Page 1

N0 - FÉVRIER 00

Édito

La machine ersatz de l’Homme ? Page 2

ANNoNCES

Une pédagogie par projets De la simulation numérique avancée à la micro-propulsion… Page 3

ANALYSE

Tic et éthique

“ TIC, NOUVELLES TECHNOLOGIES, VOIES D’AVENIR ? ”

Page 4

FEMMES Et tEChNoLoGiES

Christine LEGEMBLE : Développeur du site internet de l’INSA de Rouen Page 6

RENCoNtRE

Armelle vIDEMENT- Solucom group Page 7

iNitiAtiVES UNIT Page 8

1 000

ordinateurs sont à disposition des personnels et étudiants à l’INSA de Rouen

En savoir plus www.insa-rouen.fr


Édito ES ENAIR PART

édito

LA MACHINE ERSATZ DE L’HOMME ? Nous sommes tous des machines à intégrer de l’information. Mais entre l’époque primitive où s’est forgé notre cerveau et notre époque moderne dans laquelle tout s’accélère et où notre champ de perception s’agrandit sans cesse, le nombre d’informations à traiter s’est accru de manière exponentielle. Les «nouvelles» technologies de l’information et de la communication sont à la fois la cause majeure de cette évolution et la solution privilégiée pour en dominer les conséquences. Mais dans cette boucle auto alimentée où s’opposent production et interprétation de l’information, rien n’est jamais gagné, et la partie n’est pas vraiment égale. Le formidable essor des réseaux et des moyens de communication constitue la partie la plus visible et certainement le plus beau succès des TIC. Le Web nous donne accès à toute la production du monde et les réseaux sans fil nous maintiennent sans interruption sous un flot d’informations plus volumineux de jour en jour. Il s’agit là probablement de la partie la plus facile, car de l’autre côté du tuyau nous peinons encore à mettre de l’ordre, à traiter efficacement cette information pléthorique, à en extraire le sens qui nous aidera à prendre la bonne décision ou nous permettra de construire la nouvelle connaissance. Ici depuis toujours, deux stratégies s’opposent : pour aller au-delà des capacités naturelles de l’humain, les technologies de l’information doivent-elles créer des systèmes capables de se substituer à lui ou plutôt lui fournir des outils lui permettant de décupler ses capacités ? Le balancier a d’abord plutôt penché du côté de la première approche, celle de l’Intelligence Artificielle qui, en s’appuyant sur des modèles formels issus de la logique mathématique, ou des simulations numériques ou comportementales, a cherché à reproduire le raisonnement humain dans des «Systèmes Experts», le fonctionnement cérébral et sa capacité à apprendre dans des «Réseaux de Neurones», la dynamique des groupes et leur capacité à transcender l’individu dans des «Systèmes Multi Agents».

Après d’indéniables succès (en particulier en médecine, productique, vision artificielle, robotique, …), mais aussi quelques espoirs déçus, le balancier a ensuite penché du côté de la seconde approche. Il s’agit ici, avec la Modélisation Cognitive ou la théorie de l’Énaction, de remettre l’utilisateur dans la boucle en affirmant que dans le système, la composante intelligente c’est d’abord l’homme. Mais comme bien souvent, les réponses les plus efficaces seront certainement obtenues par des stratégies combinant ces deux approches qui se complètent plus qu’elles ne s’opposent. Car à nouveau tout bouge et se transforme, avec l’apparition d’un nouveau modèle, celui de l’informatique diffuse dans lequel l’«Intelligence» elle-même se distribue dans le réseau qui lui-même étend sa capillarité jusqu’au moindre objet de la vie courante. Avec le développement des nanotechnologies, ce modèle va encore plus loin en distribuant les nœuds du réseau dans la fibre des nouveaux textiles ou la structure des nouveaux matériaux. Même si toutes ces avancées posent clairement des problèmes éthiques, il n’en reste pas moins que tous ces défis techniques, technologiques et scientifiques ouvrent des voies de recherche passionnantes auxquelles se consacrent plusieurs laboratoires de l’INSA de Rouen et leurs partenaires industriels. Ce sont également là des défis auxquels seront confrontés nos jeunes ingénieurs et pour lesquels nous devons les former. Mais là aussi, les technologies de l’information et de la communication appliquées à l’enseignement (les fameuses TICE) nous seront certainement d’un grand secours. C’est en tout cas le pari de notre établissement à travers son engagement dans l’université numérique thématique UNIT. Jean-Pierre PECUCHET Directeur des systèmes d’information à l’INSA de Rouen

