trésors du massif et le plus grand monastère orthodoxe en Bulgarie, le site majeur du patrimoine culturel et historique bulgare. Fondé au 10ème siècle, le monastère de Rila est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Caractérisé par son style de la Renaissance bulgare, il a joué un rôle très important dans la vie sociale et spirituelle du pays. Les sculptures sur bois ainsi que les peintures murales sont précieusement conservées. Le monastère est un haut lieu de la culture et des arts qui depuis la période médiévale jusqu’à aujourd’hui a protégé la foi et les habitants. Le monastère préserve une collection de manuscrits d’une grande valeur pour tout le pays, copies du testament de Saint Ivan de Rila, évangiles divers… La faune et la flore sont très riches et variées dans tout le massif. Une grande partie du territoire est compris dans le parc national de Rila. Les riches forêts procurent aux animaux un bel abris et des lieux paisibles pour se développer. De nombreuses plantes médicinales et plantes comestibles sont bien cachées dans le Rila. La région est aussi riche en production et transformation de bois et avec les nombreux lacs.

36


37


RÉPUBLIQUE TCHÈQUE Nom

Velehrad

Région

Zlín

Pays

République Tchèque

Province / État

Uherské Hradiště

Altitude

221,6 m

Coordonnées

Caractéristique

49°06′N 17°23′E

Monastère cistercien

Le village de Velehrad est une petite commune de République tchèque mais très importante spirituellement. Désignée capitale de Moravie entre les 9ème et 13ème siècles, le village est resté important dans la tradition populaire. Le monastère de Velehrad, et plus particulièrement sa basilique, sont le centre spirituel de la République Tchèque. C’est ici qu’a commencé à s’écrire l’histoire millénaire du christianisme dans cette partie de l’Europe, et chaque année ont lieu sur ce site les Pèlerinages nationaux auxquels participent des dizaines de milliers de personnes. De plus, en 2018, on fêtera les 1155 ans de la venue des apôtres des Slaves, Cyrille et Méthode. Le premier couvent cistercien du pays y est fondé, il prendra le nom de monastère de Welgrad. Les cisterciens ont une grande autorité spirituelle. Leur ordre est fondé sur la paix intérieure et un style dépouillé comme le montre l’architecture ou encore l’art. Le travail manuel est mis en avant avec l’exploitation des terres et l’entretien des bâtiments. La subsistance par son travail et l’entretien du logement mis à sa disposition est valorisé. Le monastère de Velehrad a été fondé au 13ème siècle au pied de la chaîne de montagnes Chřiby. La basilique Saint-Cyrille-et-Saint-Méthode est construite, avec ses cinq nefs et son style entre art roman et gothique, elle était à l’époque la plus grande église du pays. Il a reçu son apparence baroque actuelle suite à une reconstruction après l’incendie de 1681. L’élément le plus important du domaine du monastère est la basilique de la Vierge-Marie-de-l’Assomption et de Saints-Cyrille-et-Méthode, qui est l’église de pèlerinage la plus importante de République Tchèque. La basilique de Velehrad est aussi devenue, en 1990, un lieu de visite du pape Jean-Paul II. En juillet, Velehrad est le lieu où se déroule le Pélerinage national annuel organisé à l’occasion de la Saints-Cyrille-et-Méthode. Ces frères de Thessalonique sont arrivés en Grande Moravie en 863 à la demande de Rostislav, deuxième prince de Grande Moravie, sanctifié plus tard. Pour que leur mission de propagation du christianisme réussisse, ils ont établi des offices en langue slave pour lesquels Constantin a créé une écriture propre. Les deux missionnaires ont donc joué un rôle essentiel dans le développement de l’érudition dans cette partie de l’Europe. Toute la région de la Moravie orientale est imprégnée de traditions chrétiennes toujours vivantes. Les pèlerins y trouveront des traces de la vie spirituelle à chaque pas. Et cela qu’il s’agisse de croix près des sentiers, chemins de croix ou basiliques sur des sites comme celui de Svatý Hostýn. Les fidèles cheminent chaque année des dizaines voire des centaines de kilomètres de toute la République Tchèque en suivant les itinéraires de pèlerinage de Moravie orientale, et leur prière dans la basilique de Velehrad marque le digne achèvement de leur chemin.

38


39


RÉPUBLIQUE TCHÈQUE Nom

Synagogue espagnole

Région

Boheme-Centrale

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

République Tchèque Prague

50°09′N14°42'E

399 m

Construite dans un style mauresque espagnol.

Dans le quartier Juif, cette synagogue offre un bel exemple d’architecture d’inspiration arabo-andalouse rehaussée d’une splendide décoration. Construite en 1868 dans le quartier juif, elle est le symbole de la communauté juive tchèque emancipée. Après des années d'oppression, c'est en 1848 que les juifs obtiennent les droits de citoyens et cela sera seulement en 1867 que ces droits seront inscrits. Puis, la synagogue se construit l’année d’après. Elle se trouve à l’ancien emplacement de la plus vieille synagogue de Prague La Veille école détruite en 1897. Fermée au public pendant 20 ans en raison de sa reconstruction, elle a ouvert ses portes en 1998 pour son 130ème anniversaire. Le bâtiment est constitué d’une pièce centrale de forme carrée surmontée d’une coupole. De trois côtés, des galeries s’ouvrent sur la nef principale. La Synagogue est richement et superbement décorée, vitraux bariolés, motifs orientaux stylisés et ors éclatants : c'est la plus belle synagogue du quartier juif de Prague ! Les arabesques en stuc doré et les motifs orientaux se répètent sur les murs ainsi que dans les gravures des portes, dans les ornements des balustrades et dans deux des galeries. Il faut admirer l‘immense coupole dorée et les vitraux colorés. Vous pourrez y admirer une partie de l’exposition historique du Musée juif, qui complète celle de la Synagogue Maisel. Le trésor en argent des synagogues de Bohême et Moravie attirera en particulier votre attention. Il contient plus de six mille pièces, oeuvres de treize générations d’orfèvres d’Europe centrale. C’est la première synagogue à accueillir un service en musique à Prague, le lieu perpétue la tradition en organisant des concerts de musique classique et de jazz.

40


41


GÉORGIE Nom

Église de la Trinité de Gergeti

Région

Mtskheta-Mtianeti

Pays

Coordonnées Altitude

Géorgie

42°39′N 44°37′E 2 171,1 m

Caractéristique Église orthodoxe

L'Église de la Trinité de Gergeti se trouve à 2 171 mètres, au pied du Mont Kazbek. Elle surplombe un paysage spectaculaire. Cette église est considérée comme un symbole de la Géorgie. Construite au 14ème siècle, elle est connue pour son architecture unique dans la région et dispose même d’une cache secrète pour abriter les reliques qu’elle conserve alors. La célèbre Croix de la Grappe y a été cachée pour éviter les différents pillages. Diverses invasions lui ont valu des déménagements fréquents. Elle se trouve aujourd’hui dans la ville de Tbilissi. L’église attire les touristes et les pèlerins qui viennent s’y reposer après une randonnée ou qui empruntent l’historique route militaire de Kazbegi, rebaptisée depuis 2006, Stepantsminda. Proche du mont Kazbek qui sépare la Géorgie de la Russie, c’est un point important pour tous les visiteurs de la Géorgie mais aussi des passionnés de la nature qui viennent admirer les glaciers de la montagne. Cette zone sismique est entourée de sources d’eau chaude. Grâce à la chaleur de ses sols, la faune et la flore y sont riches et les paysages sublimes. Le mont Kazbek est d’ailleurs un volcan endormi, sa dernière éruption connue remonte au 8ème siècle av. J-C. La légende dit que Zeus aurait envoyé Prométhée sur le Mont pour le punir d’avoir volé le feu aux dieux et de l’avoir donné aux mortels. Avec l’histoire agitée du pays, l'Église de la Trinité de Gergeti a représenté l’espoir et est considérée comme un symbole de liberté religieuse et un lieu de pèlerinage.

42


43


ROUMANIE Nom

La cascade Bigar - Izvorul Bigar

Pays

Roumanie

Province / État

Caras-Severin

Région

Coordonnées Altitude

Bozovici

45°02′N57°42'E

556 m

Caractéristique Une des cascades les plus belles et insolites du monde.

Dans les montagnes de Roumanie, Izvorul Bigar est un endroit caché et très peu touristique. La cascade est appelée « le miracle de la gorge Minis » par les habitants de la région. La cascade Bigar est l’une des cascades les plus belles et insolites du monde. Elle est située dans le parc naturel et protégé du comté Caras-Severin, sur la route entre le village de Oravita et le village de Bozovici, dans les montagnes de Anina, en Roumanie, exactement sur le 45ème parallèle nord, à michemin entre l’équateur et le pôle Nord. Selon The World Geography, il existe un certain nombre de faits qui la placent comme numéro un sur la liste des huit cascades uniques dans le monde entier en raison de la façon dont l'eau se répand et tombe dans de minuscules essences. En effet, le ruisseau souterrain jaillit de la grotte sur une roche recouverte de mousse et tombe dans la riviere Minis. Ce qui rend cette cascade spéciale est la façon dont l'eau tombe de la roche dans un rideau de petits ruisseaux. Bien que la chute d'eau ne soit que de 4 à 5 mètres de haut, elle est de grande beauté. La cascade Izvorul Bigar est très photogénique. Pour atteindre la cascade, il faut compter deux heures de voiture. La zone a été déclarée zone protégée naturelle.

44


51


UKRAINE Nom

Tunnel de l’amour de Klevan

Subdivision

Oblast de Rivne

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Ukraine

50°44′N 26°1′E

218 m

Endroit naturel pour balade romantique

Le Tunnel de l’amour de Klevan, baptisé ainsi par les locaux, est un tunnel végétal qui prend vie le long d’une ligne de chemin de fer, principalement utilisée il fût un temps utilisé à des fins industrielles notamment par les aciéries pour le transport des matières premières. C’est l’une des destinations les plus romantiques du monde. Logé sur le chemin de fer Klevan-Orzhiv, ce lieu unique de 1 km de long situé sur une ligne qui s’étend sur 3 000 km, a été transformé en tonnelle magique de verdure. On dit que ce lieu est magique car il exaucerait les vœux des amoureux fidèles et sincères. Trois fois par jour, un train chargé de bois chemine le long de la ligne, mais pour le reste du temps, le Tunnel de l’amour appartient aux promeneurs. Ce train permet que le tunnel ne se referme pas. Ce paysage de conte de fées avec ses arcs de verdure est un environnement calme et paisible qui invite au chuchotement. Selon la lumière du jour, l’ambiance change et l’évolution des saisons tout au long de l’année modifie les couleurs qu’offrent cet écrin. Il attire les passionnés de photographies. L’atmosphère sereine du lieu est aussi associée à une nature saine et dépourvue de pollution qui attire alors les familles pour de belles promenades. La ville de Klevan abrite aussi un château et offre de belles promenades le long de la rivière qui y passe, la Stoubla. Une partie du château a été démoli au 19ème siècle. Il reste aujourd’hui deux tours, quelques bâtiments fortifiés et un haut pont qui mène à la porte principale.

46


47


ANGLETERRE Nom

Stonehenge

Comté

Wiltshire

Pays

Angleterre

Coordonnées

51°10′N 1°49′W

Caractéristique

Monument mégalithique

Altitude

99,4 m

C’est dans la plaine de Salisbury que se dresse depuis 5 000 ans le plus beau monument mégalithique d’Europe (on estime leur construction entre 3 000 av. J.-C et 2 000 av. J.-C.). Stonehenge fascine archéologues et astronomes. Était-ce un temple, un monument funéraire ou un observatoire astronomique ? Les Celtes ont toujours voué un grand respect à Stonehenge. Il est certain que le site a été utilisé par les druides pour leurs cérémonies. Cependant, les lourds mégalithes étaient là bien avant l’arrivée des Celtes sur le sol britannique. Ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO témoigne des cérémonies du néolithique. Constitué d’anneaux de pierres comme « assis » au milieu d’une grande plaine, on peut voir que le positionnement de chaque pierre a été pensé pour former un ensemble complexe et cohérent. La plus grande pierre de l’ensemble pèse plus de 40 tonnes. Ce site a été élaboré selon un plan extrêmement précis. Sa construction a exigé un effort titanesque. Il ne faut pas oublier que les chariots à roue n’existaient pas quand la construction a débuté. c’est un cercle de pierre préhistorique que les archéologues et les spécialistes cherchent encore à comprendre. Longtemps vu comme un moyen d’observer le cycle du soleil dans le ciel, on pense que ce lieu permettait de célébrer de nombreuses fêtes et les dernières découvertes laissent à penser que Stonehenge était un lieu de sépulture. Célébrations du solstice, cérémonies mortuaires ont animé ce monument. Aujourd’hui encore, la fête du solstice rassemble des milliers de personnes. Les lieux sont protégés et les seules interventions admises sont pour replacer des pierres ou pour des fouilles. Des fouilles archéologiques ont en effet permis de mettre à jour des ossements humains. En observant ces restes, les spécialistes ont découvert qu’ils étaient pour la plupart malformés ou déformés. Une nouvelle théorie est alors apparue et on pense que les lieux ont aussi été un lieu de pèlerinage pour soigner les blessés ou guérir des maux apparus à la naissance. Indépendamment de son vrai but, Stonehenge est un endroit de mystère qui continue à inspirer et attiser la curiosité de tous ceux qui le visitent. Les mégalithes s’ordonnent en des lignes de visée mettant en valeur des phénomènes astronomiques. Les cercles de trous correspondraient au système simple d’une machine à calculer gigantesque et primitive mais d’une précision étonnante. L’anneau des trous d’Aubrey se rapporterait au cycle des éclipses lunaires. Hawkins a démontré qu’en déplaçant six pierres d’un trou chaque année, on peut prévoir tous les évènements lunaires sur de très longues périodes. Enfin, différents angles entre les pierres solitaires matérialiseraient les solstices et les équinoxes, les levers et les couchers de soleil et de lune. Pour les astronomes, Stonehenge est donc un immense observatoire et nul ne nie, y compris les archéologues, que les coïncidences astronomiques sont remarquables et donc de ce fait troublantes.

48


49


ANGLETERRE Nom

Lindisfarne

Pays

Angleterre

Coordonnées

55°40′N 1°47′W

Comté

Altitude

Caractéristique

Northumberland 10,8 m

Île abritant un monastère et un château

Lindisfarne a été le centre du Christianisme du Nord de l’Angleterre dès le 5ème siècle. Cette île, appelée en anglais Holy Island (Île Sainte) accessible par une chaussée submersible abrite plusieurs monuments importants pour dans l’histoire du pays. Le monastère construit en 635 par un moine irlandais, nommé Aidan, a longtemps abrité de précieuses reliques comme le manuscrit enluminé, connu sous le nom d’Évangiles de Lindisfarne. Ce manuscrit est considéré comme l’un des plus beaux documents de l’art religieux. Saint Cuthbert, le plus vénéré des saints de la Northumbrie y a été évêque. De nombreux manuscrits célèbres étaient conservés dans le monastère de l’île, riche de nombreux dons et de vastes domaines car très important dans toute la communauté. Pillé au 8ème siècle par les Vikings, le monastère est alors abandonné et les moines de l’ordre se déplacent pour s’établir à Durham. Cet événement eu un retentissement important comme l’évoque des lettres d’Alcuin, clerc originaire de Northumbrie. Le prieuré est de nouveau utilisé pour la diffusion du Christianisme durant la période normande puis supprimé sous le règne de Henri VIII, en 1536, dans le cadre de la dissolution des monastères. Suite à l’abandon et la dissolution des monastères, les pierres du monument sont utilisées pour construire au 16ème siècle le château de Lindisfarne. Situé sur le point le plus haut de l’île, il est visible de loin et donc vulnérable aux attaques. Un fort a donc été construit à sa base. Les pèlerins continuent à visiter Lindisfarne qui reste un lieu très spirituel dans la religion chrétienne. Les touristes viennent aussi admirer les bâtiments historiques, témoins des différentes occupations. La vue qui s’étend du haut de cette île, inspire. Lindisfarne est une capsule témoin du passé et un lieu synonyme de continuité de la foi et la croyance. De larges parties de l'île, ainsi que toute la zone d'Estran adjacente, sont protégées et forment la Réserve naturelle nationale de Lindisfarne, participant ainsi à la préservation des importantes populations d'oiseaux qui y passent l'hiver. Au total, près de 300 espèces d'oiseaux ont été recensées sur l'île et la réserve adjacente. Enfin, les phoques gris sont des visiteurs fréquents à marée haute.

50


51


FINLANDE Nom

Levi

Région

Laponie

Pays

Finlande

Coordonnées

67°48′N 24°48′E

Caractéristique

Plus grande station de sports

Altitude

531 m

d’hiver du pays

Levi est connue tant comme la plus grande station de sports d'hivers du pays que comme une destination magique de Laponie. Levi est situé à 170 km au Nord du cercle polaire arctique, dans la Laponie finlandaise occidentale. Levi est à une altitude de 531 mètres, et grâce à sa latitude 67,8° Nord - soit 170 km au Nord du cercle polaire - la neige y est présente tout l’hiver. La neige y est abondante et les nuits très longues en hiver. c’est le royaume des aurores boréales qui offrent des paysages spectaculaires. On peut les observer environ 200 nuits par an. La nature y offre calme et sérénité. Les eaux pures, les magnifiques forêts et l’air frais offrent un cadre de vie rêvé pour de nombreux animaux sauvages mais aussi les touristes à la recherche de repos. La région est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO par ses critères naturels exceptionnels. Phénomènes naturels d’une beauté à couper le souffle, diversité biologique comprenant des espèces animales et végétales rares, et zone de transhumance la mieux préservées en font une région surprenante. Les Saamis aussi appelés Lapons conduisent les troupeaux de rennes dans les montagnes. Le renne est un animal très utile car il est un bon moyen de transport l’hiver, il est une source riche de nourriture, et sa peau permet de se vêtir chaudement et d’être isolé des températures polaires. Pendant l’hiver, des milliers de skieurs grouillent dans la station et viennent profiter de l'air de la montagne. Après le dégel, les couleurs apparaissent et si l'été est très court en Laponie, les journées y sont très longues car le soleil se maintient au-dessus de l’horizon plus de 70 jours de suite. Les randonnées et promenades en forêt attirent de nombreux touristes. Randonnées pour débutants ou personnes expérimentées, chacun trouvera son chemin pour profiter du silence de la nature. Le pays est l’un des plus riches en termes de recouvrement d’espaces forestiers. Le territoire est occupé à 70% par les forêts. La sérénité qui se dégage des paysages et les nombreuses activités offertes en font une destination inspirante et prisée dans le monde entier. Perdu dans les toundras, les tourbières et les lacs ou dans un sauna, une tradition finlandaise que l’on trouve partout, cette région est propice à la détente, au lâcherprise et nous fait rêver.

52


53


ISLANDE Nom

Hautes Terres d’Islande

Pays

Islande

ou Highlands

Caractéristique Désert volcanique

Les Hautes Terres d'Islande, en islandais Miðhálendið qui signifie en français « Hautes Terres centrales », constituent une région de montagnes et de plateaux situés dans le centre de l'Islande. Elles sont définies par une altitude supérieure à 500 mètres et incluent les calottes telles que le Vatnajökull. Inhospitalière et désertique, la région est inhabitable et presque inexploitée à l'exception de quelques complexes hydroélectriques comme ceux de Kárahnjúka ou de Vatnsfell. Les quelques pistes qui la traversent sont fermées la plus grande partie de l'année en raison des rudes conditions climatiques. Au centre du pays s'étend un univers sublime de désolation et de solitude. Inhospitalières et désertiques, les Hautes terres d'Islande ont été modelées par des millénaires de glaciation et de volcanisme. Paysages de plateaux et de montagnes aux reliefs étranges, l'enfer de Dante n’est probablement pas loin. c’est ici, au milieu des déserts de lave et de sable noir que se dressent les glaciers Vatnajokull, Langjokull et Hofsjokull. En Islande quelques pistes permettent de traverser le pays du Nord au Sud, elles sont les seules à pénétrer les Hautes terres. L’Islande est un pays posé sur un désert volcanique qui offre d’immenses plateaux aux paysages incroyables. Fjords et geysers se côtoient sur tout le territoire qui bénéficie d’un point chaud sous le massif du Vatnajökull. Cela offre une riche activité volcanique et géothermique. Environ 130 volcans seraient encore actifs. Les sources thermales et les geysers sont nombreux et grâce à l’exploitation de ces phénomènes thermiques, les habitants bénéficient d’une énergie considérée comme inépuisable. Les geysers sont une sorte de source chaude qui jaillissent d’étroits conduits de roches. Les conduits souterrains sont creusés dans une roche solide qui résiste aux fortes pressions et températures. La zone montagneuse abrite de nombreux glaciers et la verdure peu présente se développe sur les abords des chemins fluviaux. La fonte des glaciers importante sur tout le territoire a créée plusieurs fjords. Ces vallées sont des endroits paisibles desquels l’eau douce se retire pour laisser place à l’eau de mer. Les eaux d’un bleu éclatant offrent de merveilleux paysages qui se marient avec les forêts environnantes. La faune et la flore se développent peu sur ces paysages au climat rude. On peut par contre profiter dans les paysages dégagés des Highlands des troupeaux de chevaux ou de moutons qui semblent vivre en totale liberté. Les rennes revenus aujourd’hui pour la plus grande partie à l’état sauvage se font très discrets. Une fois sur les hauteurs, la vue dégagée permet de voir loin, on peut ainsi observer la mer ou les montagnes qui offrent de superbes couleurs. La plupart des espaces sont interdits aux véhicules afin de protéger l'environnement et conserver la sérénité des lieux. Pour la plupart des voyageurs, l'Islande reste un rêve mais pour les chanceux qui y séjournent, l'expérience sera une des sensations magiques de leur vie.

54


55


ISLANDE Nom

Grottes de glace de Skaftafell

Région

Austurland

Coordonnées

64°00′N 16°58′W

Pays

Comté

Altitude

Caractéristique

Islande

Austur-Skaftafellssysla 659 m

Parc national volcanique

Les grottes de glace de Skaftafell, aussi appelées « Grottes de cristal », sont un miracle de la nature. Situées dans le parc national de Skaftafell en Islande, ces grottes sont une curiosité envoutante qui passionne les visiteurs. Formées depuis des milliers d’années par l’activité volcanique et les déplacements, ces grottes sont un mystère de la nature. Elles sont formées par le mélange des eaux de pluie et de fonte qui entrent dans le glacier en créant des crevasses. Avec le mouvement du glacier, la glace se brise ce qui provoque un puit de lumière. Le calme règne même si le craquement de la glace peut parfois être surprenant. La meilleure période pour visiter ces grottes est la période hivernale. Les températures permettent de consolider la glace qui peut être plus instable l’été. Chaque année, la formation des cavernes est un moment que locaux comme touristes attendent avec impatience. Les grottes de glace sont des structures temporaires qui apparaissent au bord des glaciers. Elles sont incroyablement belles vues de l’intérieur. Cette grotte très particulière est située sur la lagune gelée du glacier Svínafellsjökull dans le parc national de Skaftafell, en Islande. La « grotte de cristal » remonte à plusieurs siècles et provient de la rencontre entre le glacier Vatnajökull et la côte islandaise. Sous la forte pression, la glace ne contient presque aucune bulle d’air. Cela provoque ainsi l’absorption de la quasi-totalité de la lumière du jour, ne laissant paraître qu’une lueur bleue. Cependant, cette glace de couleur bleue ne peut être observée que dans certaines circonstances. On ne peut assister à ce phénomène qu’en hiver, après qu’une longue période de pluie ait balayé la couche de neige sur la surface du glacier. Les murs de glace de chaque caverne sont constitués de séculaires glaciaires qui ajoutent une aura de mystère. Il est conseillé de ne pas sortir des sentiers indiqués car vous pourrez vite vous perdre dans les dédalles des grottes qui peuvent vite devenir angoissantes. Les grottes de glace sont en général instables et peuvent s’effondrer à tout moment. Vous pouvez cependant y entrer de manière sûre en hiver (d’octobre à mai) lorsque les températures glaciales durcissent la glace. On peut entendre des craquements de glace constamment, cela ne voulant pas dire que tout va s’effondrer, mais parce que la grotte se déplace en même temps que le glacier. Chaque fois que le glacier se déplace d’un millimètre, vous pouvez entendre des sons très forts. En surface, la zone est un des endroits les plus magiques du pays car on y découvre des forêts, de nombreux oiseaux, ou encore des renards arctiques. Ces renards sont les seuls animaux natifs de l’île. Il existe un centre de recensement où chercheurs, chasseurs et touristes peuvent recueillir de précieuses informations sur l’animal.

56


57


IRLANDE Nom

Newgrange

Comté

Meath

Altitude

65 m

Pays

Coordonnées Caractéristique

Irlande

53°41′N 6°28′W Monument préhistorique

Imaginez un gigantesque tumulus structuré par d’immenses blocs de pierres, concentrés sur un couloir couvert menant à une chambre mortuaire datant du néolithique… Plus vieux que l’ensemble de Stonehenge en Angleterre, Newgrange est le monument néolithique le plus impressionnant d'Irlande. Daté de 3 200 av. J.C., il ne fut découvert qu’en 1 699 car le cairm fut longtemps considéré comme une colline. La verdure qui recouvre l’ensemble du monument l’a longtemps préservé des curieux. Ce lieu ainsi que Dowth et Knowth font partie d’un ensemble de monuments préhistoriques nommé Brú Na Bóinne. Ces trois monuments sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Newgrange est composé d'un énorme monticule circulaire qui offre un couloir couvert en pierre et une série de chambres. Ce tumulus se constitue d’un couloir ouvert au bout duquel se trouve une chambre mortuaire. Cette chambre servait de tombe pour les défunts. Plus de 200 000 tonnes de pierres furent transportées pour bâtir le tertre (il assure ainsi une protection de la chambre et du couloir). La couverture quant à elle, est constituée de pierres lisses de petite taille, qui, par une disposition minutieuse, a protégé le monument de la pluie, et du vent. Ses pierres fascinent par leur beauté. Dans les murs, des os humains et des offrandes ont été trouvés. Pendant le solstice d’hiver, à l’aube, le soleil s’aligne avec une lucarne faite dans l’édifice pour en éclairer la chambre mortuaire. D’autres percées offrent un passage à la lumière selon l’alignement du soleil et du monument pendant les équinoxes et les solstices. Une fois à l’intérieur du tumulus, on découvre des menhirs gravés de lignes, de cercles ou encore de triskells. Ce symbole caractéristique de l’art celtique représente trois spirales entrecroisées. On lui prête plusieurs significations, comme la matérialisation des panthéons de dieux celtes, le mouvement du soleil ou encore la représentation des éléments dynamiques, qui sont tous liés par leur aspect triplicite. De nombreuses fouilles ont permis de mettre à jour des vestiges de l’époque et de mieux comprendre le rôle de l’édifice qui plus qu’un lieu de recueil et de culte, était un endroit de regroupement et de cohésion sociale. Grâce au travail des spécialistes de la restauration, les lieux ont été préservés pour fasciner encore pendant des siècles les visiteurs.

58


59


IRLANDE DU NORD Nom

Chaussée des Géants

Comté

Antrim

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Irlande du Nord 55°14′N 6°30′W 1,7 m

Ancien site volcanique

La Chaussée des Géants est une gigantesque formation géologique constituée de plus de 40 000 colonnes hexagonales en basalte, atteignant pour certaines jusqu’à 12 mètres de haut ! Ces colonnes posées comme un escalier au pied des falaises d’Antrim fascinent par leur légende mais aussi par le paysage spectaculaire qu’elles offrent aux visiteurs au bord de la mer. La légende raconte qu’un géant irlandais du nom de Finn MacCool voulait se battre contre Benandonner, un géant habitant l’Écosse. Mais aucun bateau n’était assez grand pour les transporter l’un et l’autre. D’après la légende, Finn MacCool mit fin au dilemme en construisant, à l’aide de colonnes de pierre, une chaussée reliant les deux pays. Benandonner releva le défi et emprunta cette chaussée pour traverser la mer jusqu’en Irlande. Il était plus grand et plus fort que Finn MacCool. À peine la femme de Finn MacCool s’en aperçut qu’elle décida de ruser et de déguiser son géant de mari en bébé. Quand Benandonner arriva à leur maison et vit le “bébé”, il prit peur. Il se dit que si l’enfant était de cette taille, il préférait ne pas rencontrer le père. Il regagna l’Écosse et pour être sûr que Finn MacCool ne pourrait pas le suivre, il détruisit la chaussée derrière lui. Composée d’environ 40 000 colonnes de basalte, la Chaussée des Géants est en fait la dernière preuve d'une éruption volcanique antique. Ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en plus d’être éblouissant, revêt une importance géologique mondiale. Considéré comme un symbole de l’Irlande du Nord, ce site est un lieu privilégié de recherches autour des éruptions volcaniques, les strates d’évolution permettent de dater les différents événements survenus dans la zone depuis des millions d’années. L’alternance des colonnes de différentes tailles, offre une vue exceptionnelle. Les plus grandes colonnes atteignent jusqu’à 12 mètres de haut et la chaussée peut être large de 28 mètres à certains endroits. Située au sein d’une réserve naturelle nationale, la Chaussée des Géants est entourée de plusieurs chemins de randonnée discrets et sécurisés qui permettent d’observer le site du haut des falaises. La vue y est étonnante et saisissante par son calme et sa beauté naturelle. Cet endroit protégé et préservé a inspiré de nombreux artistes et bénéficie d’une aura particulière.

