Page 1

LA MNT À VOS CÔTÉS

TERRITOIRE MUTUEL NUMÉRO / 98 JUIN 2014 — 0,76 €

À VOS CÔTÉS

C’est quoi, être un militant MNT ? page 19

NOUS SOMMES MILITANTS LIGNE CLAIRE

Les conseils diététiques au bout du fil page 17

Votre cerveau est-il musclé ? Tests et jeux en page 14

Saga territoriale, épisode 2/4 LA MNT a 50 ans… … et a construit en un demi-siècle une protection sociale de qualité pour les territoriaux page 4


Grâce à la MNT, bénéficiez d’une offre « spécial adhérent »

partenaire vacances de

Exclusivité Adhérents

les

jusqu’à

*

-45%

sur vos vacances d’été

en location : • St-Hilaire-de-Riez (85) du 28/06 au 30/08/14 : -45 %

• Samatan (32) du 05/07 au 30/08/14 : -25 %

en pension : • Binic (22) du 28/06 au 30/08/14 : -25 %

• Samatan (32) du 05/07 au 30/08/14 : -25 %

• Carry-le-Rouet (13) du 28/06 au 30/08/14 : -20 %

• Roquebrune/Argens (83) du 05/07 au 30/08/14 : -20 %

Renseignements et réservations uniquement par téléphone :

*Offre non rétroactive valable à partir du 01/04/14 pour toute réservation d’un séjour de 7 nuits minimum en pension ou location selon dates et destinations indiquées. Les suppléments ne sont pas réductibles (hors pension complète). Offre non cumulable avec toute autre réduction et promotion en vigueur (y compris réduction adhérent).

www.vacanciel.com - code «MNT»


SANS DÉTOUR

www Retrouvez en page 22 le détail des nouveautés en ligne sur mnt.fr

CINQUANTE ANS, L’ÂGE D’UN NOUVEAU DÉPART ? Cinquante ans est un âge charnière où l’individu voit généralement ses ascendants vieillir, ses descendants voler de leurs propres ailes, et où lui-même prend une conscience singulière du temps qui passe. Cet anniversaire est donc souvent marqué de façon exceptionnelle, par la rencontre des générations, mais il est aussi accompagné de réflexions plus profondes sur le chemin parcouru et celui à tracer.

ÉVÉNEMENT PAGE 4

LA MNT A 50 ANS…

… et a construit en un demi-siècle une protection sociale de qualité pour les territoriaux.

JOUR APRÈS JOUR PAGE 6

ZIGZAG

PAGE 7

VIE PRATIQUE MÉDECIN DU TRAVAIL

Médicaments : bientôt la fin des vignettes. 119 un numéro d’urgence pour l’enfance en danger. Deux fois moins d’opérations de l’appendicite en 15 ans. Un guide pour votre santé. Informer autour de la surdité.

Protéger la santé des agents territoriaux.

PAGE 8

TERRITORIAUX PROFESSIONNELLES DE L’ENFANCE

PAGE 10

ON EN PARLE L’ENGAGEMENT ASSOCIATIF

Alain Gianazza Président général de la MNT.

Notre mutuelle, qui fête ses cinquante ans, va vivre cette situation singulière. La Fédération Nationale de la Mutualité Française, au sein de laquelle notre mutuelle a grandi, aura 112 ans. Et les héritiers de nos institutions, nos jeunes adhérents indispensables à la perpétuation de cette vie mutualiste, ont naturellement des besoins nouveaux, des aspirations nouvelles. La MNT peut légitimement s’enorgueillir du chemin parcouru, d’être devenue la mutuelle de référence de la Fonction publique territoriale dans un contexte économique, social et politique qui ne facilite pourtant pas toujours son œuvre de solidarité. C’est ainsi que nous déplorons une banalisation du mouvement mutualiste, sans pour autant lui donner les mêmes moyens que ses concurrents assureurs. Ceci a conduit la Fédération à initier une double réflexion de fond (le projet stratégique 2015) et de forme (la réforme du Code de la mutualité). L’enjeu, pour la MNT, est d’adapter les outils mutualistes afin que ses adhérents puissent continuer à décider ensemble de leur protection solidaire. Mais elle s’attachera surtout à définir, dans ce cadre mouvementé, ce qu’elle ambitionne de devenir elle-même et avec ses partenaires, en alliant ce que les plus anciens lui ont légué, sa tradition, mais en étant aussi résolument tournée vers l’avenir. Je souhaite donc un bon anniversaire à notre mutuelle à l’occasion de son cinquantenaire et j’adresse mes félicitations à tous ses membres, ses cellules vivantes, porteuses de cet ADN si particulier.

JUIN 2014

Sommaire

Regards croisés.

Tous concernés !

SANTÉ

PAGE 12

SOCIÉTÉ HYPOCONDRIE C’est bien une maladie.

PAGE 14

PRÉVENTION TestezNOTRE MÉMOIRE vous ! Prenons en soin !

