Page 1

Collection

JosĂŠe Tellier 2019


Fr

JOSÉE TELLIER - ENTREVUE

Vous jouissez maintenant d’une belle carrière artistique mais, comme tous les artistes, vos débuts ont sûrement été moins faciles. Parlez-nous de vos débuts, de votre carrière et du moment où vous avez décidé que la peinture devenait votre activité principale… Je faisais carrière comme violoniste d’orchestre lorsque des problèmes de santé suivis d’un accident de vélo m’ont forcé à mettre mon violon sur la glace. Dès lors, je suis revenue à mes premières amours. En effet, toute jeune, j’avais une tante qui cohabitait avec une artiste peintre professionnelle, Marie-Suzanne Samson. Lorsque mes parents nous amenaient en visite, j’avais les yeux grands écarquillés d’émerveillement devant cette artiste à l’œuvre. Quand l’occasion se présentait, j’apportais mes dessins pour les lui montrer. Ce furent mes premiers conseils reçus. Pouvez-vous imaginer plus beau cadeau pour mes 6 ans que de recevoir une œuvre créée juste pour moi! Au secondaire, je faisais les arts plastiques en même temps que mes études de violon au conservatoire. Un choix déchirant a été fait quand fut venu le temps de choisir une carrière. Je suis diplômée en interprétation avec distinction de l’Université McGill et j’ai œuvré au sein d’orchestres symphoniques professionnels. Mais, il manquait quelque chose… En 2005, je pris mes premiers cours avec Mme Marcelle Simard-Dupuis et plus tard avec Mme Ursula Kohfahl-Lampron. Après 30 ans d’orchestre, j’avais un peu perdu cette impression d’émerveillement, ce WOW! qu’on ressent en début de carrière quand on interprète une symphonie pour la première fois, ce même WOW! qui montait de mes tripes quand je regardais peindre Marie-Suzanne. C’est la raison pour laquelle j’ai pris ce fameux premier cours de peinture. Je partais pour la Place des Arts avec mes tubes de peinture et mon violon à mes cours d’art. Dans la même journée, je portais les deux chapeaux. Vous comprendrez que mon accident fut finalement heureux et cette nouvelle carrière s’est imposée d’elle-même. Chaque tableau devient un WOW! dans son exécution. Les couleurs et la lumière attirent l’enfant en moi un peu comme lorsque mon père nous emmenait en balade dans les rues à l’approche de Noël. Le mystère des couleurs et de la lumière émanant des maisons explique sans doute mon attrait pour le patrimoine bâti. De plus, du fait que mon père avait fait une partie de ses études en architecture et dessinait les plans de nos maisons, j’ai fait de même. Je sais que j’ai réussi quand je vois les visiteurs afficher les mêmes yeux d’émerveillement devant mes tableaux avec vitrail. Ils font WOW! à leur tour et je vois l’enfant en eux. Cette nouvelle façon de mettre du vitrail dans mes œuvres en bas-relief m’a d’ailleurs valu de nombreuses reconnaissances (dont plusieurs Coups de Cœur du Public) ainsi que faire partie de collections publiques et privées. Voir la réaction du public surpris et émerveillé ajoute à mon propre émerveillement de créer avec les textures, les couleurs et m’emplit d’idées pour créer d’avantage.


Comment avez-vous vécu les grands changements qui ont frappé le monde de l’art un peu partout à travers le monde et principalement dans notre pays au cours des derniers dix ans? Dans mon cas, il s’agit d’une deuxième carrière après trente ans de musique comme violoniste. Donc, je ne peux me prononcer plus loin que les dix dernières années. Néanmoins, je trouve fascinant de constater l’explosion des styles et la vitesse à laquelle ils changent. Les médias nous ont ouvert les horizons des quatre coins du globe donnant ainsi une infinité de sources d’inspiration. C’est nourrissant. C’est un peu comme si les frontières artistiques tombent et le mot expression prend tout son sens; on brise les carcans. Une des conséquences est cependant un nombre grandissant d’artistes dans cette communauté. Cela nous amène à des niveaux de qualité et d’originalité de plus en plus grands. Par contre, il est aussi plus difficile de ne pas ressembler à... Innover pour rester unique tout en se respectant s’impose. J’ai été privilégiée d’avoir un parcours toujours en croissance depuis le début de mon changement de carrière. Les changements, l’évolution sont inévitables. J’espère pouvoir m’adapter au fur et à mesure. Est-ce que les nouvelles technologies apportent quelque chose de positifs au marché de l’art et au travail des artistes ou cela rend-il le travail et la vie des artistes plus difficile? La technologie a facilité la préparation des dossiers de candidature, la mise en marché des images de notre travail, une plus grande diffusion, une facilité de paiement avant que l’acheteur change d’idée! Toutefois, la population et son pouvoir d’achat ne double pas si on double le nombre d’artistes ou le nombre de diffusion. Donc, à nous les artistes ou nos diffuseurs galeristes de travailler d’avantage pour convaincre les gens de nous choisir plutôt qu’un concurrent. J’ai malheureusement un handicap avec mon travail.


