Issuu on Google+

15 au 28 novembre 2010 | Vol. 6, No 6 | 16 pages | Bimensuel gratuit | zonecampus.ca

COMPÉTITION DE NATATION

FRANC SUCCÈS DE L’ÉDITION 2010

>ACTUALITÉS

>ARTS

PAGE 3

PAGE 10

OPÉRATION NEZ rouge 2010

PAGE 13

spectacle de damien robitaille


2

15 au 28 novembre 2010

ACTUALITÉS Journée Portes ouvertes Pavillon Nérée-Beauchemin 3351, boulevard des Forges, Trois-Rivières (Québec), G9A 5H7 Téléphone: (819) 376-5011 poste 3412 Publicité: (819) 376-5011 poste 3411 Télécopieur: (819) 376-5239 Bimensuel distribué à 5 000 exemplaires sur le campus de l’UQTR et dans la région de Trois-Rivières

«Le pouvoir du journaliste ne se fonde pas sur le droit de poser une question, mais sur le droit d’exiger une réponse.» – Milan Kundera

François-Olivier Marchand | Directeur général dgcfou@uqtr.ca Audrey Tremblay | Rédactrice en chef redaction@zonecampus.ca Marie-Andrée Gauthier | Actualités actualites1@zonecampus.ca Guillaume Rivest | Actualités actualites2@zonecampus.ca Mélissa Beaupré | Arts et spectacles arts1@zonecampus.ca Marie-Noëlle Marineau | Arts et spectacles arts2@zonecampus.ca Joanie Dufresne | Sports sports1@zonecampus.ca Nicolas Ducharme | Sports sports2@zonecampus.ca Hubert Samson | Caricaturiste hubert.samson@uqtr.ca Laurie Hémond | Correctrice laurie.hemond@uqtr.ca Stéphanie Gagné | Responsable de la publicité pubcfou@uqtr.ca Mathieu Plante | Infographe et webmestre webcfou@uqtr.ca Photo de la une | J. Dufresne Les textes publiés n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Sommaire Actualités

2-5

Éditorial

4

Le bateau-laboratoire

4

Salon des vins des Patriotes

5

SOCIÉTÉ

6

Confessions de Sofia

6

Le Fantasque

6

VIE ÉTUDIANTE

7

Arts et spectacles

8-11

Centre d’exposition R. Lasnier 8 Corrid’Art

9

LUITR

10

Sports

12-15

Soccer

12

Hockey

14-15

JEUX

13

Le prochain numéro sera en kiosque le lundi 29 novembre 2010. La date de tombée est le vendredi 19 novembre à midi.

Dévoilement de projets innovateurs et avant-gardistes pour l’UQTR MARIE-ANDRÉE GAUTHIER Journaliste | Actualités

Samedi le 6 novembre avait lieu la journée Portes ouvertes automnale de l’UQTR. Cette activité de recrutement organisée par le service d’information et de promotion des études de l’UQTR a su attirer une foule considérable et potentielle de nouveaux étudiants pour les différents programmes de premier et deuxième cycles de l’Université. Cet événement annuel avait lieu au Centre de l’activité physique et sportive (CAPS). Dans le cadre de cette journée particulière, une conférence de presse s’est effectuée pour annoncer de nouveaux projets pour l’UQTR.

Un nouveau portail Web pour les futurs étudiants Toujours à l’affût des nouveautés technologiques, l’UQTR suit la vague et dispose maintenant d’une toute nouvelle plateforme destinée spécifiquement aux futurs étudiants. On y retrouve de nombreux renseignements concernant les services et les programmes disponibles à l’UQTR. De plus, les outils essentiels à la vie étudiante y sont présentés. C’est ainsi que l’on peut retrouver un répertoire complet des programmes offerts, un calendrier des activités de recrutement, des images, des vidéos décrivant plusieurs des pro-

grammes, les nouvelles de l’actualité universitaire offertes par Entête et des liens utiles concernant les demandes d’admission et les bourses disponibles. M. Normand Shaffer, registraire à l’UQTR, évoque les avantages de ce nouvel outil  : «Ils [les futurs étudiants] pourront ainsi se familiariser avec l’environnement technologique dans lequel évoluent les étudiants de l’UQTR. Le portail Web des futurs étudiants se veut aussi un outil de recrutement interactif et dynamique, grâce auquel nous pourrons améliorer la promotion de nos programmes d’études».

Nouvel environnement technologique d’apprentissage Dès l’été 2011, le département des sciences comptables aura une approche pédagogique nommée OP+TIC. Ce sigle est une combinaison des mots : ordinateur portable + technologies de l’information et de la communication. Il s’agit d’un nouvel environnement dynamique d’apprentissage. Plusieurs restructurations académiques seront donc effectuées au niveau du contenu et du contenant des cours offerts aux étudiants de sciences comptables. Notamment, les professeurs devront adapter leurs cours, car en classe, des tableaux interactifs seront utilisés, les travaux d’équipes pourront se faire en réseau, il y aura des captations vidéo de quelques portions de

Photo: M.-A. Gauthier

cours, des capsules théoriques seront préenregistrées et un système de vote par cliquage sera instauré. Les salles de cours seront également aménagées en conséquence. «Cette initiative vise à bien préparer l’étudiant aux nouvelles réalités du marché du travail, note le professeur Benoit Lavigne, du Département des sciences comptables de l’UQTR. Cette approche pédagogique favorise l’esprit de création, de collaboration et de communication, tout en offrant une plus grande interactivité entre les étudiants et les professeurs. Elle fournit aussi l’occasion aux étudiants d’améliorer leurs compétences informatiques, en les préparant également aux examens des ordres professionnels comptables, lesquels ont lieu ou

se dérouleront prochainement dans un environnement informatisé». Cette nouveauté est contextuelle  : les ordinateurs portables sont dorénavant plus abordables. Par contre, ne voulant par créer de préjudices à certains étudiants, des mesures d’aide financière seront mises en place. Notons par exemple que les nouveaux étudiants inscrits pourront participer à un concours intitulé Je gagne mon portable. De plus, un partenariat entre l’UQTR et un fournisseur informatique a été créé pour offrir un prix avantageux lors de l’achat d’un ordinateur portable. Continuant sa tradition d’excellence, le département des sciences comptables entretient ni plus ni moins la réussite de ses étudiants.

Lancement de « Savoir Affaires Mauricie »

De la théorie à la pratique par des partenariats en région MARIE-ANDRÉE GAUTHIER Journaliste | Actualités

Le 29 octobre dernier avait lieu le lancement officiel de «Savoir Affaires Mauricie». Il s’agit d’un partenariat entre la Société d’aide au développement des collectivités Centre-de-la-Mauricie (SADC), l’Université du Québec à TroisRivières (UQTR) et l’Université du Québec (UQ). «Cette démarche stratégique se veut un alliage entre le savoir spécialisé universitaire er le leadership entrepreneurial afin de fournir des pistes de diversification économique et d’initier des projets de dynamisation des milieux ruraux et urbains de la Mauricie». Une initiative reliant des étudiants, des entrepreneurs, des

À l’avant: M. Ghislain Bourque, Mme Julie Boulet, et Mme Sylvie Beauchamp. À l’arrière: M. Yves Hurtubise, M. Pierre Lacoursière, M. Éric Lord, et M. Simon Charlebois. Photo : UQTR industriels et des intervenants du développement économique qui proposeront des solutions adap-

tées au contexte de la Mauricie afin d’identifier et de développer des pistes d’action en matière d’énergie,

de bioéconomie et de tourisme, trois domaines clés pour la région. On entrevoit déjà de belles occasions d’affaires, des projets structurants et des nouveaux partenariats pour les étudiants. Il s’agit concrètement d’une stratégie qui allie le savoir universitaire et l’expérience entrepreneuriale qui diversifiera l’économie mauricienne. Plusieurs partenaires financiers ont donné leur appui. Du 6 au 11 février 2011 aura lieu la semaine «Savoir Affaires Mauricie». L’Auberge Gouverneur et le Centre de Congrès de Shawinigan accueilleront les différents acteurs afin qu’ils exposent leurs développements. Un rendez-vous à ne pas manquer pour bien saisir les enjeux de la Mauricie et les propositions tout à fait estudiantines pour y remédier.


zonecampus.ca

actualités

3

Opération Nez Rouge 2010

Embarquez avec nous MARIE-ANDRÉE GAUTHIER Journaliste | Actualités

Le temps des fêtes approche à grand pas, mais tout juste avant, il y a la fin de la session. C’est promis : après ce seront de longues vacances prévues à l’horaire. Et pour certains, elles seront plus arrosées que pour d’autres. Heureusement, du 3 au 31 décembre 2010, Opération Nez Rouge récidive pour une 27e édition avec son service de raccompagnement.

Les nouveautés Les chiffres de l’édition 2009 parlent d’eux-mêmes  : 30% des utilisateurs et des bénévoles ont moins de 30 ans. C’est donc dire que la sécurité routière est une valeur partagée

et bien ancrée dans la culture générationnelle. Gardant en tête cette statistique, les organisateurs de ce grand projet souhaitent s’afficher avec des porte-paroles tout aussi jeunes. En effet, pour cette année, ils ont choisi les célèbres Têtes à Claques. Vous pouvez aller visionner le vidéoclip promotionnel sur YouTube en inscrivant Opération Nez Rouge. Vous pourrez ainsi découvrir quels personnages ont été sélectionnés pour la campagne publicitaire 2010. Toujours dans une perspective innovatrice, Opération Nez Rouge a maintenant son compte Twitter. Le principal avantage à aller consulter leur page est le suivant  : connaître le temps d’attente avant que les raccompagnateurs arrivent à votre domicile. Par contre, la connaissance des délais n’est valide que pour Laval, Longueuil, Montréal, Québec et Sherbrooke. Par ailleurs, le service est le même et est accessible pour les 64 régions du Québec participant à Opération Nez Rouge en composant le 1-866-DESJARDINS.

