Issuu on Google+

Week-end leguide DEF

Supplément du jeudi 15 septembre 2011

Ne peut être vendu séparément

Le 17 septembre 2011, le Centre d’entraînement de la natation ouvre ses portes à Mulhouse

Photo Matthieu Lerch

A vos maillots… prêts… plongez !


DEF

Publicité

2


DEF

Centre d'entraînement de la natation

3

Centre La plus belle histoire  reste à écrire Onze années de gestation ont été nécessaires pour que le Centre d’entraînement et de formation à la natation voit le jour à Mulhouse. Trois ans plus tôt, cet outil aurait fait du MON un précurseur… Aujourd’hui, il est contraint de rattraper le temps perdu. Nul doute que Laurent Horter se pincera le 17 septembre prochain… Voilà onze ans que son projet d’équipement est dans les cartons et que, enfin, son rêve se réalise. « La création de ce centre était dans les gênes du MON dès 1962, explique le président mulhousien. Mais, c’était une idée sans projet. Finalement, c’est Lionel qui a relancé le projet, en 2000, en rentrant de Sydney ».

La belle équipe du MON avec Amaury Leveaux, Benjamin Stasiulis, Julien Nicolardot, Aurore Mongel (de g. à dr.) et Laure Manaudou date de 2008, l’année des Jeux à Pékin. Photo Mathieu Lerch

La France a la particularité d’être l’une des meilleures nations au monde en natation sans posséder la moindre installation pouvant répondre au cahier des charges pour l’organisation d’un championnat du monde ou d’Europe. Et, à l’heure où le parc des piscines françaises accuse un âge cer-

Arrivée au MON à l’âge de 13 ans, Roxana Maracineanu a été exclusivement formée à Mulhouse. Une formation qui l’a menée au titre mondial en 1998, à Perth, et à la médaille d’argent des Jeux Olympiques à Sydney en 2000. Photo Jean-François Frey

tain, rares sont les clubs qui peuvent bénéficier d’une structure d’entraînement.

« Pour avancer, il faut se retrousser les manches ! » Aujourd’hui, Mulhouse rejoint Marseille, le Lagardère Racing Paris, Toulouse et Brest, tout en ayant conscience de prendre un train déjà en marche. En 2008, le MON était encore le premier fournisseur de l’équipe de France olympique à Pékin avec ses cinq internationaux. Depuis, Antibes – Bernard, Balmy – et Marseille – Manaudou, Lacourt, Bousquet, Gilot, Meynard – ont étoffé leur élite. Nice – Agnel, Muffat — s’est fait une place au soleil et même Amiens – Stravius, Henique, Stasiulis, Etienne – s’expose. A Mulhouse, on se réjouit des promesses faites par la nouvelle vague emmenée par Enzo Vial Collet. Mais le haut-niveau se li-

mite au seul Sébastien Rouault toujours double champion d’Europe du 800 et 1500m en titre. « On ne refait pas l’histoire, relativise Lionel Horter. Ce projet devait se faire pour 2008 mais n’a pas abouti. Si le groupe d’alors – avec Laure Manaudou, Aurore Mongel, Amaury Leveaux, Benjamin Stasiulis et Julien Nicolardot – avait bénéficié du Centre d’entraînement, cela aurait changé beaucoup de choses. Qu’importe… Entre-temps, on a produit un champion d’Europe et notre marque de fabrique est toujours la même… Pour avancer, il faut se retrousser les manches ! » Lionel Horter se donne « trois ans pour trouver le juste équilibre dans le fonctionnement du Centre à la fois sur le plan sportif mais aussi sur l’aspect financier et social». Déterminé à jouer son rôle social, le MON voudra, dans un premier temps, gonfler ses effectifs de 700 à 2000 membres en attendant «son» champion olympique. Christian Entz

DEF Société Alsacienne de Publications 18, rue de Thann — 68945 MULHOUSE Cedex 9 Tél. 03.89.32.70.00 — Télécopie 03.89.32.11.26 www.lalsace.fr — e-mail : redaction@lalsace.fr Service lecteurs : 09.69.32.80.31 (appel non surtaxé) S.A.S. au capital de 2 234 320 euros Principal associé : SFEJIC détenu par la BFCM Président du directoire, directeur de la publication : Jacques Romann Directeur de la rédaction, rédacteur en chef : Francis Laffon Rédacteurs : Christian Entz et Sabine Hartmann Crédits photos : Darek Szuster, Mathieu Lerch, Jean-François Frey, Jean-Marc Loos, Christian Entz, Dominique Gutekunst Publicité locale et régionale — « Service Publicité » 18, rue de Thann — 68945 MULHOUSE Cedex 9 Tél. 03.89.32.79.00 — Télécopie 03.89.59.59.42

Le 29 mars 2010 sur le chantier du Centre d’entraînement. Pierrot Zumbiehl, David Zumbiehl, Lionel Horter et Stéphane Gallo (de g. à dr.), les coaches du MON ont déjà leur plan. Photo Jean-François Frey


