"TEKHNE" DESIGN EXHIBITION CATALOG

Page 1





‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬ ‫وزارة الثقافة‬





Le mot grec tekhnè, utilisé pour désigner l’art et aussi l’artisanat, nomme un mode du savoir et non de la fabrication Les grecs appelaient du même nom, tekhnitès, l’artisan ainsi que l’artiste. Mais tekhnè ne signifie ni travail artisanal, ni travail artistique, ni travail technique au sens moderne. tekhnè ne désigne jamais un genre de réalisation pratique, mais le fait d’appréhender, d’éprouver la présence du présent en tant que tel. La tekhnè est une production qui fait venir l’être à découvert, hors de sa réserve, dans sa déclosion, c’est-à-dire dans sa vérité. Cette activité est complètement déterminée et régie par l’essence de la création, qui dépend elle-même de l’œuvre. En effet, il n’y a création qu’à partir de l’essence de l’œuvre. L’aspiration vers l’œuvre ne se déploie qu’à partir de la vérité, c’est-à-dire d’une ouverture, d’un combat entre le dévoilement et la mise à l’abri, d’un avènement historial : ce peut être une œuvre d’art, l’instauration d’un Etat, un sacrifice, le questionnement de la pensée. Dans tous ces cas, l’attraction vers l’oeuvre produit un étant qui n’était point auparavant, et n’adviendra jamais plus par la suite. Ce qui est produit est une œuvre, et une telle production est une création.




















L’exposition « La Techné, l’art du designer », organisée au MAMA à l’occasion de la tenue du 6e Festival Internationnal de l’Art Contemporain, est placée sous le parrainage de Madame Nadia LABIDI, Ministre de la Culture.

Commissaire du Festival Mohammed DJEHICHE

Tirage des photographies AGLAË

Commissaire de l’exposition Hellal ZOUBIR

Communication audiovisuelle KINMEDIAS

Coordination et logistique Meriem BOUABDELLAH Tewfik FADEL Lyes MEZIANI Mohamed GUESMIA Omar MEZIANI

Son Studio Record

Secrétariat Ghizlane AKLOUCHE Scénographie Hellal ZOUBIR Cherif MEDJEBER Ateliers Pédagogiques Johannes Van Der Schijff Mustapha AMOR Hamid BEN AMAR Leila MAMMERI Mokhtar DRIS et les élèves du lycée Mohammed Hadjeres (El Mohammadia) Amira DENDANI et les élèves du lycée Omar Racim (Alger) Habiba OUALOUCHE et les élèves du lycée Abdelaziz Redouane Benkaddour (El Achour)

Traduction des textes Saliha FEDDAOUI Maquette des catalogues : Mourad KRINAH Walid BOUCHOUCHI Maquette des brochures Amine BOUMEDJANE Emballage et transport Adel HASSAN KABARY Sécurité OGEBC

Remerciements Le comité d’organisation remercie : - Tous les prestataires et artisans de la Casbah, de Birkhadem, de Bouzaréah, de Koléa, de Boumerdès et de TiziOuzou : Flash Graphic, imprimerie Menouar Hacène et Merouane, ébéniste Atelier Hamiane Samir Ourrad Mohamed, artisan en moulage L’Entreprise Algérienne des tapis traditionnels Gater Salim, Jolie Bâche Merskani Salah, artisan dinandier L’établissement Abbas Razika, conseils, prestation de service à caractère artistique EURL Quartz Com Chebata Mohamed, entreprise de décoration SARL l’Algérienne des Tubes en Carton Bouhank Amel, artisane en broderie traditionnelle Design et Aménagement Generbat Construction - Le Ministère de l’éducation Nationale


‫ينظـم بالمتحف العمومي الوطني للفن الحديث والمعاصر المهرجان السادس للفن المعاصر‬ ‫تحت رعاية وزيرة الثقافة السيدة نادية لعبيدي‬ ‫َّ‬ ‫«التقنة‪ ،‬فن المصمم»‪.‬‬

‫محافظ المهرجان‬ ‫محمد جحيش‬ ‫محافظ المعرض‬ ‫هالل زوبير‬ ‫التنسيق واللوجستيك‬ ‫مريم بوعبد الله‬ ‫توفيق فاضل‬ ‫الياس مزياني‬ ‫محمد قاسمية‬ ‫عمر مزياني‬ ‫األمانة‬ ‫غزالن أكلوش‬ ‫سينوغرافيا‬ ‫زوبير هالل‬ ‫شريف مجبر‬ ‫ورشات بيداغوجية‬ ‫يوان فاندر شيف‬ ‫مصطفى عمور‬ ‫حميد بن عمار‬ ‫ليلى معمري‬ ‫مختار دريس وتالميذ ثانوية محمد هجرس‬ ‫(المحمدية)‬ ‫أميرة دنداني وتالميذ ثانوية عمر راسم (الجزائر)‬ ‫حبيبة علوش وتالميذ ثانوية عبد العزيز رضوان‬

‫بن قدور (العاشور)‬ ‫نسخ الصور‬ ‫‪AGLAE‬‬ ‫اتصال سمعي بصري‬ ‫‪KINMEDIAS‬‬ ‫الصوت‬ ‫ستوديو ريكورد‬ ‫ترجمة النصوص‬ ‫صليحة فجاوي‬ ‫تصميم الكتالوج‬ ‫مراد كريناح‬ ‫وليد بوشوشي‬ ‫تصميم الكتيبات‪ ،‬المطويات‬ ‫أمين بومجان‬ ‫التغليف والنقل‬ ‫عادل حسان كباري‬ ‫األمن‬ ‫الديوان الوطني لحماية التراث الثقافي‬

‫تشكرات‬ ‫تتقدم الهيئة المشرفة على المهرجان بخالص‬ ‫التشكرات الى‬ ‫ كل المؤسسات وحرفيي القصبة‪ ،‬بئر خادم‪،‬‬‫بوزريعة‪ ،‬القليعة‪ ،‬بومرداس وتيزي وزو‪:‬‬ ‫فالش غرافيك‪ ،‬طباعة‬ ‫منور حسان‪ ،‬حرفي في الخشب‬ ‫ورشة المصمم حميان سمير‬ ‫المؤسسة الجزائرية للسجاد التقليدي‬ ‫غاتر سليم‪ ،‬جولي باش‬ ‫مرسكاني صالح‪ ،‬حرفي في النحاس‬ ‫مؤسسة عباس رزيقة‬ ‫مؤسسة كوارتز كوم‬ ‫شباطة محمد‪ ،‬مؤسسة تصميم داخلي‬ ‫سارل الجزائرية لألنابيب من الكرتون‬ ‫بوحنك أمال‪ ،‬حرفية في الطرز التقليدي‬ ‫تصميم‬ ‫جنربا للبناء‬ ‫‪ -‬وزارة التربية الوطنية‬



Préface

Pour la première fois, à l’occasion de sa 6e édition, le FIAC accueille une exposition entièrement consacrée au design. Qu’est-ce que le design ? Posez la question autour de vous et vous obtiendrez autant de réponses que d’interlocuteurs, tant le mot est devenu courant dans les usages : beauté, fonctionnalité, innovation, objet, rentabilité, marketing, etc., sont les termes le plus souvent appliqués. à l’origine, le design était lié à l’industrialisation et ne concernait que des catégories d’objets variées et souvent disparates. De nos jours, il est considéré comme un outil stratégique et comme le moteur de la création, de l’innovation et de la consommation car, dans une large proportion, il engage l’avenir de l’entreprise économique. C’est l’observation de la vie qui inspire une idée (historiquement, le design est né d’une observation du quotidien). De celle-ci naîtront des prototypes correspondant à l’émulsion d’un cerveau créatif en pleine ébullition et aux contraintes des données pragmatiques du marketing. Par sa capacité à rendre rapidement tangible une idée, à prototyper, à projeter, le designer s’aventure dans un monde qui lui permet de matérialiser ses fantasmes et de rendre lisible et palpable son potentiel d’innovation. Pour cette exposition, les designers invités ont dû faire preuve d’ingéniosité et de patience. Créer des prototypes en un temps record, n’utiliser que les matériaux et fournitures disponibles sur place, atteste d’une disponibilité à s’adapter à toutes les situations. Leur propension à chercher et trouver des solutions aux problématiques grâce à leur créativité témoigne d’un très haut niveau d’expertise et d’un talent unique. Rassemblant une vingtaine d’artistes, cette manifestation s’éloigne des discours et des théories académiquement limités. Les univers dans lesquels hommes, idées, expériences et produits évoluent de nos jours ne sont plus cloisonnés. Burkinabé, Marocain, Sud-Africain, Français et Algériens, designers et simples artisans se sont retrouvés, à Alger, dans une communion totale, pour que le beau et le fonctionnel puissent se côtoyer en une seule entité. Buckminster Fuller, designer américain disait : « Je ne pense jamais à la beauté. Je ne pense qu’à résoudre des problèmes. Mais lorsque j’ai terminé, si la solution n’est pas belle, je sais que quelque chose ne va pas ». La définition simple du design pourrait se limiter à l’action d’aborder des problèmes observés autour de soi et à leur apporter des solutions intelligentes tout en gardant à l’esprit que le beau peut servir l’utile et vice-versa.



‫مقدمة‬ ‫تستضيﻑ ﺍلطبعة اﺍلسادسة ﺍللمهرجاﻥ ﺍلدﻭلي للفﻥ ﺍلمعاصر ‪ FIAC‬ﻭللمرﺓ ﺍألﻭلى‪ ،‬معرضا مخصصا بالكامﻝ للتصميم‪ .‬فما ﻫو ﺍلتصميم؟ اﻁرحوﺍ‬ ‫اﺍلسؤﺍﻝ على مﻥ ﻫﻡ حولكﻡ وستحصلوﻥ على ﺃجﻭبة ﺃكثر مﻥ ﺍلحصوﻝ على متحدثيﻥ نظﺭﺍ لشيﻭﻉ استعماﻝ ﻫذﻩ الكلمة ﺍآلﻥ؛ ﺍلجماﻝ‪ ،‬ﺍلوﻅائﻑ‪،‬‬ ‫ﺍالبتكاﺭ‪ ،‬ﺍلموضوﻉ‪ ،‬ﺍلربحية‪ ،‬ﺍلتسوﻳﻕ‪ ،‬ﺍلخ‪ .‬ﻫي ﺍلمصطلحاﺕ ﺍلتي تنﻁبﻕ عليها في معظﻡ ﺍألحياﻥ‪.‬‬ ‫في ﺍألصﻝ‪ ،‬كاﻥ ﺍلتصميﻡ مرتبﻁا بالتصنيع وﻳشمﻝ فقﻁ بعﺽ ﺍلفئاﺕ ﺍلمتنﻭعة وفي الغالﺏ ﺃشياء متباﻳنة‪ ،‬في أيامنا ﻫذﻩ يعتبر أﺩاﺓ استرﺍتيجية‬ ‫ومحركا لإلبدﺍﻉ‪ ،‬ﺍالبتكاﺭ وﺍالستهالﻙ ألنه يشرﻙ الى حد كبيﺭ مستقبﻝ ﺍلنشاﻁ ﺍالقتصادي‪.‬‬ ‫مرﺍقبة ﺍلحياﺓ ﻫي ﺍلتي تلهﻡ ﺍلفكرﺓ (تاريخيا‪ ،‬التصميﻡ ولد مﻥ مرﺍقبة ﺍلحياﺓ ﺍليﻭمية)‪ ،‬ﻭمﻥ ﻫذﻩ ﺍألخيﺭﺓ تنشأ نماذﺝ توﺍفﻕ ﻭما ينتج عﻥ عقﻝ‬ ‫مبدﻉ في عز نشاطه وما تتﻁلبه المعطياﺕ ﺍلبرﺍغماتية للتسويﻕ‪ .‬مﻥ خالﻝ قدﺭته على ﺍلتجسيﺩ ﺍلسريع للفكرﺓ‪ ،‬ﺍنشاء النموﺫﺝ‪ ،‬تصميمه‪ ،‬يخوﺽ‬ ‫ﺍلمصمﻡ عالما ﯾﻳسمح له بتجسيﺩ تخيالته ويجعﻝ قدﺭﺍته ﺍالبدﺍعية مقرﻭءﺓ وﻭﺍضحة‪.‬‬ ‫أﻅهﺭ المصمموﻥ المدعوﻭﻥ في هذﺍ ﺍلعرﺽ الكثيﺭ مﻥ ﺍلبرﺍعة وﺍلصبﺭ‪ ،‬ﺃنشأوﺍ نماذﺝ في زمﻥ قياسي‪ .‬كاﻥ استعماﻝ ﺍلموﺍﺩ وﺍلمستلزماﺕ المتوفرﺓ‬ ‫فقط في عيﻥ المكاﻥ دليال على امكانية التكيﻑ مع جميع الوضعياﺕ‪ .‬ونزعتهﻡ في ﺍلبحﺙ وﺍيجاﺩ حلوﻝ لإلشكالياﺕ بفضﻝ ابدﺍعاتهﻡ داللة على‬ ‫مستوﻯ عاﻝ مﻥ ﺍلخبرﺓ وموهبة فريﺩﺓ مﻥ نﻭعها‪.‬‬ ‫يجمع هﺫﺍ ﺍلحدﺙ ما يقارﺏ عشرين فنانا‪ ،‬ﻭهﻭ بعيﺩ عﻥ ﺍلخطﺏ وﺍلنظﺭياﺕ ﺍألكاديمية ﺍلمحدﻭدﺓ‪ .‬في أيامنا هﺫﻩ ﺍلعوﺍلﻡ ﺍلتي ينشأ فيها الرجاﻝ‪،‬‬ ‫ﺍألفكاﺭ‪ ،‬ﺍلتجارﺏ وﺍلمنتجاﺕ لم تعﺩ منغلقة‪ .‬المصمموﻥ ﺍلبوﺭكينافاصيﻭﻥ‪ ،‬ﺍلمغربيﻭنﻥ‪ ،‬ﺍلجنوﺏ ﺍفريقيﻭﻥ‪ ،‬ﺍلفرنسيﻭﻥ وﺍلجزﺍئريﻭﻥ ﻭحتى‬ ‫الحرفييﻥ ﺍلبسﻁاء ﺍلتقوﺍ في ﺍلجزﺍئﺭ ﺍلعاصمة‪ ،‬في شرﺍكة كلية مﻥ أجﻝ أﻥ يلتقي ﺍلجماﻝ وﺍلوﻅيفي في كياﻥ وﺍحﺩ‪ .‬بوكمينستر فﻭلﺭ‪ ،‬مصمﻡ‬ ‫أمريكي قاﻝ «ال ﺃفكﺭ أبدﺍ في ﺍلجماﻝ‪ ،‬ﺃفكر فقﻁ في حﻝ المشاكﻝ‪ ،‬لكﻥ عندما أنتهي‪ ،‬ﺍﻥ لﻡ يكﻥ حلي جميال‪ ،‬ﺃدﺭي أﻥ هناﻙ خطﺏ ما»‪.‬‬ ‫ﺍلتعريﻑ البسيﻁ للتصميﻡ يمكنه أﻥ يتحدﺩ في عملية معالجة ﺍلمشاكﻝ ﺍلمالحﻅة مﻥ حﻭلنا وﺍيجاﺩ حلوﻝ ذكية مع ﺍألخذ بعيﻥ ﺍالعتباﺭ أﻥ الجميﻝ‬ ‫يمكنه أﻥ يخدﻡ ﺍلمفيﺩ وﺍلعكﺱ صحيح‪.‬‬



