Page 45

accès limités aux soins de santé, comme en RDC, Soudan du Sud et RCA. Une approche similaire est prévue pour 2015 en Ouganda, consistant en une chimio-prophylaxie à base de DHA/PPQ. Cette expérience devrait déboucher sur des recommandations pour adapter un package de soins à destination des populations déplacées. Le nombre des cas de paludisme traités a augmenté de 12.5 % malgré la fermeture des projets. Le nombre de cas a augmenté en RDC, en RCA, au Soudan du Sud et au Mali, ce qui a entrainé une surcharge de travail dans les structures de santé. En 2015, la réponse opérationnelle devra être adaptée avec une approche plus intégrée. Les vaccins en cours de développement n’apportent qu’une protection limitée et nécessite des doses multiples. MSF prévoit d’introduire ces nouveaux vaccins courant 2015-2016, surtout dans des contextes de haute prévalence avec des problèmes d’accès aux structures de soins comme par exemple la RCA . La résistance aux traitements antipaludéens étant un problème croissant en Asie du Sud-Est qui risque de se répandre également en Afrique dans les années à venir, MSF envisage de conduire régulièrement des études d’efficacité dans les zones à forte prévalence, afin d’identifier l’émergence de possibles résistances. Toutefois, les marqueurs génétiques utilisés pour prédire la résistance en Asie ne sont pas valides en Afrique, et en conséquence, MSF a suspendu la mise en place de sites sentinelles dans ses projets.

Santé des femmes et des enfants Santé des femmes et obstétrique Les activités concernant la santé des femmes et l’obstétrique ont augmenté et les efforts d’amélioration de la gestion des cas se poursuivent. En 2014, la santé des femmes était prise en charge dans 30 projets et 19 pays. Il y avait 12 maternités dont 8 avec la capacité de

procéder à des césariennes. Les césariennes pouvaient également être effectuées dans 4 autres projets. En 2014, ont été effectués : • 62 566 consultations prénatales (+17 % par rapport à 2013). • 33 188 accouchements par voie basse (+30%). • 4 878 césariennes (+30 %). Quatorze projets proposent désormais des soins néonataux dans le cadre de maternités ou de soins pédiatriques. L’accès à l’interruption volontaire de grossesse doit être amélioré. Soins pédiatriques hospitaliers En réponse à l’objectif d’investir dans la prise en charge des enfants gravement malades, le nombre d’enfants hospitalisés, y compris les nouveau-nés, a augmenté : en dehors des programmes nutritionnels, 60 835 enfants ont été hospitalisés en 2014 (+35 % par rapport à 2013), auxquels s’ajoute l’hospitalisation de 9 333 nouveau-nés (+35 % par rapport à 2013). 80% des admissions hospitalières concernent 4 pays (RCA, RDC, Mali et Soudan du Sud) la majorité entre elles pour le paludisme et les infections respiratoires. Des activités pédiatriques, incluant également la prise en charge de la malnutrition, de la tuberculose et du VIH, des brûlés et la chirurgie, sont présentes dans 24 pays. De nouvelles stratégies de prise en charge, de nouveaux protocoles et des modules de formation ont été développés et mis en place. Des projets de recherche opérationnelle ont été lancés pour développer des standards de soins pédiatriques dans les contextes à ressources limitées. L’amélioration de la gestion des cas sévères avec une standardisation des protocoles, l’amélioration des protocoles de contrôle d’infection afin d’éviter des infections nosocomiales et la formation du personnel médical en pédiatrie restent des défis.

Médecins Sans Frontières • Rapport annuel de l’année 2014 • Paru suite à l’Assemblée Générale des 6 et 7 juin 2015 à La Plaine Saint-Denis (France)

45

Profile for Médecins Sans Frontières France

Rapport annuel de Médecins Sans Frontières 2014-2015  

Rapport annuel de Médecins Sans Frontières 2014-2015  

Profile for msffr