DEF

Centre d'entraînement de la natation

4

Portraits Laurent et MarieOctavie, tout pour la natation Laurent et Marie-Octavie Horter sont à l’origine du MON (Mulhouse Olympic Natation). Ils ont formé des générations de nageurs et les chiffres sont explicites : en 49 années d’existence, 10 000 enfants ont été inscrits au MON. Un record. L’histoire du MON est d’abord l’histoire de deux personnalités, un couple soudé, Marie-Octavie et Laurent Horter. Ces deux-là se sont rencontrés sur leur lieu travail à Mulhouse. Lui était cadre commercial, elle cadre administratif. « Nous nous sommes découvert de nombreux points communs. Marie-Octavie a toujours développé des qualités d’organisatrice hors pair », explique Laurent Horter. Quant à Marie-Octavie, elle a tout de suite « apprécié le dynamisme de son champion. Nos deux caractères se sont complétés », précise-t-elle pudiquement. Le couple fréquente le nouveau stade nautique dès son ouverture en 1962. Laurent Horter, alors nageur au FCM section natation, se souvient que la condition posée pour la construction de ce nouvel équipement était la réunion des six sections de natation de Mulhouse. « C’était un souhait du maire Émile Muller. Autre répercussion, la

Marie-Octavie et Laurent Horter sont à l’origine du Mulhouse Olympic Natation. Ce nouveau centre d’entraînement est l’aboutissement de leur engagement dans la natation. Photos Darek Szuster

création d’un poste d’entraîneur de haut niveau, une première. » Laurent Horter se donne les moyens de devenir ce nouvel entraîneur. Il passe, à 29 ans, son brevet d’État et réussit le concours de professeur de sport à l’Institut national du sport à Paris.

Depuis la création, nous avons engrangé 420 titres de champions « Comme cadre technique d’État, j’avais demandé à rester à Mulhouse. Nous avons organisé ensemble le MON avec Marie-Octavie. Le MON était un club régional en 1962, puis national dès 1963. Depuis, nous avons engrangé 420 titres de champions », indique Laurent

Marie-Octavie et Laurent Horter en 1977. Ils organisaient ensemble le meeting d’inauguration de la piscine couverte de l’Illberg à Mulhouse. 21 médaillés olympiques y participaient. DR

Horter. En 1966, il se rend à Los Angeles « pour apprendre le métier d’entraîneur. Il a fallu faire un vrai travail de fond pour changer les mentalités en France. Autrefois être sportif avait une connotation de cancre. Le sport de haut niveau était marginal. Depuis le club a beaucoup progressé grâce à des convent i o n s s i g n é e s a v e c l’ U H A (Université de Haute Alsace), le lycée Schweitzer et le collège Bel-Air à Mulhouse. Les nageurs ont ainsi la possibilité de poursuivre leurs études en parallèle de leur entraînement », relève-t-il.

Les JO de Barcelone, un souvenir inoubliable Marie-Octavie a aussi marqué de son empreinte le MON puisqu’elle est à l’initiative de l’école de natation, dès 1966. « Nous avions au début des créneaux deux fois par semaine, dans le petit bassin de la piscine Curie de Mulhouse. Depuis, le succès a été très rapide. Le but est toujours le même : apprendre, à partir de 4 ans, à aimer l’eau pour être à l’aise et ensuite apprendre les différents mouvements. Je vois beaucoup de jeunes enfants, au début de l’année, qui tremblent de peur pour rentrer dans l’eau. Ceux-là terminent l’année en pleurant, mais de devoir en sortir ! C’est très gratifiant. En tout, nous avons formé 10 000 nageurs à Mulhouse », précise cette femme dynamique.

Les premiers cours accueillaient une trentaine d’enfants, aujourd’hui ce sont en moyenne 220 qui y participent. « Jusqu’à cette année, nous avons toujours eu deux créneaux pour le MON, le lundi et vendredi de 17 h 45 à 22 h pour les cours. Quant aux entraînements, il fallait que nous partagions les lignes entre les scolaires et le public. Il était courant que les champions nagent dès 6 h ou tard le soir. Ces jeunes ont eu souvent des courtes nuits. Le centre d’entraînement va changer la vie du club », apprécie Laurent Horter. Le couple n’a pas oublié l’image unique de leurs deux fils Lionel et Franck tombant dans les bras l’un de l’autre, lors de la sélection pour les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992. « C’était un moment inoubliable pour nous que de voir ainsi nos deux garçons. Franck avait fait un très bon temps et Lionel était son entraîneur », se souviennent avec émotion Marie-Octavie et Laurent Horter. La dynastie Horter continue avec cinq petits-enfants, dont trois nagent : Nicolas, 16 ans, Naomé, 10 ans, et Liberty, 6 ans. Ils continuent la tradition familiale. « C’est celle de l’excellence », comme aime le souligner Laurent Horter qui a été entraîneur du MON de 1962 à 1989 et a conservé des postes à responsabilité au sein de la FFN (Fédération française de natation). Sabine Hartmann


DEF

Centre d'entraînement de la natation

5

Fratrie Lionel et Franck Horter  garants de l’avenir du MON L’un est directeur de l’équipe de France, l’autre est l’équipementier de la Fédération Française de Natation et les deux sont frères… Aujourd’hui, Lionel (46 ans) et Franck (44 ans) sont les héritiers du clan Horter qui auront la lourde tâche de faire vivre l’œuvre de leur père. C’est à Flaxlanden que les deux frères ont grandi. C’est là qu’ils ont essuyé les dernières larmes de leur enfance, qu’ils ont joué au foot et couru dans les prés après les cours à l’École des Frères. Tombés tout p’tit dans l’eau, ils ont été coéquipiers au MON sous la direction du paternel avant que l’aîné ne devienne le coach du cadet. « C’était au Printemps 91, se souvient Lionel Horter. Quand je suis rentré des Etats-Unis, après avoir passé sept mois à Los Angeles et fréquenté Peter Dalland — l’entraîneur mythique des sélections américaines -, j’avais l’horrible impression que nous tournions en rond. J’étais au bout de mon parcours de nageur à l’inverse de MariePierre Wirth et de mon frère Franck. Je me suis dit qu’il était dommage qu’ils ne puissent pas profiter de ce que j’avais appris. C’est à ce moment-là que j’ai commencé ce boulot

Lionel Horter a porté Roxana Maracineanu de son premier titre de championne d’Alsace en 1993 jusqu’au titre mondial en 1998. Photo Christian Entz

d’entraîneur sans me poser trop de questions ».

