Page 1

Améliorer la ville est le défi permanent des élus socialistes. Il s’agit pour nous en effet d’assurer, au quotidien, des services publics de qualité, avec une fiscalité locale modérée et raisonnable et ce malgré les mauvais coups portés aux collectivités par la droite. Mais ce n’est pas suffisant, il s’agit aussi de faire jouer les solidarités sociales et économiques pour que chacun puisse pratiquer ses activités favorites, qu’elles soient culturelles, artistiques ou sportives. En cela, la Maison de la vie associative, dont le projet d’établissement reste à construire (voir en page 2) permettra à chacun de s’impliquer d’avantage, de participer, de vivre la ville plutôt que de la subir. Une ville agréable c’est aussi une ville plus verte, avec de grands espaces où chacun peut se promener, pratiquer un sport, se détendre. Grâce au futur Parc des Docks, Saint-Ouen va rattraper son retard dans ce domaine, même si nous émettons encore des réserves sur plusieurs aspects de ce projet (voir ci-contre). Enfin, changer la ville nécessite aussi de nouer des partenariats avec les villes alentours pour mener de grands projets. Les années à venir seront capitales pour tisser ces liens avec le Grand Paris (voir page 3) et notre future intercommunalité qui fera l’objet d’un prochain numéro de cette lettre. Bonne lecture! Henri Lelorrain

CADRE DE VIE

Parc des Docks : les discussions se poursuivent

Il y a plus d’un an maintenant les élus du groupe socialiste avaient dénoncé avec force le projet retenu par le jury du parc des Docks. La nécessité de créer un nouvel espace vert de grande taille et répondant aux nouvelles attentes insatisfaites des audoniens s’imposait à tous. Comment être sourd aux demandes de celles et ceux qui souhaitent disposer d’un parc leur permettant d’emmener jouer leurs enfants, de pratiquer une activité physique, de se détendre dans un lieu de nature ou de trouver un nouvel espace de convivialité? L’aménagement des Docks se devait de prendre en compte ces aspirations légitimes, de contribuer à la qualité de vie et à la biodiversité sur la ville par la réalisation d’un parc. Toutefois, la proposition retenue à l’occasion du jury de concours nous avait laissé un goût amer. Et nous avions dénoncé un projet trop minéral, comportant des bassins inondés trop présents et ne laissant pas suffisamment de place à la végétation pour se développer librement. L’ambition de déplacer les serres municipales nous avait aussi semblé contraire au bon sens. En effet, il fallait détruire un bâtiment qui fonctionne pour le reconstruire ailleurs en compliquant le travail des agents. Après une année de travail et de discussions avec les différents acteurs et utilisateurs de ce parc, nous constatons qu’une partie de ces remarques a

été prise en compte. Les serres conserveront leur implantation actuelle. Par ailleurs les discussions et les échanges avec les services d’une part et les associations d’autre part ont permis de retravailler l’île aux partages. Cet espace est celui qui sera dédié aux associations de jardinage et d’amateurs de nature et de biodiversité. Il prendra en compte, comme nous l’avions souhaité les besoins des jardiniers ouvrier de l’Alstom mais aussi des autres associations qui interviennent dans ce domaine, leur offrant des parcelles de culture et une serre dédiée notamment aux activités pédagogiques. Les Audoniens pourront également y goûter les joies des jardins partagés, les écoles profiter de ce lieu pour sensibiliser les plus petits à leur environnement. Toutefois, de nombreux aspects de ce parc sont encore en discussion et les premières propositions dans la continuité du projet initialement retenu ont inquiété les élus de notre groupe, laissant envisager des éléments architecturaux qui ne nous semblent pas à la hauteur des ambitions architecturales et esthétiques que nous attendons pour cet équipement. Il en est ainsi des abords du parc trop fermés sur le quartier. La sécurisation de l'espace implique une importante réflexion sur le moyen de clôturer le parc sans couper la vue. De même, le mail qui longera le parc jusqu'à la Seine doit être conçu pour favoriser la promenade sans être livré aux vents. Enfin le choix retenu pour l'architecture du bâtiment qui fera office de maison du parc et de lieu de restauration doit à ce stade être repensé pour s'intégrer dans un lieu que nous aurions aimé voir conçu comme un espace de nature et de foisonnement plutôt que comme un parc urbain. Ce sont ces orientations que nous continuerons ainsi de faire prévaloir au sein de la majorité. Morgane Garnier

Crédit photo : M.Lemaire Jean-Laurent

N°8


VIE ASSOCIATIVE Quel projet d’établissement pour la Maison de la vie associative ?