Besoin de bénévoles Pour que des raccompagnements sécuritaires se fassent, il faut des bénévoles! En 2009, ce sont 50  913 bénévoles qui ont effectué 73 193 raccompagnements. Pour vous inscrire, le procédé est fort simple, il suffit de vous rendre sur le site Internet www. devenezbenevole.com. On vous suggère de vous y inscrire en équipe, mais même si vous êtes seuls, vous serez bien évidemment acceptés. Votre inscription ne vous engage pas pour toute la période, soit du 3 au 31 décembre. Une soirée ou même quelques heures seront grandement appréciées. Puisque le service de raccompagnement est gratuit, les dons recueillis par les utilisateurs sont remis à des organismes communautaires. La page d’accueil du site pour les bénévoles s’ouvre aux navigateurs avec le témoignage de Marianne StGelais, double médaillée d’argent en patinage de vitesse aux Jeux Olympiques de Vancouver. Son club de patinage, les Éclairs de St-Félicien,

PICOM

Une expérience enrichissante sur le terrain

GUILLAUME RIVEST Journaliste | Actualités

Un projet d’intervention communautaire (Picom) permet aux étudiants de compléter leur formation académique en y ajoutant un projet concret, stimulant et enrichissant. Présentement, vous êtes appelés à faire vos choix de cours pour la prochaine session d’hiver. Savez-vous qu’il est possible de vivre une expérience concrète sur le terrain afin de dynamiser vos études? Les projets d’intervention communautaire (Picom) sont des moyens, mis de l’avant par l’Université du Québec à Trois-Rivières, afin d’amener les étudiants à vivre une expérience enrichissante liée à leur domaine d’études. Par ailleurs, il vise à impliquer les étudiants de l’UQTR dans le développement de la région.

Qu’est-ce qu’un Picom? En collaboration avec un organisme à but non-lucratif ou une entreprise d’économie locale, les étudiants sont appelés à créer un projet tangible qui leur permettra de mettre leurs connaissances à profit. Chapeautés par un professeur ou un chargé de cours

de l’UQTR, les étudiants développent un projet concret et ils participent activement à sa réalisation et à sa concrétisation. Chaque Picom bénéficie d’un soutien financier d’au moins 750$, et ce, grâce à la Fondation J.W. McConnel. Ainsi, les projets Picom peuvent être d’une grande ampleur. Les étudiants peuvent soumettre leur projet à madame Céline Lemay, coordonnatrice des Picom à l’UQTR. Par ailleurs, plus de quarante projets sont également disponibles sur le site Internet des Picom. Dans cette liste, une recherche par domaine d’études vous permettra de constater que plusieurs projets intéressants sont à la recherche d’étudiants dynamiques et motivés, comme vous, pour les concrétiser. Par l’entremise de votre Picom, vous pourriez traduire des documents afin de promouvoir les services d’un organisme auprès de plusieurs clientèles, réaliser la vidéo promotionnelle d’une organisation à but non-lucratif, créer des cahiers d’activités qui serviront à l’animation de personnes vivant avec une déficience intellectuelle, prendre part à des projets écologiques ou touristiques et bien davantage. Chaque PICOM est unique. Un projet d’intervention communautaire se réalise en équipe de trois à cinq étudiants. Ces personnes peuvent étudier dans le même domaine. Il est également possible de former une équipe multidisciplinaire entre des étudiants de différents programmes. Vous pouvez vous inscrire

en solo et madame Lemay se chargera de former les équipes. Vous pouvez également vous inscrire en équipe. Il faut noter que les frais de déplacement pour les Picom sont remboursés, lorsque les projets se réalisent à l’extérieur de Trois-Rivières. Par ailleurs, madame Lemay rappelle que «les étudiants qui participent à un Picom obtiennent des crédits dans le cadre de leur parcours universitaire». À ce sujet, les Picom peuvent se dérouler sous différentes formules. Le cours PIC1001 propose de réaliser un projet dans le cadre d’un cours institutionnel. Ce cours a une valeur de six crédits et s’échelonne sur deux sessions. Le cours PIC1002, quant à lui, propose, sur une session, un projet d’une valeur de trois crédits, toujours dans le cadre d’un cours institutionnel. Ces cours sont disponibles dans la liste des cours complémentaires lorsque vous effectuez vos choix de cours. Il est également possible de faire un Picom dans le cadre d’un cours disciplinaire qui demande un important travail de session ou un projet de longue haleine. Le cours qui conclut le cheminement académique des étudiants s’y prête souvent. La réalisation d’un Picom permet aux étudiants de réaliser un projet qui aura des retombées importantes pour l’organisme sélectionné. Depuis la création des Picom à l’hiver 2006, plus de 625 étudiants ont réalisé près de 150 projets d’intervention communautaire.

Photo: Opération Nez Rouge

a lui-même reçu un montant d’argent issu des dons recueillis par Opération Nez Rouge. C’est 283 organismes de partout au Québec qui ont reçu, depuis 1984, plus 17 300 000$. Madame Nathalie Tremblay, présidente et chef de la direction de la Société de l’assurance automobile du Québec, est fière de contribuer depuis fort longtemps à ce programme de lutte contre la conduite avec les facultés affaiblies et voit cet engagement comme un vecteur social. «Nous avons donc tous un rôle à jouer, que ce soit de surveiller notre propre conduite, d’agir comme conducteur désigné ou d’intervenir

auprès de nos proches pour éviter qu’ils ne conduisent avec les facultés affaiblies. Ne laissons pas l’alcool briser la magie des Fêtes et agissons de manière responsable». Les actions d’Opération Nez Rouge sont on ne peut plus cohérentes avec sa mission, soit de faire évoluer les mentalités et les comportements en matière de conduite avec les facultés affaiblies. Pour le présidentfondateur d’Opération Nez-Rouge, Jean-Marie de Konink, l’effort collectif est un gage à la réussite aux changements de nos mœurs. «C’est tous ensemble que nous réussirons à rendre nos routes plus sécuritaires».

Installation d’un fumoir sur le campus

Les fumeurs de l’UQTR à l’abri

Le fumoir qu’on peut repérer tout près de ce que l’UQTR appelle le poumon vert du campus. Photo: M.-A. Gauthier Au retour de la semaine de travaux et d’études, une bulle en verre avait poussé sur le campus, entre le pavillon Nérée-Beauchemin et le pavillon Léon-Provancher. Les interrogations fusaient de toutes parts  : s’agit-il d’un ancien abribus de la STTR? Qui a acheté cela? À qui ça sert? Lors d’un sondage à l’interne, les fumeurs avaient révélé que s’il y avait un fumoir aménagé pour eux, ils ne fumeraient plus sous les auvents et près des portes. Le service de l’équipement a écouté leur affirmation et a demandé à un de leurs fournisseurs de construire un fumoir pour les consommateurs de tabac. Ceci étant réalisé, le directeur du service de

l’équipement, monsieur Yves Gabias, souhaite «permettre aux personnes non-fumeuses d’entrer et de sortir des pavillons sans inhaler la fumée des cigarettes et aussi éviter que la fumée pénètre dans les pavillons». Ainsi, l’Université respecte l’article trois de la loi sur le tabac qui stipule que l’aménagement d’un tel espace peut être fait afin d’accommoder les personnes de son établissement. L’abri en question est situé à la distance légale permise par la loi, soit à neuf mètres des pavillons Léon-Provancher et Nérée-Beauchemin. On peut également le repérer tout près de ce que l’UQTR appelle le poumon vert du campus. À noter que ce lieu ne sera pas chauffé. C’est ainsi que l’UQTR répond aux besoins de ses fumeurs. (M.-A.G.)


4

15 au 28 novembre 2010

actualités

Éditorial

Le bateau-laboratoire Lampsilis de l’UQTR

Dégel sans redoux? Déjà cinq ans de recherche AUDREY TREMBLAY Rédactrice en chef

Au cours de la prochaine année refera surface l’épineuse question du dégel des frais de scolarité. Nul besoin de dire que c’est une question qui a des répercussions sur la majorité d’entre nous. Mais au-delà des rhétoriques idéologiques usuelles, pouvons-nous faire ensemble l’exercice d’examiner cette situation sous des optiques différentes rarement observées ou dénotées qui peutêtre vous ferait apparaître des avantages à un certain dégel. Quelqu’un s’est-il donné récemment la peine d’examiner le classement des 100 meilleures universités sur la planète selon l’ARWU? Plusieurs choses m’ont frappée. Dans un premier temps, étrangement, les frais de scolarité dans la majorité des cas semblent se refléter dans le classement, puisque celui-ci est largement dominé par de coûteuses universités américaines. Comment la France, modèle privilégié fréquemment par une certaine intelligentsia québécoise, offrant un système universitaire très étatiste, sous performe? Ils ont à leur actif moins d’universités figurant parmi les 100 premières que l’Australie pourtant beaucoup moins peuplé. Pour les universités québécoises, une seule perce le top 100 et c’est McGill! Dommage de détruire l’idéalisme de certains, mais l’éducation est comme tous les autres biens de consommation. Dans la majorité des cas, le prix se reflète dans la qualité du produit. J’entends déjà d’autres me dire que c’est en raison d’un sous-financement de l’État. Dans le même ordre d’idées, comment se fait-il, étudiants, que vous trouvez toujours abondamment de subsides pour toutes vos autres dépenses mais pas pour investir dans votre éducation? Nous en avons déjà discuté, le stationnement de notre institution ne semble pas être capable d’absorber toutes vos automobiles. De visu, je peux également vous certifier que les ventes de boissons alcoolisées ne sont pas en baisse malgré la récession.

