Issuu on Google+

RAPPORT AUX MEMBRES 2009 VERSION PROVISOIRE


NOTRE RAPPORT ÉVOLUE Nous avons décidé de modifier notre approche en ce qui concerne la façon dont nous rendons des comptes à nos membres et les informons de nos objectifs. Jusqu’à présent, MEC a publié deux Rapports aux membres détaillés couvrant les années 2004  – 2005 et 2006  – 2007. À l’avenir, cependant, nous désirons communiquer de façon plus opportune, épouser la stratégie d’ensemble de MEC afin de mieux promouvoir le changement et présenter nos résultats de façon plus attrayante. C’est pourquoi dès 2011, nos rapports seront publiés sur Internet, accompagnés de mises à jour sous forme de tableaux de bord. Vous serez dès lors en mesure de trouver toute l’information que vous offraient nos rapports précédents, mais de manière plus directe et dans une présentation interactive. Un groupe d’intervenants représentant les membres, les employés, les groupes environnementaux et de défense des droits humains, les pairs de l’industrie et de notre chaîne d’approvisionnement donneront leur avis sur l’information diffusée ainsi que sur la façon dont elle est présentée. Nous continuerons à baser notre travail sur les barèmes de la Global Reporting Initiative et des normes AA1000. En attendant, ce rapport provisoire nous permet de vous informer sur les années 2008  – 2009 tandis que nous préparons la transition vers notre nouveau mode de fonctionnement. Vous y verrez le chemin que nous avons parcouru, les progrès que nous avons faits au cours des deux dernières années et les orientations que nous visons pour l’avenir.


À PROPOS DE MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OP

BIENVENUE

• Coopérative de vente au détail appartenant à ses membres et basée à Vancouver (C.-B.)

Notre raison d’être est d’aider les gens à profiter des bienfaits des activités de grande nature non motorisées. Nous le faisons en vendant de l’équipement, des vêtements et des services reliés à ces activités

• Plus important fournisseur d’articles pour les activités de grande nature non motorisées • Passionnée par les activités, inspirée par le changement positif touchant les gens et la planète • 3,2 millions de membres • 13 magasins à travers le Canada • Site Web bilingue français/anglais • 1500 employés • 11,1 millions d’articles individuels vendus • 38 % des articles vendus sont des produits de marque MEC • Les produits de marque MEC sont fabriqués par plus de 70 usines à travers le monde • 88 % de nos membres disent pratiquer régulièrement des activités à l’extérieur • Membre de Un pour cent pour la planète

Activités non motorisées ? Bien sûr. À impact réduit ? Pas toujours. Nous sommes conscients que tout ce que nous fabriquons, disons ou faisons a un impact social, environnemental ou économique sur notre environnement. C’est pourquoi nous nous engageons à fabriquer et vendre des produits dans le respect des gens et de la planète. Nous exigeons de nous-mêmes et des autres la curiosité en regard des possibilités, le sérieux quant aux responsabilités, la créativité dans notre approche, la persistance dans la poursuite des résultats recherchés et la transparence quant à nos décisions et aux défis auxquels nous faisons face. Nous croyons au changement systémique et nous œuvrons à tracer, pour les entreprises et les communautés, une voie différente où les décisions sont prises en pensant au long terme. Afin d’y parvenir, nous mettons en pratique les principes du développement durable à chaque étape du cycle de vie de nos produits et nous faisons rapport sur l’impact et les performances relatifs à ces étapes. Cela touche aussi bien la production (sélection et conception des produits, fabrication des produits MEC, transport jusqu’à nos magasins) que la vente (écologisation de nos opérations, engagement de nos employés, service à nos membres) et l’utilisation des produits (nos contributions à la communauté pour la conservation et les activités). Cela concerne aussi la façon dont MEC demeure en santé pour perpétuer ce cycle (notre performance économique et notre gouvernance coopérative).

Bienvenue

1


NOTRE APPROCHE Notre Charte expose les raisons de notre existence, ce que nous sommes, ce qui guide nos actions et vers où nous voulons aller. Nos objectifs à long terme précisent les trois domaines où nous désirons instaurer des changements durables tout en demeurant le détaillant de plein air le plus dynamique et le plus viable au Canada. Des Canadiens actifs Accroître le taux de participation aux activités de grande nature au Canada. C’est là notre principale raison d’être. Conservation Contribuer à la création et à la protection d’un réseau complet de parcs, de zones sauvages et d’endroits propices aux activités de grande nature au Canada. Les milieux sauvages sont à la fois le cadre des activités de nos membres et le système qui assure la survie de la planète. Transformation du marché Favoriser le changement vers des pratiques durables en termes d’environnement, de société et d’économie dans le monde des affaires. C’est notre rôle en tant qu’entreprise.