commissaire de l’exposition

La Tekhnè (τέχνη), l’art du designer Que comprenons-nous du design ? Aujourd’hui, peut-il encore nous offrir quelque chose à comprendre en dehors de sa dimension esthétique et de son usage ? Ou bien, à cause d’un malentendu sur sa définition et sur son rôle, ne cesse-t-il pas de nous entraîner dans un large spectre pour mieux nous dérouter et nous révéler sa dimension infinie ? Au cours de ces dernières années, il a offert plusieurs réponses à notre questionnement, puisque tout objet créé légitime son existence par son usage. Pour démontrer tout l’intérêt que nous lui portons, le Festival International d’Art Contemporain d’Alger (FIAC) lui consacre sa nouvelle édition 2014. Il faut le dire, le design est un art complexe comprenant un large éventail de disciplines. De ce fait, il reste assez méconnu du grand public. Afin de mieux l’appréhender, nous avons fait appel au travail créatif des designers ainsi qu’à l’organisation de conférences pour aider à le saisir dans toutes ses dimensions. Nous avons sollicité le designer Cherif Medjber, grande figure du design postmoderne, pour une présentation individuelle. Il a répondu favorablement à cette demande, acceptant d’occuper une bonne partie de l’espace muséal du MAMA, montrant ainsi un large pan de son expression dans cette exposition qu’il a montée avec le concours de plusieurs artisans d’Alger et de Koléa. Nous avons également privilégié la mise en place de plusieurs ateliers que nous avons confiés à différents designers expérimentés, tout en leur précisant qu’ils avaient carte blanche pour concevoir, diriger et réaliser leurs projets : venu du Maroc, Hichem Lahlou a conçu son projet avec deux designers et un artisan pour l’assister à produire ses objets. Le Burkinabé Hamed Ouattara s’est installé dans les ateliers de l’École supérieure des Beauxarts d’Alger. Johann Van Der Schiff, venu d’Afrique du Sud, a réalisé son workshop avec des lycéennes et lycéens de trois grands lycées d’Alger pour produire un objet interactif. Et le Français Bertrand Planes a réalisé son projet avec l’aide d’une étudiante de l’École des Beaux-arts. Des designers résidant en Algérie nous ont rejoints dans cette aventure : Leïla Mammeri, Ourad Mohamed, Hamiane Samir, Mourad Krinah, Walid Bouchouchi. De jeunes designers, en grande majorité nouvellement diplômés de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger (ESBA), ont eux aussi été aidés par des artisans pour la réalisation de leurs œuvres. L’organisation de ces workshops a permis d’engager réellement un programme de conception et de réalisation d’objets, de graphisme et d’espaces in situ. L’objectif principal en est le montage d’une exposition expérimentale afin de montrer quelques facettes des nombreuses possibilités ouvertes par cette discipline. La collaboration pratique des designers, autant entre eux qu’entre le designer et l’artisan, peut révéler toute la richesse que chacun apporte ; donnant à voir tout le processus de conception, de même que les exigences connexes de leur imagination, de leur pensée rationnelle et de leur dextérité manuelle. Pour nous, l’objectif est d’accroître une prise de conscience de notre culture quotidienne entre les participants et d’inspirer un engagement créatif.



‫محافظ المعرض‬

‫التقنة‪،‬‬

‫فﻥ ﺍلمصمﻡ‬

‫في ﻫذﺍ العاﻡ يكرﺱ ﺍلمﻫرجاﻥ الدﻭلي للفﻥ ﺍلمعاصﺭ للجزﺍئر العاصمة‪ ،‬ﻁبعتﻫ الجديﺩﺓ للعمﻝ اإلبدﺍعي للمصمميﻥ‪ ،‬مﻥ خالﻝ تنظيﻡ محاضرﺍﺕ‬ ‫حوﻝ التصميﻡ تضفي مساﻫمة مﻫمة في ﺍلنقاش الذﻱ يحرﻙ ﻫذﻩ المﻫنة التي تعتبﺭ علما معقدﺍ في ﺍلميﺩاﻥ الوﺍسع للتصميﻡ لﻫﺫﺍ ﺍلسبﺏ نجدﻩ غيﺭ‬ ‫معرﻭﻑ لدﻯ الجمﻫﻭﺭ‪.‬‬ ‫ولتسﻫيﻝ فﻫمﻫ قمنا بتوفيﺭ العديﺩ مﻥ وﺭشاﺕ العمﻝ وﺍلتي عﻫﺩنا بﻫا إلى مصمميﻥ متخصصيﻥ منحناﻫﻡ الحرية المطلقة في تصميﻡ وﺍنجاﺯ‬ ‫أعمالﻫﻡ‪ ،‬ﺃذكﺭ منﻫﻡ‪ :‬شيخ ديالو (مالي)‪ ،‬ﻫشاﻡ لحلو (المغرﺏ)‪ ،‬حامﺩ وﺍتارﺍ (بوﺭكينافاصﻭ)‪ ،‬جوﻫان فاﻥ دﺍر شيﻑ (جنﻭﺏ ﺍفريقيا)‪ ،‬برترﺍند‬ ‫بالنﺱ (فرنسا)‪ ،‬ﺭشيﺩ لموﺩﻥ (ﺍلمغرﺏ)‪ ،‬حمياﻥ سميﺭ (الجزﺍئر)‪ ،‬ليلى معمرﻱ (الجزﺍئر)‪ ،‬وليﺩ بوشوشي (الجزﺍئر)‪ ،‬ﻭكذﺍ كوكبة مﻥ المصمميﻥ‬ ‫الجزﺍئريﻥ الشباب نسبة كبيرﺓ منﻫﻡ حديثي التخرﺝ مﻥ المدﺭسة العليا للفنوﻥ الجميلة للجزﺍئﺭ العاصمة‪.‬‬ ‫تنظيﻡ وﺭشاﺕ العمﻝ ﻫذﻩ يسمح لنا البدء في برنامج تصميﻡ وﺍنجاﺯ مشاريع‪ ،‬جرﺍفيﻙ ومساحاﺕ موقع ﻫدفﻫا ﺍألساسي تركيﺏ عرﺽ تجريبي‬ ‫إلبرﺍﺯ بعﺽ ﺍلجوﺍنﺏ ﺍلمرتبﻁة بالمجاﻝ ﺍلوﺍسع للتصميﻡ‪.‬‬ ‫ولتحقيﻕ ذلﻙ دعونا المصمﻡ شريﻑ مجبر الشخصية الغنية عﻥ ﺍلتعريﻑ في مجاﻝ تصميﻡ ما بعﺩ الحدﺍثة ﺇلى القياﻡ بمعرﺽ منفرﺩ وقد لبى‬ ‫الدعوﺓ بصدﺭ رحﺏ وقبﻝ شغﻝ مساحة ال بأﺱ بﻫا في متحﻑ ماما ليﺭينا أعمالﻫ‪.‬‬ ‫التعاوﻥ العملي بيﻥ المصمميﻥ‪ ،‬ﻭبيﻥ ﺍلمصمﻡ وﺍلحرفي بإمكانﻫ أﻥ يظﻫﺭ لنا الثرﺍء الذﻱ يمنحﻫ كﻝ وﺍحﺩ منﻫﻡ ليحملنا على رﺅية عملية التصميﻡ‬ ‫وكذﺍ المتطلباﺕ المرتبﻁة بخيالﻫﻡ‪ ،‬بتفكيﺭﻫﻡ ﺍلعقالني ﻭبرﺍعتﻫﻡ ﺍليﺩوية‪.‬‬ ‫ﺍلﻫﺩﻑ بالنسبة لنا ﻫﻭ زيادﺓ الوعي بثقافتنا اليﻭمية بيﻥ المشاركيﻥ وﺍلتحفيﺯ على ﺍلمشاﺭكة ﺍإلبدﺍعية ‪.‬‬





‫ هالل‬،)‫ منور حسان (حرفي‬،)‫ السادة شريف (مصمم‬:‫من اليسار الى اليمين‬ .‫زوبير (محافظ المعرض) ومحمد جحيش (محافظ المهرجان) بالقليعة‬ De g. à d. : MM. Cherif (designer), Menouar Hacène (ébéniste), Zoubir Hellal (commissaire de l’exposition et Mohammed Djehiche (commissaire du festival) à Koléa.



،‫ حليم حميان‬،)‫ السادة هالل زبير (محافظ المعرض‬:‫من اليسار الى اليمين‬ .)‫سمير حميان وهشام لحلو (مصممون‬ De g. à d. : MM. Hellal Zoubir (commissaire de l’exposition), Halim Hamiane, Samir Hamiane et Hichem Lahlou (designers).



.‫المصمم الجنوب افريقي يوهان فان دير شيف مع التلميذات المشاركات‬ Le designer sud-africain Johannes Van Der Schijff avec les lycéennes participantes.



‫ المصممة ليلى معمري مع‬،‫ االستاذة أميرة دنداني‬:‫من اليمين الى اليسار‬ .‫التلميذات المشاركات‬ De d. à g. : Mme Amira Dendani (enseignante) et le designer Leila Mammeri avec les lycéennes participantes.



‫االستاذ مختار دريس والتالميذ المشاركون خالل ورشة المصمم يوهان فان‬ .‫دير شيف‬ M. Mokhtar Dris (Enseignant) et les lycéens participants lors du workshop du designer Johannes Van Der Schijff.



.‫المصمم وليد بوشوشي يضع تحفته بمساعدة الفنان يحي حمزة‬ Le designer Walid Bouchouchi installant son œuvre avec l’aide de l’artiste Yahia Hamza.


‫وضع تحفة المصمم مراد كريناح بمساعدة الفنانين سفيان زوقار ومهدي‬ .‫جليل‬ Mise en place de l’œuvre du designer Mourad Krinah avec l’aide des plasticiens Sofiane Zouggar et Mehdi Djelil.



‫المصمم برتران بالنيس وصابرينة أمال بن دالي (طالبة بالمدرسة العليا‬ ‫للفنون الجميلة)‪.‬‬ ‫‪L’artiste Bertrand Planes et Sabrina Amel Bendali (étudiante à‬‬ ‫‪l’ESBA).‬‬



.)‫ حرفي في النحاس (القصبة‬،‫ورشة السيد مرسكاني صالح‬ L’atelier de M. Merskani Salah, artisan dinandier (Casbah).



‫ حرفي في النحاس‬،‫ ورشة السيد مرسكاني صالح‬:‫من اليسار الى اليمين‬ .)‫ (القليعة‬،‫ حرفي في الخشب‬،‫(القصبة) والسيد منور حسان‬ De g. à d. : L’atelier de M. Merskani Salah, artisan dinandier (Casbah) et M. Menouar Hacène, artisan ébéniste (Koléa).








Technologue Créatif Développeur - Direction projet - Designer sensoriel

‫تقني إبدﺍعي‬ ‫مطﻭﺭ مديﺭ مشرﻭﻉ مصمﻡ حسي‬

‫ تعاونا ﺍألساسي مع األماكﻥ ﺍلتي‬.‫ﺍلمقاﺭباﺕ ﺍلتي تجمع بيﻥ التصميﻡ الرقمي وﺍالبدﺍعاﺕ التفاعلية الحسية مﻫمة لمسائﻝ حركة أﻭ حيﻭية التسويﻕ‬ ‫ ﺃو التسييﺭ‬،‫ حركة السيﺭ‬،‫ ﺍالستقباﻝ‬،‫تستقبﻝ ﺍلجمﻫﻭﺭ(وﺍسترﺍتيجياﺕ ﺍلتسويﻕ وﺍإلعالﻡ ﺍلمشترﻙ) كاﻥ ﻫﺩفﻫا ﺍلعمﻝ على تحسيﻥ ﺍلشعوﺭ بالرﺍحة‬ ‫ تلتقي السنوغرﺍفيا الغامرﺓ مع ﺍلعلوﻡ التقنية‬،‫ في ﺃحدﺙ الدﺭﺍساﺕ‬.‫على المدﻯ البعيﺩ لإلعالﻡ ﺍلمتنوﻉ المتدﺍخﻝ وﺍلمدمج في ﺍلتخطيﻁ ﺍلمعماري‬ .‫ تأخﺫ مكانة بارﺯﺓ في خدمة مستعمليﻫا وﺃﻫدﺍفﻫﻡ‬...‫ الموﺍﺩ الحساسة وﺍلتفاعالﺕ الرقمية في حركية‬.‫البيئية‬ ‫ وﺇعادﺓ تحديﺩ موقع ﺍلبناية (وكذﺍ تركيﺏ مزﺭعة للﻁاقة الشمسية‬،‫ تصميﻡ مكاﻥ ﺍالستقباﻝ‬،‫ بوﺍتيي‬،‫ المدينة الرقمية‬Futuroscope ،2010 ‫في‬ .)‫خارﺝ البناية مﻥ ﺃجﻝ التشغيﻝ ﺍلدﺍئﻡ للبنية التحتية ﺍلرقمية‬ ‫ ﻭإرساء‬،‫ تﻡ ﺍنجاﺯ ﻫذﻫ الرسوﻡ المتحركة الرقمية التفاعلية مﻥ ﺃجﻝ إﺭضاء ﺍلناﺱ‬.‫ برسﻡ تفاعلي‬S 2 ‫ ﺍالنجاﺯ ﺍلتفاعلي لمطاﺭ باريﺱ ل‬،2011 ‫في‬ .‫السكينة‬

LE DESIGN D’INNOVATION SENSORIELLE EN RECHERCHE CRéATIVE (!) Le poly-­sensoriel et les scénographies numériques interactives, permettent de concevoir des partitions de sens inédites, des applications et des produits innovants afin de créer des nouvelles façons de sentir, voir, concevoir des images, des objets, de l’art et des espaces sensoriels et durables. Dans les trends les plus récents, les scénographies immersives se concilient avec la réalité augmentée et les techno-­sciences ; les nouvelles énergies, les interactions numériques en mobilité et les matières sensibles sont au service des designers et des objectifs de réception des utilisateurs. Tour de veille des « innovations extraordinaires » qui vont bouleverser la façon de concevoir sur les trente prochaines années.


