Issuu on Google+

Bilan 2012 Mois de l’ESS 5ème édition nationale 6ème édition régionale En Limousin

1


SOMMAIRE I. LE MOIS DE L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ? ......................................... 4 

Contexte et enjeux ................................................................................................................... 4

Définition du Mois de l’ESS ...................................................................................................... 4

Le Mois de l’ESS, catalyseur d’identité.................................................................................... 5

Le Mois de l’ESS, un propulseur de notoriété .......................................................................... 6

II. LA CAMPAGNE EVENEMENTIELLE DU MOIS DE L’ESS ..................................... 8 

55 manifestations en Limousin ................................................................................................ 8

40 acteurs impliqués................................................................................................................ 9

Des organisateurs agissant pour une reconnaissance et une sensibilisation à l’ESS ............ 10

De nouveaux partenaires....................................................................................................... 11

Toutes les familles de l’ESS sont représentées....................................................................... 13

Une forte implication des collectivités territoriales ............................................................... 14

4500 personnes au rendez-vous des manifestations du Mois de l’ESS.................................. 14

Des manifestations aux objectifs et publics différenciés ....................................................... 15

Quelques exemples de manifestations en Limousin .............................................................. 16

Un partenariat réussi avec la Semaine de la Solidarité Internationale ................................. 20

III. LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION DU MOIS DE L’ESS ................ 22 

Un logo qui a du sens............................................................................................................. 22

Les outils de communication nationaux et locaux................................................................. 22

La campagne Ecocup ESS ! .................................................................................................... 24

L’appréciation des outils de communication 2012 ................................................................ 25

La diffusion globale des outils de communication ................................................................ 26

Un nouveau compte facebook pour la CRES Limousin .......................................................... 26

Des ressources mises à disposition du public ........................................................................ 27

Retombées médias ................................................................................................................ 28

IV. L’ORGANISATION DU MOIS DE L’ESS ............................................................ 30 

La CRES Limousin, coordinatrice du Mois de l’ESS ................................................................. 30

Analyse du rôle du CNCRES .................................................................................................... 31

ANNEXE 1 – Master DAOPA........................................................................................................... 32 ANNEXE 2 – ESS et SSI.................................................................................................................... 34

2


Les chiffres clés du Mois de l’ESS en Limousin o 55 manifestations sur tout le Limousin o 40 organisateurs o 4500 participants o 80 % de manifestations organisées dans le cadre de

partenariats

o 90 retombées médias o 15 reportages de radios et chaînes locales o 5000 programmes, 200 affiches, 1000 flyers diffusés

Les chiffres clés du Mois de l’ESS au national o 2300 acteurs et partenaires de l’économie sociale et solidaire o 1700 manifestations organisées partout en France o 125 000 personnes sont allées à la rencontre de l’ESS

pendant ce Mois de l’ESS 2012

3


I.

Le Mois de l’économie sociale et solidaire ?  Contexte et enjeux

Malgré son poids économique important (plus de 215.000 entreprises et près de 10% de l’emploi en France), l’économie sociale et solidaire est marquée par un manque global de connaissance par le grand public, par les pouvoirs publics mais également par ses propres acteurs. Ces préoccupations d’identité commune et de reconnaissance interne et externe du secteur sont transversales aux actions des CRESS sur leur territoire régional. Ce constat a conduit le CNCRES à mettre en place, en 2008, un « Mois de l’Economie Sociale et Solidaire en France », reprise du concept créé en 2003 à l’échelle régionale par la CRESS PACA. Les acteurs du Limousin coordonnés par la CRES valorisent depuis 2007 au travers de ce Mois de l’ESS les expériences innovantes du territoire, et se mobilisent pour une évolution du modèle économique actuel en faveur du respect des valeurs de démocratie, de solidarité et de respect de l’homme dans le travail.

 Définition du Mois de l’ESS Le Mois de l’ESS en Limousin est un temps privilégié pour découvrir les principes de l’économie sociale et solidaire et ses expériences concrètes sur le territoire, communiquer sur cette économie et bénéficier de temps de rencontres des personnes, associations, entreprises et organisations qui font l’ESS aujourd’hui. Composé de manifestations diverses organisées par des structures membres ou non membres de la CRES, en individuel ou en partenariat, le Mois de l’ESS répond à deux rôles différenciés : -

Initier une prise de conscience chez le grand public, qui souvent est déjà partie prenante de l’ESS. Il s’agit d’identifier les principes et les valeurs de l’ESS et de découvrir les expériences et entreprises en Limousin, qui de par leur statut, leur mission, les réflexions initiées, relèvent de l’économie sociale et solidaire.

-

Offrir un temps de travail et de réflexion collectif aux acteurs de l’ESS. Les temps de conférences, colloques, projections, séminaires de travail, sont autant de temps de 4


réflexions dont se saisissent les acteurs. Le Mois de l’ESS favorise ainsi des rencontres transversales, met en relation des acteurs de différents types d’organisations, collectivités, associations,

citoyens,

entreprises…

Certains

projets

et

partenariats

naissent

spécifiquement lors du Mois de l’ESS et se développent par la suite.

 Le Mois de l’ESS, catalyseur d’identité Si les Chambres Régionales de l’Economie Sociale et Solidaire se composent d’un nombre limité de membres, notamment des têtes de réseau associatif, mutualiste, coopératif, le Mois de l’ESS est un temps véritablement réservé à tous les acteurs de l’ESS. En ce sens, il permet véritablement d’aller au-delà des logiques de secteurs, et d’affinités diverses, pour rassembler un ensemble d’organisateurs autour de la promotion d’un modèle différent d’économie. Au-delà d’une simple publicité de chaque organisme ou entreprise, c’est bien le modèle économique et les principes collectifs et démocratiques qui sont mis en avant. Lorsque banques coopératives, mutuelles, Scops, associations, s’inscrivent dans le Mois de l’ESS, elles affirment un principe de pouvoir des sociétaires, des coopérateurs, des adhérents, par une participation active à la prise de décision.