60


61


NORVÈGE Nom

Aurore Boréale

Région

Scandinavie

Pays

Coordonnées

Caractéristique

Norvège / Suède / Finlande 66°34'N 0°E

Phénomène atmosphérique

L'Aurore boréale est un phénomène naturel spectaculaire et magique que l’on peut observer dans les régions arctiques. Provoquées par les vents solaires, elles sont stupéfiantes et fascinent dans le monde entier. Nommées d’après la déesse romaine Aurora, elles apparaissent lors des éruptions solaires. Les électrons qui sont ainsi créés sont aiguillés par le champ magnétique de la Terre, ce qui forme ensuite une sorte de voile lumineux dans le ciel. Ces phénomènes visibles la nuit teintent le ciel de vert, de bleu, de rose ou de violet. Les aurores boréales sont une source de création artistique mais aussi de nombreuses légendes qui n’ont cessé depuis l’Antiquité d’époustoufler les peuples. Souvent évoquées comme des « lumières du Nord », elles sont pour de nombreux peuples Nordiques des apparitions des esprits. Jeux, danses ou chemin illuminé de torches pour accueillir les morts, elles ne cessent de fasciner. Ce n’est qu’à partir du 17ème siècle que l’on commence à les étudier scientifiquement. Les astronomes de toute l’Europe en font leur sujet de recherche. On découvre alors que le champ magnétique de la Terre tient un rôle important dans leur formation. Les altitudes auxquelles elles se forment ainsi que les mouvements des particules sont aussi largement étudiés. Les explorations spatiales des années 60 viennent enrichir les connaissances sur le sujet. Les astronautes ont pu observer des phénomènes semblables autour de plusieurs autres planètes de notre système solaire. Le meilleur moment pour observer ces phénomènes se situe entre fin septembre et fin mars. En général, elles apparaissent lorsque le temps est froid et sec, et les couleurs sont renforcées lorsque la lune n’est pas pleine. Les aurores boréales attirent des millions de voyageurs du monde entier. Pour ceux qui ont grandi sous leurs lumières, il s’agit d’une manifestation de couleurs devenue en quelque sorte banale, qui mélange légendes et science de la nature. On dit souvent que les régions Nord-norvégiennes sont les meilleurs endroits au monde pour voir les aurores boréales. En général, les aurores boréales sont plutôt faciles à décrire. Elles sont visibles la nuit, lorsque le ciel est sombre. Elles apparaissent tel un feu d’artifice de couleurs à travers le ciel nocturne, dans une palette (vert, rose, violet), inspirée de la mode hallucinante des années 80. Les aurores boréales font partie de la vie quotidienne des habitants de la Norvège du Nord. Dans cette région, les aurores ont été, et sont toujours, une source féconde de création artistique, de mythologie et de légendes.

62


63


NORVÈGE Nom

Îles Lofoten

Comté

Nordland

Pays

Coordonnées

Caractéristique

Norvège

68°20′N 14°40′E

Refuge ornithologique

Les Îles Lofoten offrent des paysages spectaculaires et naturels. Situées dans le cercle polaire arctique, ces îles sont un monde à part avec de superbes cabanes colorées sur pilotis et de grands fjords époustouflants. Les habitations se réunissent en petits groupes autour des baies abritées et encerclées par des paysages vierges et emprunts de calme. Paradis de la pêche grâce à la mer de Norvège qui borde l’archipel, la région héberge aussi de nombreuses espèces d’oiseaux qui y trouvent de la nourriture en abondance. La nature diversifiée par ses reliefs offre aussi de belles randonnées au détour desquelles, il est fréquent d’apercevoir des élans errer tranquillement ou des aigles de mer planer au-dessus de l’eau. Montagnes et pics vivent en harmonie et protègent les baies et les côtes ou sont implantées les villes principales. De par leur situation géographique, les îles disposent d’un climat plus doux que dans le reste du cercle polaire. Le Gulf Stream permet de réguler les températures et réchauffer les eaux arctiques. Les Îles Lofoten ressemblent à un sanctuaire naturel et la pureté qui se dégage de ses paysages en fond un endroit de rêve. Les aurores boréales ainsi que le « soleil de minuit » sont d’autres joyaux que l’on peut y admirer. Pendant plusieurs semaines entre avril et août, le soleil ne se couche pas au-dessus des îles, on peut alors y observer un phénomène similaire au coucher ou au lever de soleil. Les couleurs que l’on peut contempler invitent au repos et procure une impression magique de chaleur. Inspirant et à couper le souffle, cet archipel remue et semble avoir été protégé pour offrir a ceux qui viennent le découvrir, un retour aux sources et à la beauté naturelle des paysages. La pêche a toujours été, la principale raison pour laquelle les populations se sont installées ici et aujourd’hui encore, la région est connue pour ses nombreux petits villages de pêcheurs. Ici, vous pouvez visiter un rorbu - les vielles cabanes de pêcheurs - et goûter le stockfish, poisson séché fabriqué à partir de morue fraîchement pêchée. Les adeptes des conditions extrêmes s’y rendent pour un surf trip d’un autre genre, dans une région aux paysages Nordiques somptueux, entre fjords aux flancs de montagnes enneigées et côte rocheuse baignée d’une lumière aux couleurs changeantes. Mais, si les paysages sont polaires, la glace, elle, ne prend pas, dans ces eaux réchauffées par le Gulf Stream. La baie est prisée des Scandinaves et de tous les passionnés venus d’ailleurs, amateurs ou professionnels, qui peuvent dans la même journée surfer et skier.

64


65


ÉCOSSE Nom

Skara Brae

Secteur

Orcades

Pays

Coordonnées Altitude

Écosse

59°02′N 3°20′W 6m

Caractéristique Site néolithique préservé

Les restes du village néolithique de Skara Brae dans les Îles Orkney d'Écosse ont été cachés pendant des milliers d'années. Ce site archéologique entièrement en pierres a été mis à jour à la suite d’une forte tempête. Enfoui sous des dunes, Skara Brae est une capsule témoin qui fascine les visiteurs. Souvent surnommé le « Pompéi de l'Écosse », la sensation d’entrer dans un autre monde en traversant ce village attire de nombreux visiteurs. Il fait partie du Cœur néolithiques des Orcades, ensemble classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce groupement de monuments constitue un précieux centre préhistorique datant de 5 000 ans. Skara Brae est un foyer de peuplement qui a été très bien préservé. On y aperçoit distinctement les maisons et les galeries couvertes qui servaient de chemin dans le village. Le village est une perle d’ingénierie. Les maisons mesurent environ 40 m2 chacune. Dans la pièce centrale carrée, on trouve les traces d’un foyer et une association intelligente de bassins qui servaient aussi bien de meubles que de lieux d’entreposages pour la nourriture. On Estime qu’entre 50 et 100 personnes occupaient ce village. Un système sophistiqué de drainage a été mis à jour lors des fouilles. De nombreuses poteries ont été retrouvées dans les logements, elles ont la particularité d’être rainurées. Ses pièces bien préservées sont aujourd’hui visibles dans le musée du site. Skara Brae est plus qu'un simple village historique, c’est un cadeau à l'humanité qui a été protégé et caché par la nature. Ce lieu est une source de fascination et d’étonnement pour tous ceux qui le visitent.

66


67


ÉCOSSE Nom

Grotte de Fingal

Secteur

Argyll et Bute

Pays

Écosse

Coordonnées

56°26′N 6°20′W

Caractéristique

Grotte basaltique

Altitude

5,9 m

Sur l'île écossaise de Staffa, une des plus fascinantes cavernes de mer du monde fait face à une falaise et a attiré l'attention pendant des siècles grâce à son acoustique. Cette « caverne musicale » enchante par le son que produit la mer en s’y engouffrant. Constituée de basalte, la caverne est mise à jour au 18ème siècle par le naturaliste Sir Joseph Banks. Musiciens comme Felix Mendelssohn au 19ème siècle ou les Pink Floyd dans les années 70, peintres comme J. M. W. Turner ou encore écrivains comme Jules Verne s’en inspirent et la font découvrir au grand public. Difficile d’accès et avec sa forme plutôt inquiétante, cette grotte de roches volcaniques fascine. Les hautes colonnes de basalte aux formes géométriques, ressemblent à un orgue. À l'intérieur de la caverne, l'atmosphère est électrique, les visiteurs sont rapidement rattrapés par le chant des colonnes. Depuis des milliers d’années, il semble que cette grotte fascine les peuples et soit un haut lieu spirituel du pays. Selon une légende celtique, la grotte était autrefois le bout d'un pont chevauchant la mer et construite par deux géants ennemis. L'autre exterminé du pont est la Chaussée des Géants, en Irlande du Nord, qui partage un même aspect géométrique. Scientifiquement parlant, ces colonnes hexagonales sont d'énormes blocs de lave qui ont lentement refroidi, comme de la boue qui aurait séché au soleil. L’île est une des plus grandes réserves naturelles du pays, elle est actuellement habitée par des communautés de macareux qui jouissent de ces grands espaces et de son calme. C’est un endroit que l'on pourrait croire tiré d'un roman de fantasy. La grotte de Fingal est une caverne marine de 82 mètres de profondeur et de 22 mètres de hauteur, soutenue par des coulées basaltiques parfaitement hexagonales

68


69


CHINE

Nom

Rizières en terrasses des Hani de Honghe

Province

Yunnan

Altitude

1 353,2 m

Pays

Coordonnées Caractéristique

Chine

23°05′N 102°46′E Paysage culturel

Les rizières en terrasses des Hani de Honghe sont un paysage culturel spectaculaire. Pendant plus de 1 200 ans, les fermiers ont cultivé le riz en terrasses sur plus de 16 000 hectares. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est un magnifique exemple d'architecture agricole. Les pentes s’étagent dans un système impressionnant de canaux qui descendent des sommets jusqu’aux terrasses les plus basses en côtoyant plus de 80 villages. Ce système d’irrigation et de getion de l’agriculture montre une réelle envie de protéger la nature et vivre en harmonie avec elle. Le paysage est tant surprenant que paisible et quand le soleil du matin arrive sur le versant de la montagne, il offre un décor d’absolue sérénité. Les travailleurs se dirigent calmement vers les rizières pour y travailler. Chaque famille qui vit à proximité entretient des parcelles. Ce système communautaire dispose de structures religieuses et sociales traditionnelles basées sur une vie en accord et en total respect avec la nature. Les habitations sont faites de matériaux traditionnels et chaque village dispose d’un lieu dédié aux dieux. Depuis des siècles, la nature y est vénérée. Ces lieux sont aujourd’hui un lieu de pèlerinage pour des voyageurs du monde entier qui viennent profiter du calme et des paysages somptueux qu’offrent les rizières. Du lever du soleil à son coucher, le décor change. L’horizon impressionne et se prête au recueillement lorsque la brume couvre les forêts et transforme les rizières en patchwork d'eau. Les rizières en terrasses des Hani de Honghe sont un lieu unique au monde qui semble une récompense après un long voyage et s’apparente à un baume relaxant pour l'âme. Les habitants ont su y péréniser les rituels, croyances et coutumes qui définissent les lieux depuis 1 300 ans.

70


71


CHINE

Nom Pays

Luoping

Chine

Région

Préfecture de Qujing

Coordonnées

24°53′N°18'E

Province / État Altitude

Caractéristique

Yunnan 1 125 m

Un océan de fleurs dorées

Perdez-vous dans ces étendues de fleurs dorées du Luoping qui subliment la province chinoise. Pays aux mille et un paysages, la Chine recèle des trésors naturels à la beauté incontestable. Du fait d’un territoire extrêmement étendu, les Chinois jouissent de lieux très différents et tout aussi sublimes. La province du Yunnan, très célèbre pour sa production de thé, abrite d’ailleurs un paysage qui fait le bonheur de tous les photographes : les champs de colza du district de Luoping. Situés dans la province du Yunnan au sud-ouest de la Chine, les champs de colza de Luoping (du nom du district) sont un ravissement pour les sens. Cette immense étendue de fleurs de colza constitue sans doute l’un des plus extraordinaires paysages artificiels au monde. Les multiples teintes de jaune offrent aux observateurs une explosion colorée intense. La floraison du colza arrive en février et la récolte a lieu en mars. Vus de haut, les champs du Luoping sont constellés de formes géométriques dues à la moisson. Le site fait partie des haltes obligées des touristes qui visitent la Chine. Pour les passionnés de photographie comme pour les touristes qui aiment la marche, ces champs de colza méritent une visite. Le site le plus connu et le plus apprécié pour une promenade se situe entre les majestueuses collines du Coq d’or et la chute d’eau de Jiulong (dite des 9 dragons). La balade offre à la fois une vue sur ces belles collines et sur l’étendue de colza qui les entoure. L’agglomération de Luoping étant peuplée principalement de Buyei (ou Buyi), une ethnie chinoise rurale, il est aussi possible de visiter des villages alentour au charme pittoresque. De fait, le district de Luoping offre énormément de possibilités de visites aux touristes. S’il doit sa renommée aux fameux champs de colza, d’autres paysages valent le détour, comme la chute d’eau des 9 dragons, le fleuve Duoyi et les gorges de Lubuge. Les champs de colza du Luoping sont une merveille paysagère qui mérite vraiment d’être connue. Cette mer de fleurs jaunes qui entoure d’étonnantes collines est le théâtre propice à la méditation et à la rêverie poétique.

72


83


CHINE Nom

Géoparc de Zhangye Danxia

Province

Gansu

Caractéristique

Formations rocheuses colorées

Pays

Coordonnées

Chine

38°54′N 100°7′E

Les formations de roche colorées du Géoparc de Zhangye Danxia sont renommées dans le monde entier. Dans ce qui semble être un monde étranger, les roches se sont formées sur des couches de grès et divers autres minéraux. Au cours des millions d'années, les couches se sont donc superposées pour ressembler à un « mille-feuille » aux couleurs inhabituelles bien souvent dans les tons de rouge. Les éléments, vent, pluie et temps ont modelé les montagnes pour les rendre uniques. Chaque pic, chaque pente et chaque rocher a été sculpté de façon unique ce qui explique la richesse de hauteurs et formes que l’on trouve dans ces lieux. Le géoparc s’étend sur plus de 410 km2. Des petits villages pittoresques longent le parc. Les visiteurs sont nombreux à venir admirer les paysages sculptés tout en respectant l’accès aux lieux. Les routes et passages ont été réalisés en respect total de la nature et toujours en veillant à ne pas l’endommager. Il est interdit de quitter ces sentiers et plusieurs belvédères ont été aménagés pour permettre aux visiteurs de prendre des photos ou tout simplement admirer les collines. Les roches sont fragiles car très friables ce qui explique que les passages soient réglementés. Lorsque le soleil du matin se pose sur les rochers, les couleurs ressortent et la vue est alors stupéfiante. Si l’on grimpe dans les hauteurs, le panorama est alors entièrement rayé de flammes. Transportés dans un autre monde, les visiteurs profitent du silence, des bruits de la nature et du spectacle saisissant. Chaque jour, les couleurs évoluent en fonction de l’ensoleillement ou même des pluies qui viennent arroser les lieux. La nature offre une myriade de couleurs qui apporte la paix et la sérénité.

74


75


CHINE

Nom

Reed Flute Cave ou La grotte des

Pays

Chine

Flûtes de Roseau

Région

Guangxi

Altitude

162,2 m

Coordonnées

25°18′N 110°16′E

Caractéristique Grotte calcaire naturelle

La Reed Flute Cave que l’on peut découvrir dans la région de Guangxi en Chine a plus de 180 millions d'années. Redécouverte dans les années 40 par des personnes fuyant l’avancée des troupes japonaises, elle offre un décor spectaculaire. c’est une preuve que la nature cache de véritables merveilles. La caverne est un lieu énigmatique ou stalagmites et stalactites cohabitent avec les roches et l’eau. L’ambiance y est poétique et invite au rêve aussi bien grâce aux jeux de lumières mais aussi à la musique qui se dégage des lieux. c’est un incontournable de la région. Formée par des infiltrations d’eau dans la caverne, l’érosion a sculpté la roche en plusieurs galeries incroyables. La caverne est aussi décorée d’inscriptions séculaires qui datent de la dynastie des Tang. Les artistes antiques qui ont paré les roches de couleurs, ont représenté des oiseaux, des animaux et de nombreux objets qui ont pour certains disparus de nos jours. Le sentier qui permet de découvrir les lieux est bien sécurisé et le guide obligatoire permet aux petits comme aux grands de découvrir ce lieu somptueux. Pour préserver la caverne, le guide active les lumières seulement lorsque les groupes arrivent dans les espaces de visite. Des spectacles de sons et lumières ont été créés pour exploiter l’acoustique de la grotte. L’immensité de certaines salles et les sons que l’on peut y entendre font penser que de nombreux instruments y jouent une douce et apaisante musique. La splendeur de la caverne lui vaut d’être comparée à un « palais des arts de la nature ». Incroyable, magique, extraordinaire... que de superlatifs pour décrire cette grotte. Son nom vient des roseaux qui poussent à l'intérieur et qui servent à la confection de flûtes aux sons mélodieux. La grotte des Flûtes de Roseau se trouve à 6 km du centre-ville de Guilin, dans le Sud de la Chine.

76


77


CHINE

Nom Pays

Tianzi Shan

Chine

Région

Hunan

Altitude

1 262 m

Coordonnées Caractéristique

29°13′N 110°48′E Parc forestier et montagnes sacrées

La réserve naturelle Tianzi Shan est très connue pour la montagne Tianzi. Les nuages de brouillards autour des sommets et les points de vue extraordinaires que l’on y découvre en font un coin de paradis au cœur de la Chine. Ainsi nommée en l'honneur d’un fermier qui a mené une révolte dans la région aujourd’hui appelée Hunan, Tianzi Shan peut être traduit par « le mont du fils du ciel ». Ces hautes et fines montagnes se sont formées sous l’eau avant de sortir de terre en raison de la riche activité volcanique de la région. Pour le peuple Sulamito, ces montagnes étaient sacrées. Ils ont pratiqué de nombreux rituels de funérailles à leur base et ont laissé des restes de leur fascinante culture. La réserve naturelle invite à découvrir pleinement la nature et reconnaitre sa supériorité sur l’Homme. Le spectacle est époustouflant à observer lorsque vous visitez les lieux, les nuages de brouillard entourant le sommet des montagnes donnent l’impression de voler et fascinent. Le soleil levant éclairant le paysage est à couper le souffle et accentue le calme et la sérénité du site et il ne faut pas oublier de profiter d’une nuit de pleine lune ou des pics enneigés qui sont des panoramas tout aussi majestueux qu’incroyables. Plus de 80 plateformes permettent de découvrir cette réserve qui regorge de cascades, ponts et forêts. Le clou du spectacle a lieu lorsqu’après avoir atteint les hauteurs de la montagne Tianzi grâce au téléphérique, vous pouvez admirer les pics de très près et contempler les vallées alentours qui s’étendent sur 65 kilomètres. En plus d’être riche de paysages magiques, le climat subtropical offre une biodiversité incroyable et abrite de nombreuses espèces animales et végétales en voie de disparition. La paix et la pureté des lieux en font une visite incontournable pour les amoureux de la nature et des grands espaces.

78


79


TIBET

Nom

Palais du Potala

Pays

République Populaire de Chine

Coordonnées

29°39′N 91°07′E

Région

Altitude

Caractéristique

Tibet

3 700 m

Lieu le plus sacré du Tibet

L’ensemble du Palais du Potala situé sur les hauteurs d’une colline domine la vallée de Lhassa (« la terre des dieux »). Symbole du bouddhisme, sa construction a été initié par le 5ème dalaï-lama, Lobsang Gyatso. Le Potula comprend deux palais, le palais Rouge, à la fonction exclusivement religieuse, il abrite, outre les stupas des dalaï-lamas, de nombreux sanctuaires. Il est entouré par le palais Blanc, où se trouvaient les quartiers résidentiels et, jusqu’en 1959, le gouvernement et l’administration centrale du Tibet. Ces deux palais sont les joyaux de l’art tibétain. En 1959, l’actuel dalaï-lama, le quatorzième, alors agé de 23 ans, après le soulèvement tibétain contre la Chine communiste qui neuf ans plus tôt avait occupé le Tibet, s'enfui du domaine et abandonne à contrecoeur ce lieu sacré pour se réfugier en Inde. Le palais Rouge abrite les sépultures de 8 chefs spirituels du boudhisme tibétain. Cette forteresse entourée de murs massifs, de portes et de tourelles est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Son importance architecturale mais aussi ses décorations et son intérêt historique et religieux en font un endroit captivant et envoutant. Chapelles, niches et vitrines sont remplies de statues précieuses. Pour que le palais reste accroché aux hauteurs, la base en pierre sur laquelle il est construit a été complétée de cuivre fondu qui stabilise et renforce les fondations. Le palais Rouge a longtemps été l’édifice le plus haut du monde avec ses 13 étages qui abritent plus de 1 000 pièces. Les pèlerins du monde entier se rendent vers le Potala. Beaucoup ne sont pas bouddhistes, mais révèrent le mode de vie et adhèrent à ce mouvement empreint de paix. Presque 700 peintures murales, 10 000 rouleaux peints, des sculptures, des tapis, des pierres précieuses ou encore des reliques des précédents dalaï-lamas y sont entreposés. Richement décoré, le saint des saints du bouddhisme tibétain est un endroit marqué de sérénité et de paix, dans lequel domine une atmosphère calme et spirituelle. Un voyage au Palais Potala est souvent une expérience qui change la vie. Pour ceux qui font aussi l’ascension de l'Himalaya, il s’agit d’un voyage symbolique. Le dernier dalaï-lama continue son travail à l'extérieur de son domaine sacré et étend son message de paix et de tolérance dans le monde entier. Il inspire des millions de personnes qui adoptent les principes de cette religion.

80


81


82


BHOUTAN Nom

Monastère de Taktshang

Région

Paro

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Bhoutan

Vallée Paro

27°29′N 89°21'E

3 120 m

Site sacré bouddhiste suspendu

C’est le plus célèbre des monastères bouddhistes du Bhoutan. Il est accroché à une falaise à 3 120 mètres d'altitude, à environ 700 mètres au-dessus de la vallée de Paro. Une vue spectaculaire pour une situation extraordinaire ! Grâce son emplacement, le monastère de Taktshang possède un panorama imprenable sur toute la vallée de Paro. En revanche, la visite se mérite : il faut plusieurs heures de marche ou à dos d'âne pour se rendre sur place. Ce monastère bouddhiste fait partie des plus célèbres du Bhoutan. Composé de sept temples, il est considéré comme un sanctuaire de méditation depuis le 8ème siècle. C’est ce qu’aurait fait Guru Rinpoché, fondateur du bouddhisme au Tibet, en s’installant dans une grotte située à plus de 3 000 mètres d’altitude au Bhoutan. La légende dit qu’il s’y serait rendu au VIIème siècle sur le dos d’une tigresse volante pour méditer pendant trois ans, trois mois, trois jours et trois heures. Pour honorer ce récit et le passage dans le pays de celui qui est considéré par de nombreux croyants comme le "second Bouddha", un monastère est érigé au 7ème siècle à l’emplacement de cette grotte. Accroché à la falaise, le Taktshang abrite sept temples. À quelques pas de là, un ermitage, nommé "la tanière du tigre", sert de lieu de recueillement aux moines du monastère : chacun s’y isole pendant trois ans pour méditer, sans contact avec ses pairs, qui lui apportent simplement ses repas. Haut-lieu du bouddhisme, le monastère est devenu un des lieux de pèlerinage les plus importants de l’Himalaya. Ceux qui veulent s’y rendre doivent s’armer de courage, la montée dure plusieurs heures sur des sentiers vertigineux. Mais une fois arrivés, la vue magnifique sur la vallée de Paro, les couleurs des temples, entre drapeaux de prières et fresques murales, ainsi que la sérénité des lieux font oublier l’effort. Le Taktshang est un véritable trésor caché comme il en existe tant au Bhoutan. En partie dévastées par un incendie en 1998, les chapelles construites autour remontent, quant à elles, au XIVème siècle et abritent des peintures extrêmement fines ainsi qu'une multitude de statues.

83


TURKMÉNISTAN Nom

Porte de l’enfer

Région

Ahal

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Turkménistan Darvaza

40°15′N°26'E 107 m

Le cratère de feu, erreur scientifique devenue atout touristique.

« Ça coupe le souffle et ça fait très peur !» voilà l’exclamation la plus courue lorsque l’on observe pour la première fois les Portes de l’Enfer. C’est comme ça qu’est surnommé un cratère géant qui crache du feu depuis 40 ans au beau milieu du désert de Karakoum au Turkménistan. Ce pays de l’ex-URSS, parmi les plus fermés au monde, veut en faire une attraction touristique. Aujourd’hui aucun signe ne signale le cratère quand on traverse en Jeep le désert du Karakoum. En été, la température y atteint 50 degrés, en hiver elle tombe à moins 20 degrés. Mais les guides savent où bifurquer pour s’approcher du cratère de Darvaza, à 270 kilomètres de la capitale, Achkhabad, par une piste traversant des dunes de sable. Une lueur jaune et orange est visible dans le ciel et guide les rares touristes qui s’aventurent jusqu’au monstre crachant du feu. Des langues de feu lèchent constamment les parois du cratère, profond de 20 mètres et de 70 mètres de diamètre, et des bourrasques d’air brûlant s’en échappent. La chaleur extrême et le grondement sourd du feu font tourner la tête, bien qu’on ne sente pas de gaz dans l’air. Malgré le danger, aucune grille ni protection nentoure le cratère ou empêche les touristes les plus intrépides de s’approcher du bord. À leurs risques et périls, car le sol de sable s’effondre par endroits. Le plus étonnant, c’est que ce phénomène est le résultat d’une erreur de calcul des savants soviétiques. « En 1971, les géologues soviétiques ont commencé à forer pour prospecter. Personne n’aurait pu deviner qu’au final, ils allaient percer des couches souterraines qui contenaient du gaz », raconte Anatoli Bouchmakine, géologue turkmène. En forant, ils sont tombés dans une poche souterraine, le matériel de forage y a disparu, mais heureusement personne n’est mort. Comme ils craignaient que le cratère n’émette des gaz empoisonnés, ils ont décidé d’y mettre feu. ». Les scientifiques soviétiques espéraient ainsi brûler le gaz jusqu’à son extinction. Mais les flammes ne se sont pas éteintes depuis maintenant 40 ans. Elles sont devenues le symbole de l’étendue des réserves de gaz du Turkménistan, les quatrièmes plus vastes au monde. Des experts turkmènes ont bien tenté d’éteindre les flammes… Sans succès. En attendant, ces Portes de l’Enfer deviennent peu à peu une attraction touristique dans ce pays.

84


95


JAPON

Nom

Mont Fuji

Préfecture

Shizuoka et Yamanashi

Altitude

3 776,24 m

Pays

Coordonnées Caractéristique

Japon

35°21′N 138°43′E

Montagne sacrée et lieu de pèlerinage, c’est le point culminant du pays

Le mont Fuji est le sommet le plus haut du Japon. Cette montagne est un volcan actif dont la dernière éruption date du 18ème siècle. Montagne sacrée et lieu de pèlerinage, il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, et est un symbole national qui a été immortalisé entre autres par les « 36 vues du mont Fuji », série d'estampes du grand peintre japonnais Hokusai. À sa base se déploie une région de lacs, plateaux, cascades et grottes offrant de beaux paysages naturels. Proche de Tokyo, cette région des Cinq Lacs est une zone de villégiature très appréciée. De plus, monter au sommet du mont Fuji (Fuji-san en japonais) est le rêve de nombreux Japonais, l'idéal étant d'y voir le soleil se lever du sommet de la montagne. Après Tokyo, le Mont Fuji est probablement l'attraction touristique la plus connue au Japon. Son rayonnement au niveau international est tel que le "Fuji San" suscite beaucoup de légendes et de fantasmes. Dans son « Ni d’Ève ni d'Adam », Amélie Nothomb explique qu'en le gravissant, on devient Japonais… Paisible, serein et beau, Fuji San est situé au centre du Japon sur la côte Sud de l'île de Honshu, à une centaine de kilomètres au Sud-Ouest de Tokyo. Le mont Fuji qui culmine à 3 776 mètres, peut d'ailleurs facilement être aperçu depuis la capitale lorsque les conditions météo le permettent.

86


87


JAPON Nom

Kumano Kodo

Préfecture

Mie et Wakayama

Pays

Japon

Caractéristique Sites sacrés et chemins de

pèlerinage dans les Monts Kii

Depuis plus de 1000 ans, des Japonais provenant de toutes les classes sociales, incluant les aristocrates et même quelques Empereurs, ont fait le laborieux pèlerinage jusqu'à Kumano. Ces pèlerins utilisaient un réseau de routes maintenant appelé Kumano kodo, qui s'étire à travers la péninsule montagneuse de Kii. Le trajet à pied faisait lui-même partie intégrante du pèlerinage, car les pèlerins entreprenaient, chemin faisant, de rigoureux rites religieux de purification et de culte. Marcher sur les pas des pèlerins, sur la route de Kumano kodo, c’est faire l'expérience du paysage mythique de Kumano et de son riche passé culturel. En juillet 2004, les chemins de pèlerinage de Kumano Kodo sont enregistrés en tant que patrimoine mondiale de l'UNESCO comme faisant partie des « Sites sacrés et chemins de pèlerinage dans les Monts Kii ». Le chemin de pèlerinage de Nakahechi débute à Tanabe, sur la côte Ouest de la péninsule de Kii et franchit les montagnes à l'Est vers les Grands Sanctuaires de Kumano. c’est la route la plus populaire pour les pèlerins provenant de l'Ouest du Japon. À partir du 10ème siècle, la route de Nakahechi est empruntée régulièrement par la famille impériale en pèlerinage en provenance de Kyoto. Cette route est parsemée d'auberges traditionnelles nichées au sein de villages montagnards isolés, et est un circuit idéal pour les randonnées de plusieurs jours. D'autres chemins de pèlerinage existent. Ainsi, le chemin Kohechi coupe à travers le centre de la péninsule de Kii du Nord au Sud, reliant le complexe bouddhiste de Koyasan à Kumano Sanzan, le chemin côtier Ohehi est la route de pèlerinage qui continue vers le Sud à partir de Tanabe le long de la côte offrent une vue panoramique de l’océan Pacifique jusqu’au temple de Fudarakusan-ji et la route Iseji, la route de l’est vers Kumano, suit le long de la côte-est de la péninsule de Kii entre le sanctuaire d’Ise-jingu et Kumano Sanzan.