Notre approche

2


NOTRE FONCTIONNEMENT

NOTRE PROGRAMME DE DURABILITÉ

Notre directrice du développement durable

Notre monde est en pleine évolution. Les défis qui se présentent à nous incluent les incertitudes économiques, la nature changeante des activités récréatives, le déclin du taux d’activité chez les jeunes et les changements climatiques. Pour toutes ces raisons, il importe plus que jamais de s’engager auprès des communautés et de migrer vers un modèle d’affaires à impact réduit.

relève du chef de la direction et travaille auprès de plusieurs services afin de s’assurer que MEC met en pratique la vision du conseil d’administration : que MEC soit un chef de file en termes de développement durable. Les directeurs principaux sont responsables de la durabilité opérationnelle au sein de leur service. Les coordonnateurs du développement durable des magasins relèvent du directeur du magasin et travaillent de concert avec l’équipe du

Il est essentiel pour nous d’énoncer nos priorités de manière à ce que nous puissions concentrer nos efforts sur les secteurs où nous pouvons avoir le plus d’influence. Tandis que nous assurons le suivi de notre progression à travers le cycle économique de l’entreprise, notre Programme de durabilité nous permet de déterminer les domaines clés où notre statut nous permet d’avoir de l’influence. Nous avons établi six priorités :

développement durable du siège social. Ensemble, tous mettent en pratique nos programmes dans les communautés où nous sommes implantés, sous la supervision du comité du développement

CE QUI COMPTE

NOS PRIORITÉS

Impact environnemental de nos produits et de nos opérations

1. Réduire nos déchets solides et les substances nocives dans nos produits. 2. Réduire notre empreinte carbone et notre utilisation d’énergie et d’eau.

durable de notre conseil, lequel est élu démocratiquement par les membres. Ces initiatives sont donc intimement liées à chacun des aspects de notre entreprise. Nous tous, chez MEC, avons un rôle à jouer pour progresser vers la durabilité.

Changement pour les travailleurs en usine

3. Améliorer les conditions de vie dans les communautés où se trouvent nos usines.

Des Canadiens actifs

4. Mettre en valeur la culture d’activités récréatives au Canada, en particulier en ce qui a trait à la jeunesse.

Conservation des milieux sauvages

5. Soutenir la conservation de sites importants du point de vue de l’écologie et des activités récréatives.

Transformation du marché

6. Servir d’inspiration à d’autres et, par notre engagement et les causes que nous défendons, accélérer le changement systémique vers la durabilité dans le monde des affaires.

Afin d’obtenir des résultats de plus grande envergure que ce à quoi nous pourrions parvenir seuls, nous • améliorons

nos pratiques ; • collaborons avec d’autres tout au long de notre chaîne de valeur ; • faisons en sorte que nos membres se sentent engagés ; • prenons

parti pour des changements systémiques.

Notre Programme de durabilité fait partie intégrante de notre plan stratégique quinquennal, lequel repose sur notre désir de progresser dans les domaines des produits, du service et de la culture. Pour assurer le suivi de nos progrès, nous nous fixons des objectifs à long terme et faisons état de nos performances par l’entremise de notre Rapport aux membres et de mises à jour.

Notre programme de durabilité

3


LÉGENDE : TENDANCE TROIS ANS Tendance à la hausse (bon) Tendance à la baisse (bon) Tendance à la hausse (mauvais) Tendance à la baisse (mauvais) Pas de changement significatif 2009 est l’année de référence

APERÇU DE LA PERFORMANCE Voici les grandes lignes de nos performances des trois dernières années en vue d’objectifs établis en 2007. Dans quels domaines sommes-nous sur la bonne voie ? Où devons-nous apporter des correctifs ? Devons-nous repenser certains objectifs ? Le tableau de bord ci-dessous donne un aperçu de notre progression depuis notre dernier rapport à l’aide des Indicateurs clés de performance. Les sections suivantes donnent plus de renseignements sur chacun des indicateurs.

CYCLE ÉCONOMIQUE DE MEC

NOS QUESTIONS

INDICATEURS CLÉS DE PERFORMANCE

1. Sélection et conception des produits

Les textiles MEC ont-ils une empreinte écologique réduite ?

1.1 Usines de textiles en lien direct qui sont des partenaires du système BluesignMD (%) 1.2 Textiles achetés directement d’usines partenaires du système Bluesign (%)

2.

Fabrication des produits de marque MEC

Améliorons-nous les vies des travailleurs en usine ?

2.1 Usines de produits MEC ayant subi une vérification au cours des 18 derniers mois (%) 2.2 Usines de produits MEC où ont été relevées des violations sérieuses (nombre) 2.3 Initiatives en usine : collaboration, renforcement des capacités des gestionnaires ou formation des travailleurs (nombre)

3. Transport des produits

Réduisons-nous l’impact écologique dû au transport ?

3.1 Émissions de GES totales dues au transport des produits (teqCO2) 3.2 GES dus au transport par unité vendue (kgeqCO2 par unité)

4. Écologisation de nos opérations

Réduisons-nous l’impact écologique de nos édifices ?

4.1 Émissions totales de GES de nos installations (teqCO2) 4.2 Émissions de GES de nos installations par unité de surface (kgeqCO2 par 1000 pi2) 4.3 Total de l’énergie consommée directement et indirectement par nos installations (gigajoules)

Avançons-nous vers l’objectif Zéro déchet ?

4.4 Matériaux totaux générés (tonnes) 4.5 Taux de détournement (% recyclé ou réutilisé)

5. Engagement de nos employés

À quel point nos employés sont-ils engagés ?

5.1 Pointage général dans le sondage auprès des employés de Hewitt 2009

6. Service à nos membres

Nos membres sont-ils satisfaits de leurs visites en magasin et sur notre site Web ? Ont-ils accès aux produits qu’ils désirent ?

6.1 Pourcentage de membres satisfaits

7. Soutien à notre communauté

Comment investissons-nous dans la conservation et les activités de grande nature ?

7.1 Total des contributions à la communauté (millions $)

8. Performance économique

Combien de produits avons-nous vendus ? À quel point notre chaîne d’approvisionnement est-elle efficace ?

8.1 Ventes totales (millions $)

Quel sentiment les membres ont-ils par rapport à MEC ? Combien de membres votent lors de l’élection au conseil d’administration ?