« Il était un peu glandeur » Le succès, qui a accompagné Lionel Horter tout au long de sa carrière de coach, s’est dessiné très vite. Vice-championne du monde universitaire, Marie-Pierre Wirth a été l’un des premiers joyaux façonnés par l’orfèvre. Mais celui qui a apporté les premières lettres de noblesse à la natation mulhousienne a été Franck Horter en se qualifiant pour les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992. « Franck était un compétiteur hors pair, explique Lio-

Lionel Horter, Marie-Pierre Wirth, Franck Horter, Laurent Horter et Isabelle Wirth (de g. à dr.) au milieu des années 80. Archives de la famille Horter

nel Horter. Il s’est qualifié aux Jeux pour deux centièmes de seconde et a été champion de France pour un centième. Il savait se surpasser le jour J mais n’aimait pas travailler à l’entraînement. Il était un peu glandeur… A l’inverse, Marie-Pierre était beaucoup plus rigoureuse ». Pour avoir partagé joies et peines, exploits et déceptions, Lionel et Franck ont l’avantage de se connaître, de s’apprécier et de se respecter mutuellement. Leur réussite personnelle ne laisse aucun d’eux à l’ombre. Et si l’un a la bosse du commerce l’autre s’avère un technicien d’exception. Ce qui est plutôt complémentaire pour diriger un club qui prend l’ampleur d’une entreprise.

« On se connaît bien, confie Lionel. On connaît les points forts et les points faibles de chacun de nous. Et, nous avons tous les deux une valeur essentielle qui concerne la famille… Nous restons soudés dans n’importe quelle situation. Aujourd’hui, nous avons un projet… Faire en sorte que le club s’installe durablement dans le haut-niveau. Avec l’évolution de la société, les compétences de Franck dans le contexte économique sont précieuses. Nous sommes prêts à nous battre pour réussir dans ce projet pour lequel on se bat déjà depuis plus de dix ans… J’avais 35 ans quand on a tracé les premières perspectives de ce centre d’entraînement… Aujourd’hui, j’en ai 46 ! » Christian Entz

Diplômé de l’école supérieure de commerce à Paris (ESCP), Franck Horter est le Directeur général de la marque américaine Tyr en Europe dont le siège social est à Mulhouse. Photo Mathieu Lerch


DEF

Centre d'entraînement de la natation

6

Pionniers La première vague  mulhousienne Le titre de champion de France du relais 4x100m 4nages avec Marc Bertsch, Yves Mack, Georges Kiehl et Marcel Spiess en 1963, au lendemain de la création du Mulhouse Olympic Natation, a été le point de départ de la grande histoire de l’élite de la natation mulhousienne.

Les premières H Le premier titre de champion de France : Marc Bertsch au 200m dos en 1961 H Le premier finaliste européen : Georges Kiehl au 200m brasse en 1966 à Utrecht H Le premier podium européen : Roxana Maracineanu au 100m dos en 1997 à Séville H Le premier titre européen : Roxana Maracineanu au 200m dos en 1999 à Istanbul H La première médaille mondiale : Roxana Maracineanu au 200m dos en 1998 à Perth H Le premier titre mondial : Roxana Maracineanu au 200m dos en 1998 à Perth H La première médaille olympique : Roxana Maracineanu au 200m dos en 2000 à Sydney

Les premières traces de la natation mulhousienne datent d’avant 1875, quand l’Alsace était encore annexée à l’empire allemand. Les premières compétitions consistent, alors, à effectuer des traversées de l’Ill. Et, ce n’est qu’après la première guerre que les nageurs mulhousiens quittent le lit des rivières pour leur première piscine.

Le relais mulhousien du 4x100m 4nages, champion de France en 1963, avec Georges Kiehl, Yves Mack, Marcel Spiess et Marc Bertsch. Photo DR

Pourtant, ils ne sont pas au bout de leur peine… Il manque huit centimètres au bassin de la rue Pierre Curie, qui ne mesure que 24,92 m, et les champions d’alors sont contraints de se mouiller à Troyes, la piscine la plus proche,

Le 24 septembre 1962, quelques mois avant l’inauguration du stade nautique de l’Illberg, les sept associations mulhousiennes où l’on pratique la natation, créent le Mulhouse Olympique Natation sous la présidence de René

pour que leurs résultats soient homologués.