En effet, mes œuvres utilisant le vitrail en complément à ma peinture ne sauraient être correctement présentées en photo ou fichier numérique. En effet, j’utilise des effets de réflexion de lumière que seul l’œil peut percevoir dans son ampleur dans l’espace. Cet effet a pour conséquence d’éblouir l’objectif de l’appareil photo et ne peut donc être démontré, particulièrement avec le verre iridescent. Le résultat montre des fenêtres de couleurs différentes de celles que j’ai données au verre par transparence. Il faut regarder les photos en faisant plus ou moins abstraction de la couleur des fenêtres. De plus, chaque tableau est conçu en sculpture bas-relief. Pour des raisons techniques de réflexion de lumière sur le vernis brillant, je dois photographier les tableaux avant vernissage. Curieusement, malgré un éclairage balancé et un appareil photo de haute qualité, les photos n’arrivent pas à démontrer le côté tridimensionnel. Comme de plus en plus de sélections ou concours sont sur le WEB, je pars désavantagée au départ. Gérer nos sites web, Facebook (ou autre), prend de plus en plus de temps et sans une discipline rigoureuse, il est facile de s’égarer et se laisser distraire par les datas... Au final, c’est notre temps en atelier qui en souffre et ça peut devenir frustrant et énergivore. Bienheureux ceux qui ont un conjoint, un agent ou un bon galeriste pour faire ce genre de diffusion. Quels sont vos plans pour les prochaines années? Dans l’immédiat, je désire continuer à peindre, observer, apprendre, admirer et explorer. Le marché européen me fait plusieurs offres et j’ai des projets en cours de ce côté. Je développe aussi des contacts aux USA. Je fais confiance à la vie mais avant toute chose, j’espère maintenir un équilibre émotionnel. C’est essentiel pour préserver l’inspiration. Auriez-vous un conseil à donner aux jeunes artistes d’aujourd’hui? « Observez » comme le dit d’Ursula Kofahl Lampron avec qui j’ai beaucoup appris. À cela je rajouterais ‘’listen’’ then try and have fun! Osez! Il n’y a pas qu’un seul chemin dans ce domaine pour arriver à nos objectifs. Les conseils qu’on vous donnera seront peut-être contradictoires et pas tous bons pour vous. Suivez votre instinct dans le doute. Mon père disait: le pire qu’il peut arriver c’est qu’on vous dise non. Autrement, osez demander ‘’poliment’’.


EN

JOSÉE TELLIER - INTERVIEW

You are now enjoying a great artistic career but, like all artists, your beginnings have surely been less easy. Tell us about your beginnings, your career and when you decided that painting became your main activity ... I had a career as an orchestra violinist when health problems followed by a bike accident forced me to put my violin on ice. From then on, I came back to my first love.

Indeed, when I was young, I had an aunt who lived with a professional painter, Marie-Suzanne Samson. When my parents brought us to visit, my eyes were wide with wonder at the artist at work. When the opportunity arose, I would bring my drawings to show her. These were my first art lessons. Can you imagine a better gift for a six year old than to receive a work created just for her? In high school, I did visual arts at the same time as my violin studies at the conservatory. A heartbreaking choice was made when it came time to choose a career. I graduated in interpretation with distinction from McGill University and worked in professional symphony orchestras. But, something was missing… In 2005, I took my first classes with Mrs. Marcelle Simard-Dupuis and later with Ms. Ursula Kohfahl-Lampron. After 30 years of orchestra work, I had lost a little sense of wonder, this WOW! you feel at the beginning of your career when you perform a symphony for the first time, this same WOW! was rising from my guts when I was watching Marie-Suzanne paint. That’s why I took this first painting class. I left for Place des Arts with my paint tubes and my violin at my art classes. In the same day, I wore both hats. You will understand that my accident was finally happy and this new career has imposed itself. Every painting becomes a WOW! in its execution. The colors and the light attract the child in me a little like when my father took us on a walk on the streets around Christmastime. The mystery of the colors and the light emanating from the houses explains without doubt my attraction for architectural heritage. In addition, because my father had done a part of his studies in architecture and drew the plans of our houses, I did the same. I know I’ve succeeded when I see the visitors flashing the same wonder in front of my paintings with stained glass. They go WOW! and I see the child in them. This new way of stained glass in my works in bas-relief has also earned me many recognitions (including several public favorites) as well as being part of public and private collections. Seeing the reaction of the surprised and amazed audience adds to my own wonder of creating with textures, colors and fills me with ideas to create more.