Construire ensemble l’identité de l’ESS Le Mois de l’ESS est aussi un temps de mobilisation global des acteurs de l’ESS et un temps de rencontres. A ce titre, 56 % des organisateurs affirment avoir rencontré de nouveaux partenaires et de nouveaux acteurs de l’ESS lors de leur manifestation :

44% 56%

oui non

Ces temps privilégiés rendent compte de la diversité des expériences de l’ESS et contribuent à en renouveler et préciser la définition. La constitution d’un véritable mouvement de l’ESS ne peut se concevoir qu’au travers d’échanges et temps de confrontation entre les différents acteurs de l’ESS, afin que chacun puisse être partie prenante de cette économie et de sa définition. 5


Le Mois de l’ESS permet ainsi le renforcement du sentiment d’appartenance des acteurs de l’ESS à travers notamment: -

la mobilisation des acteurs locaux, régionaux, nationaux

-

la co-organisation d’événements par plusieurs entreprises, réseaux, familles de l’ESS

-

l’affichage des événements et des organisateurs sous un logo commun

-

l’intégration des événements et des organisateurs dans un programme collectif

-

l’implication des acteurs et réseaux dans le plan de communication

 Le Mois de l’ESS, un propulseur de notoriété Temps de mobilisation de l’ensemble des acteurs, le Mois de l’ESS permet d’acquérir un impact médiatique important. Il rassemble sous une même bannière divers secteurs de l’économie, des acteurs évoluant dans des espaces et domaines différents, mais qui se retrouvent pour affirmer des principes économiques solidaires. Cette capacité à se rassembler et à agir collectivement est un levier considérable pour constituer une vitrine de l’ESS et accroître sa visibilité et sa crédibilité auprès des médias, des partenaires, des institutions et du grand public à travers notamment: -

des manifestations de toute nature : débats, portes ouvertes, projections, formations, animations publiques, rendez-vous festifs…

-

des manifestations dans tous les secteurs classées en thèmes quotidiens : se loger, travailler, consommer, s’évader…

-

des campagnes de communication nationale et régionales

-

une médiatisation locale, régionale et nationale

Concernant l’impact médiatique, l’objectif est d’aller au-delà de « l’effet d’actualité » qui pousse les médias à communiquer largement sur les situations de crise, en témoigne l’exemple des Scops. La difficulté de communiquer auprès des médias réside dans ce que l’ESS s’implique dans un temps long, une réflexion collective et parfois complexe.

Des manifestations inscrites dans le cadre de l’ESS Cette édition 2012 a vu l’ensemble des organisateurs faire référence à l’ESS dans leur manifestation. Si tous se sont rassemblés sous le logo du Mois de l’Economie Sociale et Solidaire, dans le cadre d’un thème qu’ils maîtrisent, les organisateurs ont initié avec la CRES Limousin une

6


réflexion sur d’éventuels temps d’informations visant à apporter les clés et outils nécessaires pour évoquer l’ESS dans un cadre plus global.

l’ESS était le sujet de votre manifestation

50%

Par des thématiques relevant de l'ESS

56%

en distribuant un document d’information sur l’ESS

44%

en faisant une introduction, un exposé sur l’ESS

44%

2008-2012 : une montée en puissance significative du Mois de l’ESS Année

Nombre de manifestations

Nombre de participations

Participants par manifestations

Retombées médias

2008 2009 2010 2011 2012

16 35 23 57 55

400 2500 2200 5000 4500

25 71 95 88 82

47 47 30 100 90

Le Mois de l’ESS se stabilise en Limousin autour d’une cinquantaine de manifestations, impliquant toujours des acteurs ayant déjà participé aux éditions précédentes. L’événementiel s’affirme au niveau de l’ensemble de la région Limousin, et voit également l’arrivée de nouveaux partenaires sollicitant la CRES directement afin de participer au Mois. Cette montée en puissance implique une grande disponibilité de la CRES pour agir et soutenir directement les manifestations sur les territoires, manifestations qui s’adossent souvent à la mise en place de projets concrets et à leur valorisation auprès du public et des institutions. Le Mois de l’ESS intervient donc directement en tant que mobilisateur d’énergies et s’affirme comme temps spécifique de réflexion au service des acteurs.

7


II.

La campagne événementielle du Mois de l’ESS

 55 manifestations en Limousin Pour cette édition 2012, 1707 manifestations au niveau national ont été inscrites sur le site internet www.lemois-ess.org, dont 55 pour le Limousin.

Cette année, les manifestations ont été regroupées dans quatre thématiques principales qui dominaient le Mois de l’ESS : -

Le Forum des Métiers de l’ESS : qui a donné lieu à un temps de découverte de la création d’activité en ESS, et les différentes manières d’entreprendre autrement ;

-

L’Année Internationale des Coopératives 2012, déclarée telle par les Nations Unies, à laquelle ont pris part les coopératives du Limousin dans le secteur de la consommation, le secteur agricole, et l’Union Régionale des Scops ;

-

Le partenariat entre la Semaine de la Solidarité Internationale et Le Mois de l’Economie Sociale et Solidaire : qui a vu la projection du Film Inside Job et la tenue de la Conférence « Le Journalisme Citoyen » au Chapiteau de la Solidarité Internationale ;

-

Enfin, les manifestations sur tout le Limousin auxquelles ont pris part l’ensemble des territoires et une grande diversité d’acteurs.

Des manifestations diversifiées Les 55 manifestations organisées cette année ont pris des formes diverses et variées : concert, émission radio, foire de produits locaux, projections-débats, avec une présence marquée des tablerondes, conférences et temps d’information comptant pour plus de la moitié des événements. Une diversité à cultiver pour l’édition 2013.

8


4

Animation publique Marché, foire, collecte

2 14

Séance d'information 5

Salon, Forum 4

Spectacle, concert

15

Débat, colloque, conférence 4

Portes ouvertes Exposition

2

Projection de film

5

Des formules à privilégier Selon l’enquête réalisée auprès des organisateurs de manifestations, certaines formes de manifestations retiennent l’attention du public et suscitent plus facilement son intérêt. Ainsi, l’édition 2013 devra mettre l’accent sur les ateliers en groupe, la visite d'entreprises, des débats sachant présenter des témoignages et des apports concrets, et notamment des manifestations privilégiant l’animation, permettant de capter un public plus large et évoquant l’ESS par des biais plus souples et ludiques.

 40 acteurs impliqués Près de 40 acteurs différents se sont investis dans l’organisation d’une ou plusieurs manifestations. Parmi eux, on compte une trentaine d’ « organisateurs principaux », identifiés comme les référents des manifestations :

9


 Des organisateurs agissant pour une reconnaissance et une sensibilisation à l’ESS 81 % des organisateurs estiment que l’objectif d’une meilleure reconnaissance et connaissance de l’ESS par le grand public, les collectivités et les professionnels de l’ESS eux-mêmes a été atteint lors du Mois de l’Economie Sociale et Solidaire.

19% atteints 81%

non atteints

Le classement des objectifs des organisateurs basé sur le cumul des choix fait ressortir que la participation au Mois de l’ESS et l’organisation d’une manifestation s’appuie en premier lieu sur la volonté de faire connaître l’ESS, pour 24%. L’aspect collectif de l’ESS est également souligné, 23% des organisateurs cherchent à rassembler les acteurs dans un événement commun, et 20% à renforcer l’appartenance à l’ESS. La mise en avant de ces finalités démontre une volonté de constituer l’ESS en mouvement rassemblant l’ensemble des acteurs, appuyé sur une identité qui serait définie et travaillée lors des temps de débats et grâce à la découverte et à la reconnaissance des acteurs entre eux.