89


90


JAPON

Nom

Île d’Aogashima

Région

Tokyo

Altitude

423 m

Pays

Coordonnées Caractéristique

Japon

32°27′N 139°46′E Île volcanique

L'île japonaise volcanique d'Aogashima est une île de l’océan Pacifique située à un peu plus de 350 kilomètres au Sud de Tokyo. Totalement isolée, Aogashima n’est atteignable qu'en bateau, même si aucun port, sous quelque forme que ce soit, n’est présent à cause des falaises abruptes du volcan. L'autre moyen est d'affréter un hélicoptère depuis l'île de Hachijojima, située à 60 kilomètres de là. Cette île si particulière, est constituée d'un cratère extérieur, qui fait l'intégralité du périmètre insulaire tandis qu'un second cratère volcanique se trouve également à l'intérieur. Deux volcans pour le prix d'un, toujours actifs. L’île offre des paysages spectaculaires où la nature a repris ses droits sur le volcan. En s’attardant sur le paysage, on peut alors voir que l’on se trouve face à un double cratère. L’un très large qui constitue toute l’île et un second en son centre beaucoup plus petit. Les chanceux qui découvrent les paysages d'Aogashima apprécient la fragilité de la civilisation qui s’accroche à ce volcan endormi. Les touristes viennent admirer la nature et les falaises du volcan mais aussi profiter des sources d’eau chaude. L’île semble hors du temps et les chemins de randonnées que l’on peut y découvrir sont totalement intacts tout comme la faune et la flore qui y sont largement protégées. La pureté et la beauté des lieux en font un endroit de rêve qui apaise et repose. Cette île isolée abrite une population d’environ 200 personnes. Elle est difficile d’accès car ses très hautes falaises la protègent des intempéries mais aussi des touristes qui ne peuvent y accéder que difficilement. Les habitants vivent dans le calme et la sérénité, et pour se chauffer, les habitants se servent de l'énergie géothermique du volcan. Grâce à cette même énergie, ils sont même capables de cuire leur nourriture très simplement, dont l'essentiel leur est fourni par l'île elle-même (poissons, légumes, etc.). L'autre ressource de l'île, qui utilise également cette énergie est le sel hingya, un sel de très haute qualité utilisé dans certaines cuisines japonaises. Celui-ci est produit dans une petite usine située en marge du cratère intérieur de l'île en utilisant de l'eau de mer kuroshio, riche en minéraux et en calcium, et en la faisant crisalliser lentement sur plusieurs semaines grâce aux vapeurs dégagées par le volcan. On peut aussi y découvrir le shochu, un alcool distillé. Aogashima fascine les voyageurs mais seuls les plus intrépides, iront découvrir les secrets de cet endroit qui fait partie des îles les plus fascinantes de la planète.

92


93


MONGOLIE Nom

Lac Khövsgöl

Province

Hövsgöl

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Mongolie

51°06′N 100°30′E

1 645 m

Surnommé “La perle bleu de Mongolie”

Le lac Khövsgöl en Mongolie est le plus grand lac d'eau douce de la région. On le surnomme « la perle bleue de Mongolie » en raison de son eau très limpide, si pure qu’on peut la boire. Situé à 1 645 mètres d’altitude, le lac Khövsgöl est une véritable petite mer qui s’étend sur 136 km de long, 36 km de large et jusqu’à 267 mètres de profondeur. Il contient à lui seul 2% des réserves mondiales d’eau douce. c’est le deuxième plus grand lac de Mongolie par sa superficie, après le lac Uvs, un lac salé situé dans l’Ouest du pays. Le lac Khövsgöl et ses alentours sont un parc naturel protégé. Le lac Khövsgöl s’Est formé par la pression des mêmes forces tectoniques que le gigantesque lac Baikal, situé à 195 km plus au Nord, en Sibérie. Les deux lacs sont d'ailleurs reliés par un réseau de rivières. C’est pourquoi on dit du Khövsgöl qu’il est son « petit frère ». L'eau devra parcourir plus de 1 000 km après avoir quitté le Khövsgöl pour se jeter dans le Baikal. Près d’une centaine de rivières viennent se jeter dans le lac Khövsgöl. Le lac Khövsgöl se jette dans la rivière Eg, qui se jette dans le lac Baikal. Le lac est entouré d’une douzaine de sommets qui culminent à plus de 2 000 mètres d’altitude et sont recouverts de forêts de pins. C’est un lac très poissonneux. L’omoul du Baikal, la truite lénok, l’ombre et l’Esturgeon de Sibérie y ont trouvé d’excellentes conditions de vie. c’est également le repère de nombreuses espèces d’oiseaux et de mammifères, tels que la zibeline, le castor, le cerf mongol, le chevreuil de Sibérie, l’ours brun, ou encore le lynx. Parmi les plantes endémiques de cette région, on trouve la saxifrage jaune des marais et la valériane. Le lac gèle entre les mois de janvier et d’avril, et on peut alors y faire du chien de traîneau ou encore de la troïka.

94


95


INDE

Nom

Temple du Lotus

État

Capitale Nationale de Delhi

Pays

Indie

Coordonnées

28°33′N 77°15′E

Caractéristique

Maison d’adoration bahá'íe

Altitude

241,1 m

Le Temple du Lotus est un magnifique centre d'adoration dédié au culte bahá'íe. Le Temple du Lotus se situe à Bahapur, un faubourg au Sud de Delhi. Ce temple est l'une des huit maisons d'adoration baha'ies."Temple-mère" d'Asie du Sud, il est ouvert à toutes les croyances et tient à diffuser un message de paix et d'amour universel. Sa structure d’une hauteur de 40 mètres inspirée de la fleur de lotus représente la pureté et la spiritualité. 27 pétales en marbre blanc sont disposés sur 9 pièces d’eau qui entourent l’édifice (le 9 est un chiffre symbolique dans le bahaïsme), imaginé par l'architecte iranien Fariborz Sahba il fut inauguré en 1986. Chaque côté a une porte qui s'ouvre dans un hall central de 40 mètres de haut qui peut accueillir jusqu’à 2 500 personnes. La lumière qui se reflète dans l’eau tout autour de l’édifice illumine et forme une sorte de halo magique autour du temple. Le temple est officiellement ouvert et consacré au « Dieu Un, à l'Unité de la Religion et de l'Humanité ». Pour respecter les règles de cette religion, qui rassemble plus de 5 millions de fidèles, aucune représentation ou image religieuse n’est visible dans l’édifice. Le culte bahá'íe prône l’unité de toutes les religions. Paix universelle et égalité entre hommes et femmes en sont les principaux fondements. Dans la salle des prières, aucun office religieux n’est célébré. Seules les Saintes Écritures de la foi bahá'ie et des autres Révélations divines antérieures peuvent y être lues. Le silence règne dans ce lieu qui indépendamment de ses règles, attire des millions de personnes. Simples visiteurs attirés par la magnifique vue qu’offre le bâtiment, ou pèlerins venus se recueillir, une grande sérénité se dégage des lieux. Une fois dans le temple, les pèlerins terminent leur voyage spirituel dans la prière et la réflexion intérieure. Le Temple du Lotus est entouré d’un immense jardin à la française dans le style de Le Nôtre qui aspire lui aussi au calme et à la paix. Au coucher du soleil, l’immense lotus est entouré de couleurs qui enchantent et envoutent les visiteurs.

96


97


98


INDE

Nom

Temple de Jambukeswarar

Pays

Inde

Coordonnées

10°51′N 78°42′E

État

Altitude

Caractéristique

Tamil Nadu

73,1 m

Temple hindou célébrant Shiva

Le Temple de Jambukeswarar, aussi connu sous le nom de Thiruvanaikaval, célèbre le culte de Shiva. Ce temple situé au Sud de l’Inde a été construit sur l’île de Shirangam au 12ème siècle. Le temple qui fait partie des 5 temples de Shiva destinés aux éléments est consacré à l'eau. Il est placé au-dessus d’un cours d'eau souterrain qui n’a jamais été asséché. Le shivaïsme est une branche de l'hindouisme, basée sur les textes des Purana, dont les fidèles, les shivaïtes, considèrent Shiva comme divinité d'élection, effectuent des pratiques yogiques et ascétiques, ainsi que des rituels souvent codifiés dans les Agama et influencés par le tantrisme. En s'approchant du temple, les visiteurs traversent les rues encombrées de la ville de Tiruchirappalli qui bourdonnent de l’activité caractérisant la vie quotidienne en Inde. Tiruchirappalli est également connu à travers le Tamil Nadu et au-delà grâce à son Rock Fort, un fort d'une prouesse architecturale étonnante situé au-dessus d'une colline et abritant un temple dédié à Ganesh. La vieille ville regorge également de nombreux temples hindous très anciens dont les plus grands datent du règne des Cholas (9ème au 13ème siècle). Il subsiste également des vestiges de l'ancienne capitale Chola d'Uraiyur, une ancienne ville désormais banlieue de Tiruchirappalli. Les stands colorés aux milles arômes sont des curiosités qui contrastent avec le temple tout proche et son calme. Les gopuram d’entrée hauts de quinze étages, un gopuram est une construction par laquelle on pénètre dans les enceintes successives d'un temple hindouiste, impressionnent par leurs nombreuses couleurs et la richesse des sculptures que l’on peut y observer. Statues de dieux, de guerriers ou encore scènes mythologiques y sont représentées. De ces sortes de tour partent les couloirs dans lesquels les pèlerins peuvent admirer plus de 1 000 colonnes toutes sculptées. Les pas des fidèles qui viennent chaque jour déposer des offrandes sont les seuls bruits qui viennent déranger la paix des lieux. Le temple de Jambukeswarar symbolise le contraste entre la vie quotidienne et la spiritualité profonde de la population indienne. Les grandes célébrations attirent des milliers de fidèles qui se parent alors de tenues colorées qui émerveillent le visiteur.

99


INDE

Nom

Monastère (Compa) Thiksey

Région

Lahakh

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Inde

Village Thiskey

34°03′N77°40'E

3 600 m

Monastère de style tibétain

Le monastère de Thiksey est situé à 3500 mètres d’altitude. Ce monastère de style tibétain fondé il y a plus de 600 ans, surplombe toute la vallée de l’Indus. C’est l’un des plus grands du Ladakh. Il regroupe plusieurs temples et stupas aux splendides représentations picturales de Bouddha. La gompa (monastère en tibétain) situé à une vingtaine de kilomètres de Leh a été construit au 15ème siècle au sommet d’une colline rocheuse et surplombe la vallée de l’Indus. Le monastère est superbe avec ces murs blancs. Entrer l’intérieur en prenant soin de tourner les nombreux moulins à prière qui renferment différents Mantras dont le plus connu est OM MANI PADME HUM signifiant « Salut à toi, Ô Joyau dans le Lotus ». La cour intérieure est richement décorée. Attention à ne pas oublier de respecter le sens de la visite : toujours dans le sens des aiguilles d’une montre. Idem pour les moulins à prières ainsi que les Stupas. Dans une première salle à droite de la cour, inaugurée par le Dalaï Lama en 1980, se trouve un énorme Bouddha de plus de 12 mètres de haut, le Bouddha Maitreya ou Bouddha du futur, en position du Lotus. On ne voit que le haut de cette statue mais c’est très déjà impressionnant. Les murs sont ornés de fresques racontant la vie du Bouddha. Les moines surveillent les allées et venues tout en étudiant les textes assis devant la fenêtre face au Bouddha. Dans une salle adjacente, on peut découvrir tout pleins de statues de différentes tailles représentant Tara. Les statues sont installées dans une grande vitrine entièrement peinte de motifs. Les motifs peints sont pour la plupart l’un des 8 joyaux ou signes de bon augure, symboles de la vénération de Bouddha : le nœud sans fin, la conque, les 2 poissons, la bannière de la victoire, le vase, la roue de la loi, l’ombrelle et bien sûr la Fleur de Lotus. Tara est la divinité féminine la plus vénérée dans le bouddhisme tibétain et se présente essentiellement sous deux formes : Tara Blanche, symbole du Verbe, et la Tara Verte, emblème de la Délivrance. La hauteur des marches est sidérante, environ 35 cm ! Au fond de la cour, on accède au Chokhang, la salle d’assemblée des moines avec le trône du Dalaï-Lama et celui du Rimpoché au fond. Cette salle fait aussi office de bibliothèque. Sur le mur d’entrée se trouve une très belle fresque qui reprend l’un des fondements de l’enseignement bouddhique : La Roue de la Vie. Derrière cette salle d’assemblée se trouve une petite chapelle très sombre qui abrite les statues de Shakyamuni, Avalokiteshvara et Tsongkhapa. L’atmosphère qui règne à l’intérieur du monastère est reposante, zen et invite tout visiteur à la méditation. L’odeur de l’encens envoûte tandis que celui du beurre des lampes est entêtant.

100


115


INDE

Nom

Kanchipuram

État

Tamil Nadu

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Inde

12°49′N 79°43′E 86,8 m

Ville sainte et reconnue pour son travail de la soie

Kanchipuram est l’une des sept villes saintes de l’Inde. Cette ville dont le nom signifie « la ville d’or » est un riche centre de l’hindouisme. Dans les croyances, on accéderait plus rapidement à la libération finale de l’âme, le moshka, au cœur de Kanchipuram. Capitale du royaume des Pallava entre les 7ème et 9ème siècles, l’art et la tolérance dans la pratique de la religion y ont été encouragés. Cela explique que l’on y compte 125 temples qui attirent pèlerins et voyageurs du monde entier. De tous les temples édifiés par les souverains pallavas, il en reste quelques-uns dont le temple Kailasanatha, une des merveilles de l'art indien. Ce temple construit au 8ème siècle est alors le plus grand du pays. Ce temple dédié à Shiva fait une place exceptionnelle à la Déesse. Les scènes qui y sont sculptées sur de grandes colonnes blanches, sont d’une richesse incomparable. Un parc à l’entrée du temple offre une bouffée d’air pour préparer à la sérénité qui se dégage des lieux. Le temple d’Ekambareswara est aussi une merveille avec son gopuram haut d’environ 60 mètres. Un célèbre manguier sacré y pousse, il aurait 3 500 ans et représenterait les quatre Vedas avec ses quatre branches. Les Vedas sont les textes sacrés de l’hindouisme. Ils étaient transmis oralement avant l’arrivée de l’écriture, ils sont considérés comme les textes religieux les plus anciens. En plus de son charme spirituel, Kanchipuram est un centre important du tissage de la soie. Une grande partie de la population produit des saris aux couleurs chatoyantes. Tissés à la main, ils sont réputés dans tout le pays. Cette ville, sanctuaire de paix et de tolérance, aussi bien que destination de choix pour les jeunes mariés qui viennent y chercher les meilleurs tissus pour leurs vêtements de noces fascine.

102


103


INDE

Nom

Varanasi

État

Uttar Pradesh

Pays

Coordonnées Altitude

Inde

25°17′N 82°58′E 80,71 m

Caractéristique Ville sainte de l’hindouisme

Varanasi autrefois appelée Bénarès est une ville sainte de l’hindouisme et accueille de nombreux pèlerins qui viennent y vénérer Shiva. Ville spirituelle très importante du pays, située sur les bords du Gange, elle est réputée pour son tissage de la soie mais surtout pour ses berges façonnées en marches de pierres, les gaths. La haute cour de l'État himalayen de l'Uttarakhand, décida en Mars 2017 que le fleuve Gange, ainsi que la rivière Yamuna, cours d'eau sacrée du Nord de l'Inde, sont désormais considérés comme des entités vivantes ayant le statut de personne morale avec les droits et les devoirs correspondants. Cette décision est censée permettre de combattre plus efficacement la pollution provoquée par des rejets industriels ou d'égouts. La cité est un lieu mystique qui offre de nombreuses promesses. Les pèlerins arrivent de tout le pays et de toute l'Asie pour se baigner dans les eaux qui lavent de tous les péchés. Ablutions, pujas et crémations y sont pratiquées par des milliers de fidèles. Le puja est un rite d’offrande et d’adoration, son déroulement est différent selon les trois religions qui l’utilisent. Le Gange est le principal lieu de vie des habitants, ils s’y recueillent, s’y lavent, y installent leur commerce ou y passent simplement leur temps libre. Vieille cité au bord du Gange, Vârânasî, ville sacrée entre toutes pour les hindous, est un lieu mythique et mystique. Vârânasî est pour les hindous, ce qu’est la Mecque pour les musulmans ou Jérusalem pour les juifs et les chrétiens. Toute l’année, des milliers de pèlerins y viennent afin de se baigner dans les eaux sacrées du fleuve ou pour y mourir. Car mourir à Vârânasî c’est la promesse d’accéder plus vite à la vie éternelle. Connue pour la délivrance spirituelle que l’on peut y atteindre, la ville est aussi très importante car elle abrite une université réputée. L’université hindoue de Bénarès accueille des étudiants qui viennent y découvrir entre autres la musique, la philosophie, les sciences ou encore le jyotish. Le jyotish associe astrologie et astronomie selon les normes des Vedas. Plus loin, le long du fleuve, se trouve le fort Ramnagar. Il faut pour y accéder, traverser un pont provisoire. Ce fort en grès rouge, construit au 18ème siècle et résidence aujourd’hui encore du Maharaja de Varanasi, offre une superbe vue sur le fleuve et sur la ville.

104


105


INDE

Nom

Taj Mahal

État

Uttar Pradesh

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Inde

27°10′N 78°02′E 86,8 m

Mausolée de marbre blanc chef

d’œuvre de l’architecture moghol

Le Taj Mahal se trouve à l'est d'Agra, une ville à 175Kms de la capitale de l'Inde New Delhi, dans une zone qui était autrefois celle des palais et jardins des seigneurs, lors de la construction du monument, aux temps de l'apogée de l'Empire moghol, au 17ème siècle. Situé sur les bords de la rivière Yamuna, le Taj Mahal, superbe mausolée de marbre, est un joyau de l’architecture moghol. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est une merveille de l’art musulman qui s’étend sur près de 17 hectares. Construit au 17ème siècle sous les ordres de Shah Jahan pour abriter la tombe de sa défunte épouse, le nom de Taj Mahal signifie "Couronne de tous les palais", cela vient du persan. Sa beauté en fait l'un des monuments les plus beaux au Monde. Il est le symbole de l'amour éternel, ayant été construit uniquement dans le but d'offrir à une femme un tombeau digne de l'amour de son époux. Le Taj Mahal est surtout connu pour son mausolée de marbre blanc, mais ce mausolée ne représente qu'une partie du site du Taj Mahal. Sa construction au cœur d’un complexe comprenant des mosquées, des pavillons et de splendides jardins parcourus de canaux a nécéssité plus de 20 000 artisans. Entouré de hauts remparts en pierres rouges et de différentes portes qui permettaient de contrôler l’accès au lieu, le Taj Mahal a pu être admirablement bien protégé. Les jardins symbolisent le paradis, tout y est donc organisé à la perfection et avec une grande symétrie. La plupart des jardins moghols sont rectangulaires avec un pavillon ou une tombe centrale. Le jardin du Taj Mahal déroge à cette règle en repoussant le mausolée principal à une place inhabituelle, au fond du jardin. Ce jardin est un carré de 300m de côté divisé en 4 morceaux par 4 plans d'eau calme dans lesquels se reflète le mausolée. Ils sont orientés vers les 4 points cardinaux. À titre symbolique le chiffre 4 se retrouve un peu partout dans le jardin. c’est une référence aux 4 rivières du Paradis dont parle le Coran. Il y a ici 4 canaux, 4 secteurs de pelouses divisés en 4 sous-secteurs, le mausolée à 4 minarets, 4 dômes secondaires, etc. Lors de la découverte des lieux, l’atmosphère est chargée de magie et offre une bulle de fraîcheur. La beauté architecturale des lieux et leur richesse confère un caractère unique et harmonieux à l’édifice. La chambre principale du mausolée est ornée de nombreuses pierres précieuses qui viennent embellir les bandeaux décoratifs représentant des fleurs. Tout l’ensemble du Taj Mahal est paré de fines décorations qui éblouissent les visiteurs. Les motifs sont principalement floraux, végétaux ou calligraphiques. Les incrustations sont en marbre, en jade ou en peinture. Chaque année, des millions de visiteurs se rendent au Taj Mahal pour profiter de la vue spectaculaire et rendre hommage à la dévotion et à l’amour d'un mari pour sa femme.

106


107


NÉPAL

Nom

Bauddhanath ou Bodnath

District

Katmandou

Pays

Coordonnées Altitude

Népal

27°43′N 85°21′E 1 333,4 m

Caractéristique Sanctuaire bouddhiste et un des plus grands stûpa au monde.

Bauddhanath est l’un des principaux sanctuaires bouddhistes, il domine un paysage de plus de 50 monastères tibétains. Il s’agit d’un des sites les plus visités au Népal. Inscrit avec six autres bâtiments au patrimoine mondial de l’UNESCO, au titre de Vallée de Kathmandu, il participe à la valorisation de la richesse culturelle du pays. De nombreux pèlerins suivent une ancienne tradition lorsqu’ils arrivent au pied du stupa. Ils tournent une fois entièrement autour de l’édifice. Le stupa de Bauddhanath Est le plus grand et le plus important du pays. Les stupas sont les noms caractéristiques de ces temples qui ont un toit à plusieurs étages et qui sont souvent construits en briques et en mortier avec des structures de bois. Les dômes blancs de ces édifices sont surmontés de cubes dorés sur lesquels sont peints les yeux du Bouddha. Ces yeux sont présents sur les quatre faces chacune tournées vers un des centres cardinaux. Bouddha peut ainsi tout voir. La base du stûpa se compose de trois terrasses, représentant un mandala géant que les fidèles peuvent parcourir. On peut y voir 108 niches contenant chacune une statue de bouddha. Cette base représente la terre, la coupole l'eau, la tour surmontant la coupole le feu, la couronne l'air et le pinnacle l'éther. La base de la tour, carrée, constitue une harmika qui porte les yeux du Bouddha ; la partie supérieure en forme de pyramide allongée se compose de 13 degrés qui représentent le chemin vers l'éveil. La grandeur du stupa intimide les visiteurs par la puissance spirituelle qu’il dégage. Lorsque les pèlerins se recueillent en tournant autour de l’édifice tous dans le même sens, le spectacle Est fascinant. Le sanctuaire Est entouré de drapeaux de prières qui sont hissés à son sommet sur des cordelettes. Le vent qui souffle sur les morceaux de tissus ainsi accrochés, disperse les messages qui y sont inscrits dans l’espace pour les transmettre aux dieux. Bauddhanath Est un des endroits les plus sacrés, paisibles et envoutant témoignant de la religion qui réunit des milliers de fidèles. À la suite du tremblement de terre de 2015 le harmika (sommet du stupa) a été démantelé afin d'être rénové. Un nouvel harmika resplendissant a depuis repris place sur le stûpa.

108


109


NÉPAL

Nom Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Himalaya

Népal / Inde / Bhoutan / Pakistan /

Chine / Birmanie / Afghanisatan

27°59′N 86°55′E

8 848 m

Plus hautes montagnes du monde

Comme un escalier menant au toit du monde, s'élève au Sud de l'Asie, l'Himalaya, un ensemble de chaînes de montagnes parallèles de plus de 2 500 km de long sur 250 à 400 km de large, formant un arc de cercle orienté Est-Ouest qui sépare le haut plateau du Tibet, au Nord, de la plaine alluviale indogangétique, au Sud. L'Himalaya s'étire entre la vallée du fleuve Indus à l’Ouest, et celle du fleuve Brahmapoutre à l’Est. Couvrant une aire estimée à 600 000 km², il se raccorde à la chaîne du Karakoram à l'Ouest, et aux chaînes birmanes à l'Est. Le versant Sud de l’Himalaya coiffe le Nord de l'Inde, le Népal et le Bhoutan. Son versant Nord vient border le haut plateau du Tibet (Chine). Cette vaste zone constitue l'aire himalayenne. Elle abrite les plus hauts pics du monde comme par exemple l’Everest qui envoûte autant qu’il effraye par son immensité. La beauté des paysages est à couper le souffle, vallées profondes, pentes escarpées et sommets couverts de neige montrent la rigueur des conditions de vie que la nature impose à l’Homme. De nombreux glaciers et lacs se cachent dans ces montagnes. Le Gange, le fleuve sacré des hindous et l’un des plus importants fleuves du monde, prend naissance dans l’un des glaciers de l’Himalaya. Les reliefs abritent de nombreux lieux qui ont une haute importance dans le bouddhisme et l’hindouisme. Des monastères ont été construits sur les pentes de l'Himalaya et de nombreux moines se réfugient dans des grottes pour enseigner, méditer ou trouver leur chemin spirituel. Depuis des siècles, les pèlerins sillonnent les sentiers de l'Himalaya pour se recueillir dans les lieux saints et y faire des offrandes aux dieux. Ces montagnes seraient des ponts entre la terre et le ciel. Les populations qui peuplent les plateaux de l’Himalaya ont différentes croyances et des modes de vie qui s’adaptent à la montagne. Deux milieux se dégagent principalement, les peuples vivant au-dessous de 2 500 mètres d’altitude et ceux vivant au-dessus. Les premiers bénéficient d’un climat tempéré chaud qui leur permet de faire de nombreuses récoltes variées. Ils sont souvent regroupés en villages. Plus on prend de la hauteur, plus les villages sont espacés et les habitants moins nombreux. Ils vivent en autarcie et se nourrissent de ce qu’ils cultivent ou des animaux qu’ils élèvent. Moutons, chèvres et yacks permettent de se nourrir, de se déplacer ou sont vendus ou échangés. La nature cohabite ici avec l’homme mais ne lui laisse pas prendre le dessus, elle lui offre de superbes paysages et un lieu de vie d’une pureté incroyable mais il doit en échange montrer sa force face aux éléments.

110


111


SRI LANKA Nom

Jetavanaramaya

Province

Centre-Nord

Altitude

113,8 m

Pays

Coordonnées Caractéristique

Sri Lanka

8°21′N 80°24′E Stupa abritant une relique de Bouddha

Jetavanaramaya est un stupa situé dans les ruines antiques de la ville Sri lankaise d’Anuradhapura. Cette ville sacrée est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Sa construction a commencé en 273, le stupa était à l’époque un impressionnant sanctuaire avec environ 120 mètres de hauteur. C'était aussi une des plus grandes structures de l'ancien monde avec une hauteur de 122 m, ce qui en fait le plus grand stûpa de l'époque. Environ 93,3 millions de briques ont été nécessaires à sa construction, qui a représenté un succès technique à l'époque. Ses fondations prennent racine à plus de 8 mètres de profondeur et le fait qu’il soit construit en briques rend admiratif sur les connaissances architecturales de l’époque. Selon le Mahavamsa, texte en langue pāli relatant l'histoire des rois anciens du Sri Lanka, il a été édifié à la place du Mahavira détruit, ce qui a provoqué une révolte d'un des ministres du roi. Une ceinture, relique de Bouddha y serait conservée. Avec les 5 hectares du complexe, il y aurait eu lors des plus grands rassemblements, plus de 10 000 moines bouddhistes réunis pour s’y recueillir. Suite à des conflits religieux, les moines ont abandonné le stupa et se sont réfugiés dans les montagnes. À la fin du 20ème siècle, des fouilles ont mis à jour de nombreuses pièces datées du 9ème siècle. Bijoux, reliquaires, monnaies et même des fragments d’un texte manuscrit qui serait un discours philosophique de Bouddha à ses disciples. Ces traces du passé, montrent que la ville était un grand lieu de rencontre et de commerce. Les pèlerins viennent aujourd’hui redécouvrir ces lieux sacrés qui ont pu être protégés pendant des siècles par la jungle qui s’est étendue tout autour. Abandonnés pendant plusieurs siècles, une grande campagne de restauration et de conservation a été mise en place pour redonner aux lieux leur splendeur d’antan. On peut y trouver les empreintes spirituelles de plusieurs générations antiques qui offrent encore de nos jours calme et apaisement.