Finalement, outre les activités costumées se tenant dans nos murs, je n’ai pas vu beaucoup d’étudiants circuler en guenilles! Pourtant tous se plaignent en discutant sur leur iPhone4 à leur amis comment la vie d’étudiant est difficile. La mère d’une amie me disait comment, lorsqu’elle a connu son mari, alors étudiant dans les années 1960, celui-ci n’avait pas les moyens de posséder de TV et s’en louait une pour les séries du CH chez Granada. Pourtant, la qualité de notre enseignement définira la majorité de notre vie active. Ainsi, avons-nous le choix entre la télévision câblée maintenant ou un emploi plus payant demain? Un candidat à la maîtrise à Harvard me racontait cet été comment, malgré des frais de scolarité de 35 000$ par année, en raison des bourses privées disponibles, il s’attendait à ne rien débourser de sa poche encore cette année pour ses études. Même qu’à la fin de sa première année, les compagnies font déjà la file pour l’engager. En fait, son principal souci d’étudiant est le prix des loyers dans la région de Boston pour l’instant car son avenir est assuré. Consommateur comme vous l’êtes, vous comprendrez la parabole suivante : actuellement vous étudiez en Hyundai Accent alors que vous pourriez peut-être étudier en BMW éventuellement. Alors à quoi s’attendre à propos de ce dégel de frais de scolarité? Bien d’abord, les associations étudiantes iront au combat, certaines parce qu’elles vous défendent, d’autres pour le simple plaisir d’emmerder les libéraux. Ces mêmes libéraux décrèteront une hausse significative… de… 10%. Bien que celle-ci, selon toute logique, devrait être supérieure, et ce seulement afin de suivre l’inflation, chers étudiants, vous avez l’incroyable chance d’être gouvernés par un parti politique prêt à sacrifier les finances des générations futures afin d’assurer son immédiate réélection. Pareille hausse lui permettra de ménager la chèvre et le chou, n’handicapant pas trop votre renouvellement de garderobe mais lui permettant de faire à croire aux contribuables que tout le monde devra faire sa part. Au bout de la ligne, rien n’aura été fondamentalement réglé, aucun débat de société n’aura eu lieu, mais de nombreuses associations de comtés libérales souffleront de soulagement.

Le bateau-laboratoire Lampsilis en pleine action sur le fleuve Saint-Laurent.

GUILLAUME RIVEST Journaliste | Actualités

Depuis cinq ans, les équipes de recherche qui ont navigué à bord du Lampsilis de l’UQTR ont récolté un nombre faramineux de données afin de mieux comprendre les écosystèmes du fleuve Saint-Laurent. Mis à l’eau à l’été 2005, ce bateaulaboratoire doté d’équipements de très haute qualité et d’une forte maniabilité jusqu’en eau peu profonde a étonné plusieurs professeurs-chercheurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Parmi ceux-ci, mentionnons monsieur Jean-Jacques Frenette, professeur au Département de chimiebiologie de l’UQTR. Son équipe et lui ont effectué, au début de l’expérience du Lampsilis, plusieurs missions dont l’objectif principal visait à dresser le portrait global du fleuve, de sa source à son intrusion dans les eaux salées et ce, en regardant l’ensemble des interactions entre ses différents habitats. «Notre équipe, composée de 13 à 15 scientifiques et de quatre membres d’équipage, a effectué 36 jours de navigation avec le Lampsilis, répartis sur trois ans. Ces missions ont favorisé la collaboration de cinq chercheurs de différentes universités et contribué à la formation de 16 étudiants de tous les cycles, de l’UQTR et d’ailleurs», souligne monsieur Frenette dans un article publié, le 28 octobre dernier, dans le journal Le Nouvelliste et diffusé par l’UQTR. Le Lampsilis a permis à l’équipe du

professeur Frenette d’étudier, pour la toute première fois de façon continue, le fleuve Saint-Laurent sur un parcours de 450 kilomètres, de Cornwall à l’Isle-aux-Coudres.

Le Lampsilis a permis à l’équipe du professeur Frenette d’étudier, pour la toute première fois de façon continue,le fleuve Saint-Laurent sur un parcours de 450 kilomètres, de Cornwall à l’Isleaux-Coudres. Cette étude se distingue ainsi de toutes les autres études menées sur le fleuve, étant donné qu’elles étaient limitées à des portions bien particulières de fleuve ou à des périodes bien différentes. «Certaines portions, comme l’estuaire fluvial s’étalant du lac Saint-Pierre jusqu’à la zone de transition estuarienne, n’avaient même jamais été étudiées», mentionne monsieur Frenette, toujours dans le même article. Bien entendu, une quantité importante d’articles scientifiques a été publiée grâce aux recherches effectuées par les nombreux chercheurs ayant navigué à bord du Lampsilis. Ces articles démontrent bien à quel point les résultats obtenus par l’entremise de ce bateau-laboratoire sont nombreux. Le professeur-chercheur Frenette mentionne que «nous avons

Photo: UQTR

recueilli une telle somme de données qu’il nous faudra encore quelques années pour tout analyser». En ce qui a trait aux résultats présentement disponibles, il est possible, sans rentrer dans les détails techniques, de mentionner que la matière organique dissoute dans le fleuve est dispersée de façon très hétérogène et que, du même coup, les caractéristiques de la lumière varient considérablement d’une masse d’eau distincte à une autre, ce qui se répercute sur les communautés d’algues. «Le côté innovateur de nos missions réside dans la multitude de données physiques, chimiques et biologiques récoltées simultanément, sur une courte période, ce qui permet d’aborder plusieurs volets d’étude à la fois, sous des conditions identiques», explique le chercheur Frenette, dans ce même article publié dans Le Nouvelliste du 28 octobre dernier. Plusieurs missions sont à prévoir au cours des prochaines années afin, ultimement, de «produire des modèles mathématiques permettant de prédire l’évolution de la physique, de la chimie et de la biologie du fleuve, pour faciliter la surveillance environnementale ou la gestion de crise», rappelle monsieur Frenette. Pour les étudiants curieux, il faut savoir que ce bateau-laboratoire a été baptisé Lampsilis afin d’honorer un sixième Grand Lac ayant occupé les basses terres du Saint-Laurent il y a plus de 8000 ans. Également, ce nom vise à souligner une variété de moules qui séjournent dans le fleuve et qui est, par ailleurs, en danger d’extinction.


zonecampus.ca

actualités

5

Le Comité d’Intégration International Universitaire (CIIU)

Place à l’action GUILLAUME RIVEST Journaliste | Actualités

Le Comité d’Intégration International Universitaire (CIIU) s’est doté d’un plan d’action afin de favoriser l’intégration, à l’Université du Québec à Trois-Rivières, de tous les étudiants, autant étrangers que québécois. Ce comité, sous la présidence de monsieur Franck Kpassassi, offre plusieurs services et une panoplie d’activités afin de faciliter l’intégration de l’ensemble de ses membres. D’ailleurs, mentionnons que tous les étudiants de l’UQTR sont membres de ce comité. Dans cette optique, le CIIU a adopté un plan d’action pour mieux gérer les actions qu’il va entreprendre. Au cours des prochains mois, le CIIU travaillera sur trois aspects bien

spécifiques. Tout d’abord, il tentera de redorer l’image du comité, et ce, grâce à la collaboration de l’Association générale des étudiants de l’UQTR, du Service aux étudiants (SAE) et de toutes les associations étudiantes du campus. Par ailleurs, le CIIU s’entend pour développer un plan de communication afin de rejoindre le maximum d’étudiants sur le campus. À ce propos, un site Internet renouvelé, une page Facebook régulièrement mise à jour, des capsules sur le portail étudiant et des messages à l’intérieur de différents médias sont prévus. En plus, le CIIU offrira aux étudiants, au courant des prochaines semaines et des prochains mois, de nombreuses activités. Durant la troisième semaine de novembre, il organisera la journée de l’identité de soi. Cette dernière a pour but de sen-

sibiliser et de mobiliser l’ensemble des étudiants. Ce comité profitera de l’occasion pour promouvoir les services qui s’offrent aux étudiants. Le CIIU, par l’entremise de la journée de l’identité de soi, invite chaque étudiant, sur une base volontaire, à porter un vêtement issu de son pays.

Le CIIU, par l’entremise de la journée de l’identité de soi, invite chaque étudiant, sur une base volontaire, à porter un vêtement issu de son pays. Monsieur Franck Kpassassi, président du CIIU. Photo: G. Rivest

Plusieurs activités sont également prévues au courant de l’hiver. Au début du mois de janvier, le CIIU, en partenariat avec le Service aux

étudiants, organisera une journée d’accueil et un 5 à 7 afin de souligner l’arrivée des nouveaux étudiants étrangers. Aussi, un grand tournoi de culture générale sera chapeauté par le CIIU durant le carnaval étudiant 2011. Sous le thème Carré d’as, celui-ci permettra à tous les étudiants de l’UQTR de participer à une joute amicale afin de mettre leurs connaissances générales à l’épreuve. Le CIIU vous lance donc un défi. Serez-vous capables de le relever? Également, le CIIU se prépare déjà afin d’offrir à tous les étudiants une semaine multiculturelle en avril prochain. Il y aura, au programme de la dite semaine, une journée sportive, des expositions et le gala des cinq continents. «Ces activités permettront vraiment à l’ensemble de la communauté universitaire de s’intégrer», conclut monsieur Kpassassi, président du CIIU.

Salon des vins des Patriotes

Une 19e édition toute en nouveauté AUDREY TREMBLAY Rédactrice en chef

Le 28 octobre dernier, les Patriotes de l’UQTR ont tenu leur 19e édition du Salon des vins. C’est tout près de 1000 personnes qui ont franchi la porte d’entrée. De nombreux exposants attendaient les invités avec des produits allant de la bière jusqu’au vin de dessert en passant pas le vin blanc et le vin rouge. L’événement s’est tenu

dans un espace plus vaste, ce qui a semblé plaire à la majorité des participants! L’entraîneur-chef des Patriotes se dit, quant à lui, très heureux de la nouvelle formule accord mets et vin : «La formule accord mets et vin à été très appréciée. Il s’agissait d’une première mais certainement pas d’une dernière! On avait plus d’exposants dans un endroit plus grand». Au moment d’aller sous presse, les retombées de l’activité n’étaient pas disponibles.