Actuellement depuis 2005 Fondateur et gérant de l’agence byVOLTA- design numérique et sensoriel Directeur des créations - Médiation virtuelle & design sensoriel, axée expérience utilisateur - Management équipe de créatifs designer profil Ensci-MIT - Management d’ingénieurs programmationélectronique - Management médiation innovation (pôle conseil) Parcours professionnel & formation Consultant innovation & publisher rattaché à Euro RSCG-2000/ 2003 Codirigeant d’entreprise, Ibis Press (maison d’édition) 1993/ 2000 Journaliste grand reporter- sciences et voyages- 1991/ 2000 Master 2 Science Politique- Paris 1- DEA Géopolitique Licence AES, BAC B Expertises acquises Direction artistique, montage et gestion de projets innovants, Expertise nouvelles écritures numériques, nouveaux objets, nouveaux usages, nouveaux lieux Veille innovations numériques -­serious game, réseaux sociaux Expertise structuration des espaces numériques sensoriels (architecture) Expertise complémentarité des lieux physiques et virtuels / réalité augmentée / portabilité Expertise production d’objets audiovisuels interactifs et sensoriels (poly-­médias 5 sens) Quelques références 2010-2014 Les approches associant le design numérique aux créations interactives et sensorielles offrent des réponses pertinentes aux enjeux de mobilité ou d’animation marketing. Nos principales collaborations avec les lieux recevant du public (et les stratégies marketing ou d’information associées) ont eu pour objectif d’optimiser le confort, l’accueil, la circulation, ou la gestion au long cours de poly-médias interactifs intégrés à l’architecture. Dans les travaux les plus récents, les scénographies immersives se concilient avec les techno-sciences environnementales, les matières sensibles et les interactions numériques en mobilité… Elles prennent une place prépondérante au service des utilisateurs et de leurs objectifs. - en 2010, Futuroscope, La Cité du Numérique, Poitiers,

design de l’espace d’accueil et du repositionnement du bâtiment (dont installation d’une ferme solaire en extérieur du bâtiment pour le fonctionnement durable des infrastructures numériques) - en 2011, la réalisation interactive Aéroports de Paris du S2 en mapping interactif. Ces animations digitales interactives ont été conçues pour « apaiser » les esprits, faire triompher « la sérénité », l’ordre zen. http://vimeo.com/39777892; - Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO) du Cirque de création numérique pour l’Ile Seguin avec le Cirque du Soleil et la Mairie de Boulogne. - en 2012, - Maîtrise d’oeuvre d’un centre de soin pour la ville de Mulhouse qui intègre la stratégie numérique au coeur du relationnel d’accueil ; - R&D - réalisation du Démonstrateur « Virtual Cloone Studio » pour Futur en Seine (Cap Digital) ; AMO nouveau centre culturel numérique le Château porté par le Point Ephémère. - en 2013, Médiation Numérique d’un parcours urbain interactif à la Défense ; -Scénographie sensitive Boffi Bain-Claudio Colucci pour les Designer’s Day Paris ; Création Living Lab / Fab Lab numérique interne grand Groupe ; - Mission conseil Creative Technologist pour les gares du Grand Paris SGP/ architectes ; - Création plateforme de compétences en technique de Réalité Augmentée (Responsive Design pour kiosk, web et smart-phone) - en 2014 : Médiation numérique sur le Salon de l’Agriculture avec kiosques multi-touch IPAD et écran géant en réalité augmentée. « La high-tech est dans le pré » pour l’Odyssée Végétale. Prix Reçu l’Award Popaï « Or Innovation » en 2007 (Design interactif-Chanel) ; le « Janus » de l’Institut Français du Design, en 2008, (aménagement Fnac) ; le TOPCom WCi (aménagement interactif Centre commercial Velizy 2) ; « l’écran d’or ». 2009 (aménagement bar numérique/ in-off retail Moët&Chandon) ; le Label de l’Observeur du Design en 2010 (Magic Book) ; 2012 (Matéo, mobilier urbain) ; la sélection prix de la Fondation Jacques Rougerie 2013 dans la Catégorie Design prophylactique pour le voyage dans l’Espace.


‫حاليا ومنذ ‪2005‬‬ ‫مؤسﺱ ومسيﺭ وكالة ‪ byVOLTA‬تصميﻡ رقمي وحسي‬ ‫مديﺭ التصايﻡ‬ ‫وساﻁة ﺍفترﺍضية وتصميﻡ حسي‪ ،‬مركز على تجربة ﺍلمستخدﻡ‬ ‫اإلشرﺍﻑ على فرﻕ مصميﻥ إبدﺍعييﻥ ‪Ensci-­MIT‬‬ ‫اإلشرﺍﻑ على مﻫندسيﻥ مختصيﻥ في ﺍلبرمجة االلكترونية‬ ‫اإلشرﺍﻑ على الوساﻁة وﺍالبتكاﺭ (مستشار)‬ ‫المسار المﻫني وﺍلتكويﻥ‬ ‫‪ 2003-2000‬مستشار ابتكار وناشر تابع ل ‪EuroRSCG‬‬ ‫‪ 2000-1993‬مسيﺭ بالشرﺍكة لمؤسسة ‪( Ibis Press‬دﺍر نشر)‬ ‫‪ 2000-1991‬صحفي المرﺍسﻝ الكبيﺭ علوﻡ وﺃسفاﺭ‬ ‫ماستر ‪ 2‬علوﻡ سياسية باريﺱ ‪ DEA 1‬الجغرﺍفيا ﺍلسياسية‬ ‫الخبرﺓ المكتسبة‬ ‫اإلخرﺍﺝ ﺍلفني‪ ،‬ﺍلتركيﺏ وتسييﺭ المشاريع المبتكرﺓ‬ ‫خبرﺓ في ﺍلكتاباﺕ الرقمية الجديدﺓ‪ ،‬ﺍألشياء الجديﺩﺓ‪ ،‬ﺍالستعماالﺕ‬ ‫الجديﺩﺓ‪ ،‬ﺍألمكنة الجديﺩﺓ‬ ‫رصﺩ ﺍالبتكاﺭ الرقمي‪ ،‬ﺍأللعاﺏ االلكترﻭنية‪ ،‬ﺍلشبكاﺕ ﺍالجتماعية‬ ‫خبرﺓ في ﻫيكلة المساحاﺕ ﺍلرقمية ﺍلحسية (مجاﻝ ﺍلتخطيﻁ المعماري)‬ ‫خبرﺓ في التكامﻝ بيﻥ األماكﻥ المادية وﺍالفترﺍضية ‪ /‬الوﺍقع المعزﺯ‪/‬‬ ‫إمكانية النقﻝ‬ ‫خبرﺓ في إنتاﺝ األجسام السمعية البصرية التفاعلية وﺍلحسية‬ ‫ملخﺹ‬ ‫المقارباﺕ التي تجمع بيﻥ التصميﻡ الرقمي وﺍالبدﺍعاﺕ ﺍلتفاعلية ﺍلحسية‬ ‫مﻫمة لمسائﻝ حركة أﻭ حيﻭية التسويﻕ‪ .‬تعاونا ﺍألساسي مع األماكﻥ‬ ‫التي تستقبﻝ ﺍلجمﻫﻭﺭ(وﺍسترﺍتيجياﺕ ﺍلتسويﻕ وﺍإلعالﻡ ﺍلمشترﻙ) كاﻥ‬ ‫ﻫﺩفﻫا العمﻝ على تحسيﻥ الشعوﺭ بالرﺍحة‪ ،‬ﺍالستقباﻝ‪ ،‬حركة السيﺭ‪ ،‬أﻭ‬ ‫ﺍلتسييﺭ على المدﻯ البعيﺩ لإلعالﻡ المتنوﻉ المتدﺍخﻝ وﺍلمدمج في‬ ‫التخطيﻁ المعماري‪ .‬في ﺃحدﺙ الدﺭﺍساﺕ‪ ،‬تلتقي السينوغرﺍفيا الغامرﺓ‬ ‫مع ﺍلعلوﻡ التقنية البيئية‪ .‬الموﺍد ﺍلحساسة وﺍلتفاعالﺕ الرقمية في‬ ‫حركية‪ ...‬تأخذ مكانة بارﺯﺓ في خدمة مستعمليﻫا وﺃﻫﺩافﻫﻡ‪.‬‬ ‫في ‪ Futuroscope ،2010‬المدينة الرقمية‪ ،‬بوﺍتيي‪ ،‬تصميﻡ مكاﻥ‬ ‫ﺍالستقباﻝ وﺇعادﺓ تحديﺩ موقع ﺍلبناية (وكذﺍ تركيﺏ مزﺭعة للﻁاقة‬ ‫الشمسية خارﺝ البناية مﻥ أجﻝ التشغيﻝ الدﺍئﻡ للبنية ﺍلتحتية الرقمية)‪.‬‬ ‫في ‪ ،2011‬ﺍالنجاﺯ التفاعلي لمﻁاﺭ باريﺱ ل ‪ S2‬برسﻡ تفاعلي‪ .‬تﻡ‬ ‫انجاز ﻫﺫﻫ ﺍلرسوﻡ المتحركة الرقمية التفاعلية مﻥ أجﻝ إﺭضاء الناﺱ‪،‬‬ ‫ﻭإﺭساء السكينة‪.‬‬



Université de Paris 1 Sorbonne Critique d’art ancien directeur de l’école des Beaux-arts de Paris

‫ السوﺭبوﻥ‬1 ‫جامعة باريﺱ‬ ‫ناقﺩ فني‬ ‫مديﺭ سابﻕ لمدﺭسة الفنوﻥ الجميلة باريﺱ‬

‫الرﻭاﺝ الجديﺩ للتصميﻡ‬ .‫ لكﻥ وبصمﺕ المشهﺩ قد تغيﺭ‬.‫ ﺍلتقليﺩية أﻭ األقﻝ تقليﺩية‬،‫الكثيﺭ منا ال يﺯاﻝ يعيﺵ بفكرﺓ أﻥ الفﻥ هﻭ فﻥ المتاحﻑ أﻭ الفﻥ المعاصﺭ التحف ﺍلفنية‬ ‫ ﺍلمرﺍكﺯ‬،‫ ﺍلنقﻝ الجماعي‬،‫ ﺍألماكﻥ العامة‬،‫ ﺍلمناظﺭ‬،‫ لﻡ تعﺩ ﺍألشياء وحدها ﺍلتي تصمﻡ بﻝ حتى المحيﻁ‬.‫ هﻭ ظاهرﺓ مجتمع اآلﻥ‬،‫التصميﻡ أصبح أكثر مﻥ رﺍئج‬ ‫ فقدﺕ الفنوﻥ الجميلة جزءﺍ كبيﺭﺍ مﻥ هيمنتها لصالح‬.‫ أصبح التصميﻡ وبكﻝ بساﻁة فنا وﺍلمصمموﻥ معترﺭﻑ بهﻡ كفنانيﻥ مﻥ نوﻉ جديﺩ وكمشاهيﺭ‬...‫التجارية‬ ‫ سأقترﺡ بعﺽ الشرﻭحاﺕ ﺍلخاصة بهﺫﺍ التغييﺭ‬.‫ما كنا نسميه سابقا ﺍلفنوﻥ القاصرﺓ طرحﺕ أسئلة عﻥ نﻁاﻕ هﺫﻩ التغيﺭاﺕ ومعناها لكﻝ مﻥ الفﻥ وﺍلتصميﻡ‬ .‫لنظاﻡ الفنوﻥ الجميلة‬

LA NOUVELLE VOGUE DU DESIGN Beaucoup d’entre nous vivent encore sur l’idée que l’art, c’est l’art des musées ou l’art contemporain — des objets d’art, traditionnels ou moins traditionnels. Or silencieusement le paysage a changé. Le design est plus qu’à la mode, c’est un phénomène de société. Non seulement les objets sont « désignés », mais aussi les environnements, les paysages, les lieux publics, les transports en commun, les centres commerciaux, etc. Le design est devenu de l’art tout court et les designers sont reconnus comme des artistes d’un nouveau genre — et des vedettes. Les « beaux-­arts » ont perdu une grande partie de leur prééminence au profit de ce qu’on appelait autrefois « arts mineurs ». Je m’interrogerai sur la portée de ces changements et leur signification aussi bien pour l’art que pour le design. Je suggérerai quelques explications de ce changement du « système des beaux-­arts ».


.‫ حاصﻝ على دبلوﻡ في ﺍلفلسفة وﺩكتوﺭاﻫ في اآلدﺍﺏ‬،‫ طالﺏ سابﻕ بالمدﺭسة العادية العليا‬. 1944 ‫ولد ايﻑ ميشﻭ بليﻭﻥ سنة‬ .1985 ‫ ساو باولو ثﻡ باريﺱ ﺍلسوﺭبوﻥ ﺍبتدﺍء مﻥ سنة‬،‫ تونﺱ‬،‫ ﺍديمبوﺭﻍ‬،‫ بيﺭكلي‬،‫ رﻭﺍﻥ‬،‫عمﻝ في التدﺭيﺱ بجامعة كليﺭموﻥ فيﺭوﻥ مونبوليي‬ ‫ للمعلوماﺕ بجرﺩ‬.1996 ‫ إلى غاية سنة‬1986 ‫ كاﻥ مديﺭﺍ لمدﺭسة ﺍلفنوﻥ الجميلة بباريﺱ مﻥ سنة‬،‫في إﻁاﺭ نشاطﻫ في النقد الفني‬ ،‫ ﻭﻫي جامعة شعبية ومجانية تقوﻡ اآلنية المجاالﺕ المفضلة لدﻫ ﻫي الجمالياﺕ‬،‫) كاﻥ المصمﻡ وﺍلمنظﻡ في جامعة كﻝ المعارﻑ‬www.Utls.fr( .‫الفﻥ ﺍلمعاصﺭ وفلسفة الثقافة‬ ‫ بدﺍية مﻥ أ كآلﻫة حتى زﺍي ك‬،‫ ) يختبﺭ في سﺕ وعشروﻥ فقرﺓ (ﺃبجدي) فشﻝ مجتمعنا‬2014 ‫ غرﺍساﺕ‬،‫أخر مؤلفاتﻫ نرسيﺱ وﺍآللﻫة (باريﺱ‬ .P-­People‫ و‬Q-­Quantifier ‫ مرﻭرﺍ ب‬zapper

Yves Michaud, né à Lyon en 1944. Il est ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie et docteur ès Lettres. Il a enseigné aux universités de Clermont-­Ferrand, Montpellier, Rouen, Berkeley, Édimbourg, Tunis et Sao Paulo puis à Paris Sorbonne à partir de 1985. Dans le cadre de son activité de critique d’art, il a été directeur de l’École des Beaux-arts à Paris de 1989 à 1996. Il a été le concepteur et l’organisateur de L’université de tous les savoirs, une université populaire libre faisant le bilan des connaissances actuelles [www.Utls.fr]. Ses domaines de prédilection sont l’esthétique, l’art contemporain et la philosophie de la culture. Son dernier livre Narcisse et ses avatars (Paris, Grasset, 2014) examine en vingt-six rubriques (abécédaire) les basculements de notre société, depuis A comme Avatar jusqu’à Z comme Zapper en passant par P comme People et Q comme Quantifier.