112


113


MALDIVES Nom

Mer des étoiles sur l'île de Vaadhoo

Région

Atoll Raa

Pays

Maldives

Province / État

Île de Vaadhoo

Altitude

Niveau de la mer

Coordonnées

Caractéristique

5°51′N72°59'E

Site rare de planctons bioluminescents

L’île de Vaadhoo se trouve à 8 km de l’aéroport international de Malé. Certains couples posent le pied directement sur l’île de Vaadhoo pour vivre leur lune de miel près de cet océan d’étoiles. À l’instar de bon nombre de spots aux Maldives, cette destination est aussi prescrite pour les fans de snorkeling et de plongée, curieux d’approcher corail et autres merveilles marines. Vaadhoo est une des îles inhabitées qui a été aménagée pour la venue des touristes et des plongeurs du monde entier. Cette plage qui scintille et s'illumine d’un bleu électrique à la nuit tombée semble irréelle... Cette longue plage couverte de milliards de points lumineux se nomme "mer des étoiles" car son eau de mer scintillante et pétillante donne l'illusion de refléter le ciel étoilé ! Souvent considéré par les habitants comme un paradis sur terre, le phénomène ne se produit que dans quelques endroits à travers le monde, les îles Vaadhoo des Maldives étant les plus célèbres. Vaadhoo est connue pour son phytoplancton des mers s'illuminant la nuit lorsque les vagues arrivent sur la plage pendant les « marées rouges ». Ces marées sont provoquées par l’accumulation de micro-organismes aquatiques et donc une forte concentration des eaux en phytoplanctons. Ces organismes minuscules brillent comme des lucioles chaque fois qu'ils sont stressés ou agités. Cette bioluminescence a lieu seulement dans les eaux côtières chaudes et se rencontre sur de nombreuses plages voisines. Les "lucioles de mer" peuvent s'observer toute l'année. C'est un peu comme pour les aurores boréales. Le phénomène de bioluminescence est imprévisible. Il semble cependant que vos chances soient plus élevées entre août et novembre. Le terme scientifique est « bioluminescence » se produit généralement sur les nuits sans lune. Presque toutes les plages des Maldives ont un certain niveau d'activité bioluminescent, mais les meilleurs endroits sont des îles avec des lagunes à eau chaude qui ont des débouchés étroits sur la mer. En dehors des Maldives, le phénomène se produit également dans d’autres régions du monde, mais aucune n'est spectaculaire comme la mer des étoiles de Vaadhoo.

114


129


CAMBODGE Nom

Angkor Vat

Province

Siem Reap

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Cambodge

13°24′N 103°52′E 37,1 m

vestiges de l’Empire khmer

Angkor au Nord du Cambodge est un immense site archéologique. L’ensemble des ruines de l’ancienne capitale de l’Empire khmer sont classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. De nombreux monuments composent le site. L’un des mieux conservé est le temple d’Angkor Vat. Construit au 12ème siècle, il est le seul monument à être resté depuis sa création un lieu de culte accueillant pèlerins et curieux. Le temple est devenu l’emblème du pays et il est même représenté sur le drapeau du Cambodge. Conçu comme une représentation de Mont Meru, la maison des dieux, il est entouré par des murs extérieurs et des douves. Oubliés des hommes, ils étaient enfouis depuis des siècles sous une végétation luxuriante. Jusqu'à ce qu'un explorateur français, Henri Mouhot, les redécouvre en 1860 et les fasse connaître au monde entier. 150 ans plus tard, les fabuleux temples d'Angkor, connaissent un rayonnement international. L'empire Khmer étendit son hégémonie pendant six siècles sur l'ensemble des territoires de la péninsule indochinoise. Du 9ème au 15ème siècle, les rois successifs installèrent leur capitale à Angkor où ils firent construire d'admirables monuments religieux ainsi qu'un système d'irrigation sophistiqué. Parmi les temples plus célèbres, le gigantesque Angkor Vat, construit au début 12ème siècle par le roi Suryavarman II, est l'un des plus grands édifices religieux jamais construit de par le monde. Exceptionnellement, Angkor Wat a été construit dans une direction est-Ouest, les chercheurs doivent encore déterminer la signification du placement. Angkor est l'un des principaux sites archéologiques de l'Asie du Sud-Est, il s'étend sur près de 400 km2 recouvert en partie par la forêt. Le parc archéologique d'Angkor compte plus d'une centaine de temples khmers du 12ème siècle. Le site est la principale destination touristique du pays avec des centaines de milliers de visiteurs chaque année. Cet immense parc archéologique, couvert en partie par la forêt, recèle des centaines de bâtiments, vestiges d'une civilisation khmère puissante et d'un raffinement extrême qui subjuguent les visiteurs.

116


117


THAÏLANDE Nom Pays

Temple Tiger Cave (Temple de la grotte du tigre)

Thaïlande

Région

Thaïlande Sud

Coordonnées

81°2′N98°92'E

Province / État Altitude

Caractéristique

Province Krabi 280 m

Grotte bouddhiste sacrée

La province de Krabi est une province au sud de la Thaïlande bordée par la mer d'Andaman à l'ouest. C’est une terre luxuriante de montagnes boisées et de belles plages de sable blanc. Le parc national de Khao Sok est l'un des secrets cachés de la Thaïlande. Hors des sentiers battus du tourisme grand public, ce joli parc national offre une vue sur les pics déchiquetés entourant un lac placide d'une beauté incomparable. C'est un endroit pour se rapprocher de la nature. Les sources chaudes de Klong Thom ne reçoivent pas beaucoup de visiteurs car elles sont loin de l’axe touristique principale même si elles sont à seulement une heure et demie de Krabi. La Thaïlande est l'une des destinations touristiques les plus populaires en Asie. Le pays a tellement d'attractions qu’il vous sera peut-être difficile de toutes les voir en une seule visite. La province de Krabi est sensée être le lieu d’habitation le plus ancien du pays. Wat Tham Seua ou Temple Tiger Cave ou Temple dela grotte du tigre, est l'un des sites bouddhistes les plus sacrés de la province de Krabi. Plus connu par les pèlerins et les touristes sous le nom de Tiger Cave Temple, ce temple à quelques kilomètres à l'extérieur de la ville de Krabi est surtout apprécié pour la vue qu'il offre sur les environs depuis une montagne dont l'ascension se fait par un escalier de 1260 marches et pour ses grottes dont la fameuse ''grotte du tigre''. Les panneaux indiquent une montée de 1237 marches mais la dernière marche porte le numéro 1260. En haut, outre le point de vue, vous trouverez un petit chedi doré et une statue de Bouddha assis. La balade dans la partie forestière du temple appelée ''Wonderland'' où se trouvent toutes les grottes, de très beaux arbres centenaires ainsi qu'un sanctuaire avec un Bouddha coloré est agréable pour le cadre et pour sa fraîcheur appréciable après l'ascension du pic et ses plus de 1200 marches. Une petite horde de singes vit dans le temple. La fondation du Temple de la grotte du Tigre remonte à 1975, lorsqu'un moine est venu méditer dans la grotte. Pendant sa méditation, il aurait vu des tigres tourner autour de la grotte, ce qui expliquerait le nom qui lui a été donné. Mais il existe d'autres légendes autour du nom du Wat Tham Seua, comme celle racontant qu'un tigre énorme vivait dans la grotte ou quelle doit son nom aux traces de pattes de tigre retrouvées sur ses parois ou à la forme d'une partie de la grotte ressemblant l'empreinte d'un tigre.

118


133


120


INDONÉSIE Nom

Borobudur

Région

Java Central

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Indonésie

Magelang

7°36′S 110°12′E 269.1 m

Le plus grand temple

bouddhique au monde

À deux pas du volcan Merapi et au centre de l’île de Java, le sanctuaire bouddhique de Borobudur trône majestueusement depuis plus d’un millénaire. Gigantesque mandala, les bouddhistes du monde entier visitent cette terre sacrée, aujourd’hui musulmane, y déposent quelques offrandes ou récitent des mantras pour exprimer leur foi. La grimpette pour aller à la rencontre du nirvana est, théoriquement du moins, aussi mystique que touristique. Parcourir les galeries et les escaliers du « parc » de Borobudur, c’est d’abord entreprendre un parcours initiatique et didactique – le « tour » se fait dans le sens des aiguilles d’une montre – pour le fidèle en quête de libération intérieure. Borobudur est le plus grand temple bouddhique au monde, construit vers l'an 800 après J.C par l'un des rois de la dynastie Cailendra, et abandonné en 950. Le temple a été restauré avec le concours de l'UNESCO à partir de 1973 et jusqu'en 1985 et figure à l’inventaire du patrimoine mondial. Il est construit sur trois niveaux : une base pyramidale comprenant cinq terrasses carrées concentriques, surmontée d'un tronc de cône (trois plate-formes circulaires) et couronnée d'un stupa monumental. Borobudur est un immense monument en pierre, de 123 m de côté et haut de 42 m, Le plus grand de tous les monuments bouddhistes. 72 stupas ajourés abritent autant de statues du Bouddha, mais beaucoup manquent. La majorité des pierres a été sculptée et décorée. Sauf les dalles du pavement. Borobudur compte 2670 bas reliefs dont une bonne partie raconte une histoire. Borobudur est un haut lieu du Bouddhisme de l'Asie du Sud-Est. Borobudur est le site le plus visité en Indonésie (plus de 2,5 millions de visiteurs dont 20% d'étrangers). Borobudur domine la vallée, cerné par de redoutables et redoutés volcans, le « parc archéologique » se situe dans la plaine fertile et sacrée de Kedu, à Magelang, à 42 km de la ville de Yogyakarta, « capitale culturelle » de l’île de Java sinon de l’Indonésie tout entière.

121


INDONÉSIE Nom

Forêts tropicales de Borneo

Région

Grandes îles de la Sonde

Pays

Province / État Coordonnées

Indonésie, Malaisie et Brunei Borneo

01°N 114°E

Caractéristique Ecorégion terrestre fragile définie par le Fonds mondial pour la nature (WWF)

Riche de dizaines de milliers d'espèces animales et végétales dont une grande partie reste encore à découvrir, la forêt primaire de Bornéo, au cœur de l'Insulinde, est une sorte de paradis primitif pour de nombreuses espèces endémiques et rares. Des conditions de vie extrême (chaleur, hygrométrie proche de la saturation et luminosité au sol presque nulle), y ont créé un univers unique où les plantes sont volontiers carnivores. Les lézards et les singes volent et les crapauds savent se déguiser en feuilles mortes. L'île est parmi les zones du monde les plus riches en biodiversité, et de nouvelles espèces y sont souvent découvertes. De toutes les grandes étendues forestières tropicales, celle de Bornéo régresse actuellement le plus rapidement, notamment à cause des incendies ou feux de forêts (qui sont en outre sous les tropiques une source massive de gaz à effet de serre, et de dégradation des « puits de carbone ». Dans le Sud-Est-Asiatique, Bornéo connait le plus fort taux de déforestation au monde. Le feu y est l'une des premières causes de déforestation, et occasionne un énorme relargage de CO2 dans l’air. Près d’un quart des forêts de Bornéo (parmi les plus riches du monde en biodiversité) a brûlé au moins une fois en 10 ans. Les forêts pluviales des basses terres de Bornéo forment une écorégion terrestre définie par le Fonds mondial pour la nature (WWF), qui appartient au biome des forêts de feuillus humides tropicales et subtropicales de l'écozone indomalaise. Située dans les zones de basse altitude de l'île de Bornéo, la région est l'un des plus riches exemples de forêts pluviales au monde et sa biodiversité rivalise avec celle de la Nouvelle-Guinée et de l'Amazonie. Elle compte plus de 10 000 espèces végétales, dont 267 espèces de Diptérocarpacées (parmi lesquelles 155 sont endémiques de l'île) et sont connues pour accueillir la plus grande fleur du monde (jusqu'à 1 m de diamètre), Rafflesia arnoldii. Ces forêts abritent notamment l'orang-outan de Bornéo, sévèrement menacé, ainsi que des populations non négligeables de rhinocéros de Sumatra et d'éléphant d'Asie et possèdent une avifaune exceptionnellement riche. Malheureusement, une part importante de l'écorégion a été récemment convertie en plantations de palmiers à huile ou défrichée à des fins commerciales. Cette culture s'est propagée à une vitesse fulgurante : un bienfait pour l'économie du pays, une catastrophe pour sa biodiversité.

122


123


MALAISIE Nom

Grottes de Batu

Région

Selangor

Coordonnées

3°14′N 101°41′E

Pays

Province / État Altitude

Caractéristique

Malaisie

Selangor 57,2 m

Ensemble de grottes aménagées en temple Hindou

Site d'un temple et d'un sanctuaire hindou, les grottes de Batu attirent des milliers de fidèles et de visiteurs. S'élevant à près de 100 mètres au-dessus du sol, le complexe religieux formé par les grottes de Batu se compose de trois grottes principales et de plusieurs autres plus petites. La plus importante, connue sous le nom de « Grotte cathédrale » ou de « Grotte du temple », atteint 100 mètres de haut, et s'enorgueillit de sanctuaires hindous richement décorés. Pour l'atteindre, les visiteurs doivent grimper un escalier assez raide de 272 marches. Affleurement calcaire, les grottes de Batu est un ensemble de grottes qui au fil du temps ont été aménagées pour en faire un majestueux temple. Monument majeur du site, l'énorme statue du dieu hindou Murugan accueille les visiteurs et les fidèles au bas du grand escalier qu'il faut gravir pour enfin voir le panorama imprenable sur le centre-ville. Entourée d’un lac, la grotte surprend par une immense statue en or haute de 42 mètres, représentant Murugan, dieu de la guerre. Placée à l’entrée, elle accueille les visiteurs et sert souvent de point de rassemblement lors de la grande fête hindoue de Thaipusam entre janvier-février. À la base de la colline se trouvent deux autres grottes aménagées en temples, la « Grotte de la galerie d'art » et la « Grotte du musée », toutes deux remplies de statues et de peintures hindoues. Beaucoup de sanctuaires se rattachent à l'histoire de la victoire de Murugan sur le démon Surapadam. Plus grand centre hindou hors du territoire indien, les grottes Batu sont un ensemble de grottes à 15 kilomètres au Nord de Kuala Lumpur.

124


125


126


BIRMANIE

Nom

Pagode Shwedagon

Région

Rangoon

Altitude

66 m

Pays

Coordonnées

Caractéristique

Birmanie

16°47′N 96°08′E

Stûpa doré recouvert de 8 688 plaques d’or massif

Les richesses cachées dans cette pagode recouverte de plus de 40 tonnes de feuilles d’or sont éblouissantes. La Shwedagon est largement considérée comme le plus important des sites religieux pour les Birmans. La plupart des visiteurs en reviennent comblés et touchés par l’atmosphère des lieux. Ce nom à la consonance légèrement barbare provient du mont « or » (shwe) et de l’ancien nom de la ville de Yangon/Rangoon (dagon). Située sur la colline de Singuttara, la pagode Shwedagon est le premier centre religieux du pays. D’après la légende, ce lieu saint bouddhiste contiendrait les reliques des quatre anciens Bouddhas dont des mèches de cheveux de l’un d’eux. La pagode de Shwedagon occupe depuis 2 500 ans une place privilégiée dans le cœur des Birmans. Symbole d’une ferveur partagée, le monument est considéré comme l’un des joyaux de l’Asie à l’instar d’Angkor. Il est bien difficile encore aujourd’hui de connaître l’origine de sa création, mais elle se situerait probablement au 6ème siècle. Plusieurs fois détruite et reconstruite, la pagode Shwedagon doit sa vaste plate-forme et le stûpa central à la seule reine connue du royaume birman, Shin Sawbu (15ème siècle). Une reconstruction partielle en 1728 lui aurait donné sa forme actuelle. Le stûpa, qui dans l’architecture bouddhiste fait office de mausolée, conserverait les reliques des quatre bouddhas et huit cheveux du Bouddha Gautama. Reliques qui alimentent un répertoire fourni de légendes et d’anecdotes historiques et légitiment sa décoration extravagante. Couvert de 8 688 plaques d’or massif, il est coiffé d’un hti élevé en 1871 par le roi Mindon, sorte de parasol orné de pierres précieuses, et d’une émeraude. La pierre de dimension inhabituelle capte les rayons du soleil au couchant. Tout autour, autels, stûpas de moindre importance, pagodes et temples dédiés aux éléments naturels, aux rois, aux empreintes de Bouddha, rappellent quelques événements historiques comme la révolte des étudiants de 1920 puis celle sévèrement réprimée des moines en 2007. Certains autels sont plus populaires que d’autres à l’image de l’Aung Myea, lieu de prière où l’on vient pour que ses vœux soient exaucés. Les fidèles remercient les nats (esprits) par toutes sortes d’offrandes. Outre sa somptuosité, le lieu attire les bonzes et une foule de fidèles très calmes qui sans cesse tournent autour du grand stûpa, prient en silence ou récitent des mantras. Le site est surtout dédié au bouddhisme theravada, dominant en Birmanie.

127


ÉTHIOPIE Nom

Bet Giyorgis ou Maison de Saint George

Région

Amhara

Coordonnées

12°01′N 39°02′E

Caractéristique

Site de pèlerinage pour les chrétiens éthiopiens

Pays

Province / État Altitude

Éthiopie

Lalibela

2 423,7 m

Parfois appelée « la huitième merveille du monde », Lalibela est un site bouleversant situé au cœur du plateau éthiopien dans la région Amhara qui est le noyau historique du royaume chrétien d’Abyssinie. Sa renommée touristique provient de son incroyable concentration en églises anciennes dites « monolithes », sculptées voire « enterrées » dans la roche. Ces bâtiments ont des formes les plus surprenantes et les plus pittoresques et sont le théâtre de festivals religieux colorés. L’endroit est logé au cœur de magnifiques paysages montagneux. Le site le plus connu rassemble des églises monolithes taillées en profondeur dans des excavations, à même la roche, dans différentes sortes de tuf. Les églises sont encaissées entre des tranchées que leurs bâtisseurs ont creusé dans la roche ; elles se trouvent en quelque sorte au cœur de ravins et sont accessibles par une succession d’échelles. Bet Giyorgis, ou Maison de Saint George, est l'église la plus surprenante et unique de Lalibela. Elle n’est pas unique, car elle appartient à un ensemble de 11 églises qui sont au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1978 et qui sont toujours le principal lieu de pèlerinage pour les chrétiens orthodoxes éthiopiens. Ses bâtisseurs ont été inspirés par les bâtiments de Jérusalem de l'époque de Saladin. La maison de Saint-Georges est un monolithe parfait d'environ 15 mètres de haut. On y accède par une sorte de passage aussi creusé dans la roche et à peine visible. Bet Giyorgis est le joyau des églises orthodoxes de Lalibela, Unesco les a déclarés site du patrimoine mondial, mais beaucoup de gens ne sont pas conscients de leur existence. Bet Giyorgis est l’un des onze bâtiments rupestres de Lalibela, aujourd'hui tous utilisés comme églises, en Éthiopie dans l'ancienne province du Lasta, à 2 600 m d'altitude. Elle a été taillée dans la roche au début du 13ème siècle et est la plus célèbre et la plus récente des onze églises de la « nouvelle Jérusalem ». Le cœur de chaque église est le « maqdas », la pièce qui abrite le « tabot » symbolisant à la fois l'Arche d'alliance et les Tables de la Loi. Seul le prêtre a le droit d'y pénétrer. La porte en est généralement décorée d'images pieuses et de riches draperies. Une croix monolithe marque le point de départ d’un parcours sacré effectué par les pèlerins. On a beau s'y être préparé, l'émotion est au rendez-vous. On approche et soudain, au ras du plateau, elle est là. Sa croix grecque affleure la roche environnante et l'à pic de ses murs s'ouvre tout autour. L'église Saint Georges est excavée, creusée dans la roche. Solidaire de la montagne, un gros bloc en forme de croix, lui-même creusé pour offrir une église interne avec porte et fenêtres. La patine du temps contribue au charme de ce monument unique.

128


129


RÉPUBLIQUE DE MAURICE Nom

Chutte d’eau sous-marine

Région

Océan Indien

Pays

Province / État

République de Maurice N/A

Coordonnées

20°12′S 57°30′E

Caractéristique

Illusion d’optique vue du ciel

Altitude

0,0 m

L’ïle Maurice est une île officiellement appelée la République de Maurice, et se situe dans l’océan Indien à environ 2 000 km au large de la côte Sud-Est du continent africain et proche du Madagascar et du Mozambique. Une illusion fascinante se trouve à la pointe Sud-Ouest de l’île. Vu des airs, un écoulement de dépôts de sable et de limon donne l’illusion d’une chute d’eau sous-marine. Grâce aux prises de vues aériennes, l’impression trompeuses visuelle est absolument à couper le souffle ! Les photos satellite spectaculaires nous feraient presque croire qu’il y a une cascade sous-marine au large de la côte de ce paradis tropical. Grâce à d’autres photos, le paysage semble avoir été peint avec des nuances de vert, bleu et blanc, créant la fausse impression qu’une chute d’eau tombe dans le fond de l’Océan Indien. c’est le sable qui provoque cette illusion magique, et que l’on retrouve dans la couleur la plus vive de l’eau. Les vagues importantes qui s’écrasent dans cette partie de l’île dispersent le sable et cela forme ainsi un courant naturel vers le « bas ». Avec ces images, on a vraiment l’impression que c’est une réelle cascade, mais le phénomène s’apparente plus à un sablier en réalité. Pas besoin d’effets spéciaux, le monde naturel est tout simplement à couper le souffle, et nous avons non seulement la chance de pouvoir en profiter, mais également de prendre du plaisir à contempler celui-ci ! Alors, préservons ce monde sur lequel nous vivons et qui nous fait vivre !

130


131


TANZANIE Nom

Mont Kilimandjaro

Région

Kilimandjaro - Parc National du Kilimandjaro

Pays

Tanzanie

Province / État / District Rombo Coordonnées

03°04′S 37°21′E

Caractéristique

Montagne sacrée pour les masaï

Altitude

5 895 m

Le mont Kilimandjaro est aussi appelé Ol Doinyo Oibor en maa, soit « Montagne blanche » ou « Montagne étincelante ». Son nom a été adopté en 1860 et viendrait du swahili Kilima Njaro. Avec ses 5 896 m Kilimandjaro, est la plus haute montagne et l'un des magnifiques sites du continent d'Afrique, il a trois principaux sommets volcaniques, Kibo, Mawenzi et Shira. Au-dessus des douces collines et plateaux du Nord de la Tanzanie se dresse le sommet enneigé du mont Kilimandjaro, ses pentes glacières dans des nuages. Kilimandjaro est situé près de la ville de Moshi et est dans une zone protégée. Les écosystèmes de la montagne sont aussi d’une beauté frappante car ils sont variés. Sur la plaine, une grande partie de la montagne est une terre agricole pour le café, la banane, le manioc et les cultures de maïs pour la subsistance et la vente. Quelques grandes exploitations de café existent encore sur les pentes inférieures, mais une grande partie de la zone à l’extérieur du parc national a été subdivisée en petites parcelles. Une fois à l’intérieur du parc, une forêt épaisse couvre les basses altitudes. Près de la crête, le paysage est rude et aride, avec des rochers et la glace comme les caractéristiques prédominantes avec une belle vue de l’Afrique. Kilimandjaro, d’après le nom, est une métaphore de la fascinante beauté de l’Afrique orientale. Quand vous le voyez, vous comprenez pourquoi. Non seulement c’est le plus haut sommet du continent africain le Kilimandjaro est aussi l’un des sommets les plus accessibles du monde, un phare pour les visiteurs du monde entier. Le Kilimandjaro recèle bien des merveilles dans ses montagnes, avec les grands baobabs dans les plaines, les végétaux uniques dans les hautes altitudes, et bien sûr avec la grande diversité d'animaux qui y habitent. Situées entre 800 et 1 600 mètres d'altitude, les plaines entourant le Kilimandjaro, aussi appelées lowlands, offrant un climat très chaud et sec. c’est un milieu ouvert où le feu, souvent déclenché et maîtrisé par les pasteurs Masaï, joue un rôle primordial. La végétation est principalement composée de savanes, constituées de nombreuses espèces d'herbacées, de plantes à fleurs, du baobab africain, d'arbustes et d'épineux. La végétation des plaines abrite de nombreux oiseaux (cossyphe de Heuglin, coliou rayé, souimanga bronzé...), et des mammifères tels que l'oryctérope du Cap, le dik-dik de Kirk, l'antilope sitatunga, le galago à queue touffue, le daman des arbres ou encore la genette. La zone montagnarde, située entre 1 600 et 2 700 mètres d'altitude, renferme différents types de forêts, toutes différentes les unes des autres : la forêt sèche, la forêt pluviale, la forêt de brouillard et la forêt de nuage. Cette forêt tropicale abrite les espèces de primates du cercopithèque à diadème, des guérezas d'Angola et du Kilimandjaro, ainsi que du babouin olive. Parmi les autres mammifères, le léopard, la mangouste rayée, le serval, le potamochoerus porcus, le ratel, ainsi que le porc-épic à crête sont difficiles à observer bien qu'ils s'aventurent fréquemment dans la savane. Le calao à joues argent, le touraco de Hartlaub, le touraco de Schalow, le touraco violet, le tchitrec bleu, le tchitrec d'Afrique, le coliou rayé et le cossyphe de Rüppell sont des espèces d'oiseaux bien adaptées à la vie dans l'épaisse canopée.

132


133


TANZANIE Nom

Lac Natron

Région

Arusha

Pays

Tanzanie

Province / État N/A Coordonnées Altitude

02°25′S 36°00′E

657,3 m

Caractéristique Lac salé alcalin endoréique d'origine tectonique

Un lac de soude à la base du volcan actif d’Ol Doinyo Lengai, la zone autour du lac Natron est souvent décrite comme une beauté particulière et presque lunaire. Le lac Natron se trouve dans la partie Nord de la Tanzanie. Les villes les plus proches de lac Natron sont Arusha en Tanzanie et Magadi au Kenya. C’est le site de reproduction le plus important pour les flamants nains dans le monde. Les eaux alcalines du lac leur offrent une protection naturelle contre les prédateurs qui ne peuvent s'aventurer jusqu'aux oiseaux ou leurs nids. En plus des flamants nains, le lac constitue aussi un lieu de vie temporaire ou permanent pour 100 000 autres oiseaux aquatiques. Le lac Natron tire son nom du natron, un minéral composé de carbonate de sodium et de bicarbonate de sodium. Le lac n’est pas connecté à des eaux vives : l’eau est renouvelée par les précipitations. Lors de la saison sèche, l’évaporation est importante. La concentration de natron est alors plus forte. Le lac a une teneur en sels minéraux tellement élevée que seuls des organismes particulièrement adaptés peuvent y survivre. C’est notamment le cas de quelques espèces de tilapias alcalins, dont trois sont endémiques ainsi que des micro-organismes aquatiques halophiles, qui donnent la couleur rose-rouge aux eaux et aux dépôts de sels. En plus de sa composition chimique, l’eau du lac Est également très chaude : sa température peut atteindre 60°.

134


135


ÉGYPTE Nom

Temples Abou Simbel

Région

Nubie

Pays

Égypte

Province / État

Gouvernorat d'Assouan

Altitude

197 m

Coordonnées

Caractéristique

22°20′N31°37'E

Construits par Ramsès II pour commémorer sa victoire à la bataille de Qadesh

Les temples d'Abou Simbel sont deux temples de l'Égypte antique construits par le pharaon Ramsès II (-1304 / -1213, 20ème dynastie) pour son culte ainsi que celui de dieux égyptiens et de son épouse Néfertari à Abou Simbel, en Égypte, au nord du lac Nasser sur le Nil, à environ soixante-dix kilomètres de la deuxième cataracte du Nil. Abou-Simbel est essentiellement connue pour ses deux temples magnifiques qui furent taillés à l’origine dans le roc à flanc de montagne il y a bien longtemps, au 13eme siècle av. J.-C. Sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, ces temples sont connus comme monuments nubiens et sont dédiés aux grandes divinités de l’époque Ra-Horakhty ou Horus, Ptah et Amon. Ils furent érigés en l’honneur du grand pharaon Ramsès II et de son épouse Néfertari. Leur importance historique et la vision qu’ils ont apporté au monde d’une civilisation antique sont telles que, lorsque l’on construisit le nouveau barrage pour réguler les eaux du Nil et que l’on créa l’imposant lac Nasser, les temples firent l’objet de nombreuses discussions. La montée du niveau de l'eau menaçait de les submerger. Un gigantesque projet pour sauver les temples fut alors élaboré et les travaux commencèrent au début des années 1960. L’UNESCO créa un fonds provenant essentiellement de dons internationaux et conçut le projet de replacer les temples sur une colline située bien au-dessus du niveau d’eau du nouveau lac. Le projet fut long mais fut un succès. Les temples furent littéralement coupés du flanc de la montagne et transportés vers une zone plus élevée. Ils furent placés contre des demidômes construits par l’homme de façon à ce que les statues situées sur les façades continuent à observer les eaux comme elles l’avaient fait depuis des siècles. Les temples, connus sous les noms de grand temple de Ramsès II et petit temple de Néfertari d’Abou-Simbel, datent de l’Égypte des pharaons et furent érigés sous Ramsès II. L’histoire rapporte qu’il voulait ériger un monument permanent à son règne et à celui de sa reine Néfertari. La victoire remportée à la bataille de Qadesh fut l’occasion parfaite de construire l’ensemble. On pense que les travaux du grand temple débutèrent vers le milieu des années 1200 av. J.-C. et que la construction dura environ 20 ans. La construction du temple plus petit fut entreprise un peu plus tard. À l’entrée du grand temple se trouvent quatre statues imposantes de Ramsès II sur lesquelles on voit nettement qu’il porte la double couronne, celle de la Haute Égypte et celle de la Basse Égypte. Elles mesurent environ 20 mètres de haut et furent très délicatement taillées à même le roc, sur le flanc de la montagne. Bien que l’une d’entre elles soit malheureusement très endommagée, cela n’enlève rien à leur magnificence. Curieusement, contrairement à d’autres statues de l’ancienne Égypte qui représentent le pharaon avec son épouse, celles-ci sont de la même taille. Traditionnellement, la reine était toujours à la hauteur des genoux du pharaon. Ils furent à l’époque des monuments importants, mais à mesure que d’autres dynasties régnèrent et que les envahisseurs du monde entier laissèrent leurs marques en Égypte, les temples d’Abou Simbel tombèrent dans l’oubli. Au long des siècles, les vents du désert balayèrent le sable qui finit par recouvrir les temples. En 1813, les temples furent découverts, gisant sous une immense masse de sable, par le célèbre voyageur suisse Johann Ludwig Burckhardt. Le plus grand temple est aligné avec le soleil ce qui permet, deux fois par an aux solstices, à la lumière du soleil de briller très profondément dans le temple et d'illuminer la statue de Ramsès II et les statues des Dieux auxquels le temple est dédié.

