Page 46

Consultations pédiatriques Au Mali, au Niger et au Tchad, des packages combinant différentes mesures préventives et curatives (nutrition, vaccination, paludisme, accès aux soins) ont été mis en place avec succès dans plusieurs projets, et une solide expérience a été acquise dans ce type de soins. Le déploiement des packages préventifs s’étale sur plusieurs années et doit être évalué en termes d’impact médical et de pérennité. Nutrition MSF se concentre de plus en plus sur la prise en charge des enfants sévèrement mal nourris dans des centres de nutrition thérapeutiques intensifs (ITFC), collaborant avec d’autres acteurs pour la prise en charge en ambulatoire (ATFC). Le dépistage et le traitement de la tuberculose et du VIH dans les projets nutrition se sont améliorés. Dans les projets ambulatoires, il s’avère difficile de promouvoir les protocoles simplifiés lorsqu’ils sont en contradiction avec les protocoles nationaux. Le fait de se concentrer sur l’hospitalisation des enfants gravement malades, présentant à la fois une malnutrition sévère et des complications, conduit à une augmentation de la mortalité hospitalière. Des projets de recherche opérationnelle sont prévus pour améliorer la compréhension de la morbidité et de la mortalité des enfants sévèrement malnutris, mais les conditions de sécurité dans les contextes concernés par la malnutrition limitent la mise en œuvre de ces projets de recherche. En 2014, MSF OCP a pris en charge 31 228 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère dans 27 projets répartis dans 13 pays. La plupart (28 692 dans 18 projets) l’ont été dans le cadre de centres nutritionnels thérapeutiques, intensifs ou ambulatoires. Les autres ont été traités dans le cadre de programmes pédiatriques généraux. Le nombre d’admissions a décru de 15% par rapport à 2013.

46

VIH En 2014, au total 56 272 patients sont suivis en collaboration ou en support des ministères de la santé, dont 50 134 sous ARV (89 %). La passation des cohortes de patients VIH est terminée dans le projet d’Arua (Ouganda) et en cours dans les projets de Homa Bay (Kenya) et de Chiradzulu (Malawi). Cette passation d’activité devra se faire tout en conservant suffisamment d’activité pour maintenir le niveau d’innovation et de recherche. Le nouveau projet de Ndihwa au Kenya a pour objectif de réduire, par un accès aux traitements et un package de mesures préventives, l’incidence dans la population et d’offrir des soins hospitaliers aux patients VIH gravement malades. Le projet de déploiement de la mesure de la charge virale et des CD4 au chevet du patient est bien accepté en Ouganda, alors qu’il fait face à des difficultés au Malawi où il est en contradiction avec la politique du ministère de la santé. Plusieurs propositions de projets sont en discussion pour des interventions dans les milieux à faible prévalence et avec un accès limité aux traitements pour les patients. Dans les deux années à venir, des stratégies doivent être développées pour mieux détecter les échecs de traitement, donner accès aux traitements de 3e ligne et mieux prendre en charge des populations spécifiques (enfants, adolescents, jeunes femmes). Plus de dix ans après l’introduction des ARV dans les missions de MSF, la prise en charge des patients VIH n’est proposée que dans la moitié des projets où ce serait pertinent de le faire.

Tuberculose Le traitement de la tuberculose est désormais proposé dans 90  % des projets où c’est pertinent, y compris dans les urgences et contextes instables tels que l’Ethiopie, le Soudan et la RCA. Le nouveau projet de Papouasie Nouvelle Guinée, situé dans une

Médecins Sans Frontières • Rapport annuel de l’année 2014 • Paru suite à l’Assemblée Générale des 6 et 7 juin 2015 à La Plaine Saint-Denis (France)

Profile for Médecins Sans Frontières France

Rapport annuel de Médecins Sans Frontières 2014-2015  

Rapport annuel de Médecins Sans Frontières 2014-2015  

Profile for msffr