Design d’objet et design d’expérience pourquoi le design a remplacé « L’Art »

Dans toutes les sociétés, les hommes classent les arts, implicitement ou explicitement, en fonction des plaisirs qu’ils donnent, de leur valeur morale, cognitive, de leur valeur sociale et économique, de leurs fonctions de différenciation sociale. Ces classifications varient considérablement à travers les cultures et l’histoire. De nombreux facteurs pèsent. Certains sont pratiques et techniques, ils tiennent à la disponibilité de certains matériaux et aux usages sociaux. La peinture a peu d’importance dans la Grèce antique pour des raisons de conservation et d’habitat. La couleur est rare, chère, fragile aux intempéries. En revanche la statuaire grecque et l’architecture sont au premier rang. Ce qui fait que la théorie de l’art met l’accent sur l’imitation et la proportion. Dans des sociétés plus primitives, les décorations corporelles, les tatouages et peintures sur les corps, la décoration des armes, les chants et danses sont parfois les seules formes d’art. Il est difficile de dire quand les raisons théoriques prennent le pas sur les raisons techniques pratiques, ou l’inverse. En réalité, il y a toujours plus ou moins cercle : les changements de pratiques retentissent sur la théorie qui, à son tour, infléchit les pratiques. L’ouverture au design qui se produit avec le minimalisme dans les années 1970 tient à l’épuisement des divisions en genres (peinture, sculpture, musique) du formalisme, mais aussi à une sensibilité nouvelle aux atmosphères et aux ambiances que l’on trouve à la même époque dans le land art, les earth works et les installations lumineuses à la Turrell ou Irwin ? La montée au premier plan aujourd’hui du design et le passage au second plan de la peinture, de la sculpture et même de la photographie qui se voit du coup repoussée du côté des « beaux-arts » sont liés à l’épuisement des genres majeurs du XIXe siècle, mais aussi à de nouvelles conditions de vie aussi bien urbaine que privée ainsi qu’aux nouvelles ressources technologiques disponibles. La hiérarchie des arts se transforme périodiquement. Dans les années 1830, l’art premier est la poésie. Ensuite les phares, ce sont les peintres, comme dans le poème de Baudelaire de 1857 et Théophile Gautier en 1863 contribue à un recueil dont le titre est significatif : les Dieux et demi-Dieux de la peinture. Dans ces mêmes années 1860, la peinture voit arriver comme rivale la musique, avec la découverte de Wagner. Dans les années 1880, toujours sous l’influence de Wagner mais pas seulement car il faut aussi tenir compte de la montée des nationalismes et de la construction des États-nations, l’opéra et le projet d’œuvre d’art totale passent au sommet de la hiérarchie. S’il y a des changements de hiérarchie au sein des arts majeurs, il y en a aussi au sein des arts mineurs, en fonction des goûts, des modes, mais aussi des changements techniques et des changements dans les usages sociaux. La révolution du papier peint dans les années 1820 est un exemple passionnant. On trouve à sa base


à la fois la diffusion de l’habiter bourgeois, la hausse du niveau de vie des classes moyennes supérieures, les progrès techniques de la papeterie et des techniques d’impression, sans oublier les débuts de la chimie des colles. Ces usages sociaux vont rapidement susciter des débats théoriques intéressants notamment sur le degré d’illusionnisme acceptable sur les murs, avec l’esquisse d’un premier conflit entre abstraits et figuratifs, qui sera importé au sein de la peinture dans les années 1870. Ce qui mènera… jusqu’aux papiers collés de Braque et Picasso des années 1911-1912. Les changements dans la hiérarchie entre arts mineurs et arts majeurs ne sont pas fréquents mais existent. On assiste ainsi au XIXe siècle à une revalorisation forte des arts décoratifs. Contre l’industrialisation inhumaine et polluante (déjà ! voir Dickens puis Zola), contre la disparition (déjà aussi !) de la société rurale traditionnelle, on fait l’éloge de l’artisan, de la main, de la primitivité créatrice, de la nature et du paysage chez Ruskin et les socialistes anglais. Les facteurs économiques et industriels font le reste : naissance d’un nouveau marché intérieur et extérieur pour les produits décorés industriellement et fabriqués en masse, développement des arts industriels et du machinisme, demande de confort des classes moyennes. Les perspectives commerciales rejoignent les préoccupations humanistes chez des théoriciens à la fois du socialisme et de la production industrielle, par exemple chez William Morris, designer, propagandiste, industriel, humaniste prônant la beauté pour tous. Nous assistons aujourd’hui à une grande transformation du même ordre sous la pression à la fois de la demande de beauté et d’esthétique et grâce aux innovations techniques qui permettent d’esthéticiser les milieux de vie : espaces publics, espaces commerciaux, espaces privés, espaces écologiquement reconstitués ou restaurés. Corrélativement, l’idée d’arts majeurs n’a plus beaucoup de sens, sauf peut-être pour l’architecture et pour les arts de collection où les critères de conservation sont encore prépondérants. Les arts industriels sont omniprésents aussi bien en termes économiques qu’en termes de primat technologique : les technologies numériques, la maîtrise des matériaux nouveaux élaborés dans les domaines spatiaux ou militaires mais transposables dans le design, la facilité de manipulation des images et leur surabondance, tout cela ouvre des possibilités inédites au design. Surtout, les spectateurs-consommateurs sont à la recherche « d’expériences », d’ambiances, d’atmosphères, c’est-à-dire de complexes de sensations formant une totalité intégrée. Ceci me semble constituer un contexte totalement différent de celui que nous avons connu, où subsistait des barrières entre les séries sensorielles, des frontières entre les types d’expérience. Ce contexte synesthésique était déjà celui dans lequel travaillaient les décorateurs et leurs clients-esthètes quand ils pensaient l’ensemble des objets qui font un cadre de vie — mais


cette recherche était encore artisanale, difficile et coûteuse. Aujourd’hui nous maîtrisons technologiquement toutes les dimensions ou presque des situations et pouvons contrôler nos environnements. Nous sommes à l’époque des conditionnements et des immersions. L’intérêt actuel pour le design a des caractères particuliers. En premier lieu, il est peu théorique et les discussions de terminologie n’ont plus grande importance. Le design est passé dans les mœurs. Un certain nombre de designers (Starck, Bouroullec, Crasset, Newson, etc., etc.) sont des vedettes. De manière plus diffuse et sans qu’on ait forcément affaire à des objets « signés », le design est omniprésent dans la consommation. Le design d’objets est vivace dans l’équipement, l’ameublement et la décoration. La leçon « Apple » est passée dans les mœurs. Ce qui va de pair avec le processus d’esthéticisation générale de la vie que j’ai commencé à décrire dans L’art à l’état gazeux de 2003 et qui a été décrit par bien d’autres depuis. Deuxièmement, le design est entré dans le champ de «l’art» tout court, champ jusqu’ici fermé sur les arts visuels d’élite, l’art des galeries et des musées. Le design fait l’objet d’expositions, de biennales, de festivals, il est présent dans les grandes foires artistiques. Il est devenu l’art qui remplace « L’Art ». Enfin (et c’est le phénomène qui m’intéresse le plus ici), le design a pris, dans le monde quotidien, une importance inédite, au moins en termes d’ampleur et d’efficacité des effets. Il est devenu design d’expérience. Je veux dire par là que le design ne se borne désormais pas aux objets, qu’il ne se limite pas à l’architecture, mais qu’il opère sur la totalité des vécus qui constituent une expérience — expérience d’un lieu, expérience d’une ambiance, expérience d’un ensemble de sensations conditionnées. On pourrait résumer toutes ces évolutions en disant que le design d’objets s’est banalisé, que le design en général s’est « artialisé », et enfin que le design s’est « ambiantalisé », si j’ose ce mot pour parler de tout ce qui concerne les ambiances et atmosphères. S’il était nécessaire de justifier ce dernier point, je prendrais pour exemple le design d’ambiance des magasins de luxe, des hôtels de toutes catégories depuis les Mamma’s Shelter de Starck jusqu’aux palaces de très haut de gamme, le design d’ambiance des gares, aéroport et centres commerciaux, des supérettes et boutiques, où architecture, lumière, ambiance sonore et ambiance olfactive sont imaginées et programmées dès la naissance du projet (qui prend tout son sens étymologique de design). À ces nouvelles manifestations et à ce nouveau régime du design correspond un nouveau type d’artiste, le designer comme producteur en charge d’un programme complexe pour lequel il a été briefé par ses commanditaires et au scénario duquel il a largement contribué, à la tête d’une équipe pluridisciplinaire de spécialistes du son, de la lumière, du design d’objets et d’environnement, du design olfactif, mais aussi


d’ingénieurs, de spécialistes du marketing, de la communication et de la publicité, des images et des tendances. Faute de temps, je ne m’attarderai pas sur le détail du processus de production sinon pour dire qu’il prend la forme d’un « projet » — de ce qu’on appelle un disegno ou un design. Nous sommes au plus près de l’étymologie des notions. Que l’on parle comme les architectes de projet ou comme les designers de design, il s’agit de la même chose : de démarches complexes d’agencement de connaissances, de procédés et de moyens au croisement de plusieurs disciplines. Ce qui m’amène au concept de design. Commençons par la difficulté foncière qu’il y a à définir la notion, pour la raison que nous venons d’entrevoir : les opérations en cause dans un projet ou un design ne se plient pas au caractère linéaire d’une définition. Ce problème de complexité non linéaire ou systémique ne nous quittera pas parce qu’il constitue le fond obligé de la réflexion. Si on examine maintenant directement la notion, on constate qu’elle opère sur deux registres qui se croisent rarement : un registre empirique et un registre conceptuel. Sur le plan empirique, nous avons affaire à l’histoire de la production d’objets « designés ». Sur le plan conceptuel, il s’agit de penser la logique des processus en jeu. Beaucoup de difficultés en matière de design tiennent au fait que l’on passe subrepticement d’un registre à un autre, de la considération conceptuelle à la prise en compte de l’histoire empirique, ou l’inverse. Je ne vous apprendrai rien en disant que l’idée « commune » de design au sens de design d’objets et de mise en forme de l’environnement de vie, apparaît au XIXe siècle avec les problèmes posés par la décoration et l’ornementation de la production industrielle, et ceux de l’impact social et environnemental de cette production. Cette idée de design se dégage lentement de la problématique-mère des arts décoratifs et de la décoration. La révolution industrielle de la première moitié du XIXe siècle inonde les marchés d’une quantité immense d’objets, de machines et de constructions pour lesquelles il n’y a plus de forme définie par la tradition artisanale (et pour cause !), et pas non plus de forme déterminée par la logique industrielle. La solution est soit de plaquer sur les objets nouveaux des formes anciennes, soit d’empiler les organes techniques au gré de la construction (une locomotive, une machine à vapeur). La visite d’un musée des machines témoigne bien de cet empilement anarchique de l’ère pré-design. La mauvaise qualité de cette production hybride fut tout de suite évidente aux yeux des contemporains et les premières expositions internationales de la production industrielle reçurent des accueils très critiques. Ce qui conduit à s’interroger sur les conséquences esthétiques de la technique, aussi bien pour des raisons purement


esthétiques (« ce n’est pas beau ! »), qu’en raison des enjeux économiques dans un monde de forte concurrence entre les industriels aussi bien au plan national qu’international. Même si on ne le dit pas encore en ces termes, on comprend vite que la beauté — ou le design, c’est-à-dire la forme et l’ornementation — fait vendre. Dans le même temps, des intellectuels socialistes ou socialement engagés s’interrogent sur les conséquences humaines de la révolution industrielle, sur l’insalubrité des villes et des logements, sur les besoins d’hygiène et la qualité du milieu de vie. La production de masse nécessite des masses de travailleurs et s’adresse à des masses de consommateurs — mais rien n’a été prévu. La problématique du design, même si on continuera longtemps à parler d’arts décoratifs et plus encore d’ornementation (avec l’idée de placage qu’elle véhicule), est donc au départ double. D’un côté, c’est une problématique esthético–industrielle, celle de la forme à donner aux objets. D’un autre, c’est une problématique esthético–sociale : celle de l’amélioration des conditions de vie, où la décoration à sa place, mais pas seulement elle puisque c’est aussi une affaire d’urbanisme, d’hygiène, et finalement de pouvoir politique. En d’autres termes, dès son apparition historique la notion de design, avant même qu’existât le mot, fut écartelée entre ce qu’on appellera pendant longtemps l’esthétique industrielle (le Que Sais-je sur la question date de 1961), et une approche morale – sociale de l’environnement voir du cadre de vie entendu écologiquement. Toute l’histoire du design sera marquée par cette tension, rarement résolue (mais quand même parfois) entre esthéticisation et politisation. Il y a ceux pour qui le design est affaire d’esthétique et de commerce (« la laideur se vend mal »), et ceux pour qui il est affaire de projet politique, sans oublier tous ceux pour qui, des premiers théoriciens anglais aux gens du Bauhaus, à Le Corbusier ou Jean Prouvé, il est affaire des deux. Dans un cas, on recherche la prospérité commerciale à travers la beauté. Dans un autre, on vise le bonheur d’abord familial, puis communautaire, puis collectif tout court. Beaucoup de positions antidesign, y compris à l’intérieur des théories du design, s’expliquent par la nature double de cette problématique de départ. La critique de l’industrialisation et du capitalisme peut conduire à une critique du design comme expression du capitalisme, ou à la recherche d’un design anticapitaliste (par exemple le design italien des années 1960) ou anti industriel (dans l’après 1968). L’accent mis sur l’esthéticisation peut se transformer en revendication explicite d’anti-utilité, d’antifonctionnalisme, d’invention esthétique et de recherche du luxe (Starck).


Pevsner dans son livre de 1936 Les Pionniers du mouvement moderne1 a bien mis en évidence cette double problématique du design et l’intrication tout au long du XIXe siècle d’une problématique de recherche esthétique et d’une autre de réformes sociales avec les prises de position diamétralement opposée des anti-industrialistes à la Ruskin et de ceux qui, dans la lignée de Morris, vont explorer le mariage des arts et de l’industrie, accepter, même à contrecœur, la production mécanique puis la fonctionnalité sans abandonner l’espoir d’une réforme sociale. Pevsner note bien, notamment au chapitre IV de son livre, que le dynamisme va venir tout particulièrement des architectes et des usages qu’ils font des nouveaux matériaux (en particulier du béton) pour des projets à fort impact social. À partir du début du XXe siècle, avec Behrens, Muthesius, Wright, Gropius, Perret, Loos, Sant’Elia, Garnier, puis les futuristes, le progrès vient de l’esthétique des ingénieurs et se fera aux dépens de la collaboration avec les arts avec qui la rupture est patente (fauvisme, expressionnisme, cubisme n’ont rien de social !). Il y eut certes dans le projet initial de Gropius pour le Bauhaus une tentative pour rétablir le lien entre les arts et le design en faisant place à des artistes comme Klee, Itten, Schlemmer, Kandinsky, mais il était déjà trop tard pour mettre les artistes au service du social et le divorce était consommé dès les années 1910. Ces vicissitudes historiques du design, que cette communication n’a pas pour objet de suivre en détail, ont l’intérêt de renvoyer à l’autre registre, celui du concept de design. On notera d’abord que ce concept a un curieux statut. Pendant une très longue période le design n’eut même pas de nom approprié. Le vide était comblé, selon les cas, par des mots comme décoration, ornementation, arts décoratifs, arts industriels, arts appliqués, esthétique industrielle. En revanche, quand apparaît le mot, il déborde aussitôt le domaine de pertinence qu’on pourrait penser être le sien en valant non seulement pour les objets design et mais aussi pour l’architecture, pour l’environnement, voire pour des constructions sociales complexes comme la planification urbaine ou la logistique des opérations militaires – puisque ce sont là autant de variantes de projets complexes. Le mot design couvre ainsi un champ qui va de la conception d’un presse-orange à l’invention d’une ville nouvelle en passant par la conception d’une jaquette de livres (design graphique) ou d’une boîte de nuit sophistiquée. Cette situation est étrange mais pas inintelligible. Tant qu’il s’agit seulement de rationaliser la forme des objets aussi bien du point de vue industriel que de celui de la logique des formes, on n’a pas vraiment besoin du terme design. Une réflexion sur la décoration ou 1. Nikolaus Pevsner, Pioneers of modern design: from William Morris to Walter Gropius, (1936), New Haven Ct, Yale University Press.


