Zone Campus 1er mars 2010

Page 1

Étudiez votre programme ! bnc.ca/etudiantsinfirmiers 1er au 15 mars 2010 | Vol. 5, No 13 | 16 pages | Bimensuel gratuit | zonecampus.ca

Et ça continue pour 5 ans Le mandat du recteur renouvelé Photo : Archives

page 2


2 | zonecampus.ca

Pavillon Nérée-Beauchemin Université du Québec à Trois-Rivières 3351, boul. des Forges, Trois-Rivières (Québec), G9A 5H7 Téléphone: (819) 376-5011 poste 3412 Publicité: (819) 376-5011 poste 3411 Télécopieur: (819) 376-5239

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS

Le mandat du recteur Ghislain Bourque renouvelé processus, l’Assemblée des gouverneurs du réseau UQ a formulé une recommandation positive à l’égard de M. Bourque. Le Conseil des ministres du gouvernement du Québec a donc procédé à son renouvellement.

Bimensuel distribué à 5 000 exemplaires sur le campus de l’UQTR et dans la région de Trois-Rivières

Une équipe dirigée par un Casper Rédacteur en chef redaction@zonecampus.ca Karine Boisvert-Boissonneault Actualités actualites1@zonecampus.ca Julien St-Laurent Actualités actualites2@zonecampus.ca Mélissa Beaupré Arts et spectacles arts1@zonecampus.ca Marie-Noëlle Marineau Arts et spectacles arts2@zonecampus.ca Jonathan Cossette Sports sports1@zonecampus.ca Audrey Tremblay Sports sports2@zonecampus.ca Marie-Noëlle Marineau Chroniqueuse marinema@uqtr.ca Mathieu Plante Infographe et webmestre webcfou@uqtr.ca François-Olivier Marchand Responsable de la publicité pub.zc@uqtr.ca Audrey Boulanger Correctrice

Rubriques >ACTUALITÉS LA MINISTRE COURCHESNE ENVISAGE UNE NOUVELLE HAUSSE

PAGE 4 >ARTS ÉVÉNEMENT À LA GALERIE R³: LUMIÈRES SUR LES ARTS ET LA SCIENCE

PAGE 11 >SPORTS LES PATRIOTES HOCKEY DE L’UQTR PASSENT EN DEMIFINALE DE L’EST

PAGE 12

1er au 15 mars 2010

KARINE BOISVERT-BOISSONNEAULT Journaliste | Actualités actualites1@zonecampus.ca

L’UQTR a annoncé, le 18 février dernier, lors d’un point de presse qui s’est tenu dans le hall d’entrée du pavillon de la Santé de l’Université, le renouvellement du mandat de son recteur, Monsieur Ghislain Bourque. Rappelons que Ghislain Bourque n’a jamais dissimulé son désir de prolonger l’exercice de ses fonctions à titre de recteur. En eff et, en octobre 2009, le recteur avait confi é à la communauté universitaire son aspiration à un second mandat. Ainsi, lorsqu’un recteur demande un renouvellement de mandat, il n’y a pas d’ouverture de poste. Le recteur doit cependant répondre aux exigences du Processus de renouvellement du premier mandat d’un chef d’établissement prévu par les règlements généraux des Universités du Québec (UQ). Suite à ce

« Je suis très fier de pouvoir continuer, pour les cinq prochaines années, à participer au développement de l’université du Québec à trois-Rivières » – Ghislain bourque, recteur de l’uQtR

« Je suis très fi er de pouvoir continuer, pour les cinq prochaines années, à participer au développement de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Durant mon premier mandat, de grands progrès ont été réalisés, notamment en regard de l’off re de programme, de la recherche, du recrutement et de la collaboration avec la communauté régionale. Au cours des cinq dernières années, l’Université a présenté des signes vitaux qui démontrent son dynamisme, tels que l’augmentation de plus de 15% de l’eff ectif étudiant, la relève d’environ 30% du corps professoral, la stratégie de diff érenciation de l’UQTR sous l’angle de la recherche, le renouvellement de toutes les conventions collectives, la réduction considérable du défi cit accumulé, ainsi que de nouvelles constructions

Ghislain Bourque, recteur de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Photo : Archives d’envergure, dont le pavillon de la Santé et les résidences étudiantes. Tous ces éléments permettent à l’université trifl uvienne d’accéder à une position enviable parmi les établissements universitaires québécois », a déclaré M. Bourque, lors de son point de presse. D’autre part, le recteur évoque également ses prochaines actions. « Il convient de souligner quatre dossiers susceptibles de modifi er nos perspectives, voire même la place qu’occupe l’UQTR dans le grand ensemble des universités. Il s’agit notamment de la campagne majeure de fi nancement 2009-2014, de la mise en œuvre d’un nouveau plan stratégique, de la restructuration académique visant à constituer des regroupements davantage synergiques afi n de favoriser le développement des activités d’enseignement et de recherche, ainsi que de la gouvernance. De plus, l’UQTR souhaite continuer à œuvrer

en étroit partenariat avec les milieux socioéconomiques, communautaires et de la santé, en vue d’orienter ses actions en fonction des besoins de la Mauricie et du Centre-du Québec », mentionnait également M. Bourque. L’AGEUQTR déçue L’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières se réjouit du renouvellement du mandat du recteur. Cependant, elle se dit insatisfaite en ce qui a trait aux priorités du recteur Ghislain Bourque. L’Association aurait souhaité qu’y fi gure la construction d’un pavillon à la vie étudiante, que le recteur n’a pas mentionné dans son communiqué de presse non offi ciel. Sur ce point, le président de l’AGEUQTR, par intérim, Frédéric Déru, souligne que « ce chantier d’envergure favoriserait l’émergence d’une vie étudiante active à l’image d’une saine vie universitaire. »

Une action sociale pour les femmes à l’UQTR KARINE BOISVERT-BOISSONNEAULT Journaliste | Actualités actualites1@zonecampus.ca

En collaboration avec l’Association générale des étudiants de l’UQTR (AGEUQTR), le caucus des étudiantes de l’UQTR, organise, le lundi 8 mars prochain, au café bistrot la Chasse Galerie, une journée thématique afin de souligner la Journée internationale des femmes. Eff ectivement, une panoplie d’activités seront off ertes aux étudiants et étudiantes afi n de promouvoir la condition féminine actuelle en 2010. En plus de l’exposition permanente d’œuvres d’arts portant sur les diff érentes réalités de la femme, une interprétation théâtrale des cinq axes de lutte de la Marche mondiale de femmes, du body painting réalisé par

un étudiant de l’UQTR, une présentation Powerpoint sur l’histoire du féminisme, un 5 à 7 ainsi que de l’improvisation seront présentés lors de cette journée thématique. La co-organisatrice de l’évènement, Marie-Andrée Gauthier, étudiante au baccalauréat en communication sociale de l’UQTR, mentionne l’importance d’un tel rassemblement. « Actuellement, en 2010, il y a encore beaucoup de personnes qui disent que le féminisme n’a plus sa raison d’être. Au contraire, il y a de nouvelles réalités, comme l’hyper sexualisation, qui n’existait pas nécessairement dans les années 70. Il est donc faux que de dire que le féminisme n’a plus sa raison d’être. Parlons juste de l’équité salariale : à compétence égale, pour 1$ que l’homme va gagner, la femme, elle, va avoir 0.75 cents. Il y a encore des injustices.

Il y a encore des luttes à porter : l’avortement, sexisme, conciliation travail/famille et plus encore. » D’autre part, Marie-Andrée Gauthier évoque les conséquences constructives de cette journée thématique. « C’est vraiment d’être sensibilisé, de montrer qu’il existe telles ressources pour cela et que nous ne sommes pas toutes seules. Bref, c’est de se solidariser. C’est aussi de conscientiser les hommes et de faire en sorte qu’ils entament une réfl exion. La journée du 8 mars, c’est une action sociale qui va montrer que nous ne sommes pas juste des étudiants qui vont à La Chasse Galerie pour aller boire une bière, mais que l’on l’utilise aussi comme point de rassemblement, pour se conscientiser, pour pouvoir échanger. Je pense que les retombées, ça va être vraiment une ouverture d’esprit. »

Les deux font la paire La Journée internationale des femmes coïncide avec le lancement de la troisième année d’actions internationales de la Marche mondiale des femmes ayant pour thème, cette année, Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche. Par conséquent, le caucus des étudiantes participera aux actions régionales et provinciales prévues par la Fédération des femmes du Québec.

Gracieuseté : Huguette Latulipe / Promotion Inc., Illustration : Geneviève Guénette


ACTUALITÉS

1er au 15 mars 2010

zonecampus.ca | 3

Jeux De La Communication 2010

Mission accomplie pour le COMMent DIRE ! les jeux carrément. L’expérience enrichissante et intense que sont les jeux de la communication. La vente de hot-dogs, la vente de billets, c’est une chose, mais ils ont hâte d’y arriver, au but final. Le pire moment sera les dernières heures parce que c’est un voyage de douze heures. Les dernières heures avant d’arriver à Moncton, c’est sûr qu’ils ne seront pas capables de rester assis », affirme le président de la délégation.