Photo: Sofia Tourigny

Intégration des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage

L’UQTR développe une expertise importante Les universités québécoises possèdent une expertise capitale en ce qui a trait à l’intégration des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage. Les professeurs-chercheurs de plusieurs universités travaillent afin d’éclaircir ce sujet. Du même coup, ils développent, par l’entremise de leurs nombreuses recherches, des solutions qui pourront être mises de l’avant, dans les classes du Québec, en matière d’intégration des élèves handicapés ou en difficulté

d’adaptation ou d’apprentissage. La Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) a souhaité faire connaître davantage cette expertise dans le cadre d’une rencontre des partenaires en éducation sur ce sujet. «Pour les universités québécoises, il est primordial de mettre l’expertise pertinente en recherche dont elles disposent au service de la société. Il s’agit d’une composante intégrante de leur mission sociale. Elles espèrent que la recherche pourra aider le Québec à relever les défis

auxquels il doit faire face en matière d’intégration des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage», mentionne, dans un communiqué, le présidentdirecteur général de la CREPUQ, monsieur Daniel Zizian. L’Université du Québec à TroisRivières contribue grandement à cette question, et ce, grâce à la Chaire de recherche Normand-Maurice et à son équipe. Depuis maintenant dix ans, l’équipe de cette chaire étudie et accompagne plusieurs milieux sco-

laires dans le but de favoriser la réussite scolaire des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage. Cette réussite des élèves est visée autant sur le plan scolaire, social que professionnel. Dix chercheurs ayant des expertises complémentaires travaillent sur la Chaire de recherche NormandMaurice. Concrètement, cette équipe se consacre à une pratique inclusive, à l’exploitation efficiente des technologies d’aide et à de la qualification, tant au niveau du secteur jeunesse qu’au niveau des adultes.

À ce sujet, la Chaire de recherche Normand-Maurice travaille fort afin de concevoir des ouvrages à caractère pédagogique qui pourront être utilisés par les enseignants et les professionnels dans les différentes classes qui accueillent des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage. Cette chaire de recherche a d’ailleurs été identifiée, dans le rapport de 2006 du Conseil supérieur de l’éducation, comme étant un «modèle de dialogue entre les savoirs d’expérience et les savoirs scientifiques». (G.R.)


6

15 au 28 novembre 2010

SOCIÉTÉ confessions de sofia

La qualité des propos tenus à la télé : c’est n’importe quoi! SOFIA TOURIGNY

Chroniqueuse sofia.tourigny-kone@uqtr.ca

Je passe souvent d’un extrême à l’autre quand j’écoute la télé. Je ne sais pas si vous pensez comme moi, mais il me semble que la qualité des propos tenus à la télévision se dégrade au Québec. J’en viens même à me demander si le divertissement passe par un enchaînement de conneries! Je constate d’ailleurs cette affirmation à plusieurs niveaux. En effet, on peut dire qu’au niveau de

l’information, on a de moins en moins accès à un contenu riche. On bourre le temps d’antenne avec des images spectaculaires et des sujets sans véritable intérêt pour l’avancement de la société. On sait que cette pratique des médias, qualifiée d’infotainement, d’une part réduit la pertinence des propos qui sont tenus en ondes, mais réduit aussi mon intérêt. Sachant le genre de nouvelles que je peux consommer sur les chaînes traditionnelles, je vais aller m’informer ailleurs, sur le Web par exemple. Oui, parce que le traitement de nouvelles est à mon avis aussi important que le contenu luimême. À part ça, il y a la programmation de certains canaux de télévision qui se dégrade, on s’entend. À première vue, on va être tentés de parler d’une chaîne comme V qui diffuse des émissions comme Un gars le

Le Fantasque Par Hubert Samson, étudiant en histoire à l’UQTR

« On ne tient pas longtemps dans la misère et le mépris un peuple en réveil. » – Front de Libération du Québec (FLQ) La Conquête anglaise annonce une tragédie terrible pour le peuple canadien (français). Dépossédé, le Canada (français) se fait voler son nom, ses symboles puis son identité par l’envahisseur britannique. Une telle coupe à blanc culturelle ébranle les modèles identitaires des vaincus. Or, la population québécoise résiste. Les Rébellions patriotes en témoignent. Durant l’automne, les passions s’éveillent, comme si le froid aidait les Québécois à prendre le mors aux dents.

soir…Mais à part ça, il y a Musique Plus aussi qui, selon moi, consacre de moins en moins son temps d’antenne à ce que son nom indique, la musique. Vous souvenez-vous de

À titre de solution, je vous propose la Web-télé. En effet, le contenu qui est produit pour le Web semble de plus en plus développé et intéressant en soi. l’époque des VJ’s vedettes qui légitimaient la prétention de Musique Plus d’être une chaîne spécialisée? Maintenant, on parle plutôt d’une chaîne américanisée, car au moins la moitié de la programmation est consacrée

à des émissions américaines, avec toutes les formes de télé-réalité possibles. Aussi, il y a les bonhommes! Dans mon jeune temps, j’avais la chance d’écouter des émissions éducatives et constructives. De nos jours, les nouveaux «superhéros» s’attaquent à grands coups de crottes de nez. Il est clair que ce n’est pas que ça et qu’il y a toujours eu de la télévision de moins bonne qualité mais il serait naïf de ne pas le constater.

On fait quoi avec ça? J’avoue que dans tout ça, il y a une question de liberté d’expression. Les diffuseurs ont le droit de mettre en ondes à peu près n’importe quoi sous ce prétexte. Mais maintenant qu’on le sait, qu’est-ce qu’on fait? Personne ne m’oblige à rester à l’écoute quand un show comme Un

gars le soir commence, même qu’il préfère probablement que je change de poste; je ne dois pas être son public-cible! À titre de solution, je vous propose la Web-télé. En effet, le contenu qui est produit pour le Web semble de plus en plus développé et intéressant en soi. Toutes les chaînes proposent maintenant leur programmation sur Internet, cependant la Web-télé comme je l’entends ici est vraiment conçue pour s’adapter aux supports technologiques. Des émissions plus courtes, des sujets qui sont parfois moins traités par les médias traditionnels, c’est ce qu’offre la télé sur Internet; que d’avantages pour les consommateurs que nous sommes. En effet, cette nouvelle forme de production nous permet de la consommer partout, à tout moment, dans nos déplacements ou dans les périodes d’attente.


7

zonecampus.ca

vie étudiante activités à venir Sous la thématique de SimpliCité VolontArt Le 30 novembre prochain, le 1012 Nérée-Beauchemin se transforme en galerie d’arts et en salle de spectacles de 18h à 21h. Venez encourager les artistes du Baccalauréat en Loisir, Culture et Tourisme! L’événement est gratuit et ouvert à tous. Du vin, des petites bouchées et plusieurs formes d’art dont les arts de la scène, la littérature et l’art visuel vous seront servis sur un plateau d’argent!

VOX-POP Tribune libre avec Amir Khadir Le 22 novembre, vous pourrez rencontrer Amir Khadir (Québec solidaire), député de Mercier, au Café Bistro La Chasse-Galerie. L’activité débute à 11h30 et se termine à 12h30. L’AGE UQTR invite la communauté universitaire à participer à Tribune libre, un nouveau rendez-vous qui vise à vous permettre d’échanger de façon ouverte avec des élus régionaux et nationaux ainsi qu’avec d’anciens politiciens.

Improvisation : Match spécial de la LUITR La LUITR présentera sont deuxième match spécial le 29 novembre prochain. C’est un rendez-vous dès 19h30 pour un match enlevant! Vous êtes invités en grand nombre à les encourager au Café Bistro La ChasseGalerie!

«Êtes-vous déjà allé(e) à la galerie d’art de l’UQTR?»

Olivia Pépin Finance

«Non, je n’ai pas le temps, j’ai trop de devoirs et je dois gérer mon portefeuille. Mais je vais souvent voir l’art de la Chasse-Galerie.»

Bianca Constantineau Psychologie

«Malheureusement, je n’y suis jamais allée. Je ne suis pas assez au courant de ce qui se passe.»

Jean-Philippe Mathieu Littérature pour la jeunesse

«J’y suis allé dans le cadre d’un cours pour en faire la visite. Je n’y suis jamais retourné par la suite».

Josiane Gagnon Récréologie

«Je n’y suis jamais allée. Il n’y a pas assez de publicité, je ne connais ni l’horaire ni les expositions.»

Jennifer P. De Champlain Comptabilité

«Je ne savais pas qu’on avait une galerie d’art. Ça serait très intéressant de savoir où elle est que je puisse y aller.»

Vincent Grenier

Loisir, Culture et Tourisme «Non, car je suis trop occupé. Je suis le coordonnateur du Carnaval étudiant et j’ai aussi mes cours».

Préparation et photographie: Marie-Noëlle Marineau

Votre association étudiante organise une activité et vous aimeriez l’annoncer dans le Zone Campus ? Écrivez à redaction@zonecampus.ca.


8

15 au 28 novembre 2010

ARTS ET SPECTACLES Centre d’exposition Raymond-Lasnier

Chantal Brulotte & Bernard Paquet exposent Bernard Paquet : Matrice feuilletée

MÉLISSA BEAUPRÉ

Journaliste | Arts et spectacles

Jusqu’au 21 novembre 2010, deux artistes de la région de Québec présentent leurs oeuvres au centre d’exposition Raymond-Lasnier de la Maison de la Culture de TroisRivières. Chantal Brulotte et Bernard Paquet proposent chacun à leur façon une série d’installations et forment ensemble l’événement Le sens à reconstruire. La Matrice feuilletée de Bernard Paquet : une déconstruction en 15 couches de la formation d’une image. Photo: M. Beaupré

Chantal Brulotte : L’air est immense La visite au centre d’exposition Raymond-Lasnier débute avec L’air est immense, les installations de Chantal Brulotte. Le travail de l’artiste, qui est présenté à Trois-Rivières, est issu d’une production amorcée en 2008. Inspirée d’un long poème de JeanGuy Lachance, l’artiste a installé des parcelles de ce texte sur les murs de la salle d’exposition. Certaines phrases sont également suspendues dans les airs, comme c’est le cas avec l’installation principale qui porte le nom Espèces fragiles. Avec le reflet de la lumière, le texte est inévitablement projeté sur les murs, ce qui offre une seconde lecture des oeuvres. De plus, les bribes du poème de Lachance sont faites à partir de papier-calque blanc, donnant ainsi une légèreté et une fragilité à l’oeuvre. L’installation de Chantal Brulotte incite à la réflexion et offre au public un parcours de méditation sur le poème présenté.