Le projet de création d’une Maison des associations à St-Ouen est une vielle revendication audonienne. Promise en 1995 puis en 2001, ce n’est finalement que fin 2012 que ce projet verra le jour. L’an passé nous avons voté le permis de démolir l’immeuble qui occupe actuellement l’emplacement du futur équipement à l’angle de l’avenue Gabriel Péri et de la rue Jean. Ensuite, un jury s’est chargé de chosir le nouveau projet. C’est une jeune équipe d’architectes qui l’a emporté à l’unanimité moins une voix. A l’issue d’une discussion de trois heures entres élus, architectes et services techniques, rien n’a été laissé aux hasards : les volumes de l’équipement, son intégration dans l’environnement, l’exigence d’une qualification haute qualité environnementale, d’un budget maitrisé et de fonctions en relation avec la conclusion de la concertation qui a duré 18 mois. Les remarques des architectes et des élus sont venues apporter les dernières précisions sur l’entretien du bois, l’acoustique, l’alignement, le dépose minute et le parking de livraison… Enfin, la fin de l’année 2011 sera marquée par le vote en Conseil municipal de l’autorisation donnée au Maire de délivrer le permis de construire.

Durant le premier débat, le groupe socialiste et moi-même avions pointé du doigt le retard pris dans les discussions sur le projet d’établissement. En effet, si cette Maison de la vie associative et du citoyen est un outil précieux pour le milieu associatif audonien, quid de sa gestion ? Que serait cet équipement en centre ville s’il n’est pas appuyé par un vrai projet d’établissement pour en faire un levier pour le tissu associatif audonien? Qu’en est-il du projet de préfiguration ? Quid du fonctionnement et des profils de postes ? Mon ambition est de créer un véritable espace juridique reconnu au mouvement associatif à travers la création d’un Conseil de la vie associative audonienne. Ce Conseil participera à l’animation de la Cité et établira une relation partenariale avec la puissance publique. De nombreuses villes de gauche disposent déjà de cet outil démocratique, StOuen doit désormais rattraper son retard dans ce domaine. Concernant la gestion quotidienne de la Maison de la vie associative, nous sommes favorables au vote d’une délégation de service publique à une association comme c’est déjà le cas dans le domaine du tourisme social avec l’OVL. Je souhaite aussi en parallèle que puisse être mis en place, très rapidement, un fond d’intervention

local pour soutenir le financement des petits projets associatifs. Il serait géré par l’élu sous le contrôle du Conseil de la Vie associative et pourrait être abondé par des entreprises locales et des fonds publics. Ce dispositif existe déjà, par exemple, à l’Ile-Saint-Denis. Depuis l’origine, la vocation première du mouvement associatif est de contribuer au lien social, à la solidarité, à l’animation de la vie de la Cité. Nos associations font partie de l’identité de St-Ouen. Elles l’ont démontré lors de la dernière fête des associations avec un record de participation historique. Ce nouvel édifice et tous ces dispositifs seront des outils efficaces et une reconnaissance de leur travail et de leur engagement quotidien. C’est aussi un support pour la démocratie locale. Nous attendons désormais que nos partenaires de la majorité nous suivent dans ce sens. Le comité de pilotage dont la création avait été souhaitée par le groupe socialiste devra réunir des associations, des représentants de la société civile, des élus et des membres de l’administration communale. Les premières réunions de travail devraient pouvoir commencer cet été. Julien-Mustapha Krimat


GRAND PARIS Saint-Ouen au cœur du Grand Paris

Le Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris a adopté, le jeudi 26 mai, à l’unanimité de ses membres, le schéma d’ensemble du futur réseau de transport. Le combat des élus pour défendre les intérêts des habitants Cette décision a été prise par les représentants de l’État, de la Région et des Départements d’Île-de-France. En première ligne, Jean-Paul Huchon et Claude Bartolone ont défendu avec détermination les intérêts des habitants. Un projet désormais au service des habitants Le projet d’origine était trop orienté sur la connexion entre les différents pôles économiques d’Île-de-France. Un rééquilibrage était nécessaire afin de prendre pleinement en compte les besoins des habitants. Au-delà du développement économique, le besoin de désenclavement des territoires est désormais clairement pris en compte. Les habitants ne verront pas seulement les nouveaux transports traverser leur territoire mais ils en