Le magazine d’informations de l’INSA de Rouen biannuel - site web : http://www.insa-rouen.fr/ Contact lecteurs : presse@insa-rouen.fr - Magazine édité par l’INSA de Rouen, BP08 place Émile Blondel, 76131 Mont-Saint-Aignan.Tél. : 33 [0] 2 35 52 83 00 - Directeur de la publication : Jean-Louis BILLOËT - Comité de rédaction : Alice Briant - Céline Guerrand - Francis MARSAIS - Stéphanie Vander-Eecken. Conception graphique : Maxime REYNET - Service Communication - Impression : Le Révérend. Dépôt légal : en cours POUR UNE ION ICAT COMMUN LOGIQUE PLUS ÉCO

Page



Février 2008

IECOM

ÉCOLOG

Imprimé sur papier recyclé


nces Anno S NAIRE E T PAR

ENSEIGNEMENT

une pédagogie par projets Les Projets d’Intégration Collectifs (PIC) du Département Architecture des Systèmes d’Information (ASI) visent à donner une première expérience du développement d’un projet à caractère industriel ou de recherche et développement dans le cadre d’une équipe composée de 6 à 8 élèves ingénieurs sur un an à mi-temps (deux semestres scolaires). Ce travail s’accomplit dans le cadre de la norme ISO9001: 2000. L’INSA de Rouen au travers de l’Unité Pédagogie par Projet (P3) du département ASI est le premier établissement d’Enseignement Supérieur à avoir été certifié pour le travail de ses élèves ingénieurs. À partir de projets présentés par les industriels et retenus par le département, les élèves ingénieurs choisissent le projet auquel ils vont participer et constituent leurs équipes avec entre autres les responsabilités suivantes: un chef de projet, un chef

de projet adjoint (qui deviendra chef de projet au semestre suivant) et un responsable qualité. Les industriels peuvent être des grands comptes (par exemple EDF, EADS, Renault, Valeo), des établissements publics ou parapublics (par exemple le CHU de Rouen) ou des PME/TPME /Start-Up (par exemple Softeam, Bet-Sogeti). Les thèmes abordées couvrent les trois composantes scientifiques enseignées dans le département : informatique, traitement de l’information et systèmes de perception. À titre d’exemple, un projet mené avec le Laboratoire Narval à Lyon a consisté en la réalisation d’un système d’enregistrement pour détecter : les ronflements, les micro-éveils, les apnées et la position pendant le sommeil. Les capteurs transmettaient sans fil les informations pour analyse à un PDA situé à proximité du dormeur. Michel MAINGUENAUD Enseignant Chercheur à l’INSA de Rouen

Contact michel.mainguenaud@insa-rouen.fr http://asi.insa-rouen.fr/departement/entreprises/PIC

Recherche

De la simulation numérique avancée à la micro-propulsion… La décennie à venir sera sans doute marquée par les micro et nanotechnologies. Cependant, concevoir et réaliser des systèmes miniaturisés, dans le cadre des applications MEMS (Micro-Electro-Mechanical Systems), nécessite une connaissance approfondie des sciences et des principes d’ingénierie à des échelles microscopiques. Cette nouvelle discipline nous pousse à revoir les relations constitutives entre la mécanique des fluides, le transfert de chaleur, la résistance des matériaux et les réactions chimiques aux échelles traditionnelles. Dans le domaine énergétique, lors d’une réduction d’échelle, les rendements thermiques des moteurs classiques sont sérieusement dégradés à cause de pertes thermiques importantes qui peuvent provoquer l’extinction de la combustion. Grâce à la puissance actuelle des moyens de calcul, il est possible de proposer des solutions, basées sur l’utilisation des ondes de choc pour accélérer les réactions chimiques et assister la combustion (shock-induced ou shock-assisted combustion). De telles solutions sont actuellement à l’étude au laboratoire CORIA qui vise à développer de nouvelles compétences dans le domaine de la modélisation des écoulements à des échelles millimétriques et