l’ornementation fait l’affaire. C’est ce dont on entend encore l’écho dans les idées du premier Bauhaus : en faisant appel à des artistes «purs» comme Klee ou Kandinsky en tant que «maîtres de forme», Gropius restait fidèle à l’idée que la forme se surajoute à l’objet industriel en l’accomplissant : l’art complète l’industrie et la perspective décorative demeure, même si elle est resserrée sur le couple logique-de-l’objet/logique-de-laforme. Le fonctionnalisme accomplit en revanche une rupture décisive en identifiant logique de l’objet et logique de la forme, et donc en abandonnant la référence artistique désormais absorbée et dissoute dans les propriétés de l’objet. Sauf que l’idée même de «propriétés de l’objet» n’a, pour peu qu’on aille au bout de sa logique, pas réellement de délimitation. On peut ne pas le voir face à tel ou tel objet aux fonctions bien déterminées – et encore ! –, mais dès lors que l’on réfléchit que les fonctions de l’objet sont toujours inscrites dans une série de contextes sociaux, familiaux, techniques, l’idée de design s’élargit vertigineusement jusqu’à concerner le design « au-delà du visible » selon l’expression de Lucius Burckhardt dans son article de 19812. Que dit en effet Burckhardt ? Que le design démarque un ustensile donné, son caractère spécifique, ses conditions d’insertion, mais plus largement un ensemble de systèmes organisationnels découpés dans l’environnement. Un hôpital, c’est un ensemble de relations entre les hommes et cet ensemble aussi relève du design. De même, un lieu de travail n’est pas constitué uniquement d’objets à «designer», mais doit lui-même être «designé» en fonction de ce que l’on se représente de la productivité, de la collaboration, de la communication, du bien-être nécessaire à la productivité, etc. En un mot, « le design est une composante invisible, qui relève de l’organisation de l’institution »3. L’analyse de Burckhardt a l’intérêt de mettre en évidence le processus élargi de traitement de l’information pour la résolution de problèmes au sein de systèmes. Elle recoupe, avec ses préoccupations sociales et politiques propres, les théories du design formulé après la seconde guerre mondiale par des gens qui n’étaient au départ pas des designers, mais des physiciens, des mathématiciens, des spécialistes de la recherche opérationnelle comme Horst W. T. Rittel, Herbert Simon, Abraham Moles. Ceux-ci tentèrent alors de définir la logique systémique d’un projet, qu’il soit d’architecture, de planification 2. Lucius Burckhardt, « Le design au delà du visible » (1981), trad. franç., Paris, centre Georges Pompidou, 1991, repris in Azimuts, 2004, n° 24, p. 70-78. 3. Lucius Burckhardt, art. cit., p. 74.


urbaine, de logistique, d’organisation d’entreprise ou d’institution. Ils en tirèrent une théorie du design, abstraite, logique et méthodologique, à savoir comment construire un projet au sein d’un système complexe et avec une information élargie mais quand même limitée. Comme le dit Rittel : « le design n’est pas le monopole de ceux qui s’appellent designers. D’un projet de développement urbain à un circuit électronique, d’une loi fiscale à une stratégie marketing, d’un plan de carrière à une liste de courses pour le dîner de dimanche prochain, toutes ces choses sont le produit d’une activité appelée design »4. Ce qui manque à ces approches « abstraites », si éloignées en apparence des objets «designés», mais peut leur être intégré sans difficulté (Burckhardt fut un élève de Rittel et ne cessa de lui rendre hommage), ce sont les acteurs du projet avec leurs valeurs, leur rationalité (et leur irrationalité), leurs intentions et visions du monde. Il faut, en quelque sorte, envisager le projet avant le projet, en amont, au moment où il se forme ou mieux, se profile — et se dessine (disegno...) de manière interactive, communicationnelle et argumentative. Il est significatif à ce sujet que Jürgen Habermas, philosophe de l’agir communicationnel, ait fait partie avec des théoriciens du design comme Rittel justement du Studien gruppe für Systemforschung de Heidelberg entre 1968 et 1973. La théorie du design s’est donc enrichie, substantiée, en prenant en compte les intérêts, les valeurs et les intentions des acteurs dans la définition du projet. Maintenant, la même démarche doit être accomplie en aval, cette fois sur les résultats du projet qui sont des objets, des choses, des produits (un pack de lait, une machine à café, une centrale nucléaire ou une fusée, comme on voudra), des lieux, des opérations, des institutions, des modes de traitement des besoins sociaux et humains (un hôpital, une gare, une entreprise innovante des technologies de la communication, un complexe de loisirs, un palace), avec les externalités positives ou négatives induites. On peut, en d’autres termes, enrichir la théorie du design en aval, avec évidemment une boucle rétroactive. On a affaire alors à un mouvement comparable à celui qui a été réalisé pour le projet en amont : on s’intéresse à l’objet, à sa fonction, aux réactions qu’il produit et, pour tout dire, à l’expérience complète de l’objet produit par le projet. L’objet (au sens large) est alors abordé comme un produit industriel, un objet d’art, un objet de consommation. Ses fonctions seront étudiées sous plusieurs angles : ergonomique, instrumental, symbolique, esthétique, hédonique, sécuritaire, etc. Cette conception du design peut être maintenant reconnue pour ce qu’elle est : une théorie du design en champ élargi, une théorie du «design au-delà du visible», pour parler comme Burckhardt. 4. Horst W. T. Rittel, «The Reasoning of Designers», Arbeitspapier zum Internationale Congress on Planning and Design Theory, in Boston, August 1987, Schriftenreihe des Instituts für Grundlegung der Plannung, Universität Stuttgart, 1988.


En cessant de s’obnubiler sur le seul objet «designé», elle réalise une triple performance. D’abord, elle rétablit le lien avec la notion de projet architectural et rend ainsi compte du fait que beaucoup de projets et de réalisations de design élargi, hier comme aujourd’hui, sont le fait d’architectes, que beaucoup de grands projets architecturaux descendent et s’étendent jusqu’au détail du design des objets qui vont «meubler» les espaces construits. Elle rétablit donc le lien conceptuel entre architecture et design et valide la prétention de l’architecte à être le premier designer - au sens élargi comme au sens restreint. Ensuite cette conception rétablit le lien entre design, projet et programmes sociétaux et politiques généraux. Un design au-delà du visible a nécessairement une portée sociale, politique, environnementale. Bien plus, de ce point de vue, la simple «décoration» d’objets a elle-même une portée de cet sortie, y compris quand elle prétend ne pas s’en soucier. En ce sens une théorie du design dans le champ élargi renoue avec la grande tradition de l’engagement social de Morris au XIXe siècle, de Gropius ou de Prouvé au XXe siècle, et joue de façon critique contre les conceptions et pratiques du design concentrées sur le seul objet comme « objet d’art ». Enfin, de manière prospective, cette approche est particulièrement adaptée au concept de design d’expérience. Dans le design d’expérience, ce qui est visé ce n’est en effet pas un objet, mais un ensemble de vécus – forme, lumière, son, odeurs, parcours, stimuli d’orientation — qui doivent être éprouvés de manière synesthésique. Il se peut que ces vécus s’organisent autour d’un thème – luxe, loisirs, dépense, plaisir, transgression. Ce que l’on trouve dans les magasins et vaisseaux amiraux du luxe, dans les grands hôtels et centres de spas et de thalassothérapie, dans les supermarchés et centres commerciaux, dans les boîtes de nuit, les love hôtels, les parcs d’attraction. Mais on trouve aussi ces «  expériences » mises au service d’objets à vendre (denrées de luxe, chocolats, parfums, lingerie et vêtements) ou à admirer (œuvres d’art dans les musées, reliques et objets sacrés dans les lieux religieux). Dans le design d’expérience, ce n’est pas le visible qui compte mais l’invisible qui le baigne et en fait précisément l’expérience unique qu’elle est. Au bout du compte, le concept de design en champ élargi est celui qui rend le plus adéquatement compte de tous les phénomènes regroupés sous le terme de design, depuis l’objet unique « designé » en œuvre d’art décorant la cuisine (le presse-orange de Starck, parfaitement inutilisable comme tel, mais très joli pour trôner dans la cuisine américaine et susciter la conversation pendant qu’on ouvre les boîtes de sushis apportées par le livreur) jusqu’au projet d’utopie sociale réalisée sous forme de Cité Radieuse à la Corbu ou à celui d’une boîte de nuit conçue comme cocon à sensations – le Silencio de David Lynch à Paris.





‫ فرسوماتﻫ كانﺕ دﺍئما‬،‫ ﻁوﺭ أميﻥ بلكبيﺭ في سﻥ صغيﺭﺓ حساسية وﺍﻫتماما غيﺭ مسبﻭقيﻥ بالتفاصيﻝ‬،‫ بتيزﻱ وﺯﻭ‬1987 ‫ أفريﻝ‬22 ‫ولد في‬ ‫ ﻭﺃولى اﻫتماما خاصا بالتصميﻡ ﺍلوﻅيفي وﺍإلنتاﺝ‬،‫ بمدﺭسة الفنوﻥ الجميلة بالجزﺍئﺭ ﺍلعاصمة تخصﺹ تخطيﻁ وتصميﻡ‬2006 ‫ التحﻕ في‬.‫منسقة‬ ‫ فعملﻫ ﺍلمنتﻫج يﻫﺩﻑ ﺇلى رفع قيمة العمﻝ‬،‫ بحكﻡ قربﻫ مﻥ قضايا ﺍلبيئة وﺍلتنمية ﺍلمستدﺍمة‬.2013 ‫ تخرﺝ مﻥ ﺍلمدﺭسة في ديسمبﺭ‬،‫ﺍلحرفي‬ ‫ ﻭكذﺍ تحفيﺯ األمﻝ مﻥ ﺃجﻝ خلﻕ ديناميكية‬،‫ متاحة بشكﻝ وﺍسع‬،‫ بسيﻁ يتكوﻥ مﻥ موﺍﺩ خاﻡ‬،‫الحرفي وتعزيﺯ الﻫﻭية الثقافية مﻥ خالﻝ أثاﺙ أنيﻕ‬ .‫في ﻫذﺍ ﺍلقﻁاﻉ على المستوﻯ الوﻁني‬

Né le 22 avril 1987 à Tizi -Ouzou, Amine Belkebir, développe très jeune une sensibilité et un souci du détail très prononcé, travaillant toujours un dessin soigné. Il rejoint l’école supérieure des Beaux-arts d’Alger en 2006, option design aménagement. Il porte une attention particulière pour le design fonctionnel et la production artisanale. Il en sort diplômé en décembre 2013. Très proche de la cause environnementale et celle du développement durable, son travail s’inscrit dans une démarche de revalorisation de l’artisanat et de la promotion de l’identité culturelle à travers un mobilier épuré, sobre, au matériaux bruts et largement disponibles, inspirant l’espoir d’une dynamisation de ce secteur d’activité au niveau national.

Table et tabouret Verda Forex® laqué, finition vernis. Table : 115 x 80 x 35 cm. Tabouret : 57 x 30 x 35 cm. 2014 Avec la collaboration de Flashgraphic.

‫طاولة وكرسي فيردا‬ ‫ و التكملة بالبرنيق‬،‫فوركس مطلي بالورنيش‬ ‫ سم‬115x 80 x 35 :‫الطاولة‬ ‫ سم‬30x 35x 57 :‫الكرسي‬ 2014 ‫بالتعاون مع فالش غرافيك‬







.‫ يعيش ويعمل في الجزﺍئر‬، 1989 ‫ولد عاﻡ‬ ‫ تخصص تصميم جرﺍفيكي‬،‫حاصل على دبلوﻡ من مدرسة الفنوﻥ الجميلة بالجزﺍئر‬ ،»‫ «ﺍلبانو‬picturie générale II« ،2014 ‫عرﺽ أعماله في «ﺍلمشﻫﺩ الفني الجزﺍئري الجديد» بالجناﺡ الخاﺹ بالجزﺍئﺭ في إﻁاﺭ سنويتي ﺩكاﺭ‬ ‫» رﻭﺍﻕ‬YAA« ،2013 ‫ لندﻥ‬،‫ﺍلملتقى» متحﻑ اليتوﻥ ﻫاوﺱ‬/Crossways« ،2013 ‫تلمساﻥ‬،‫ المعﻫﺩ ﺍلفرنسي‬،»‫ «عقاقيﺭ‬،2014 ‫ﺍلجزﺍئر العاصمة‬ ،2012 ‫ تندﻭﻑ‬،‫ الطبعة السادسة ألرتيفاريتي‬،2013 ‫ ﺍلجزﺍئر ﺍلعاصمة‬،‫» فضاء اﺭتيسيمو‬picturie générale« ،2013 ‫ باريﺱ‬،‫تالمارﺕ‬ ،»‫ «أنا فلسطيﻥ‬،2012 ‫ الجزﺍئﺭ ﺍلعاصمة‬،24 ‫ عرﺽ وﺭشة عمﻝ منشﻁة مﻥ طﺭﻑ مرﺍد كريناﺡ في بوكس‬،»‫ ﺍلتحويﻝ وﺍالسترﺩاﺩ‬،‫«وسائﻝ اإلعالﻡ‬ .2009 ‫ الجزﺍئر العاصمة‬Bergson&Jung

Né en 1989. Vit et travaille à Alger. Diplômé de l’école supérieure des Beaux-arts d’Alger, option Design graphique. Il a participé à la biennale Djart (Alger 2014); « La nouvelle scène artistique algérienne » au Pavillon Algérie dans le cadrede la Biennale DAK’ART (Dakar 2014); « Picturie générale II », La Baignoire (Alger 2014) ; « Akakir », Institut français (Tlemcen 2013); « Crossways/el Multaqa », Leighton house Museum (Londres 2013); « YAA », galerie Talmart (Paris 2013) ; « Picturie générale »,espace Artissimo (Alger 2013); 6e édition d’Artifariti (Tindouf 2012) ; « Médias, Détournement et récupération », exposition du workshop animé par Mourad krinah au Box 24 (Alger 2012); « Je Palestine », Bergson&Jung (Alger 2009).

Shita Matériaux divers, 272x136x170 cm, 2014.

‫شيتا‬ ‫مواد مختلفة‬ 2014 ،‫ سم‬550x 280x 8









‫ ﻭبدأ طريقه مرسوما من‬،‫ ﺃظهر وليد دﺭوﺵ منذ صغره إبدﺍعا كبيرﺍ وخياال وﺍسعا‬،‫ بالبويرﺓ في بيئة متشبعة بالفن‬1987 ‫ أكتوبر‬22 ‫ولد في‬ .‫ مطورﺍ تفكيرﺍ ناقدﺍ وﺭﺅية منفصلة عن ﺍألشياء‬،‫البداية‬ ‫ ايطاليا‬،»archeostoonspaestum« ‫ بالمدﺭسة ﺍلعليا للفنوﻥ الجميلة بالجزﺍئر العاصمة وﺍلتي سمحت له بالمشاﺭكة في‬2007 ‫التحق في‬ .‫ ﻭصقل حسه اإلبدﺍعي‬2008 ‫ ﺃظهر ﺍلجانب الهابط‬،‫ رﺍفضا جميع أشكاﻝ التقاليد‬.‫ وكرﺱ عمله في تصميم ﺍألثاﺙ وﺍلتحضير لعرضه ﺍلمنفرﺩ‬2013 ‫تخرﺝ منها في فيفري‬ .‫ من دﻭﻥ أﻥ يفقد المتطلب الجمالي‬، ‫الموجوﺩ في مجتمعنا ﺇلى حد ﺍلسخرية‬ .‫ من محيطه ﺍلخاﺹ جدﺍ ﺃين يمكن للبارﻭﻙ وﺍلبساﻁة أﻥ يلتقيا بتناغم‬،‫يستوحي ﺃعماله من مرﺍجع تافهة وغير اعتيادية‬

Né le 22 Octobre 1987 à Bouira dans un entourage où l’art est très présent, Walid Drouche fait très jeune preuve d’une grande créativité et d’une riche imagination, et déjà sa voie semble toute tracée, développant son esprit critique et une vision très détachée des choses. En 2007, il rejoint l’Ecole Supérieure des Beaux-arts d’Alger, qui lui permettra de participer à l’« Archeotoons Paestum, Italie, 2008 » et de polir sa sensibilité créatrice. Il en sortira diplômé en février 2013 et se consacre à la création de mobilier en préparation de son exposition individuelle. Rejetant toute forme de conventionnalisme, il met en scène l’aspect kitsch de notre société poussant la dérision jusqu’aux limites du ridicule, sans pour autant perdre de vue l’exigence esthétique. Il puise son inspiration dans des références trashs et décalées, à l’image de son univers si particulier où baroque et minimalisme peuvent harmonieusement s’unirent.

