Issuu on Google+

Moussey Octobre 2012

BULLETIN MUNICIPAL Responsable de publication : Bertrand Klein, maire de Moussey Responsable de rédaction : Evelyne Bana

Sous le signe du respect … Sommaire : •Les derniers conseils •Etat Civil •Infos pratiques •Affaires Militaires •Mission Locale •Départ de Jacqueline •Mme Malaisé raconte Moussey •L’ASLM •Arrêté municipal •Les nouveaux sentiers

Bonne retraite à François Chrétien qui cède la place à René Thirion

Traiteur et Chef à domicile installé à son domicile, 7 rue du Vieux Moulin à Moussey, il est joignable au 03 29 41 39 17 ou 06 81 27 25 04 venez faire un tour sur son site : http://thirion.traiteur.monsite-orange.fr

Infos pratiques : Pharmacie : composez le 3237 pour connaitre la pharmacie de garde la plus proche de chez vous ou regardez sur la porte de la pharmacie, la liste y est affichée. Médecin de garde : les soirs et weekend appelez le centre Médigarde au 0820 33 20 20 en cas d'urgence faites le 15

Comptes rendus de Conseils avec tout d’abord quelques délibérations votées à l’unanimité : Achat de terrains à la famille Muller pour 8 ares, et à René Bastien pour 78 ares. Tous ces terrains jouxtent des terrains communaux. Location des Grandes Gouttes : suite aux travaux de déboisement et de remise en état de parcelles dédiées à la pâture (38000 euros TTC, subvention du CG à hauteur de 80% au titre de l’ouverture paysagère), mise en place d’une convention pluriannuelle de pâturage avec deux agriculteurs : Pierre ROPP de Le Saulcy pour 3 ha, Pascal THIEBAULOT de La Petite Raon (Ferme de Capucine) pour 4,5 ha. Convention pour cinq ans renouvelable. 30 euros l’hectare par an. Aide exceptionnelle accordée au judo club de SALM pour sa prestation du 1er mai 2012 lors de la foire aux vaûtes : 300 euros ; en sachant que le Judo Club de Salm est fréquenté par une vingtaine d’habitants de Moussey. Vote d’une motion de soutien à l’ONF pour la conservation des emplois et à la présence sur le terrain des agents. BILAN DES TRAVAUX COMMUNAUX : réalisés en régie avec l’équipe communale dont trois contrats aidés. Défrichage de la « station de tramway », le principe est de la réhabiliter avec une restitution à l’identique pour les journées du patrimoine. Fuites d’eau potable et reprise d’enrobés à froid notamment sur des portions de voirie non communale (pour 4/5ème des travaux) Désherbage mesuré avec désherbant chimique, l’achat annuel de produit a diminué de 500 euros. Fleurissement : prestataire école de Roville-aux-Chênes pour un montant annuel de 800 euros. Débroussaillage manuel et avec engin sur l’ensemble de la commune. Ravalement des façades de la mairie en cours. Nettoyage de l’église qui en a bien besoin : suggestion : il faudrait prévoir un nettoyage annuel de l’église avec le conseil et une équipe de volontaires (statues et boiseries) LE POINT SUR LES PROJETS EN COURS : 1- Chaufferie bois pour alimenter les bâtiments communaux : Réalisé : études et demandes de subventions avec réponse positive A faire : - choix du combustible et type de chaudière : le principe serait de travailler avec la plaquette bois fournie par une scierie locale - lancer le marché - communiquer les devis retenus aux partenaires financiers 2- Desserte forestière : Travaux en cours de réalisation : le 10 septembre, visite de chantier à la côte du Mont, avec l’ONF, le Centre régional de la propriété forestière (CRPF), les chasseurs et les propriétaire riverains …