300 μm Simulation de la propagation d’ondes de choc dans une micro-tuyère

micrométriques, en relation avec la miniaturisation des systèmes énergétiques (micro-combustion), en vue d’applications aérospatiale, militaire ou biomédicale. Dans cette optique, nous poursuivons des investigations théoriques et numériques poussées pour élucider ces phénomènes et créer une base de savoir pour la conception et la réalisation de microsystèmes énergétiques. Grâce à cette nouvelle voie d’investigation, une multitude d’applications est possible comme le mini-moteur à détonation pulsée pour des applications de nanosatellites, turbomoteur à combustion par ondes de choc ou actionneur miniaturisé à haute-puissance. Abdellah Hadjadj Enseignant-Chercheur à l’INSA de Rouen

Contact hadjadj@coria.fr

Page

Février 2008




YSE ANAL ES ENAiR t PAR

tiC Et ÉthiQuE TIC ET éTHIquE : EN quOI EST-CE uNE quESTION quI CONCERNE LES INgéNIEuRS ? « Sapience n’entre poinct en âme malivole, et science sans conscience n’est que ruine de l’âme » (Rabelais – Pantagruel, chapitre Viii - 1). Cette maxime (en réalité issue de l’Ancien Testament) est de fait fort ancienne et connue, et ce, d’autant plus qu’elle est aujourd’hui discutée et remise au goût du jour à propos de champs scientifiques aussi divers que ceux de la recherche génétique, de la physique nucléaire ou de la cybernétique. Mais c’est sans doute aux TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) qu’elle s’applique de la manière la plus magistrale et la plus urgente. Pourquoi ? Si l’éthique désigne (pour faire simple) la réflexion et le questionnement autour de ce qu’il convient de faire, elle suppose bel et bien une conscience, c’est-à-dire une présence vécue de l’individu à lui-même et à son rapport au monde, particulièrement sollicitée par les TIC pour plusieurs raisons tenant à leurs spécificités : - leurs potentialités importantes, voire infinies, sur le plan strictement technique mettent en avant la dimension du pouvoir et rejettent dans l’ombre la question du devoir ou du bien. En d’autres termes, les TIC offrent, à quiconque les maîtrise un tant soit peu, la possibilité technique de communiquer instantanément vers des centaines de personnes, de trouver, copier, assembler des connaissances en quantité infinie, d’acheter, échanger ou vendre sans bouger des produits de toutes sortes, d’extraire des contenus d’un autre ordinateur situé à des milliers de kilomètres ou encore de se constituer Page

4

Février 2008

gratuitement une vidéothèque ou une discothèque énorme. Cette (toute-)puissance technique qui s’étend rapidement et dans toutes les directions impose de moins en moins de limitations aux comportements, aux plaisirs et aux expérimentations des concepteurs, développeurs, mais aussi simples utilisateurs, des TIC. Si la technique permet tout, notamment à des ingénieurs ou des chercheurs dont la vocation même consiste à explorer ou à repousser sans cesse les frontières du possible, le « faisable » risque de constituer la norme unique et ultime, sauf si l’individu se voit imposer des bornes par d’autres instances. - Dans le cas des TIC, cette instance sera rarement et difficilement celle – pourtant classique - de la loi. En effet, le fait que l’on ait affaire à des télétechnologies transcendant les frontières des nations et de leurs lois, outre qu’il donne un sentiment d’impunité et d’invulnérabilité aux contrevenants (qu’il s’agisse de vendre des produits interdits par la législation d’un pays, de diffuser des images pédophiles ou de faire l’apologie de la haine raciale), rend largement inopérantes les tentatives de poursuites judiciaires à l’égard d’opérateurs complètement anonymes, difficiles à localiser, très mobiles et souvent protégés par les disparités législatives d’un pays à l’autre. En outre, le droit peine à s’adapter en temps réel à des technologies émergentes à ce point évolutives