10%

9%

24%

14% 23% 20%

faire connaitre l’ESS

rassembler les acteurs de l’ESS dans un événement commun

renforcer le sentiment d’appartenance à l’ESS

faire connaitre votre (vos) projet(s)

nouer de nouveaux partenariats

mutualiser la communication

10


 De nouveaux partenaires Les manifestations du Mois de l’ESS sont globalement organisées dans le cadre de partenariats, pour 80 % d’entre elles. Les coopératives du Limousin ont effectivement travaillé ensemble au-delà de leurs secteurs respectifs sur la base d’une convention dont la CRES était partie prenante pour mettre en place les conférences sur les thématiques du Renouveau du Sociétariat et de l’Intercoopération. La CRES Limousin a renouvelé le partenariat avec la CRES Poitou-Charentes dans l’organisation d’une manifestation de l’Esper. Beaucoup d’acteurs travaillent également en synergie avec les collectivités, et inversement les collectivités s’appuient sur les représentants de l’ESS et acteurs du territoire. Les partenariats se nouent également au sein des secteurs spécifiques : l’emploi et la formation, le secteur agricole… D’autres partenariats dépassent les logiques de secteur pour s’appuyer sur des valeurs et objectifs communs : cette année, les acteurs du Plateau de Millevaches se sont réunis sous un collectif public privé qui a permis l’organisation d’une manifestation conjointe sur une journée entière. Dans cet environnement, 56 % des organisateurs estiment avoir rencontré lors des événements du Mois de l’ESS de nouveaux partenaires ou acteurs de l’Economie sociale et solidaire. Ceci souligne le rôle du Mois de l’ESS en tant que créateur de synergies et favorisant une meilleure interconnaissance des acteurs de l’ESS.

44% 56%

oui non

11


De nouveaux partenaires notables de cette édition 2012 du Mois de l’Economie sociale se sont impliqués dans l’organisation et le soutien du Forum des Métiers de l’ESS, et du cycle « Travailler dans l’ESS » :

Participant au Forum des Métiers de l’ESS

Organisateur des Rencontres Etudiants / Entreprises

Soutien / Participant au Forum Métiers ESS

Participant au Forum / Organisateur d’événement / Soutien au Forum

Participant au Forum Métiers ESS

Participant au Forum Métiers ESS

Participant au Forum Métiers ESS

Soutien au Forum Métiers ESS

Etudiants du Master 2 DAOPA : étudier les problématiques des OESS Un travail novateur a été mené dès l’ouverture de l’année scolaire avec les étudiants du Master 2 « Droit et Administration des Organisations partenariales et associatives ». La CRES et l’Observatoire de l’ESS en Limousin ont élaboré conjointement des thématiques de recherche sur lesquelles les étudiants ont pu proposer une analyse, lors d’une restitution dans le cadre du Mois de l’ESS. Un travail et un partenariat pertinent, qui a permis aux étudiants de découvrir la diversité des acteurs de l’ESS, et à intégrer ces mêmes acteurs dans une dynamique de réflexion lors de rencontres collaboratives. Une expérience à renouveler et approfondir à l’occasion de l’édition 2013 du Mois de l’ESS. Thématiques abordées (cf. Annexe 1): 1. Gouvernance des associations 2. Gouvernance des associations : les atouts économiques du bénévolat 3. Les statuts juridiques des OESS : la question des transitions 4. Les efforts de sensibilisation des salariés à la nature spécifique des organisations associatives et partenariales 5. Appartenance à l’ESS : quelle identification des spécificités organisationnelles ?

12


6. Expériences d’intercoopération en France et à l’étranger : analyse historique et actualité

 Toutes les familles de l’ESS sont représentées L’édition 2012 du Mois de l’ESS a vu l’implication des différentes familles de l’ESS, notamment grâce aux différents partenariats mis en place cette année.

o

Coop de France, le syndicat des coopératives agricoles

Dans le cadre de l’Année Internationale des Coopératives, et à la suite d’un partenariat avec la CRES, Coop Atlantique et l’Urscop, Coop de France a soutenu la mise en place de tables-rondes sur le renouveau du sociétariat, l’intercoopération et les projections du film Nosotros del Bauen. Ces tables-rondes ont rassemblé le monde coopératif dans son ensemble : banques coopératives, témoignages de Scops, coopératives de consommation et agricoles…

o

Les mutuelles de santé

C’est sur le présent et l’avenir du militantisme que La Mutualité du Limousin a souhaité intervenir à l’occasion de cette édition 2012. Un questionnement pertinent récompensé par la présence de 120 « militants » prêts à débattre…

o

La Scop la Chélidoine, un partenaire « théâtral »

La Chélidoine, à l’occasion de cette sixième édition du Mois de l’ESS, a eu l’occasion de mettre en place des ateliers de travail sur les acteurs de l’ESS, dans une optique d’écrire des saynètes décrivant la vie du monde de l’ESS en Limousin. Avec les saynètes de l’ESS, la culture s’empare des thématiques de l’économie sociale et solidaire, et peint le portrait des acteurs qui la constituent.

o

Hiero Limoges, une structure d’accompagnement du secteur culturel

Présente lors du Salon de la création d’activité en ESS, Hiero Limoges a fait apparaître un de ses rôles clés : accompagner les associations du secteur musical et culturel. Jérémy Galliot, de la Fédération Hiero, en témoigne : « La Fédération Hiero Limoges essaye chaque année de s'associer au mois de l’Économie Sociale et Solidaire. En 2012 nous avons souhaité participer au Forum des Métiers de l'ESS, en tant que structure d'accompagnement dans le secteur de la culture; nous y avons rencontré

13


quelques personnes dont deux qui sont par la suite venu dans les bureaux de notre activité la MAnet pour un entretien conseil. Nous échangeons avec 140 porteurs de projet culturel chaque année afin de leur apporter les clefs (législatives, techniques ou administratives) d'une filière en perpétuelle mouvement. Nous aidons notamment les associations culturelles (mode de gestion quasi exclusif de ce secteur) à assumer qu'elles font du commerce quand elles vendent un spectacle, un cd ou encore une place de concert en leur montrant qu'elles le fond avec des règles et des valeurs relevant de l'ESS. Nous les invitons toutes à venir se renseigner et à participer à cette autre économie digne de leur idéaux et de leur pratique. »

 Une forte implication des collectivités territoriales Les collectivités territoriales restent fortement impliquées dans le Mois de l’Economie Sociale et Solidaire. Elles travaillent directement avec les acteurs du territoire, en partenaires financiers, opérationnels, ou en s’impliquant dans l’organisation d’événements. L’année 2012 a vu la participation des collectivités suivantes :

o

Le Conseil Régional du Limousin

o

Le Conseil Général de la Creuse

o

Le Conseil Général de la Corrèze

o

Le Conseil Général de la Haute-Vienne

o

La Mairie de Limoges (soutien communication et matériel)

o

La ville de Brive

o

La ville de Tulle

o

Pays de Tulle

o

Tulle Agglo

 4500 personnes au rendez-vous des manifestations du Mois de l’ESS La fréquentation de ce Mois de l’ESS, basée sur les inscriptions des publics aux manifestations et l’évaluation des organisateurs, est estimée à près de 4500 personnes.