9.1 Membres qui se disent fiers d’être membre de MEC (%)

9. Gouvernance de notre coopérative

6.2 Niveau de service (% de l’inventaire)

7.2 Contributions dans les domaines accès/activité et conservation des milieux sauvages (%)

8.2 Moyenne annuelle de rotations des stocks (nombre)

9.2 Taux de participation à l’élection (%)

TENDANCE TROIS ANS


ICP 1.1 USINES DE TEXTILES EN LIEN DIRECT QUI SONT DES PARTENAIRES DU SYSTÈME BLUESIGNMD (%) ICP 1.2 TEXTILES ACHETÉS DIRECTEMENT D’USINES PARTENAIRES DU SYSTÈME BLUESIGN (% DE VERGES)

70 %

20 %

21 % 20 %

2008

2009

15 %

2007

0%

% des usines de textiles partenaires du système BluesignMD % des textiles achetés directement d’usines partenaires du système Bluesign Objectif : 70 % des usines d’ici 2012

ICP 2.1 USINES DE PRODUITS DE MARQUE MEC DONT LES BONS DE COMMANDE REPRÉSENTENT PLUS DE 10 000 $ ET QUI ONT SUBI UNE VÉRIFICATION AU COURS DES 18 DERNIERS MOIS (%) 75 % des usines ont été vérifiées 7 % des usines restent à vérifier 18 % des usines ont été exclues du processus Objectif : révision des critères de sélection d’ici 2011 et vérification de toutes les usines de produits de marque MEC d’ici 2012

PERFORMANCE PAR INDICATEUR 1. SÉLECTION ET CONCEPTION DES PRODUITS Les usines textiles de MEC ont-elles une empreinte écologique réduite ? Il y a cinq ans, nous nous sommes mis au défi d’examiner l’aspect le plus crucial de notre entreprise, c’est-à-dire nos produits, d’un point de vue environnemental. C’est dans ce secteur que notre impact est le plus significatif du point de vue de l’eau, des matériaux et de l’énergie. Dans notre dernier rapport, nous avons présenté notre nouveau partenariat avec BluesignMD AG, une organisation suisse qui a développé des normes de pointe visant la santé et la sécurité environnementales pour l’industrie textile. Bluesign examine la façon dont les usines produisent les textiles et recense les produits chimiques, teintures et procédés qui y sont utilisés. L’organisation travaille ensuite avec les usines pour trouver des moyens de réduire leur empreinte écologique. Les usines, une fois qu’elles ont accepté de mettre en œuvre les changements requis, deviennent partenaires du système Bluesign. MEC s’est donné comme objectif initial que 70 % des usines où nous achetons directement nos tissus soient partenaires Bluesign d’ici 2012. En 2009, 6 des 30 usines avec lesquelles nous faisions affaire directement (soit 21 %) étaient partenaires Bluesign (ICP 1.1) ; elles produisaient environ 390 000 verges de tissu sur les 1 920 000 que nous achetons (ICP 1.2). À l’avenir, nous continuerons de travailler avec nos partenaires Bluesign et nous chercherons à identifier et évaluer d’autres usines qui nous permettront d’atteindre notre objectif de 70 %.

2. FABRICATION DES PRODUITS DE MARQUE MEC Connaissons-nous bien les conditions de travail dans nos usines ? Nous désirons offrir des produits dont le rapport qualité-prix est excellent, qui sont livrés à temps et qui sont fabriqués de façon éthique. Notre outil pour y arriver est notre Code de conduite des fournisseurs. Pour favoriser le changement, nous devons commencer par comprendre les modes de fonctionnement et les pratiques de travail de nos usines en lien avec ce Code. C’est pourquoi nous cherchons à faire des vérifications dans nos usines au moins une fois à tous les 6 à 18 mois, et plus souvent s’il survient des situations que nous devons surveiller. En date de décembre 2009, 75 % des usines fabriquant les produits de marque MEC (soit 53 sur 71) avaient subi une vérification au cours des 18 mois précédents (ICP 2.1). Au cours de cette période, nous avons relevé 229 infractions au Code. Cinq usines (7 %) n’ont pas subi de vérification ; elles seront visitées en 2010. Les usines restantes (18 %) ont été exclues du processus pour l’une des raisons suivantes : •

Il s’agissait de petites usines dans des pays à faible risque (deux usines), ou

• Il s’agissait d’usines de produits de vélo, un milieu qui n’est pas accoutumé à ce que les clients aient des attentes en termes de développement durable (11 usines). Nous sommes à développer une stratégie propre à l’industrie du v��lo.

Nous allons maintenant approfondir nos connaissances des besoins des travailleurs, mettre en place notre stratégie pour l’industrie du vélo et raffiner nos critères de vérification de façon à agir de façon équilibrée sur les plans de l’assurance et du développement de capacités. Nous développerons aussi un système plus formel de suivi interne.

Performance par indicateur

5


Améliorons-nous les vies des travailleurs en usine ?

ICP 2.2 USINES DE PRODUITS DE MARQUE MEC VÉRIFIÉES OÙ ONT ÉTÉ RELEVÉES DES VIOLATIONS SÉRIEUSES (NOMBRE)

En 2008, nous avons développé une approche nous permettant de prioriser les violations des normes et de développer des réponses stratégiques. Pour classer les usines, nous avons regroupé les violations en quatre catégories : noire (tolérance zéro), rouge (dommages potentiels), orange (mauvaises pratiques) et jaune (violation mineure). Nos efforts se concentrent sur deux fronts : éliminer les violations « noires » et développer la capacité de changement au sein des usines stratégiques.