KARINE BOISVERT-BOISSONNEAULT Journaliste | Actualités actualites1@zonecampus.ca

Le spectacle-bénéfice COMMent DIRE!, organisé entièrement par les étudiants au baccalauréat en communication sociale de l’UQTR, s’est déroulé le 18 février dernier au 1012 du pavillon Nérée-Beauchemin. Résultat : le spectacle a été une réussite sur toute la ligne. Enrichissant, original et rafraîchissant, le spectacle en était à sa première édition, et par le fait même, constituait le dernier évènement de financement majeur pour la délégation 2010 des Jeux franco-canadiens de la communication (JDLC), avant leur départ le 2 mars prochain. C’est donc plus de 250 billets au coût de 10$ chacun qui ont été vendus. Les recettes amassées permettront en très grande partie de couvrir les frais de transport de la délégation UQTR, puisque les JDLC se tiendront, cette année, à l’Université de Moncton au Nouveau Brunswick. Le président de la délégation UQTR, Philippe Ménard-Côté, se dit plus que satisfait du spectacle, notamment en ce qui a trait à l’atteinte des objectifs fixés. « En fait, avec cet évènement là, on voulait lancer à tous les gens le message que la communication peut aussi inclure des talents cachés. C’est pour cela qu’on voulait organiser un spectacle, entre autres. L’évènement nous a

« L’évènement nous a permis de démontrer aux gens les nombreux talents artistiques des étudiants en communication »

Le spectacle constituait le dernier évènement de financement majeur pour la délégation 2010 des Jeux franco-canadiens de la communication (JDLC). Photo : JDLC permis de démontrer aux gens les nombreux talents artistiques des étudiants en communication. Danse, théâtre, chant, slam (originaire de Chicago, narration poétique sur les instances de la vie), interprétation musicale et un défilé haut en émotion étaient à l’honneur. Cet événement deviendra inévitablement une tradition de financement pour la délégation UQTR aux Jeux de la communication. » Par ailleurs, le spectacle représen-

tait également, pour la délégation de l’UQTR, le dernier évènement avant le grand départ pour Moncton. « Ils sont fébriles. Ils ont hâte de partir. Ils ont hâte de savoir ce que sont les jeux de la communication, parce que 80% de la délégation sont des étudiants de première année du baccalauréat. Ils n’ont jamais connu les jeux donc ils ont hâte de savoir de quoi il s’agit, de rencontrer le monde, de rencontrer les autres délégués qui font les mêmes épreuves qu’eux. De vivre

– Philippe Ménard-Côté, président de la délégation UQTR des JDLC COMMent DIRE! Merci La délégation 2010 des JDLC souhaite féliciter les artistes qui ont livré des prestations lors du spectacle, les coordinatrices, les équipes techniques, les nombreux bénévoles ainsi que les personnes qui se sont déplacées pour participer à l’évènement. De plus, la délégation souhaite également remercier ses principaux commanditaires : NRJ 102,3 FM, Molson Coors Canada, l’Assemblée nationale et le Service d’aide aux étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

21 000$ versé en dons à Haïti en provenance de l’UQTR et de sa communauté En raison du récent séisme à Haïti, l’ensemble de l’UQTR a mené une campagne afin d’amasser des fonds pour aider les sinistrés gravement touchés. La campagne a été fructueuse puisqu’elle a permis de recueillir l’impressionnante somme de 21 000$. Les étudiants et les membres du personnel de l’UQTR ont réussi à amasser 10 454$ en moins d’un mois. L’Université a par la suite doublé ce montant pour en arriver à 21 000$ qu’elle a par la suite versé à la Croix Rouge canadienne pour aider la cause haïtienne. Parmi les montants recueillis, 2 347$ ont été amassés par les associations étudiantes dans le cadre d’une activité s’étant déroulé pendant le carnaval étudiant. Lors de cette collecte spéciale, les associations s’étaient données comme défi d’amasser le plus d’argents possible en 16 minutes. Le recteur de l’UQTR M.Ghislain Bourque s’est d’ailleurs empressé de louanger ce geste. « Nous remercions sincèrement tous les membres de la communauté universitaire qui ont participé financièrement à la cause d’Haïti. Nous espérons que l’aide apportée pourra contribuer à la reconstruction de ce pays et au réconfort de ses habitants, desquels nous sommes solidaires en cette période difficile. Nous remercions également la Croix-Rouge canadienne pour sa précieuse collaboration lors de cette collecte de fonds », disait-il. (J.S.-L.)


ACTUALITÉS

4 | zonecampus.ca

Éditorial

Une hausse des frais de scolarité ? Encore !

DéGeL DeS fRaiS De SCoLaRité

La ministre Courchesne envisage une nouvelle hausse

surtout, mieux perçue dans l’opinion publique.

FELIPE ANTAyA

Collaboration spéciale

Il y a quelques semaines, la ministre de l’Éducation, du loisir et du sport, Michelle Courchesne, a soutenu qu’elle envisageait hausser les frais de scolarité pour les étudiants inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur. Cette augmentation s’ajouterait à celle de 50$ par session déjà en vigueur jusqu’en 2012. Certes, les établissements d’études avancées ont un manque à gagner, mais il ne faut tout de même pas amenuiser les chances de certains étudiants d’obtenir une éducation supérieure. Plus les frais augmenteront, moins les étudiants poursuivront des études supérieures. Il ne faut pas se leurrer, certains ne voudront ou même ne pourront pas débourser le coût nécessaire pour accéder à l’université. Mais les dirigeants du Québec ne semblent pas voir cela ainsi. En fait, pour l’instant, leur argument pour hausser les frais est d’affi rmer que les droits de scolarités au Québec sont de loin inférieurs à ceux des autres provinces du Canada. Et bien tant mieux ! Nous devrions nous en réjouir et non pas chercher à les imiter. Il y a évidemment un manque à gagner dans la majorité des universités du Québec à l’heure actuelle. Cependant, la facture ne doit pas seulement être servie aux étudiants. Si au moins, le gouvernement libéral était prêt à investir un montant similaire à celui que les étudiants injecteront dans le système scolaire en raison de ces hausses de frais cavalières, peut-être que sa stratégie serait-elle plus juste et équitable et

Pas si fou les Libéraux En contrepartie, il faut tout de même saluer le stratagème du gouvernement libéral dans la façon utilisée pour faire passer cette hausse. En fait, les actions posées par le gouvernement sont pleinement en accord avec l’idéologie libérale. D’une part, bien que cette augmentation paraisse importante à long terme, en rajoutant seulement 50$ par session à la facture des étudiants, la hausse est graduelle et les étudiants ont le temps d’accepter (voir d’oublier) la précédente hausse. La preuve en est. Il y a à peine quelques années, ils étaient plusieurs à critiquer le dégel des frais, mais désormais, tous paient leurs frais le temps venu, à chaque session, sans maugréer. Plus de grogne, plus de mécontents. Du moins, ceux qui s’indignent encore ne se manifestent pas haut et fort. D’autre part, en haussant les frais comme c’est le cas, les étudiants devront faire un choix de carrière. Devant la possible incapacité de se payer des études supérieures, certains se rabattront probablement vers des secteurs plus techniques qui, en plus d’être moins coûteux, nécessitent moins de temps avant d’obtenir un diplôme. Ainsi, les frais que le gouvernement libéral aura à injecter dans le système de l’éducation pour un étudiant inscrit dans le secteur technique ou professionnel seront moindres. En eff et, une personne qui étudie pour obtenir un diplôme d’études collégiales dans un secteur technique ou un diplôme d’études professionnelles demeurera beaucoup moins longtemps sur les bancs d’école. De plus, ce qui est formidable pour les dirigeants, c’est que ces futurs diplômés entreront beaucoup plus rapidement sur le marché du travail tout en ayant des emplois assez bien rémunérés. Mais surtout, ils contribueront au développement du système de société libéral, c’est-à-dire celle d’une société pyramidale, avec une minorité de personnes (ayant obtenu un diplôme d’études supérieures), une classe moyenne élevée composée de technocrates, une classe moyenne basse puis des gens pauvres.

1er au 15 mars 2010

JULIEN ST-LAURENT

Journaliste | Actualités actualites2@zonecampus.ca

Lors d’une récente entrevue au journal La Presse, la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Mme Michelle Courchesne, a annoncé qu’elle envisageait un dégel des frais de scolarité car il y avait un « consensus au Québec » sur une importante augmentation des droits de scolarité.

Le problème est que la ministre a obtenu un consensus en omettant de consulter les 500 000 étudiants et étudiantes qui fréquentent les Cégeps et les Universités du Québec. Ainsi, les diff érentes associations générales d’étudiants, dont celle de l’UQTR, se questionnent maintenant sur les objectifs de cette augmentation et ont fortement réagi à la lecture de cette annonce. Les associations se demandent à qui la ministre s’est informée afi n d’obtenir une unanimité sur ce sujet, et si les représentants des étudiants et étudiantes du Québec ont été laissés pour compte. La viceprésidente aux aff aires externes de l’Association générale des étudiants de l’UQTR, Marie-Élaine Laroche, mentionne que « si la ministre veut vraiment trouver des solutions réalistes et durables au problème du fi nancement du système d’éducation, qu’elle s’assoie avec nous, les principaux intéressés ». Mme Courchesne a toutefois changé son fusil d’épaule lors d’une

entrevue télévisuelle le 11 février dernier, en affi rmant qu’elle maintenait la hausse actuelle de 50$ par session jusqu’en 2012, comme il était prévu au préalable. C’est à se demander si elle changera d’avis lors du dépôt du budget provincial en mars prochain. Les membres de l’AGEUQTR surveillent donc de très près les actions de la ministre afi n de s’assurer de ne pas se faire brimer par de prochaines annonces surprise. Du déjà vu Cette annonce de dégel des frais de scolarité et la mobilisation des étudiants en désaccord avec cette hausse a déjà été vu. Mme MarieÉlaine Laroche s’inquiète d’ailleurs de ce problème. « Il faut réagir, mais nous devons trouver de nouveaux angles d’attaques afi n que les étudiants ne se sentent pas blasés de cette situation », souligne-t-elle. Il ne reste donc plus qu’à attendre et à rester à l’aff ût des moindres changements concernant le dégel ou la hausse des frais de scolarité.