14


56 % des organisateurs ont estimé que grand public a été touché lors de leur manifestation, même si des témoignages rapportent que le public est composé largement des professionnels et acteurs de l’ESS, institutions, salariés des collectivités, qui répondent plus facilement aux sollicitations sur des thématiques spécifiques de l’ESS. Les manifestations ont également progressivement touché de nouveaux publics par rapport aux publics habituels, selon 75 % des organisateurs.

Des participations aux manifestations toujours contrastées 3% 32%

27%

moins de 50 entre 50 et 100

38%

entre 100 et 200 plus de 200

68 % des manifestations ont rassemblé plus de 50 participants, en comparaison des 47% pour l’année 2011 : on dénote une amélioration notable de la fréquentation globale des manifestations, à nuancer par quelques exemples d’événements qui ont constaté une faible participation du public. On peut également noter la présence d’événements très mobilisateurs, tels que les Rencontres Solidaires de Guéret en présence du Ministre de l’ESS Benoît Hamon et Jean-François Draperi, et la Conférence de Patrick Viveret.

 Des manifestations aux objectifs et publics différenciés Une façon d’expliquer les taux contrastés de participation aux manifestations est de comprendre les divers objectifs de ces manifestations. On peut tenter de distinguer deux types de manifestations. Des temps de travail réservés aux professionnels et acteurs de l’ESS, qui totalisent souvent un nombre de participants limité, mais riches en échanges et initiateurs de projets expérimentaux :

o

Table-ronde « Renouveau du Sociétariat » dans le cadre de l’Année Internationale des Coopératives, avec la participation de Rémi Laurent et Michel Abhervé, universitaires 15


o

Restitution des problématiques des OESS par les étudiants du Master 2 DAOPA

o

Rencontre des porteurs de projets ESS organisé par la Scop Les KIPP

Et des temps d’information et de réflexion plus ouverts au grand public :

o

Saynètes autour de l’ESS de la Chélidoine

o

Projection de Nosotros del Bauen

o

A Faux Les Monnayeurs

 Quelques exemples de manifestations en Limousin Lancement du Mois de l’ESS : culture et coopération A l’occasion de l’inauguration du Mois de l’ESS 2012, la Ville de Tulle, en partenariat avec la CRES Limousin, Tulle Agglo et le Conseil Général, ont souhaité poser la question de la relation entre culture et économie. Trois tables-rondes successives ont permis d’aborder ce sujet : une première, « Artistes en Pays de Tulle, quelle réalités ? », suivie de « Quel impact de la production artistique et des manifestations artistiques sur l’économie locale ? », pour enfin aborder dans un troisième temps les solutions coopératives dans la culture. Rappelons qu’un quart des emplois de la culture en Limousin sont générés par des structures associatives ou coopératives, relevant de l’ESS. L’exemple du Damier (grappes d’entreprises culturelles en Auvergne) a pu éclairer les aspects concrets des solutions coopératives dans le secteur de la culture : Le Damier démontre qu’un projet porté collectivement peut renforcer les entreprises culturelles notamment dans leur capacité à répondre aux appels d’offres, à se structurer pour partager des informations, offrir des services à des partenaires ou des clients qui n’auraient pu être atteints en situation de concurrence. A cette occasion, l’Ufisc (Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles) a rappelé la spécificité de la culture et nous a invité à considérer l’économie sociale et solidaire comme un écosystème porteur de principes et en capacité d’innover pour préserver cette spécificité. 16


Autant de réflexions qui ont permis de replacer le secteur culturel au cœur de l’ESS, et qui ont ouvert un chemin nouveau à explorer par tous les acteurs dans le développement en synergie de leur territoire.

Les Rencontres Solidaires à Guéret 2012

a

été

désignée

«

année

internationale des coopératives » par l’organisation des nations unies et l’alliance coopérative internationale. Le mouvement coopératif est présent partout dans le monde, occupant de nombreux secteurs d’activités (agricole, banque, assurance, santé) et représente à l’échelle de la planète, environ 800.000 structures, employant plus de 100 millions de personnes. La Creuse s’implique à nouveau dans Le Mois de l’Economie sociale et solidaire avec cette quatrième édition des « Rencontres Solidaires ». Ouvert par Jean-Jacques Lozach, Sénateur et Président du Conseil Général de la Creuse, et Denis Malabou, Président de la CRES Limousin, le colloque a vu la présence de Benoît Hamon, Ministre Délégué à l’Economie Sociale et Solidaire, qui a pu exposer les changements à venir avec la prochaine Loi ESS et les perspectives pour cette économie. Le

colloque

a permis

d’évoquer

la

coopération sous différentes formes : éducative, économique ou en matière de protection sociale, rappeler sa modernité, sa capacité à répondre aux turbulences du monde actuel. De nombreux acteurs tels qu’Eric

Favey,

de

la

Ligue

de

l’Enseignement, Thierry Beaudet de la MGEN ou encore Jérôme Deconinck de Terre de Liens ont donné des exemples concrets des forces et des potentialités de la coopération. Ce temps de réflexion dans un moment de crise grave, de fortes inégalités sociales, a été l’occasion de mesurer la pertinence de l’économie sociale et solidaire comme une « une réponse à la crise » selon la formule de Jean-François Draperi, économiste. Comme l’annonce Christian Laurence, Directeur du cabinet

17


du Président du CG 23, ce colloque souhaite s’inscrire dans ce chemin des solidarités, des coopérations visant à servir le bien commun en s’efforçant ensemble de« faire société». Sources : L’Echo.fr / france3.limousin.fr / Christian Laurence, Directeur du cabinet du Président du Conseil Général de la Creuse

Le Forum des Métiers de l’ESS

A la suite du Zoom Métiers organisé spécifiquement en partenariat avec la Cité des Métiers en 2011, la CRES a souhaité élargir le cadre à un Forum des Métiers de l’ESS en lien avec les acteurs de l’emploi, de l’entrepreneuriat et de la création d’activité du Limousin. Le Forum des Métiers de l’ESS poursuit plusieurs objectifs : démontrer la diversité des secteurs de l’ESS et des métiers qui s’y déploient, mais aussi présenter les valeurs et les principes de gouvernance des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Cette année, le Forum s’est axé sur la découverte de la création d’activité liée à l’économie sociale et solidaire. A cela s’ajoute la conférence Entreprendre Autrement, pour découvrir les Scops et CAE, qui ont présenté leur parcours et les solutions pour travailler et entreprendre en collectif. Cet

événement

étudiants,

à

jeunes

destination diplômés,

créateurs/repreneurs

des actifs,

d’entreprise

et

demandeurs d’emploi a pour but de soutenir la création d’activité porteuse de

valeurs

sociales

et

solidaires,

d’engagement et d’innovation sociale. Il présente

les

aides

disponibles,

les

personnes et services à contacter, ainsi que des expériences d’entrepreneuriat social, de création de coopératives et d’associations employeuses. Au total, 19 structures différentes ont pris part au Forum des Métiers de l’ESS, sur l’après-midi du vendredi 9 novembre. 4 à 5 participants se sont adressés spécifiquement à chaque structure (demande de stage, d’emploi, de renseignements…) pour environ une cinquantaine de participants sur l’après-midi au Forum. 18


Quatre espaces ont été mis à disposition pour découvrir l’emploi et les initiatives de l’ESS : Trouver un emploi en ESS / Créer une activité / Financer son projet / Découvrir les entreprises et les initiatives de l’ESS, ainsi qu’un mur des offres d’emplois du secteur de l’ESS, ainsi que l’exposition «Travailler Autrement » et le site web travaillerautrement.wordpress.com.