Waechter. Les résultats de cette fusion ne se font pas attendre. En juillet 1963, aux championnats de France d’été disputés aux Tourelles à Paris, Marc Bertsch et Yves Mack déjà champions de France en quatre nages et papillon, sous les couleurs du FCM, sont ainsi associés au brasseur Georges Kiehl, également cham-

pion de France avec le CNM, et Marcel Spiess pour former la base de la première élite mulhousienne et du meilleur relais français du 4x100m 4nages qui améliore d’une seconde et demie le record de France d’alors en 4’22’’10. Cette même année, Francis Luyce, l’actuel président de la Fédération Française de natation, est le meilleur cadet français et Kiki Caron bat le record d’Europe du 100m dos en 1’09’’60. Christian Entz

Un coach formé à la vente Laurent Horter (78 ans), celui sans qui la natation ne serait pas ce qu’elle est en Alsace et plus particulièrement à Mulhouse où il a convaincu les élus à investir

dans un centre d’entraînement à six millions d’euros, est au service du MON depuis sa création dont il a été le coach de 1963 à 1988. Champion de France avec le

A 30 ans, Laurent Horter est devenu coach pour bâtir la grande histoire du MON. Photo DR

FCM, à la fin des années 40, il a bénéficié d’un coup de pouce du destin pour obtenir un contrat d’entraîneur initialement destiné à René Schneider en délicatesse avec les autorités. « C’est aux Tourelles à Paris, lors des championnats de 1962, que le DTN Lucien Zins a fait part de son offre, raconte le champion de France mulhousien, Yves Mack. Il m’a dit, j’ai un contrat pour Schneider dans ma poche mais il m’est impossible de le lui donner… Tu ne vois pas quelqu’un qui pourrait le remplacer ? C’est là que j’ai lâché le nom de Laurent Horter ». Jusque-là vendeur chez Brunschwig, Laurent Horter a ainsi bénéficié d’un contrat fédéral pour devenir entraîneur à temps plein et quitter son comptoir de vendeur.

Le coach Laurent Horter prend le pouls de Georges Kiehl.Photo DR

Une bonne pioche pour lancer l’énorme chantier de la natation mulhousienne ! C.E.


DEF

Publicité

7


DEF

Centre d'entraînement de la natation

8

Agglomération Un équipement  d’élite accessible à tous Jean-Marie Bockel, président de la M2A, est un nageur passionné, depuis toujours, à Mulhouse et ailleurs. Quel que soit le déplacement, il ne part jamais sans son maillot de bain. Quel a été votre premier contact avec l’eau ? J’avais cinq ans et nous habitions dans le Bas-Rhin, à Wangen, où coule la Mossig. L’eau n’était pas très profonde et avec mes petits camarades nous avions l’idée de faire un radeau avec des planches en bois. J’ai donc plutôt un souvenir de construction de planches et de jeux dans l’eau, que de franches baignades. Mon premier souvenir se situe sur une plage à Cannes, où des cousins avaient une maison. C’était en 1954 et nous étions partis en famille dans la 203 de papa. Je ne savais pas nager et suis allé dans l’eau équipé d’une bouée gonflable. Et là, j’ai vraiment bu la tasse. Heureusement, un de mes cousins m’a sorti de l’eau par un bras. Je n’ai pas eu le temps d’être traumatisé, mais ce souvenir est intact.

Jean-Marie Bockel en compagnie du champion multi-titré Alain Bernard lors de leur déplacement à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 26 août dernier.

une discipline obligatoire. J’y ai appris deux choses : à grimper à la corde à la force des bras et à plonger pour démarrer l’épreuve sportive.

Où avez-vous appris à nager ? Ce sont mes parents qui m’ont appris à nager en commençant par la brasse. En fait, je n’ai jamais appris à crawler. Enfant, j’avais souvent mal aux oreilles et pour le crawl c’était une bonne excuse. Et je n’aime pas plonger non plus. Sauf par obligation, par exemple lorsque j’ai effectué mon service militaire en Bretagne. Plonger était

La phrase Ce centre conforte l’image d’élite de la natation mulhousienne. Jean-Marie Bockel, président de la M2A

Nager est toujours un moment agréable En fait, depuis toujours, j’aime nager. Je pense qu’habitant enfant à Thann, j’ai été frustré de ne pouvoir nager sur place. Avec les copains, nous allions en vélo à Guebwiller pour le faire. Depuis, j’ai fait construire une petite piscine extérieure à Mulhouse, sûrement la plus petite en ville, soit 4 m de long. J’ai fait installer un puissant contre-courant et je m’y baigne jusqu’à 14 °. Sinon, je vais à la piscine de Mulhouse, le samedi. Pour moi, il n’est pas question de faire de la distance, mais de

nager tranquillement, car c’est toujours un moment agréable. Quelle a été la place du MON pour votre famille ? Avec ma femme, nous avons appris à nos cinq enfants à nager d’abord à la mer et à Montbrun-les-Bains. Et tous ont suivi les cours au MON et ils nagent très bien. Quant aux deux plus jeunes, ils ont largement profité de notre petite piscine de Mulhouse. Pour nous, le MON est un symbole de Mulhouse. Ma femme a toujours emmené nos enfants au cours. Ce club a été pour eux une école de vie, comme leur implication chez les scouts. Que représente la concrétisation de ce centre d’entraînement ? Comme élu et responsable de l’agglomération, je crois en la démocratisation de la natation.

DR

Il a été évident pour moi de mettre en place un tel équipement Il est nécessaire que tout le monde puisse profiter de la piscine. Avec Laurent Horter, j’ai été sensibilisé à la dimension de compétition. Il a été évident pour moi de mettre en place un tel équipement. J’ai accompagné Laurent Horter pour convaincre les différents partenaires dans la nécessité de concrétiser ce projet. Ce centre d’entraînement de haut niveau conforte l’image d’élite de la natation mulhousienne, mais il permet aussi de faire profiter des équipements techniques performants aux membres non-compétiteurs du club. C’est donc un centre accessible à tous. S.H.