42

12

2

2

0 Violation noire : tolérance zéro Violation rouge : dommages potentiels Violation orange : mauvaises pratiques Violation jaune : violation mineure Objectif : éliminer les violations « noires » d’ici 2012 (en attente de notre stratégie pour l’industrie du vélo).

En 2009, 21 % des usines vérifiées (12 sur 58) 1 ont fait l’objet de violations « noires » (ICP 2.2), incluant l’utilisation de sous-traitants non autorisés, l’obligation faite aux employés de travailler des heures supplémentaires et celle aux travailleurs migrants de remettre leurs passeports2. Bien que ces violations ne causent aucun dommage immédiat aux travailleurs, elles violent le Code de conduite des fournisseurs de MEC. La plupart des violations « noires » ont été observées dans les usines de l’industrie cycliste. La majorité des violations « rouges » concernaient la santé et la sécurité, les violations « orange » incluaient des questions de salaires et les « jaunes » portaient sur des malentendus concernant les politiques. D’ici 2012, notre objectif est de n’avoir plus aucune violation « noire » dans nos usines (sans égard à notre stratégie vélo, laquelle est en cours d’élaboration). ICP 2.3 INITIATIVES EN USINE : COLLABORATION AVEC D’AUTRES ENTREPRISES OU ONG, RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES GESTIONNAIRES, FORMATION DES TRAVAILLEURS

Sur la base de notre compréhension des tendances et de la collaboration au sein de l’industrie, notre approche de l’approvisionnement éthique devient plus profonde et complète. Nous concentrons nos efforts sur les usines principales pour remédier aux problèmes les plus importants, tout en nous assurant qu’un bon niveau de contrôle est exercé sur les autres. En 2009, il y a eu neuf initiatives majeures (ICP 2.3) : Minimiser les conditions dangereuses Nous avons mis sur pied des projets intensifs en environnement, santé et sécurité (ESS) dans deux usines (qui fabriquent nos vélos et combinaisons étanches). Il a fallu pour cela réaménager certains processus clés de manière à minimiser les conditions dangereuses, ainsi que former les cadres pour qu’ils puissent mettre en place de meilleures pratiques ESS. Renforcement des capacités des gestionnaires Nous avons travaillé avec deux fournisseurs pour modifier les pratiques de gestion des usines de façon à ce qu’elles incluent la participation des comités de travailleurs, le tout sous la supervision d’un organisme indépendant comme la Fair Labor Association. Collaboration avec l’industrie Nous avons mis sur pied des projets conjoints avec cinq autres entreprises de façon à avoir un plus grand impact sur nos usines communes. Cela deviendra un plus grand défi à mesure que nous ajoutons des fournisseurs et que la fabrication des produits se déplace à l’étranger. Veuillez vous référer au Rapport sur l’approvisionnement éthique de MEC pour plus d’information.

1 Il

y a plus d’usines cotées (58) que vérifiées (53) dans l’ICP précédent parce que les cotes de certaines usines sont basées sur des données historiques.

2 La

liste complète des violations « noires » est la suivante : pratiques visant à empêcher une vérification, sous-traitance non autorisée, temps supplémentaire non désiré, retenir les passeports des travailleurs migrants, travail des enfants, conditions de travail extrêmes pouvant causer des blessures sérieuses aux travailleurs. Performance par indicateur

6


ICP 3.1 ÉMISSIONS DE GES TOTALES DUES AU TRANSPORT DES PRODUITS (teqCO2)

1960

2007

2070 1870

2008

1862

2009

0

Émissions dues au transport entrant (usines vers Centre de distribution) Émissions dues au transport sortant (Centre de distribution vers magasins) Objectif : d’ici 2012, réduire les émissions de 5 % par rapport aux niveaux de 2007 Note : teqCO2 représente les tonnes d’émissions de GES

ICP 3.2 GES DUS AU TRANSPORT PAR UNITÉ VENDUE (kgeqCO2 PAR UNITÉ VENDUE)

2008

0,175 2009

Émissions de GES par unité vendue (kgeqCO2)

ICP 4.1 ÉMISSIONS TOTALES DE GES DE NOS INSTALLATIONS (teqCO2) 1140

1100

960

2007

Le transport de nos marchandises entre divers endroits dans le monde produit des gaz à effet de serre (GES). Pour 2012, nous avons un objectif ambitieux : réduire les émissions totales dues au transport de 5 % par rapport aux niveaux de 2007. Cependant, malgré des efforts significatifs de notre part, nos émissions totales de GES dues au transport ont augmenté à 2070 tonnes en 2009 (ICP 3.1). Les émissions par produit ont toutefois été légèrement inférieures à leur niveau de 2007 (ICP 3.2). Nous avons changé de mode de transport (du camion au train) pour acheminer les produits entre notre Centre de distribution et nos magasins de l’est ; ce faisant, nous avons réduit nos émissions pour le transport sortant de 30 %. Cependant, des retards de nos fournisseurs et d’autres problèmes nous ont forcés à avoir recours plus souvent au transport aérien, source importante d’émissions, pour le transport entrant. Nos émissions dues à l’entrant aérien ont donc triplé par rapport à l’année précédente, passant de 40 tonnes en 2008 à 140 tonnes en 2009. Bien que nous soyons déçus de cette augmentation des émissions de GES, nous sommes fiers des progrès accomplis pour le transport sortant et nous continuerons à accroître notre utilisation du train et à réduire l’utilisation du transport aérien autant que possible.