De la Fourche à la Fourchette : foire de produits locaux

Témoignage

de

Michel

Thomas,

administrateur de la Coop Atlantique : « Au cours de ce mois de Novembre 2012 en Limousin, Coop-Atlantique a initié ou s’est associé à diverses réflexions sur l’économie sociale. Même si le public n’a pas été toujours au rendez-vous, les débats contradictoires ont apporté à chacun des éléments de réflexion et permis de mieux se connaître. « De la fourche à la fourchette » a rassemblé durant la foire aux produits locaux du Super U d’Ambazac des représentants de Coop de France Agricole, de l’URSCOP, de notre Coop et de l’AACC. A Limoges, Serge Sallès et le cercle d’Aixe sur Vienne ont débattu avec des universitaires et des représentants des Scops du renouvellement du sociétariat. Enfin, Loïc Pelletier a participé à une table ronde sur l’inter coopération (privilégier les relations entre structures mutualistes et coopératives).

Dans cette continuité de réflexion sur notre identité, Serge Sallès a mis en place une commission de la vie coopérative qui se réunira le 15 février prochain. Le monde change et il n’y a pas que notre commerce qui doit s’adapter et se restructurer. Faisons-le dans la sérénité en nous appropriant les pratiques qui H Restoin, journaliste, G Harry, Coop-Atlantique, F Poirson, Coop de France, MR Vignaud, AACC.

réussissent pour le bénéfice de l’entreprise. Que

19


souhaitent nos coopérateurs, qu’attendent-ils de leur coop ? Nous devons resserrer le lien avec eux et dès que des excédents de gestion apparaitront, leur accorder des privilèges ciblés en fonction de leur fidélité. » Source : Lettre de l’AACC (Association Atlantique des consommateurs coopérateurs), Janvier 2013

Une visite officielle de la Scop GBM Le mardi 27 novembre, la visite guidée de la Scop

Miroiterie

GBM

a

permis

aux

partenaires de l’ESS de se réunir pour constater

le

chemin

parcouru

par

l’entreprise plus d’un an après sa reprise en Scop.

Parmi

les

présents,

Gérard

Vandenbroucke, vice-président du Conseil Régional du Limousin, mais aussi JeanMarie Rouillet de Limousin Actif et Pierre Colombet de la Caisse des Dépôts, qui ont accompagné dès la première heure les employés de GBM, grâce à leurs outils de financement (prêts participatifs, prêts à taux zéro). Une occasion pour Yves Lavergne, chargé des relations extérieures de la Chambre de Commerce et d’Industrie de découvrir le fonctionnement de la miroiterie, mais aussi pour tous les présents de soulever des enjeux en amont de la venue du Ministre de l’ESS en Limousin, le 29 novembre à Guéret. En premier lieu, l’importance de reconnaître les initiatives locales florissantes de l’ESS, telles que GBM, favoriser un statut spécifique pour les entreprises de l’ESS à travers la future loi cadre, et donner à voir les potentiels d’activités dans ce secteur.

 Un partenariat réussi avec la Semaine de la Solidarité Internationale A la suite du partenariat fructueux de l’année 2011, la Maison des Droits de l’Homme et la CRES Limousin ont souhaité renouveler leur partenariat, en l’inscrivant de manière durable dans leurs priorités. Tout d’abord, en rédigeant un communiqué commun visant à présenter les fondements de ce partenariat et les objectifs partagés : cf. Annexe 2.

20


L’économie sociale et solidaire et la solidarité internationale proposent en effet une approche locale et internationale pour se saisir du problème de notre système de développement hégémonique mondial. La Solidarité Internationale met à jour l’importance fondamentale des choix internationaux pour nos sociétés, tandis que l’ESS présente un nouveau modèle économique éthique et pérenne, basé sur une gouvernance démocratique et un fonctionnement résolument collectif et coopératif.

Conférence sur le Journalisme citoyen Le thème choisi pour l’événement phare de ce partenariat de l’année 2012 est la question du journalisme et de l’information citoyenne, au niveau national et international. La conférence-débat qui a eu lieu le 25 novembre au Chapiteau de la Solidarité Internationale se posait les questions suivantes : comment le journalisme et les médias d’information actuels (journaux, information télévisuelle, réseaux sociaux, blogs) peuvent-ils contribuer à l’émancipation critique et au renouvellement d’une vision de la société ? Des réponses ont été apportées par Joseph Akouissone, du Club de la Presse du Limousin, Hamidou Zoetaba, caricaturiste du Burkina Faso, Gilles Munier, collaborateur du magazine Afrique-Asie, et Naw Ohnmar Shwe (partenaire birmane invitée par le CCFD Terre-Solidaire). Diffusé dans le cadre du partenariat, le film « Inside Job » suivi d’un débat sur la finance solidaire a rencontré un franc succès à la BFM Centre-Ville, ainsi que les projections proposées par Terre de Liens « Planète à Vendre ». Différentes occasions de comprendre la réalité économique et sociale du monde, notamment sur le rôle de l’industrie financière et du monde politique dans la crise de 2008, ainsi que la question de l’accaparement des terres agricoles du Sud par les industries du Nord.

21


III.

La campagne de communication du Mois de l’ESS

Pour cette édition 2012, la campagne de communication a souhaité renouveler son message au grand public en portant son attention sur les messages délivrés au travers des outils de communication et des relations médias.

 Un logo qui a du sens Selon une étude du CNCRES, le message porté par le logo « l’ESS, l’économie qui sait où elle va » n’a pas porté ses fruits auprès du grand public. Le choix d’opter pour « Sociale et solidaire, l’économie qui a du sens » permettait de remettre la focale sur les valeurs et principes de l’ESS, tout en donnant l’opportunité aux acteurs de l’ESS d’exemplifier ces principes en présentant leurs propres expériences.

