Page 1

h a n g e Vi e

w

N bu

y to k

P. 5

30 Dhou El Hidja 1434 - Lundi 4 Novembre 2013 - N°14966 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

Un numéro d’identification national pour remplacer les documents administratifs

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E SECTEUR DE LA SANTÉ

LUTTE CONTRE LA BUREAUCRATIE

Un diagnostic et des priorités

P. 8

LE MINISTRE DE L’EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

Institutionnalisation des demandes d’emploi et lutte contre le travail informel

Le ministre d’État, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, a annoncé, hier à Mostaganem, au cours d’une conférence de presse, en marge de la cérémonie d’installation du nouveau wali qu’un numéro d’identification national sera attribué à chaque Algérienne et Algérien, «pour servir en lieu et place de tous les documents». P. 7

P. 8

LE DG DE L’INSTITUT PASTEUR ALGÉRIE LE CONFIRME :

« Tous les vaccins sont disponibles »

P. 8

Djoudi répond aux interrogations des députés

EXAMEN DU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014

n GESTION DES RÉSERVES DE CHANGES :

Photos : Nacéra I.

« Seulement 6% déposés auprès d'institutions financières à l’étranger » n MICHELIN-ALGÉRIE

L'État fera valoir son droit de préemption

Un espace dédié au « sraoui » et aux jeunes talents

AHMED CHÉBARAKA, PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE NATATION, INVITÉ DU FORUM SPORTS D’El Moudjahid :

Ph. Wafa

OUVERTURE DU 5e FESTIVAL DE LA CHANSON SÉTIFIENNE

P. 30

« L’athlète doit être prioritaire »

P. 7

P. 16

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

.d o

m

w

VIOLATION DU CONSULAT GÉNÉRAL D’ALGÉRIE À CASABLANCA

o

m

o

.c

lic

k

to

L’ambassadeur du Maroc exprime les regrets de son gouvernement

lic C c u -tr a c k

w

w

.d o

w

w

w

C

bu

y

N

O W

!

XC

er

O W

F-

w

PD

h a n g e Vi e

!

XC

er

PD

F-

c u -tr a c k

.c


EL MOUDJAHID

y bu to k

« Une grave atteinte aux usages du droit international »

m

w

5 .d o

c u -tr a c k

VIOLATION DU CONSULAT GÉNÉRAL D’ALGÉRIE À CASABLANCA LE MINISTRE DE L’INTÉRIEUR :

L

e ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, a affirmé, hier à Mostaganem, que la violation du Consulat général d’Algérie à Casablanca était «une grave atteinte aux usages du droit international». Au cours d’une conférence de presse, organisée en marge de la cérémonie d’installation du nouveau wali de Mostaganem, le ministre a déclaré que cette violation était «une grave atteinte à un symbole sacré pour tous les Algériens, en l’occurrence l’emblème national, arraché et profané». M. Belaïz a émis le vœu

L

que «l’enquête annoncée par le Maroc révèle qu’il s’agit d’un acte isolé et qu’il n’existe aucune implication de près ou de loin des autorités marocaines et que le jeune impliqué assume ses responsabilités» et «c’est alors que les choses reprendront leur cours normal», a-t-il ajouté. Le ministre a également indiqué que «parmi les questions sacrées pour les peuples maghrébins est la construction d’un Maghreb arabe uni, car tous les facteurs nous unissent et rien ne nous sépare». «Nous continuerons à vouer le respect au peuple marocain», a-t-il dit.

Une « action qui n’honore pas le Maroc »

L

(PT), Louisa Hanoune. M. Saïdani a appelé au calme car la situation actuelle dans les pays du voisinage, a-t-il dit, n’est favorable ni à l’Algérie ni au Maroc.