Suite : 3- Aire de jeux pour enfants : pour cette fin d’année (article pages suivantes) 4. Projet d’assainissement et aménagement des espaces publics Réalisé : - études géotechniques, diagnostic eau potable par BET EGIS eau, étude du réseau d’évacuation, étude d’aménagement des espaces publics (architecte-paysagiste Eliane Houillon) ; AVP (avant projet) assainissement, AVP eau potable. A faire : - travailler sur AVP, définir les tranches du projet (réunion SIAVR prévue le 14/06/12) selon les aides et les moyens financiers, intégrer le collecteur, les branchements individuels, réalisation en parallèle du réseau d’eau potable et des aménagements de surface. Estimation du coût de l’assainissement au stade de l’avant-projet : Collecteurs et aménagement : 2 746 427 € TTC Branchements : 712 000 € TTC. N’est pas compris dans cette estimation le réseau d’eau potable. Le Conseil Municipal s’interroge sur le surendettement que générerait cette opération et propose de saisir le Préfet pour obtenir des conditions d’aides acceptables afin de réaliser ce projet. Le taux d’aide actuel serait de 60% environ (aide agence de l’eau + CG) mais sur seulement 1,7 M (calculé par rapport à la population). DIVERS :  Remplacement du drapeau des cérémonies de commémoration (le drapeau de Riri) qui est très abîmé : le devis s’élève à 1202 €. Le conseil vote pour à l’unanimité.  Diagnostic amiante sur les bâtiments publics (mairie, école) : néant.  Augmentation de la taxe sur le foncier bâti de 5,28% imposée par le nouveau calcul du département au profit de l’aide sociale. Le courrier explicatif de Monsieur Poncelet est consultable en Mairie.  Convention avec l’ONF pour une vente de bois à la scierie Lemaire, suite à la délibération du 7/10/2011 sur la base de 400 m3.

« Les tondeuses de l’été ou les tronçonneuses de l’automne » Ce pourrait être le titre d’un roman à la mode mais c’est aussi et surtout une requête des habitants qui souhaitent être informés sur leurs droits et leurs devoirs citoyens. N’empêche … le mieux est encore de respecter ses voisins, le cadre tranquille de notre vallée et aussi un petit peu la loi. Jusqu’à ce jour, la municipalité n’a pas pris d’arrêté sur le sujet et c’est donc le droit du Code de la Santé Publique qui s’applique par l’arrêté préfectoral des Vosges : article 964/08/DDASS/SE relatif à la lutte contre les bruits de voisinage … alors STOP aux idées reçues !!

Etat Civil : Naissance : Le 03 avril 2012, Noé Rapp, fils de Manuel Rapp et Estelle Niclot Le 06 juin 2012, Lucas Blaise, fils de Didier Blaise et Viola Blümle Le 14 septembre 2012, Chrys Liegeois, fils de Christian Liegeois et Myriam Herry rectificatif : Louna Laxenaire est la fille de Damien et non de Mickaël Laxenaire Mariages : se sont unis devant Monsieur le Maire : le 23 juin 2012, Romuald Hung et Stéphanie Masson, le 21 juillet 2012, Christophe Léon et Nadège Barera, tous nos vœux de bonheur ! Décès : Alain Grevisse, le 17 août 2012

Affaires militaires : Tu viens d'avoir 16 ans ? Pense au recensement en mairie !

c'est une formalité obligatoire ! Les jeunes gens et les jeunes filles nés entre le 1er octobre et le 31 décembre 1996 sont invités à venir se faire inscrire en mairie munis du livret de famille.

Attention : il faut avoir 16 ans révolus.

Article 2 : Afin de protéger la santé et la tranquillité publique, tout bruit gênant par son intensité, son caractère répétitif ou sa durée, causé sans nécessité ou dû à un défaut de précaution est interdit de jour comme de

nuit… Article 10 : les travaux de bricolage ou jardinage réalisés par des particuliers … ne sont autorisés qu’aux horaires suivants :

les jours ouvrables : de 8h30 à 12h et de 14h à 19h30; les samedis de 9h à 12h et de 14h à 19h; les dimanches et jours fériés de 10h à 12h. Article 16 : Dans le cadre des activités professionnelles (…) toute personne physique ou morale, qui utilise des appareils susceptible de porter atteinte à la tranquillité du voisinage (…) doit interrompre ces travaux entre 20h et 7h, du lundi au samedi et toute la journée des dimanches et les jours fériés, sauf en cas d’intervention urgente.

Bon pied bon œil, notre doyenne fête ses 103 ans … avec tout notre respect Madame Farine.


Parole aux jeunes La Mission Locale de l'arrondissement de Saint-Dié fête ses 30 ans cette année ! À cette occasion et dans le cadre des « Assises Permanentes de la Jeunesse », 16 « Ambassadeurs de la parole des jeunes » ont été recrutés en service civique (service-civique.gouv.fr), afin d'établir un bilan sur la jeunesse locale à travers son propre regard. « Construire ensemble une place pour les jeunes », le slogan des Missions Locales, prend tout son sens dans l'action des Ambassadeurs. Partir à la rencontre des jeunes (moyenne d'âge 16/25 ans) pour recueillir leur parole sur tous les sujets qui les concernent : emploi, formation, logement, mobilité, santé, loisirs ..., telle est la mission des Ambassadeurs qui a débuté le 10 mai 2012 pour une durée d'un an. Recueillir également les attentes et les projets des acteurs qui œuvrent aux côtés des jeunes pour favoriser des échanges. Pour le secteur du canton du Pays de Senones et de la Vallée du Hure , Aurore Blosse et Sandra Ferner vous attendent et sont à votre écoute ! « On vous donne la parole, alors prenez-la ! » Le site des ambassadeurs: www.ambassadeurs-ml-saintdie.fr sandra-ambassadeur@voila.fr aurore-ambassadeur@voila.fr