Chaise Le Trône Plexiglas, bois tourné, finition : feuille d’or et tissu matelassé. 72 x 63 x 106 cm, 2013 réedition en 2014. Avec la collaboration de Plexidesign.

‫كرسي العرش‬ ،‫ خشب مخروط‬،‫بليكسي قالس‬ 2013 ، ‫ سم‬72x 63x 106 .‫ أوراق ذهبية و قماش مبطن‬:‫التكملة‬ .2014 ‫إعادة إصدار في‬ ‫بالتعاون مع بليكسي ديزاين‬







، 23 ‫ حصن‬،‫ قصر الثقافة‬:‫ وقد شارك في العديد من المعارض التي أقيمت داخل الجزائر وخارجها‬،‫هو خريج المدرسة العليا للفنون الجميلة‬ ،‫ ورشات تثمين التجديد في مجال األثاث «في إي آ» بباريس‬،‫ رواق ورشات الفن بفرنسا‬،‫المتحف الوطني للفن الحديث والمعاصر بالجزائر‬ ‫ وقد نالت ابتكاراته على العديد‬.‫ معرض التصاميم «العبور» بكولونيا‬،)‫ رواق ماني بمونريال (كندا‬،‫المعارض الدولية بباريس ومرسيليا وستراسبورغ‬ 2003 ‫ كما حصل مرتين على الجائزة األولى ألحسن حرفي جزائري في‬،2000 ‫من الجوائز مثل األلفا الذهبي بصالون فالنسيا الدولي بإسبانيا في‬ ‫ لمقر وزارة‬2011 ‫ فأن سمير حميان يقدم أيضا أعماال تحت الطلب مثل الجدارية التي أنجزها في‬،‫ وباإلضافة إلى إنجازاته الشخصية‬.2008 ‫و‬ .2012 ‫ والجدارية التزيينية التي أهدتها الجزائر للمقر الجديد للمنظمة اإلفريقية بأديس أبيبا في‬،‫الشؤون الخارجية الجديد بالجزائر العاصمة‬

Ce diplômé de l’école supérieure des Beaux-arts d’Alger a participé à de nombreuses expositions en Algérie et à l’étranger : Palais de la culture, bastion 23, Musée national des arts modernes et contemporains d’Alger, galerie la CeMA (Ateliers d’art de france), le ViA de Paris, les foires internationales de Paris, de Marseille et de Strasbourg, la galerie Manie de Montréal (Canada), l’exposition de design « le Passage », à Cologne… Ses créations lui ont valu plusieurs récompenses et distinctions comme l’Alpha d’or au Salon international de Valence, en espagne, en 2000, et le Premier Prix du meilleur artisan algérien qui lui a été décerné à deux reprises, en 2003 et 2008. En dehors de ses propres créations, Samir hamiane réalise également des œuvres de commande comme la fresque réalisée en 2011 pour le nouveau siège du Ministère des Affaires étrangères à Alger et, cette année, la fresque offerte par l’Algérie pour la décoration du nouveau siège de l’union africaine à Addis-Abeba (2012).

Lampe et lustre Céramique et verre, 2014.

‫مصباح وثريا‬ .2014 ،‫سيراميك وزجاج‬







.‫ ﺍلجزﺍئر‬،‫ بتيزﻱ وﺯﻭ‬،‫ في محافظة الربعا ناﺙ اﺭاثن‬1985 ‫ولد اسعدي سعيد عاﻡ‬ ‫ وبعدما تحصل على شهادﺓ البكالوريا بدﺃ‬2006 ‫ في‬.‫من عائلة بسيطة تعيش في المناطق الجبلية للقبائل وﺍلتي استوحي منها إبدﺍعاته وخياله‬ ‫ ومع ذلك تمكن من تحقيق رغبته في دﺭﺍسة‬.‫بدرﺍسة الحقوﻕ وبما أﻥ هذا الخياﺭ لم يكن شغفه ﺍلحقيقي قرﺭ ﺍلتخلي عنه بعد سنتين من ﺍلدرﺍسة‬ ‫ قرﺭ التوجه ﺇلى ﺍلمدرسة العليا للفنوﻥ‬،‫ بسبب شغفه الكبير‬.‫الفن من خالﻝ ﺍاللتحاﻕ بدرﻭﺱ ﺍلرسم ﺍلمائي على مستوﻯ دﺍﺭ ﺍلثقافة بتيزي وﺯﻭ‬ ‫ من بين‬.‫ دﻭرﺓ في ﺍلتصميم الدﺍخلي وبعد خمس سنواﺕ من التعليم المتميز تخرﺝ بنجاﺡ‬2008 ‫ بدﺃ في‬.‫بالجزﺍئر أين اكتشف ميداﻥ ﺍلتصميم‬ ‫ في شهر‬2013 ‫ ﺍلتصميم وﺍلمشاركة في تطوير الفتاﺕ تعليمية والفتاﺕ ﺃمنية بقسم جريدﺓ ﺍلمجاهد في ﺍلجزﺍئر ﺍلعاصمة‬،‫األعماﻝ التي قامﻡ بها‬ .‫ أنجز جناحا خاصا لشركة عميمر للطاقة بوهراﻥ وبعض التجهيزاﺕ الدﺍخلية لبعض ﺍلخواﺹ‬،‫سبتمبر من نفس العاﻡ‬

Né en 1985 dans la commune de Larbàa Nath Irathen de Tizi-Ouzou, Algérie. Issu d’une modeste famille des régions montagneuses de la Kabylie d’où il puisa son imagination et sa créativité. En 2006, après avoir décroché son bac, il entame des études de droit. Ce choix n’étant pas sa véritable passion, il décide d’abandonner au bout de deux ans. Néanmoins, il a pu assouvir son désir pour l’art, en adhérant à des cours d’aquarelle au niveau de la maison de la culture de Tizi-Ouzou. Sa passion étant trop forte, il décide de s’orienter vers l’école supérieure des Beaux-arts d’Alger où il découvre le domaine du design. En 2008, il débute un cursus dans l’aménagement intérieur, après cinq ans d’études brillantes, il décroche son diplôme avec succès. Parmi les travaux qu’il a réalisés, la conception et la contribution de la mise en place des pancartes de signalisation et des consignes sécuritaires du département du journal d’El Moudjahid à Alger en juin 2013. Dans la même année, en septembre, il a réalisé un stand d’exposition pour l’entreprise Amimer énergie à Oran et quelques aménagements d’intérieur pour particuliers.

Chaise Mante Résine, 65 x 52 x 72 cm, 2014. Avec la collaboration de ABBAS Razika.

‫كرسي فرس النبي‬ ‫راتنج‬ .2014 ،‫ سم‬72 × 52 × 65 ‫بالتعاون مع عباس رزيقة‬





.‫ يعيش ويعمل بالجزائر العاصمة‬.1976 ‫ ولد سنة‬،‫مصمم خطي وفنان تشكيلي‬ ‫ وهو يواصل اآلن دراساته العليا بنفس‬. 2006 ‫حصل على شهادة في تخصص التصميم الخطي بالمدرسة العليا للفنون الجميلة بالجزائر في‬ .‫المدرسة‬ ‫ أرتيسيمو (الجزائر‬،»1 ‫ محافظ معارض «مواد فنية عامة‬.)2014 ‫ ساحة سوفنير (بيانال دكار‬،»‫محافظ معرض «الساحة الفنية الجزائرية الجديدة‬ .)2014 ‫ البانو (الجزائر‬،»2 ‫) و «مواد فنية عامة‬2013 ،)2014 ‫ ساحة سوفنير (بيانال دكار‬،»‫ «الساحة الفنية الجزائرية الجديدة‬،)2014 ‫ الفضاء الفني لو موالن (الفاليت دو فار‬،»2 ‫شارك في «ترانكارت‬ ‫ «مواد‬،)2013 ‫) وقصر الرياس (الجزائر‬2012 ‫ معهد العالم العربي (باريس‬،»‫ «مصممون جزائريون‬،)2014 ‫ البانو (الجزائر‬،»2 ‫«مواد فنية عامة‬ ،2011 ‫ الطبعة الثانية للتظاهرة المتوسطية وهران في‬،)2012 ‫ (نيويورك‬،MoCADA ،»‫ «نيوزفيد‬،)2013 ‫ أرتيسيمو (الجزائر‬،»1 ‫فنية عامة‬ ‫ بيانال مبدعو أوروبا والبحر المتوسط الشباب‬،)2009 ‫ الطبعة الثانية للمهرجان اإلفريقي (الجزائر‬،)2011 ‫ رواق عمر راسم (الجزائر‬،»‫«هويات‬ .)2008 ‫(باري‬

Graphiste et plasticien né en 1976. Vit et travaille à Alger. Diplômé de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger en Design graphique (2006). Commissaire de l’exposition « La Nouvelle scène artistique algérienne », Place du Souvenir (Biennale de Dakar 2014). Concepteur et commissaire des expositions « Picturie générale I », espace Artissimo (Alger 2013) et « Picturie générale II », la Baignoire (Alger 2014). A exposé notamment à « Trankat : épisode 2 », Centre d’art Le Moulin (La Valette du Var 2014) ; « La Nouvelle scène artistique algérienne », Place du Souvenir (Dakar 2014) ; « Picturie générale II », la Baignoire (Alger 2014) ; « Designers algériens », Institut du Monde arabe (Paris 2012) et Bastion 23 (Alger 2013) ; « Picturie générale I », espace Artissimo (Alger 2013) ; « Newsfeed », MoCADA (New York 2012) ; 2e Biennale méditerranéenne d’art contemporain (Oran 2011) ; « Identités », galerie Racim (Alger 2011) ; 2e Festival culturel panafricain d’Alger (2009 et la BJCEM, Biennale des jeunes créateurs d’europe et de la Méditerranée (Bari 2008).

Sans Titre Papier peint, tirage numérique sur papier 900 x 400 cm, 2014.

‫بدون عنوان‬ ‫ورق الجدران‬ ‫طباعة رقمية على الورق‬ 2014 ،‫ سم‬400 × 900









‫قائد حركة التصميم المعاصر في ﺍلمغرﺏ منذ سنواﺕ عدﺓ وليس هذﺍ فقط بل أصبح شخصية جد مهمة في مجاﻝ التصميم في القارﺓ اإلفريقية‬ ‫ يعتبر ﺃيضا من ﺃصحاﺏ أكبر ﺍلبصماﺕ في ﺍلتصميم ﺍلعالمي ويوقع مجموعاﺕ لعالماﺕ تجارية مرموقة على الصعيد الدﻭلي وﺍلتي‬،‫وﺍلعالم العربي‬ ‫ اﻭرﺍ‬،‫ فيكو ماجيستريتي‬،‫ ﺯاها حديد‬،‫ ﺍالخوﺓ كامبانا‬،‫ ﺭﻭجر تالوﻥ‬،‫ هيلتوﻥ ماﻙ كونيكو‬،‫تعمل مع ﺃسماء كبيرﺓ في ﺍلتصميم مثل فيليب ستارﻙ‬ ‫ هوية‬،‫ موﺍقع مكاتب‬،‫ يشارﻙ في عدﺓ مشاريع فندقية‬،‫ يقوﻡ أيضا بتطوير سلسلة أثاﺙ حضري لكبرياﺕ مدﻥ المغرﺏ‬...‫ ماتالي كرﺍساﺕ‬،‫ايتو‬ .‫ فن العمارﺓ التجارية وكذﺍ التصميم االسترﺍتيجي‬،‫ ﺍلتغليف‬،‫ﺍلعالماﺕ التجارية‬ ‫ ﺭساﻡ وفناﻥ تشكيلي هو كذلك صاحب رﺅية يدﺍفع عن قيم التقدﻡ ويتخذ اإلجرﺍءاﺕ من أجل تعزيز قيﻡ‬،‫إلى جانب مصمم ومهندﺱ ديكوﺭ‬ .‫ﺍلتصميﻡ وﺍإلبدﺍﻉ بشكﻝ عاﻡ‬

Hicham Lahlou, fer de lance du design contemporain au Maroc depuis de nombreuses années est non seulement devenu une figure emblématique du design sur le continent Africain et dans le Monde Arabe, il fait également partie des grandes signatures du design mondial et signe des collections pour de prestigieuses marques à l’international qui collaborent avec des grands noms du design tels que Philippe Starck, Hilton Mc Connico, Roger Tallon, les Frères Campana, Zaha Hadid, Vico Magistretti, Ora Ito, Matali Crasset, etc. Il développe également des lignes de mobilier urbain design pour les plus grandes villes du Maroc, participe à de nombreux concepts d’hôtels, de plateaux de bureaux, d’identité de marque, de packaging, d’architecture commerciale ainsi que de design stratégique. A la fois designer, architecte d’intérieur, artiste et plasticien, il est aussi un visionnaire qui défend des valeurs de progrès et entreprend des actions visant à promouvoir les valeurs du design et de la création en général.

Banc « AFRIKA URBANA » Resine de Polyester COLLECTION « KASBAH » Version 1 : Cuivre doré brillant, socle marbre massif noir. Version 2 : Cuivre Nickelé, socle marbre massif blanc. Collection « AL ANDALUS » Céramique emaillée tournée. 2014.

»‫مقعد «أفريكا أوربانا‬ ‫راتنج البوليستر‬ »‫مجموعة «القصبة‬ .‫ قاعدة سوداء من الرخام الصلب‬،‫ نحاس ذهبي المع‬:1 ‫النسخة‬ .‫ قاعدة بيضاء من الرخام الصلب‬،‫ نحاس مطلي بالنيكل‬:2 ‫النسخة‬ »‫مجموعة «األندلس‬ .‫سيراميك مطلي مخروطي‬ .2014















.)‫ بالرباﻁ (المغرﺏ‬1962 ‫ليلى معمري جزﺍئرية مولوﺩﺓ عاﻡ‬ .‫ ﺍلجزﺍئر ﺍلعاصمة‬،‫أصلها من بني يني (تاوﺭيﺕ ميموﻥ) قرية فنانيﻥ وحرفيﻥ مقيمة بوﺯريعة‬ ‫ قامﺕ بتدﺭيﺱ ﺍلتربية‬،‫ وبعﺩ ﺍلتخرﺝ‬1989 ‫ ﺍلى‬1983 ‫متخرجة مﻥ المعهﺩ التكنولوجي للتربية للبناﺕ ببﻥ عكنوﻥ (الجزﺍئر العاصمة) مﻥ سنة‬ .‫الفنية في ﺇحدﻯ المتوسطاﺕ‬ ،‫ تشغﻝ منصﺏ أستاذﺓ مدﺭبة في معهﺩ التدﺭيﺏ وﺍلتنمية‬،‫ حتى ﺍآلﻥ‬1994 ‫ مﻥ‬.‫ على ﺍلدبلوﻡ العالي في فﻥ ﺍلتصميﻡ الدﺍخلي‬1994 ‫تحصلﺕ عاﻡ‬ .‫بحسيﻥ دﺍي‬ .‫ معيدﺓ في معهﺩ ﺍلفنوﻥ وﺍلصناعاﺕ الجرﺍفيكية‬،2009 ‫ إلى‬2004 ‫مﻥ‬ ‫ ﻭمستشارﺓ‬EPAU ‫ ﺍلعمارﺓ وﺍلعمرﺍﻥ‬،‫ مدﺭسة ﺍلفنوﻥ التﻁبيقية‬،‫ تعمﻝ كمعيﺩﺓ في ﺍلمعهﺩ العالي لألساتذﺓ ببوﺯريعة‬،‫ ﺇلى يﻭمنا هﺫﺍ‬2009 ‫منﻥ‬ .‫بدﻭاﻡ جزئي في مكاتﺏ ﺍلتصميﻡ‬

Algérienne, née en 1962 à Rabat (Maroc). Originaire de Béni Yenni (Taourirte Mimoune), village d’artistes et d’artisans. Réside à Bouzaréah, Alger. Diplômée de l’Institut technologique de l’éducation de jeunes filles (Ben Aknoun, Alger). De 1983 à1989, embrasse une carrière d’enseignante en éducation artistique au collège d’enseignement moyen (CEM) . En1994, obtient le Diplôme supérieur artistique en design aménagement. De 1994 à ce jour, professeur formateur à l’Institut de formation et de perfectionnement (Hussein Dey). De 2004 à 2009, vacataire à l’Institut des arts et industries graphiques. De 2009 à ce jour, effectue des vacations à l’ENS (école normale supérieure, Bouzaréah) et l’EPAU (école polytechnique d’architecture et d’urbanisme). Consultante à temps partiel dans des bureaux d’études comme designer.