qu’elles se retrouvent souvent dans une situation - Ce ne sera, enfin, pas non plus la morale qui, de vide juridique long et difficile à combler, comme science de ce qu’il convient de faire dans laquelle la en témoigne le cas emblématique du peer to peer réflexion éthique se durcit en un savoir transmissible que les traditionnelles législations sur la propriété et universellement admis, n’a pas le temps de se intellectuelle et artistique couvrent très mal. construire face à des technologies aussi mobiles - Il ne pourra pas s’agir non plus des classiques que le sont les TIC. déontologies (règles que se donne une communauté professionnelle pour le bon exercice de son activité) Bref, seul un véritable travail de réflexion éthique car la diffusion et l’accessibilité sans précédent des – affaire essentiellement individuelle et effort centré TIC font que ces technologies sont utilisées, mais sur chacune des situations rencontrées – permet aussi développées, par des à un ingénieur ou à un non professionnels très peu chercheur mobilisant au fait des règles prévalant les TIC de discerner la ... discerner la frontière entre frontière entre le technidans les professions chez le techniquement possible et quement possible et le qui ils font des incursions. L’exemple emblématique souhaitable. Certes, une le souhaitable . que l’on peut donner est institution comme l’INSA celui de l’édition : point peut aider à cette réflexion, n’est besoin aujourd’hui comme elle le fait actuelled’être imprimeur ou éditeur pour diffuser à très ment par des moyens tels que des conférences grande échelle ou avec une qualité formelle quasi sur l’intelligence économique ou l’éthique (dans le professionnelle des savoirs, des images ou des département Chimie Fine et Ingénierie), la signature contenus informatifs. Or, les métiers de l’édition d’une charte d’utilisation des moyens informatiques et de l’impression obéissent non seulement à de l’établissement ou encore l’enseignement des des règles juridiques (la célèbre loi de 1957 sur la règles de la propriété intellectuelle. Mais le chemin propriété intellectuelle), mais aussi à des usages et vers un usage raisonné des TIC est avant tout des règles professionnelles : modes de citation des personnel, sachant que l’institution elle-même sources, autorisations de reproduire demandées doit avoir un questionnement d’essence tout aussi entre éditeurs dès que la copie souhaitée dépasse éthique, mais d’une autre nature, à propos des TIC : un certain volume fixé par l’usage, etc. Or, les TIC l’accès effectif et démocratique de ces technologies permettent aujourd’hui à des béotiens n’ayant à l’ensemble de ses acteurs. Francis GUERIN aucune connaissance de ces règles d’exercer des activités autrefois réservées à des professionnels. Ainsi les étudiants qui « copient/collent » sans vergogne les textes ou images d’autrui pour alimenter À PROPOS DE L’AUTEUR leurs propres sites ou, plus pragmatiquement, leurs dossiers ou devoirs à rendre (« de 60 à 90 % des « Francis Guérin, diplômé de l’École Supérieure de Commerce étudiants plagient leurs travaux sur le Net » - Le de Rouen et docteur en sociologie, est Maître de Conférences en Temps, 15 avril 2005) n’ont-ils souvent aucune sociologie au sein du Département des Humanités de l’INSA de Rouen connaissance ni des lois régissant l’édition, ni des et chercheur au Groupe de Recherche Innovations et Sociétés (GRIS) à l’Université de Rouen » règles déontologiques présidant à son exercice. Autrement dit, leur incursion dans ce « métier » n’est pas assortie de la formation ou de la socialisation qui en constituent la base : c’est gratuit, c’est techniquement disponible et appropriable… donc je ne vois pas ce qui pourrait m’empêcher de le faire mien ! Page