Aire de jeux de la Grevelle Elle est située en bordure de l’ancienne voie de chemin de fer (future piste multimodale), en contrebas de la rue du Cornal-Dessous. Voici un dossier de longue haleine qui trouve ici son aboutissement, un projet soutenu à l’unanimité par le conseil afin de doter la commune d’un lieu de vie pour les plus jeunes, mais aussi pour les grands. Alors quelques chiffres : Coût des jeux : 42 300 euros TTC hors aménagements, qui sont réalisés par des entreprises locales ou par le personnel communal. Les aides acquises : par la Région 20 000 € et le Département 7 684 € dans le cadre de l’aménagement d’une aire socio-éducative.

Reste encore à réaliser un aménagement paysager … et là !! j’ai une petite idée !!! … si chaque foyer de Moussey apportait une plante … vous savez ! les cotonéasters ou juniperus qui se multiplient à tout va, les bambous, les rhododendrons qui marcottent, les asters ou hémérocalles qui reviennent plus vigoureux chaque année et que l’on met au compost (dans le meilleur des cas …). Il y a environs 400 familles, mais tout le monde ne dispose pas d’un terrain, donc on pourrait imaginer réunir 200 plants … et je ne vous parle pas d’un point de vue financier, je vous parle d’un projet collectif, d’un lieu de vie où tous les habitants auraient apporté une contribution, d’un endroit où l’on viendrait en se sentant un peu comme chez soi … bref ! Je rêve !! Et si on le faisait ??? Evelyne


Dernier dimanche de juillet ! Tous les adhérents sont cordialement invités pour un pique-nique géant au refuge de Prayé, loué par l'A.S.L.M. Ils sont arrivés … un tapis d'herbe bien verte, fauchée par Claude, les accueille. Les tables sont dressées par Danièle, vraie fée du logis! Le soleil est de la partie et un bon feu réchauffe l'atmosphère à l'intérieur. Tous sont heureux de se revoir, on prend la place, près des amis et … les bavardages commencent… A midi !! La surprise. Le traiteur local arrivait avec un pique-nique de Gargantua. Vous voulez savoir ? Alors, écoutez bien…tranches de saumon superbement disposées sur le plat, poulet froid, rôti, nombreuses sauces. Les salades de pommes de terre, carottes, concombres, salade verte, plateau de fromages. Les vins étaient dignes des invités : 35 en tenue estivale et décontractée…Le pain à l'ancienne et pour clore: une salade de fruit frais géante avec la brioche maison. On ne voyait pas le temps passer. Et au café…Les vamps sont arrivées.

Les reconnaissez-vous??

Cherchez bien.

Une ambiance terrible!!

Pour se dégourdir les jambes, promenade jusqu'au Col de Prayé. Certains jouent à la belote (c'est sûr Mino va encore gagner…). Le soir, au coucher du soleil, tous sont restés, ils se sont à nouveau attablés, admirant le paysage mais aussi le repas, à nouveau savoureux.

Tous se sont quittés, ravis de cette journée où la convivialité, le bonheur de se retrouver et de parler du … bon vieux temps, étaient au rendez-vous… Un grand merci aux organisatrices et organisateurs. (Le texte est de Gisèle avec des illustrations de Lucien)

Concert à l'église Il y avait foule dans l’église de Moussey le vendredi 14 juin et elle est toujours aussi vibrante au son des trompettes, cors et piano. L’ensemble vocal « la clé des champs » et l’Harmonie de Raon L’Etape, dirigés respectivement par Annie Boulanger et Aline Perrin, nous ont proposé des œuvres variées allant de ABBA à Mozart en passant par des compositions originales et modernes.


