Page 41

Choléra La réponse aux épidémies de choléra a généré 2,5 M€ de dépenses en RDC, au Nigeria et au Soudan du Sud, avec près de 20 000 cas pris en charge.

I nterventions en réponse aux catastrophes naturelles : 1,6 M€ Les réponses aux catastrophes naturelles n’ont concerné que les Philippines en 2014 et n’ont engagé que 1  % des dépenses de projets. Il s’agissait des interventions consécutives au typhon Haiyan à Tacloban et à Palo Talosa, ainsi que le support à l’hôpital de Leyte.

I nterventions auprès des victimes d’exclusion des soins ou de violence sociale : 19,6 M€ Ces projets, au nombre de 10 pour l’année 2014, ont engagé 19% des dépenses. Les réponses aux violences directes subies par les populations ou à une déstructuration des systèmes de soins représentent 16,3 M€ de dépenses de projets de cette catégorie. Parmi ceux-ci, on retrouve : • L’hôpital de Port au Prince à Haïti (6,2 M€). • L’hôpital d’Aweil au Soudan du Sud (4,9 M€). • Le dispensaire de Mathare à Nairobi au Kenya (1,9 M€). • La maternité de Katiola en Côte d’Ivoire (1,3 M€) • Le projet pédiatrique de Carnot en RCA (1,5 M€) Les programmes s’adressant à des groupes de populations exclues des soins représentent 3,3 M€. Le principal d’entre eux est le programme de Jahun au Nigéria (2,6 M€) qui prend en charge les urgences obstétricales ainsi que la réparation des fistules vésicovaginales.

Les dépenses de projets s’adressant aux victimes d’exclusion des soins ou de violence sociale sont en diminution de 7,7 M€ entre 2013 et 2014. Cette baisse s’explique par des fermetures de projets (-3.6  M€), des changements de catégorie liés à l’évolution des contextes (-4,2  M€), des évolutions d’activités (-1,2  M€), contrebalancée par l’ouverture de la maternité de Katiola en Côte d’Ivoire +1,2 M€. Aucune de ces interventions n’a été réalisée en situation d’urgence. Par ailleurs, 70 % de ces projets possédaient un ancrage hospitalier et 40 % intégraient des activités chirurgicales.

3. Les Urgences Les principales urgences En 2014, l’enveloppe des urgences s’est élevée à 30,4 M€ pour 35 projets (35,4 M€ en incluant les coordinations), ce qui représente une croissance de près de 60% par rapport à 2013. Urgences hors Ebola Même sans ebola, 2014 a été en termes d’urgences humanitaires l’une des plus grosses années auxquelles MSF ait eu à faire face : Philippines, Ethiopie, Ouganda (réfugiés du Soudan du Sud), Gaza, Syrie, RCA. Avec 27 M€ de dépenses, elles ont requis tout au long de l’année 140 postes d’expatriés et 1 200 employés nationaux. L’activité médicale à elle seule peut s’illustrer par quelques chiffres : 534 000 consultations, 230 000 cas de paludisme traités, 34 000 hospitalisations dont 8 000 interventions chirurgicales. Sans compter le niveau technique, logistique et de complexité des missions ainsi que les défis liés à la sécurité. En Syrie, le personnel expatrié a été évacué suite à l’enlèvement de 5 collègues de MSF Belgique en janvier 2014. L’unité d’urgences chirurgicales et traumatologiques d’Athma, ouverte par MSF OCP en 2012 dans la région

Médecins Sans Frontières • Rapport annuel de l’année 2014 • Paru suite à l’Assemblée Générale des 6 et 7 juin 2015 à La Plaine Saint-Denis (France)

41

Profile for Médecins Sans Frontières France

Rapport annuel de Médecins Sans Frontières 2014-2015  

Rapport annuel de Médecins Sans Frontières 2014-2015  

Profile for msffr