profiteront directement. Le nombre de gares est ainsi passé de 40 à 72, assurant un meilleur maillage du territoire. Les élus socialistes, par leur combat, ont réussi à imposer une autre philosophie : le Grand Paris doit se faire avec et pour les habitants. Une double boucle obtenue pour la Seine-Saint-Denis En Seine-Saint-Denis, la mobilisation des élus socialistes a réussi à imposer une double boucle de transport avec deux lignes traversant le territoire d’ouest en est. Ces deux lignes assureront le désenclavement des territoires qui sont à ce jour encore mal desservis. Elles favoriseront, pour tous les SéquanoDionysiens, de meilleures liaisons banlieue à banlieue ou vers les grands pôles économiques. Le territoire audonien au cœur du réseau de transport Saint-Ouen sera l’une des communes profitant le plus du futur réseau de transport du Grand Paris. D’abord grâce à sa situation, à deux pas de Pleyel où aura lieu l’interconnexion

de trois nouvelles lignes (ligne rouge, ligne bleue et 2ème boucle) et la création d’une gare TGV. La création de cette nouvelle gare prévoit le recouvrement des voies ferrées avec la création d’un nouveau quartier raccrochant Saint-Ouen et le quartier Pleyel à la Plaine Saint-Denis. Ensuite, la ligne 14 (ligne bleue Pleyel – Saint-Lazare – Orly), prolongée jusqu’à Pleyel desservira la gare RER C et la Mairie. Les Audoniens auront ainsi des temps de trajet considérablement réduits vers les principales direction : Paris, Bobigny, Le Bourget et Roissy ou La Défense. Un projet structurant à l’échelle régionale favorisant le développement économique et l’emploi Le Grand Paris, est un projet structurant à l’échelle de l’Île-de-France. En reliant les différents pôles économiques de la région, il contribuera efficacement au développement économique des territoires et il favorisera la création de nouveaux emplois. Situé au cœur de la zone de développement économique formée par Saint-Ouen et la Plaine Saint-


Denis, le tissu économique et social local bénéficiera directement des effets du Grand Paris. La vigilance des socialistes pour un Grand Paris au service de l’intérêt général Le projet du Grand Paris est désormais engagé sur la bonne voie.

Néanmoins, les élus socialistes resteront attentifs à ce que l’État respecte ses engagements et à la réalisation, dans les délais, des projets déjà adoptés par la Région (modernisation des RER, prolongations de métros et développement des Tramways). Enfin, pour que ce

projet soit partagé localement par tous, le Grand Paris devra favoriser en priorité aux habitants du territoire l’accès aux nouveaux emplois. Mathieu Hanotin

PRESIDENTIELLE Les primaires c’est pour bientôt ! Le 13 juillet prochain l’ensemble des candidats aux primaires pour représenter notre parti à l’élection présidentielle de 2012 seront déclarés. Conformément au vote militant qui s’est exprimé à l’automne dernier, pour la première fois de son histoire, le Parti Socialiste va désigner son candidat à la présidentielle par un mécanisme démocratique et ouvert. Cette désignation doit être une formidable occasion de faire vivre et connaitre notre parti et d’encourager ce qui fait notre force : notre capacité à débattre sans tabou et à nous enrichir au contact des autres forces politiques de gauche et des acteurs de la société civile. Ces primaires ouvertes son signe de maturité, d’ouverture et de confiance en l’avenir de ce pays avec tous ceux et celles qui croient à notre capacité collective d’imaginer ensemble les solutions modernes et innovantes pour sortir de la crise et de la mondialisation débridée qui détruit et déconstruit chaque jour un peu plus notre société et notre monde. Aussi je vous invite à noter dès aujourd’hui les dates des 9 et 16 octobre prochain, à venir nous aider à organiser ce grand moment citoyen et à participer à nos débats dans un esprit constructif pour faire gagner la gauche.

Notre blog est pour le moment indisponible en raison d’un problème lié à notre hébergeur. Il sera de nouveau en ligne dans quelques jours à l’adresse suivante : saint-ouen-socialiste.fr

Un comité de campagne sera bientôt sur pied qui vous tiendra informé des initiatives locales et des modalités pratiques du vote.

Bientôt c’est déjà demain et un formidable espoir qui se lève de changer la vie. Sophie Jacquot-Gautun

La lettre des élus du groupe Socialiste et Citoyen de la Mairie de Saint-Ouen 6, place de la République 93400 SAINT-OUEN Henri LELORRAIN - Directeur de la Publication

Lettre des élus n°8  

Lettre des élus n°8

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you