CoLLoQue en LittéRatuRe PouR La JeuneSSe à L’uQtR

Une belle réussite KARINE BOISVERT-BOISSONNEAULT Journaliste | Actualités actualites1@zonecampus.ca

Le colloque Jeunes chercheurs Éthique et esthétique dans la littérature pour la jeunesse s’est tenu, les 12 et 13 février dernier, à la Chaire de recherche du Canada en rhétorique de l’UQTR. Bien qu’il s’agisse d’une première édition, l’événement s’est avéré un beau succès. D’envergure internationale, ce colloque, organisé par quatre étudiantes ou diplômées des programmes d’études supérieures en lettres à l’UQTR, a rassemblé dix-sept jeunes chercheurs et étudiants du Québec, de la Colombie-Britannique et de France. Axé sur les questions d’éthique et d’esthétique, le colloque s’articulait autour des contextes de production, de diff usion et de réception de l’œuvre destinée à la jeunesse. Coorganisatrice du colloque et diplômée de la maîtrise en lettres à l’UQTR, Mme Elizabeth Marineau se réjouit du déroulement du colloque : « Au-delà du colloque, il y avait toute une question de logistique à assurer,

concernant l’hébergement, les repas, le transport… La rétroaction que nous commençons à recevoir des participants témoigne de leur degré de satisfaction quant à l’accueil reçu à Trois-Rivières», indique-t-elle. D’autre part, le colloque s’est également voulu une expérience enrichissante pour l’ensemble des participants, qui ont vu une occasion supplémentaire de diff user leurs travaux portant sur les questions reliées à la littérature jeunesse. À ce sujet, Mme Marineau souligne la diversité que cet événement a engendré : « Souvent, dans une institution, on travaille selon certaines perspectives. Le colloque éta it une occasion, par l’apport de participants d’autres universités et d’autres pays, de faire se rencontrer et se confronter ces visions. Cela sans compter les liens qui se sont créés entre les participants. Quand on invoque l’importance des réseaux en recherche, je crois que nous avons ici un bel exemple», relève-t-elle. Une corde de plus à son arc Ce colloque entraîne également des retombées positives pour l’Université. En eff et, la coorganisatrice de l’événement mise sur le fait qu’il s’agit d’un événement ad-

ditionnel en recherche pour l’UQTR. « En littérature pour la jeunesse, les plateformes de diff usion n’abondent pas forcément, si on compare, par exemple, avec le domaine des sciences de la santé ou des sciences naturelles. Néanmoins, la littérature pour la jeunesse fait partie des domaines de spécialisation de l’UQTR. Notre colloque consiste donc en un événement qui permet de diff user la recherche institutionnelle à l’extérieur des murs de l’Université », conclut Mme Marineau.

Le c.o. du colloque. À l’avant : Andréane AudyTrottier et Myriam Bacon. À l’arrière : Elizabeth Marineau et Cynthia Bleau.


ACTUALITÉS

1er au 15 mars 2010

éLECTIONS GÉNÉRALES DE L’AGEUQTR

Pose ta candidature à un des postes du conseil exécutif QUI : Tout étudiant de l’UQTR est éligible ! COMMENT : En remplissant le formulaire de mise en candidature disponible au bureau de l’AGEUQTR ou sur le site ageuqtr.ca. QUAND : Date limite du dépôt des candidatures le 10 mars 2009 à 17h00 (au bureau de l’AGEUQTR). LA CAMPAGNE ÉLECTORALE A LIEU DU 15 AU 25 MARS ET UN DÉBAT ENTRE LES CANDIDATS SERA PRÉSENTÉ LE 23 MARS ! Président : Il est le porte-parole de l’AGEUQTR ; Il est membre d’office de tous les conseils, comités et commissions de l’AGEUQTR. Il y a le droit de parole et de vote ; Il représente l’AGEUQTR dans toutes les instances pertinentes aux étudiants, afin de défendre leurs droits, leurs intérêts et leurs idées, en lien avec la mission et les objectifs de la corporation ; Il est l’un des trois officiers à pouvoir signer les documents officiels au nom de l’association et est co-signataire des comptes de l’AGEUQTR ; Il préside les réunions du Conseil exécutif... Vice-président aux affaires internes : II assiste et conseille le président dans ses fonctions, notamment en ce qui a trait aux orientations à prendre sur les dossiers de l’Association ; Il est le Vice-président exécutif ; II entretient les relations avec les différentes associations étudiantes de l’UQTR de 2e et de 3e niveau et les aide à se développer et à assurer leur pérennité... Vice-président aux communications : II est responsable de la diffusion de l’information concernant les différentes positions et politiques de l’AGEUQTR auprès de ses membres et auprès du public à l’intérieur et à l’extérieur du campus ; Il est responsable de la mise sur pied du plan de communication annuel de l’AGEUQTR; II est responsable d’entretenir différents liens avec les médias sur le campus ; II doit voir au maintien et à l’innovation des médiums d’information de l’Association... Vice-président aux affaires socioculturelles : II est responsable de l’organisation de différents événements sociaux et culturels pour les étudiants de l’UQTR ; II se doit de développer le sentiment d’appartenance auprès des étudiants de l’UQTR envers l’Association et l’institution universitaire... Vice-président aux affaires sociopolitiques : II est le responsable des dossiers sociopolitiques, autant internes qu’externes ; II siège aussi auprès de différents organismes et regroupements dont les intérêts recoupent ceux de l’Association ; II agit aussi auprès du Président en tant que conseiller sur les positions à prendre sur différents sujets importants pour la représentation de l’Association...

Secrétaire général : II assiste et conseille le président dans ses fonctions, notamment en ce qui a trait aux instances et au travail des membres du Conseil exécutif ; II est gardien du sceau de l’Association ; II est responsable du secrétariat général et légal de l’Association ; Il est l’un des trois officiers à pouvoir signer les documents officiels au nom de l’Association et est co-signataire des comptes de l’AGEUQTR en cas de vacance au poste de président ou de vice-président aux finances et développement... Vice-président aux finances et développement : II est responsable des livres comptables de l’AGEUQTR ; II est responsable de la gestion des deniers de l’Association ; Il est l’un des trois officiers à pouvoir signer les documents officiels au nom de l’association et est co-signataire des comptes de l’AGEUQTR ; II a l’obligation de rapporter toutes les irrégularités financières ou administratives au CA ; II doit compléter chacune des périodes financières et soumettre les états financiers internes de l’Association... Vice-président aux affaires académiques de 1er cycle : II veille aux intérêts académiques et universitaires des étudiants de 1er cycle de l’UQTR ; II surveille les conditions d’étude, la qualité de l’enseignement et les programmes de 1er cycle ; II voit à ce que l’Association soit adéquatement représentée au sein des comités, commissions et conseils relatifs aux affaires académiques de 1er cycle de l’UQTR, notamment les comités départementaux ; II reçoit des étudiants les différents griefs et demandes d’aide relatifs au 1er cycle... Vice-président aux affaires académiques des cycles supérieurs : II veille aux intérêts académiques et universitaires des étudiants de 2e et 3e cycles de l’UQTR ; II surveille les conditions d’étude, la qualité de l’enseignement et les programmes de 2e et 3e cycles ; II voit à ce que l’Association soit adéquatement représentée au sein des comités, commissions et conseils relatifs aux affaires académiques de 2e et 3e cycles de l’UQTR, notamment les comités départementaux ; II reçoit des étudiants les différents griefs et demandes d’aide relatifs aux 2e et 3e cycles...

zonecampus.ca | 5

Un sondage payant ! Pour une deuxième année consécutive, le Service de la bibliothèque de l’UQTR s’est associé à l’Association of Research Libraries (ARL) afin de mener une enquête (Libqual+) sur la qualité de ses services. Depuis le 8 février dernier et jusqu’au 5 mars prochain, les étudiants, le personnel enseignant ainsi que les employés de la communauté universitaire seront sollicités afin de participer au sondage. Présenté sous le thème Allô? On vous écoute, ce sondage a pour objectif de mesurer la satisfaction de la communauté universitaire face aux services offerts par la Bibliothèque de

l’UQTR. Il est possible de répondre au sondage en moins de 10 minutes et les questions de l’enquête s’articulent autour de trois dimensions distinctes : la qualité du service, la bibliothèque comme espace de service et l’accès à l’information. Au terme de ce sondage, le Service de la bibliothèque de l’UQTR recevra des informations au sujet des catégories qui nécessitent une amélioration. Ce projet permettra donc à la bibliothèque d’être plus attentive aux besoins des étudiants, des professeurs, des usagers et, par le fait même, de leur offrir des services qui correspondent mieux à leurs attentes. En guise de remerciement, ceux

qui répondent à ce sondage courent la chance de gagner des prix. D’une part, les étudiants pourraient recevoir un portable de marque Toshiba Satellite L450-02T. D’autre part, les professeurs et chargés de cours pourraient remporter un caméscope de poche de marque Flip Mino 2 GO. De plus, les participants pourraient gagner l’un des six chèques-cadeaux de 25$ de la Coopsco de l’UQTR. Les noms des personnes gagnantes seront connus à l’issue de ce sondage et seront annoncés sur le site Web de la bibliothèque. Pour participer à cette enquête, les personnes intéressées sont invitées à consultez le site Web de la bibliothèque uqtr.ca/biblio/. (K.B.-B.)