4. ÉCOLOGISATION DE NOS OPÉRATIONS

0,186 0,175

1200

Réduisons-nous l’impact écologique dû au transport ?

Réduisons-nous l’impact écologique de nos édifices ?

0,192

2007

3. TRANSPORT DES PRODUITS

2008

2009

En 2009, nous avons accru nos achats d’énergie alternative par l’entremise de Bullfrog Power. En conséquence, nos magasins de l’Alberta, de l’Ontario et de la Nouvelle-Écosse utilisent maintenant de l’énergie éolienne ou hydroélectrique à faible impact. Nous avons réduit les émissions de GES de nos installations de 8 % par rapport à 2007 (ICP 4.1). Nos émissions par unité de surface ont aussi diminué légèrement (ICP 4.2). Nous sommes fiers de ces réductions tout en étant conscients que d’importantes mesures de conservation de l’énergie seront nécessaires si nous voulons atteindre notre objectif pour 2012, soit une réduction de 20 % des GES par rapport à 2007, ce qui équivaut à environ 1,26 tonne d’émissions par 1000 pi2. Nous tenterons d’atteindre cet objectif en investissant dans nos bâtiments écologiques, en surveillant mieux l’énergie utilisée et en modifiant des comportements.

0

Émissions totales de GES (teqCO2) Objectif : d’ici 2012, réduire les émissions de 20 % par rapport aux niveaux de 2007

ICP 4.2 ÉMISSIONS DE GES DES INSTALLATIONS PAR UNITÉ DE SURFACE (kgeqCO2 PAR 1000 pi2) 1,8

1,7

1,6

2007

2008

2009

1,26 Émissions de GES par 1000 pi2 Objectif : d’ici 2012, réduire les émissions de 20 % par rapport aux niveaux de 2007

Performance par indicateur

7


Combien d’énergie nos bâtiments utilisent-ils ?

IPC 4.3 TOTAL DE L’ÉNERGIE CONSOMMÉE DIRECTEMENT ET INDIRECTEMENT PAR NOS INSTALLATIONS (GIGAJOULES)

Notre consommation d’énergie totale est en augmentation depuis 2007, bien que l’augmentation ait été moins forte entre 2007 et 2008 (ICP 4.3). En 2008, nous avons concentré nos efforts sur l’éducation des employés en magasin et l’encouragement à la conservation. Nous avons ouvert de nouveaux magasins à Burlington (Ontario) en décembre 2008 et à Longueuil (Québec) en octobre 2009. Ce dernier utilise l’énergie géothermique, qui est renouvelable et a peu d’impact carbone. La plus grande augmentation a touché notre consommation de gaz naturel, en particulier à notre nouveau Centre de distribution, lequel est considérablement plus grand que l’ancien.

46 000

41 450 40 090

2007

2008

2009

36 000

Total de l’énergie consommée (gigajoule)

ICP 4.4 TOTAL DES MATÉRIAUX GÉNÉRÉS (TONNES) 913

882 859

2007

2008

2009

840

Tonnes de déchets générés

Avec en tête l’objectif Zéro déchet, nous cherchons à réduire la quantité de matériaux qui franchit nos portes et prenons des mesures pour que nos rebuts n’atteignent pas les décharges. En 2009, bien que nous ayons ajouté deux nouveaux magasins, nous avons réduit le total des matériaux générés à 882 tonnes, en partie grâce à l’amélioration de l’emballage des produits MEC pour le transport (ICP 4.4). Nous soulignons aussi une augmentation de notre taux de détournement des déchets à 94 % (ICP 4.5), surpassant notre objectif de 90 %. Ce taux est principalement dû aux efforts soutenus et créatifs de nos employés en magasin. Nous continuons à tenter de trouver de nouvelles occasions de réduire nos déchets, tant au niveau national qu’au niveau local.

5. ENGAGEMENT DE NOS EMPLOYÉS À quel point nos employés sont-ils engagés ?

ICP 4.5 TAUX DE DÉTOURNEMENT (% RECYCLÉ OU RÉUTILISÉ) 92 %

93 %

94 %

2007

2008

2009

90 % % de déchets détournés des sites d’enfouissement Objectif : taux de détournement d’au moins 90 %

ICP 5.1 POINTAGE GÉNÉRAL DANS LE SONDAGE AUPRÈS DES EMPLOYÉS DE HEWITT 2009 72 %

69 % 64 %

2007

Progressons-nous vers l’objectif Zéro déchet ?

2009

Nos employés nous distinguent : ils incarnent notre passion pour l’équipement, la grande nature, les gens et la planète. Afin d’attirer et de conserver de bons employés, nous voulons que MEC soit un lieu de travail hors pair. Tous les deux ans, nous demandons à nos employés de répondre au sondage Employeurs de choix de Hewitt afin de voir si nous les inspirons et les soutenons bien. Avec un niveau d’engagement de 72 %, nos résultats de 2009 ont dépassé nos attentes, puisqu’il s’agissait d’une augmentation de 8 % par rapport à 2007 et d’un taux supérieur de 3 % à la moyenne nationale (ICP 5.1). Nous croyons que ce résultat reflète les actions que nous avons prises pour améliorer la formation, la rétroaction et les communications. Pour nous aider à mieux communiquer à travers le pays, par exemple, nous avons mis sur pied Mondo, notre Intranet, à l’automne 2009. Nous sommes cependant conscients que la période économique difficile a pu influencer les données : les employés ont peut-être particulièrement apprécié que la coopérative demeure en bonne santé financière durant ce temps.