DEF

Publicité

9


DEF

Centre d'entraînement de la natation

Centre d'entraînement de la natation

10 DEF

La natation mulhousienne au top Le haut niveau de la natation mulhousienne, c’est : 9 sélectionnés olympiques, dont deux médaillés, et une participation à chaque édition olympique depuis 1992. 6 médailles mondiales dont une championne du monde. 27 médailles européennes dont 11 titres européens.

Aurore Mongel

Les sélectionnés olympiques

Julien Nicolardot

Laure Manaudou

Les 27 médailles européennes Roxana Maracineanu

1997

argent au 100 m dos

Roxana Maracineanu

1997

bronze au 200 m dos

Roxana Maracineanu

1999

or au 200 m dos

Roxana Maracineanu

1999

bronze au 100 m dos

Nicolas Rostoucher

2002

bronze au 400 m 4 nages

Nicolas Rostoucher

2004

bronze au 4x200 m

Amaury Leveaux

2006

argent au 100 m papillon

Franck Horter

1992 à Barcelone

Amaury Leveaux

2006

bronze au 4x100 m

Laetitia Choux Roxana Maracineanu Nicolas Rostoucher

1996 à Atlanta 2000 à Sydney 2004 à Athènes

Nicolas Rostoucher

2006

bronze au 400 m nage libre

Nicolas Rostoucher

2006

bronze au 1500 m nage libre

Amaury Leveaux

2008

argent au 200 m nage libre

Aurore Mongel Amaury Leveaux

2004 à Athènes et 2008 à Pékin 2004 à Athènes et 2008 à Pékin

Laure Manaudou

2008

or au 200 m dos

Laure Manaudou

2008

argent au 100 m dos

Laure Manaudou Julien Nicolardot Benjamin Stasiulis

2008 à Pékin 2008 à Pékin 2008 à Pékin

Laure Manaudou

2008

or au 4x200 m

Aurore Mongel

2008

or au 200 m papillon

Aurore Mongel

2008

bronze au 100 m papillon

Sébastien Rouault

2011

or au 800 m nage libre

Sébastien Rouault

2011

or au 1500 m nage libre

Nicolas Rostoucher

2001

bronze au 1500 m nage libre

Aurore Mongel

2005

bronze du 200 m papillon

Les 3 médailles olympiques Roxana Maracineanu

2000

bronze au 400 m 4 nages

Amaury Leveaux Amaury Leveaux

2008 2008

argent au 50 m nage libre argent au 4x100 m

Les 6 médailles mondiales

En petit bassin

Amaury Leveaux

2007

argent au 4x50 m

Roxana Maracineanu

1998

or au 200 m dos

Amaury Leveaux

2008

or au 50 m nage libre

Aurore Mongel

2007

bronze au 4x200 m

Amaury Leveaux

2008

or au 100 m nage libre

Amaury Leveaux

2007

bronze au 4x100 m

Amaury Leveaux

2008

or au 50 m papillon

Amaury Leveaux

2009

bronze au 50 m nage libre

Amaury Leveaux

2008

or au 4x100 m

Amaury Leveaux

2009

bronze au 4x100 m

Aurore Mongel

2008

argent au 100 m papillon

Sébastien Rouault

2011

argent au 4x200 m

Aurore Mongel

2009

or au 200 m papillon

Benjamin Stasiulis

Nicolas Rostoucher

Roxana Maracineanu

Franck Horter

Amaury Leveaux

Laetitia Choux

11


DEF

Centre d'entraînement de la natation

12

Conseil général Un équipement  important pour l’entraînement Président du conseil général, Charles Buttner s’est engagé très tôt dans le financement du nouveau centre d’entraînement du MON. Ce crawleur apprécie toujours d’effectuer une longueur de bassin. Comment avez-vous appris à nager ? J’ai d’excellents souvenirs à la piscine de Habsheim, vers 19521953. Maman nous y amenait très souvent en été. Nous partions avec le panier-repas pour y passer la journée, avec mes grandes sœurs et mon petit frère. On faisait le déplacement en train entre Riedisheim, Mulhouse et Habsheim. Nous n’avions pas de voiture et papa travaillait à la SNCF. Comme il était sur le rail tout le reste de l’année, les vacances se déroulaient dans la région. L’été, c’était la piscine lorsqu’il faisait beau. Je n’ai pas appris à nager avec des bouées. On se retrouvait à la piscine entre copains. Je voyais les autres nager alors j’ai voulu faire comme eux. Je les ai copiés pour le crawl dès mon plus jeune âge et cela m’a plutôt bien réussi. Je n’ai jamais eu peur de l’eau, même s’il fallait résister aux plus grands. Vers 7 ans, j’arrivais à nager la longueur du bassin en crawl sans problème. À la piscine de Habsheim, à 10 ans, un jeune homme (c’était Laurent Horter) m’a proposé de rejoindre le MON (Mulhouse Olympic Nata-

Une phrase « Pour réussir de tels projets, il faut des hommes qui s’engagent comme Laurent Horter, mais aussi des équipements adaptés pour l’élite et pour le grand public ». Charles Buttner

Charles Buttner a toujours gardé le goût de la natation avec une préférence pour le crawl. Photo Jean-François Frey

tion). Mes parents étaient d’accord.

Arrivé au mur, j’étais en tête Je me souviens de la première séance à la piscine Pierre-et-Marie-Curie. Nous étions plus de 100 jeunes prêts à nous présenter à la sélection pour l’entrée. Nous passions par série de 10 avec, comme test, nager 50 m chrono. Arrivé au mur, je n’ai vu personne à côté de moi : j’étais en tête. Finalement, j’ai fait un honorable 35’’5. Ensuite, j’allais nager le vendredi soir entre 20 h et 22 h. Pour le transport, pour moi qui venais du bout de Riedisheim, cela a vite été une galère, car je rentrais seul à bicyclette à 22 h 30. En hiver, cela n’était plus possible, j’ai donc dû m’arrêter. Mais j’ai toujours gardé le goût de la natation et de ses quatre nages, avec une préférence pour le crawl. Comment avez-vous concilié études et sport ?