OPINIONS

6 | zonecampus.ca

OPINIONS

1er au 15 mars 2010

La comédie humaine

Chut ! Je m’implique

MARIE-NOËLLE MARINEAU Chroniqueuse marinema@uqtr.ca

On entend toujours beaucoup parler de l’implication étudiante, par son importance et sa présence dans nos vies. Plus récemment, on pouvait lire que l’AGEUQTR se penchait sur la façon d’intégrer cette implication dans le cheminement scolaire, soit en l’inscrivant à titre d’équivalence à un cours complémentaire ou à titre de mention au bulletin. Même sans avoir suivi attentivement ce dossier, chacun d’entre vous

connaît, ne serait-ce que de vue, des étudiants qui passent leur temps à l’AGEUQTR pour améliorer la cause étudiante, certains qui organisent des événements pour notre grand bonheur et d’autres, encore, qui gèrent nos associations étudiantes respectives pour nous donner une voix à la grandeur du campus. À ces gens qui s’impliquent, je vous lève mon chapeau. D’autres étudiants s’impliquent également, mais de façon plus discrète et légèrement diff érente; ils proposent des projets liés à leur domaine d’étude, ou encore entérinent une cause qui leur tient à cœur, et ce, de façon entièrement bénévole. Ces manifestations d’actions bénévoles dirigées vers autre chose que le bien-être étudiant passent souvent inaperçues et leurs organisateurs restent la plupart du temps dans l’ombre. Or, ces manifestations font partie de notre environnement, mais leur caractère « c’est normal, ça nous est dû » fait en sorte que nous ne les remarquons que très rarement ou les associons à tort à d’autres organisations lucratives. Prenons l’exemple du colloque de littérature jeunesse qui a eu lieu en février, organisé par quatre étudiantes et diplômées de l’UQTR

des programmes de maîtrise et de doctorat en lettres. Ces organisatrices ont investi beaucoup de temps, échelonné sur plusieurs mois, et ce, dans le but de mettre en place, pour tous les étudiants du domaine et pour elles, une plateforme de diff usion en littérature jeunesse, étant donné qu’elles sont plutôt rares. Cet événement a ainsi permis a 17 participants, dont sept de l’UQTR, de partager les résultats de leur recherches, une opportunité qui a eu des échos au-delà du Québec, puisque des étudiants de l’extérieur de la province y ont également pris part. D’autres étudiants s’impliquent de façon discrète dans le but de faire avancer deux causes qui leur tiennent à cœur et qui ne peuvent qu’entraîner des retombées positives pour l’ensemble de la population terrestre : la protection de l’environnement et le développement durable. En eff et, les membres du Bacc Vert se donnent plusieurs mandats, sur une base annuelle, afi n de sensibiliser les étudiants et la population à ces causes qui visent le bien-être de tous les individus. Le Bacc vert est en fonction depuis plusieurs années déjà, et on leur doit plusieurs améliorations envi-

Le Fantasque « La première cause des nationalités de chaque peuple, c’est la langue maternelle. » Par Hubert Samson Ravagé comme un pays en guerre, le Québec sombre dans la déchéance la plus amère. Après six longues années d’un régime immobiliste, la patrie agonise. Les libéraux ont sapé ses assises. Jean Charest bâillonne et s’étonne que les gens tonnent. En rogne, les opposants bouillonnent, s’époumonent. Assoiffés, ils rêvent de se désaltérer à la coupe de la liberté…

ronnementales qui ont été apportées sur le campus, en collaboration avec le Comité de l’environnement et l’AGEUQTR.

Ces manifestations d’actions bénévoles dirigées vers autre chose que le bienêtre étudiant passent souvent inaperçues et leurs organisateurs restent la plupart du temps dans l’ombre. Ses membres participent également au nettoyage des boisés sur le campus, si souvent pollués par les détritus des gens qui sont trop paresseux pour se rendre à une poubelle (oui, ça existe encore !), et ils font la promotion d’articles écologiques et équitables à leur kiosque mensuel situé près de la cafétéria. Ces deux cas d’implications bénévoles dans le milieu universitaire trifl uvien ne sont que des exemples parmi tant d’autres. Pourquoi avoir choisi de parler de ces cas précis ? Tout simplement,

ces organisations, contrairement à d’autres, ont eu la chance de documenter leurs activités en ligne. Le bénévolat en milieu étudiant touche beaucoup plus de gens qu’on peut le penser. Plusieurs étudiants donnent leur temps pour diverses causes, de façon régulière ou sporadique, par exemple lorsqu’ils ont un trou dans leur horaire. Ne serait-ce qu’en aidant un collègue qui comprend moins bien la matière d’un cours à s’y retrouver, être dans les coulisses du spectacle de variétés de son programme, créer les cartes d’anniversaires pour les gens de son programme, etc. Enfi n, il y a des étudiants qui donnent de leur temps à l’extérieur des murs de notre université; ils sont impliqués dans des organismes à but non lucratif, rendent visitent à des personnes souff rant de solitudes, aident des jeunes avec leurs devoirs et j’en passe. C’est grâce à toutes ces personnes qui ont la volonté de donner un peu de leur temps pour diverses causes qu’elles soient éducationnelles, environnementales ou sociales, qu’on peut espérer un monde meilleur. Cette semaine, sortez un peu de votre cachette et laissez-vous applaudir.


OPINIONS

1er au 15 mars 2010

L’AGEUQTR assiste à une réunion de la TaCEQ

JULIEN ST-LAURENT

Journaliste | Actualités actualites2@zonecampus.ca

L’Association générale des étudiants de l’UQTR (AGEUQTR) a été invitée l2 février dernier à assister à une réunion de la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ), une première rencontre au niveau national depuis qu’elle s’est désaffiliée de la Fédération étudiante du Québec (FEUQ). Invité à titre d’observateur, l’AGEUQTR a tout de même pu donner son avis sur tous les sujets de la réunion. « Les membres de la TaCEQ ont été très ouverts et ont semblé très intéressés par l’opinion de l’association », a affirmé la viceprésidente aux affaires externes de l’AGEUQTR, Marie-Élaine Laroche. La rencontre a permis de développer et d’échanger sur le dégel massif des frais de scolarité, le suivi du plan d’actions entrepris par les associations, de faire le point sur le dossier des programmes de bourses aux étudiants, de mettre à jour l’affaire de la gouvernance des universités et de faire un compte rendu sur ce qui se passait sur chaque campus des associations présentes. La réunion, qui avait lieu à l’Université McGill, regroupait la Confédération des étudiants et des étudiantes de l’Université Laval (CADEUL), le Regroupement des étudiantes et des étudiants

de maîtrise de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS), le Student Society of McGill University (SSMU) ainsi que l’Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS). L’expérience de l’AGEUQTR à donc a été bénéfique et appréciée. Il n’est par contre pas nécessaire ni pressant de s’allier définitivement avec la TaCEQ. La récente indépendance de l’Association de l’UQTR permet de gérer les dossiers qu’elle juge le plus urgents et pour lesquels les efforts sont ainsi davantage fournis. Rappelons que suite à la séparation de la FEUQ, l’Association a décidé de faire cavalier seul et de se représenter elle-même. Elle va par contre s’associer parfois avec la TACEQ sur certains dossiers qu’ils mènent de front communs. Donc, pour le moment, l’idée d’une affiliation permanente à la TaCEQ est mise sur la glace pour l’instant. La Table de concertation étudiante du Québec est un nouveau regroupement national d’associations étudiantes universitaires, qui a comme principal objectif de promouvoir et de défendre les intérêts des étudiants. Cette organisation fonctionne selon un processus décisionnel décentralisé où la concertation des acteurs occupe une place privilégiée et représente aujourd’hui près de 60 000 étudiants et étudiantes. (J.S.-L.)

7 | zonecampus.ca


ARTS ET SPECTACLES

8 | zonecampus.ca

1er au 15 mars 2010

ARTS ET SPECTACLES En mémoire de ces êtres aimés

On voit ici les oeuvres qui utilisent le mouchoir comme symbole de la perte d’un être aimé. Photos : M.-N. Marineau

MARIE-NOËLLE MARINEAU Journaliste aux ar ts arts2@zonecampus.ca

Le Centre de diffusion Presse-Papier présente depuis le 12 février l’exposition « La disparition » de l’artiste montréalaise Maria Chronopoulos.

L’artiste multidisciplinaire, diplômée d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia, nous transmet ses conceptions de certaines idées qui gravitent autour du thème de la perte d’un être aimé, comme l’amour, le désir, la mortalité et la mélancolie. L’exposition est composée d’un nombre restreint d’oeuvres très parlantes qui utilisent différents médiums et dont on saisit rapidement l’émotion et le sens. Deux des murs sont chacun recouvert d’une large oeuvre utilisant la technique du frottis pour exprimer d’une façon bien particulière l’amour et sa finalité. Ces deux oeuvres peuvent être contemplées dans leur ensemble ou de plus près pour la finesse de chacun des éléments qui les composent. De l’autre côté de la pièce, l’artiste exploite le thème du mouchoir brodé en tissu qu’elle utilise comme sym-

bole de la perte ou du deuil d’un être cher. Dans un premier temps, on retrouve ce symbole dans une oeuvre composée de reproduction de mouchoir, qui reprend les détails des éléments qui composaient les deux premières oeuvres. Dans un deuxième temps, on le retrouve dans les dernières oeuvres de l’exposition, qui sont des portraits de la bouche où semble flotter un mouchoir. L’informatique a été utilisée dans ce cas-ci afin de créer un effet de mouvement constant dans le mouchoir. On a malheureusement trop rapidement fait le tour de cette exposition qui aurait pu comporter un peu plus d’éléments. Elle vaut malgré tout le déplacement au Centre de diffusion Presse-Papier. L’exposition sera présentée jusqu’au 14 mars et la galerie est ouverte du lundi au vendredi de 10h-12h et de 13h30-16h et le samedi et dimanche de 14h-17h.

Quelques pages d’histoire et de culture MARIE-NOËLLE MARINEAU Journaliste aux ar ts arts2@zonecampus.ca

Le 18 février dernier a eu lieu le lancement de la publication sur la réalisation de l’oeuvre qui s’intitule Quelques pages d’histoire… de l’artiste trifluvienne Élisabeth Mathieu, et qui commémore le titre de Trois-Rivières capitale culturelle du Canada 2009. La publication décrit les étapes de la conception de cette oeuvre publique que l’on retrouve à l’avant du Centre culturel Pauline-Julien dans le parc des Chenaux, situé dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. L’inauguration avait eu lieu en juin dernier. L’oeuvre, un livre ouvert géant, fait référence à plusieurs formes d’art et à la richesse qu’ils ont apporté et apportent encore à notre ville et notre culture.