Quant à la seconde salle du centre, ce sont les oeuvres de Bernard Paquet qui prennent place. Matrice feuilletée comprend une grande installation principale ainsi que quelques images affichées sur le mur adjacent. L’installation principale est faite de 15 feuilles de polycarbonate qui sont suspendues afin de recréer la hiérarchie de la formation d’une image. Le spectateur peut donc se promener dans tous les sens afin de bien observer les différentes étapes de fabrication qui sont également parsemées de ces dessins de corps humains et d’animaux.

«L’installation de Chantal Brulotte incite à la réflexion et offre au public un parcours de méditation sur le poème présenté» Selon la responsable des expositions, Marie-Ève Bérubé, «l’artiste remet en question la vue frontale de la peinture en jouant avec les écarts entre les couches et la transparence, permettant au visiteur de voir l’envers et la latéralité de la peinture». Le travail de Bernard Paquet est donc à voir, et à revoir sous tous les angles afin de bien comprendre la démarche de l’artiste. L’événement Le sens à reconstruire présente L’air est immense et Matrice feuilletée jusqu’au 21 novembre prochain. La réflexion et l’envers de l’image sont au rendez-vous au centre d’exposition Raymond-Lasnier de la Maison de la Culture de Trois-Rivières.

Avec l’oeuvre Espèces fragiles, Chantal Brulotte reprend, tout en légèreté, une partie d’un poème de Jean-Guy Lachance. Photo: M. Beaupré


zonecampus.ca

arts et spectacles

9

Nouvelle exposition au Corrid’Art

Relève artistique centricoise MARIE-NOËLLE MARINEAU Journaliste | Arts et spectacles

Du 11 novembre au 23 décembre 2010, l’exposition Portrait de la relève artistique drummondvilloise sera présentée au Corrid’Art, un nouveau lieu d’exposition situé à Bécancour. Pour cette exposition, dix jeunes artistes de la région du Centre-du-

Québec exposent leur vision du monde par des médiums d’art visuel diversifiés. Photographie, sculpture, peinture et installation pourront être vues lors de cette exposition qui met en vedette les nouveaux diplômés du programme d’arts plastiques du Cégep de Drummondville. Les artistes de Portrait de la relève artistique drummondvilloise sont : Marie-Julie Blouin, Jonathan Boisvert, Jessica Bussière,

Kathryn D. Fréchette, Marie-France Desmarais, Jean-René DouvilleTessier, Marie-Pier Lepage, Lynn Martimbeault, Gabrielle Olivier et Marie-Claude Valiquette. Le vernissage se tiendra le 11 novembre de 17h à 19h. Le Corrid’Art se situe au 17 600 rue Béliveau à Bécancour, dans le secteur Saint-Grégoire et ses heures d’ouverture sont du lundi au vendredi, de 8h30 à 16h30.

L’exposition présente les œuvres des finissants du programme d’arts plastiques du Cégep de Drummondville. Photo : Culture Centre-du-Québec


10

15 au 28 novembre 2010

arts et spectacles

La LUITR reçoit le KIK

Un match des plus serrés! MÉLISSA BEAUPRÉ

Journaliste | Arts et spectacles

Le 1er novembre dernier, un match spécial d’improvisation s’est déroulé à la Chasse-Galerie de l’UQTR. Quelques joueurs de la LUITR ont formé une toute nouvelle équipe pour cette occasion afin de recevoir le KIK, une équipe d’improvisation volante de la ville de Québec. Pour une deuxième année consécutive, c’est la LUITR qui a remporté les honneurs lors de cette soirée. Film d’horreur de série B qui se termine à la Mortal Kombat, accouchements et tentatives de conquérir le monde ne sont que quelques-uns des thèmes loufoques sur lesquels les joueurs ont dû improviser lors de ce match. Animé

par Guillaume Cholette-Janson et arbitré par Marc-André Fortin, ce match spécial a attiré une centaine de personnes à la Chasse-Galerie de l’UQTR. L’équipe de la LUITR était composée pour l’occasion des membres suivants : Alexandra Carignan, Pascal Cholette Janson, Jean-Philippe L’Étoile, Maxime Tanguay (c) et de Guillaume Vermette. Sous les conseils judicieux de leur entraîneur Louis-Étienne Villeneuve, les joueurs de la LUITR ont offert une performance remarquable. Du côté du KIK de Québec, les joueurs présents étaient Claudy Rivard, KarlAlexandre JahJah, Maxime-Olivier Coulomb, Tegwen Gadais ainsi que Cathy Lessard. Le pointage était de 4 à 4 à la fin de la première période et la LUITR a perdu quelques plumes en début de deuxième. Nos joueurs trifluviens ont cependant redoublé d’ardeur en fin de soirée afin de re-

monter le pointage au nombre de 8 à 8 lors de la dernière improvisation. Par cette égalité, les deux équipes ont poursuivi le match en prolongation avec chacune en banque deux punitions. Alors que le joueur du KIK Karl-Alexandre JahJah a légèrement nargué l’arbitre lors de sa dernière improvisation, il fut expulsé du match, ce qui donna l’opportunité à Pascal Cholette-Janson de terminer en beauté la soirée et ainsi permettre à la LUITR de remporter les honneurs par la marque de 9 à 8. Toute une finale qui a tenu le public en haleine jusqu’à la fin de la soirée. Les rencontres entre la LUITR et le KIK résultent définitivement en des échanges captivants.

Les étoiles de la soirée Malgré son expulsion en fin de match et une défaite de son équipe, Karl-Alexandre JahJah du KIK a remporté la première étoile du match.

La LUITR et le KIK de Québec lors d’un match spécial le 1er novembre dernier à la Chasse Galerie. Photo: M-E. Alarie La deuxième étoile a été attribuée à Pascal Cholette Janson de la LUITR, suivie de la troisième décernée à Cathy Lessard du KIK également. Même si l’équipe de Québec n’a pu prendre sa revanche lors de ce deuxième match contre la LUITR, le plaisir et l’esprit d’équipe étaient inévitablement de la partie. On at-

tend avec impatience la venue d’un second match spécial qui aura lieu le 29 novembre prochain, toujours à la Chasse-Galerie de l’UQTR. En ce qui concerne les futurs matchs réguliers de la LUITR, voici les prochaines dates pour le mois de novembre : 15 novembre : Rouge VS Orange 22 novembre : Bleu VS Vert

Spectacle de Damien Robitaille

Du bonbon pour les oreilles! Le 4 novembre dernier, la salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la culture de Trois-Rivières recevait nul autre que Damien Robitaille. Accompagné de ses musiciens, l’artiste a présenté son plus récent spectacle Homme Autonome. La dernière fois que Damien Robitaille s’est produit en Mauricie, c’était en avril dernier au Centre des arts de Shawinigan. Le spectacle avait été présenté en formule cabaret d’une durée de 1h30 avec entracte et peu de musiciens. Cette fois-ci, Damien a présenté Homme autonome à la salle Anaïs-Allard-Rousseau en formule concert. Le public présent le

4 novembre dernier a eu droit à un spectacle de près de deux heures avec non seulement les musiciens habituels de Damien, mais également l’ajout d’une choriste (Gaële, une nouvelle artiste à surveiller qui fera sa rentrée montréalaise très bientôt!) et d’un trio de tuba, trompette et saxophone. Le résultat était beaucoup moins minimaliste, ce qui donna une ampleur plus prononcée au spectacle. Habillé d’un complet rouge vif, Damien Robitaille a séduit le public avec les chansons de son dernier album (dont Mot de passe, Plein d’amour, Casse-tête, etc.) ainsi que par quelques incontournables des dernières années tels que Je tombe et Porc-épic. Le

chanteur a même terminé son spectacle avec une courte chanson aux allures un peu grivoise, mais qui était finalement un hommage au fameux pont de Trois-Rivières.

On chante mais surtout... on rit ! Damien Robitaille possède un style d’humour très particulier qui a d’ailleurs été exploité tout au long du spectacle par les nombreuses anecdotes qu’il prenait plaisir à raconter entre les chansons. Ces histoires, parfois un peu longues et dénuées de sens, en ont fait rire plus d’un. Même Damien Robitaille, récipiendaire du prix «Scripteur de l’année»

Photo: J. Londono

au dernier Gala de l’Adisq semblait ironiquement remettre en question ses anecdotes et son talent à les inventer. L’histoire de Billy Bijou, la nuit de Noël dans la chambre d’hôtel et le trajet Montréal-Trois-Rivières en jet privé ne sont que quelques-unes des histoires loufoques que Damien a partagées avec son public lors de cette soirée. Avec son accent un peu cassé de Franco-Ontarien, l’auteur-compositeur-interprète est franchement sympathique et se donne beaucoup dans le rôle du charmeur de ces dames, lesquelles dansaient timidement sur leurs chaises, tout âge confondu. Un excellent spectacle à voir et à revoir! (M.B.)