Tifrat (Solution en berbère) Bois multuplié vernis, plexiglas, métal, 160x51x65 cm, 2014. Avec la collaboration de MM. Boudina Mohamed, Benkari Farid, Redjimi Halim et Redjimi Nabil (Alger plastique).

)‫ثيفراث (الحل باألمازيغية‬ .2014 ‫ عام‬،‫ سم‬65x 51x 160 ،‫ معدن‬،‫ بليكسيزقالس‬،‫خشب مضعف برنيق‬ ،‫ بن قاري فريد‬،‫ بودينة محمد‬.‫بمساعدة من السادة‬ .)‫ريجيمي حليم وريجيمي نبيل(الجزائر العاصمة بالستيك‬







Dit, CHERIF

‫ تﻡ ﺍلتعرﻑ على ﺃعماله في سنوﺍﺕ‬،‫بعد دﺭﺍسته في المدﺭسة العليا للفنوﻥ الجميلة بالجزﺍئر العاصمة وﺍلمدﺭسة ﺍلعليا لفنوﻥ ﺍلديكوﺭ في باريﺱ‬ ،‫ ﺭوﺍﻕ في انتﻅاﺭ البرﺍبرﺓ‬،‫ تﻡ عرﺽ تصاميمه بعدها في أﺭوقة باريسية مثﻝ‬.‫ باريﺱ‬،‫الثمانيﻥ بقﻁع فريﺩة صممها في وﺭشته في شارنتوﻥ لو بوﻥ‬ ...‫ ﺩاﺭ عرﺽ ﺍلفرﺍدﻯ‬،‫ﺩﺍر عرﺽ ﺍلساعة‬ ‫ ﺍلطلباﺕ ﺍلخاصة كطلﺏ فرﺍنسوﺍ ميتيﺭاﻥ لقصر ﺍالليزيه «هدﺍيا لرﺅساء الدﻭﻝ» وكذﺍ مقتنياﺕ‬،‫ في ﺍلمزﺍدﺍﺕ ﺍلعلنية‬،‫تباﻉ أعماﻝ شريﻑ لهوﺍﺓ الجمع‬ ..‫ ﺍلغوغنهايﻡ بنيويوﺭﻙ‬،‫ متحﻑ تيارﺍﺱ‬،‫ ﺍلقاعدﺓ الوﻁنية للفنوﻥ ﺍلمعاصرﺓ‬،‫المتاحﻑ‬ ‫ ماري‬،‫ جائزﺓ التميﺯ‬،1997 ،‫ ﺭشح كمبدﻉ ﺍلعام‬،1996 ،‫ ﺍلجائزﺓ الكبرﻯ للصحافة ﺍلعالمية في صالوﻥ األثاﺙ‬.‫حاﺯ شريﻑ على جوﺍئﺯ وتكريماﺕ‬ .1994 ،‫كليﺭ‬

Après ses études à l’école des Beaux-arts d’Alger et l’école supérieure des Arts décoratif, à Paris, Il se fait remarquer dans les Années 1980 avec ses pièces uniques qu’il réalise dans son Atelier à Charenton le Pont, Paris. Ses créations sont alors diffusées par des galeries Parisiennes comme : La galerie En Attendant Les Barbares, la Galerie de l’Horloge, La Galerie les Singuliers… Les oeuvres de Cherif sont vendues aux collectionneurs, dans des ventes aux enchères, des commandes spécifiques : Commande, de François Mitterrand pour l’Elysée « Cadeaux pour les chefs d’états » Ainsi que des acquisitions de Musées : Le Fond National d’Arts Contemporain, le Musée de Thieres, Le Musée, le Guggenheim à New York… Cherif obtient des prix et nominations : Le Grand prix de la presse international au salon du Meuble, 1996. Nominé Créateur de l’année, 1997. Prix d’excellence, Marie Claire, 1994.

BABA SALEM YASMINE, SOUVENIR D’ENFANCE Installation, matériaux divers, dimensions variables, 2014. (En hommage à la mémoire de Jassim Mazouni)

‫بابا سالم‬ ‫ ذكريات الطفولة‬،‫ياسمين‬ ‫ مواد مختلفة‬،‫تركيب‬ .2014 ‫مقاسات متباينة‬


CHERIF l’AFRICAIN

Ma première rencontre avec Cherif Medjeber se déroula au milieu des années 80 dans le cadre fortuit d’une exposition d’artistes algériens en herbe ; au sein d’un inventaire d’oeuvres plutôt scolaires, le jeune commissaire d’exposition pétri de figuration libre, que j’étais alors, fut quelque peu surpris de se trouver happé par une sculpture de groupe, vive, organique, une vague d’expression premières aux allants à la fois désuets et universels. De cet exercice de style se dégageait déjà l’animalité et l’élégance qui allait caractériser le travail de ce créateur hors norme. Comme nombre de ses prestigieux prédécesseurs Cherif n’eut de cesse lors de son apprentissage que de visiter la gamme des techniques et des matériaux mis à sa disposition, brillant dessinateur, céramiste sculpteur, il réalisera très jeune plusieurs commandes publiques et privées comme artiste plasticien.. Sa virtuosité pratique, son désir de s’inscrire dans le quotidien des gens allait tout naturellement l’amener à s’intéresser puis à s’immerger dans l’univers du design. Dès lors ce colosse aux mains d’argent s’impose très vite comme l’un des créateurs les plus prolixes de sa génération, remarqué par ses professeurs, Olivier Mourgue lui donnera plusieurs cartes blanches dans le cadre prestigieux du Via, Starck, de passage aux Arts déco, s’inspirera de son majestueux siège gazelle pour son désormais classique tabouret Stool. Les prix se succèdent, la presse spécialisée l’encense, la jeune galerie Horloge présente son travail aux côtés de Ron Arad, de Peter Keen, de Marco de Gueltz, puis la galerie « En attendant les barbares » l’intègre dans sa prestigieuse écurie. Pourtant malgré les honneurs naissants et la voie royale qui lui est offerte, Cherif n’aura de cesse que d’affirmer sa liberté d’exaction, les réminiscences de son Algérie natale se mêleront à son insatiable curiosité de citoyen du monde, les gazelles sahariennes croiseront dans ses sièges les poses hiératiques égyptiennes, les fresques de Tassili se mêleront, dans ses innombrables dessins préparatoires, aux tags urbains croisés sur les murs de Montreuil, de Paris ou de Pantin. Nulle évidence pour cet électron libre, renouant avec le travail du bois dans ses assises, il s’essaiera à revaloriser l’utilisation du rotin, approchera le verre puis la peau, passionné par tous les défis techniques, il redonnera leur lettres de noblesse et leur modernité à des matériaux délaissés par les frasques despotiques du design officiel des années 90.


Cherif, généreusement, talentueusement, réouvre grand le prisme du mobilier humain, l’obtention du prestigieux prix Alvar Aalto, les acquisitions successives de ses créations par des musées aussi prestigieux que le Guggenheim à New York, le conforteront dans cette voie. Pourtant si Cherif peut paraître multiple dans ses recherches, il est unique dans la rigueur et la radicalité qu’il s’impose dans l’approche de chacune elles. Nulle dispersion dans sa quête, seul compte l’essentiel, la pureté et l’élégance de la ligne associée à son indissociable pendant : sa justification dans la société et dans l’espace. Il convient d’ajouter que rigueur ne va pas forcément de pair avec austérité, car pour celui qui a déjà rencontré Cherif, il est impossible d’oublier ce mont du Hoggar de jovialité, sa franche accolade, son rire rabelaisien, l’intensité du regard d’un être rare et entier. En ces temps où l’immense sculpteur sénégalais Ousmane Sow fait son entrée comme premier artiste plasticien africain à l’Académie des beaux-arts de Paris et où dans le même temps le marché de l’art international l’accueille dans ses plus hautes sphères, gageons que Cherif le maghrébin, l’africain, le métèque étincelant cher à Moustaki, suivra à son tour la même voie, l’un comme l’autre ont d’abord connu l’exil puis la reconnaissance de leurs pairs et le succès populaire, que l’importante rétrospective que le Musée d’art moderne d’Alger consacre à Cherif Medjeber, marque le passage de ce géant du design dans la cour des grands, via la plus belle des académies celle de l’Humanité toute entière.





















‫ الجائزﺓ االولى في مسابقة موبيليﺱ ألحسﻥ تصميﻡ إبدﺍعي التصميﻡ وﺍلتأثيﺙ‬.)‫ (تيزي وﺯو‬،‫ ياكورﺍﻥ‬1988-08-24 ‫تاريخ ومكاﻥ الميالﺩ‬ .2013 ‫ الجزﺍئﺭ العاصمة‬،‫ الجائزﺓ ﺍألولى في ﺍلمسابقة ﺍلوﻁنية لمصممي ﺍلديكوﺭ الشباﺏ‬.2012 ‫ ﺍلجزﺍئر العاصمة‬،‫الدﺍخلي لﻭﺍجهة وكالة صوفيا‬ .»la charrette d’or 2014« ‫ﺍلجائزﺓ ﺍلرﺍبعة في ﺍلمسابقة ﺍلوﻁنية للمخطﻁيﻥ ﺍلشباﺏ‬ ،‫ تصميﻡ وﺍنجاﺯ ديكوﺭاﺕ وﺇكسسوﺍرﺍﺕ خاصة بالسينما‬،‫ ﺍلتصميﻡ ﺍلدﺍخلي ﻭتهيئة ﺍلوﺍجهاﺕ‬،‫ تصميﻡ وﺍنجاﺯ الفضاءﺍﺕ وﺍألثاﺙ‬:‫االنجازﺍﺕ‬ .‫ ﺍنجاﺯ منحوتاﺕ‬.‫ ﻭﻭرشاﺕ فنية‬،‫ يﻭﻡ ﺍلعائلة‬،‫ﺍلمشاركة في ﺍلتﻅاهرﺍﺕ ﻭتهيئة غرﻑ ﺍسترﺍحة ﺍلممثليﻥ‬ ‫ معرﺽ لوحاﺕ منظﻡ مﻥ طﺭﻑ االتحاﺩ ﺍألوﺭبي في ﺍلجزﺍئر تحﺕ عنوﺍﻥ «عوﺍصﻡ االتحاﺩ ﺍألﻭربي في منظﻭﺭ فناني مدﺭسة ﺍلفنوﻥ‬:‫ﺍلعرﻭﺽ‬ ‫ عرﺽ مشرﻭﻉ تخطيﻁ في‬،2011 ‫ بجاية‬،»‫ عرﺽ في ﺍلمنتدياﺕ ﺍلخمﺱ تحﺕ عنوﺍﻥ «ﺍلجامعة وﺍلعالﻡ ﺍلمنتج‬،‫ﺍلجميلة» ﺍلجزﺍئﺭ في رﻭاﻕ رسيﻡ‬ .2010 ‫ عرﺽ لوحاﺕ مائية‬،2011 ‫جامعة بجاية‬

Artiste plasticien, designer et architecte d’intérieur algérien, né en 1988 à Tizi Ouzou. Diplômé de l’école supérieure des Beaux-art d’Alger en 2013. Passionné par le design d’espace, l’art urbain et la peinture, il crée et expose ses œuvres à travers des salons et galeries en Algérie. Premier prix du Concours national des jeunes architectes d’intérieur en 2013, 4e prix du Concours national des jeunes architectes « la Charrette d’or » en 2014, il collabore avec l’atelier de l’architecte Messaoudi Lounes (Prix national d’architecture en 2012) comme consultant en design d’intérieur. Idir s’est principalement consacré à l’aménagement d’espace et décor et accessoires de cinéma, ainsi qu’au mobilier urbain et aménagement des espaces publics.

MW

MW Acier, tole, cuir, bois, 230 x 60 x 150 cm, 2014. Avec la collaboration de l’Atelier Messaoudi, Rachid menuiserie et Aziouez soudure.

،‫ خشب‬،‫ جلد‬،‫ معدن‬،‫فوالذ‬ .2014 ،‫ سم‬150 × 60 × 230 ،‫بالتعاون مع ورشة مسعودي‬ .‫رشيد للنجارة وعزيوز لتلحيم‬







.‫ رساﻡ ومصمﻡ‬،‫فناﻥ معاصر‬ ‫ اكتسﺏ مﻥ ﻫذﻩ الدﻭرﺓ تقنياﺕ‬. 2002-SIAO ‫حصﻝ ﺍلسيﺩ وﺍتارﺍ على منحة تكويﻥ بعد تبوﺃﻩ المركﺯ األوﻝ في مسابقة «الفناﻥ المبدﻉ» خالﻝ‬ .‫جديﺩة في التصوﺭ وﺍالنجاﺯ‬ ،‫ بوﺭكينافاصو كما شارﻙ في وﺭشاﺕ عمﻝ في غانا‬،‫بلجيكا‬،‫ فرنسا‬،‫ كمتمرﺱ بمالي‬2014 ‫ إلى غاية‬،‫ كهاوي‬1988 ‫شارﻙ في عدﺓ معارﺽ منذ‬ .‫ جوﻫانسبوﺭﻍ‬،‫ مالي‬،‫ ﺍلجزﺍئﺭ‬،‫ﺍلنيجر‬ agrafes Art. ‫ بوﺭكينافاصﻭ مع‬،‫ وساﻡ االستحقاﻕ في الفنوﻥ وﺍآلدﺍﺏ وﺍالتصاﻝ‬2005 ‫ في‬،‫تحصﻝ على ﺍلعديﺩ مﻥ ﺍلجوﺍئﺯ وﺍلتكريماﺕ‬ .‫ جائزﺓ التصميﻡ اإلفريقي‬2014 ‫ في‬،graphique et art plastique

Né en 1971 à Ouagadougou , il se forme à la Fondation Olorun de Ouagadougou puis a l’ENSCI (Ecole nationale supérieure de création industrielle) à Paris. Il participe dans les années 90 à ses premières expositions collectives puis individuelles à Ouagadougou. Il expose ensuite à Grenoble en 1998, Bruxelles en 1999 et en Italie. Depuis les expositions s’enchaînerons à travers l’Europe et les états-Unis. Designer et Peintre, Hamed Ouattara est un artiste complet. D’abord figuratif, sa peinture s’oriente progressivement vers l’abstrait. Son travail d’aujourd’hui s’appuie sur le métissage des matières. Collages de morceaux de jeans combinés à du tissu traditionnel ; fût de pétrole ; tôle de récupération et matériaux insolites habitent sa création « témoignant des apports du monde moderne et de la globalisation qu’il génère ». Les mobiliers imaginés par Hamed Ouattara ne sont pas uniquement des objets d’art en soit, ils sont aussi un prétexte pour lui de créer de l’emploi chez les jeunes et d’insuffler de la créativité dans ce secteur d’activité précaire.