René Thirion, traiteur et chef à domicile

Moussey le 23 mars 2012

Le départ de Jacqueline Quant tu croises Jacqueline, en toute ! Saison ! Le sourire illumine son visage comme une floraison De Moussey, elle avait fait son nouveau village Tout lui était connu jusqu’au plus petit bocage Très vite ses compétences lui ouvrirent les portes de la mairie Ses collègues s’étonnèrent du travail réalisé avec tant d’énergie La poussière, les vitres, les araignées, ne connurent aucun répit Les balais, les seaux, les serpillières, se cachaient par dépit

bienvenue dans la grande famille des artisans du village

Pour la beauté du village elle composa des massifs de fleurs Qu’elle entretenait tous les matins avec son arrosoir à moteur Dans ses rares moments de loisirs elle taquinait le cochonnet Son talent lui fit gagner des coupes que ses coéquipiers lui enviaient Là encore pour son club elle se mit au service du président Bernard Réunions, compte rendus, circulaires, ne prenaient jamais de retard Le week-end avec ses copines elles écumaient les lotos Quant la chance lui souriait, de cadeaux elle emplissait son auto Maintenant, nous te perdons, notre village est bien triste De la peine nous avons, puisque aujourd’hui tu nous quittes Tu vas rejoindre ta famille, nous comprenons ta décision Nous te disons un grand merci d’avoir si bien accompli ta mission Le premier magistrat et son conseil municipal, tes collègues, le village, te souhaitent beaucoup de bonheur et de réussite pour ta nouvelle vie, et quand l’envie de venir nous voir se fera sentir, préviens-nous, pour que l’on prépare ton arrivée comme il se doit. (Texte de François Colson)

C’est au cours d’une messe que le nouveau drapeau a été béni , avec Henri Poirson, son détenteur, et Maxence Lemaire, son suppléant , lors d’une cérémonie très protocolaire.

Salm Informatique

a repris les cours le lundi soir de 18h à 19h. Avec 3 niveaux : débutant, avancé et confirmé et 14 inscrits à ce jour, le club affiche complet.


De nouveaux sentiers pour vous balader … L’ASLM en partenariat avec l’ONF a ouvert le bal des initiatives de rénovation de sentiers en s’attaquant à l’ancien parcours de santé des Chavons. Construit en 1988, inauguré en 89 et interdit suite à la tempête de 99, ce parcours très apprécié par les habitants de la commune semblait être définitivement rangé au rayon des souvenirs de balades agréables, à plat (ce qui n’est pas chose courante dans le secteur…), au frais le long du ruisseau… Au terme de 4 samedis matins et de la pose de 2 passerelles, des bénévoles de tout âge ont transformé le parcours de santé des Chavons en ‘Promenade des Chavons’. Les équipements sportifs ont disparu mais le cadre bucolique et enchanteur de la forêt domaniale du Val de Senones est intact. Au mois de mai 2012, la section locale du club vosgien de Senones a balisé le circuit d’un cercle vert (couleur sapin évidemment !) pour vous guider sur une distance d’un peu plus de 2 km depuis le parking des Chavons, en montant le col de Prayé. Depuis la fin de l’automne 2011, un autre projet est venu compléter cette première initiative. Dans le même esprit de restauration d’anciens sentiers, l’ONF en partenariat avec ‘La Maison des Enfants de la Combe de Senones ont remis en état un chemin d’environ 1 km 200 reliant la digue au premier pont après la Scierie de la Croisette (voir plan ci-dessous). Ce groupe de jeunes entre 12 et 16 ans, appelé groupe HERMES, a fait preuve d’une efficacité et d’une détermination remarquable. Ils s’étaient fixé comme objectif de finir la liaison entre le pont et la digue pour la fin de l’année scolaire, c'està-dire fin juin. Accompagné de leur éducateur, Dominique DIDIER, ils ont tenu leur engagement et vous offre la possibilité de découvrir leur travail plein d’initiatives personnelles. Le balisage de ce sentier et son inauguration officielle se fera cet automne avec le retour des jeunes à La Combe. Je vous livre en avant première le nom de ce sentier qui comme vous vous en doutez portera le nom du groupe d’enfants qui lui a redonné vie : longue vie au sentier HERMES !... D’autres projets sont à l’étude mais ça c’est une autre histoire, en attendant faites vous plaisir et allez profiter de ces sentiers retrouvés pour le plaisir de tous… Bonne balade et bon automne à tous ! Manu des bois