DÈ SM IDI

VENDREDI 12 MARS

BILLETS 10$ EN VENTE À L’EMBUSCADE

3.50$ 3.25$

MOLSON EX (TOUTE LA SOIRÉE)

SHOOTER SÉLECTIONNÉ

50$ 90$

13oz DE VODKA (CHASER INCLUS)

26oz DE VODKA (CHASER INCLUS)


ARTS ET SPECTACLES

1er au 15 mars 2010

zonecampus.ca | 9

Froid polaire à la Galerie d’art du Parc

Les deux sculptures de parapluie de Lorraine Beaulieu dont l’une est une représentation sombre de la Terre et l’autre une représentation plus positive.

MARIE-NOËLLE MARINEAU Journaliste aux ar ts arts2@zonecampus.ca

La Galerie d’art du Parc présente Antarctica espace(s) de fragilité depuis le 14 février en guise de première exposition de l’année. L’exposition collective des artistes Andrea Juan de l’Argentine, de Lorraine Beaulieu et Philippe Boissonnet du Québec s’inscrit dans le cadre de l’Année internationale polaire 2007-2009 et se veut un regard environnemental sur le Pôle Sud. Chaque artiste exprime à sa façon une vision de ce territoire plutôt inconnu et de plus en plus fragilisé par le réchauffement de la planète. Les œuvres d’Andrea Juan, de type photographique et vidéographique, qui sont présentées dans le cadre de cette exposition, s’intitulent « Antarctica Project : Red, Methane and Projections series ». Entre autres, il est possible de voir une série de photos où l’on suit de cliché en cliché des rubans rouges et bleus dont les couleurs sont si vives qu’elles nous éblouissent par leurs contrastes frappants avec l’univers paisible et glacial présenté

L’une des pièces présente des photographies d’Andrea Juan où l’on voit d’un côté et à l’arrière des projections vidéographiques sur glacier et à la droite, le début de la série de photo avec les rubans. en arrière-plan. D’autres photos tout aussi grandioses présentent des glaciers qui sont utilisés comme des écrans et sur lesquels sont projetées des vidéos prises par l’artiste. Les installations de Philippe Boissonnet abordent le thème sous un autre angle. L’artiste s’est inspiré de la mythologie alors qu’il était en Antarctique. L’une de ses œuvres exposée à la galerie, une installation lumineuse composée de deux photographies, représente l’Homme qui doit cesser de se laisser porter par la Terre et commencer à porter la Terre à son tour. L’ensemble de ses photographies sous ce même thème se nomme « Le désenchantement d’Atlas », sorte de clin d’œil au dieu de la mythologique grecque. La troisième artiste participant à cette exposition collective, Lorraine Beaulieu, résidente de Trois-Rivières, présente des œuvres sous le titre

« Climat de fragilité ». On peut voir dans l’une des pièces de la Galerie d’art du Parc deux sculptures sphériques faites de parapluie et représentant la Terre. L’une colorée par des tissus et ayant été travaillée par un procédé photographique spécial, et l’autre entièrement noire, pouvant représenter, comme l’écrit l’artiste, « de sombres sentiments face à l’incertitude du climat de notre planète. » Sur les murs de cette pièce, on retrouve des images de l’Antarctique pour venir appuyer le message de l’artiste sur le climat et sa fragilité. L’exposition est présentée jusqu’au 28 mars et il sera même possible d’assister à une conférence d’Andrea Juan sur le projet Antarctica le samedi 27 mars à 14h. La Galerie d’art du Parc est ouverte du mardi au vendredi de 10h-12h et de 13h30-17h et le samedi et dimanche de 13h-17h et l’entrée est gratuite.

En premier plan, l’installation de Philippe Boissonnet représentant l’homme en relation avec la Terre et en arrière-plan, une autre installation lumineuse présentant une photographie de l’Antarctique. Photos : M.-N. Marineau


ARTS ET SPECTACLES

10 | zonecampus.ca

SPeCtaCLe bénéfiCe De CommuniCation SoCiaLe

Exposition de talents cachés

Kim Bergeron et Natalia Senattore Perez, coordonatrices du spectacle de variétés COMMent Dire, étaient particulièrement fières des talents participant à l’événement qui finançait la délégation de l’UQTR pour les prochains Jeux de la Communication. Photo : M. Beaupré

MÉLISSA BEAUPRÉ Journaliste aux ar ts arts1@zonecampus.ca

Afin de financer leur présence aux prochains Jeux de la Communication, les étudiants du baccalauréat en Communication Sociale de l’UQTR ont organisé un spectacle bénéfice qui avait pour titre COMMent Dire. L’événement qui s’est tenu le 18 février dernier au 1012 de l’Université a permis à plusieurs étudiants de partager leurs talents les plus cachés. COMMent Dire est un spectacle de variété organisé par plus d’une soixantaine de bénévoles qui, pour

la plupart, sont étudiants en Communication Sociale à l’UQTR. Lors de cette soirée, plus d’une dizaine de numéros de disciplines diff érentes ont été présentés. Chant, danse, humour, théâtre et slam étaient à l’honneur lors de la première édition de l’événement. De plus, le visionnement d’un LipDub conçu par les étudiants du baccalauréat a été présenté pour l’occasion. Lors de la seconde partie de la soirée, un défi lé de mode était au programme. Les vêtements des boutiques Stitches, La Vie en Rose ainsi que Jack & Jones ont été présentés tandis que quelques étudiants de Communication Sociale défi laient sous les yeux du public présent. Tout au long de la soirée, des prix de participation ont été remis au public. De plus, un moitié-moitié ainsi qu’une vente de bijoux ont été organisés afi n de recueillir les derniers fonds nécessaires à la participation de notre délégation aux prochains jeux. C’est donc un projet d’envergure dans lequel les étudiants se sont beaucoup investis afi n de promouvoir leur présence lors des Jeux de la Communication, qui se dérouleront du 3 au 7 mars prochain à Moncton.

TITRE 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Givresse Je suis le héros Mot de passe Mumu Jenny Girl Ce soir Toutes les filles sont folles de moi Les animaux Presse-citron Dis-moi

Kim Bergeron et Natalia Senattore Perez, les coordonatrices de l’événement, étaient particulièrement fi ères de tout le travail accompli. Depuis le mois de novembre, elles ont travaillé d’arrache-pied afi n de présenter un spectacle de qualité. Elles ont d’ailleurs été très impressionnées des performances qui étaient au programme. Selon elles, il s’agit ici d’une très belle découverte de talents dans leur baccalauréat. Le spectacle représentait l’aboutissement d’un travail acharné qui résulte de nombreuses rencontres préparatoires. Retour en force La délégation de l’UQTR pour les prochains Jeux de la Communication est très fébrile de participer à un tel événement. L’an dernier, les étudiants en Communication Sociale de l’Université n’ont malheureusement pas pris part aux jeux en raison de problèmes d’organisation ainsi que de confl its internes au sein de l’équipe. Cette année représente donc un retour en force pour la délégation de notre université. Nous leur souhaitons la meilleure des chances lors de cette compétition d’épreuves journalistiques.

ARTISTE Vanesse Pariétaire Orange Orange Damien Robitaille Fred Fortin Le Sabot Trio Monogrenade Patrick et les Brutes Bravofunken Polipe Le Husky

1er au 15 mars 2010

SCaP De tRoiS-RiviÈReS

Un vent de changement Le 19 février dernier, la Société de Conservation et d’Animation du Patrimoine (SCAP) donnait une conférence de presse au Foyer Gilles-Beaudoin de la Salle J.-A. Thompson. Le dévoilement de la nouvelle présence sociale de la SCAP était à l’honneur pour cette occasion. M. Ghyslain Raza, président de la SCAP, était fi er d’annoncer les nouveautés du projet. Fondé en 1977, l’organisme de Trois-Rivières avait besoin d’un vent de fraîcheur afi n de mieux envisager l’avenir. Afi n de remédier à la situation, le nom de cette société a été changé pour Patrimoine Trois-Rivières. Selon M. Raza, l’acronyme SCAP a perdu sa signifi cation au fi l des ans. Il était donc important de trouver un nom court et accrocheur. « Patrimoine Trois-Rivières résume l’essentiel de ce que l’on est et de ce que l’on fait», affi rme le président. Afi n de compléter ce changement important, un nouveau logo a été émis. Il s’agit d’un cercle brisé ornementé de trois petites vagues bleues. Le cercle représente le renouveau de la Société de Conservation et d’Animation du Patrimoine, et sa couleur orangée fait référence au sable, cet attribut géomorphologique de Trois-Rivières. Quant aux trois petites vagues bleues, elles représentent l’eau, source de temps qui s’écoule et qui vient briser le retour sur soi. Outre cette nouveauté visuelle, la conférence de presse a également

Campagne de Financement Afi n de faire la promotion de toutes les nouveautés que propose Patrimoine Trois-Rivières, une campagne de fi nancement a été développée. Lors de la conférence de presse, le produit vedette qui servira de fi nancement a été dévoilé. Il s’agit d’un mélange de thé appelé Benjamin Sulte, un produit fait ici même à Trois-Rivières. Au cours des prochains mois, diff érents commerces de la ville de Trois-Rivières devraient vendre ce produit. Les profi ts serviront à fi nancer diff érentes activités, organisées ultérieurement par Patrimoine Trois-Rivières. (M.B.)