136


137


ÉGYPTE Nom

Les pyramides de Gizeh

Région

Plateau de Gizeh

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Égypte Caire

29°58′N 31°7′E 63,9 m

Complexe funéraire royal

À à peine plus de 10 kilomètres à vol d'oiseau du centre du Caire les plus célèbres des pyramides se dressent sur un plateau rocheux contre lequel l'agglomération tentaculaire vient buter. Elles sont les vestiges d'un vaste complexe funéraire construit vers le milieu du 3ème millénaire av. J.-C. Un témoignage de la puissance des pharaons durant l'Ancien Empire et en particulier la 4ème dynastie. Parmi les 7 merveilles du monde antique, la grande pyramide du roi Khéops est la seule qui soit parvenue jusqu'à nous. c’est la plus haute (150m) et la plus ancienne des trois. Et non, les pyramides ne sont pas en plein désert. La proximité de la métropole cairote qui s'étale jusqu'au pied des célèbres édifices désappointe certains visiteurs. Mais, ce site unique au monde fait finalement toujours son effet ! Si la vue de loin est saisissante, une visite à l'intérieur de l'enceinte s'impose pour se rendre au pied des tombeaux de Khéops, Khephren et Mykérinos ainsi que du Sphinx. Le plateau de Gizeh est mondialement connu pour ses trois grandes pyramides, nécropoles. La pyramide de Khéops, édifiée voilà plus de 4 500 ans, est la plus grande d'Égypte avec 146,58 m de haut. La pyramide de son fils Khéphren est la deuxième plus grande d'Égypte, mesurant 143,5 m de haut. Le petit-fils de Khéops, Mykérinos fut moins ambitieux, le sommet de sa pyramide n'atteignant que 65 m. La Pyramide était avant tout un tombeau inviolable pour la momie du Pharaon. Les architectes égyptiens ont conçu une structure assez compliquée construite au-dessus de la chambre funéraire. Le choix du plateau de Gizeh pour l'élaboration de l'édifice est dû à la qualité du sol rocheux et donc peu mouvant, qui pourra résister à la masse de la Pyramide. La proximité du Nil facilitera la tâche et le transport des quelque 100.000 hommes, des esclaves pour la plupart, et des matériaux qui serviront à la construction, comme notamment le granit d'Assouan. Les pyramides sont sur la rive gauche du Nil orientées vers les quatre points cardinaux. Le Sphinx est sans doute le monument le plus célèbre de l’Egypte. Doté d’un corps de lion et d’une tête d’homme, le Sphinx de Gizeh est encore loin de nous avoir dévoilé tous ses mystères. Long de 74 mètres, pour une hauteur de 20 mètres, il est orienté plein est. Il fait face au soleil levant lors des deux équinoxes. Il a été taillé d’un seul bloc, dans une crête de calcaire. Cette crête comprend un mamelon de roche dure surplombant d’une dizaine de mètres le reste du site. Le Sphinx a été sculpté vers 2 500 avant notre ère par Khephren et à son image. Ce monument est l’image symbolique du roi Khephren mais également le gardien de la nécropole de Gizeh. Visiter le Plateau de Gizeh est une expérience inédite, inoubliable, un site à couper le souffle, qui garde l'empreinte des fastes pharaoniques, et d'une civilisation d'une richesse infinie. Gizeh est inscrit depuis 1979 au patrimoine mondial de l'UNESCO.

138


139


MAROC Nom

Aït Ben Haddou (berbère: Ath Benhaddou)

Pays

Maroc

Province / État

Ouarzazate

Région

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Saharan

31°03′N 7°08′W 1 278,1 m

Ksar ou ville fortifiée, le long de l'ancienne route

des caravanes entre le Sahara et Marrakech

Au pied de la vallée de l’Ounila, le ksar Aït Ben Haddou, accolé au flanc d’une colline surplombant l’oued Mellah, jouit d’un remarquable panorama. Quelques familles habitent encore dans le dédale des petites ruelles en pente et des passages couverts du vieux ksar. Au sommet de la colline, un donjon domine l’empilement des terrasses hérissées de tours crénelées, et jouit d’une vue imprenable sur le ksar. Les cultures bordant l’oued Mellah et les neiges de l’Atlas rayonnent au loin une grande partie de l’année. Deux portes ouvrent l’accès au ksar : l’une sur la droite, par une ruelle bordée de boutiques de souvenirs, et l’autre en traversant la rive de l’oued ; lorsqu’il y a de l’eau, on le traverse à gué sur des sacs de sable, ou, moyennant quelques dirhams, à dos de mulet lors de crues importantes. Les premiers vestiges d’un grenier collectif fortifié, appelé « agadir », remonteraient à l’époque de la dynastie Almoravide, au 11ème siècle où cohabitèrent différentes populations berbérophones, blanches, noires, juives ou musulmanes avec un système interne très structuré maintenant la cohérence du futur ksar. Ce fut l’époque de la suprématie du clan Aït Aissa ; puis l’armée de Youssouf Ibn Tachfin, roi berbère de la dynastie des Almoravides, venant du Sahara pour se rendre à Marrakech, investit la région et nomme le clan Aït-Ben-Haddou responsable du ksar. Lieu stratégique et passage obligatoire pour les caravanes venant de l’Afrique de l’Ouest, empruntant les cols du Tizi Telouet et du Tizi n Tichka, en direction de Marrakech et de la méditerranée. Dès 1956, la population préfère s’installer sur la rive droite de l’oued Mellah désertant le ksar abandonné qui commence à s’écrouler. Dans les années 60, le tourisme et le cinéma avec des films aussi célèbres que ‘Jésus de Nazareth’ ou ‘Lawrence d’Arabie’ prennent un relais certain pour redonner vie au Ksar Aït Ben Haddou. En 1987, l’UNESCO inscrit le ksar d’Aït Ben Haddou au patrimoine de l’humanité. Depuis, le ksar d’Aït Ben Haddou est devenu un lieu incontournable du Sud-marocain.

141


142


NAMIBIE Nom

Deadvlei

Région

Parc national de Namib-Naukluft

Pays

Namibie

Coordonnées

24°45′S 15°17′E

Caractéristique

Le marais mort

Altitude

574,3 m

Deadvlei signifie « le marais mort ». Tout comme Sossusvlei, dont il est séparé de quelques kilomètres, Deadvlei est une cuvette salée plate et blanche recouverte d’argile au milieu des dunes rouges. Cependant, sur ce site, y sont dressés, comme des mains tendues vers le ciel, des arbres calcifiés morts il y a plus de 900 ans. c’est un cimetière d’arbres qui s’offre à vous, noirs foncé car brûlés par le soleil du Namib. Deadvlei semble en dehors du temps, un lieu où les arbres n’ont plus d’âge, où l’eau ne coule plus, où seules les dunes alentour semblent encore vivantes, muées par un vent invisible qui les pousse, les déforme, les caresse, les fait chanter. Ce site est d’une beauté extraordinaire. Le contraste est frappant entre le sol calcifié blanc, les arbres noirs, le ciel éminemment bleu et les dunes rouges qui complètent le tableau. "Vlei" est un terme namibien signifiant "plaine argileuse - lac temporaire asséché" en langue locale. Dans cette région du désert de Namib, il ne pleut que quelques fois par siècle et cela dure depuis plusieurs millénaires. Comment de tels arbres ont-ils pu pousser dans cette micro-cuvette aussi sèche, complètement perdue au milieu d'un champ de dunes ; et qu'est ce qui les a fait mourir ? Deadvlei se situe dans le Parc national de Namib-Naukluft, un parc national situé dans le Sud-Ouest de la Namibie dans l'environnement immédiat du désert du Namib lui-même âgé de 55 000 ans, ce qui en fait le plus vieux désert du monde. Avec une superficie de 49,768 km2, le parc du Namib-Naukluft est le plus grand parc d'Afrique et le quatrième du monde. Les dunes du Namib sont les plus hautes du monde, et atteignent plus de 300 mètres au-dessus du désert. Ces dunes surplombent la côte, et engendrent des lagons constitués de terres humides, et boueuses situées le long de la plage qui attirent des milliers d'oiseaux. ‘Namib’ signifie "espace ouvert" et le désert du Namib donna son nom au pays Namibie – “terre des espaces ouverts”. Deadvlei vaut plus qu’un simple coup d’œil. Laissez-vous happer par la beauté du lieu, par tous ces arbres prisonniers du calcaire et témoins d’un temps désormais révolu.

144


145


146


AFRIQUE DU SUD Nom

La montagne de la Table

Pays

Afrique du Sud

Coordonnées

33°57′S 18°24′E

Caractéristique

Fait partie des sept nouvelles

Région

Altitude

Cap Occidental

1 065,6 m

merveilles de la nature.

Symbole principal de la ville de Cap, la montagne de la Table, ou « Table Mountain », est une célèbre montagne qui doit son nom à son sommet « plat comme une table », étendu sur 3 km². Quand les nuages atteignent le sommet de la montagne, on s'amuse à dire que « la nappe a été mise ». La Table Mountain culmine à 1 086 m. La vue à son sommet est splendide donnant sur les magnifiques baies et plages de l'Océan Atlantique et sur les toits de la ville de Cape Town. Elle est flanquée de deux collines : La Signal Hill et la Lion's Head, un peu en retrait. La montagne de la Table réserve de nombreuses surprises à ses visiteurs car elle est beaucoup plus qu’une image de carte postale ou l’emplacement d’où vous pouvez prendre une photo de Cape Town à couper le souffle. C’est l’une des régions les plus riches de fleurs dans le monde. La Montagne de la Table abrite 2 200 espèces de plantes dont 1 470 espèces florales. Plus de 70% des fleurs sont endémiques à la chaîne de la Montagne de la Table. Le magnifique jardin botanique de Kirstenbosch se situe sur le flanc oriental de la montagne. Le parc national de la Montagne de la Table, créé en 1998, protège la chaîne de la Montagne de la Table et son finbos (formation végétale naturelle caractéristique) endémique du pays. Le parc comprend deux éléments bien connus : la Montagne de la Table présentée ici et le Cap de Bonne-Espérance, extrémité la plus australe de l’Afrique. Le Parc national de la Montagne de la Table abrite une biodiversité rare ailleurs dans le monde. Il nest pas étonnant que ce massif ait été choisi comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde. Sa faune n’est pas moins intéressante : le parc abrite aussi des caracals, des lézards, des serpents, des tortues, des klipspringers, des damans du Cap, des porcs-épics, des mangoustes, des babouins, etc. Au Boulders, pingouins affluent partout, un spectacle unique en Afrique. Au large du petit port de Hout Bay, un îlot abrite une importante colonie de phoques. Outre la montagne, le parc national comprend une autre des principales attractions de l’Afrique du Sud, le Cap de Bonne Espérance, le point le plus au Sud du continent africain.

147


MAURITANIE Nom

L’œil de l'Afrique

Pays

Mauritanie

Province / État / Département

Ouadane

Région

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Adrr

21°07′N 11°W 424,1 m

Vestige d’un dôme volcanique

Situé en Mauritanie, la structure de Richat ou "l’oeil de l’Afrique" est une structure géologique exceptionnelle que l’on retrouve dans le désert du Sahara. « L’œil » a longtemps intrigué avant que les scientifiques ne trouvent son origine. En plein désert de Mauritanie, au Nord-Ouest du continent africain, une insolite structure géologique surnommée « l’œil de l’Afrique » ou traditionnellement Guelb er Richât, près de Ouâdane en Mauritanie en plein désert du Sahara, est une ancienne « énigme scientifique » qui ne s’observe pleinement que depuis l’espace. Découverte depuis longtemps, la structure de Richat a été visitée dès les années 50 par des scientifiques avant d'être révélée au grand public par l'une des missions spatiales Gemini américaines. À l'époque, les astronautes s'étaient ainsi largement émerveillés devant les caractéristiques atypiques de la structure. Des cercles superposés de plusieurs dizaines de kilomètres de diamètre formant une sorte d'ammonite géante. D’après les toutes premières interprétations et hypothèses scientifiques, c’est un impact de météorite qui aurait été à l’origine de la structure circulaire. Puis, en étudiant davantage la structure, les spécialistes ont écarté cette hypothèse pour donner naissance à une autre. Il ne s'agissait plus alors d'un impact météoritique mais d’un soulèvement symétrique de type anticlinal circulaire, c’est-à-dire un épisode de plissement géologique. Le célèbre scientifique Théodore Monod a étudié ce phénomène avec d’autres compères et publié en 1973 des hypothèses qui se rapprochait des dernières explications admises aujourd’hui. Aujourd’hui, la structure de Richât est comprise comme le vestige d’un dôme volcanique formé il y a 100 millions d’années dont les couches superficielles auraient disparu sous l’effet de l’érosion. Au NordOuest de la structure de Richât, juste au dessus du « sourcil » qui est en fait un plateau sédimentaire, la petite tache sombre est le Kedia d’Idjil. Point culminant de Mauritanie avec 917 m de haut, cette montagne doit sa couleur sombre à l’importante proportion de minerai de fer qu’elle contient D’autres structures semblables existent sur Terre mais sont toutefois moins spectaculaires que "l’oeil de l’Afrique".

148


149


AUSTRALIE Nom

Uluru

Région

Alice Springs

Pays

Australie

Province / État

Northern Territory

Altitude

863 m

Coordonnées

Caractéristique

25°20′S 131°02′E

Un des plus gros inselbergs au monde

Considéré comme le cœur spirituel de l'Australie, le joyau de cette région est Uluru/Ayers Rock, mais offre bien plus aux visiteurs et n’est situé qu'à quelques heures de Sydney. Sillonner le Kings Canyon, observez le massif d'anciennes formations rocheuses ocres de Kata Tjuta, admirer le ciel aux milliers d'étoiles. Image emblématique de l’île-continent, cet imposant rocher aux teintes rouges émerge spectaculairement au milieu du désert, à quelque 300 kilomètres d’Alice Springs. Inscrit au patrimoine mondial de l’humanité par UNESCO, Uluru s’est peu à peu imposé comme la carte postale touristique du "cœur spirituel" de l’Australie, par la volonté des occidentaux plus que celle des aborigènes. Ayers Rock – ou Uluru, sa désignation aborigène – , c’est ce gigantesque rocher rouge, reconnaissable entre mille, qui s’élève au milieu du désert à plus de 300 kilomètres d’Alice Springs. Une sorte de gros iceberg asséché qui surgit comme par magie au cœur de la plaine sableuse à peine fixée par la maigre végétation. Neuf kilomètres de circonférence, trois de long, 350 mètres de hauteur : selon les géologues, Ayers Rock constitue l’un des plus gros inselbergs au monde, c’est-à-dire un relief résiduel isolé dominant un plateau. Ce rocher de grès, vieux de 500 millions d’années, est une "montagne-île" qui a résisté à l’érosion en raison, notamment, de sa solide homogénéité pétrographique – essentiellement composée d’arkose. Le relief n’a, par miracle, quasiment pas changé depuis des millions d’années, quand les roches qui l’environnent, elles, ont été érodées par le temps. Solitaire, massif, intimidant, le rocher est si majestueux que les visiteurs viennent par centaines de milliers chaque année l’admirer au coucher du soleil. Malgré la chaleur, souvent écrasante en cette région, la tentation est grande pour le visiteur de vouloir partir à la conquête de son sommet. Les autorités qui gèrent le Parc national d’Uluru–Kata Tjuta, dans lequel est inclus Ayers Rock, tentent d’ailleurs de contenir tant bien que mal cette pulsion ascensionnelle. Car, outre le fait d’être riche d’une faune et d’une flore exceptionnelles, Uluru est connu pour être un site sacré de certains peuples aborigènes d’Australie – des peintures et dessins rupestres témoignent que la zone est occupée depuis au moins 30.000 ans. L’escalader, c’est enfreindre les traditions et les croyances indigènes... La notion du "sacré" a été cependant quelque peu usurpée. D’une part, le rocher n’est pas vénéré dans sa globalité : seuls quelques sites géologiques (failles, grottes...) sont chargés de "forces spirituelles" pour les aborigènes Anangu. La magie du "monument", ce sont ses couleurs sans cesse changeantes, selon l’heure de la journée et la puissance du soleil. En peu de temps, la montagne "psychédélique" vire de l’ocre-orangé au rouge-brun en passant par le rose sombre. Un spectacle à couper le souffle.

150


151


AUSTRALIE Nom

Hutt Lagoon

Région

Australie-Occidentale

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Australie

Mid WEst

28°08′S 114°13′E 4,9 m

Lac Rose d’Australie

Hutt Lagoon est un lac salé de couleur rose dans l'État d'Australie-Occidentale, en Australie. Ce lac, dont la teneur en sel est supérieure aux autres lacs, était à l'origine l'embouchure de la rivière Hutt Lagoon. Mais la rivière a dévié et l'embouchure a été entourée de javeaux pour former un lac. Le Hutt Lagoon est un lac salé avec une teinte rose en raison de la présence de la caroténoïde produisant des algues, Dunaliella salina qui est une source de bêta-carotène utilisée comme agent de coloration et source de vitamine A dans les cosmétiques et les suppléments alimentaires. Le lagon d’une longueur de 14 km et d’une largeur de 2 km, c’est le plus grand lac rose qui existe, il est utilisé pour cultiver l’algue Dunaliella salina.

152


153


NOUVELLE ZÉLANDE Nom

Rotorua

Région

Île du Nord

Pays

Province / État

Nouvelle-Zélande Baie de Plenty

Coordonnées

38°08′S 176°15′E

Caractéristique

La ville sulfureuse et berceau

Altitude

280 m

de la culture maorie

Rotorua est un un haut-lieu de la fascinante culture maorie, de sources chaudes et de bassins de boue bouillonnante. Rotorua est le lieu où l'on observe le plus clairement les forces turbulentes qui ont créé la Nouvelle-Zélande. L'Île du Nord de la Nouvelle-Zélande, où se situe Rotorua, comporte une « colonne vertébrale » de chaînes montagneuses qui la traverse en son centre, avec des terres agricoles vallonnées des deux côtés. Le centre de l'Île du Nord est dominé par le Plateau Volcanique, une zone volcanique et géothermique active La Nouvelle-Zélande repose sur deux plaques tectoniques : celle du Pacifique et celle de l'Australie. Quinze de ces gigantesques morceaux mouvants de croûte terrestre constituent la surface de la Terre. L'Île du Nord et certaines parties de l'Île du Sud reposent sur la plaque australienne, tandis que le reste de l'Île du Sud est situé sur celle du Pacifique. Comme ces plaques bougent et se frottent constamment l'une à l'autre, la Nouvelle-Zélande subit une importante activité géothermique. Cette activité souterraine dote la Nouvelle-Zélande de zones géothermiques spectaculaires et de sources d'eau chaude relaxante, tout en fournissant de l'électricité et du chauffage dans certains endroits. Rotorua est le principal centre des sites géothermiques, avec pléthore de bassins de boue, de geysers et de sources chaudes dans les zones thermiques actives... sans oublier son odeur caractéristique de soufre. D'abord habitée par les Maoris qui utilisaient les sources chaudes pour cuisiner et se laver, Rotorua a vite attiré des résidents européens. Les bienfaits pour la santé de ses bassins d'eau chaude ont rapidement valu à la région le surnom de « Cureland » (pays des cures). Au-delà de Rotorua, vous pouvez profiter des sources chaudes et autres activités géothermiques dans la plupart des régions de l'Île du Nord au Nord de Turangi, ainsi qu'aux Hanmer Springs et sur la côte Ouest de l'Île du Sud. Rotorua est aussi la terre ancestrale des Te Arawa , un peuple arrivé ici il y a plus de 600 ans, et dont la présence offre de nombreuses expériences culturelles aux visiteurs. Les Maoris sont les premiers à arriver en Nouvelle-Zélande, voyageant en canoë depuis Hawaiki, il y a environ 1 000 ans, et fondant une société tribale florissante, qui a prospéré pendant des centaines d'années. Un Hollandais, Abel Tasman, est le premier européen à voir le pays, mais ce sont les britanniques qui intègrent la Nouvelle-Zélande dans leur empire. Rotorua est aussi une grande région de pêche à la truite, dans les lacs et les rivières affluentes, et si vous n'avez pas de chance là-bas, vous pouvez toujours aller admirer (mais pas les attraper !) les énormes truites des sources Rainbow et Fairy. Les fabuleux sites historiques maoris et les taonga (signifie trésors) contrastent avec les très beaux bâtiments coloniaux.

154


155


HAWAII Nom

Maui

Région

Les îles hawaïennes

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

USA

20°48′N 156°20′W 857,4 m

L’île divine d’Hawaii

Hawaii est en réalité le nom de l’État tout entier qui regroupe cet archipel d’îles paradisiaques perdues en plein océan Pacifique. L’archipel est composé de plus de 130 îles, dont 6 îles principales : Oahu, Hawaii ou « la Grande Ile », Maui, Kauai, Molokai et Lanai – viennent ensuite Niihau et Kahoolawe. Chaque île est différente et a son intérêt, avec les falaises de Kauai, les côtes de l’île de Waikiki Beach sur Ohau, les étendues sablonneuses de Papohaku Beach sur Molokai, les eaux cristallines et les dauphins d’Hulopoe Bay sur Lanai, les volcans d’Hawaii The Big Island… Maui est la 2ème plus grande île de l’archipel, qui attire d’environ 1/3 des visiteurs. Selon la tradition hawaïenne, le nom de l'île est lié à la légende de Hawai'iloa, le navigateur polynésien qui aurait découvert l'archipel. L'île aurait été nommée d'après un des fils de Hawai'iloa, qui tenait lui-même son nom de Māui, un demi-dieu hawaïen, qui aurait fait sortir l'archipel de la mer. Maui est également appelée « l'ile Vallée », d'après l'isthme très fertile qui sépare ses deux volcans, Haleakalā et Mauna Kahalawai. Haleakala est le plus grand volcan dormant au monde, il attire de nombreux visiteurs le matin pour admirer le lever du soleil sur les environs. L’île a su rester préservée, et les amoureux de la nature peuvent profiter des randonnées, des plages et spots de plongées, des volcans et des points de vue.

156


157


MICRONÉSIE Nom

Micronésie

Région

Océanie

Pays

Province / État

Caractéristique

États fédérés de Micronésie Océan Pacifique

Région fragile et mythique

d'Océanie

La Micronésie, autrement appelée Les États fédérés de Micronésie, est une région de l’Océanie, située dans l’océan Pacifique occidental. Ce sont 607 îles à travers l’archipel des îles Carolines, à l’Est des Philippines. Ces îles sont divisées en quatre états : Yap, Kosrae, Pohnpei et Chuuk. L’empire insulaire de Micronésie s’étend sur 5 000 kilomètres et plus de 2 300 îles entre les Philippines et Hawaï dans l’hémisphère Nord du Pacifique. Il comprend les archipels des Carolines, des Mariannes, des Marshall et des Gilbert et sont répartis en plusieurs états qui se trouvent au moins depuis la Seconde Guerre mondiale sous administration américaine. La Micronésie a connu plusieurs périodes de colonisation. Ce fut d’abord des navigateurs portugais, puis espagnols, au 16ème siècle, qui les découvrirent et les appelèrent Islas Carolinas d’où Carolines en français. A partir du 19 ème siècle, s’installèrent des baleiniers de diverses nationalités, des trafiquants en tout genre et des missionnaires de différentes confessions religieuses. En 1979, les quatre états ratifient une nouvelle constitution, et deviennent les États fédérés de Micronésie. Les îles Marshall, Marianne et Palau renoncent à joindre les États fédérés de Micronésie et deviennent des états à part entière. Aujourd’hui, la Micronésie attire des plongeurs des quatre coins du monde. Ses récifs vierges, la multiplicité d’espèces de corail et marines, ses pélagiques, sa collection d’épaves intactes de la Seconde Guerre mondiale et la visibilité souvent exceptionnelle, en font une destination incontournable. L’Atoll de Chuuk, ce magnifique lagon perdu dans le Pacifique, comprend 11 îles majeures : Tol, Udot, Fala Beguets, Romanum et Eot qui font parties des Faichuk (partie Ouest du lagon au dialecte spécifique), et Moen, Fefan, Dublon, Uman, Param et Tsis à l’Est du lagon qui font parties des Namoneas. Il faut compter en plus 46 îles plus petites à l’intérieur même du lagon et 41 îlots coralliens. c’est l’un des plus grands lagons du monde ! Truk fût découvert comme paradis sous-marin par Jacques Cousteau en 1971 et « La Flotte Fantôme du Lagon de Truk » dévoila ses trésors : des épaves remplis d’avions de chasse, tanks, camions, vélos, motos, voitures, munitions, radios et télégraphes, bombes, torpilles… Le tout colonisé par quantité de coraux, on peut y apercevoir requins, barracuda, raies, bancs de carrangues, plus de 2 600 sortes de poissons de récif…

158


159


PALAOS Nom

Les îles Palaos

Région

Océan Pacifique

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

République des Palaos 7°30′N 134°30′E 16,0 m

Archipel du Pacifique

Entre Nouvelle-Guinée, Îles Marshall et Îles Mariannes, les îles Palaos regroupent près de 300 îlots et 26 îles. Elles se composent de 6 archipels qui englobent la partie occidentale des îles Carolines que Palau partage avec les États fédérés de Micronésie et sont indépendantes depuis dix ans seulement. La République de Palaos, petit archipel de 21 000 habitants, a vu le site du Lagon Sud des îles Chelbached, constitué de 445 îlots calcaires inhabités sur une étendue de 100 200 hectares, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. D’origine volcanique, ces îlots ont souvent la forme de champignons entourés de lagons couleur turquoise et de récifs coralliens. Le site représente la plus grande concentration de lacs marins du monde. Ces masses d’eau de mer, isolées de l’océan par une barrière terrestre, se traduisent par un foisonnement qui devrait déboucher sur la découverte de nouvelles espèces. La beauté du site est renforcée par un système complexe de récifs comptant 385 espèces de coraux et différents types d’habitats. Ces derniers hébergent une grande variété de plantes, d’oiseaux et d’animaux, notamment des dugongs et au moins 13 espèces de requins. Les vestiges des villages en pierre, ainsi que l’art rupestre et les sépultures, apportent un témoignage exceptionnel sur l’organisation des communautés des petites îles pendant plus de trois millénaires. L’abandon des villages des îles Chelbacheb aux 17ème et 18 ème siècles illustre les conséquences du changement climatique, de l’essor démographique et du comportement de subsistance dans une société vivant dans un environnement marin marginal. Pour les habitants qui vivent du tourisme, de l'agriculture et de la pêche, le respect de l'environnement est essentiel. Pionnier en matière de sauvegarde des fonds marins, ce petit pays de Micronésie a fait de ses eaux un sanctuaire. Avec ses eaux à 29°C toute l’année, la République des Palaos abrite une grande variété d’espèces sous-marines. Ce petit État insulaire a créé le premier sanctuaire mondial des requins, une espèce menacée d'extinction, victime de la pêche illégale à travers le monde. Depuis cette date, leur pêche est interdite dans toute la zone économique de la République, soit 970 000 km2. c’est à la découverte d’un monde sous-marin intact et très préservé que nous vous invitons. Paradis des plongeurs, avec bouteille ou simple tuba, l’archipel offre aussi de belles découvertes terrestres dans ses îles couvertes de forêts de fougères géantes, de cocotiers, palmiers, arbres à pain, figuiers et bananiers.