 Les outils de communication nationaux et locaux Les outils mis au point au niveau national et délivrés par la CRES restent très utilisés par les différents organisateurs. Hormis le spot de teasing qui n’a pu remplir son rôle et les badges de l’ESS restés inutilisés, on note que le logo reste un outil phare des organisateurs qui réalisent également leur propre affiche et flyer.

signature mail

13%

bannière internet clip/spot teasing lien vers le site du mois

25% 13% 25%

journal flyer affiche

69% 25% 44%

logo 100%

22


100 % des organisateurs ont produits leurs propres outils de communication en plus des outils mis à disposition par la CRES Limousin. Les acteurs sont également autonomes dans leur relation aux médias (communiqués de presse, reportages…), beaucoup de retombées médias étant dues la mobilisation des organisateurs.

31%

communiqué de presse site internet Programme invitations affiches

25% 25% 56% 63%

 Des outils spécifiques aux événements coordonnés par la CRES

23


A l’occasion du Forum des Métiers se déroulant le 5 et le 9 novembre 2012, la CRES Limousin a réalisé, avec l’appui de la Caisse des Dépôts, une plaquette trois volets empruntant des canaux de diffusion spécifique, afin de toucher le public en demande d’emploi, le public intéressé par la création/reprise d’entreprise et le public étudiant : -

Relais par Pôle Emploi (campagne sms aux inscrits à Pôle Emploi, et service Pôle Emploi Création/reprise Entreprises)

-

Relais par les services de l’Université (Service Projet Personnel et Professionnel et diffusion sur les écrans du hall de l’Université)

-

Relais par la Maison de l’Entrepreneuriat

-

Relais par la Cité des Métiers

-

Relais par le Carrefour des Etudiants

-

Et diffusion au sein de la CCI (affiches et flyers)

 La campagne Ecocup ESS ! A l’occasion du Mois de l’ESS, les organisateurs ont souhaité se doter d’un nouveau goodie disponible

pour

toute

manifestation, tout au long de l’année : Les Ecocup ESS. Libre

ou

en

système

de

consigne, la CRES met à disposition ces Ecocup de 25ml. Ces Ecocup ont été utilisées à l’occasion du Forum des Métiers de l’ESS, et ont reçu un vif succès.

24


 L’appréciation des outils de communication 2012

81%

81%

75%

75%

très satisfaisant

75%

satisfaisant passable mauvais

25% 13%

13% 6%

0%

Amélioration du logo

0%

12%

0%

Affiche

13%

13%

6%

6% 0%

Flyer

0%

Site lemoisess.org

0%

Journal

Le changement du logo du Mois de l’ESS en faveur de « Sociale et solidaire, l’économie qui a du sens » a été largement appréciée. Le site lemois-ess.org a suscité quelques commentaires, notamment quant à la lisibilité et au nombre d’informations demandées. Enfin, la première page du journal national a également suscité des commentaires, relativement aux allusions à la fin du monde, ainsi que le support « journal » en lui-même. Les organisateurs ont sollicité un format se rapprochant plus du « programme », avec plus d’informations sur les manifestations, et plus de lisibilité. Ce format faciliterait la communication du grand public, là où le journal semble plutôt s’adresser à un public d’initiés.

25


 La diffusion globale des outils de communication La diffusion des outils de communication du Mois de l’ESS en Limousin s’appuie avant tout sur le relais des organisateurs et des adhérents de la CRES. Les différents outils de communication (affiches, flyers, journaux Acteur de Changement) ont été remis individuellement pour les organisateurs et à l’occasion de réunions du conseil d’administration pour les administrateurs. Différents accords avec les collectivités ont permis l’affichage en format 120x76 : la Ville de Guéret et la Ville de Tulle. La Ville de Limoges a relayé l’affichage en panneau électronique. Les affiches 40x60 ont été diffusées dans les centres culturels et socio-culturels, les vitrines de magasins, l’université de Limoges et chez les diverses agences des adhérents par la chargée de mission Mois ESS. Les flyers (1000) et journaux (5000) ont été rapidement diffusés par les organisateurs, et par le biais du « street marketing » : diffusion sur les marchés et dans le centre-ville de Limoges, mais avec un manque ressenti sur l’affichage public à Limoges (mobilier urbain). Ces différents modes ont été utilisés également pour le Forum des Métiers de l’ESS et les événements dont la CRES était partenaire, appuyé par des mailings diffusant les outils en pdf. Les modes de diffusion n’ont cependant pas permis de distribuer l’ensemble du stock 2012, et plusieurs structures organisatrices n’ont pas pu obtenir d’outils de communication ou trop peu, notamment dans les autres départements. Un système de routage, des points de dépôt et des réunions de diffusion des outils seraient à prévoir pour l’édition 2013.

 Un nouveau compte facebook pour la CRES Limousin A l’occasion de l’édition 2012 du Mois de l’ESS, la CRES se dote d’un compte facebook, dédié à l’actualité de l’ESS en Limousin et du Mois de l’Economie Sociale et Solidaire. Cet outil, utilisé par de nombreux acteurs locaux et régionaux (collectivités, organisations, associations, personnalités et grand public) permet une visibilité de nature différente des autres outils de communication. S’il n’engage pas directement les individus dans une activité spécifique, il permet de diffuser les images des manifestations, les vidéos des conférences qui se sont tenues lors du Mois de l’ESS, ou encore de faire connaître par le biais de la CRES Limousin d’autres types de contenus : actualité du Ministère de l’ESS, des autres CRES, articles informatifs sur l’ESS dans le monde…

26


Ce type de contenu est recherché et rapidement relayé par les internautes. Ainsi, on compte en moyenne 150 à 200 personnes touchées par le contenu de la page Facebook de la CRES sur 6 jours (cf. Page statistiques de Facebook). Cet outil vient compléter utilement d’autres modes de communication.

 Des ressources mises à disposition du public A l’image de l’année 2011, les expositions réalisées par la Navette sur l’ESS en Limousin et Travailler Autrement ont été largement diffusées en région, et ont été utilisées comme ressource par les différentes structures : CCAS, Lycées, etc. A cela s’ajoute une présence des salariés et des administrateurs de la CRES lors des différents temps d’exposition pour présenter et expliciter l’exposition, sur demande des structures. Ceci témoigne

27


d’un besoin en ressources des acteurs limousins pour approcher et faire découvrir l’ESS à leurs salariés, à leurs membres ou aux élèves et étudiants.