60 %

Pointage correspondant au niveau d’engagement des employés Moyenne nationale du sondage Hewitt

Performance par indicateur

8


6. ÉQUIPER NOS MEMBRES

ICP 6.1 TAUX DE SATISFACTION DES MEMBRES (WEB, MAGASIN) 92 % 90 % 88 % 86 % 84 % 82 % 80 % 2007

2008

2009

78 %

Satisfaction à l’égard des services en ligne Satisfaction à l’égard des services en magasin Objectif : taux de satisfaction de 90 % Taux de satisfaction moyen

ICP 6.2 NIVEAU DE SERVICE (MOYENNE PONDÉRÉE DU TAUX DE MATÉRIEL EN STOCK, PAR UNITÉ) 95 % 94 % 93 %

92 % 2007

2008

2009

90 %

Taux du matériel en stock Objectif : taux de matériel en stock de 92 %

Nos membres sont-ils satisfaits de leurs visites en magasin et sur notre site Web ? En 2009, la satisfaction générale de nos membres était de 88 % (ICP 6.1), ce qui nous indique que nous les servons bien, tant en magasin qu’en ligne. Cela dit, nous croyons être en mesure de continuer à améliorer la disponibilité de nos produits ainsi que l’information à leur sujet, que ce soit en magasin ou en ligne. Nos membres nous font sans cesse part de leurs commentaires grâce aux formulaires en magasin, par courriel ou autrement. Nous prenons connaissance de tous les commentaires, répondons aux membres et apportons souvent des changements qui reflètent les commentaires reçus. Notez qu’en 2009, notre méthode de mesure de la satisfaction des membres est passée de sondages en magasin à des sondages en ligne : il est ainsi plus facile d’en assurer l’uniformité méthodologique. La hausse du taux de satisfaction des membres pour 2009 pourrait cependant être en partie attribuable à ce changement.

Les membres sont-ils toujours capables de trouver les produits qu’ils désirent, quand ils les désirent ? Nos produits doivent être sur le marché quand nos membres en ont besoin. Il y a cependant un prix associé à l’atteinte de cet objectif, car il en coûte cher de garder beaucoup de matériel en stock. Notre objectif est d’atteindre un taux de matériel en stock de 92 %, ce qui veut dire que 92 fois sur 100, les membres devraient être en mesure d’acheter immédiatement le produit qu’ils désirent (ICP 6.2). Au cours des trois dernières années, nous avons toujours surpassé cet objectif ; nous savons cependant que nos membres aimeraient que nos résultats soient meilleurs encore, et c’est pourquoi nous réévaluerons cet objectif en 2010.

DES VÉLOS POUR NOS MEMBRES Depuis 1978, nous offrons à nos membres tout ce qu’il faut pour le vélo. Tout, sauf les vélos. À l’automne 2009, après bien des débats, nous avons offert les premiers vélos conçus par MEC. Pourquoi ? Parce que cela convient à nos membres, et que le vélo est un élément clé de notre culture et de notre entreprise (environ 90 % des membres de MEC possèdent un vélo, comparativement à 50 % de la population en général). Un de nos objectifs est d’aider plus de gens à être actifs, et la vente de vélos est une stratégie envers ce but ; du même coup, nous favorisons l’utilisation d’un moyen de transport écologique.

Nous offrons maintenant 12 styles des vélos dans 4 catégories, soit route, urbain, montagne et spécialité, ainsi qu’un service d’atelier de réparations dans les magasins qui vendent des vélos. Le lancement des vélos MEC ne s’est pas fait sans défis. En général, nos membres approuvent notre entrée sur ce marché, mais certains magasins de vélos s’y sont opposés, se plaignant d’une concurrence abusive en lien avec notre statut fiscal de coopérative. Notons cependant que les frais d’exploitation d’une coopérative sont semblables à ceux des autres entreprises,

que MEC paie de l’impôt sur le capital et des taxes municipales, ainsi que l’impôt sur le bénéfice net de fin d’année (souvent modeste – pour en savoir plus sur notre statut fiscal, visitez mec.ca). Nous avons aussi des frais associés à notre structure de gouvernance coopérative, et nous donnons 1 % de nos ventes à la communauté. Chez MEC, nous croyons fermement en l’importance d’accroître la taille générale du marché, et de travailler de concert avec les autres détaillants de vélos pour atteindre notre objectif de voir plus de gens être actifs à l’extérieur.

Performance par indicateur

9


ICP 7.1 TOTAL DES CONTRIBUTIONS À LA COMMUNAUTÉ (MILLIONS $) 2,54

2,50

2008

2009

2,00

Contributions à la communauté (millions $) 1,12 %

1,01 %

1%

2007

2008

Comment investissons-nous dans la conservation des milieux sauvages et les activités de grande nature ? L’objectif de notre engagement est de contribuer à faire du Canada un chef de file de la protection des aires sauvages et d’aider plus de Canadiens à être actifs à l’extérieur. Pour progresser vers cette vision ambitieuse, nous offrons des subventions, investissons dans des partenariats et mettons nos ressources au profit d’initiatives variées, dont la défense de causes. Membres de Un pour cent pour la planète, nous contribuons à des projets communautaires à hauteur d’un pour cent de nos ventes.

2,37

2007

7. SOUTENIR NOTRE COMMUNAUTÉ

1%

2009

En 2009, malgré un environnement économique difficile, nous avons investi près de 2,5 millions de dollars (1 % de nos ventes de l’année précédente) en subventions, partenariats et initiatives stratégiques (ICP 7.1). Nous avons aussi conservé nos charges administratives sous notre cible de 14 %. Parmi les centaines de subventions que nous avons accordées, nous sommes fiers de voir que certaines ont contribué à de grands changements, comme celle remise au Sierra Club pour aider à protéger la vallée de la rivière Flathead. Nous avons aussi amorcé un partenariat avec la International Mountain Biking Association.

