Page 1

ARCHITECTURE PORTFOLIO HADDAD MOHAND

Haddad Mohand 2018


Curriculum vitae

Musée imaginaire

Projets d’architecture Composition volumétrique Maison individuelle loge Studio d’artiste /logement Habitats collectifs Cinéma/amphithéâtre Projets d’exécutions -salle de conférence EL HAMMA Alger - polyclinique a TIZI OUZOU -bibliothèque n a TIZI OUZOU

Projets divers Analyses urbaines et architectural Projets artistique

Photographies (Alger, la Kabylie ) Illustrations (tableaux artistiques) croquis Maquettes


Projets d’ études En tant que étudiant en master 02 architecture et urbanisme, j’ai peu collectionner des savoir et connaissances dans mon domaine à savoir l’architecture et l’urbanisme, où j’ai pu me distinguer avec des différentes conceptions architecturales et urbaines dans leurs différentes processus de matérialisation . Ces acquis ce sont consolidés à travers les formations et les stages que j’ai pu effectuer, ces connaissances de base m’ont ouvert l ’esprit et les sens sur de nouvelles perspectives. Mon projet d’étude est de renforcer et perfectionne mon actuelle formation, et de la compléter en me spécialisant en art ; architecture intérieure et design d’espaces, ou en urbanisme ; am énagement du territoire, environnement, Me permettant ainsi de cerner et mettre en valeur mon parcours avec un autre diplôme européen, et d’acquérir en plus des connaissances académiques, de m’initier à de nouvelles méthodes d’enseignement supérieur et de conception en général. L’architecture c’est de l’art. C4est une pensée qui consiste à imaginer une société idéale, indépendamment de toutes les contraintes de la réalité. L'architecture est l'un des plus urgents besoins de l'homme, puisque la maison a toujours été l'indispensable et prernier outil qu'il se soit forgé. L'outillage de l'homme jalonne les étapes de la civilisation, l'âge de pierre, l'âge de bronze, l'âge de fer. L'outillage procède de perfectionnements successifs; le travail des géné- rations s'y additionne. L'outil est l'expression directe, immédiate du progrès; l'outil est le collaborateur obligé; il est le libérateur aussi. On jette aux ferrailles le vieil outil : l'escopette, la cou- leuvrine, le fiacre et la vieille locomotive.

Et c’est cette utopie là que j'espère découvrir et laisser s’émerger d’avantage d’où l’objectif de ma démarche.


Le musée imaginaire Analyse du texte de Constant : « Une autre ville pour une autre vie » publié en1959 Constant Nieuwenhuys critique le manque d’ambition de la part des architectes et des urbanistes de l’époque sur la question de la ville. Constant va apporter tout ces arguments en utilisant le contreexemple la ville verte qui est anti social, contrairement à l’agglomération qui créent des relations. Il va jusqu’à la volonté de la suppression totale de la nature, suppression de tout ce que l’humanité ne pourrait pas contrôler.

Ville verte VS Ville couverte

Projet New Babylon non realiser Les solutions et les propositions apportées : la ville idéale Constant voit la ville comme un espace couvert qui dissocie la circulation (les routes) de la ville ellemême. Les rues doivent être supprimées contrairement à la ville verte où la circulation domine tout. Cette ville se composerait de plusieurs couches : - Sous-sol(circulation) - RDC(espace vaste non construit sans contrainte d’organisation spatiale favorisant les rencontres et les échanges, espace Partant du postulat selon lequel le développement du social dédié aux loisirs) machinisme et l’accélération de la production automatisée - Etages(habitations et travail) - Terrasses accessibles en hauteur libérera l’individu de l’aliénation et lui restituera sa liberté créatrice, Constant imagine une ville consacrée exclusivement aux loisirs. L’avènement de l’homo ludens commuera l’espace urbain en gigantesque terrain de jeu, offrant des possibilités de rencontres, d’expériences et de surprises sans cesse renouvelées. Ce renouvellement sera assuré grâce à un dispositif de désordre etde désorientation systématique. Fin


Apogée de la mégastructure.

The Underwater City par Warren Chalk. Il s’agit d’un dessin qu’il a réalisé en 1964, c’est une ville sous-marine, la première de nombreuses à être imaginées sur les bords fanatiques des territoires mégastructures. - Le projet Plug-in City a été imaginé par Peter Cook, membre d’Archigram, entre 1963 et 1964. C’est cette vision qui a rendu Archigram célèbre et qui a changé la façon de penser les mégastructures. Ce très grand dessin axonométrique montre l’assemblage du « kit de pièces » Le projet Plug-in City a été imaginé par Peter Cook, membre d’Archigram, entre 1963 et 1964. C’est cette vision qui a rendu Archigram célèbre et qui a changé la façon de penser les mégastructures. Ce très granddessin axonométrique montre l’assemblage du « kit pièces » qu’Archigram aime nommer ainsi. On peut y voir des ossatures diagonales, tours de bureaux mobiles au dessus de l’autoroute) et l’obsessionnelle capsule à habiter, unité qui est pluggé (branché) à pratiquement toutes les structures du dessin, et les grues utilisées pour déplacer les capsules

Dessin de Warren Chalk pour Archigram 4 qui illustre parfaitement cette idée de fantaisie. Les obsessions du groupe pour les esquisses viriles les ont conduit «n’importe où qui n’avait pas encore été foulé par le pied de l’homme - que ce soit dans l’espace cosmique ou sous la mer. »


Ecriture : L’art « motlibriste »

F.T.Marinetti, “Montage + Vallate + Strade x Joffre”,

Parole in libertà, 1915

Ledentu le Phare - Poésie zaoum 1923, par Iliazd à Paris

Les mots en liberté naissent dans un monde où tout va de plus en plus vite. C’est une manière de contestation et de rupture contre l’emprise de l’esprit logique et analytique qui enserre le droit à la parole. C’est moyen pour eux de défendre la liberté d’expression et de création.