Semaine du 8 au 14 novembre 2010 Les jeudis à 14h et les vendredis à 17h à CFOU

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Artistes Jérôme Minière Jimmy Hunt Vulgaires Machins Ariel Atomic Baobab Chinatown Les Frères Goyette Alex Le Maniac The Mockin’ Birds Jipé Dalpé

Pièces Des pieds et des mains Motocross Je m’excuse… Je t’aime Fringué pour le kill Bombe cérébrale Bateau de querelle La balle est dans mon camp Monsieur Baloney Lève le son Mauvaise track

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Artistes Misteur Valaire Bran Van 3000 Chilly Gonzales OK Go Random Recipe Black Mountain Humans Meligrove Band The Salteens Final Flash

Pièces Gumshoe You Knight Moves White Knuckles Something On My Mind Old Fangs Avec mes mecs Ghosts at my Back Last Train From London The Awakening


zonecampus.ca

arts et spectacles

11

Nouvel événement au Centre-du-Québec

Pour un Noël responsable MARIE-NOËLLE MARINEAU Journaliste | Arts et spectacles

Un nouvel événement suivant les tendances vertes et éthiques se déroulera à l’ancienne usine Denim Swift de Drummondville les 27 et 28 novembre prochains : la Foire du présent responsable. Pour la première édition, 47 exposants seront sur place afin d’offrir

un choix varié d’idées-cadeaux responsables, que ce soit parce qu’ils sont locaux, écologiques, équitables ou éthiques. L’organisation de ce nouvel événement en promet pour tous les goûts  : «Il sera possible d’y trouver des jouets et accessoires pour enfants, vêtements, produits du terroir, paniers et certificats-cadeaux, forfaits sorties culturelles et touristiques, produits de santé et beauté, objets de décoration, art et artisanat et bien plus!». Trois entreprises qui ont pignon sur rue tout près d’ici seront du lot  : L’Angélaine, Bijoux de famille et la savonnerie Carpe Diem. En plus d’offrir une occasion unique d’acheter des cadeaux de Noël à l’avance et de façon responsable, la

Théâtre du Cégep de Trois-Rivières

Bobby Bazini: Sold Out! Bobby Bazini s’est produit à guichet fermé au Théâtre du Cégep de TroisRivières le 5 novembre dernier. Pas surprenant puisque le jeune chanteur fait un malheur depuis quelques mois. Depuis la sortie de son tout premier Better in Time en mars dernier, Bobby Bazini multiplie les succès. Avec ses chansons folk teintées de blues, le jeune artiste a notamment mis la main sur le Félix de l’Album anglophone au dernier gala de l’ADISQ et a sorti son album dans plus d’une vingtaine de pays à travers le monde. À voir l’horaire chargé de l’artiste, le public trifluvien se sentait très privilégié de recevoir Bobby Bazini au Théâtre du Cégep de Trois-Rivières malgré le fait que le chanteur nous a présenté son spectacle en juin dernier lors du Festivoix. Souvent appelé le jeune chanteur à la vieille âme, Bobby Bazini a, une fois de plus, offert une

prestation envoûtante grâce à sa voix unique et son style décontracté. Pour ceux et celles qui ont malheureusement manqué son spectacle, Bobby Bazini sera de retour à Trois-Rivières le 9 avril prochain à la Salle J.-Antonio-Thompson.

Photo: Bobby Bazini

série Muffins aux sons de l’OSTR

Se réveiller en musique Depuis déjà bon nombre d’années, l’Orchestre symphonique de TroisRivières (OSTR) présente ses matinées Muffins aux sons où, en 60 minutes, un ou des musiciens coups de cœur donnent une représentation musicale dans une ambiance décontractée. Muffins et café sont servis dans le cadre de cette activité qui a lieu plusieurs fois par année, les dimanches matin. La programmation est variée et accessible pour tous les amateurs de musique classique. La prochaine matinée Muffins aux sons se tiendra le

21 novembre à 11h, mettra en vedette le pianiste Michel Kozlovsky ainsi que les récitants Josée Bélanger et Patrick Lacombe et s’intitulera Chopin et Sand. Le 12 décembre à 11h et 14h30, ce sera le spécial de Noël avec Jacques Lacombe au piano et l’orchestre vocal Trois Quatre. Les représentations de la série Muffins aux sons sont au coût de 6$ sur présentation de la carte étudiante. Deux autres matinées sont prévues à l’hiver et au printemps 2011 soit le 20 février et le 10 avril. (M.-N.M.)

Foire du présent responsable, qui se dit un événement écoresponsable, prévoit sept conférences au cours de la fin de semaine. Plusieurs sujets seront abordés tels le choix du cadeau et son emballage ainsi que des notions plus théoriques sur l’écocitoyenneté et le tourisme durable. Des démonstrations culinaires mettant en vedette des produits régionaux sont également prévues. Les produits gastronomiques régionaux seront d’ailleurs disponibles pour la consommation dans un petit bistro installé sur place. La mise en place d’un tel événement est le résultat de l’implication de nombreux partenaires dont Tourisme Centre-du-Québec qui sentait

avoir des valeurs communes avec un tel événement, comme l’a expliqué Caroline Béliveau, responsable du dossier  : «Le tourisme durable et responsable fait partie des préoccupations de notre industrie et plusieurs initiatives sont mises de l’avant afin de diminuer son impact sur l’environnement, de favoriser l’économie régionale et de contribuer au développement de la communauté». Parmi les autres partenaires de l’événement, on compte le CLD de Bécancour, Biosphère du Lac St-Pierre, la Corporation de développement agroalimentaire du Centre-du-Québec Culture Centredu-Québec, la Société de développe-

ment économique de Drummondville et RECYC-QUÉBEC. L’entrée est au coût de 5$, ce qui inclut l’accès au site et aux conférences. Plus de détails seront disponibles sous peu sur le site Internet de la Foire du présent responsable.

Photo: Foire du présent responsable


12

15 au 28 novembre 2010

soccer féminin

SPORTS

Finir en beauté! JOANY DUFRESNE Journaliste | Sports

La formation de soccer féminine des Patriotes souhaitait finir sa saison sur une bonne note. C’est mission réussie pour Ghislain Tapsoba et ses joueuses qui ont annulé leurs deux dernières parties de la saison. «On a eu un départ un peu difficile, car les résultats ne sui-vaient pas. On finit l’année avec trois parties sans défaite, c’est encourageant!», confie Tapsoba. Le travail qu’ont effectué les Patriotes depuis le début de la saison a transparu tout au long de la fin de semaine. Dès le début de la partie, les Trifluviennes étaient d’attaque. Elles auraient pu ouvrir la marque à la 22e minute sur un filet ouvert, toutefois le tir n’eut pas la trajectoire adéquate. Cependant, les Carabins de l’Université du Québec à Montréal eurent plus de chance à la 45e minute, alors qu’elles inscrivirent leur premier point de la rencontre. Les Patriotes retournèrent donc au vestiaire accusant un retard d’un but à la mitemps. Dès leur retour sur le terrain, la formation de Tapsoba s’empressa de riposter sur un tir de pénalité effectué par Katherine Bombardier. Le reste de la demie fut empreinte d’intensité avec des jeux de passes très précis et de belles courses au but. Jessica Lavallée a effectué une belle montée au but en déjouant la

défensive des Carabins. Toutefois, ses efforts ne furent point récompensés. La joute se conclut donc par le pointage de 1-1. Les entraîneurs Tapsoba et Lessage espéraient plus de cette rencontre  : «Nous pensions que nous méritions quand même de gagner…». Un scénario semblable à celui de vendredi soir se produit le dimanche après-midi lors de la joute contre Concordia. Le premier but de la partie fut marqué par l’équipe adversaire qui a profité d’une erreur de l’UQTR. En effet, les joueuses montréalaises ont intercepté une passe de Mélanie Soulard pour prendre le devant du pointage. Pas moins de dix minutes plus tard, les Patriotes, en quête de revanche, inscrivirent leur premier et seul point de la partie suite à un tir dans le coin droit du filet de Gabrielle Rivest. La seconde demie fut marquée par la domination des Patriotes. Toutefois, l’UQTR présentait une légère lacune du côté droit en défensive que Concordia a aussi remarquée. Cependant, la gardienne de but des Patriotes fit de l’excellent travail en contrant les attaques de leurs adversaires. C’est donc avec une deuxième partie nulle de 1-1 qu’a pris fin la saison automnale de l’équipe féminine de soccer des Patriotes. L’entraîneur Ghislain Tapsoba est fier du progrès réalisé par son équipe  : «C’est très positif avec tous les efforts que nous avons mis. Avant on se posait des questions, mais là nous savons que nous sommes

soccer masculin

Une fin satisfaisante Il en fallait de peu pour que l’équipe de soccer masculine des Patriotes accède aux séries éliminatoires cette année. En effet, la formation de Pierre Clermont a terminé sa saison au cinquième rang du classement général, alors qu’il lui fallait obtenir la quatrième pour y accéder. L’entraîneur, bien que démontrant sa déception, reste fier du travail accompli par ses jeunes joueurs : «Je suis très déçu des résultats obtenus cette saison, mais je ne le suis pas face au travail que nous avons fait».

Photo: J. Dufresne

capables d’être les premiers sur le ballon et nous sommes capables de revenir même après avoir encaissé un but. C’est très encourageant!». Maintenant que la saison automnale est terminée, Tapsoba et son équipe vont continuer de travailler très fort pour débuter la saison hivernale en force. De plus, le retour probable de Marie-Ève Nault sera un atout supplémentaire pour les Patriotes. (J.D.)

Malgré un revers de 2-1 contre l’UQAM et une nulle de 4-4 contre Concordia lors des dernières joutes du calendrier, les joueurs de l’UQTR ont livré de belles performances à leurs partisans. Un manque d’opportunisme a eu raison des Patriotes contre les Citadins, alors que leur gardien de but partant, Vincent Guay-Côté, se blessa tout juste avant la fin de la première demie. Malheureusement, les lésions du jeune gardien le forcèrent à terminer la saison dans les estrades, béquilles sous les bras. Les instructeurs n’eurent d’autres options que de confier la garde du filet à l’homologue de Guay-Côté, Philippe Gendron. Malgré un échauffement très court avant son entrée au jeu, Gendron a su répondre aux exigences de ses entraîneurs. «Il faisait très froid sur le terrain et Vincent n’eut droit qu’à un entraînement de 15 minutes au lieu des 40 minutes habituelles, donc ça entre en ligne de compte…», confie l’entraîneur en chef. Pierre Clermont se dit satisfait du travail de tous ses joueurs : «C’est décevant!