160


161


ANTARCTIQUE Nom

Plusieurs

Région

Antarctique

Pays

Province / État

Caractéristique

162

Hémisphère Sud 90°S 0°E

Réserve naturelle protégée

Continent le plus méridional de la Terre, l'Antarctique s'étend autour du pôle Sud. D'une superficie de 14 millions de km², 98 % de sa surface est recouvert d'une glace épaisse de 1,6 km. Continent le plus froid, le plus sec et le plus venteux, c’est aussi le plus grand désert du monde. Réserve naturelle protégée, il abrite manchots, phoques, poissons, crustacés ainsi que des mousses, lichens et algues. Chaque hiver, l’océan autour de l’Antarctique gèle. L’eau de mer, du fait de sa salinité, commence à geler en surface à partir de -1,8°C. D’abord fragiles, les glaces en formation sont détruites à chaque tempête. Puis, au fur et à mesure que le froid s’intensifie, la glace de mer s’épaissit et s’étend pour former la banquise dont l’épaisseur moyenne est de 40-60 cm. Au maximum d’extension, en septembre, la surface de la banquise peut atteindre 20 millions de km², ce qui double la surface englacée de l’hémisphère Sud. En février, vers la fin de l’été austral, la banquise s’Est totalement disloquée et la plupart des côtes sont libres d’accès. Le continent n’est donc accessible que pendant 2 à 3 mois d’été, et cela de façon aléatoire car l’état des glaces est lié aux caprices du climat. Mais même pendant cette période, il ne fait jamais plus de 10°C, les vents sont violents, le soleil intense, la glace omniprésente. Véritable désert de vie, l’environnement marin est extrêmement riche. Presque toute la vie en Antarctique est concentrée dans la mer ou sur sa bordure. La biomasse est très importante grâce notamment à des eaux très riches en nutriments et en oxygène. La péninsule Antarctique, région la plus au Nord du continent, est la plus accessible. En novembre, la banquise commence à se rompre et commence alors la période de reproduction pour les manchots et autres oiseaux. À l’origine de toute chaîne alimentaire aquatique, le plancton est plus abondant dans les eaux polaires que dans les eaux tropicales. Le krill est constitué de nombreuses espèces de crustacés, se nourrissant de plancton, dont la plus fréquente ressemble à une crevette. La masse du krill, sans doute la biomasse la plus abondante de la planète, pourrait dépasser 500 millions de tonnes ! En été, il peut former des bancs de 500 km², dont la couleur rosée est détectable par les pêcheurs mais aussi par les satellites ! Au cœur de la chaîne alimentaire, le krill sert de nourriture de base aux poissons, baleines, phoques, manchots et autres oiseaux. Moins de 300 espèces de poissons vivent dans l’océan Austral. Parmi les plus caractéristiques, adaptées au milieu polaire, figurent le “poisson des glaces”, dont le sang ne contient pas d’hémoglobine, et le Notothenia, qui sécrète des molécules antigel. La flore est très peu développée. On y trouve des lichens et des mousses sur les rochers, des algues microscopiques dans la glace. Une quarantaine d’espèces d’oiseaux vivent dans la zone australe ; la moitié d’entre eux se reproduit pendant l’été sur les rares terres et îles qui bordent le continent. Les espèces les plus représentées sont les pétrels, les skuas, les sternes et bien sûr les manchots. Cétacés (baleines, orques…) et des Pinnipèdes (phoques et otaries), au nombre de 8 espèces, dont 4 se reproduisent près du continent. Longtemps resté un fantôme sur la carte du monde, le « Continent Blanc » exerce aujourd’hui une réelle fascination.


163


ISRAËL

Nom

Dôme du Rocher

Région

Jérusalem

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Israël

Le mont du Temple 31°46′N 35°14′E31 743,1 m

Lieu saint du judaïsme et de l’Islam

Le Dôme du Rocher fait partie d’une des composantes de l’ensemble d’édifices religieux représentant la mosquée bénie d’Al Aqsa, situé dans la ville de Jérusalem occupée. Le Dôme du Rocher se situe au cœur de la mosquée Al Aqsa, il est considéré comme un trésor architectural dans le monde. Le dôme a été construit sur les ordres du calife Omeyyade Abdulmalik bin Marwan entre 66 et 86 (an de l’hégire), (685-705 après J.C). L’édifice Est de forme octogonale avec quatre portes ouvrant dans quatre directions, surmontées d’un dôme de 35 mètres plaqué en or. Durant l’occupation des Croisés de Jérusalem (à partir de 1099 après J.C), le Dôme du Rocher a été converti en une église, l’Église du Seigneur. Un autel a été érigé au-dessus de la pierre et une croix suspendue sur le Dôme jusqu’à la libération de Jérusalem par Salah-eddine Al Ayyoubi (Saladin) en 583 (an de l’hégire) (1187 après J.C). En 1965 (après J.C), la coupole du Dôme du Rocher sera dorée, ce qui en fait un joyau architectural de la ville de Jérusalem (Al Quds). Auparavant, le dôme avait la même couleur que la mosquée Qibli, que nous vous présenterons dans le prochain article in sha Allah. Le Dôme du Rocher domine de sa beauté le Mont du Temple, lieu saint du judaïsme. c’est le site sur lequel se trouvait le Temple de Jérusalem, détruit en 70 par Titus. La partie occidentale des murs monumentaux, bâtis par Hérode pour agrandir le site, Est le seul vestige du temple de Jérusalem et constitue le Mur occidental ou mur des Lamentations. La tradition juive et chrétienne soutient que le Rocher couvert par le dôme était le Saint des saints dans le Temple de Salomon. Aujourd'hui, l'esplanade des Mosquées occupe la majeure partie du mont du Temple avec deux monuments majeurs de l’islam : la mosquée al-Aqsa et le dôme du Rocher. Le mont du Temple forme le premier lieu saint du judaïsme tandis que l'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam sunnite, après La Mecque et Médine. L’ensemble de la vieille ville de Jérusalem et de ses Murs est d’une importance majeure pour les trois religions monothéistes.

164


165


ISRAËL

Nom

Mer Morte

Région

Vallée du Jordan

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Israël

31°30′N 35°30′E -430,5 m

La mer Morte Est le point le plus bas de la surface du globe avec une altitude de -429 mètres

La mer Morte n’est pas véritablement une mer... c’est en réalité un lac d'eau salée d'une superficie d'environ 810 km2 et se situant au Moyen-Orient. Elle est entourée par trois pays : Israël, la Cisjordanie et la Jordanie. L'eau de la mer Morte contient plus de 20% de sel alors que la mer en contient seulement 5% ! C’est ce qui fait que les eaux de la mer Morte n'abritent aucune vie animale et végétale. La densité de la mer Morte est telle que tout corps est contraint à flotter à sa surface. Il est également très difficile d'y nager : la densité due à la forte teneur en sel exerce une poussée d'Archimède, qui rend chaque mouvement peu aisé. L'attraction principale de la mer Morte est sa douce chaleur et sa teneur élevée en sel qui permet au corps de flotter sans aucun effort. Les sels minéraux qu'elle contient sont également une source extraordinaire de bienfaits pour la peau et l'organisme. La géographie de la mer Morte est particulière : peu profonde au Sud (partie méridionale), elle atteint à peine quatre mètres alors que sa profondeur est de 400 mètres au Nord et dans sa partie septentrionale. Elle se situe à 420 mètres au-dessous du niveau de la mer, ce qui en fait le lieu le plus bas de la terre. La mer Morte a atteint sa plus grande taille il y a 10 000 ans. Depuis, elle recule chaque jour un peu plus. c’est grâce au Jourdain que la mer Morte garde un certain niveau et ne s'évapore pas entièrement. En effet, son taux d'évaporation est supérieur aux apports du Jourdain. L'avenir de la mer Morte est en péril. Découvrir la mer Morte, c’est indéniablement être dépaysé, voire bouleversé. Les paysages arides et la forte densité de la mer lui donnant des reflets de lac de plomb, la forte chaleur et l'odeur de souffre font de ce paysage un lieu inhospitalier, ou la vie semble avoir disparu depuis longtemps. Et pourtant, ne vous y fiez pas : les eaux de la mer Morte et l'air ambiant sont une véritable source de bien-être et de bienfaits. Ce sont les grecs qui ont baptisé la mer Morte de son nom, en raison de l'absence de toute vie animale et végétale. La Torah la nomme "La mer de Sel" ou encore La mer de la Plaine en raison de sa situation géographique (les plaines du Moab). Les Arabes quant à eux l'appellent la Mer de Loth, à partir de références religieuses. c’est également dans la région que l'on a retrouvé les Manuscrits de la mer Morte, dans les cavernes de Qumran.

166


167


JORDANIE Nom

Pétra

Région

Jebel al-Madhbah

Pays

Coordonnées Altitude

Jordanie

30°19′N 35°26′E 890,2 m

Caractéristique La cité de grès rose

Sculptée dans la roche, secrètement cachée à l'abri des montagnes, dans un dédale de failles granitiques, Pétra a longtemps tu son existence. La cité caravanière nabatéenne se laisse désormais admirer, pas à pas, à la lumière vaporeuse du soleil de Jordanie. Habitée depuis la préhistoire, cette cité située entre la mer Rouge et la mer Morte fut dans l'Antiquité un carrefour important entre l'Arabie, l'Égypte et la Phénicie. Construite dans le roc, à l'intérieur d'un cirque de montagnes percé de couloirs et de défilés, Pétra est un site archéologique des plus célèbres, où se mêlent les influences de traditions orientales anciennes et de l'architecture hellénistique. Bâtie dans un cirque rocheux en aval de la route du désert, sur l'ancienne voie du Hedjaz qu'empruntaient les caravanes entre Damas et la Péninsule arabique, Pétra est l'héritage des Nabatéens. Ce peuple arabe s'établit au Sud de la Jordanie, il y a 2 000 ans, et choisit ce poste stratégique en retrait pour dominer les routes commerciales de l'ancienne arabie. La ville qu'ils bâtirent était admirée pour sa culture raffinée, son architecture massive et son ingénieux réseau de barrages et de canaux. Au fond d'une gorge étroite, entre d'immenses parois rocheuses, se niche le fameux "Trésor" de Pétra, cœur d'un ensemble de bâtiments taillés dans la pierre comprenant des monastères, des tombes et des thermes. Invisible depuis la route, la faille, appelée Siq, s'enfonce dans le roc, comme seule voie d'accès pour entrer dans la ville. Ce long corridor de plus d'un kilomètre, large de seulement quelques mètres, se fraie un chemin entre des falaises pouvant atteindre 100 mètres de haut, suivant l'ancien lit du cours d'eau Wadi Moussa. Ici ou là, d'étranges sculptures de grès rose, formées par l'érosion, apparaissent. Au bout du Siq se distingue, dans l'entrebâillement de la falaise, entre les formes découpées de la roche, le Khazneth. Image la plus célèbre de Pétra, celui qui signifie "trésor" en arabe, dévoile une façade d'inspiration corinthienne avec deux niveaux de colonnes, entièrement intégrée à la roche, s'ouvrant sur des salles intérieures vastes et travaillées. Une inscription nabatéenne trouvée à l'entrée du Siq semble indiquer que le nom sémitique de Pétra était "reqem", renvoyant au caractère multicolore des blocs de grès. Les blancs, les mauves, les stries ocre embellissent celle que l'on nomme la "cité de grès rose", et lui rendent, malgré les siècles d'oubli et de silence, une atmosphère étonnamment vivante, comme si elle avait su garder, mystérieusement, le secret de la route des caravanes. Pétra est inscrite, depuis le 6 décembre 1985, sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

168


169


ARABIE SAOUDITE Nom

La Mecque

Région

Hejaz

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Arabie Saoudite La Mecque

21°25′N 39°49′E 373,8 m

Lieu de naissance du prophète de l'islam Mahomet

Le lieu de naissance du prophète Mahomet est le centre spirituel de l'Islam et est interdit aux non musulmans. Les piliers de l'Islam stipulent que tous les musulmans qui en ont les moyens doivent faire le pèlerinage à la Mecque (Hajj) au moins une fois dans leur vie. Les personnes se rendant dans cette ville sainte sont récompensées non seulement par la proximité des sites historiques et religieux au cœur de cette foi, comme la Grande Mosquée (Masjid Al Haram), la Montagne de la reconnaissance, la Pierre Noire et le puit de Zamzam, mais également par le pardon de tous leurs péchés. La tradition musulmane dit qu'Ibrahim (Abraham) a conduit une de ses épouses, Hajar (servante Agar selon la Bible) son fils Ismaïl (Ismaël), dans une vallée d'Arabie. Dieu a fait jaillir de l'eau sous le pied d'Ismaël pour lui donner à boire. Les caravanes qui passaient par là ont pu utiliser cette eau de source, baptisée Zemzem. Des commerçants ont alors décidé de s'installer dans ce lieu : c’est ainsi qu'est née la ville de La Mecque. Le point fort du pèlerinage se situe autour de la Kaaba, grand cube situé au centre de la cour de la mosquée de La Mecque. La tradition dit qu'Ismaïl (âgé de 13 ans) et Ibrahim ont construit la Kaaba, bâtiment en forme de cube vide, comme lieu de culte. La Kaaba contient la Pierre Noire, météorite offerte par l'ange Gabriel à Ibrahim, toujours selon la tradition. Il est surmonté d'une plate-forme et recouvert d'un voile noir. Ses quatre coins sont orientés selon les points cardinaux. La Pierre Noire est scellée dans le mur oriental et entourée d'un cercle d'argent. La grande porte en cuivre est partiellement masquée par un rideau orné de versets du Coran en lettres dorées. Ce pèlerinage est effectué pour l'amour de Dieu et en reconnaissance d'Ibrahim et d’Ismaïl. Avant de pénétrer dans le territoire sacré de la Mecque en vue du pèlerinage, il est recommandé aux musulmans d'être propres à tous points de vue. Chaque pèlerin doit se vêtir de deux draps blancs, un à la taille et l'autre sur l'épaule, et se chausser de simples sandales. Chaque musulman peut accomplir les rites du pèlerinage de son choix, 1-le mode "tamatou» : visite pieuse (petit pèlerinage) ou omra ou encore oumra, qui peut avoir lieu à n'importe quelle époque ; cependant, si elle a lieu au mois de Ramadan, elle a la même valeur que le grand pèlerinage, 2-le mode "ifrade", hajj (grand pèlerinage) sans omrab ou 3-le mode "quirane" cumul du hajj et de la Omra. Quand le pèlerin a pris la décision sur la nature de son pèlerinage, il dit : "Me voici devant toi mon Dieu pour... (le nom du mode choisi). Puis : "Je réponds à ton appel, O Allah". La Mecque attire plus d'un million de pèlerins par an.

170


171


TURQUIE Nom

Sainte-Sophie

Pays

Turquie

Province / État

Istanbul

Région

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Marmara 41°00′N 28°58′E 49.1 m

Musée, ancienne mosquée

islamique et cathédrale chrétienne

Considérée comme la huitième Merveille du monde, la Basilique Sainte Sophie est la merveille des merveilles. L’édifice sainte Sophie a servi de basilique pendant 916 ans et de mosquée pendant 482 ans, en 1935. Elle est devenue finalement un musée par ordre d’Atatürk. L’édifice mène sa fonction historique en tant que musée. L'église de la sagesse divine (Hagia Sophie, Sainte Sophie) fut construite sous le règne de Constantin en 325 sur l'ancien temple d’Artémis. Constance, le fils de Constantin a agrandi Sainte-Sophie qui est devenue l’église épiscopale de Constantinople. En 404, l'église fut brûlée lors d'une émeute par l'exil de saint Jean Chrysostome. Dès 415, elle a été rebâtie par Théodose II. L'église, comme toute la ville fut à nouveau brûlée au cours de la révolte de Nika en 532. La reconstruction de l'édifice débuta la même année, l'Empereur Justinien commanda aux deux architectes Isidore de Milet et Anthemius de Tralles d’y travailler. La plus grande basilique du monde chrétien vu le jour et fut achevée en 5 ans. Une splendide décoration de mosaïques d'or couvrait les 16 000 m² et a contribué à magnifier l'éclat du lieu. Au début de 1200, Constantinople tomba sous les coups de l'armée des Croisés. Durant trois jours la basilique fut pillée et entièrement dépouillée d'icônes précieuses, de candélabres d'or et d'argent, de croix incrustée de pierres précieuses et de rares reliquaires ; on fondit tous ces trésors pour frapper des monnaies. En 1453, la conquête de ville par les Turcs sous le sultan Mehmet II permit de sauver " l’édifice en ruine ", car il la transforma aussitôt en mosquée. La transformation de Sainte Sophie en mosquée se fit avec le plus grand respect pour l'édifice malgré les changements inévitables. Certaines décorations disparurent malheureusement sous le coup des iconoclastes, lesquels tout en épargnant les décorations abstraites et figuratives, ont détruit celles non conformes aux principes de l’Islam qui interdit de reproduire la figure humaine.

172


173


TURQUIE Nom

Pamukkale

Région

Égéenne

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Turquie Denizli

37°55.23′N 29°07.26′E

337,1 m

Héritage thermal mondial

Le site de Pamukkale, qui signifie "château de coton" en turc, est doublement intéressant. D'un point de vue géologique tout d'abord, car il est constitué d'une succession de vasques et de cascades pétrifiées sur une centaine de mètres de dénivelé. D'autre part, ce fut vers la fin du 2ème siècle av. J.-C. la station thermale de Hiérapolis. Le site est également intéressant d'un point de vue archéologique. Fondée au 2 ème siècle av. J.-C. par un des rois de Pergame, la cité antique de Hiérapolis se développa grâce à l'exploitation de ses sources thermales. Cependant, ce sont les Romains qui construisirent le plus grand nombre de bâtiments, avant que la ville ne soit complètement reconstruite à la suite d'un violent séisme en 60. La ville était dédiée au dieu Apollon, ainsi qu'au dieu Pluton qui avait un oracle dans les sous-sols du temple d'Apollon. Au Nord du site se trouve la nécropole, les thermes et la porte de Domitien, bel arc de triomphe à trois baies flanquées de deux grosses tours rondes. La nécropole compte plus de 1 200 tombes de différentes époques, puisqu'on y retrouve des tumuli circulaires, mais aussi des tombes grecques recouvertes de graffitis et des tombes d'époque romaine. Pamukkale est sans doute un site unique en son genre. Il résulte du ruissellement millénaire de sources chaudes saturées de sels calcaires. Les sources, jaillissant du coeur de la montagne, laissent en s'évaporant, le calcaire se déposer sur les flancs de la falaise créant une succession de vasques en gradins et formant ainsi un "château en coton". Le calcaire pétrifié à la blancheur éclatante se pare à certains endroits de reflets bleus, donnnant alors l'illusion d'être sur un glacier. Si vous avez l'occasion, venez-y au lever ou au coucher du soleil. Le spectacle est fascinant ! Ce chef-d'oeuvre de la nature a été un temps menacé par les complexes hôteliers qui utilisaient les eaux chaudes des sources pour alimenter leurs piscines. L'eau est naturellement chaude à 36 °C et par endroits très pétillante. Elle est censée rajeunir et guérir de certaines maladies et infections. Le site a été classé par l'UNESCO et un programme de protection de l'environnement a été mis en place conjointement avec la municipalité.

174


175


YEMEN Nom

Socotra

Région

Mer d’Arabie

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Yemen

Gouvernorat Hadhramaut 12°30′N 53°55′E

93,5 m

Joyau botanique de la mer d’Arabie

À 350 km au large du Yémen, se trouve une île bien étrange, peuplée de plantes et d'animaux surréalistes. Il s’agit de l’Île de Socotra, un paradis au coeur de l'océan Indien. Surnommé le « monde perdu », l'île de Socotra au Yémen est une merveille qui regorge d'animaux et de plantes rares. Un véritable paradis naturel qui a su conserver une flore et une faune encore sauvage, ainsi qu'une culture très secrète. Grâce à sa biodiversité et à la présence de quelques 700 espèces uniques au monde, Socotra est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Un endroit surréaliste, dont l'emblème est le dragonnier, un arbre qui semble pousser à l'envers, avec les racines vers le ciel et qui produit une résine rouge, d'où son surnom de « sang-dragon ». Les paysages de l'île de Socotra semblent sortis tout droit de l'imagination. Pourtant, ce « monde perdu » est bien réel. Situé au large des côtes de l'Afrique et dépendant du Yémen, il s'est séparé du continent il y a 6 à 7 millions d'années. Un événement qui a poussé plantes et animaux à s'adapter à un climat plutôt hostile, à première vue. Actuellement, seuls les Galapagos, Hawaii et la Nouvelle-Calédonie possèdent plus d'espèces endémiques que Socotra. La forme particulière des plantes est due notamment au climat très chaud et sec. En effet, l'île possède un climat désertique tropical et semi-désertique avec une température moyenne de 25 degrés et très peu de pluies. Curieusement, Socotra estr un nom sanskrit qui signifie « île de la béatitude ». est-ce les plages de sable blanc ? L'isolation et le calme ou l'étrange diversité botanique qui a motivé une telle appellation ? Toujours est-il que l'isolation géologique de l'île a permis la préservation d'espèces vieilles de millions d'années. Et avec ses 125 km de long sur 45 km de large, Socotra est la plus grosse île du Moyen-Orient. c’est aussi une terre de contrastes avec un climat aride mais une vie sauvage fourmillante. Très rare dans le monde, mais particulièrement répandu sur l'île de Socotra : l'arbre Concombre. Et oui, ce dernier est bien un cousin du légume qui est dans votre frigo. L'île est également un paradis pour les oiseaux, avec plus de 140 espèces représentées, dont 10 endémiques de l'île. Néanmoins, un grand nombre d'entre elles sont menacées d'extinction suite à l'introduction de chats sauvages non natifs de la région. Plus intéressant, l'île possède de nombreux reptiles (90 espèces parmi lesquelles lézard sans patte et une espèce de caméléon) mais seul un mammifère s'y est développé : la chauve-souris. Les amphibiens eux, n'ont pas eu cette chance puisqu’aucun n’est natif de l'île. Du côté des récifs coralliens, on compte également de nombreuses espèces endémiques, montrant une riche diversité.

176


177


ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE Nom

Grand Canyon

Région

Arizona

Pays

États-Unis

Province / État/ Comté Coconino et Mohave Coordonnées

Caractéristique

36°18′N 112°36′W

Lieu sacré pour les amérindiens

Le Parc national du Grand Canyon est l’un des plus anciens des États-Unis, il a été créé en 1908 et est inscrit au patrimoine mondial de l'Humanité depuis 1979. Ce parc se situe au Nord de l’Arizona et fait partie des incontournables d’un circuit dans l’Ouest américain. Ses roches creusées par le fleuve Colorado, dont les plus anciennes datent d’il y a 1,7 milliard d’années, se sont façonnées au fil du temps, pour aboutir à cette configuration du site et à ces paysages vertigineux absolument uniques. Véritable phénomène géologique, le Grand Canyon est composé d’une multitude de strates, de roches sédimentaires et de roches volcaniques de couleurs chatoyantes dont la palette évolue selon la position du soleil. c’est d’ailleurs au lever et au coucher de l’astre qu’il faut être à pied d’œuvre pour admirer des nuances sensationnelles et des contrastes saisissants, d’une beauté à couper le souffle. Mais. il n’est pas rare que les visiteurs reviennent à plusieurs moments de la journée pour se repaître encore du spectacle. La rive Sud (South Rim) est à privilégier car elle offre de splendides vues sur la rive Nord, plus découpée. Mather Point est le point d’observation le plus fréquenté du site. Au Sud, voir les nombreux points de vue sur la Highway 64, au Nord, ne pas manquer le Bright Angel Point et le Point Imperial. Voilà un gigantesque musée géologique à ciel ouvert qui raconte presque la moitié de l'histoire de la terre. L’arrivée se fait traditionnellement par le chemin qui borde le canyon, puis le spectacle commence lorsqu’apparaissent les falaises et les gorges profondes et que se révèle toute l’immensité du lieu : des falaises de 1,6 km de profondeur et un canyon qui s’étend sur 446 km de long et 29 km de large. Le lieu, sacré pour les amérindiens, surprend par son gigantisme, mais aussi par le calme qui y règne.

178


179


ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE Nom

Parc national de Petrified ForEst

Région

Arizona

Pays

États-Unis

Coordonnées

35°05′N 109°48′W

Caractéristique

Site sacré pour les amérindiens

Altitude

1 758,0 m

Navajo et Apache

Le Parc national de Petrified Forest est composé de deux partie distinctes. Au Nord, le Painted Désert et au Sud le Petrified Forest National Park. Une route panoramique le parcours du Nord au Sud et vice-versa. Ce site est remarquable pour sa concentration de troncs d'arbres fossilisés ainsi que des pétroglyphes amérindiens. Tout a commencé au cours des 20 derniers millions d'années de la période du trias. Il y a donc… 180 à 200 millions d'années. Cette région alors couverte de marécages et de cours d'eau était couverte d'imposants conifères. Ouragans, pluies diluviennes, gel, plissements et craquements de la croûte terrestre ont renversé, englouti et malaxé ces arbres qui ont fini par regagner la surface avec les fossiles marins. En visitant le Parc national de Petrified Forest, jumeau du parc de Painted Desert au Nord-Est de l'Arizona, on découvre sur un plateau devenu aride ces arbres géants qui ont été métamorphosés en blocs de « pierre ». Ce travail de la nature se découvre tout le long des 45 km d’une route panoramique qui se fraie un chemin au milieu des grès rouge et bleu. Mais avant de l’entreprendre, une visite s’impose aux petits musées Rainbow Forest Museum et Desert Painted Museum, où l’on comprend mieux l’histoire des lieux. Le parc est une vraie splendeur qui, heureusement, a été protégé car ses richesses naturelles auraient pu s’épuiser, cibles des pilleurs sans foi ni loi du bon vieux Far West ! Ce phénomène de la nature fut en effet découvert par l'homme en 1851 et resta inconnu jusqu'à l'arrivée du chemin de fer et des pionniers, vers la fin du 19ème siècle. Chasseurs de souvenirs, collectionneurs et fabricants de bijoux se mirent alors à attaquer les précieux matériaux à la dynamite. Leur butin ? Les améthystes et les cristaux de quartz que renfermaient les centaines de milliers de troncs pétrifiés. Le fer, le manganèse, la silice, les carbones pigmentent vivement les bois pétrifiés et les formations rocheuses du désert dont les rouges et les bleus s’intensifient. Pour en avoir le meilleur aperçu, rien ne vaut un détour à Jasper Forest et à Blue Mesa. Ces deux sites offrent le spectacle enchanteur de troncs multicolores et d’un désert bleu pétrifié d’arbres. En sillonnant le parc, on peut apercevoir ses habitants actuels : antilopes, lynx, lapins, chiens de prairie, coyotes… Et admirer une infinie variété de plantes dont certaines donnent des fleurs. On découvre aussi que la vie animait les lieux au temps de l’occupation indienne comme en témoignent les vestiges d’un village à Pueblo Puerco et les traces silencieuses de leur passage laissées sur Newspaper Rock, le « journal » en grès où les dessins rupestres révèlent des pans de leur quotidien. C’est toujours avec regret que l’on quitte le parc, tant ce qu’on y voit est rare.

180


181


ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE Nom

Parc national de Yellowstone

Pays

États-Unis

Coordonnées

44°36′N 110°30′W

Région

Wyoming, Idaho et Montana

AltitudeCaractéristique Contient deux tiers des geysers de la planète

Yellowstone est fameux pour ses activités géothermales, sa fantastique faune et ses paysages grandioses parsemés de geysers (300), de sources chaudes, de bassins d'eaux multicolores, de volcan de boues, de fumerolles, de lacs, de forêts et de canyons. Ours, élans, chevreuils, cerfs, daims, wapitis, mouflons, antilopes, coyotes, lynx, porcs-épics, castors, aigles, bisons sont les plus visibles de la nombreuse faune de la région. Il constitue le cœur d'un vaste habitat naturel préservé, l'un des derniers écosystèmes relativement intacts des zones tempérées. Parmi les différents écosystèmes du parc, c’est la forêt subalpine qui domine. Il est inscrit sur la liste des réserves de biosphère depuis 1976 par l’UNESCO. Créé le 1er mars 1872, le Yellowstone est le plus ancien Parc national du monde. Il constitue le deuxième plus grand parc naturel des États-Unis (hormis l'Alaska). La végétation est aussi variée que la dénivellation. Au Nord du parc, c’est le désert planté de maigres buissons. Puis, la route monte et le paysage devient plus montagnard autour du Mont Washburn. La verdure reprend ses droits, serpentée de fleuves et de près de 300 chutes d'eau, où s'épanouissent les conifères, avec, en toile de fond, les neiges éternelles. Le Lodgepole pine (ou pin tordu, « Pinus contorta ») est l'arbre roi. Il couvre à lui seul 60% de la superficie du parc (et 80% de l'ensemble des forêts de Yellowstone). Entre Madison et Norris Junction, un véritable cimetière de pins s'étire à perte de vue, stigmate du terrible incendie de 1988. Mais déjà, des centaines de jeunes arbres croissent à leurs racines, régénération fascinante puisque parfaitement naturelle Yellowstone, c’est aussi un spectacle naturel permanent, rythmé par d'innombrables geysers. Le Yellowstone est célèbre pour ses phénomènes géothermiques ; il contient deux tiers des geysers de la planète et de nombreuses sources chaudes. L'une des figures emblématiques du parc est le geyser « Old Faithful ».

182


183


ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE Nom Pays

Région

Antelope Canyon (canyon de l’antilope)

États-Unis Arizona

Province / État Nation Navajo, Comté Coconino Coordonnées Altitude

36°57′N111°26'W 1,129 m

Caractéristique Le plus beau bijou de l’Arizona

Propriété des indiens Navajos et géré par des Amérindiens, Antelope Canyon est d'une beauté irréelle. Antelope Canyon se présente sous la forme d'une faille dans la roche. C’est un slot canyon (une crevasse rocheuse étroite formée par l’érosion). Il y a deux Sot Canyon, l'Upper Antelope (au sud) d'accès facile et pour tout public, il est connu sous le nom de Tsé bighánílíní, qui se traduit par « l'endroit où l'eau traverse les roches ». Le Lower Antelope un peu plus sportif. Pour ce dernier, lorsque vous vous approchez du canyon à pied, la crevasse est à peine en vue à quelques mètres de distance. Vous ne percevrez qu'une petite faille parmi les formations rocheuses et un ruisseau asséché. De plus près vous verrez une petite échelle métallique pour descendre dans la crevasse. C’est très étroit, à peine pour une personne. Toute une série d'échelles et d'escaliers longe le chemin qui descend jusqu' au bas du canyon. Il est comme sculpté. Il s'étend sur trois mètres de large et 50 mètres de profondeur. c’est le canyon inférieur qui attire les photographes et les artistes, car l'érosion a sculpté le grès dans une galerie d'art spectaculaire au cours des millénaires. Une visite à Antelope Canyon aujourd'hui nécessite l'autorisation de ses propriétaires Navajo, qui se sont engagés à préserver un héritage naturel qu'ils considèrent comme d'une grande importance spirituelle.