Originellement appelée Dériville, de « ville dérivée », le projet est conçu comme une ville du futur pour le monde entier. C’est une forme de réponse au monde industriel et comment celui-ci peut aider l’Homme. Les machines travaillant pour le plaisir de l’Homme. Le travail est ainsi totalement automatique laissant une vie créative dans un environnement. Elle consiste en une ville en strate, construite à l’aide de macro structures. Avec un espace urbain constituée d’une ville bâtie au sous-sol, d’une ville sociale en terrasse, et de circulations dites rapides au sol. Cette ville est construite sans se préoccuper de l’environnement naturel pour privilégier l’absence de contraintes sur l’Homme. L’ambiance de la ville est ainsi créée et gérée par les habitants, par blocs. Chaque bloc situant une ambiance. Ces blocs s’organisent en mailles, chaque habitant pouvant modifier leur environnement tout en sachant que la population est nomade. Le déplacement dans les blocs de la ville est ainsi une expérience en soit, une aventure à travers les différentes ambiances visant à créer des liens sociaux. La ville est alors perçue comme un labyrinthe dynamique dont la promenade est le fil conducteur. Les hautes technologies sont la solution pour réaliser ce projet, convoquant des systèmes lumineux et d’isolations thermiques acoustiques.


Ce projet évoque directement deux autres projets phares : Instant city de Peter Cook (1968) visant à transformer l’architecture en situation à travers des objets mobiles (dirigeables, capsules) et technologiques (grues, robots) afin de créer un environnement audiovisuel. Mais aussi Walking City de Ron Herron (1968) un projet bien plus sombre représenté de façon cauchemardesque où la ville n’a plus aucun lien avec le territoire et ou les habitations sont sous formes de monstres robotisés évoluant à l’échelle de la planète. Ce n’est alors plus une utopie mais une dystopie. Le texte aborde ensuite plusieurs sujets et constructions comme le métabolisme japonais et le projet de cellule multipliable, ainsi que différents projets d’inspirations.


L’arbre gynécologique

Exprimé une idée a travers un ensemble de volume ,c'est une composition volumétrique Ce travail exprime des relation morale et physique entre les nombres d’une famille C’est une expression architecturale


Revivre le chalet

Le but de cet exercice est de combinĂŠ entre la rĂŠsidence et le esprit de chalet a travers les inter relation spatiale et fonctionnel et spatial


Une loge

Travailler les contraintes de la surface pour avoir un espace confortable et fonctionnel


Studio d’artiste

Cet exercice ma permet de concevoir une surface minimaliste ,confortable A travers une déformation d’un simple rectangle Travailler le concept de la lumière


Habiter et flotter

Répondre a des demande de logement a travers des diffèrent typologie d’habitat. Avoir l’espace conviviale


La citĂŠ fontaine romaine a Azazga


La mélodie, les sens

Le but de cet exercice est une introduction a un autre type de projet architecturale qui est un équipement. La réalisation d’un amphithéâtre


L’exécution, la concrétisation Objectif de cet exercice c’est de faire un escale de la conception a la réalisation ,et ça travers la concrétisation d’un centre de conférence a l’échelle de la ville d’El HAMMA ALGER avec les différentes phase d’exécution.


La lecture…..le parcours culturel

Projection d’une bibliothèque a l’échelle de quartier dans la ville de TIZI OUZOU


La lecture…..le parcours culturel……Bibliothèque


Analyse urbaine et architectural EL HAMMA,(Alger)……..une machine manufacturière abandonné

Comprendre la structure urbaine d’une ville a travers ses composantes Qui formes les artères de la dynamisme d’une ville .


Architecture méditerranéen la casbah d'Alger …..l’architecture vernaculaire L’intégration ,le confort et la sociabilité

Notre travail porte sur l’étude de l’intégration au site de la Casbah d’Alger, qui a fait preuve d’une compréhension Intuitive, ou expérimentale, de l’utilisation des matériaux de construction traditionnels, pour adapter l’habitat au climat local et répondre aux besoins essentiels de la société. L’ancienne ville d’El Djazair appelée aujourd’hui Casbah d’Alger est un site historique classé sur la liste des patrimoines universels.

Air frais

Air chaud


Les rondins

Les tirants

Les gardes corps Derbouz

Les niches AlgĂŠrienne

Les portes d’entrÊe


Escalier géant qui descend vers la mer

Citerne alimenté par les Citerne(el-joubb) [sous wast el-dar]

Système de ventilation naturelle a travers l’intégration au site ,des puits d’air frais sous terrain et des patios pour la lumière naturelle

Le style ottomane Les arcades Les voutes sur croisées d’ogive Les chapiteaux

eaux de pluie qui arrive de la terrasse par des conduits


Croquis et sketchs


Maquettes architecturales et urbaines


Photographie la Kabylie……Alger; un regard, un patrimoine Village kabyle

Jardin d’essai El Hamma

Le musé national d'Alger Lac noir Bejaia

Casbah d'Alger

Bastion 23

Le ciel sur terre AZAZGA


Photographie l’architecture nÊo-moresque Alger


Haddad Mohand 2018

Fin

Portfolio  
Portfolio  
Advertisement