Exposition Travailler Autrement :

09/11 : Fac de Droit 12/11 au 23/11 : MEFAA d’Aubusson 26/11 au 03/12 : CCAS de Brive

Exposition ESS en Limousin

12/11 au 03/11 : Lycée d’Egletons, travail réalisé par les lycéens dirigé par le Centre de Documentation en collaboration avec le MLAP (Association Maîtrise de la Langue et Aide Personnalisée)

 Retombées médias On note cette année une forte mobilisation des radios et chaînes locales dans la diffusion de reportages sur les acteurs de l’ESS. Pour cela, différents temps ont été dédiés à la relation média : rencontre avec Télim TV, entretiens téléphoniques avec correspondants de France 3, conférence de presse du Mois de l’ESS, présence à la conférence de presse de la SSI pour présenter le partenariat entre le Mois de l’ESS et la Semaine de la Solidarité. Beaucoup de manifestations ont vu leur propre retombée médiatique : le plus important, en effet, est de faire connaître aux médias les expériences de leur territoire, et non pas le Mois de l’ESS lui-même, qui n’est là que pour valoriser ces différentes expériences. Exemples de manifestations avec leur propre retombée médiatique : -

Les saynètes de la Chélidoine

-

Visite officielle de la Scop GBM

-

Les Rencontres Solidaires à Guéret

-

Assemblée constituante de Sol.a.sol

-

Conférence Journalisme Citoyen

-

A Faux Les Monnayeurs Au total, 63 % des manifestations ont obtenu leur propre oui

38% 63%

écho médiatique : reportage sur la manifestation à la radio,

non

28


article journalistique, reportage vidéo, retour sur la manifestation sur plusieurs sites internet… A noter que les manifestations se retrouvent également diffusées par d’autres types de médias : facebook, twitter, youtube (mise en ligne des vidéos et images des manifestations) ce qui élargit encore le spectre médiatique.

QUELQUES REPORTAGES RADIO : RCF : émission spéciale partenariat Solidarité Internationale RCF : suivi du mois de l’ESS, émission spéciale coop atlantique Beaub’FM : émission spéciale ess France Bleu : reportage sur élue à l’ESS Ghislaine Jeannot-Pagès France Bleu : reportage sur la Scop GBM RMJ : reportage à l’occasion de la conférence de presse GRAL : reportage avec la chargée de mission ESS

QUELQUES REPORTAGES VIDEOS : 7 à Limoges : reportage Forum des Métiers de l’ESS 7 à Limoges : diffusion d’un reportage sur la Scop GBM Télim, Finissez d’Entrer : émission spéciale ESS France 3 : reportage sur l’entreprise STTILL France 3 : reportage sur la Scop GBM France 3 : reportage sur Le Temps de Vivre France 3 : reportage sur Benoît Hamon aux Rencontres Solidaires de Guéret

29


IV.

L’organisation du Mois de l’ESS

 La CRES Limousin, coordinatrice du Mois de l’ESS La CRES s’affirme comme coordinatrice du Mois de l’ESS en région Limousin. Collaboratrice sur de nombreux événements, mettant à disposition de nombreuses ressources autres que financières aux organisateurs de manifestations du Mois, la CRES s’implique fortement dans l’organisation et dans la fédération des acteurs, notamment face à une diminution globale des budgets publics et aux difficultés pour le secteur associatif de continuer à animer des manifestations de grande ampleur sur le territoire. Un souhait noté par une partie des organisateurs face à une tendance à l’ « essoufflement » du Mois de l’ESS et à une dispersion des manifestations, est de concentrer beaucoup plus fortement les manifestations afin de gagner en cohérence et en qualité. Ces remarques remontent dans un contexte économique difficile où le renouvellement et la participation de nouveaux acteurs de l’ESS est limité. Avant toute chose, si le rôle du Mois de l’ESS est certes de communiquer au grand public, il est en Limousin un véritable temps d’échanges et de discussions entre les acteurs de l’ESS, afin de se réorganiser solidairement et de joindre leurs forces dans ce contexte économique particulier. Les acteurs restent mobilisés avant tout par la CRES quant à leur participation au Mois de l’ESS :

Par un réseau, une union,… Sur le site Internet de la CRES Par une réunion d’information Par les mails diffusés Par la CRES

19% 25% 44% 63% 100%

30


Les comités de pilotage du Mois de l’ESS L’organisation du Mois de l’ESS débute tôt dans l’année, en s’appuyant notamment sur le bilan de l’année précédente et en tenant compte des différentes recommandations délivrées par les organisateurs et participants au Mois.

Agenda de l’organisation du Mois de l’ESS 2012 :

o

Comité de pilotage n°1, avril 2012 : retour sur le bilan 2011, définir les orientations de l’année 2012 et échanges autour des pistes et thématiques à travailler

o

Comité de pilotage n°2, juin 2012 : Présentation et discussion des outils de communication en cours de réalisation, et exposition des thématiques retenues (Forum des Métiers de l’ESS, Année Internationale des Coopératives…)

o

Comité de pilotage n°3, septembre 2012 : Point sur les outils et la campagne de communication, finalisation du programme des manifestations

 Analyse du rôle du CNCRES Dans cette organisation du Mois de l’ESS, le rôle du CNCRES est central en ce qu’il permet d’interconnecter les différentes CRES et de réaliser des échanges d’expériences et de bonnes pratiques en ce qui concerne les stratégies de communication, de fédération des acteurs et de coordination des manifestations. Le rôle du CNCRES s’affirme également dans la mobilisation des médias nationaux (campagne 2012 très bien relayée notamment dans les spots radios), et le développement d’outils de communication communs qui rendent visible l’ESS au national (affiche, slogan, logos, flyers, spot de teasing…), ressources qui sont utilisées par les CRES de manière souple et personnalisée. Cette visibilité nationale de l’ESS renforce les capacités de négociation de partenariats nationaux, ou encore des aspects réglementaires et législatifs liés à l’ESS. Enfin, le CNCRES mobilise également les grands partenaires nationaux, afin de faciliter le développement d’initiatives ou la prise de contact en région. Ainsi, la CRES Limousin et la LMDE Haute-Vienne ont été partenaires cette année lors du Forum des Métiers de l’ESS, partenariat résultant d’un accord national, et la venue de l’Ufisc à l’inauguration du Mois de l’ESS s’est faite dans le cadre d’une convention nationale CNAR Culture – Ufisc – Cofac – CNCRES.

31


ANNEXE 1 – Master DAOPA Master 2 Droit et Administration des organisations partenariales et/ou associatives Thématiques de Travail – Les OESS en Limousin 1. Gouvernance des associations Les OESS1 s’appuient sur un principe de gouvernance démocratique, mais se heurtent à certains freins et immobilismes, concernant la vie associative ou coopérative par exemple, qui affaiblissent les spécificités participatives et la performance de ces organisations. Existe-t-il d’autres formes d’organisation politique des OESS ou différents types de mobilisation des bénévoles, autres que les formats plus classiques (Assemblée Générale, Conseil d’Administration, Bureau…) ? Les OESS ont en commun d'être des entreprises de personnes, c'est-à-dire que le pouvoir n'est pas lié aux capacités financières des individus mais à leur implication dans un groupe. Il existe alors autant de manières de fonctionner que de dynamiques de collectifs particuliers. Repérer les différentes formes d'organisation politique, les organigrammes et les manières originales d'organiser cette démocratie d'entreprise. Les OESS en phase d'émergence bénéficient de l'enthousiasme des débuts, mais comment renouveler durablement l'implication bénévole des membres dans des structures qui gagnent en complexité au fur et à mesure qu'elles grandissent et se professionnalisent ? 2. Gouvernance des associations : les atouts économiques du bénévolat