La Société de Conservation et d'Animation du Patrimoine (SCAP) change de nom pour Patrimoine Trois-Rivières et arbore pour l'occasion un tout nouveau logo. Photo: Patrimoine Trois-Rivières

TITRE 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

permis au gens présents d’en savoir un peu plus sur les projets futurs de Patrimoine Trois-Rivières. Cette nouvelle orientation que prend l’organisme vise à intégrer le patrimoine au quotidien. De nombreux projets sont en branle, dont la possibilité de partenariats à diff érentes échelles. De plus, la publication annuelle du Bulletin du Patrimoine trifluvien devrait aussi connaître quelques changements au cours des prochains mois. Une approche visuelle diff érente ainsi qu’un contenu toujours plus varié sont des objectifs que Patrimoine Trois-Rivières tente d’exploiter. Finalement, une approche dans les milieux scolaires fait également partie des projets futurs de la société. L’organisme est en pleine eff ervescence et souhaite préserver notre richesse collective afi n de lui donner un avenir prometteur.

ARTISTE

Ambling Alp Camilo (The Magician) Juliette Arrow Romance Is Boring The Man Living On The City... Monster Monster Gold Rush She’s A Genius Rather Be With You

Yeasayer Said The Whale Hollerado Tegan And Sara Los Campesinos! Waving Hand The Almost Basia Bulat Jet Yukon Blonde

www.cfou.ca | Du 24 février au 2 mars 2010


ARTS ET SPECTACLES

1er au 15 mars 2010

zonecampus.ca | 11

Événement à la Galerie r³

Lumières sur les arts et la science MÉLISSA BEAUPRÉ Journaliste aux ar ts arts1@zonecampus.ca

Du 15 au 26 février dernier, la Galerie r³ de l’UQTR accueillait Lumières, l’annuel projet interdisciplinaire en arts et sciences. Organisé par le Centre d’Expérimentation et de Diffusion des Arts et des Science (CEDAS), l’événement s’est démarqué par son originalité. Chaque année, le CEDAS organise un événement interdisciplinaire qui allie arts et science et qui propose plusieurs activités en lien avec une thématique précise. Cette année, Lumières a fait place au travail d’artistes variés ainsi qu’au personnel de l’UQTR. En effet, plusieurs professeurs et chargés de cours du département des arts, tels que Philippe Boissonnet, Denis Charland, Akiko Sasaki et Aimé Zayed, ont pris part aux différentes activités de l’événement qui avait pour but de s’interroger sur le phénomène de la lumière. Du côté des arts, l’exposition Lumières, dont le vernissage a eu lieu le 17 février, proposait des oeuvres très intéressantes d’Alejandra Basanes ainsi que de Joëlle Morosoli. Selon Sarmad Jabard, coordonateur de la Galerie r³, cet événement interdisciplinaire a été organisé minutieusement. « L’installation et

L’exposition Lumières présentait plusieurs oeuvres d’Alejandra Basanes et de Joëlle Morosoli. L’installation de l’éclairage s’est d’ailleurs faite de manière très minutieuse afin de rendre justice au thème de cette année. Photo : S. Jabard l’aspect technique m’ont pris cinq jours d’organisation, c’est-à-dire de l’éclairage jusqu’à l’installation de chaque oeuvre. Ce fut beaucoup de coordination car la thématique de la lumière imposait un certain éclairage, une certaine disposition des oeuvres des artistes ainsi que beaucoup de logistique », mentionnait-il.

Outre l’exposition des oeuvres d’art, une conférence ainsi qu’une table ronde étaient à l’honneur lors des deux semaines d’exposition. Branka Kopecki, professeure régulière au département des arts de l’UQTR a donné une conférence ayant pour titre « Lumière et transparence » le 18 février dernier.

En après-midi, une table ronde animée par Philippe Boissonnet du département des arts et Louis Marchildon du département de physique, portait comme thème « L’étrange légèreté de la lumière dans l’espace de représentation holographique ». Seulement lors de cette

journée, plus d’une quarantaine de personnes ont assisté à ces conférences et tables rondes qui ont suscité plusieurs débats et questions intéressantes. L’événement a prit fin le 26 février dernier et selon Sarmad Jabard, la thématique de l’an prochain est déjà trouvée. C’est à suivre...

Les Zincorrigibles

Humour revu mais non corrigé MARIE-NOËLLE MARINEAU Journaliste aux ar ts arts2@zonecampus.ca

Les gars du projet de web télé Les Zincorrigibles ont un groupe Facebook de plus en plus populaire, animent une chronique humoristique tous les mercredis dans le cadre de l’émission Assemblage Requis à CFOU et surtout, ne veulent pas être pris « pour des caves ». Les Zincorrigibles, c’est Jean-Gabriel Pothier, David Nollet, Joël Dion et Pat Laperrière, quatre diplômés du Bacc en Communication Sociale de l’UQTR. Ils voulaient faire quelque chose qu’ils aiment sans avoir à se conformer, en utilisant l’humour et en respectant un maigre budget. Ils ont donc créé LesZincorrigibles.tv, un site Internet où ils peuvent diffuser leurs vidéos et faire valoir leur vision par le

biais de l’humour. Les principales inspirations du groupe, selon Pat Laperrière, sont Réal Béland, les Chick ‘n Swell et RBO et non les webtélés populaires¸ comme Contrat de gars, contrairement à ce que l’on pourrait croire avant de visionner les vidéos. En effet, en regardant les vidéos, on peut définitivement déceler un style qui leur est unique. Que ce soit par des sketchs ou des parodies musicales, ils n’ont pas peur d’exprimer leur point de vue, au risque de se faire critiquer. On peut entre autres connaître plusieurs de leur opinion en écoutant les vidéos de la série « Prend moé pas pour un cave ! » qui promet un total de 32 épisodes. C’est ambitieux ! Afin d’aller toucher un public encore plus large, ils ont également créé une page Facebook où un plus grand nombre de personnes peut les découvrir, visionner leur plus récentes vidéos et être au courant de leur

projets à venir qui sont assez nombreux. Encore un peu à la recherche d’une ligne directrice pour leurs projets, Les Zincorrigibles exploreront le type documentaire dans l’une de leur prochaine vidéo tout en respectant ce qui semble être une mission pour eux : faire rire. Ils travaillent également sur le concept du prochain gala de la Jeune Chambre de Commerce de la Mauricie qui promet sans contredis une soirée originale et amusante. À plus long terme, Les Zincorrigibles visent bien entendu une plus grande visibilité. Ils songent d’ailleurs à envoyer une vidéo pour le gala des Oliviers de l’an prochain. En attendant, ils tentent de mobiliser le plus de gens possible, idéalement 1000, pour un projet d’anti-lipdub sur leur reprise de plus de six minutes de « Moi j’connais une chanson », qui devrait être filmé dans les prochaines semaines dans différents commerces

de la rue des Forges, au centre-ville. Si vous voulez y participer, ils vous invitent à les contacter par la section

Contact de leur site web LesZincorrigibles.tv ou en leur écrivant sur Facebook.

Les gars derrière LesZincorrigibles.tv : David Nollet, Pat Laperrière, Jean-Gabriel Pothier et Joël Dion. Photo : Marie-Joëlle Crépeau pour les Zincorrigibles


SPORTS

12 | zonecampus.ca

1er au 15 mars 2010

Hockey

Les Patriotes finissent leur saison 2009-2010 en beauté pour ajouter chacun deux buts et deux mentions d’aide à leur fiche. Samuel Richard et André Joanisse ont également noirci la feuille de pointage. Carleton 4 – UQTR 6 Moins de 24 heures plus tard, l’Université de Carleton a subi le même sort, mais dans une rencontre bien différente. Les Patriotes l’ont emporté 6 à 4, dans un match ponctué de 138 minutes de pénalité. Neuf joueurs ont été expulsés dans la dernière minute de jeu.

Audrey Tremblay

Journaliste | Sports sports2@zonecampus.ca

Les Patriotes de l’UQTR ont signé des victoires à leurs deux dernières rencontres de saison régulières. Ils terminent donc l’année au premier rang de la conférence de l’Ontario et au quatrième rang au Canada avec une saison record de 48 points. « Il y a eu plus de hauts que de bas, il faut bien se l’avouer ! On avait beaucoup d’interrogations au début, on avait perdu beaucoup d’éléments clés et on ne connaissait pas la valeur exacte des nouveaux qui arrivaient avec nous. Finalement, au courant de la saison, il s’est bâti et installé une confiance, et au moment critique où on aurait pu avoir des baisses à cause

Les représentants de l’Université d’Ottawa se sont une fois de plus faits littéralement effacer par l’UQTR. Cette scène s’est reproduite à plusieurs reprises dans la rencontre. des blessés, on a eu une nouvelle vague de joueurs et ça a fait toute la différence. La régularité du gardien de but Jean-Christophe Blanchard a également été un point important », soutient l’entraîneur Jacques Laporte aux termes de la saison. Après avoir savouré la dernière victoire de la saison régulière pendant quelques instants, joueurs et entraîneurs tournent déjà la page sur la saison et plongent de plein fouet dans les séries éliminatoires. « Gagner toutes ses rencontres

à domicile en saison régulière est de bon augure, mais c’est malheureusement déjà chose du passé. On pourrait en perdre une et finir de jouer vendredi prochain. Maintenant ça ne veut plus rien dire. Qu’on l’ait fait, c’est déjà bien et on le met en banque », expliquait Laporte, conscient de ce qui attend sa troupe. Ottawa 1 – UQTR 6 Si l’entraîneur Jacques Laporte affirme ne pas aimer jouer à Ottawa, il doit en être tout autant

Photo : A. Tremblay

pour l’entraîneur des Gee-Gees en sol trifluvien. Les représentants de l’Université d’Ottawa se sont une fois de plus faits littéralement effacer par l’UQTR. Les Patriotes ont mis quelques minutes à se mettre en marche, laissant leurs adversaires prendre les devants à 1-0 dès la deuxième minute de jeu. Il n’en fallait pas moins pour réveiller les Patriotes qui ont pris d’assaut les 58 minutes restantes. Francis Charland et Étienne Bellavance-Martin ont profité de l’occasion

Les esprits ont commencé à s’agiter un peu plus en milieu de troisième période alors qu’un joueur des Patriotes y est allé d’une bonne mise en échec sur un joueur des Ravens. Les marqueurs du côté des Trifluviens ont été Jean-Sébastien Breton, Alexandre Boivin, Pierre-Alexandre Joncas, Étienne Bellavance-Martin, Alexandre Demers et Félix Petit. Jean-Christophe Blanchard, quant à lui, a profité d’un congé alors que Mathieu Lévesque et Sébastien Comeau se sont partagé le filet.