Février 2008




ogies hnol et tec femmes ES ENAIR PART

INTERNET

Christine MONNET-LEGEMBLE : Développeur du site internet de l’INSA de rouen En juillet 2005, le nouveau site web de l’INSA de Rouen a été mis en ligne pour remplacer l’ancien site PHP/MySQL créé en 1999. Soucieux d’obtenir un site beaucoup plus ouvert et évolutif que le précédent, les technologies choisies pour ce nouveau site ont fait l’objet d’études préliminaires et de recherches appronfondies. contenu riche en informations, rapidement accessible grâce à un moteur de recherche intégré. Le site propose deux flux RSS «Actualités» et «Agenda» permettant à qui le souhaite d’être régulièrement informé de la vie de l’établissement.

Solution opensource et modulaire Le site web de l’INSA de Rouen repose sur le serveur d’applications opensource et libre, Zope. Écrit en python et fonctionnant avec une base de données objet (ZODB), ce serveur a été choisi pour sa puissance et ses nombreuses possiblités en termes de fonctionnalités, de personnalisation et d’extension. Ce serveur a été complété par le CMS Plone intègrant de nombreuses fonctionnalités comme la gestion de comptes d’accès, le paramétrage du workflow des documents ou encore un éditeur WYSIWYG en ligne. Le site web a été enrichi par divers produits annexes (disponibles en libre accès sur Internet) permettant, par exemple, le versionning (gestion des versions des documents), le multilinguisme ou encore la création de formulaires en ligne. Plusieurs développements complémentaires ont permis d’ajouter l’affichage de catalogue d’UV ou de créer une interface graphique personnalisée et déclinable. Contenu riche et gestion décentralisée Grâce aux nombreuses possibilités de Plone, on peut, via un simple navigateur web, ajouter, modifier ou supprimer des pages, des évènements, des documents en ligne, des formulaires avec envoi par mail ou des questionnaires plus évolués avec stockage et statistiques des réponses. Après la formation du personnel de l’INSA, la mise à jour des pages a été confiée à plus de 50 rédacteurs. Pour garantir une certaine homogénéité des contenus, un système de modération a été paramétré. Ainsi régulièrement mis à jour, le site web propose un Page



Février 2008

Accessibilité et normes Désireux d’offrir un accès au site ouvert au plus grand nombre, nous avons respecté au mieux les normes d’usage (notamment l’utilisation du CSS), les recommandations W3C, ainsi que les normes d’accessibilité WAI. Toujours dans cet objectif d’ouverture, la majorité des pages du site est proposée en 4 langues : français, anglais, allemand et espagnol. Le passage d’une langue à l’autre est très rapide, puisque le système du site permet, sur une page donnée, de passer aisément d’une version à l’autre sans avoir à revenir à la page d’accueil. En constante évolution, le site s’enrichit progressivement de nouvelles fonctionnalités afin de proposer aux internautes et utilisateurs différents services. Ainsi, depuis avril 2007, le journal interne de l’école, consultable via le site, est réalisé au format électronique (mixant pages web classiques et reportage vidéo). Une refonte de la présentation graphique et de l’organisation arborescente du contenu sont actuellement à l’étude. Christine MONNET-LEGEMBLE RSS : Really Simple Syndication - CSS : Cascading Style Sheet W3C : World Wide Web Consortium - WAI : Web Accessibility Initiative

À PROPOS DE L’AUTEUR Après avoir travaillé comme chef de projet pendant 2 ans aux Editions Chrysis (société éditrice de CD-Roms éducatifs située à Poitiers), Christine Legemble a intégré la cellule NTE de l’INSA de Rouen en 2001, où elle a participé à différents projets TICE comme Mecagora. Désormais, responsable des missions EATIC, Web et Intranet au sein de la Direction des Systèmes d’Information, elle assure la mise en place et la gestion de différents services web : portails web de l’école, plate-forme de e-learning Moodle, plate-forme collaborative e-Groupware ou encore plates-formes d’auto-formation C2i.