La vie au village dans les années 30 (3ème partie) par Yvonne Malaisé Mon père fabriquait aussi de grandes cuves ovales pour y saler le cochon, des tonneaux à choucroute de forme cylindrique, légèrement évasés, aux douves épaisses. Ces mêmes tonneaux servaient aussi de W.C. On y mettait deux anses en fer pour le transport et une large planche trouée pour s'y asseoir. A côté de cela, il lui arrivait aussi de fabriquer des moules à fromage, des puisoirs à purin, un cuveau minuscule muni d'un long manche, des hottes pour la cueillette du raisin en Alsace. Son travail consistait à assembler des douves de bois bien sec, bois qu'il achetait dans les scieries sous forme de planches et qu'il mettait à sécher longuement à l'air et à l'abri. Les douves étaient sciées à la mesure voulue, de taille et d'épaisseur différentes, rabotées et assemblées en forme de cercle ou d'ovale et maintenues par un ou plusieurs cerceaux flexibles taillés dans des branches de noisetiers. Ces cerceaux étaient remplacés en finition par des cercles plats en fer galvanisé. Deux douves plus larges, plus hautes et arrondies à la partie supérieure, servaient d'anses. Elles étaient creusées d'un trou de la largeur d'une main au niveau des autres douves. Ce travail était tout un art et nécessitait différentes opérations longues, minutieuses, pénibles et quelques fois dangereuses pour les mains. J'admirais mon père quand il rabotait la tranche de chaque douve pour lui donner la forme nécessaire à l'assemblage et surtout lorsqu'il devait raboter l'intérieur du cuveau, la tête penchée à l'intérieur. Trois mécaniciens pour réparer et vendre les bicyclettes, pétrolettes, cyclomoteurs. SIMON Lucien, face à l'église – DIGELMANN Jacques, rue du Vieux-Moulin – Monsieur MARCOT, café du terminus. Tous trois travaillaient à l'usine en supplément. Deux cordonniers: Monsieur COLIN Prosper, dit "lo gainpille de chète", face à l'actuelle mairie – Monsieur GENAY Charles, un cousin de ma mère, mutilé de guerre qui logeait d'abord chez la "Mère Bilane", ensuite dans la maison Odile sur le pont de la crèche. Il est finalement venu mourir dans la maison où nous habitons, le 29 mai 1950, jour de la naissance de notre fils Jean. Nous n'étions pas propriétaires de cette maison à l'époque. Elle appartenait à Marie NOEL, sage-femme. Face à l'école, maison mitoyenne de celle du cordonnier, un marchand de machines à coudre, Monsieur MAISON. A part Monsieur CHARTON – Charron – Maison A. VININGER face à la mairie, qui cerclait les roues de chariots sur la place et ferrait les animaux d'attelage. Monsieur COLIN dit: 'le Charron " actuellement maison de Bertrand KLEIN, réparait et fabriquait chariots et brouettes… Un habitant de la rue "du Diable" naturalisait les oiseaux et les petites bêtes sauvages à poils, tels que les martres, belettes, etc.… C'était Monsieur DELAGOUTTE. La maison est restée à sa fille, Madame BERNARDI. Nous avions aussi des couturières comme les trois filles MICHEL du menuisier, une des filles du marchand de vin, Berthe VAUTHIER. Joséphine SAYER, la rue du Diable, une vieille dame qui confectionnait des chemises d'hommes, à gauche du chemin de la Charbonnière. Plus tard, des filles de mon âge qui avaient appris la couture à Senones, se sont installées au village. Il y avait un grand choix de beaux et de bons tissus au magasin de l'usine. On trouvait aussi des tissus de soie au tissage Larue à Senones. Un charpentier-couvreur: Georges GOEPPEL, au bas du village. Un ferblantier: Monsieur GROHENS. Puis Monsieur MARTIN s'était installé au Cornal-Dessous, près de la fontaine d'Odile Marchal. Un plombier: Monsieur VILMAIN, à quelques pas de l'église, a transmis son savoir à son fils Léon qui a eu pour successeur son fils Bernard. Trois générations! Jusqu'au manque de clientèle. Des marchands forains: "Les Vincent", près de la Croix de mission, vivaient là pendant l'hiver en réparant les parapluies, rempaillant les chaises ou les cannant. Ils se déplaçaient pendant la belle saison pour les fêtes de tous les villages des alentours avec leurs loteries, leur tir, leurs confiseries, leur manège de chevaux de bois. Madame VINCENT faisait elle-même certains bonbons. Une grange quincaillerie, chez MOREL (maison André GOEPPEL) avait des réserves étonnantes, de toutes sortes, allant du fusil de chasse en passant par la lessiveuse, le matériel du pêcheur, le verre à vitres, les vases, les articles de ménage et bien sûr les pointes et les clous de tous calibres. Chez Bernadette CHARTON, aujourd'hui bazar-journaux de Dominique LALEVEE, on trouvait des articles de mode, de la lingerie, de la bonneterie, de la laine et tout le nécessaire de couture et de tricotage. J'oubliais aussi les peintres et les coiffeurs. Les peintres formaient quatre groupes et l'un d'eux, Henri MARTIN, face à la boucherie CREUSOT tenait un magasin de vente de peinture en pots, de papier peint, de nécessaire à peindre etc.… Je n'ai connu que trois coiffeurs travaillant à plein temps: Monsieur COLIN, voisin de "l'Abeille du bas". Madame MOREL-MATHIEU, voisine de la boucherie CREUSOT et Madame BIANCHI, près de "l'Abeille du haut". Les autres "bricolaient" après leurs journée à l'usine et ils étaient nombreux!