Plus tard, je suis parti en internat à l’école normale de Colmar. En ce temps-là, on ne rentrait que tous les 15 jours. Mais j’ai toujours continué à nager pendant mes études. J’ai réussi mon bac en 1968 et je suis entré au lycée Schweitzer de Mulhouse pour poursuivre mes études de professeur d’éducation physique. Il fallait s’entraîner tous les jours car l’examen en sport demandait d’excellentes performances.

J’ai appris à nager à de nombreux enfants Finalement, j’ai réussi mon 100 m crawl en 1’ 04. Temps que j’ai renouvelé lors de mon Capes (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) à Vichy. Plus tard, j’ai essayé de transmettre mon plaisir de nager à ma fille Stéphanie. Mais, pendant des années, j’ai appris à nager à de nombreux enfants de Riedisheim. Pourquoi nager vous semble-til important ?

Pendant longtemps, savoir nager, c’était pouvoir éviter de se noyer. Mais nager c’est aussi se familiariser avec les quatre éléments que compte l’univers. Se sentir à l’aise dans l’eau est nécessaire. La natation est également un sport complet puisqu’il agit sur le squelette, les muscles et le système cardio-vasculaire. Aussi ce nouveau centre d’entraînement du MON à Mulhouse revêt une importance particulière pour notre département. Nous avions avec Adrien Zeller, alors président du conseil régional, décidé de soutenir la construction de ce complexe sportif de haut niveau. Après d’intenses discussions, nous avons accepté le principe d’une participation importante, soit 1,450 million d’euros pour le conseil général. Pour réussir un tel projet, il faut des hommes qui s’engagent comme Laurent Horter, mais aussi des équipements adaptés pour l’élite et pour le grand public. S.H.


DEF

Publicité

13


DEF

Centre d'entraînement de la natation

14

Région Le MON, une institution  à soutenir pour la réussite Le conseil régional s’engage à hauteur de 1,45 million d’euros pour la construction du nouveau centre d’entraînement. Pour son président, Philippe Richert, la réussite des sportifs passe par des outils adaptés à leur parcours d’excellence. Quels souvenirs de baignades quand vous étiez enfant avezvous ? Mon premier contact avec l’eau était dans la Moder, la rivière qui coule entre mon village Wimmenau et Ingwiller. L’eau est peu profonde, avec des bans de sable. Dans cette eau claire, nous pouvions attraper des truites à la main. Malgré l’eau froide, entre 10 et 12 °, nous allions souvent nous baigner. Je me souviens aussi des taons et de leurs piqûres et des descentes que nous faisions sur des chambres à air de camion. Puis après le concours de l’école normale à 15 ans, je suis allé avec mes camarades de classe à la piscine historique de Strasbourg, boulevard de la Victoire. C’est un bel édifice, avec une inoubliable odeur de chlore. Je ne savais pas nager et je me souviens de la première séance. Notre moniteur nous a obligés à sauter dans la partie la plus profonde du bassin, soit à 3 m de fond, et je ne savais pas nager. Lors des cours à l’école, à raison d’une fois par semaine, nous avons heureusement appris les mouvements. J’y ai pris goût et j’y allais en plus le mercredi, mais je n’ai jamais été dans un club de natation. J’ai fait de l’haltérophilie plusieurs années

La phrase La réussite des nageurs du MON est associée à l’Alsace. Il leur faut des outils. Philippe Richet

Pour Philippe Richert : « Pour la natation mulhousienne le club du MON est une institution avec les deux entraîneurs extraordinaires que sont Laurent et Lionel Horter ». Photo Jean-Marc Loos

lors de mes études universitaires. C’était aussi un sport mentalement exigeant. Aujourd’hui, je nage un peu dans ma piscine, en alignant juste quelques longueurs.

Nager est synonyme de moment de plaisir Avez-vous appris à vos enfants à nager ? C’est sans problème que j’ai enseigné les mouvements de natation à mes trois enfants. Nous allions pendant des années à Port-Barcarès. Les plages sont belles et la mer pas trop profonde. J’ai aussi permis à mon épouse de perfectionner ses mouvements. C’était des moments de détente et de plaisir partagés en famille. Je n’ai que des bons souvenirs de ces périodes. Nager est synonyme pour moi de moment de plaisir et pas question de performance. Pour apprécier les nageurs à leur juste valeur, il me suffit de regarder à la télévision nos

grands champions ou de les supporter comme aux derniers championnats de France à Schiltigheim. J’admire la technique des nageurs, leur glisse sur l’eau et la forme sculpturale de leurs corps. Nos nageuses et nageurs sont simplement beaux. Quelle est l’importance de pratiquer ce sport ? Nager permet d’avoir une autre approche de l’eau. Il est important d’être à l’aise dans un univers différent. Cette pratique évite clairement les noyades. Le sport permet de construire sa personnalité et aide au développement du corps. Sans oublier l’importance de l’esprit d’équipe, car le bonheur est collectif. Il se partage entre sportifs avec les entraîneurs et les spectateurs. C’est comme en politique, on exulte en groupe et on travaille en petit comité avant et après. Pour la natation alsacienne, le club du MON est une institution avec ses deux dirigeants extraordinaires que sont Laurent et

Lionel Horter. Ils mettent leur pédagogie, leurs connaissances et leur art au service du club. Ils méritent le respect.