184


209


186


ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE Nom

Grand Prismatic Spring

Pays

États-Unis

Province / État

Comté Teton, Parc national Yellowstone

Région

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Wyoming

44°52′N°83'W

2,220 m (7,270 ft)

Troisième plus grand bassin du monde

Voilà une merveille de la nature qui mérite une place de choix dans la liste des lieux de rêve. Le Grand Prismatic Spring, une marmite géante d’eau bouillante aux couleurs de l’arc-en-ciel, est l’un des sites les plus visités du parc national du Yellowstone. D’environ 113 mètres de diamètre pour 37 mètres de profondeur, ce cratère d’eau bouillante – à plus de 70°C - (la plus grande source d’eau chaude des Etats-Unis et la troisième du monde derrière celles de Nouvelle-Zélande et de Dominique) est composé d’anneaux de couleurs : bleu turquoise au centre, puis vert, puis jaune, puis ocre, orange et rouge vif. Spectaculaire, il appartient à un ensemble géologique qui l’est tout, entre geysers et autres canyons (il a des « petits frères » dans tout le parc). Son débit affiche plus de 2000 litres d’eau par minute, remontant des entrailles de la Terre pour remplir la cuvette volcanique qui produit soufre et oxyde de fer. Il a d’abord été découvert en 1839 par des trappeurs de l’American Fur Company à la recherche de fourrures (ils parlèrent d’un « Boiling Lake ») puis en 1870 par l’expédition Washburn–Langford–Doane qui a traversé le Midway Geyser Basin. L’expédition Hayden lui donna son nom l’année suivante et l’artiste du groupe, Thomas Moran, réalisa une aquarelle. Les couleurs semblaient si folles que le géoloque A.C. Peale y retourna en 1878 pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’une hallucination collective. Les couleurs sont bien sûr 100% naturelles. On les doit à l’écosystème particulier du bassin aux microorganismes dits « thermophiles » ou « hypermétropies » (bactéries, algues et autres champignons) qui ont besoin d’une température élevée (entre 50 et 70°C) pour vivre et se développer. Les premiers ont d’ailleurs été découverts dans les années 60 dans le parc du Yellowstone. Tout comme Yann ArthusBertrand l’a immortalisé vu des airs dans « La Terre vue du ciel », l’idéal est de prendre de la hauteur ou utiliser un drone pour le photographier, car depuis le sol, l’effet n’est pas aussi fort.

187


ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE Nom

Geyser Fly

Région

Nevada

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

États-Unis

Comté Washoe 40°51′N°19'W 1,223 m

Curieux geyser dans le désert

Cette impressionnante sculpture naturelle multicolore, se trouve dans le comté de Washoe. Également connu sous le nom de Geyser Fly Ranch ou Fontaine des trois Bouddhas, ce petit geyser géothermique est situé dans le Hualapai flat, au nord de Gerlach. Il est plutôt petit car il fait 3,7 m de hauteur en comptant le monticule sur lequel il se trouve et 1,5 m de large. Le geyser contient plusieurs terrasses, les eaux étant rejetées dans près de 30 à 40 piscines, sur une superficie de 74 hectares ! Le Fly Geyser crache des jets d'eau constamment, ceux-ci atteignent souvent 1,5 m de hauteur. Le Geyser n'est pas un phénomène entièrement naturel, il a été accidentellement créé en 1916 au cours du forage d'un puits : l'eau chauffée par géothermie a commencé à s'échapper à la surface. Cette eau fortement minéralisée est alors sortie de terre par des jaillissements et ses projections sont depuis, toujours grandissantes. En 2016, le festival Burning Man qui se déroule chaque année dans le désert de Black Rock, a acheté le Fly Ranch pour la coquette somme de 6,5 millions de dollars. Pour préserver cette merveille de la nature, le tourisme est limité. Le Fly Geyser est un site peu visité et peu connu. Pour s'y rendre, il faut désormais se renseigner auprès de Burning Man pour connaître les conditions d'accès.

188


213


GUATEMALA Nom

Lac Atitlán

Pays

Guatemala

Coordonnées

14°42′N 91°12′W

Caractéristique

Le plus beau lac du monde

Province / État Altitude

Sololá

2 056,6 m

Niché au cœur du Guatemala, ce lac hors du temps fascine depuis toujours. Surplombé par trois imposants volcans, il nourrit les nombreuses croyances des communautés mayas qui vivent le long de ses rives. Né d'une éruption volcanique (Caldeira, cône volcanique effondré il y a plus de 80 000 ans), ce cratère est devenu l'un des plus beaux lacs du monde, avec son eau cristalline et azurée, profond de plus de 560 mètres. Atitlán gît à plus de 1,500m d'altitude et est l'endroit idéal pour entrer en contact avec le folklore guatémaltèque et la vie réelle indigène. Les habitants sont des mayas Quiché, Cakchiquel et de la nation Tz'utujil. Les gens vivants sur les rivages du Lac Atitlán sont célèbres pour leurs qualités d'artisans. Le lac Atitlán est sans aucun doute l'attraction la plus importante du département de Sololá, il fournit des vues imprenables sur trois volcans, le San Pedro, Tolimán et Atitlán. La région du Lac Atitlán offre l'opportunité de vivre des expériences écotouristiques extraordinaires, découvrir la jungle subtropicale ou escalader les volcans. La région possède une végétation exubérante d'où se réfugient plus de 250 espèces d'oiseaux. Le lac possède une superficie de 128 km² et d'une profondeur entre 360m à 650m par endroit. Les poissons du lac sont comestibles. Lors du tremblement de terre 1976, le niveau du lac a baissé de 5 mètres. Site incontournable de tout voyage au Guatémala, le lac Atitlán est une fierté nationale.

190


191


HONDURAS Nom

Copán

Province / État

Copán

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Honduras 14°50′N 89°08′W 636,9 m

Site maya

Les traces de peuplement les plus anciennes semblent indiquer que l'occupation de la vallée de Copán a commencé dès le 12ème siècle av. J.-C.. Pour des raisons qui restent inexpliquées, elle a été en grande partie abandonnée de -300 jusqu'aux environs de 150. Des débuts de l'histoire de Copán n'émergent que quelques dates correspondant aux années 159 et 376 de notre ère, qui ont été retrouvées sur des monuments largement postérieurs. Elles sont associées à des événements qui demeurent obscurs. On a même trouvé une référence à une date qui correspond à 321 avant notre ère, mais dont on peut se demander si elle n’est pas mythique. Grâce aux travaux d'interprétation de l'Autel Q, de l'Escalier hiéroglyphique et de plusieurs tombes royales, l'histoire de Copán peut être établie avec plus de certitude à partir de l'arrivée au pouvoir en 426 de K’inich Yax K’uk’ Mo’, fondateur d'une longue dynastie. Les liens entre le fondateur de la dynastie ainsi que son premier successeur et Teotihuacán (la grande métropole du Mexique central) ne font aucun doute. Les indices archéologiques ne manquent pas, qu'il s'agisse des représentations de K'inich Yax K'uk Mo' avec des «yeux cerclés» et un bouclier rectangulaire à la manière de Teotihuacán, ou encore de la découverte d'un récipient tripode bien connu des archéologues sous le nom de «Dazzler» figurant un temple teotihuacán au talud-tablero caractéristique. Le phénomène n’est pas unique au 5 ème siècle : il est bien attesté à Tikal par exemple. La nature de ces liens reste cependant sujette à débat. Conformément à l'idéologie qui se propage dans les cités mayas dès la fin de l'Époque préclassique, autorité politique et religieuse se confondent à l'Époque classique. Les rois de de Copán étaient des « k'uhul ajaw » (divins seigneurs), médiateurs entre le monde humain et les puissances surnaturelles. De grands monuments n'ont cessé d'être construits à partir du règne de K'inich Yax K'uk Mo' jusqu'à la fin des « k'uhul ajaw » de Copán, de 435 à 822. Il semblerait que ce soit un problème environnemental qui ait provoqué la chute de Copán. En effet, à cause de la déforestation - on estime qu'à la fin du 8 ème siècle, il n'y avait plus un seul arbre dans les 30 km à la ronde - liée à la densité croissante de la population, celle-ci fut obligée de cultiver les versants abrupts de la vallée et, à cause de l'érosion du sol, de défricher toujours plus. Cette spirale infernale de déboisement-érosion aurait entraîné un appauvrissement des terres et des inondations. La réponse des souverains copanèques à cette situation a été totalement inadéquate. Enfermés dans l'idéologie de la royauté divine, ils ont continué à pratiquer sacrifices et autosacrifices, ainsi qu'à édifier des temples toujours plus grands. Sous Yax Pasaj, le 16 ème souverain de la dynastie, le système montre des signes d’essoufflement. La plupart des monuments qu'il a commandité, datent de la première moitié de son règne. Son monument le plus célèbre, l'Autel Q, était destiné à afficher sa légitimité. Lorsque le conquistador espagnol Diego García de Palacio découvre la ville en 1570, il n'y trouve que les vestiges de la splendeur passée de Copán envahis par une jungle dense. Lorsque les espagnols conquirent le Honduras, le site avait depuis longtemps été recouvert par la forêt vierge. Même si cette grande cité en ruine fut très vite découverte par les colons locaux, elle resta longtemps inconnue du monde extérieur. Une série d'explorateurs commença à s'y intéresser au début du 19 ème siècle. Juan Galindo écrivit une description des ruines en 1834. Cette publication attira l'attention de l'explorateur et écrivain Nord-américain, John Lloyd Stephens et de l'architecte et dessinateur anglais Frederick Catherwood, dont les livres illustrés éveillèrent un grand élan d'intérêt pour l'Antiquité mésoaméricaine parmi les étudiants américains et européens. Bien que la rivière Copán, le long de laquelle la cité fut construite, ait emporté une partie des bâtiments, le Parc archéologique de Copán reste avec Chichén Itzá et Tikal l'un des plus intéressants sites mayas. Sa disposition est conforme à la pensée cosmologique maya. Le monde est orienté selon les quatre points cardinaux avec un centre qui en constitue l'axe et la cité est un microcosme à l'image de ce macrocosme. À Copán, un centre cérémoniel, appelé Groupe principal et composé d'une Grande Place et d'une Acropole, qui représente l'axe du monde. Il est entouré de secteurs d'habitations situés aux quatre points cardinaux et reliés au centre par des chaussées appelées sacbe.

192


193


MEXIQUE Nom

Tulum

Région

Mer des Caraïbes

Pays

Province / État

Yucatán / Quintana Roo

Coordonnées

20°12′N 87°25′W

Caractéristique

Ancienne cité maya

Altitude

194

Mexique

8,0 m

Le site de Tulum paraît mode et peu étendu (6 km le long de la côte), surtout si on le compare avec ceux de Cobá ou de Chichen Itza, mais il est édifié dans un site naturel exceptionnel, en bordure de la mer des Caraïbes mexicaine aux couleurs turquoise et sur un promontoire rocheux qui met les bâtiments particulièrement en valeur. La plupart des monuments avaient des fonctions cérémonielles. Des traces de peinture de couleur rouge peuvent être observées sur certains édifices. Cela suggère qu’ils étaient peints durant la période maya. Les traits distinctifs de Tulum sont les deux murailles, extérieure et intérieure. La muraille externe encercle trois côtés du secteur principal de l'antique cité. Elle comprend un espace rectangulaire d'environ 380 mètres, du Nord au Sud, et de 170 mètres d'est en Ouest. Cette zone comprend la majeure partie de l'architecture monumentale : temples, autels, tombes et édifices d'une hiérarchie qui contrôlait la société. Le reste de la société vivait en-dehors de l'enceinte, dans une zone qui s'étendait sur 5 km au Nord et au Sud du site, le long de la côte. Le groupe de constructions du centre de Tulum ou Enceinte Intérieure est confiné par la Muraille Intérieure dont les dimensions forment un rectangle d'environ 30 mètres sur 50. Les principaux édifices de ce secteur sont regroupés autour du patio délimité par la muraille. c’est le bâtiment le plus haut, le plus important et le plus impressionnant du site, que le conquistador Bernard Diaz décrivit comme une « Tour ». On le remarque aussi par sa situation et la façade singulière du temple supérieur. La façade principale surplombe le côté est de l'Enceinte Interne, tandis que le mur postérieur s'élève majestueusement sur le bord de la falaise des Caraïbes. Celui-ci possède trois accès décorés de colonnes serpentines, d’une représentation du Dieu plongeur et de deux médaillons zoomorphes aux angles. L’aspect actuel du monument est le résultat de plusieurs étapes distinctes de construction qui commencèrent avec un plus petit édifice. Plus tard, il fut comblé, afin de pouvoir supporter le poids de celui qui allait être construit au-dessus. On y ajouta un mur de contention pour soutenir le poids du nouveau temple. La construction qui le surplombe, comprend deux pièces couvertes par un toit voûté et trois ouvertures d'accès bordés de linteaux, soutenues par deux colonnes en forme de serpent. La frise de la façade est formée par deux franges simples et trois niches ; on observe sur la partie centrale, les restes d'une figure de stuc qui devait être peinte de plusieurs couleurs et qui représentait une figure qui semble descendre. Cela pourrait être une référence symbolique au soleil de l'Ouest, à la pluie ou aux abeilles. Pendant la dernière étape, on construisit deux autels de chaque côté de l'escalier principal. Tulum a beaucoup changé, et on y trouve aujourd'hui des choses impensables il y a encore dix ans : de la circulation, parfois de la foule et même des listes d'attente aux restaurants. Pourtant, Tulum reste un lieu paisible et tranquille. Tulum s'étend désormais, sur 5 kilomètres, le long de la mer et a su allier développement et préservation de l'esprit. A Tulum, même si la route n’est plus en sable, l'essence du lieu reste la même : en entrant dans le village, c’est à droite la jungle et à gauche la plage de sable fin. De nos jours, des milliers de visiteurs viennent quotidiennement visiter les ruines dans le cadre d’excursions organisées par les hôtels et voyagistes de la région. Tulum est le 3ème site archéologique du Mexique en nombre de visites après Teotihuacan et Chichen Itza et juste devant Monte Albán.


195


MEXIQUE Nom

Plage cachée des Îles Marieta

Région

Nayarit

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Mexique

Îles Marieta

20°69′N105°58'W

Au niveau de la mer

Plage cachée du Mexique

Dans la catégorie des paysages insolites, cette grotte à ciel ouvert révèle une plage aux allures uniques ! Pas loin de la baie de Bandera, les îles Marieta sont restées vierges et non accessibles aux touristes pendant des années. Surnommée Playa del Amor (plage de l’amour), la plage cachée des îles Marieta se situe près de Puerto Vallarta. L'environnement de la playa escondida ,en espagnol ou Hidden Beach en anglais, s'est développé depuis plusieurs années, sans aucune perturbation de l'homme. Par conséquent, la faune et la flore sont sauvages et intrigantes, rendant ce lieu aussi unique que palpitant. La plage cachée des îles Marieta offre véritablement un monde à part et protégé. Ce sont des archipels qui ont été formés à la suite de l'activité volcanique. Ces îles sont restées désertes pendant des années. Ce n'est que récemment que l'aspect récréatif de l'endroit a été développé, avec des excursions mais aussi de nombreuses activités offertes par la diversité de l'écosystème marin. Les îles Marieta sont l'un des meilleurs spots pour le snorkeling et la plongée en raison de sa nature vierge et de la diversité qu'elle offre. Baleine à bosse, tortues de mer, dauphins et plus de 100 espèces de poissons sont toujours au rendez-vous. c’est également un lieu réputé pour l'observation des oiseaux. Pour atteindre la plage cachée, il faut arriver à marée basse pour y accéder à la nage et en ressortir avant d'être prisonnier des eaux !

196


197


MEXIQUE Nom

Grotte des Cristaux - Mine de Naica

Région

Chihuahua

Pays

Province / État

Mexique Saucillo

Coordonnées

27°51′N°29'W

Caractéristique

Grottes de cristal de sélénite dans une

Altitude

300 m sous la mer

mine d'argent, de plomb et de zinc

C’est en 2002 que d’étonnantes grottes de cristaux furent découvertes au nord du Mexique, dans le désert de Chihuahua. Alors que 2 mineurs perçaient un nouveau tunnel d’aération, ils débouchèrent par hasard sur une exceptionnelle grotte de cristaux, appelée aujourd’hui grotte de Naica, où s’hérissent les plus grands cristaux jamais répertoriés au monde. La grotte de Naica, qui tire son nom de la mine de plomb, de zinc et d’argent, se situe à 290 mètres en dessous du niveau de la mer. Il peut y faire jusqu’à 60 degrés, l’oxygène y est rare, ce qui rend l’exploration difficile. Par contre, la grotte baptisée « Caverne aux Epées », est quant à elle plus facilement accessible au public. Les cristaux de sélénite présents dans la caverne principale de Naica peuvent atteindre des longueurs de plus de 11 mètres, des diamètres de près de 2 mètres et peuvent peser jusqu’à 50 tonnes. Il a fallu des millénaires pour que ses cristaux se forment. Ce type de grotte est normalement noyé sous les eaux de rivières souterraines. C’est pourquoi les scientifiques et explorateurs n’ont que quelques années pour profiter de cette grotte fabuleuse. La caverne principale de la grotte de Naica est dénommée la Caverne de cristal. D’autres cavernes ont aussi été découvertes : la Caverne aux épées, la Caverne aux bougies et la Caverne de l’œil de la reine.

198


199


ARGENTINE Nom

Glacier Perito Moreno

Région

Santa Cruz

Pays

Argentine

Province / État Cordillère de Patagonie Coordonnées Altitude

50°30′S 73°08′W

253,3 m

Caractéristique Un des rares glaciers à ne pas régresser

en raison du réchauffement climatique

Le Glacier Perito Moreno est une merveille de la nature qui figure parmi les sites incontournables à visiter ! Situé au Sud-Ouest de l'Argentine, au cœur du Parc national Los Glaciares, ce gigantesque glacier aux entrailles bleutés qui fait environ 30 km de long sur 5 km de large, termine sa vie dans le lac Argentino. c’est un glacier en constante mouvance puisqu'il avance d'environ 2 mètres par jour et donc perd quotidiennement autant de glace dans le lac. Il aurait 700 mètres d'épaisseur dans sa partie la plus profonde ! Le nom de "Perito Moreno" (« Perito » signifiant « Expert ») lui a été donné en l'honneur du naturaliste et explorateur argentin Francisco Pascacio Moreno, qui a étudié cette région au 19 ème siècle. Pour voir ce géant de glace, il faut donc se rendre en Patagonie argentine, c’est-à-dire à plus de 2 000 km à vol d'oiseau de Buenos Aires, la capitale de l'Argentine. Ce superbe glacier se trouve au Sud du Parc national Los Glaciares, à environ 70 km de la ville d'El Calafate. Inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, ce magnifique Parc national protège les majestueux sommets de la Cordillère des Andes, de nombreux lacs, ainsi que d'énormes glaciers dont le Perito Moreno. Un phénomène particulier, appelé « rupture », se produit de temps à autre (en moyenne tous les 4 ans), la dernière rupture s'étant produite le 10 mars 2016. Il s'agit d'un effondrement de glace très impressionnant, qui a lieu en raison de la situation particulière du glacier. En effet, lors de son avancée, le glacier Perito Moreno vient buter contre la terre appelée « Péninsule de Magellan », ce qui sépare en deux le lac Argentino. Les deux parties du lac ne communiquant plus, il se produit alors une différence de niveau d'eau. Le côté du lac appelé Bras Rico va se remplir et commence alors à exercer une pression sur le glacier. Avec le temps, l'eau trouve un chemin sous la glace pour se vider dans la partie principale du lac Argentino, creusant des fissures, puis un tunnel, jusqu'à faire apparaître une arche de plus en plus grande. Quelques temps plus tard, l'arche s'effondre dans un énorme fracas. c’est le moment le plus spectaculaire ! Les deux parties du lac Argentino sont alors à nouveau jointes. L'effondrement de l'arche est bref. Être spectateur de ce phénomène relève de la chance, d'autant plus que cela peut se produire durant la nuit. Le glacier Perito Moreno est un must, mais il y a d'autres glaciers à découvrir dans la région. La plupart finissent dans le lac Argentino (ou Lago Argentino ou Lac Argentin). Ce dernier est le plus grand lac glaciaire du Parc national Los Glaciares. Les magnifiques tons bleu du lac varient en permanence selon la position du soleil, du vent et de l'endroit d'observation. Le glacier Perito Moreno se visite facilement, tant par la route que par bateau. Il est apparemment l'un des rares glaciers à ne pas régresser en raison du réchauffement climatique.

200


201


BRÉSIL

Nom

Le bassin Amazonien

Région

Amérique du Sud

Altitude

Variable

Pays

Coordonnées Caractéristique

Brésil, Guyane, Pérou, Colombie, Équateur 2°18′S 54°53′W

C’est le plus long fleuve de la Terre

La démesure de l'Amazone s'apprécie aussi en constatant qu'aucun pont ni barrage ne le franchit sur des milliers de kilomètres (la traversée se fait en bac ou ferry), et qu'il faut remonter très haut sur ses deux formateurs Marañón et Ucayali pour trouver de tels aménagements. Tout s'y oppose : la largeur du fleuve, sa profondeur, sa puissance, la multitude d'îles et de bras fluviaux, les berges inondées plusieurs mois par an et remodelées à chaque crue. La technique d'aujourd'hui ne permet pas de s'affranchir de telles difficultés. C’est pourquoi les actuels projets de barrages ne concernent que les affluents (rio Madeira, rio Xingu). S'ils se concrétisent, ils prendront néanmoins place parmi les plus grandes réalisations hydrauliques au monde, en surpassant les barrages des Trois Gorges et d'Itaipu. Le fleuve est par contre navigable pour les vapeurs jusqu'à Iquitos, à 3 700 km de la mer, et pour les plus petits vaisseaux, sur encore 780 km jusqu'à Achual. Au-delà, les petits bateaux franchissent fréquemment le défilé du Pongo de Manseriche sur le Marañón. La forêt amazonienne débute à l’est des Andes. Elle est d’une grande importance écologique, étant capable d’absorber de gigantesques quantités de dioxyde de carbone. La conservation de la forêt amazonienne est un des plus grands problèmes écologiques de ces dernières années. La forêt tropicale est issue du climat extrêmement humide du bassin amazonien. L’Amazone et ses milliers d’affluents s’écoulent lentement à travers le paysage, par une pente si faible, que c’est en réalité la poussée de l’eau en amont qui pousse le flux vers la mer. La ville de Manaus à 1 000 km de l’Atlantique est située seulement à 44 mètres au-dessus du niveau de la mer. La biodiversité de la forêt amazonienne est très importante : la région abrite plus de 2,5 millions d’espèces d’insectes, des dizaines de milliers de plantes, et quelque 2 000 espèces d'oiseaux et de mammifères. Une espèce d’oiseaux sur cinq est représentée dans la forêt amazonienne. La diversité de la flore dans le bassin amazonien est la plus forte du monde. Certains experts estiment qu’un kilomètre carré peut contenir jusqu’à 90 000 tonnes de matière végétale vivante. Les eaux de l’Amazone abritent une faune riche et variée. Avec l’Orénoque, le fleuve est l’un des principaux habitats du Boto, également connu sous le nom de dauphin de l’Amazone. c’est la plus grande espèce de dauphin d’eau douce, pouvant atteindre 2,6 m. Également présent en grand nombre, les célèbres piranhas, poissons carnivores se regroupent en de larges bancs et peuvent s’attaquer au bétail et même à l’homme.

202

Bien que beaucoup d’experts pensent que leur réputation de férocité soit injustifiée, un banc de piranhas est apparemment responsable de la mort de 300 personnes qui chavirèrent près d’Obidos en 1981. L’anaconda géant vit également dans les eaux troubles du bassin amazonien. c’est l’une des plus grandes espèces de serpent. L’anaconda passe le plus clair de son temps dans l’eau, avec seulement ses narines dépassant à la surface. Quelques attaques de pêcheurs par des anacondas ont été rapportées. Le fleuve abrite également des milliers d’espèces de poissons, d’amphibiens, de crabes et de tortues. Le fleuve, lui-même assez pauvre en nutriments, se déverse bien au-delà des berges, là où pousse une riche végétation. Les animaux, terrestres ou aquatiques, se sont, au fil du temps, très bien adaptés et tirent un profit maximum de cette situation exceptionnelle. Ainsi, chez certains mammifères terrestres, la morphologie a évolué afin de réduire les inconvénients de ces inondations : queues préhensiles chez le tamanoir, l'opossum, le kinkajou et le porc-épic ; transformation en animal amphibie chez le cabiai. À la suite de l'obligation pour les animaux aquatiques de se nourrir en grande partie des aliments terrestres, certains poissons ont acquis des molaires leur permettant de consommer des fruits. D'autres ont subi une transformation stomacale augmentant la capacité de stockage des graisses. D'autres animaux se sont peu à peu équipés d'organes sensoriels leur permettant de percevoir le monde sans besoin de la vue. En effet, la visibilité dans l'eau est très réduite en raison de la présence importante de sédiments. Ces adaptations diverses ont permis à ces espèces, non seulement de survivre, mais aussi, grâce à la richesse des plaines alluviales de l'Amazonie, d'atteindre des poids et dimensions imposantes. c’est là que, entre autres, on trouve les tortues fluviales, les loutres, les rongeurs, les serpents et les aigles les plus grands du monde. Le bassin de l'Amazone contient environ le quart de toutes les espèces animales répertoriées sur la planète et bien d'autres encore qui restent à identifier. L'Amazone regroupe divers types de biotope qui possèdent plusieurs qualités d'eau qui influent sur les biotopes. On distingue habituellement trois types de cours d'eau : les eaux noires (agua preta), les eaux blanches (agua blanca), les eaux claires (agua clara). Autrefois, le total des surfaces cultivées dans le bassin amazonien était probablement inférieur à 65 km2, incluant les surfaces grossièrement cultivées des montagnes entourant les cours supérieurs de l’Amazone. Cette situation a dramatiquement changé durant le 20ème siècle.


203


CHILI

Nom

Île de Pâques

Région

Valparaiso

Pays

Province / État

Île de Pâques

Altitude

273,4 m

Coordonnées

Caractéristique

204

Chili

27°7′S 109°22′W

Patrimoine mondial de l’humanité

Le 5 avril 1722, l'explorateur hollandais Jacob Roggeveen aborde une île isolée en plein Pacifique. Comme c’est le jour de Pâques, il la baptise tout simplement... Île de Pâques. L'île est le sommet émergé d'un massif volcanique sous-marin. À la différence de la plupart des autres îles du Pacifique, elle n’est pas protégée des vagues par une barrière de corail et un lagon, ce qui rend son approche en bateau difficile. Sur son sol aride de 171 km2 survivent quelques centaines de misérables Polynésiens. Les ancêtres de ces malheureux, arrivés en pirogue entre 900 et 1200 de notre ère, avaient découvert un paradis doté d'une faune et d'une flore exubérantes, qu'ils avaient appelé dans leur langue Rapa Nui. Ils avaient bâti une société prospère et même inventé une écriture idéographique, le rondorongo. Ils s'étaient multipliés jusqu'à être 10 000 ou 15 000 habitants. La population était divisée en clans familiaux dont chacun était établi dans l'une des vallées sèches qui descendaient vers l'océan, cultivant ses jardins et honorant ses morts. Les dépouilles de ces derniers étaient déposées sur la grève. Pour se protéger de l'océan hostile, chaque clan avait aménagé près du rivage une plate-forme en pierre surmontée de statues géantes, alignées comme à la parade, au regard impressionnant de vie, tournées vers les jardins et les habitants. Les habitants sculptaient les statues (les moaï) dans les flancs des trois anciens volcans de l'île. Ils les faisaient ensuite glisser jusqu'aux plates-formes de pierre qui leur étaient destinées (les ahu). Pour cela, ils fabriquaient des rails et des cordages avec les palmiers géants qui couvraient l'île. On a dénombré un total de 800 statues, représentant des hommes et des femmes d'une taille d'un mètre à 22 mètres. La majorité sont restées sur les lieux d'extraction, en position couchée. 256 ont été déplacées et 164 de celles-ci ont été érigées sur les plates-formes. Les européens qui ont exploré l'île, tels Lapérouse et Cook au 18 ème siècle, n'ont pas manqué de s'interroger sur l'arrêt subit de cette activité et le déclin brutal de la société pascuane, que les scientifiques situent vers le milieu du 17 ème siècle. Irresponsabilité des hommes ou fatalité de la nature ? En 1888, l'île passe sous la souveraineté du Chili. Un entrepreneur livre le sol à des milliers de moutons. Le surpâturage dévaste ce qui reste de ressources agricoles et relègue les derniers habitants dans un recoin misérable de l'île. Dans les années 50, diverses personnalités, comme Thor Heyerdal, se penchent au chevet de l'île et remettent à l'honneur ses antiques statues. Les moutons sont chassés. L'île renaît lentement à la vie. Elle compte en ce début du 21 ème siècle, 4 000 habitants dont la moitié revendiquent leur filiation avec les sculpteurs des moaï. Véritable symbole de l’île, les Moaïs continuent de faire fantasmer bon nombre de voyageurs. Ces gigantesques statues de pierre, font partie du culte des morts des Rapa Nuis. Quand un chef ou autre membre important de la tribu décédait, l’on sculptait un moaï à son effigie. Ce moaï, positionné dos à la mer et le regard porté vers sa tribu, devenait alors un puissant protecteur. Ces 50 dernières années ont vu émerger des théories plus originales et créatives les unes que les autres. Comme toujours, une réponse facile pour expliquer l’inconnu et l’incompris : les extraterrestres ! Se basant tantôt sur l’astrologie, tantôt sur les sciences occultes, certains défendent avec ferveur l’implication des extraterrestres dans la construction des moaïs, à coup d’ondes et de forces électromagnétiques.