On ne méritait pas de perdre, mais on considère qu’avec les effectifs, on a vraiment bien joué». La formation des Patriotes devait composer avec des joueurs blessés et avec la suspension du #11 Geoffrey Jouvin. L’absence au jeu de ce dernier a transparu en cette fin de saison, alors que les entraîneurs se voyaient obligés de décaler les joueurs. Toutefois, certains joueurs ont redoublé d’efforts afin de combler le vide laissé par le jeune joueur français. C’est le cas du #15 Vedran Fustar qui se démarqua nettement tout au long de la fin de semaine notamment par ses nombreux buts. Il permit à son équipe d’ouvrir la marque contre les Citadins grâce à une pénalité imposée par l’arbitre après qu’un joueur l’ait poussé lors d’une échappée à la sixième minute. Ce but fut le seul de cette rencontre qui se conclut par la victoire des Montréalais. Bien qu’il n’ait pas réussi à inscrire un point de plus au pointage de son équipe, Émile DufourGallant a été épatant par sa vitesse et son agilité qui le menaient souvent dans la zone de but adversaire sans toutefois réussir à y introduire le ballon. En ce qui concerne la partie du dimanche, les joueurs ne voulaient rien de moins qu’une victoire afin de clore la saison en beauté. Même si la partie prit fin sur une marque nulle, elle n’en fut pas moins exceptionnelle. Dès la première minute de jeu, Fustar en mit plein la vue au gardien de but de Concordia qui ne put interrompre la trajectoire de sa frappe, ce qui permit aux Patriotes de prendre l’avantage du pointage. Toutefois, cette supériorité ne dura point longtemps alors que les visiteurs inscrivirent quatre buts d’affilée ce qui assomma leurs adversaires. Accusant un retard de trois buts, les Patriotes ne cessèrent de lutter pour leur survie. À la 45e minute, Vedran Fustar se faufila à travers la défensive et marqua son deuxième but de la partie. Les chances que l’équipe locale rattrape ce retard étaient faibles selon certains spectateurs, cependant les Patriotes n’avaient pas dit leur dernier mot. Le cadran indiquait la 60e minute lorsque Dufour-Gallant réussit à percer la défensive et ainsi, redonner espoir à ses coéquipiers. Tout était maintenant possible. Les deux équipes offraient un spectacle digne de leur véritable talent. De puissantes attaques, des jeux défensifs incroyables et de prodigieux arrêts de la part des gardiens. Alors que les premiers flocons de l’automne tombèrent lentement sur le terrain synthétique du CAPS, l’étoile de la fin de semaine, Vedran Fustar apaisa toutes les craintes en inscrivant son troisième point de la joute, un point égalisateur. C’est une foule endiablée qui s’éleva à la suite de ce but. Avant de confirmer la marque finale de 4-4, Concordia effectua une dernière tentative qui s’échoua sur l’un des poteaux du but. Avec une telle remontée, Clermont ne pouvait qu’être satisfait de cet excellent travail même si ce n’était pas une victoire : «On a réussi à remonter, c’est certain qu’on aurait pu gagner la partie…». (J.D.)


13

zonecampus.ca

JEUX

Journaliste | Sports

L’ambiance battait à son plein le 6 novembre dernier, alors que se déroulait à la piscine du CAPS la compétition de natation de la Coupe universitaire II et du réseau Sénior FNQ. Pour l’occasion, l’UQTR accueillait plus de 16 clubs de différentes universités et associations. Plus d’une centaine de nageurs étaient en compétition afin d’obtenir un podium dans l’une des 20 épreuves proposées. Pour l’occasion, tous les nageurs de l’équipe des Patriotes étaient présents. Ces derniers ont eu la chance de démontrer leur talent lors de dix épreuves  : 200m libre (F/M), 50m libre (F/M), 100m papillon (F/M), 100m brasse (F), 50m brasse (M), 4 x 100m 4 nages (M) et 4 x 100m libre (F). Malheureusement pour les représentants masculins des Patriotes (Maxime Desbiens, Shawn Campbell et Sébastien Truchon), aucun d’entre eux

Photo: J. Dufresne

La nuit sportive 2010 Un esprit sain dans un corps sain! Cette phrase en dit long pour les étudiants du baccalauréat en enseignement de l’éducation physique et à la santé qui souhaitent sensibiliser la population universitaire à l’activité physique. Pour une douzième année consécutive, la nuit sportive, qui se déroulera le 18 novembre prochain, réunira plus de 200 étudiants de l’UQTR. Cet événement à but non-lucratif sera composé d’une multitude d’activités faisant appel aux capacités physiques et intellectuelles des participants. Ces derniers devront même

s’affronter sur le plan intellectuel dans le cadre de certaines épreuves. Les différents gymnases du CAPS ainsi que la piscine seront utilisés afin d’exploiter le potentiel des universitaires. «Les activités que nous allons proposer ne seront pas que des sports connus tel que le basketball. Nous ferons preuve de créativité en offrant une gamme de disciplines sportives inusitées», commente un des organisateurs, Alizée Bourgeois Jeuvis. Sous la thématique des Super Héros, les équipes formées d’une douzaine d’étudiants s’affronteront dans un cadre amical rempli de plaisir et de fous rires. Le comité organisateur estime qu’une

Horizontalement :

nageurs nous désavantage un peu comparé aux autres universités qui sont plus nombreuses. Toutefois, même avec huit nageurs, nous sommes en mesure de compétitionner avec les autres équipes telles que celles de Sherbrooke et McGill», a expliqué Sébastien Truchon. Sur un plan plus individuel, Caroline Lapierre-Lemay nous a confirmé sa participation au Championnat universitaire canadien qui aura lieu en février prochain à l’Université de Calgary. «J’aimerais réussir à me classer pour faire les finales et peut-être du fait même, accéder à des podiums. On verra ce qui va arriver en temps et lieu», dit-elle.

vingtaine d’équipes participeront à cette édition 2010. «Cette nuit sera exceptionnelle. Bien que cela reste une compétition amicale, nous allons tous nous donner à 100% afin de prouver que nous sommes les meilleurs», dit en rigolant l’un des participants de l’équipe de communication sociale, Marc-Antoine Lavoie. C’est une nuit remplie de folies qui attend les participants de la nuit sportive qui devront lutter contre la fatigue. Ils pourront assurément compter sur les encouragements de leurs coéquipiers et l’adrénaline pour survivre jusqu’au lever du soleil. (J.D.)

1. Apprécie qqch au-dessous de sa valeur. Petit 2. Allure. Ville d’Iran 3. Natif 4. Céder à une incitation (p.p.f.p.). Ventre 5. Dépression marécageuse du Soudan m éridional. Papillon nocturne 6. Volonté. Province d’Arabie saoudite. Sa Majesté Royale 7. Vente. Qui a la blancheur du lait 8. Air et ronde dansée, populaires en Catalogne. Antonyme de virtuel 9. Citée en justice. Formation paramilitaire de l’Allemagne nazie 10. Atoll. Siestes 11. Niaises. Cellule de base du tissu nerveux 12. Paniers. Tachée Verticalement : 1. Désencombrement 2. Infinitif. Restreignit. Première épouse de Jacob 3. Implore. Dire en criant, en s’exclamant (p.p.f.p.) 4. Renonça. Porteur de l’information génétique. Police militarisée du parti nazi 5. Fonctions des doyens 6. Expose un aliment à un feu vif. Rejetons comme faux 7. Désert. Alternative 8. Gâta l’harmonie d’un ensemble. Troublés 9. Ordinaire. Engendrera 10. Marqueteur. Pays 11. Vélo. Répandues. Nickel 12. Magazine français. Racontée en détaillant

sudoku

JOANY DUFRESNE

n’a obtenu de médailles lors de cette deuxième compétition de la saison. Toutefois, les nageurs gardent le moral. «Ça l’a bien été ! Ça fait six années que j’avais arrêté de nager et j’ai recommencé l’an dernier, mais je suis patient. Mes temps vont en s’améliorant donc, ce n’est que du positif pour l’instant», a commenté Truchon. Les Patriotes ont cependant connu un grand succès chez les filles. Au total, ces dernières ont remporté quatre médailles en cette journée de portes ouvertes à l’UQTR. Comme à l’habitude, Caroline Lapierre-Lemay s’est démarquée en récoltant deux médailles d’argent aux épreuves libres du 50 et 200 mètres. «Les temps que j’ai obtenus sont vraiment proches de mes meilleurs temps. Je crois que je suis capable de me tenir dans le top 3 de mes meilleures épreuves», a-t-elle confié. Puis, Sophie Germain-Lacroix s’est classée deuxième dans l’épreuve du 50m brasse lui attribuant ainsi la médaille d’argent. De plus, ces deux athlètes accompagnées de leurs collègues, Sarah-Ève Savard et Marie-Noelle Folco, ont gagné la médaille de bronze à l’épreuve coopérative du 4x 100m libre. Ces résultats ont permis à l’équipe des Patriotes de se classer au quatrième rang du classement général pour cette compétition. «Notre proportion de

mots croisés

Une compétition pour les portes ouvertes

mots mystères Hockey Mardi 23 novembre à 19h15 vs. Carleton (Colisée de Trois-Rivières) Vendredi 26 novembre à 14h vs. Guelph (Aréna Claude Mongrain) Mercredi 1er décembre à 19h vs. McGill (Colisée de Trois-Rivières)

Vendredi 3 décembre à 19h15 vs. Carleton (Aréna Claude Mongrain) Samedi 4 décembre à 14h vs. Queen’s (Colisée de Trois-Rivières)

Allahabad Aquilée Arak Bulawayo Chittagong Douala Gävle Gaya

Grenade Hamm Hammanet Hobart Jérusalem Kandahar Kandy Kertch

N'Djamena Northhamton Plauen Ramsgate Rancagua Shahjahanpur Tallin Tampa

Termonde Terragone Warrington Zighinchor

Khartoum Kostanaï Kostroma La Pocatière Leverkusen Louvière Mataram Mufulira


14

15 au 28 novembre 2010

sports

Partie bénéfice

Du hockey pour l’histoire NICOLAS DUCHARME Journaliste | Sports

Deux étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières se sont donnés une mission : organiser une partie de hockey entre d’anciens Canadiens de Montréal et d’anciennes légendes des équipes qui ont marqué le hockey trifluvien. Le tout pour une bonne cause : amasser de l’argent pour Appartenance Mauricie Société d’histoire régionale, un organisme sans but lucratif qui célèbre son 15e anniversaire cette année. Membres du comité organisateur, Frédéric Lamothe, étudiant au baccalauréat en histoire, et Kavin Thiffault, étudiant au baccalauréat en Communication sociale, réussiront à faire revivre le passé de Trois-Rivières le 28 novembre prochain alors que plusieurs anciens athlètes de la franchise des Ducs et Draveurs chausseront les patins pour affronter les anciens Canadiens. Un clin d’oeil intéressant au passé du hockey de la ville… et à son peut-être futur. En effet, le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, n’a

jamais caché qu’il désirait attirer une nouvelle équipe de hockey dans la capitale de la Mauricie.