Laurent et Lionel Horter méritent le respect Grâce à eux, des générations de nageurs ont émergé, avec de très grands champions comme Roxana Marracineanu, Laure Manaudou, Aurore Mongel, Amaury Leveaux, Sébastien Rouault, Nicolas Rostoucher… Ils donnent un sens à la natation française par leur rayonnement. Leur réussite est associée à l’Alsace. Il leur faut donc des outils pour ces parcours d’excellence. Ce centre de haut niveau est ainsi l’engagement de la Région à leur côté. Car il convient de travailler et d’épanouir ses talents. Car la réussite des nageurs dépend de la volonté du sportif, du club et de ses entraîneurs et de la structure mis à disposition. Avec ce nouveau complexe, je leur dis, à tous, bonne chance. S.H.


DEF

Publicité

15


DEF

Centre d'entraînement de la natation

16

Architecture La grande vague  comme repère 950 m². Pour ses concepteurs, il était important de garder « un sentiment de légèreté, par une couverture qui flotte sur le bâtiment ». Pour profiter au maximum de la lumière naturelle, trois grandes verrières ont été installées sur le toit, en plus des grandes baies. Mais l’une des innovations les plus importantes reste sans aucun doute la bâche en PVC alvéolaire qui protège l’eau et conserve sa température.

C’est le cabinet mulhousien drlw qui a été retenu pour construire le centre d’entraînement du MON (Mulhouse Olympic Natation). Rencontre avec l’architecte Jean-Marc Lesage, l’un des concepteurs. « La vague est l’élément de conception initial du nouveau centre d’entraînement du MON. Elle rappelle à la fois l’eau et le mouvement dynamique des nageurs. Mais, en plus, il était important de respecter les formes courbes de l’environnement avec les cheminements piétons et cyclistes allant sur le site », explique Jean-Marc Lesage qui, avec Christian Weinmann du cabinet mulhousien drlw, ont été les concepteurs de ce nouveau centre à la pointe, avec des équipements ultra-performants. Pour la partie technique, ses architectes se sont rapprochés du bureau d’études B.E.S.T de Lyon. Les discussions ont été menées

En chiffres H Le bassin olympique extérieur de 50 x 25 m est rempli avec 2 300 m³ d’eau. H Il comporte 10 lignes d’eau pour les compétiteurs et les membres du MON (voir page 17). H La température de l’eau est maintenue à 28,5° jusqu’à – 15° de température extérieure. H Le bassin intérieur de 12x8 m est rempli avec 100 m³ d’eau. H Le coût total de l’opération s’élève à 5,910 millions d’euros HT. H Plusieurs institutions ont financé cette nouvelle structure : la Région Alsace pour 1,45 million d’euros, le conseil général du Haut-Rhin pour 1,45 million d’euros, le centre national pour le développement du sport pour 1,35 million d’euros et 1,3 million pour la M2A. Sans oublier, pour 0,36 million, les différents partenaires, dont le MON et EDF. H Le budget a été respecté.

L’architecte Jean-Marc Lesage lors de l’une des réunions de chantier avec, de gauche à droite, Christophe Rauber et Henri Halm (M2A) et Michel Mayet (drlw). Photo Darek Szuster

en amont, avec le MON, pour établir le cahier des charges précis. Les dirigeants du club ont amené leur expérience concernant les piscines utilisées lors de leurs déplacements internationaux pour les nombreux championnats. « Nous avons axé nos demandes pour la fonctionnalité de l’équipement sur la partie sportive. Des piscines de compétition équipées comme le nouveau centre d’entraînement existent dans les pays anglosaxons depuis longtemps déjà », précise Lionel Horter, directeur de l’équipe de France de natation.

Des espaces fluides et un piège à son La vague, emblème phare de ce nouveau centre dédié à la compétition, est inscrite sur la façade principale et se retrouve dans le tracé de la charpente par le prolongement de l’auvent, côté bassin olympique.

nous avons posé le petit bassin au cœur du bâtiment et l’avons entouré en partie de grandes baies vitrées équipées de protège-soleil. Ce bâtiment est orienté sud-ouest et équipé d’un toit d’une épaisseur de 18 cm. Il est étanche à l’air, pour éviter la déperdition de chaleur. Le confort acoustique a été rendu possible par l’installation d’une toiture microperforée qui fait office de piège à son », précise l’architecte.

Une bâche alvéolaire pour une eau à 28,5° C Quant à l’eau des deux bassins, elle est filtrée à travers cinq cuves à sable en continu et l’eau est chauffée par deux chaudières à gaz high tech. Le petit bassin est équipé d’un système performant anti-chloramine. La structure totale occupe une surface de

Elle se remplit d’eau pour se placer au fond du bassin. C’est l’injection d’air comprimé qui permet de remonter cette installation en 20 minutes. Cette bâche unique en France, conserve la température à 28,5°C, sur une hauteur de 60 cm au-dessus du niveau de l’eau. À noter parmi les installations nouvelles, un spa, un sauna, un bassin d’eau très froide et une importante salle de musculation. En ce qui concerne l’aménagement intérieur, il est composé de carrelages gris pour la partie chaussée et blancs antidérapants pour la partie mouillée. Le tout est rehaussé de touches rouges et blanches pour rappeler les couleurs du club. Ce nouveau centre d’entraînement et de formation à la natation sportive de haut-niveau est également le siège du MON club. Il s’agit d’une réalisation unique en France au service de toutes les formes de natation. S.H.