A suivre …


Le bulletin est consultable en ligne sur le site de Moussey, à l’initiative de Laurent Wolf, ou sur le site de la CommunautÊ de Communes. Vous pouvez envoyer un mail en mairie : mairie-moussey88@wanadoo.fr et vous recevrez en retour le bulletin ou les informations communales.


Entre colère et indignation…. A l’heure où l’on invente de nouveaux mots pour répondre aux enjeux environnementaux de demain comme développement durable, écocitoyenneté, écoresponsabilité, certains d’entre nous ne semblent pas être au courant des gestes mêmes les plus élémentaires pour participer à ce nouvel élan. Je n’ai pas l’intention ici d’opposer des bilans énergétiques ou encore de quantifier les émissions de carbone de tel ou tel pratique mais simplement de rappeler qu’il est aujourd’hui inconcevable de jeter ses déchets dans la nature. Vous me direz que ces pratiques sont obsolètes et que seul les pays en voie de développement sont concernés par ce genre de comportement…et bien non, preuve à l’appui avec les clichés ci-dessous…

Vous aurez évidemment reconnu le chalet en forêt communale de Moussey. Ce n’est malheureusement qu’un exemple et il semblerait que certains d’entre nous n’ai pas les mêmes infos sur les filières de recyclage ou même sur la biodégradabilité de certains matériaux : canettes de bières en alu, filtres de cigarettes, plastiques divers et variés etc… Si certains de ces déchets ne seront que des pollutions visuelles, d’autres, de par leur composition chimique, peuvent être des polluants plus graves (piles,batteries etc…). Je rajouterai que ces déchets sont également un manque de respect pour les autres usagers de la forêt. Dans ce cas précis, plus de milles enfants du département sont passés par ce chalet la semaine après la prise de cette photo … imaginez le tableau si un dévoué citoyen (connu pour sa disponibilité et sa générosité dans notre commune !!!) n’avait pas pris de son temps, un dimanche, pour ramasser les déchets ‘oubliés’ par des « (je vous laisse le choix du qualificatif) » gens venus profiter du cadre bucolique de l’endroit ! Après la colère et l’indignation, je vous invite à réfléchir sur la responsabilité et la possibilité d’agir que nous avons tous pour faire en sorte que ces pratiques puis d’autres disparaissent au profit d’un plus grand respect de Dame Nature mais aussi de son prochain. Votre garde forestier : Manu des bois


Ah ! Le bon vieux temps … !! Dit-on avec nostalgie !! Oui mais le bon temps de quoi ?? L’époque bénie des 43 estaminets à Moussey ?? La belle époque des tissages où il y avait du travail pour tout le monde … 10h par jour et une espérance de vie de 45 ans ?? L’époque des hommes qui se tuaient au travail ou l’époque où on étaient couverts de peaux de bêtes, où les gens mourraient de froid ou de faim l’hiver … une autre époque …!! Une époque où il n’y avait pas besoin de prendre un arrêté pour que les habitants respectent leurs voisins, les biens collectifs ou même la dignité de leur animal de compagnie …

« pour »

« contre »

Dans le temps c’était comme ça !

C’est dégoutant ! Ça pue !

Il faut que ça se fasse ! Quel manque de respect !

C’est naturel ! Il faut bien donner du travail aux ouvriers communaux!

Ça porte bonheur ! Etc…

Ce n’est pas la faute de l’animal !

Non! la crotte de chien ne fait pas d’engrais ! Pour quelle ait le moindre intérêt pour la terre, il faudrait la composter.

Quelle image pour le village ! Etc …


Bulletin Octobre 2012