Mobilier métallique peint, constitué d’un bahut, d’un élément étagère haut et de 03 tabourets, 2014.

،‫ يتكون من دوالب‬،‫أثاث معدني مطلي‬ .2014 ،‫ مقاعد‬03‫عنصر لرف عالي و‬















‫متخرﺝ مﻥ ﺍلمدﺭسة ﺍلعليا للفنوﻥ ﺍلجميلة اختصاﺹ ﺍلتصميﻡ وﺍلتخطيﻁ ﺍلدﺍخلي سنة ‪ .1984‬يعمﻝ ويعيﺵ في ﺍلجزﺍئر‪.‬‬ ‫شارﻙ في معرﺽ ﺍلتصميﻡ ﺍلمغاربي بالمتحﻑ ﺍلعمومي الوﻁني للفﻥ الحديﺙ وﺍلمعاصﺭ‪.‬‬ ‫في إﻁاﺭ إعطاء اللمسة ﺍلجمالية للمدﻥ‪ ،‬عمﻝ على تصميماﺕ مﻥ أجﻝ تهيئة ﺍألماكﻥ ﺍلعامة‪ ،‬الدﻭﺍئﺭ ﺍلملتوية في ﺍلطﺭﻕ بإنجاﺯ مجسماﺕ نصﺏ‬ ‫في ﺍلعديﺩ مﻥ والياﺕ ﺍلجزﺍئر‪.‬‬

‫‪Designer plasticien algérien. Né le 25 février 1961 à Rouïba. Diplômé de l’école Supérieure des Beaux-arts d’Alger.‬‬ ‫‪Vit et travaille à Alger.‬‬ ‫‪Dirige un atelier de réalisation d’œuvres d’arts‬‬ ‫‪A participé notamment à l’exposition Maghreb Nouveau Design au Musée national d’art moderne et conrtemporain‬‬ ‫‪d’Alger (2007).‬‬

‫فالس من المزهريات‬ ‫مزهريات من راتنج بوليستر ذو طبقات من األلياف الزجاجية‪،‬‬ ‫مزينة بأشكال باللون النيون‬ ‫‪ 16 × 123‬سم و‪ 18x 99‬سم‪.2014 ،‬‬

‫‪Une Valse de Vases‬‬ ‫‪Vases en résine polyester stratifié de fibre de verre,‬‬ ‫‪décoré avec des motifs couleur fluo,‬‬ ‫‪123 x 16 cm et 99 x18 cm, 2014.‬‬







.‫ يعيﺵ ويعمﻝ في باريﺱ‬،‫ في باربينيﻭﻥ‬1975 ‫ولد برترﺍنﺩ سنة‬ ‫ هﻭ معﺭوﻑ بإعادﺓ النظﺭ في‬،‫ وﺍلمدﺭسة العليا للفنوﻥ بغرﻭنوبﻝ‬ENSAD ‫فناﻥ تشكيلي مبرمج متخرﺝ مﻥ مدﺭسة فنوﻥ الديكوﺭ بباريﺱ‬ ‫ وﺃنشأ وسائﻝ جديﺩﺓ ﺍنﻁالقا مﻥ‬CNRS ‫ وضع عملياﺕ فنية معقدﺓ خالﻝ ﺍلتعاوﻥ مع باحثيﻥ مﻥ‬،‫ طﻭﺭ ﺃجهﺯﺓ فيﺩيﻭ‬.‫الهﺩﻑ مﻥ موضوﻉ الفﻥ‬ .‫ميكانيﺯماﺕ موجوﺩﺓ بينهما مﻥ أجﻝ إعادﺓ ترتيبها‬ .‫ وتنظيمه لعرﻭﺽ األدﺍء‬2003 ‫ في‬Emmaüs ‫اشتهﺭ برترﺍنﺩ بالنﺱ مباشرﺓ بعد تخرجه مﻥ مدﺭسته بفضﻝ إﻁالﻕ العالمة التجارية‬ ‫ وﺍحدﺓ مﻥ‬.‫ إعادﺓ تمثيﻝ افترﺍضية ساحرﺓ‬:‫ بمناسبة سنويتي الفﻥ المعاصﺭ لبوليفيا بانجاﺯ أﻭﻝ جهاز مجسمي‬2005 ‫قامﻡ بعدها في سنة‬ ‫ يحﻭله عﻥ مهامه‬،‫ممارساﺕ برترﺍنﺩ بالن تتمثﻝ في تغييﺭ طبيعة الحتمية الوﻅيفية وﺍلتجارية لمنتج ﺍلسلسلة مع المحافﻅة على خصائصه ﺍلجمالية‬ Bumpit! ‫ مع‬2006 ‫األولى ويعطيه أخرﻯ جديﺩﺓ ويمنحه معنى في بعﺽ المراﺕ معاكﺱ لوﻅيفته سلسلة طﻭيلة مﻥ التركيباﺕ األولى يبدﺃ في‬ .‫ ليصبح بعدها وﺍحدﺍ مﻥ مطلقي ممارسة جديﺩﺓ معرﻭفة حاليا باسﻡ رسﻡ ﺍلخرﺍئﻁ بالفيﺩيﻭ‬،‫المبنية على عملية تتبع مكاني وعرﺽ للصوﺭ‬

Né en 1975 à Perpignan. Vit et travaille à Paris. Plasticien-programmeur issu des Arts Décoratifs de Paris (ENSAD) et de l’école supérieure d’arts de Grenoble, Bertrand Planes est connu pour sa remise en cause de la finalité de l’objet d’art. Il développe des dispositifs vidéos, met au point des procédés techniques complexes lors de collaborations avec des chercheurs du CNRS et crée de nouveaux outils à partir de mécanismes existants qu’il compile entre eux pour les réarranger. Bertrand Planes s’est fait connaître dès sa sortie de l’école grâce au lancement de la griffe Emmaüs en 2003 et par l’organisation de ses défilés-performances, très médiatisés. Il a ensuite réalisé en 2005, à l’occasion de la Biennale d’art contemporain de Bolivie son premier dispositif stéréoscopique : une restitution virtuelle illusionniste. Une des pratiques de Bertrand Planes consiste à dénaturer l’impératif fonctionnel et commercial de l’objet produit en série et tout en conservant ses qualités esthétiques, il le détourne de ses fonctions premières pour lui en attribuer de nouvelles et l’investir de sens parfois contradictoires à leur usage premier. En 2006, il débute avec Bumpit ! une longue série d’installations basées sur une pratique de repérage spatial et projection d’images, devenant l’un des précurseurs d’une pratique nouvelle désormais connue sous le terme video mapping. http://www.bertrandplanes.com/

« bumpit-alger » mobilier de récupération, peinture blanche, vidéo projection. avec la participation de Sabrina Amel Bendali.

« bumpit-alger »

.‫ عرض فيديو‬،‫ طالء أبيض‬،‫أثاث مسترجع‬ ‫بمشاركة صابرينا أمال بندالي‬









.‫ تعمﻝ وتعيﺵ في ﺍلجزﺍئر‬.‫مصمﻡة في ﺍلتخطيﻁ ﺍلدﺍخلي‬ .2013 ‫متخرﺝة مﻥ ﺍلمدﺭسة ﺍلعليا للفنوﻥ ﺍلجميلة اختصاﺹ ﺍلتصميﻡ وﺍلتخطيﻁ ﺍلدﺍخلي سنة‬ .‫تعمﻝ كمصمﻡة ورئيسة مشاريع في شركة مختصة في تصميﻡ وانتاج ﺍألثاث الخشبي‬

Architecte d’intérieur, vit et travaille à Alger. Diplômée en 2013 de l’école supérieure des Beaux-arts d’Alger, option design-aménagement. Elle travaille en tant que designer-chef de projet dans une entreprise spécialisée dans la conception et production de mobilier en bois.

W-light Métal et bois (palissandre et chêne) 180 x 60 cm / 110 x 80 cm 2014

W-LIGHT

‫معدن وخشب‬ ‫ سم‬80 × 110 / ‫ سم‬60 × 180 2014









‫ حاصﻝ على‬.‫ في قسم ﺍلنحﺕ‬،‫ جامعة كاﺏ تاوﻥ‬،‫ أستاذ تابع لمدﺭسة ميكايلي للفنوﻥ الجميلة‬.‫ جنوﺏ إفريقيا‬،‫فناﻥ يعيﺵ ويعمﻝ في الكاﺏ‬ ‫ جامعة كاﺏ تاوﻥ‬،)‫ ﺩرجة ماجستيﺭ في الفنوﻥ ﺍلجميلة (ﺍلنحﺕ‬،‫ هﻭلندﺍ‬،‫ غرﻭنينغﻥ‬،‫ معهﺩ فرﺍنﻙ موهﺭ‬،)‫ماستﺭ ﺍلفنوﻥ الجميلة (اإلعالﻡ ﺍلجديﺩ‬ .‫وبكالوﺭيا في ﺍلفنوﻥ ﺍلجميلة مﻥ جامعة بريتوﺭيا‬ .‫ األعماﻝ الفنية لإلعالﻡ الجديﺩ عرضﺕ على المستوﻯ الوﻁني وﺍلعالمي‬/ ‫منحوﻭتاته‬ ‫ تشغﻝ‬،‫ نظﺭﺍ لنشأته في جنوﺏ إفريقيا‬.‫يوهﺍﻥ مهتﻡ أكثر باألبحاﺙ في مياديﻥ تصميﻡ النظﻡ التفاعلية وتقنياﺕ التصنيع بوﺍسﻁة الحاسوﺏ‬ .‫الموﺍضيع المتعلقة برﻭﺍبﻁ القوﺓ في المجتمع حيﺯﺍ كبيﺭﺍ مﻥ أعماله وهﻭ ما يجبﺭ المشاهﺩ على أﻥ يتخﺫ مﻭقفا مﻥ التزﺍماته اتجاه أعماله‬ .‫أثرﺕ نتائج التمييﺯ العنصري وﺍلوجوﺩ الدﺍئﻡ للعنﻑ على أعماله‬

Vit et travaille au Cap, en Afrique du Sud. En tant que professeur associé à la Michaelis School of Fine Art, University of Cape Town, il enseigne dans la section sculpture de l’école. Il est titulaire d’un Master of Fine Art (nouveaux médias), Frank Mohr Institut, Groningen, Pays-Bas, une maîtrise en beaux-arts (sculpture), Université de Cape Town, et un baccalauréat en beaux-arts de l’Université de Pretoria. Ses sculptures / œuvres des nouveaux médias ont été exposées nationalement et internationalement. Johannes est principalement intéressé par la recherche dans les domaines de la conception de systèmes interactifs et les techniques de fabrication assistée par ordinateur. Ayant grandi en Afrique du Sud, les questions de relations de pouvoir dans la société sont sous-jacents d’une grande partie de son travail, ce qui oblige le spectateur à prendre position par rapport à son engagement vis-à-vis de ses œuvres. Les effets de l’apartheid et l’omniprésence de la violence qui perdure ont influé son travail. La présence de l’interactivité est le point commun à ses expositions. Il souhaite que les spectateurs interagissent avec ses sculptures même s’ils réalisent que de telles interactions évoquent l’agression et la complicité avec la violence.

Community Punching Bags (CPBs) – Algiers

‫ الجزائر العاصمة‬Community Punching Bags (CPBs) – Algiers













.‫ في صغرها كانﺕ تقضي وقﺕ فرﺍغها في تعلﻡ وممارسة الرسﻡ وﺍلتلويﻥ‬،‫ولدﺕ في الجزﺍئﺭ ﺍلعاصمة‬ .‫ ﻭضعﺕ قدﺭﺍتها في التصميﻡ وﺍلديكوﺭ الدﺍخلي‬،‫شغوفة بالتصميﻡ وكﻝ ماهﻭ إبدﺍعي ويﺩوي‬ .‫ متخرجة بشهادﺓ تصميﻡ تخطيﻁ مﻥ المدﺭسة العليا للفنوﻥ الجميلة بالجزﺍئﺭ العاصمة‬،‫ تمكنﺕ أخيﺭﺍ مﻥ التحكﻡ في ﺭغبتها الدفينة‬2013 ‫في‬ ،‫ ماتالي كرﺍساﺕ وﺁخروﻥ‬،‫ كريﻡ رشيﺩ‬،‫ مثﻝ فيليﺏ ستارﻙ‬،‫ مستلهمة مﻥ كباﺭ معلمي التصميﻡ المعاصﺭ‬،‫ترتكﺯ تقنيتها على ﺍللوﻥ وﺍلشكﻝ‬ .‫منبع ال ينضﺏ لإللهاﻡ‬ .‫ حلوﻝ لتوفيﺭ ﺍلمساحة وكﻝ ﺍألفكاﺭ التي تحقﻕ االستفادﺓ ﺍلمثلى مﻥ المساحة هي األموﺭ التي تستهﻭيها‬،‫النمطية‬ ‫ كما تخطﻁ للمشاركة بانتظاﻡ في ﺍألحدﺍﺙ الفنية مﻥ أجﻝ التعرﻑ أكثر على‬.‫ ﻭمليئة باإلبدﺍﻉ‬،‫ ﺭﺍحة‬،‫تعمﻝ على جعﻝ اليﻭمياﺕ ﺃكثﺭ عملية‬ .‫ ﻭااللتقاء باألشخاﺹ الذيﻥ يهتموﻥ بهﺫﺍ المجاﻝ ﺍلفني‬،‫إبدﺍعاتها‬

Depuis son enfance à Alger où elle est née, elle a consacré son temps libre à l’apprentissage et à la pratique du dessin et la peinture. Passionnée de design et de tout ce qui est créatif et manuel, elle met ses compétences au service du design et de la décoration intérieure. En 2013, capable enfin de prendre en charge son désir profond, diplômée de Design Aménagement à l’école supérieure des Beaux-arts d’Alger. Sa technique est centrée sur la couleur et la forme, inspirée par les grands maîtres contemporains du design, comme Philippe Starck, Karim Rashid, Matali Crasset et bien d’autre, une source intarissable d’inspirations. La modularité, les solutions gain de place et toutes les idées permettant d’optimiser l’espace sont une création du genre qui l’interpelle. Elle chercherait à rendre le quotidien plus pratique, agréable et rempli d’ingéniosité. Elle prévoit aussi de participer régulièrement à des évènements artistiques afin de vous faire mieux découvrir ses créations, de rencontrer les personnes qui s’intéressent à ce domaine artistique.

Buchettes Plexiglas, bois, Forex, ponpons en laine, balles en mousse et ballons, 800 x 400cm, 2014. Avec la collaboration de la Sarl Algérienne des tubes en carton (Heuraoua, Alger), Flash Graphique (la Glacière, Bachedjerah) et un tôlier (la pointe pescade, alger).

‫العصي‬ ‫ كريات من الصوف‬،‫ فوركس‬،‫ خشب‬،‫بليكسي قالس‬ ‫كرات الرغوة وبالونات‬ ‫ سم‬400 × 800 .2014