PAGE 16

SOLEIL ET MÉDICAMENTS AMENTS Attention danger !

LA MNT ET VOUS PAGE 17

GUIDE LIGNE CLAIRE Les conseils diététiques au bout du fil…

PAGE 18

À VOS CÔTÉS OBSERVATOIRE SOCIAL TERRITORIAL La mobilité, la choisir plutôt que la subir…

PAGE 19 PAGE 21

C’EST QUOI, ÊTRE UN MILITANT MNT ? AU CŒUR DES RÉGIONS

PAGE 22

QUESTIONS/RÉPONSES

Assemblées de sections 2014.

n° 98 | Territoire mutuel – 3


ÉVÉNEMENT / LA MNT A 50 ANS

01. La salle de traitement informatisé des décomptes de remboursement des prestations, section MGPCL des Pyrénées-Orientales (66) en 1985. 02. En 2004, la MNT fêtait ses 40 ans et plaçait ses vœux pour la nouvelle année sous le signe de la solidarité. 03. La communication « grand média » s’organise en 2007. Les silhouettes des territoriaux s’affichent sur les Abribus de nos villes.

LA MNT A 50 ANS… … ET A CONSTRUIT UNE PROTECTION SOCIALE DE QUALITÉ POUR LES TERRITORIAUX À l’occasion des 50 ans de la MNT, Territoire mutuel consacre une double page de chaque numéro de 2014 à l’œuvre mutualiste. Des prestations santé aux services innovants, de la prévoyance à la santé au travail, étapes d’une protection sociale désormais complète, construite par les territoriaux pour les territoriaux. Voici le second volet historique de notre saga territoriale.

ACTION SOCIALE

Parce que la solidarité est la meilleure réponse face aux épreuves.

4 – Territoire mutuel | n° 98

DR MNT

ÉPISODE 2

01

Soigner mais aussi prévoir et changer l’avenir… Quand une poignée d’idéalistes décide de poser la première pierre de la Mutuelle Nationale Territoriale en 1964 (voir Territoire mutuel n° 97, mars 2014), c’est pour offrir au personnel des collectivités locales une couverture maladie complémentaire. Le succès est immédiat, la future MNT se développe à vive allure. La mutuelle comprend rapidement que la santé est certes essentielle, mais que la prévoyance l’est tout autant. Dès le début des années 70, elle développe donc des prestations pour protéger les agents et leurs familles des aléas de la vie : assurance invalidité-décès, caution solidaire d’accès à la propriété, aide aux orphelins, rente pour enfants handicapés. Puis elle prolonge la période d’indemnités journalières en cas d’invalidité de un à trois ans. Au fil des ans, elle noue aussi des partenariats avec Préfon et Corem (compléments de retraite, produits dépendance), la GMF (assurance dommages et responsabilité civile), la Banque Française Mutualiste (prêts, comptes courants ou d’épargne)…, afin de pouvoir proposer à qui le souhaite une solution globale. Mais surtout, la MNT s’impose auprès des pouvoirs publics pour améliorer le quotidien des agents. À partir des années 2000, sous l’impulsion des présidents Aimé Bellina puis Jean-Pierre Moreau, elle se lance dans une bataille essentielle : inciter les collectivités locales, et au-delà le législateur, à participer financièrement à la


DATES CLÉS

1977 La MNT intègre à ses statuts la notion de secours exceptionnels en cas d’accident, de soins coûteux ou de catastrophe naturelle.

La MNT se dote d’un département prévention.

02

DR MNT

DR MNT

2010 03

protection sociale de leurs agents en santé et prévoyance. Après la parution du décret sur la participation employeur en 2011, la MNT va plus loin en demandant la généralisation de la couverture prévoyance pour tous les agents.

Pratiquer une solidarité concrète Si au milieu des années 70, la MNT doit s’adapter à l’évolution des dépenses de santé qui croissent plus vite que le PNB, elle ne perd jamais de vue son objectif premier : garantir à chaque agent territorial, même démuni, l’accès aux soins. Son histoire est ainsi jalonnée d’actions dédiées à l’entraide et la solidarité. Dès 1977, elle intègre à ses statuts la notion de secours exceptionnels

en cas d’accident, de soins coûteux ou de catastrophe naturelle. Pour les bas revenus, elle met en place des minorations de cotisations cumulables avec les aides à l’acquisition d’une complémentaire santé versées par l’Assurance maladie. En 2010, elle se dote d’un fonds d’action sociale de 6,2 millions d’euros. Bien sûr, quand la couverture maladie universelle (CMU) est créée, c’est tout naturellement qu’elle accepte de gérer sa part complémentaire.