Louisa Hanoune : « la tension n’est pas dans l’intérêt des deux peuples »

dani lors d’une conférence de presse conjointe avec la secrétaire générale du parti des travailleurs

Pour sa part, Mme Hanoune a indiqué que le PT s’est mis d’accord avec le FLN sur la nécessité de calmer la situation car «la tension n’est pas dans

l’intérêt des deux peuples, des forces étrangères pouvant détourner la situation à d’autres fins». La SG du PT a, en outre, réitéré la position de l’Algérie au sujet du Sahara occidental. Il s’agit «d’une position constante, l’Algérie ne constitue pas une partie au conflit et le dossier de la question sahraouie est entre les mains des Nations unies», a-t-elle dit. Le SG du FLN a rencontré samedi la secrétaire générale du PT, Mme Louisa Hanoune dans le cadre du dialogue avec la classe politique, a rappelé M. Saïdani.

Les récentes sorties politiques du Roi Mohamed VI « traduisent l’échec d’un système de gouvernance » AHMED BENSEDDIK, TECHNOCRATE MAROCAIN

es récentes sorties politiques du souverain marocain Mohamed VI «traduisent le désarroi d’un homme et l’échec d’un système de gouvernance» où le Roi reconnaît que le dossier du Sahara occidental «traverse un moment pénible», a indiqué le technocrate marocain Ahmed Benseddik. «En réalité, le discours du Roi du 10 octobre (devant le Parlement marocain) reconnaît à demi-mot le déficit de vision stratégique diplomatique au Maroc et l’absence de la diplomatie préventive», a écrit M. Benseddik dans une contribution publiée sur le site électronique lakome.info. Selon lui, les millions de dollars dépensés par le Palais royal et ses organes sans aucun

contrôle parlementaire, pour s’attirer la sympathie de certains lobbies aux Etats-Unis et ailleurs «n’ont pas été très rentables», a-til affirmé. Il a souligné que le «Roi Mohamed VI sait très bien que dans la question du Sahara occidental, comme tous les autres domaines «dont le Palais monopolise la gestion, les parlementaires sont réduits à de simples applaudisseurs». «Après chaque discours du Roi, ils se précipitent devant les caméras pour en saluer le caractère historique et exceptionnel et ânonner que leurs partis sont mobilisés derrière Sa Majesté le Roi pour appliquer ses hautes directives», a-til ajouté. «Les élites politiques, dont les députés et les partis, de par leur «béni-oui-ouisme» et leur si-

lence, le populisme et l’indigence intellectuelle de certains de leurs leaders, portent une lourde responsabilité dans cette tragi-comédie dont l’enjeu n’est autre que l’unité nationale», a-t-il encore fait remarquer. Revenant sur la question du Sahara occidental, M. Benseddik a affirmé que les derniers développements de ce dossier sur le plan mondial «ont de quoi inquiéter Rabat, puisque les pressions se font de plus en plus fortes pour trouver une issue à ce conflit qui a trop duré». «Si le Maroc s’accroche à une seule solution, à savoir le plan d’autonomie, le rapport Tannock voté le 22 octobre par le Parlement européen cite, dans son paragraphe 99, le mot an-

SELON LE COMITÉ BELGE DE SOUTIEN AU PEUPLE SAHRAOUI

L

L’ambassadeur du Maroc exprime les regrets de son gouvernement

AMAR SAIDANI :

e secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Amar Saïdani a condamné, hier à Alger, l’agression contre le siège du Consulat d’Algérie à Casablanca et la profanation de l’emblème national affirmant que cette action «n’honore pas le Maroc». L’Algérie et le Maroc sont «deux pays frères mais l’incident du Consulat d’Algérie et la profanation de l’emblème national, un symbole de souveraineté, n’honorent pas le Maroc», a tenu à préciser M. Saï-