Le bénévolat ou volontariat représente aujourd’hui une ressource propre des OESS, dont on chiffre fréquemment aujourd’hui l’apport économique (en équivalent temps plein par exemple). Comment cette ressource humaine est-elle envisagée par les OESS, existe-t-il une prise en compte de l’expertise d’usage des bénévoles (connaissance issue de l'expérience et de la connaissance du terrain)? Ce travail gratuit peut-il constituer un avantage comparatif ? Est-ce un atout en termes de fidélisation ? 3. Les statuts juridiques des OESS : la question des transitions

Plusieurs entreprises classiques sous le coup d’une liquidation judiciaire, ou en grandes difficultés, ont été enjointes à adopter le modèle coopératif, présenté comme une solution. Cet aspect spectaculaire bénéficie d'un retentissement médiatique mais, plus largement, la transformation d’une association en Scic, la question de l’entrepreneuriat collectif ou individuel, sont autant de questions liées aux statuts juridiques des OESS (Exemple de l’adoption de statuts parallèles : SA et association). Comment sont aujourd’hui gérées ces transitions par les OESS, et quels sont les choix stratégiques des entrepreneurs et dirigeants pour aborder la question des statuts ? 1

Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire : Coopératives, Associations, Mutuelles, Fondations, structures d'insertion par l'activité économique…

32


4. Les efforts de sensibilisation des salariés à la nature spécifique des organisations associatives et partenariales

Jean-François Draperi observe dans L’Economie Sociale que les nouvelles entreprises sociales abandonnent progressivement les pratiques de recrutement basées sur la « culture coopérative » et optent pour des recrutements basés sur la compétence technique. Les équipes salariées sont en conséquence moins sensibilisées à la spécificité ESS de leur organisation employeuse. Néanmoins, les OESS n'ont pas abandonné cette culture et bon nombre d'entre elles mettent en place des formations dédiées aux salariés, des formes de parrainage des nouveaux, pour que la culture propre de l'entreprise continue de vivre. Quelles sont les pratiques des OESS en Limousin, et quelles sont les formes de sensibilisation existantes ? 5. Appartenance à l’ESS : quelle identification des spécificités organisationnelles ? Les OESS inscrivent aujourd’hui leur communication dans la logique de l’appartenance à l’ESS (Mois de l’ESS, Année Internationale des Coopératives, Solidarité Internationale, mécénat…). Cependant, cette expression n'est pas évidente a priori : qu'ont en commun des structures aussi différentes que des coopératives agricoles, un système d'alimentation locale en panier, une coopérative de grande distribution, un club de financement solidaire ?quelles sont les spécificités organisationnelles reconnues et identifiées par les OESS elles-mêmes, qui leur permettent de se reconnaître dans l’ESS ? 6. Expériences d’intercoopération en France et à l’étranger : analyse historique et actualité Les acteurs de l’ESS s’inscrivent-ils aujourd’hui dans la logique de l’intercoopération, qui pose un développement économique basé sur la « préférence ESS » ? Identifient-ils des atouts dans l’intercoopération, au-delà de l’avantage communicationnel pour l’entreprise ? On constate en effet au-delà d'une communication mutualisée que de nombreux partenariats économiques émergent de structures qui partagent des manières de faire et des valeurs communes. C'est le cas aussi bien dans la finance et l'assurance que dans l'industrie ou le secteur social. Bibliographie RECMA, Revue Internationale de l’Economie Sociale Annales d’économie publique et coopérative Jean-François Draperi, Les 20 formes juridiques de l’entreprise Bernadette Costa, Jacques Prades, L'économie solidaire, prendre sa vie en main L'économie sociale, Claude Vienney L'économie sociale et solidaire. S'associer pour entreprendre autrement, Danièle Demoustier Coll. Alternatives Economiques Principes d'économie solidaire, Eric Dacheux et Daniel Goujon 33


ANNEXE 2 – ESS et SSI Economie Sociale et Solidaire & Solidarité Internationale Changer le monde c’est possible ! Ici et là-bas ! La crise économique, politique et sociale que nous traversons actuellement touche la population de la planète dans son ensemble. Si chacun la ressent de différentes façons et à différents niveaux, les préoccupations de la solidarité internationale et ceux de l’économie sociale et solidaire se rejoignent. Pourquoi ? Parce que les effets quotidiens de la crise sont visibles partout dans le monde, et les enjeux internationaux, diplomatiques et commerciaux, qui apparaissent « lointains » retombent en réalité directement au niveau local. Le système économique mondial, tel qu’il est pensé actuellement, est générateur de pauvreté, de précarité, et d’exclusion. Cette économie de la prédation est cependant le modèle naturel auquel nous nous référons. C’est ce qu'avait remarqué Fernando Pankararu, indien la communauté des « Pankararu » dans l'Etat du Pernambouc au Brésil lors d’une visite en Limousin, lorsqu’il nous entendait parler. Pour évoquer l’agriculture responsable, nous devons toujours ajouter l’adjectif « biologique », « raisonnée »… Mais l’agriculture industrielle et productiviste, c’est simplement « l’agriculture » comme si elle était devenue la norme qui doit s'imposer à tous. De même pour l’économie. Pour parler de l’ESS, nous utilisons toujours les adjectifs « sociale et solidaire ». Mais l’économie capitaliste, libérale, injuste et créatrice d’inégalités est simplement « l’économie ». Une remarque juste, qui nous fait prendre connaissance de nos propres postulats et a priori, invisibles ou presque au quotidien.

Le partenariat ESS - SI Plus qu’un partenariat, l’économie sociale et solidaire et la solidarité internationale proposent une approche locale et internationale pour se saisir du problème de notre système de développement hégémonique mondial. La Solidarité Internationale met à jour l’importance fondamentale des choix internationaux pour nos sociétés, tandis que l’ESS présente un nouveau modèle économique éthique et pérenne, basé sur une gouvernance démocratique et un fonctionnement résolument collectif et coopératif. En Novembre, les acteurs de l’ESS et de la SI se mobilisent pour présenter la dimension internationale de l’économie sociale et solidaire. Le Mois de l’ESS « Sociale et Solidaire, l’économie qui a du sens » Contact : Léa RESSAD – 05 55 79 09 01 – mois.ess@creslimousin.org CRES Limousin, 14 avenue Adrien Tarrade, 87000 Limoges

La Semaine de la Solidarité Internationale « Droits à l’Essentiel » Contact : Guillaume BERTRAND - 05 55 35 81 24 – mdh.limoges@free.fr Maison des Droits de l’Homme, 37 rue Frédéric Mistral, 87000 Limoges

34


bilan mois de l'ESS 2012