Hockey universitaire

Les Patriotes de l’UQTR passent en demi-finale de l’est Audrey Tremblay

Journaliste | Sports sports2@zonecampus.ca

Les protégés de Jacques Laporte ont débuté les séries éliminatoires du bon pied en signant une première victoire contre les Stingers de Concordia en quart de finale. C’est au compte de 6 à 2 que les Patriotes l’ont emporté. Ils ne l’auront toutefois pas eu facile. Les Stingers ont même été les premiers à s’inscrire au pointage alors qu’ils profitaient d’un avantage numérique. Par ailleurs, leur avance aura été bien courte puisque les Patriotes les imitaient quelques minutes plus tard. En deuxième période, Pierre-Al-

exandre Joncas a profité d’un gardien complètement battu pour pousser la rondelle au fond du filet pour faire 2-1 en faveur de l’UQTR. L’allure de la rencontre aurait bien pu tourner en faveur des visiteurs à la fin de cet engagement tandis que les Patriotes écopaient d’une pénalité majeure de 5 minutes. Les Stingers n’auront trouvé le filet qu’une seule fois pour remettre les deux équipes à la case départ alors qu’ils évoluaient à 4 contre 4. Cette égalité n’aura pas duré longtemps. À quelques secondes de la fin, Félix Petit redonnait le momentum à son équipe. L’entraîneur Jacques Laporte ne le cache pas : « Ce but-là leur a vraiment fait mal, mais j’aurais pensé qu’ils étaient pour revenir un petit peu plus fort que ça en troisième. » Au dernier tiers, les Patriotes, par

l’entremise de Félix Petit, ont profité de l’indiscipline des Stingers pour doubler leur avance. Puis Olivier Donovan a enlevé tout espoir aux Montréalais en inscrivant deux buts en moins de 3 minutes en fin de rencontre. Concordia remporte le deuxième match Les Stingers ont forcé la tenue d’une troisième et ultime rencontre en décrochant une victoire au compte de 2 à 1 à leur domicile. L’étincelante performance du gardien Maxime Joyal y est pour quelque chose. Il a stoppé 47 des 48 lancers dirigés contre lui dans cette rencontre. Jean-Sébastien Breton a été le seul à marquer pour les Patriotes. Une rencontre sans lendemain Les Stingers ont donné une bonne frousse aux Patriotes en début de

rencontre. Maxim Joyal s’est dressé comme un mur en première période, laissant les hommes de Jacques Laporte sur leur faim malgré les 3 avantages numériques qui leur ont été accordés. Les visiteurs en ont même profité pour prendre les devants 1-0. La machine des Patriotes s’est par ailleurs remise en marche en deuxième période. En début de deuxième, Maxime Lévesque a remis les deux équipes à la case départ en désavantage numérique. Pierre-Alexandre Joncas quant à lui donnait les devants aux siens et son coéquipier Étienne Bellavance-Martin doublait cette avance quelques instants plus tard. Les Stingers ont réduit l’écart à un seul but avant de se retirer au vestiaire. C’est finalement Maxime Lévesque qui a enfoncé le clou dans le cercueil

des représentants de Concordia en marquant son deuxième but de la rencontre pour faire 4 à 2 au dernier tiers. L’entraîneur Jacques Laporte : « Ça aurait été dommage que ça se finisse autrement que comme ça. Je pense qu’on méritait ça et la logique a été respectée », affirme l’entraîneur Jacques Laporte. Demi-finale Au moment d’aller sous presse, les Patriotes de l’UQTR seront déjà en action dans la demi-finale qui les opposera aux Rams de Ryerson. Selon l’entraîneur-chef, cette série est loin d’être gagnée : « Ça va être difficile. On va les aborder avec grand respect, vu que la série débute là-bas et qu’on évolue avec plusieurs joueurs blessés. »


SPORTS

1er au 15 mars 2010

vox-PoP

Qu’avez-vous de prévu pour la relâche ?

Louis Lacroix

Marie-Josée Maltais

Histoire

Arts

« Une journée de ski et après de la relaxation »

« Aller voir ma famille et en profiter pour créer »

Sophie Laforest

Youri Long

Communication

Certificat en administration

« Je vais aller à Moncton pour les jeux de la Comm. »

« Je vais en profiter pour jouer avec mes enfants »

atriotes de la semaine Photo : Patriotes

Patriote de la semaine

Patriote de la semaine

L’étudiant de deuxième année en administration, Francis Charland, a été sélectionné comme Patriote de la semaine pour ses performances lors des trois dernières rencontres de son équipe. Le vétéran de deux saisons avec l’équipe de hockey a connu une autre performance digne de mention en amassant trois buts et cinq passes lors de la dernière semaine. Dans le match décisif pour la première position de l’association est du Sport universitaire de l’Ontario contre les Redmen de McGill, Charland a récolté un but et deux passes dans une victoire de 5-4. Contre les Gee-Gee’s d’Ottawa c’est 2 buts et 2 passes qu’il a ajouté à sa fi che dans une victoire de 6-1 des Patriotes. Il a fi nalement recueilli une passe dans une troisième victoire des Patriotes par la marque de 6-4 contre les Ravens de Carleton. Il termine ainsi sa deuxième saison avec les Patriotes avec un impressionnant total de 53 points (24 buts et 29 passes) en 27 parties pour ainsi terminer au deuxième rang des pointeurs de l’Ontario. (A.T.)

Maxime Lévesque, recrue de l’équipe de hockey, a été choisi Patriote de la semaine du 22 février. Absent du jeu suite à une blessure subie en France lors de la période des Fêtes, Maxime participait à son premier match de saison régulière depuis le 5 décembre dernier. Il a enregistré deux buts dans le match ultime du quart de fi nale de la division est de l’Ontario pour permettre aux Patriotes de disposer des Stingers de Concordia par le pointage de 4-2. En début de deuxième période, alors que les Patriotes tiraient de l’arrière 1-0, Maxime enregistra le premier but des Patriotes en désavantage numérique. Au milieu de la 3e période, l’étudiant, qui débute un certifi cat en administration, a inscrit le but d’assurance des Patriotes. (A.T.)

du 15 février 2010 : FRANÇIS CHARLAND

du 22 février 2010 : MAXIME LÉVESQUE

J��X

zonecampus.ca | 13


SPORTS

14 | zonecampus.ca

1er au 15 mars 2010

Soccer Masculin

Trois victoires consécutives JONATHAN COSSETTE

Journaliste | Sports sports1@zonecampus.ca

Les Patriotes étaient en mission dimanche 21 février dernier face aux Stingers de Concordia et ils ont très bien relevé le défi. Les hommes de Pierre Clermont ont dominé le match à partir de la vingtième minute et ils ont profité d’un doublé d’Abdoulaye Kanté pour signer un troisième gain consécutif. C’est sans leur gardien numéro un Roch Goyette et sans Mouhamadou Diop que les Pats devaient se mesurer aux Stingers de l’Université Concordia. Les deux joueurs purgeaient des suspensions d’une partie, mais ils ont vu les siens disputer toute une rencontre. En première demie, les joueurs de Pierre Clermont ont eu plusieurs occasions de marquer et ils ont même touché deux fois la barre transversale. Il aura toutefois fallu attendre à la 60e minute de jeu pour voir Kanté marquer son premier but du match, sur un retour de poteau qu’il a dirigé dans une cage béante. Les Patriotes ont ensuite pris d’assaut le territoire adverse et ils ont manqué au moins trois chances en or, touchant même un quatrième poteau dans le match. Tout ce travail a provoqué de l’indiscipline chez Concordia et Abdoulaye Kanté s’est vu attribuer

un tir de pénalité. Il n’a pas raté sa chance de procurer aux siens une avance de 2-0 et les Pats l’ont emporté par cette marque. Philippe Gendron (première demie) et Vincent Guay-Côté (deuxième demie) se sont partagé le jeu blanc.

« Notre défensive a très bien répondu dans ce match. […] Tout le monde joue et contribue à la victoire. »

– Pierre Clermont, entraîneur Les Pats ont dirigé pas moins de 28 tirs vers le filet adverse contre seulement sept pour les Stingers. L’entraîneur de l’UQTR, Pierre Clermont, était satisfait du travail des siens. « Notre défensive a très bien répondu dans ce match. Nous avons bien récupéré le ballon devant le filet adverse. Il faut souligner les excellentes performances de Marc-Antoine Simard et de Maxime Claveau. Tout le monde joue et contribue à la victoire », confiait-il. En tenant compte du match horsconcours de la semaine dernière, il s’agit donc de la troisième victoire consécutive de l’équipe. Le prochain match aura lieu à Trois-Rivières dimanche 28 février contre l’Université de Montréal.

Les joueurs de Pierre Clermont ont eu plusieurs occasions de marquer et ils ont même touché deux fois la barre transversale. Photo : J. Cossette Victoire contre l’Attak En ce jour de Saint-Valentin, les Patriotes se mesuraient à l’équipe séniore locale de la Ligue Canadienne de Soccer, l’Attak de Trois-Rivières. Bien qu’il s’agissait d’une rencontre hors concours, les hommes de Pierre Clermont ont travaillé très fort et ils sont sortis vainqueurs par la marque de 2 à 1. La fin de match a d’ailleurs été hors du commun. Les Pat’s ont marqué dès la quatrième minute de jeu. Après avoir reçu le ballon d’Abdoulaye Kanté, André Christel Titia Mentong y est allé d’une très belle incursion sur le flanc avant de diriger un tir très précis au deuxième poteau pour battre le gardien de l’Attak.