Le passé du hockey à Trois-Rivières sera bien présent alors que dix personnalités ayant évolué avec les Draveurs et membres du temple de la renommée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec seront honorées. C’est après avoir assisté à une partie des anciens Canadiens au Centre Bionest de Shawinigan qu’a germé dans la tête de Frédéric Lamothe l’idée d’une activité similaire à Trois-Rivières. Son collègue dans l’aventure, Kavin Thiffault, explique le raisonnement historique derrière l’événement  : «on s’est dits que ce serait un bon moyen de montrer que Trois-Rivières est une ville de

hockey et en faire un événement qui va attirer le monde et qui va les rallier autour d’un symbole fort qu’on a eu à Trois-Rivières : les Draveurs. Il y a beaucoup de monde qui s’identifie encore à cette équipe-là». D’ailleurs, les gens qui se procureront un billet V.I.P au coût de 100 dollars auront la chance d’assister à un cocktail où seront présents les joueurs ainsi qu’une exposition de Pierre Genest relatant l’histoire du hockey en Mauricie. Le passé du hockey à TroisRivières sera bien présent alors que dix personnalités ayant évolué avec les Draveurs et membres du temple de la renommée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec seront honorées. Il s’agit de Michel Bergeron, Raymond Bourque, Claude Verret, Jean-François Sauvé, Yanic Perreault, Jacques Cloutier, Pierre Lacroix, Patrick Émond et Claude Lemieux. Bien que Bourque ait connu une carrière légendaire dans la Ligue nationale de hockey, les partisans des Draveurs se souviendront surtout de Perreault, lui qui avait enflammé le Colisée de Trois-Rivières lors de ses trois saisons avec le club. Le comité organisateur a réservé

Kavin Thiffault est l’un des organisateurs de cette partie qui opposera les anciens Canadiens aux anciens Draveurs le 28 novembre au Colisée de Trois-Rivières. Photo: N. Ducharme une place aux Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières alors que le gardien Jean-Christophe Blanchard et l’attaquant Daniel Payette enfileront les gilets des représentants de la Mauricie. Payette a évolué avec les Patriotes de 1998 à 2000. De plus, Jacques Laporte sera l’entraîneur de la formation. Chez leurs adversaires, des

joueurs comme Stéphane Richer, Donald Audette, Patrice Brisebois et le coloré Dave Morisette revêtiront l’uniforme du bleu-blanc-rouge. Les billets au coût de 100  $, 20  $ et 10 $ pour les moins de 12 ans sont disponibles à la billetterie du Colisée de Trois-Rivières ainsi que dans les Métro et dépanneurs Couche-Tard de la région.


zonecampus.ca

sports

15

hockey

Chanceux d’obtenir deux victoires tout simplement pas, pour des gestes clairement illégaux. Une situation que Jacques Laporte a qualifiée de dangereuse pour la santé de ses protégés : «Quand ils ne sont pas punis, ils en font un peu plus. Il était temps que ça finisse». De son côté, le joueur de quatrième année Jean-Sébastien Breton n’a pas digéré la façon d’agir des officiels : «Ils n’écoutaient pas nos arguments sur le banc, ils ne faisaient que répondre qu’ils n’étaient pas d’accord avec nous». Point positif dans ce gain, la recrue Vincent Lamontagne a signé la victoire lors de son premier départ en saison régulière pour les Patriotes.

NICOLAS DUCHARME Journaliste | Sports

Les Patriotes empruntaient l’autoroute 401, le 29 octobre dernier, pour affronter les Paladins du Collège militaire (CMR) royal, à Kingston, et les Rams de Ryerson le lendemain, à Toronto. La formation était privée de son meilleur joueur alors que l’attaquant Francis Charland se remettait d’une commotion cérébrale subie face à Toronto. Massacrés au compte de 10 à 3 lors de leur dernier affrontement face à l’UQTR, les Paladins avaient l’intention de se venger. Ils ont reçu une aide inespérée alors que les officiels de la partie ont offert une performance pitoyable et grandement à l’avantage des militaires. Heureusement, les Patriotes ont résisté pour l’emporter par le pointage de 3 à 2. Félix Petit a compté le but gagnant alors qu’il restait moins

Étienne Bellavance-Martin a joué les héros en marquant le but gagnant avec seulement 26 secondes à faire à la rencontre. Photo: N. Ducharme de sept minutes à la troisième période. «On a vraiment dominé ce matchlà, mais le pointage est à cause de l’arbitrage», expliquait l’entraîneur Jacques Laporte. Les autres filets sont l’œuvre d’Étienne Bellavance-Martin et Maxime Lévesque. En effet, sans un excellent jeu

avec moins d’un homme en troisième période, le résultat aurait pu être bien différent. Les Paladins ont profité de quatre avantages numériques dans les 10 dernières minutes de la rencontre. Non seulement les joueurs des Patriotes étaient-ils pénalisés injustement, mais ceux du CMR ne l’étaient

Comme des voleurs face à Ryerson Le lendemain, les Patriotes se mesuraient aux Rams de Ryerson à Toronto. L’entraîneur des Rams a probablement été tenté d’appeler la police après la partie pour signaler un vol parce que c’est ce que les Trifluviens ont réalisé en battant les Torontois par la marque de 4 à 3, même si ces derniers ont dominé 47-28 au chapitre des lancers. C’est Étienne Bellavance-Martin

qui a permis aux Pats de se sauver avec la victoire alors qu’il ne restait que 26 secondes au troisième tierstemps. Grâce à ses deux points dans cette partie, l’étudiant en administration des affaires détient une excellente moyenne de deux points par rencontre depuis le début de la saison. Cette victoire in extremis permet à l’UQTR de présenter une fiche gagnante pour la première fois depuis le début de la campagne. Chez les autres joueurs, JeanSébastien Breton en est un qui s’est démarqué lors de cette rencontre avec une récolte de deux buts et une passe. Insatisfait de son début de saison, Breton affirme qu’il est enfin lancé. Effectivement, ses performances se sont améliorées depuis qu’il a été jumelé avec Alexandre Demers et Jeff Desjardins. Un changement qu’a remarqué son entraîneur : «Il a tellement de talent, on savait que ça allait débloquer un jour ou l’autre. C’est ce qu’il est en train de faire». Quant à lui, Maxime Lévesque a profité de cette joute pour enfiler son deuxième but de la fin de semaine, une aide appréciable de la part de celui à qui l’on confie habituellement des missions défensives.

Déboires au hockey

Une équipe, deux identités NICOLAS DUCHARME Journaliste | Sports

Lorsque les Lakers de Nippising ont surpris les Patriotes par la marque 6 à 1 en ouverture de campagne, les Trifluviens espéraient bien obtenir leur revanche lors de leur prochain affrontement, disputé le 5 novembre. Mais c’est une équipe amorphe qui s’est présentée, incapable de profiter de ses chances de marquer et qui s’est encore une fois inclinée face aux Lakers par la marque de 3 à 2. Malgré un lent départ, l’UQTR a tout de même trouvé le moyen de prendre les devants par la marque de 2 à 1 et de conserver cette avance jusqu’à la moitié de la troisième période. Le fait saillant de la partie est venu lorsque Nippising a dû se défendre avec deux hommes en moins avec dix minutes à faire à la rencontre. Les Patriotes n’ont pas su profiter de cette chance, ce qui a eu pour effet de relancer les Lakers qui ont dominé le reste de la partie et ont trouvé le moyen de placer deux rondelles derrière le gardien JeanChristophe Blanchard et se sauver de

Trois-Rivières avec les deux points de la victoire. Depuis le début de la saison, les Patriotes ne réussissent pas à profiter de leurs opportunités en avantage numérique alors qu’ils présentent un taux d’efficacité de 14  %, bien en deçà du taux de 25  % que l’équipe présentait l’an dernier. Le puissant tir d’André Joanisse manque à l’équipe, lui qui a terminé ses études au printemps dernier. Chose surprenante après la partie, l’équipe d’entraîneurs a gardé le vestiaire fermé aux journalistes et a organisé une réunion immédiate avec les capitaines et assistants-capitaines de l’équipe pour tenter de trouver une solution aux déboires de l’équipe. «On ne s’est pas attardés aux choses négatives, mais plus aux choses que l’on pourrait faire pour revirer la machine de bord», expliquait l’entraîneur Jacques Laporte le lendemain.

Ryerson a payé pour les autres Seize heures plus tard, les joueurs des Patriotes rechaussaient les patins pour affronter les Rams de l’Université Ryerson. Le message lancé la veille a porté ses fruits alors que les Trifluviens ont connu leur meilleur début

de rencontre cette saison. La marque était de 3 à 0 après seulement 6:30 d’écoulées en première période. Le massacre s’est poursuivi pour voir l’UQTR l’emporter 7 à 1. On peut dire que Ryerson a payé pour toutes les équipes qui ont donné du fil à retordre aux Pats depuis le début de la saison. Première étoile de la partie, Francis Charland a agité les cordages quatre fois, en plus de récolter une passe. L’ailier droit était bien content de la réponse que la formation a donnée en offensive : «Hier, on a perdu alors qu’on aurait pu sortir de là avec la victoire. On n’arrivait pas à trouver le fond du filet. Ce soir ça débloqué et ça fait du bien». Son coéquipier de trio Olivier Donovan a lui aussi connu une excellente rencontre avec une récolte de cinq points. Pour Alexandre Demers, co-capitaine de la formation, cette victoire face à Ryerson pourrait être un prélude pour le reste de la saison : «Il faut prendre la game de ce soir comme tremplin et continuer à faire les petits détails. […] Si l’on fait ça, on peut encore être une des meilleures équipes dans la ligue». L’avenir nous dira si cette partie sera un tournant dans la saison décevante des Patriotes.

Les Patriotes devront faire preuve d’opportunisme dans le futur. Olivier Donovan n’a pas réussi à s’inscrire à la marque sur cette séquence. Photo: N. Ducharme



Zone Campus 17 novembre 2010