205


CHILI

Nom

Cathédrale de marbre

Région

Région XI -Aysen

Coordonnées

46°30′S 72°0′W

Pays

Province / État Altitude

Caractéristique

Chili

Général Carrera 212,9 m

Phénoméne naturel

Les eaux mouvementées du lac Carrera ont érodé les falaises côtières depuis des millénaires pour laisser place à ces grottes de marbre blanc absolument fascinantes. Les eaux peu profondes tourbillonnantes créent un miroitement cristallin contre les murs des grottes. Ce lac d’origine glaciaire s’est formé il y a moins de 15 000 ans, lors du dernier retrait des glaces. D’une profondeur maximum de 590 mètres, il est l’un des plus profonds d’Amérique et ses rives sont particulièrement érodées par l’eau et le vent intense. Sa couleur est d’un bleu cristal surnaturel qui provient, selon les scientifiques, des petites particules rocheuses en suspension dans l’eau, issues du limon glaciaire. Pendant 6 000 ans, les vagues et le mouvement permanent des eaux du lac ont progressivement fait apparaître ces sculptures monumentales de marbre. La cathédrale de marbre (« cathedral de mármol ») est la plus majestueuse, la plus impressionnante. Elle est entourée de deux autres îlots : la chapelle de marbre (« capilla de mármol ») et la caverne de marbre (« caverna de mármol »). La cathédrale de marbre se présente sous la forme d'un édifice naturel spectaculaire et unique au monde. Il s'agit d'une formation de carbonate de calcium érodée, située sur une péninsule qui s'avance dans les eaux du lac Buenos Aires, situé entre le Chili et l'Argentine, aussi appelé lac Général Carrera dans sa partie chilienne. Creusée et sculptée par les eaux du lac pendant des milliers d'années, la roche a révélé de surprenantes couleurs et formes composées de grottes et piliers. C’est sans doute la grandeur du lieu et l'agencement des piliers naturels, ainsi que de la présence d'une voûte, qui ont valu à ce monument l'appellation de « cathédrale de marbre ». A la lumière du jour, les eaux bleu turquoise du lac se reflètent sur le système complexe de cavernes et jouent avec les motifs colorés de la roche pour offrir un spectacle grandiose. Vous découvrirez alors des centaines de formes sculptées dans la roche, une fenêtre, des colonnes, des cavernes… Le calcaire de l’eau a ciselé des crêtes tandis que son clapotis a laissé des vagues dans le marbre multicolore, passant du bleu au blanc en passant par le rose.

206


207


COLOMBIE Nom

Cathédrale de sel de Zipaquirá

Région

Cundinamarca

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Colombie

Savane de Bogota 5°01′N 74°00′W

2 679,9 m

Joyau architectural de la modernité.

La Cathédrale de sel se trouve dans la ville de Zipaquirá, dans le département de Cundinamarca, à 49 km au Nord du District Capital de Bogota, et à une altitude de 2 679 mètres. La première cathédrale, datant de 1954, fut érigée par les mineurs à même les parois de leur mine. Menacée d'effondrement, elle dut fermer ses portes en 1992. À l'intérieur, on trouve une belle collection artistique, notamment des sculptures en sel et en marbre, dans une ambiance pleine d'un profond sentiment religieux qui attire pèlerins et touristes. La Cathédrale de sel de Zipaquirá est considérée comme un des plus remarquables succès architecturaux et artistiques de l'architecture colombienne. On lui attribue d'ailleurs le titre de joyau architectural de la modernité. L'importance de la cathédrale réside dans sa valeur en tant que patrimoine culturel, religieux et environnemental. C’est aussi un lieu de culte et l'un des sanctuaires catholiques les plus connus, parmi ceux consacrés au chemin de croix de Jésus-Christ. La cathédrale reçut le plus grand nombre de votes lors d'un concours pour élire les 7 Merveilles de Colombie en 2007, devenant alors la Merveille n° 1 de Colombie, si bien qu'elle fut aussi proposée pour les sept Merveilles du monde moderne. Bien qu'elle en soit d'elle-même la principale attraction, la cathédrale fait partie du parc d'attractions. Le parc de sel, lequel s'étend sur une surface de 32 hectares et constitue une réserve naturelle unique qui contraste avec une des activités de production des ressources qui altère le plus les écosystèmes : l'exploitation minière. Dans le parc, non seulement les visiteurs peuvent admirer la réunion surprenante entre la délicatesse de l'art avec la rudesse de l'exploitation minière, mais ils peuvent aussi assister à un intéressant cours de géologie, ainsi que sur les façons de préserver les ressources naturelles d'un pays. Ainsi, le Parc et la Cathédrale de sel sont une destination du tourisme national et international, et rassemblent l'écotourisme avec le tourisme religieux et les amateurs de géologie. La cathédrale possède son propre système de production d'électricité, et un passage qui n’est utilisé que pour des occasions particulières. Ainsi qu'une infrastructure optimale pour recevoir et garantir la sécurité des visiteurs, pèlerins et des touristes.

208


209


COLOMBIE Nom

Caño Cristales

Région

Serrania de la Macarena

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Caractéristique

Colombie Meta

2°15′N 73°47′W 270,9 m

La plus belle rivière du monde

Situé en plein cœur de la Colombie, dans le Meta, l’une de ses 32 régions, cet endroit est modestement surnommé « la plus belle rivière du monde » ou bien « la rivière qui s’est échappée du paradis ». Le titre parait exagéré mais il est difficilement contestable une fois sur les berges de ce majestueux cours d’eau. Bienvenue à Caño Cristales ! La rivière doit ce surnom aux algues endémiques dénommées « macarenia clavigera » qui, de juin à novembre, lui donnent une coloration jaune, bleu, vert, noir et rouge. Beaucoup disent que le ruisseau des cristaux est la destination naturelle la plus spectaculaire de la Colombie. Il est situé dans le Parc national naturel de la Serrania Macarena, et déclarée par l'UNESCO comme « patrimoine biologique ». Il est considéré par les scientifiques du monde entier comme l'un des plus importants refuges pour la faune sur la planète. c’est la plus ancienne formation géologique (« le bouclier guyanais ») dans les Andes. Elles sont supposées avoir été formées il y a plus d'un milliard d'années. Selon certains auteurs, cette cordillère est reliée au plateau des Guyanes constituant ainsi la partie la plus occidentale de ce type de formations rocheuses, présentes sous la forme de tepuys au Venezuela, dans les Guyanes, au Suriname et au Brésil. c’est une zone naturelle à la végétation dense, à l’est de la cordillère orientale, et au Sud de Bogotá, apparemment assez proche de la capitale. En apparence seulement, car avoir la chance de connaitre cette merveille naturelle se mérite. L’arrivée au village de la Macarena, point d’entrée de Caño Cristales, ne se fait que par voie aérienne tant les routes environnantes sont hors d’usage. A Caño Cristales, impossible de ne pas s’émerveiller devant la beauté vierge et brute du paysage. Impossible non plus de ne pas se rendre compte de la chance que nous avons de pouvoir profiter d’un spectacle naturel, si fabuleux rendu possible par la présence d’une plante aquatique endémique, la Macarenia Clavigera. Selon son emplacement et son exposition au soleil, elle tapissera le lit de cette rivière de teintes vertes, rouges ou rosées, couplées de couleurs plus ocres, jaunes, ou bien tendant vers le noir donné par le sable et certaines roches. Mais ce n’est pas la seule surprise. En effet, outre ces couleurs sorties tout droit d’une aquarelle de Cézanne, les formations géologiques millénaires donnent encore une dimension et un attrait supplémentaire au site. Entre vasques, remous, cascades, piscines naturelles et tunnels, l’eau se fraye toujours un passage, même si le chemin est tortueux. Et par endroit, c’est un peu comme si un architecte avait tenté de construire un spa en milieu tropical. A la jonction de la cordillère orientale, des plaines des llanos, et de la forêt amazonienne, cette zone, La Serrania de La Macarena, est considérée comme une "Arche de Noé". c’est l’une des régions les plus riches au monde en termes de faune et de flore avec pas moins de 420 espèces d’oiseaux, 10 d’amphibiens, 43 de reptiles et 9 de primates. Des chiffres impressionnants certes, mais pas forcément hors normes en Colombie. Le véritable trésor de Caño Cristales, c’est bien la Macarenia Clavigera. Sans cette plante endémique, il n’y aurait pas de rivière colorée.

210


211


ÉQUATEUR Nom

Îles Galápagos

Pays

Équateur

Province / État

Galápagos

Altitude

28,4 m

Région

Coordonnées

Caractéristique

Océan Pacifique

0°40′S 90°33′W Parc national des Galápagos et la réserve marine des Galápagos

Les îles Galapagos sont sans conteste l’un des plus beaux endroits au monde ! Les îles Galápagos sont un archipel de l'Équateur situé dans l'est de l'océan Pacifique, à la latitude de l'Equateur, dont l'île la plus proche du continent, San Cristóbal, se trouve à quelque 965 kilomètres des côtes équatoriennes. L'archipel se compose d'une quarantaine d'îles volcaniques, il forme une province de l'Équateur depuis 1832, avec Puerto Baquerizo Moreno pour capitale. Il accueille le Parc national des Galápagos et la réserve marine des Galápagos. L’archipel des Galápagos est une province de l'Équateur, connue pour ses réserves maritimes et terrestres d'une splendeur unique au monde, classées au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Situé à 1 000 km à du continent Sud-américain, il se compose d’une centaine d’îles et d'îlots étendus sur 8 010 km² ! Surnommées 'Les Enchantées', ces îles du Pacifique sont formées par d'anciens volcans. Elles sont un asile pour une incroyable diversité d'espèces animales et florales d'aspect légendaire : iguanes géants, tortues centenaires, fous à pattes bleues... Enfin un endroit préservé qui l’est réellement : vous ne pouvez pas entrer avec votre bateau comme vous le désirez, car à peine franchi le périmètre entourant les îles, des bateaux de gardes viennent vous escorter jusqu’à terre, et pour continuer à naviguer entre les îles, vous êtes obligés d’engager un guidegarde naturel qui montera à bord et vous accompagnera dans vos explorations. Les Galapagos n’ont pas usurpé leur réputation de paradis sur terre, et pas seulement pour ses superbes plages de sable fin. La nature sur ces îles est incroyable ! Vous verrez des forêts d’arbres aux fleurs soporifiques, telles des clochettes suspendues aux branches, des bananiers, des cocotiers, des fleurs carnivores et d’autres tropicales aux couleurs vives. Des oiseaux à pattes bleues, des tortues géantes, des pingouins, des lions de mer qui envahissent tout, des iguanes énormes, des pinsons aux becs variés, des pigeons sylvestres aux yeux bleus, des pélicans aux airs patauds, des oiseaux du paradis qui ne s’arrêtent jamais de voler, des lézards de toutes les couleurs, des requins, des raies, des dauphins, des poissons de toutes les tailles et de toutes les couleurs… Vous pourrez ainsi nager avec des requins, des tortues marines, des lions de mer ou plonger dans une épave de bateau… Vous trouverez difficilement ailleurs un lieu à la faune et la flore aussi riches, colorées et variées !

212


213


PÉROU

Nom

Machu Pichu

Région

Région de Cusco et d’Urubamba

Pays

Province / État Coordonnées Altitude

Pérou

Province de Machupicchu 13°09′S 72°32′W

2 446,3 m

Caractéristique Un des sites archéologiques les plus importants de l'Amérique latine

214

Le Machu Picchu se situe à 2 446 mètres d’altitude dans un cadre extraordinaire et est sans conteste la première attraction touristique du Pérou. Créés par les Incas au moment de l’apogée de cette civilisation, les nombreuses terrasses, les rampes, les murs de pierre minutieusement assemblés, ont remarquablement bien traversé les époques. Son cadre, à la fois forestier et montagneux, se situe sur le flanc supérieur du fleuve Amazone. Cette situation judicieuse permet au site de jouir d’une flore et d’une faune extrêmement riches et diversifiées. La plupart des archéologues de notre époque s’accordent sur l’époque de construction du Machu Picchu. Il aurait été érigé par l’Inca Pachacútec, qui était un des plus éminents dirigeants du Tahuantinsuyo. Cet Inca gouverna de 1438 à 1471. La construction de la citadelle remonterait donc au 15ème siècle. Cette époque était synonyme de croissance pour nombre de civilisations incas. Le site du Machu Picchu est divisé en deux grandes zones. La première est une zone agricole composée d’un ensemble de terrasses cultivées. Cette zone est exposée plein Sud, ce qui la rend propice à l’agriculture et à la pousse d’un large panel de plantes. La zone au Nord, quant à elle, est une zone urbanisée. c’est dans cet espace que les archéologues supposent que vivaient les habitants et où se déroulaient de nombreuses activités de société ainsi que des activités religieuses. La zone urbaine, séparée de la zone agricole par un très long mur, était scindée en plusieurs quartiers : le quartier sacré, le quartier des ecclésiastiques, le quartier noble et enfin, le quartier populaire. Machu Picchu dut avoir une population variable comme la majorité des llactas incas. Entre 300 et 1 000 habitants appartenaient probablement à une élite religieuse et/ou politique. Le travail agricole était effectué par des travailleurs mitmaqkuna amenés des différentes provinces de l’empire. Les vallées avoisinantes formaient une région densément peuplée et qui avait augmenté de façon spectaculaire sa production agricole à partir de la période inca en 1440. Les Incas construisirent là de nombreux centres administratifs, les plus importants étant Patallacta et Quente, et des complexes agricoles avec des cultures en terrasses. Machu Picchu dépendait de ces complexes pour son alimentation mais leur production était insuffisante, nécessitant des importations depuis d’autres provinces. La communication entre les régions était rendue possible grâce au réseau formé par les huit chemins incas qui allaient à Machu Picchu. La petite cité se différenciait des populations voisines par la singulière qualité de ses grands édifices. À la mort de Pachacútec, et selon les coutumes royales incas, Machu Picchu passa à sa panaca (cour, clan, clientèle élargie), qui devait destiner les rentes produites au culte de la momie du défunt roi. Cette situation se serait poursuivie sous les règnes de Tupac Yupanqui (1470-1493) et Huayna Capac (1493-1529). La ville ne peut justifier le mythe de la « cité perdue » (idée développée par Hiram Bingham, qui la découvrit, dans, La Fabuleuse Découverte de la cité perdue des Incas) ou du « refuge secret des empereurs incas » car Machu Picchu dut perdre de son importance en raison du désintérêt des empereurs successifs et aussi de l’ouverture d’un chemin plus sûr et plus large entre Ollantaytambo et Vilcabamba (vallée de Amaybamba). La guerre civile inca (1531-1532) et l’arrivée des espagnols à Cuzco en 1534 vidèrent les activités de Machu Picchu de sens, une fois l’aire géographique sacrée de Cuzco disparue. En outre, la résistance inca dirigée par Manco Inca en 1536 appela les nobles des régions proches à rejoindre la cour en exil de Vilcabamba, et il est fort probable que les principaux nobles de Picchu aient alors abandonné la ville. Machu Picchu, la ville sacrée oubliée durant des siècles, est considérée comme une œuvre maîtresse de l’architecture inca.


215


PÉROU

Nom

Lac Titicaca

Région

Cordillère des Andes

Pays

Province / État

Pérou et Bolivie N/A

Coordonnées

15°45′S 69°25′W

Caractéristique

Le plus haut lac navigable du monde

Altitude

3 878,9 m

Le lac Titicaca s'étend sur environ 8 562 km2, parmi lesquels 4 772 km2 (56 %) correspondent au territoire péruvien et le reste (3 790 km2, ou 44 %) à la Bolivie. Il est au centre d'un grand bassin ayant une superficie de l'ordre de 58 000 km2, dont 39 017 km2 au Pérou. La superficie de son bassin versant appartient donc à plus de 80% au territoire péruvien. Lui-même se décompose en deux parties, le lac majeur et le lac mineur, séparés par le détroit de Tiquina qui a une longueur de 900 m. Sa longueur est de 190 kilomètres, sa largeur de 80 kilomètres. Situé dans les Andes, à 3 812 mètres au-dessus du niveau de la mer, il a une profondeur moyenne de 107 mètres et une profondeur maximale de 327 mètres. Plus de vingt-cinq rivières se jettent dans le lac. Le lac compte 41 îles dont certaines sont habitées. Le lac Titicaca semble tenir son nom d'un rocher situé sur l'Isla del Sol et appelé Titi Khar'ka, ce qui signifie « Roc du puma » en aymara. L'Isla del Sol est le véritable centre de la mythologie inca. Le lac Titicaca est pour les indiens des Andes le berceau du premier Inca qui aurait surgi de ses eaux. « L'île du Soleil » est un lieu sacré, comme au temps de l'empire. Une légende locale autochtone prétend que les premiers habitants de la région avaient six doigts et s'appelaient les Uros. De nos jours, on appelle Uros ceux qui vivent sur des îles flottantes. Celles-ci sont fabriquées à partir de roseaux flottants (en fait du jonc Totora) et sont devenues une étape touristique presque « obligatoire », ce qui permet aux habitants de vivre en partie de ce tourisme. En réalité, la dernière véritable Indienne Uros est décédée en 1959 et les occupants des îles sont depuis des Aymaras qui s'accrochent depuis longtemps aux terres bordant le Titicaca. Les Aymaras y font pousser du quinoa, plante cultivée pour ses graines riches en protéines et y élèvent des lamas. Ils traversaient le lac à bord de leur barque en totora (jonc tressé).

216


217


PÉROU

Nom

Moray

Région

Région de Cuzco

Pays

Coordonnées Altitude

Caractéristique

Pérou

13°19′S 72°11′W 3 481,6 m

Ancien centre de recherche agricole Inca

Que sont ces grands cercles concentriques aux airs d'amphithéâtre gréco-romain ? Ce site se trouve à 74 km de la ville de Cuzco, à 3 500 mètres au-dessus du niveau de la mer. La zone archéologique se distingue par une série de terrasses circulaires singulières qui ressemblent à des amphithéâtres. La plus grande présente 12 plateaux d’une profondeur de 100 mètres. Situé à une trentaine de kilomètres du Machu Picchu (autre bijou inca), le site culturel de Moray est un ancien laboratoire Inca découvert en 1930. Les terrasses sont en étage dans un amphithéâtre et le site servait à priori de test pour les cultures afin de les réaliser grandeur nature dans la Vallée. Elles étaient un laboratoire agricole à ciel ouvert aux 13ème et 14 ème siècles. Elles illustrent parfaitement l'ingéniosité et l’innovation dont faisait preuve la civilisation inca. Les étages, hauts d’environ deux mètres et les tapis de cailloux puis de sable et enfin de terre fertile, étaient reliés par un système de rigoles en pierre où coulait l’eau depuis un bassin. Le but : créer une vingtaine de micro-climats pour varier les cultures. En s’appuyant sur un système d’irrigation astucieux, les Incas expérimentaient différentes plantations, dont celles de pommes de terre et de maïs. Alors que sur des hauteurs similaires, les températures varient en moyenne de 0,5°C, les incas ont réussi à creuser cet écart : grâce à l’emmagasinement de la chaleur de la journée par les murets. La différence entre l’étage le plus haut et le plus bas atteint les 5°C. Les terrasses ont été construites sur des murs de soutènement remplis de terre fertile. On les arrosait grâce à des systèmes complexes d'irrigation : en sous-sol des terrasses, il existe un système de stockage des eaux de pluie. Bien que l’idée d’obtenir une grande diversité végétale sur une si petite surface puisse sembler utopique, les incas ont bel et bien réussi à diversifier leur alimentation grâce à la pousse de plus de 250 espèces de plantes ! D'autres études indiquent que ce site était peut-être employé comme observatoire astronomique et centre de prévision météorologique, pour anticiper les changements qui pourraient se présenter, grâce à l’observation des mouvements de la lumière solaire et des ombres qui apparaissent derrière les montagnes de ce territoire. Les terrasses de Moray, trésors de la Vallée sacrée des incas, sont une nouvelle fois la preuve que depuis longtemps l’Homme a su s’adapter à son environnement et l’utiliser tout en le préservant.

218


219


PÉROU

Nom

Ausangate

Région

Région de Cuzco

Pays

Province / État

Pérou

Quispicanchi et Canchis

Coordonnées

13°47′S 71°13′W

Caractéristique

Le plus beau trek du Pérou

Altitude

Entre 5 000 et 6 000 mètres

Ceux qui ont fait le tour de l’Ausangate en parlent avec des étoiles dans les yeux : « Le plus beau trek du Pérou », « des paysages à couper le souffle », « d’une variété incroyable », « le paradis des lamas », « sans aucun touriste », « des cols de 5 000 m entre des pics de 6 000 m »… Culminant à une altitude de 6 372 mètres ou 6 384 mètres, le Nevado Ausangate ou Auzangate est une montagne de la cordillère de Vilcanota dans les Andes. Au Pérou, elle est située à environ 100 km au Sud-est de Cuzco, dans la région de Cuzco. L'Ausangate se trouve sur la frontière entre la province de Canchis (district de Pitumarca) et la province de Quispicanchi (district d'Ocongate). Après avoir pris le temps de découvrir les trésors de l'Empire inca, ce grand trekking vous immerge dans les paysages grandioses de la Cordillère Vilcanota. Lagunes turquoise, troupeaux d'alpagas, parois glaciaires vertigineuses, sommets élancés à plus de 6 000 mètres foisonnent. La fin du voyage se déroule en douceur sur les îles paisibles du lac Titicaca, berceau indien du pays. La montagne a une symbolique dans la mythologie inca. Son glacier est considéré comme l’une des principales divinités tutélaires des peuples du Sud des Andes. Le massif dans sa globalité est vénéré par les communautés andines. A l’extrême Nord-Ouest de la Cordillère de Vilcanota, se tient chaque année la plus grande célébration andine. Le pélérinage du Qoyllur R’itti est le point de rencontre de milliers d’indiens venus prier l’apu (montagne sacrée) protecteur. Au pied du glacier : une église, témoignage du syncrétisme religieux trés présent dans les Andes centrales. Une semaine avant la Fête-Dieu, le pélérinage du Qoyllur R’itti (mot Quechua signifiant « étoile de neige ») attire des milliers de pèlerins quechuas à environ 20 km au Nord d'Ausangate, sur le Qullqipunku. Le pèlerinage mêle des éléments empruntés à la fois au catholicisme et au culte des dieux de la nature préhispaniques et se déroule dans un sanctuaire de la cuvette de Sinakara. La région est peuplée de lamas et d'alpagas, et abrite l'une des dernières sociétés pastorales au monde. Les sentiers de haute montagne sont utilisés par ces éleveurs pour le commerce avec les communautés agricoles à basse altitude. « Le pèlerinage au sanctuaire du seigneur de Qoyllur R’itti » a été inscrit en 2011 par l'UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

220


221


BOLIVIE Nom Pays

Salar d’Uyuni - Plaine saline d’Uyuni

Bolivie

Région

Potosi

Coordonnées

20°08′S67°29'W

Province / État Altitude

Caractéristique

Province Daniel Campos 3,656 m

Le plus grand désert de sel du monde

With a total land area of 10,582 km2 (4,086 sq mi), Salar de Uyuni is the largest salt flat in the world. The spectacular yet eerie landscape sits at one of the highest elevations in the Andes, and is made up of the remains of a number of prehistoric lakes. Covered by a salt crust that is several metres deep, the underlying brine pool is particularly rich in lithium and is home to nearly 70 percent of all the lithium in the world. Aside from its mineral wealth, Salar de Uyuni is also the ideal location for the calibration of altimeters located in observation satellites. As part of the Bolivian Altiplano, the area is packed with flamingoes that use the salt flat as their annual breeding grounds. Up on the high Andean plateau, the prehistoric Lake Minchin was once a 140 m (460 ft) deep lake, which has been dated to approximately 42,000 years ago. Eventually, Lake Minchin and other lakes in the area dried out and left behind only two smaller modern lakes and two deserts of salt - Salar de Coipasa and Salar de Uyuni. In terms of size of the latter, it is around 100 times the size of the more renowned Bonneville Salt Flats in the USA. Those visitors brave enough to face the extreme altitude, climate and desolation of Salar de Uyuni find themselves in a land that is home to many legends. The surrounding mountains are reputed to have once been the home of giant deities, including Tunupa. There is virtually no vegetation or wildlife up on Salar de Uyuni, which is filled only with cacti and an annual visitation of Chilean,Andean and James' flamingoes and a few other select feathered species. Once home to a hotel that created too much environmental damage to remain, Salar deUyuni has belonged to the birds since the early 1990s, and it continues to amaze and inspire all who visit.

222


223


VENEZUELA Nom

Tepuy du mont Roraima

Région

Plateau des Guyanes

Pays

Province / État

Venezuela

Parc national Canaima - État de Bolívar

Coordonnées

5°08′N 60°45′W

Caractéristique

Chaine de montagnes d'Amérique du Sud

Altitude

2 810 m

Un tepuy est un haut plateau à contours particulièrement abrupts, fréquent dans la Gran Sabana vénézuélienne et dans les régions voisines (au Guyana, en Guyane française, au Brésil et en Colombie). Ce sont des reliefs tabulaires résiduels (mesa), dont les altitudes s'échelonnent de 1 200 à 3 050 mètres. Outre leur forme, les tepuys présentent des milieux naturels spécifiques, riches en espèces endémiques en raison de l'isolement de ces reliefs et de leurs contrastes climatiques forts. Le mont Roraima est une montagne d'Amérique du Sud partagée entre le Brésil, le Guyana et le Venezuela. Il s'agit d'un tepuy, une montagne tabulaire caractéristique du plateau des Guyanes. Délimité par des falaises d'environ 1 000 mètres de hauteur, son plateau sommital présente un environnement totalement différent de la forêt tropicale humide et de la savane qui s'étendent à ses pieds. Ainsi, la forte pluviométrie est à l'origine de formations, dont de nombreuses et grandes grottes, ainsi que du lessivage du sol. La flore s'est adaptée à ces conditions climatiques et géologiques et une abondance de plantes carnivores qui trouvent dans les insectes capturés les nutriments absents dans le sol. La faune est peu présente mais marquée par un endémisme prononcé, notamment chez les reptiles et les amphibiens. Cet environnement est protégé au sein du Parc national Canaima au Venezuela. Le point culminant de la montagne s'élève sur le rebord méridional de la falaise, en territoire vénézuélien, à 2 810 mètres d'altitude ; cette proéminence constitue le plus haut sommet de l'État de Bolívar. Pour les Pemóns vivant à ses pieds, le mont Roraima constitue le lieu de vie des esprits mawari, gardiens de la savane, et il est associé à plusieurs légendes. L'une d'elle explique sa formation. Il existait il y a longtemps un arbre immense, l'Arbre de la Vie. Il dominait toute la forêt et avait la capacité de produire tout type de fruits. Cependant, Pia voulait montrer ses talents de bûcheron et entreprit de couper l'arbre avec sa hache. Malgré les dissuasions et les mises en garde de nombreuses personnes, il met son plan à exécution. L'Arbre de la Vie, malgré la protection des esprits, ne résista pas aux coups de hache et s'écroula au sol. Les racines, soulevées par la chute de l'arbre, entraînèrent de grandes quantités de roches qui formèrent une chaîne de montagnes en retombant. Le tronc, étendu sur le sol, se transforma en une grande masse de pierre qui s'élèva vers le ciel : le mont Roraima. Enfin, un immense flot jaillit de là où se tenait l'arbre et noiya toutes les terres à l'exception des plus hauts sommets où ont pu se réfugier quelques rescapés. Une autre parle de la femme du Soleil, abandonnée par son mari et par ses deux fils, qui serait à l'origine des pluies qui tombent sur le mont Roraima et des cascades précipitées de ses falaises. En effet, elle vivait au sommet de la montagne et lorsqu'elle pensait à sa solitude, elle se mettait à pleurer, produisant les orages qui affectent fréquemment le mont. Si son chagrin perdure et s'intensifie, ses larmes forment les cours d'eau qui donnent naissance aux nombreuses cascades qui dévalent ses flancs. Découvert et exploré tardivement au 19ème siècle, le mont Roraima n’est gravi qu'en 1884 par une expédition britannique. Sa faune, sa flore et sa géologie restent encore largement méconnues malgré de nombreuses campagnes d'étude. Avec l'arrivée du tourisme notamment dans les années 80, le mont Roraima constitue un sommet apprécié des randonneurs en raison de son environnement singulier et de ses conditions d'accès et d'ascension relativement aisées. Celle-ci se fait quasi exclusivement par le côté Sud, par un passage naturel à flanc de falaise. L'escalade d'autres faces de la montagne est en revanche très technique mais permet l'ouverture de nouvelles voies.

224


225

Spiritual places  
Spiritual places  
Advertisement