Pourcentage réel des ventes versé sous forme de contributions Objectif : un pour cent des ventes de l’exercice précédent

Consultez mec.ca pour la liste complète des subventions accordées.

Pourcentage accordé aux projets accès/activités et conservation des zones sauvages

ICP 7.2 CONTRIBUTIONS DANS LES DOMAINES ACCÈS/ACTIVITÉS ET CONSERVATION DES MILIEUX SAUVAGES (%)

Remarque : 31 % des contributions offertes pour l’accès et les activités servent également à soutenir des objectifs de conservation

Nos priorités dans le secteur communautaire sont la conservation des zones sauvages et la création d’une culture d’activités de grande nature. Nos investissements visent toujours l’un ou l’autre de ces objectifs, réussissant souvent à accomplir des progrès sur les deux fronts (p. ex. l’achat de terrains pour en assurer l’accès à des fins récréatives ainsi que pour leur valeur en matière de biodiversité). En 2007, nous avons décidé d’augmenter notre soutien aux activités de plein air ; en conséquence, nous nous sommes fixé l’objectif d’investir au moins 40 % de notre argent dans le domaine de l’accès et des activités. Nous avons surpassé cet objectif au cours des trois dernières années : en 2009, 48 % de nos contributions ont servi à soutenir des objectifs liés à l’accès ou aux activités (de ce nombre, 31 % ont eu un impact à la fois sur l’accès et la conservation) (ICP 7.2).

ICP 8.1 VENTES TOTALES (MILLIONS $)

8. PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

52 % des contributions pour la conservation 48 % des contributions pour l’accès et les activités Objectif : au moins 40 % des contributions à la communauté pour soutenir des objectifs liés à l’accès ou aux activités

Combien d’équipement avons-nous vendu ? 237,59

247,13

2007

2008

Ventes (millions $)

262,06

2009

0

Pour fournir de l’équipement et des services de qualité et aider les gens à pratiquer des activités de grande nature tout en atteignant nos objectifs environnementaux et sociaux, il nous faut demeurer une entreprise en bonne santé financière. En 2009, malgré un environnement économique difficile, nos ventes annuelles ont augmenté de 6 % (incluant la location de matériel et les services) (ICP 8.1). Nos ventes d’unités ont crû de 3 % pour atteindre 11 075 000. Nous avions aussi visé une augmentation des ventes à magasins comparables de 2 %, mais nous n’y sommes pas parvenus dans tous nos magasins. Nous sommes heureux de ces résultats, mais nous continuerons de gérer nos dépenses de façon proactive en 2010.

Performance par indicateur

10


Combien avons-nous fait de réapprovisionnements au cours de l’année ?

ICP 8.2 MOYENNES ANNUELLE DE LA ROTATION DES STOCKS

2,64

2,7

2,59

2,28

2007

2008

2009

2

Taux de rotation des stocks Objectif : un taux annuel moyen de rotation des stocks de 2,7

Le « taux annuel moyen de rotation des stocks » nous permet de calculer le nombre de réapprovisionnements que nous effectuons au cours de l’année. Comme il en coûte cher de garder des produits en stock, les taux de rotation plus élevés sont bénéfiques et signifient que nous assurons une gestion efficace de notre chaîne d’approvisionnement. Malheureusement, notre taux moyen annuel de rotation des stocks a diminué de façon constante au cours des cinq dernières années. Cela signifie que le nombre de fois que nous écoulons et remplaçons nos stocks est en diminution (nous conservons donc nos produits plus longtemps avant de les vendre). En 2009, nous gardions nos produits en stock environ 160 jours avant de les vendre, contre 138 jours en 2007 (ICP 8.2). En d’autres mots, en 2009, nous avons réapprovisionné 2,3 fois au cours de l’année. Cela est dû entre autres à notre décision de favoriser le transport ferroviaire au Canada (plus écologique, mais moins rapide), ainsi qu’à des problèmes d’approvisionnement. Nos efforts pour assurer un service optimal contribuent également à la diminution du taux de rotation, puisque pour nous assurer de bien servir tous nos membres, nous tenons à la fois des produits spécialisés que nous écoulons lentement et de grandes quantités d’articles populaires. Quoi qu’il en soit, l’augmentation du taux de rotation des stocks et l’amélioration de l’efficacité de notre chaîne d’approvisionnement continueront d’être des enjeux prioritaires en 2010.

LA DÉFENSE DE CAUSES COMME VECTEUR DE CHANGEMENT Nous croyons que le fait de collaborer avec des groupes et des organismes pour défendre activement une cause ou régler un problème peut favoriser des changements systémiques. Bien que nous ayons une certaine expérience de l’engagement public, en lien avec nos besoins communautaires et commerciaux, nous n’avons pas encore l’habitude de participer de façon intentionnelle aux débats sur des questions d’intérêt public. En 2009, MEC a participé, entre autres, à la défense des causes suivantes : Loi sur la protection des eaux navigables En février 2009, une modification à la Loi sur la protection des eaux navigables a été proposée dans le budget fédéral. Cette modification entraînait une diminution de la