How did you experience the great changes that have taken place in the world of art around the world and especially in our country in the last ten years? In my case, it is a second career after thirty years of music as a violinist. So, I cannot speak of anything before the last ten years. Nevertheless, I find it fascinating to see the explosion of styles and the speed at which they change. The media have opened horizons around the globe giving us an infinity of sources of inspiration. It is fulfilling. It is as if artistic boundaries were falling and the word “expression” takes its full definition sense; we break the shackles. One of the consequences, however, is a growing number of artists in this community. This brings us to ever greater levels of quality and originality. On the other hand, it is also more difficult not to look like someone else... To innovate to remain unique while being respected is necessary. I have been privileged to have an ever-growing career since its beginning. Changes, evolution are inevitable. I hope to adapt as I go along. Do new technologies bring something positive to the art market and artists’ work or does it make the work and life of artists more difficult? Technology has facilitated the preparation of applications, the marketing of images of our work, with greater dissemination, ease of payment before the buyer changes his mind! However, the population and its purchasing power do not double if we double the number of artists or the number of broadcast. So, we artists or our gallery distributors have to work harder to convince people to choose us rather than a competitor. I unfortunately have a handicap with my work as works using stained glass in addition to painting cannot be properly presented in photo or digital file. Indeed, I use light reflection effects that only the eye can perceive in its amplitude in space. This effect has the effect of dazzling the lens of the camera and cannot be demonstrated, especially with iridescent glass. The result shows windows of different colors from those I gave to the glass by transparency. It is necessary to look at the photographs by making more or less abstraction of the color of the windows. In addition, each painting is designed in bas-relief sculpture. For technical reasons of light reflection on the glossy varnish, I have to photograph the paintings before varnishing. Curiously, despite a balanced lighting and a high quality camera, the photos fail to demonstrate the three-dimensional side. What are your plans for the coming years? For the immediate future, I want to continue to paint, observe, learn, admire and explore. The European market has proposed several offers and I have projects in progress on the other side of the world. I am also developing contacts in the USA. I trust in life but first and foremost, I hope to maintain an emotional balance. It is essential to preserve the inspiration. Do you have any advice for today’s young artists? «Observe» as Ursula Kofahl Lampron, my great teacher, says. I would to that ‘’ listen ‘’ and then try to have fun! Dare! There is not “one” path in this area to reach our goals. The advice we give you may be contradictory and not all good for you. Follow your instinct in doubt. As my father was fond of saying: “the worst that can happen is they say no”. Otherwise, dare to ask ‘’ politely’….


La naissance d'un tableau The birth of a painting...


TOITURE ROYALE

12 X 12

BA107316


www.balcondart.com


www.balcondart.com


ÉRABLE À ST-GERMAIN

12 X 16

BA106892


LES PIEDS DANS L’EAU 2 36 X 6 BA107321


LILAS ET PIVOINES

10 X 10

BA107751


BLANCHIE A LA CHAUX

10 X 10

BA107318


www.balcondart.com


www.balcondart.com


SUR LE CHEMIN DES PATRIOTES

24 X 36

BA107749


ÉCLAIRCIE SUR L’OEIL DE BOEUF

24 X 24

BA107748


www.balcondart.com


www.balcondart.com


CHEZ L’AMI PIERRE

30 X 36

BA107747


INVITÉS AU MANOIR

18 X 24

BA107745


www.balcondart.com


www.balcondart.com


COQUETTE ET ORIGINALE

10 X 10

BA107750


VOLETS JAUNES ET ÉCHINACÉES

12 X 24

BA107756


www.balcondart.com


www.balcondart.com


FRISÉE BLEUE

36 X 36

BA108020


CHAPEAU MELON ET COL DE FOURRURE

36 X 36

BA107746


www.balcondart.com


DANSONS LA ST-JEAN

12 X 48

BA107752


www.balcondart.com


TOUCHE FÉMININE

36 X 36

BA107753


UNE COQUETTE À BELOEIL

20 X 20

BA108018


LE TEMPS DES ÉRABLES

36 X 48

BA107755


www.balcondart.com


www.balcondart.com


TOITURE ROYALE

24 X 24

BA107320


JARDIN SECRET

24 X 30

BA107754


www.balcondart.com


PONPONS SUR LE CHEMIN DU ROY

12 X 36

BA107751


www.balcondart.com


MON RABOUGRI PRÉFÉRÉ

12 X 24

BA107758


www.balcondart.com


www.balcondart.com


FRISÉE BLEUE

36 X 36

BA108020


LE MANOIR DU RIVIÈRE OUELLE

12 X 36

BA106955


www.balcondart.com


SORTIE HIVERNALE

20 X 24

BA108021


BALCON DE RÊVE

48 X 24

BA107757


650 avenue Notre-Dame Saint-Lambert, Québec J4P 2L1 Tel: 450 466-8920 or 1 866 466-8920 Fax: 450 466-9101 info@balcondart.com www.balcondart.com

Toute utilisation commerciale de ce livre par dépeçage et/ou vente d’images encadrées ou non encadrées, ou utilisation de quelque parties que ce soit pour toute forme de reproduction, est strictement interdite. © 2019 Any commercial use of this book by dismantling, or selling prints framed or unframed, or using any part for any form of reproduction is stricly prohibited. © 2019

Conception / Design: Duplex Communications Publié par / Published by: Le Balcon d’art (Issuu)

Profile for Le Balcon D'art

2019 Collection Josée Tellier  

Advertisement