Ce bassin est situé à l’extérieur du bâtiment et couvert par un auvent d’une largeur de 3,50 m. Ce choix a été fait pour la santé des nageurs, les différents traitements air et eau des piscines fermées étant néfastes pour eux. La forme de la vague se retrouve harmonieusement dans toute la construction. « Nous voulions des espaces fluides. Pour y parvenir,

La forme de la vague se retrouve dans de nombreux éléments architecturaux comme la forme du toit. Elle est aussi inscrite dans le béton, sur l’une des façades du bâtiment. Photo Darek Szuster


DEF

Centre d'entraînement de la natation

17

Pratique MON club, toutes  les approches de la natation Le nouveau centre de compétition du MON (Mulhouse Olympic Natation) permet l’entraînement de l’élite de la natation et des adhérents à l’école de natation. Le MON conserve ses activités traditionnelles. En plus, une nouvelle entité a été créée et baptisée MON club, avec des activités nouvelles « Eau et Sport ». Les activités proposées par le MON club Le concept « Eau et Sport » du Mon club programme des séances d’aqua-jogging, aqua-cycling, aqua-gym, aqua-contact mais aussi l’accès à la salle de musculation, au spa, sauna… selon planning, pour la partie détente. Les entraînements loisirs et sportif du MON club sont proposés avec possibilité d’abonnement mensuel (à partir de 49 €, cotisation de base pour une personne seule, jusqu’à 119 € pour un couple et trois enfants et plus) ou annuel.

Offres pour adultes Trois niveaux sont proposés dans pour les adultes sachant nager. - Easy-water pour les nageurs tranquilles. - Water-coaching pour améliorer les techniques de natation. - Water-master pour les tri-athlètes ou les nageurs confirmés. Tarifs annuels : 190 €, une fois par semaine, et 295 €, deux séances ou plus par semaine. Il est possible de cumuler des abonnements loisirs et compétition.

Écoles de natation Ces cours font partie de la tradition du MON et sont accessibles désormais tous les jours, du lundi au samedi, selon le programme établi. Les bébés-nageurs (de 6 mois à 3 ans) ont lieu le samedi matin, cotisation annuelle 190 €. La mini-natation concerne les enfants de 3 à 6 ans.

Le MON club dédié au sport et à la détente, propose de nombreux équipements à ses membres comme une salle de musculation, un spa,… et le petit bassin pour les perfectionnements. Photos Darek Szuster

Le programme compétition débute à partir de 6 ans, à raison de deux heures d’entraînement par semaine. Tarif annuel : 190 €, pour une séance par semaine et 295 €, deux séances ou plus par semaine incluant la licence de la Fédération française de natation. À noter que les entraînements compétition et olympique du MON sont toujours bloqués avec des plages réservées.

Divers Toutes les activités proposées sont animées par des maîtres-nageurs-sauveteurs formés aux différentes disciplines. Le matériel mis à disposition est adapté au milieu aquatique et est également utilisé par les compétiteurs. À partir du 1er octobre, le site www.monclub.info sera accessible et il sera possible de réserver et de payer par internet. Une boutique est dédiée aux équipements aquatiques, une petite restauration pour sportifs est proposée sur place.

Horaires Avec un équipement complet pour la préparation physique et la poursuite des activités de l’école

de natation, le MON propose l’accès à ses membres en été du 15 avril au 1er octobre de 7 h à 21 h, du lundi au vendredi, le samedi de 8 h à 20 h et dimanche de 9 h à 19 h. En hiver, ce centre sera ouvert de 7 h 30 à 20 h du lundi au vendredi, samedi de 9 h à 18 h et dimanche de 9 h à 16 h. Le centre d’entraînement sera opérationnel dès le 19 septembre à 8 h.

Le 18 septembre Des animations sont prévues le 18 septembre de 9 h à 18 h. Des démonstrations auront lieu tou-

tes les trente minutes avec notamment aqua-jogging, aqua-cycling, aqua-gym, aquacontact. Sans oublier deux prestations du ballet nautique à 11 h et 15 h. Un parcours de découverte sera présenté dans le nouveau centre d’entraînement, avec photos à l’appui, pour comprendre l’évolution du chantier, et des explications concernant les différentes installations innovantes. Possibilité de s’inscrire sur place, avec un tarif promotionnel le 18 septembre. FSe renseigner MON 51, boulevard Stoessel à Mulhouse. Tél. 03.89.43.29.29.

FDEF partenaire Jouez et gagnez avec le journal « L’Alsace » et Tyr le samedi 17 et le dimanche 18 septembre. Le principe consiste à répondre aux trois questions qui paraîtront dans le quotidien sous forme de quizz. À gagner un forfait « coup de cœur » pour deux personnes en Relais et Châteaux **** offert par le journal L’Alsace et des équipements Tyr : un tee-shirt + une paire de lunettes + un bonnet de bain. Le coupon-jeu est à déposer, à partir du 17 septembre, dans l’urne au nouveau centre d’entraînement du MON ou le retourner au journal L’Alsace — jeu-concours MON – 18, rue de Thann 68945 Mulhouse Cedex 09, avant le 21 septembre 2011. Ce jeu concours est ouvert à tous. Tous les gagnants seront personnellement prévenus par courrier et conviés à une remise de prix.


DEF

Publicité

18


DEF

Publicité

19


DEF

Publicité

20


Mulhouse Olympic Natation