protection prévue pour les rivières, les ruisseaux, les lacs et les mers. Jugeant qu’il s’agissait d’une entrave aux droits environnementaux et de navigation, MEC et un groupe d’intervenants ont demandé aux décideurs fédéraux de retirer la modification et d’assurer la tenue d’une consultation adéquate. Malheureusement, le projet de loi a été adopté tel quel. Nous continuons de suivre le dossier de près. Communiqué de Copenhague En prévision des débats sur les changements climatiques du sommet de Copenhague, MEC a été le premier signataire du Communiqué de Copenhague, un document émis par les dirigeants d’entreprises mondiales pour en appeler à un accord mondial ambitieux, robuste et équitable sur les changements

climatiques. Dans le cadre d’une initiative de collaboration mise de l’avant par l’organisme Canadian Business for Social Responsibility, plus de 140 signatures canadiennes ont été obtenues. Horizons sauvages MEC et la Société pour la nature et les parcs du Canada sont les deux cofondateurs d’Horizons sauvages, un mouvement visant à encourager les Canadiens et les décideurs politiques à soutenir la protection des eaux et des terres publiques. Par l’entremise du site horizonssauvages.org, des milliers de Canadiens ont adhéré au mouvement de conservation, et MEC a contribué à remporter des causes importantes comme l’agrandissement de la réserve de parc national du Canada Nahanni.

Performance par indicateur

11


ICP 9.1 MEMBRES QUI SE DISENT FIERS D’ÊTRE MEMBRES DE MEC (%)

96 % 89 % 86 %

86 %

2007

2008

2009

75 %

Fiers d’être membre de MEC % des membres qui font confiance à MEC pour prendre des décisions dans leur intérêt

ICP 9.2 TAUX DE PARTICIPATION À L’ÉLECTION (%)

2007

1,07 %

2008

2009

Quel sentiment les membres ont-ils par rapport à MEC ? Quand nous leur avons demandé s’ils étaient fiers d’être membres de MEC, la grande majorité de nos membres (96 %) ont dit être fiers ou très fiers de l’être (ICP 9.1). Ce résultat nous enchante, bien que nous soyons conscients que la croissance significative du nombre est probablement attribuable à un changement de méthodologie. En effet, nous posons dorénavant la question à un panel regroupant des membres qui connaissent mieux MEC que les participants sondés par le passé. En 2009, nous avons également évalué le niveau de confiance de nos membres à l’égard de notre capacité à prendre des décisions dans leur intérêt : 89 % d’entre se sont dits « confiants » ou « très confiants » (ce qui semble indiquer que nous sommes sur la bonne voie).

Quel est le pourcentage des membres qui ont voté dans le cadre de l’élection au conseil d’administration ?

1,24 %

1,1 %

9. GOUVERNANCE DE LA COOPÉRATIVE

0,9 %

Taux de participation à l’élection (% des membres) Objectif : augmentation du nombre de votes enregistrés de 5 % par année

Malgré les efforts déployés pour faire participer nos membres, le pourcentage de ceux qui ont voté a diminué depuis 2007. Au total, 32 056 votes ont été enregistrés en 2009 contre 34 308 en 2008 (ICP 9.2). Notre objectif d’augmenter le nombre de votes enregistrés de 5 % par année n’a donc pas été atteint. Nous continuerons de nous concentrer sur la mise en œuvre d’un réseau de communication efficace et l’adoption de mesures incitatives visant à encourager les membres à voter. Toutefois, puisque nous sommes une coopérative, il est important de rappeler que l’engagement des membres ne se limite pas au fait de voter.

MAINTENIR LE CAP MALGRÉ UN CONTEXTE ÉCONOMIQUE DIFFICILE Pour MEC, 2009 fut une année d’optimisme prudent. Après que la crise économique mondiale a atteint un sommet à l’automne 2008, nous ne savions pas ce que l’année à venir réservait à l’entreprise et à ses membres Nous avons donc opté pour une orientation stratégique résolument conservatrice pour l’exercice 2009. En début d’année, le conseil d’administration décidait de suspendre le rachat de parts sociales, et nous avons imposé un gel à court terme des

embauches et des augmentations salariales. versé une modeste ristourne sous forme Les employés ont également travaillé de parts sociales, procédé à certaines d’arrache-pied pour réduire les dépenses. embauches stratégiques et offert des augmentations salariales à nos employés. Les résultats ont été encourageants. Nous avons également été en mesure de En véritables amateurs de plein air, les maintenir toutes nos gammes de produits membres n’ont pas modifié leurs habitudes et services sans compromettre l’accès de d’achat en dépit du contexte économique. nos membres à l’équipement dont ils avaient De plus, grâce à une saine gestion des besoin. Finalement, nous avons respecté finances et à l’augmentation des ventes de notre engagement en tant que membre du 6 % sur l’exercice précédent, nous avons mouvement Un pour cent pour la planète. pu modifier certaines de nos décisions. À la fin de l’année, nous avons donc

Performance par indicateur

12


REMERCIEMENTS Photos Couverture : Steve Ogle Potato Mountain, chaîne Chilcotin (C.-B.) Ryan Gill et son fils Tobin déterminent la distance à parcourir pour compléter la première sortie avec nuitée de ce dernier. 1 David Bishop 2 Ryan Creary 9 David Bishop 12 David Bishop


POUR NOUS JOINDRE Nous espérons que cette mise à jour vous a été utile. Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires. Prière de nous contacter par courriel à : rapport@mec.ca ou par courrier à : Rapport aux membres A/s Esther Speck, directrice du développement durable Mountain Equipment Co-op 149, 4e Avenue Ouest Vancouver (C.-B.) V5Y 4A6

Le rapport complet sera disponible en 2011.


MEC rapport aux membres 2009