La demande de l’Algérie d’élargir le mandat de la Minurso aux droits de l’homme « met le Maroc en difficulté »

a demande de l’Algérie d’élargir le mandat de la Minurso pour permettre aux Nations unies de jouer pleinement leur rôle en matière de surveillance des droits de l’Homme au Sahara occidental occupé, «met le Maroc en difficulté», selon le Comité belge de soutien au peuple sahraoui. «L’Algérie, un pays qui a un poids au Maghreb, en appuyant les propositions de la société civile et des organisations non gouvernementales internationales, d’élargir le mandat de la Minurso au Sahara occidental pour contrôler la situation des droits de l’Homme dans les territoire occupés, met le Maroc en difficulté», a indiqué à l’APS la secrétaire générale du Comité belge de soutien au peuple sahraoui, Hilt Teuwen, jointe hier par téléphone. Cette

demande émise jusqu’à présent notamment par des ONG et autres représentants de la société civile internationale qui soutiennent la cause sahraoui, était, selon Mme Teuwen, «facile à écarter par le Maroc», mais le fait qu’elle soit maintenant appuyée officiellement par l’Algérie «rend plus difficile au Maroc de maintenir sa position de ne pas vouloir entendre de l’élargissement du mandat de la Minurso», a-t-elle estimé. Pour elle, le Maroc «se considère comme le meilleur élève de la classe en matière de droits de l’Homme et croit qu’il n’a plus besoin de contrôle», d’où sa réaction à la position de principe de l’Algérie rappelée à Abuja lors de la Conférence africaine de solidarité avec la cause sahraouie tenue du 28 au 30 octobre, a-t-elle fait observer. Elle a jugé «courtes» les

durées des missions et des visites des rapporteurs spéciaux dans les territoires sahraouis occupés, en estimant qu’avec la mise en place d’un mécanisme onusien chargé des droits de l’Homme, «les choses seraient beaucoup plus claires sur ce que le Maroc a toujours révélé à propos de l’amélioration de la situation des droits de l’Homme» au Sahara occidental. Mme Teuwen a, par ailleurs, estimé que le Maroc a réagi en tant que «partie prenante d’un conflit avec l’Algérie, pourtant la communauté internationale sait que la question du Sahara occidental est entre le Front Polisario, en tant que représentant légitime du peuple sahraoui, et le gouvernement marocain», ajoutant que «le Maroc essaye toujours d’y impliquer l’Algérie

w

N

O W

!

PD

h a n g e Vi e

glais self-determination (auto-détermination) à trois reprises», a-til précisé. M. Benseddik a noté que «la propagande officielle marocaine s’en est «félicité de ce rapport», tout en omettant de relever que, selon le texte, le Parlement européen se dit gravement préoccupé par le récent rapport du rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et condamne les violations des droits de l’Homme dont sont victimes les femmes sahraouies qui se manifestent, notamment par du harcèlement et des violences sexuelles». Ahmed Benseddik est un technocrate marocain ayant rompu son allégeance envers le Roi Mohamed VI. Il est directeur exécutif du «1200e anniversaire de la fondation de Fès».

L

Les autorités marocaines répriment une manifestation pacifique BOUJDOUR OCCUPÉE

es autorités marocaines ont réprimé, samedi soir, une manifestion pacifique organisée par des dizaines de citoyens sahraouis devant la préfecture de Boujdour occupée pour protester contre l’organisation, dans cette ville, d’un festival financé par les recettes des richesses maritimes de la région, a indiqué l’agence de presse sahraouie (SPS). Citant le ministère des Territoires occupées et des communautés, SPS précise que les citoyens ont dénoncé à travers cette manifestation «les tentatives de l’occupant visant à effacer l’identité sahraouie à travers l’organisation à Boujdour d’un festival illégal pour lequel une enveloppe de plus de 120 millions de dh de recettes générées par