ontre renc ES ENAIR PART

Rencontre avec

ARMELLE VIDEMENT, CHARGÉE DE RECRUTEMENT - SOLUCOM Zahir Abdelouhab, Mathieu Louvet et Marius Ciupe, trois anciens élèves-ingénieurs ASI, ont effectué leur stage puis ont été recruté chez Solucom. Quel est l’intérêt de leur profil et souhaitez-vous recruter d’autres étudiants INSA ? « La formation ASI est une formation qui correspond exactement à notre domaine d’activité (la gouvernance et les technologies du Système d’Information). Le projet PIC est une excellente expérience pour les étudiants, qui les initie à notre métier : le conseil. Les étudiants expérimentent ainsi le travail en équipe, la relation client, la méthodologie de gestion de projet, les exigences liées à un métier de service (la qualité, le respect des délais, la disponibilité) … ils retrouveront tous ces éléments dans le métier de consultant chez Solucom. De plus, l’INSA de Rouen délivre une formation de bon niveau, et garantit ainsi des qualités telles que l’esprit d’analyse, de synthèse, la prise de recul, … Nous sommes ravis d’avoir recruté Zahir, Mathieu et Marius, et espérons continuer sur cette lancée en recrutant de nombreux autres étudiants de ce département.». Expliquez-nous votre cœur de métier et les grands enjeux de celui-ci dans les années à venir ? « Solucom group se positionne comme l’un des leaders français du Conseil en gouvernance et technologies et compte aujourd’hui plus de 600 collaborateurs. Les entreprises les plus prestigieuses du marché ainsi que les administrations publiques font appel à nos consultants pour accompagner leur Direction des Systèmes d’Informations (DSI) dans l’élaboration de leur stratégie en matière de nouvelles technologies et piloter leurs projets de transformation SI les plus innovants. Avec près de 20 ans d’expérience et une forte dynamique de croissance (20 à 30% par an en moyenne), Solucom s’inscrit dans une logique de surperformance et affiche des ambitions fortes : intégrer d’ici trois ans le Top 5 des cabinets de conseil SI, rassembler 1000 collaborateurs et ce, sans renoncer aux valeurs qui font aujourd’hui notre différence : ouverture, échange et partage». Vous envisagez de recruter 150 collaborateurs, quels profils recherchez-vous ? « 80% de nos recrutements concernent des profils

jeunes diplômés issus des grandes écoles d’ingénieurs et de commerce. Nous leur proposons de nous rejoindre en tant que Consultant ou Ingénieur d’Affaires. Nous recherchons des personnes qui allient un fort intérêt pour les nouvelles technologies à une bonne compréhension des organisations de nos clients et des enjeux métiers, des personnes dynamiques, pro-actives et motivées pour rejoindre des équipes de haut niveau et prendre part à des projets d’envergure auprès d’entreprises prestigieuses. Nous recrutons également des profils expérimentés, ayant travaillé auparavant dans des cabinets de conseil en nouvelles technologies.» Contact SOLUCOM Group (recrutements) Armelle Videment - armelle.videment@solucom-group.fr

Armelle Videment et Zahir Abdelouhab (Architecture des systèmes d’information - ASI )

Zahir Abdelouhab CONSULTANT CHEZ SOLUCOM GROUP « En deuxième année de cycle Ingénieur à l’INSA, j’ai eu l’occasion de rencontrer Solucom lors du Forum Haute-Normandie organisé conjointement par l’INSA de Rouen et l’ESIGELEC. J’ai découvert le métier de consultant, qui m’a tout de suite séduit. Je cherchais un métier qui demande à la fois des connaissances en ingénierie, une vision du marché, et des qualités relationnelles. J’ai rejoint Solucom pour mon stage de fin d’études d’une durée de 6 mois dans le département IAM (Identity and Access Management). J’ai tout de suite pris part à des missions opérationnelles et en parallèle je travaillais sur une étude technique : la fédération des identités. Suite à ce stage, j’ai reçu une proposition d’embauche et suis depuis consultant dans le département IAM. Les types de projet que l’on peut mener au sein de cette activité sont extrêmement diversifiés : assistance à maîtrise d’ouvrage, étude d’opportunité ou de cadrage, étude de marché, conduite d’appels d’offres, etc… Le conseil en lui-même est une activité exigeante et diversifiée, nécessitant des compétences techniques, des qualités de communication et d’organisation. L’implication forte que demande ce métier est particulièrement motivante. La formation ASI m’a permis de m’adapter complètement à mon nouveau métier. En effet, je retrouve de nombreuses notions abordées lors des cours. La diversité des enseignements ASI permet une réelle capacité d’adaptation pour aborder de nouveaux concepts sans aucun problème.»