Le gardien de Patriotes, Roch Goyette, a disputé le tiers du match et a dû se signaler à deux reprises, notamment sur un dangereux tir franc. Clermont a ensuite décidé d’utiliser Philippe Gendron devant le filet pour les 30 minutes suivantes et Vincent Guay-Côté pour le troisième tiers. Après avoir manqué une chance en or à la 84e minute, l’Attak a continué de travailler fort. Durant la période de temps ajouté, ces derniers se sont vu attribuer un coup de pied de coin. La remise du ballon s’est faite directement sur le joueur escompté. Sur ce jeu, l’arbitre n’a pas signalé la faute de mains et l’Attak a marqué le but égalisateur. Suite à

la contestation de deux joueurs de l’UQTR, l’arbitre a procédé à deux expulsions. Alors que les Pats jouaient les deux dernières minutes à 9 contre 11, Abdoulaye Kanté a battu de vitesse la défensive adverse pour ainsi s’échapper. Il a d’abord couché le gardien adverse d’une superbe feinte pour ensuite marquer le but vainqueur dans une cage déserte. C’était l’euphorie du côté des Patriotes et chez les nombreux spectateurs présents au Centre Alphonse Desjardins. C’était un match à haute intensité, dans lequel les Pats ont dominé 18-14 au chapitre des tirs au but (13 tirs cadrés contre 8 pour l’Attak).

Soccer féminin

Première victoire dans la nette domination L’équipe féminine des Patriotes avait le goût de fêter la Saint-Valentin dans la joie et dans la victoire. Les représentantes de l’UQTR s’y sont prises de la bonne façon en s’offrant une victoire de 2 à 1 contre l’Université Bishop. C’était un match à sens unique. Ce match disputé au Centre Alphonse-Desjardins est un bel exemple de domination. Les Patriotes ont dirigé 31 lancers en direction de

la cage adverse contre seulement 11 pour Bishop. Les joueuses de l’Université Bishop avaient ouvert la marque tôt dans le match sur un surprenant lancer de Steph Burnett, tout juste élevé au dessus de la tête Stéphanie Rousseau. C’était le premier lancer du match et elles termineront la première demie avec deux tirs au but. À noter que la gardienne de but des Patriotes a eu à se signaler sur ce deuxième tir, avec un arrêt du bout des doigts.

Les Patriotes ont ensuite pris le contrôle du match et généré plusieurs chances de marquer. Bishop était tellement dominé qu’ils ont dû procéder à quatre substitutions en première demie. Dès le début de la deuxième mi-temps, les Patriotes ont créé l’égalité dans une confusion défensive et par une mauvaise sortie du gardien adverse. Jessica Lavallée a marqué d’un bon tir. Il a fallu attendre jusqu’à la 82e minute pour voir les efforts des Pats récompensés. Maude Bellerive a dirigé son coup de pied de coin directement dans la surface de séparation vers Gabrielle Rivest. Elle a marqué le but qui s’avérait celui de la première victoire de la saison de l’UQTR. C’est donc dire que l’Université Bishop (0-5) glisse au dernier rang du classement, derrière Trois-Rivières (1-4). Bel effort, mais en vain Dimanche, le 21 février dernier,

les Pat’s recevaient les Stingers de Concordia (1-4) et encore là, ce fut un match à sens unique. Malheureusement, elles ont subi la défaite. Concordia a inscrit un but qui a fait mal, soit tard en première demie alors qu’il restait moins de deux minutes à jouer. Dans la domination, Trois-Rivières a manqué deux échappées et a frappé deux poteaux à la première mi-temps. En deuxième, les Pat’s avaient encore le contrôle du ballon, comme l’indiquait le nombre de tirs (7 à 1). Mais à la 70e minute, un tir franc a été redirigé directement à la gauche et hors de portée de la gardienne des Patriotes, Isabelle B. Sénécal. Il s’agissait du deuxième lancer seulement pour Concordia dans cette demie. Les espoirs sont revenus à la 85e lorsque les Pat’s ont inscrit un but lobé sur un lancer franc. Le temps est alors devenu le pire ennemi des Patriotes. Compte tenu du fait que

les Pat’s ont obtenu deux fois plus de tirs au but que leur adversaire, l’entraîneur adjoint Ghislain Tapsoba était heureux se sa troupe. « Nous avons eu quelques problèmes de finition. Il faudra prendre plus de responsabilités. Nous avons joué un très bon match avec d’excellents mouvements de ballon. Nous avons créé plusieurs occasions de marquer. On dirait qu’on crée plus de chances lorsque nous sommes acculés au pied du mur. La semaine prochaine, nous affrontons une excellente équipe. Il faudra que les filles soient prêtes dès le début du match », disait Tapsoba, en remplacement de l’entraîneuse en chef Marie-Ève Nault, présentement à Chypre, pour y jouer avec l’équipe nationale. Le prochain match des Patriotes aura lieu à domicile le dimanche le 28 février. Il s’agira du dernier match de la saison régulière pour l’équipe féminine qui accueillera l’Université de Montréal. (J.C.)


SPORTS

1er au 15 mars 2010

SPORTS

zonecampus.ca | 15

SoCCeR

Daniel Dupont : Le ministre de la Défense ! la région de Québec, dans la catégorie AA d’âge sénior. Depuis deux ans, il évolue pour l’équipe AAA du Sélect de Trois-Rivières. Étant très énergique, il n’a jamais cessé de jouer depuis que ses parents l’ont inscrit au soccer. Même l’hiver, il se consacre à ce sport qui le passionne.

JONATHAN COSSETTE

Journaliste | Sports sports1@zonecampus.ca

Daniel Dupont est un « p’tit gars » du coin. Il dispute sa dernière saison avec les Patriotes. Au-delà de son rôle de défenseur, il est le leader de cette équipe. Il termine présentement son baccalauréat en mathématique (profil enseignement). Le capitaine des Pat’s aimerait bien conclure sa carrière avec un championnat. Enfant unique, il est né à Montréal en 1987, mais a vite déménagé dans la région de Trois-Rivières. Dès l’âge de 5 ans, il commence à jouer au soccer, un choix qu’il ne regrettera pas. Jusqu’à l’âge de 11 ans, il a évolué au niveau local, dans le secteur de Cap-de-laMadeleine. Il s’est retrouvé ensuite avec l’équipe locale pour le Club de Soccer de Francheville (CSF), qui regroupait les meilleurs joueurs de la région. Il s’agissait du niveau AAA provincial. Par la suite, il a évolué dans

Daniel Dupont.

Photo : Patriotes

« Si j’ai pu motiver quelques gars juste par mon attitude, je suis parfaitement heureux. » – Daniel Dupont

Daniel Dupont dispute présentement sa dernière saison en tant que joueur et capitaine des Patriotes. Il prend son rôle très au sérieux. « Un capitaine sert surtout à ce que les joueurs forment une équipe soudée. Il faut que l’ambiance de l’équipe soit la meilleure possible, dans la victoire comme dans la défaite. J’ai toujours été un joueur de caractère et assez intense. Si j’ai pu motiver quelques gars juste par mon attitude, je suis parfaitement heureux », confi ait-il. Sa plus grande satisfaction est d’abord et avant tout l’obtention de son diplôme universitaire. Encore mieux, il a pu étudier pendant cinq ans, en portant les couleurs des Patriotes, tout en travaillant et en profi tant de la vie, ce qui le rend encore plus fi er de terminer sur cette note. « Au niveau du soccer, je crois que ma deuxième saison avec les Patriotes a été la plus valorisante. En plus de

faire les séries, nous avons donné toute une opposition à la meilleure équipe de la ligue, soit l’Université de Montréal. », ajoute-t-il. Aux futurs joueurs, le capitaine lance un message. « C’est le travail qui rapporte. Il suffi t de toujours donner le meilleur de soi-même, que ce soit

en pratique, en entraînement (gymnase, course) ou en situation de match. Plus tu travailles fort, plus tu vas t’améliorer vite. » Il a également tenu à remercier tous ses coéquipiers de cette année qui lui ont fait vivre une très bonne saison extérieure et qui ont fait en

sorte qu’il puisse se retirer heureux et fi er d’avoir joué pour les Patriotes. « Je souhaite à tous ceux qui continuent et à ceux qui se joignent à l’équipe une participation au championnat canadien dès l’année prochaine », disait-il en terminant. Voilà pourquoi c’est un excellent capitaine !


Transactions électroniques illimitées

Aucuns frais annuels Carte de crédit2 Or OVATION MasterCardMD, MD1

Compte Chèques sans frais Réduction de taux

Étudiez votre programme! Étudiants en sciences infirmières1, nous vous offrons un programme exclusif avec des avantages spécialement adaptés à vos besoins.

bnc.ca/etudiantsinfirmiers Fonds de roulement étudiant2 Programme de récompenses

Gratuités transactionnelles

1. Le programme financier pour les étudiants en soins infirmiers et en sciences infirmières du Québec est un avantage offert aux étudiants à temps plein ou résidents (si applicable). Pour se prévaloir du programme, l’étudiant doit fournir une attestation d’études ou de résidence, son code permanent de l’OIIQ et adhérer à la carte de crédit Or OVATION MasterCard. 2. Sous réserve de l’approbation de crédit de la Banque Nationale. MD Or OVATION est une marque déposée de la Banque Nationale du Canada. MD1 MasterCard est une marque déposée de MasterCard International Inc. Usager autorisé : Banque Nationale du Canada.