Lundi 4 Novembre 2013

L’ambassadeur du Maroc, Abdallah Belkaziz, a exprimé hier à Alger, les «regrets» de son gouvernement suite à la violation du Consulat général d’Algérie à Casablanca et la profanation de l’Emblème national, qu’il a qualifiées d’«acte inadmissible», apprendon auprès du ministère des Affaires étrangères. «L’ambassadeur du Royaume du Maroc, M. Abdallah Belkaziz, a été convoqué, cet après-midi (dimanche), au siège du ministère des Affaires étrangères où il lui a été rappelé la demande pressante formulée, vendredi dernier, auprès du Chargé d’Affaires de son ambassade pour obtenir le plus rapidement possible les explications circonstanciées sur la violation inacceptable des locaux consulaires algériens à Casablanca et la profanation impardonnable de l’Emblème national, le jour même de la célébration du déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er Novembre», a précisé la même source dans une déclaration à l’APS. A cette occasion», l’ambassadeur a exprimé les regrets de son gouvernement et a indiqué que le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Maroc s’est entretenu avec l’ambassadeur d’Algérie à Rabat le jour même de la violation de l’enceinte consulaire algérienne pour ‘’condamner cet acte inadmissible’’», a précisé le ministère. Selon la même déclaration, «il a été rappelé à l’ambassadeur que l’Algérie n’accorde pas de crédit à la thèse de l’ ‘’incident isolé’’ et encore moins au ‘’fait divers’’, et ce sur la base d’une analyse rigoureuse des éléments visuels de preuve entourant le double forfait perpétré par un individu faisant partie d’un groupe de manifestants hostiles à l’Algérie et à ses hauts responsables». «Dans ce contexte, les autorités algériennes demandent à être associées, selon une forme appropriée et conformément à la pratique internationale, à l’enquête pour déterminer les faits et s’assurer que les suites appropriées ont été engagées à la suite de cet incident particulièrement grave», a indiqué la même source. «Il a été également fait observer à l’ambassadeur, Belkaziz, que les autorités marocaines ont, en vertu de l’Article 31 de la Convention de Vienne sur les relations consulaires, l’obligation spéciale de prendre les mesures nécessaires pour protéger les locaux consulaires et empêcher qu’ils ne soient envahis et que la paix du poste consulaire ne soit troublée ou sa dignité amoindrie», a ajouté le ministère. Le ministère des Affaires étrangères, qui «souligne toute la responsabilité du gouvernement marocain dans la création du climat de tension et d’escalade qui prévaut actuellement, réaffirme la nécessité d’une prise de position claire et sans équivoque de sa part quant à l’impératif du respect des symboles de l’Etat algérien en toutes circonstances», a conclu le ministère dans sa déclaration.

les richesses maritimes de la région a été consacrée, sachant que la population de cette ville souffre de marginalisation et de pauvreté sans bénéficier des richesses de son pays». «Les manifestants font partie des marginalisés sahraouis titulaires de diplômes et des activistes dans le mouvement associatif des jeunes de Boujdour rejetant les politiques et les plans coloniaux», a ajouté la même source. Cette intervention s’est soldée par plusieurs blessés parmi les participants et l’arrestation de l’un deux avant d’être libéré. Pour réprimer cette manifestation, les autorités d’occupation ont mobilisé des dizaines de voitures d’intervention rapide et des forces auxilliaires.

Elles ont également fait venir des citoyens marocains pour participer au festival, selon la même source. Par ailleurs, une manifestation pacifique a été organisée jeudi dernier dans la ville d’El Ayoun occupée pour dénoncer la décision injuste relative au transfert arbitraire du cadre sahraoui Tayeb Sayad vers une ville marocaine. Ont participé à cette manifestation pacifique des activistes dans le mouvement associatif, des syndicalistes et des cadres sahraouis scandant des slogans soutenant Tayeb Sayad et d’autres dénonçant les campagnes de transfert arbitraire et la politique d’expulsion des cadres sahraouis sans motif juridique.

o

m

o

.c

XC

lic

O W N y bu to k lic C c u -tr a c k

w

w

.d o

w

w

w

F-

er

Nation

w

C

h a n g e Vi e

!

XC

er

PD

F-

.c

Elmodjahid 04 11 2013  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you