Page

Février 2008




tives initia S NAIRE E T PAR

UNIVERSITÉ NUMÉRIQUE

UNIT, une université sans murs

Les TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement) ont radicalement changé l’approche de la connaissance. A la maternelle, on apprend à lire et écrire en utilisant l’ordinateur. Le lycéen prépare ses devoirs avec Wikipedia et Google. Et quoi de neuf pour les étudiants en ingénierie et en technologie ? : UNIT. UNIT est l’UNT (Université Numérique Thématique), créée par les ministères chargés de l’Éducation Nationale et de la Recherche et consacrée à l’ingénierie et à la technologie. UNIT est une université sans murs, sans étudiants et sans diplômes qui s’intéresse particulièrement aux écoles d’ingénieurs. L’ambition et principal objectif d’UNIT est de proposer l’accès à un ensemble de contenus pédagogiques couvrant la totalité du cycle de formation des ingénieurs. UNIT est une archive de contenus pédagogiques médiatisés librement disponibles sur Internet qui peut être utilisée directement par les étudiants, pour éclairer des sujets au-delà de leur cours. UNIT est particulièrement destinée aux enseignants, pour qu’ils puissent en extraire des grains pédagogiques élémentaires pour les ré-assembler sous la forme la plus adaptée à leur cours. Actuellement, le portail UNIT propose 450 contenus pédagogiques, représentant plus de 5 000 heures de cours, dans des domaines de l’informatique, du génie civil, de la mécanique, de la gestion de la qualité, du développement personnel. UNIT dispose de deux voies pour acquérir de nouveaux contenus : la mutualisation et l’appel d’offres. Tout établissement membre doit offrir, chaque année, le libre accès à un module d’enseignement

Abonnement (Gratuit)

qu’il a réalisé. Grâce au financement du ministère et aux cotisations de ses membres, UNIT lance un appel d’offres annuel pour le développement de nouveaux contenus éducatifs, dans ce cadre UNIT a financé la réalisation de plus de soixante projets. Tous les projets sont soumis à l’avis d’au moins deux experts du domaine avant que la décision de financement ne soit prise par le Conseil d’Administration. UNIT s’appuie sur des communautés d’enseignants pour juger des besoins de nouveaux développements : ainsi une communauté « Informatique » vient d’être lancée, animée par Jean-Pierre Pécuchet. UNIT collabore avec les autres UNT et notamment UVED (environnement et développement), UMVF (médecine), AUNEGE (économie et gestion) pour développer le logiciel ORI-OAI qui offre la possibilité de référencer des contenus pédagogiques (ou tout autre document) en s’appuyant sur la norme LOM. FR et à les exposer, sous le protocole OAI. Ainsi, un ensemble de portails communicants permet de mutualiser des contenus tout en les laissant sur le serveur de leur établissement d’origine. Pour toute information supplémentaire rendez-vous sur www.unit.eu. Alain Kavenoky UNIT

RENVOYEZ LE COUPON À INSA de Rouen - Service Communication BP08 - Avenue de l’Université - 76801 Saint-Étienne-du-Rouvray

Société :_ __________________________________________________________________________________ Nom :___________________________________________ Prénom :____________________________________ Adresse :___________________________________________________________________________________ __________________________________________________________________________________________ Code Postal :____________________________________ Ville :______________________________________ Email :_ ____________________________________________________________________________________ Secteur d’activité :___________________________________________________________________________ Votre fonction :_____________________________________________________________________________ Page



Février 2008

Partenaires n°2  

Journal externe de l'INSA de Rouen

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you