Protéger les agents au travail La MNT s’est donné pour mission de représenter et défendre les intérêts des agents territoriaux sur tous les fronts. En novembre 2009, les trois fonctions publiques – d’État, territoriale et hospi-

INFORMER, ORIENTER, CONSEILLER Impossible de garantir les intérêts des adhérents si ceux-ci ne connaissent pas leurs droits. La MNT s’est donc toujours souciée de dispenser conseils et informations, par l’intermédiaire du réseau de proximité que constituent ses sections départementales. Mais également en se dotant d’outils dédiés comme Ligne claire ; cette plateforme téléphonique spécialisée dans le champ médical et social, renseigne, conseille, oriente près de 3 millions de personnes protégées et analyse près de 200 000 devis par an. Pour aider ses adhérents à faire face à la complexité du système de santé, la MNT a aussi recensé l’ensemble des aides existantes sur son site www.masante-monbudget.fr. Dépistages gratuits, coordonnées des centres mutualistes, conseils de prévention, les adhérents y trouvent une mine d’informations pour maîtriser leur budget santé. La MNT est aussi accessible sur les réseaux mobiles : « 1,2,3, TMS » fut la première application sur smartphone consacrée à la prévention des troubles musculo-squelettiques. Elle a également ouvert sa page Facebook où les agents connectés, les Territonautes, bénéficient de conseils en prévention et peuvent suivre les actions de la mutuelle.

JUIN 2014

talière – signent un accord sur la santé au travail qui rappelle aux employeurs leurs obligations. Mais certaines collectivités locales sont dépourvues des moyens nécessaires à leur mise en œuvre et la MNT décide de leur proposer ses services. Elle se dote alors en 2010 d’un département prévention qui fournit à ces collectivités des expertises et élabore avec elles des plans d’action. Dans la foulée, elle créé avec l’Ifop le baromètre annuel de la protection sociale des agents territoriaux, fonde le « Prix Santé au Travail » de la Fonction publique territoriale et multiplie colloques et conférences dans toute la France. Plus récemment, elle innove encore en instituant, avec les centres de gestion, les « mécénats de compétences » – forme de partenariat qui vise à mettre à disposition des collectivités des solutions en matière de santé au travail et d’accompagnement social… Tout cela afin de créer un cercle vertueux où les acteurs de terrain travaillent main dans la main au développement de la prévention, de l’assistance sociale et de la santé au travail, pour le plus grand bénéfice des agents territoriaux. Entre la mutuelle des années 60, où quelques passionnés établissaient à la main les versements de santé dus à leurs adhérents, et l’acteur essentiel aujourd’hui impliqué dans le débat public, bien du chemin a été parcouru. Mais du premier au dernier jour de son demi-siècle d’existence, la MNT est restée fidèle à sa vocation : assurer dans un esprit d’entraide et de solidarité une protection des agents territoriaux à la fois solide et durable.

n° 98 | Territoire mutuel – 5


JOUR APRÈS JOUR / ZIGZAG

Informer autour de la surdité Pourquoi mon enfant est-il sourd? Ai-je besoin d’un appareil auditif ? Comment communiquer si je perds l’ouïe ? Pour répondre à toutes ces questions, un nouveau site internet aide à mieux comprendre la surdité et la perte d’audition. Il s’adresse à la fois aux parents qui apprennent que leur enfant est sourd ou malentendant et aux personnes victimes de perte d’audition. Un moteur de recherche permet également de trouver une structure de conseils près de chez soi. Rendez-vous sur : www.surdi.info ou contactez le 0812 040 040 (prix d’un appel local).

119

un numéro d’urgence pour l’enfance en danger

119 est le numéro national dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l’être. Il est gratuit depuis tous les téléphones : fixe, mobile ou cabine. 50 écoutants professionnels de l’enfance se relaient 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour recevoir les appels. Tout le monde peut les contacter : les enfants et les adolescents confrontés à une situation de risque pour eux-mêmes ou un autre enfant, et les adultes préoccupés par un enfant en danger. Ils sont alors informés puis orientés vers les services compétents. Pour en savoir plus : www.allo119.gouv.fr

2

FOIS MOINS d’opérations de l’appendicite en 15 ans C’est le constat fait par la Drees(1) dans son dernier rapport. En 2012, seules 83400 appendicectomies ont été réalisées en France, alors qu’en 1997 on en dénombrait 162 000. Cette diminution s’explique par l’utilisation plus fréquente de l’imagerie médicale (échographie, scanner) qui permet de sélectionner les patients ayant vraiment besoin d’être opérés. Pendant longtemps, l’appendicectomie était l’intervention chirurgicale la plus fréquente en France. (1) Direction des statistiques du ministère de la Santé.

Usagers de la

santé

votre santé vos droits

Un guide pour votre santé Pour que chacun connaisse ses droits en matière de santé, le m ministère des Affaires sociales et de la Santé et le Défenseur d droits publient un guide destiné aux usagers. 26 fiches des p pratiques autour de cinq thématiques abordent les principales q questions posées par les assurés : Suis-je libre de choisir m médecin? Comment mes soins sont-ils remboursés? mon Q Qu’est-ce que le secret médical? Est-il normal d’avoir mal? A Auprès de qui faire une réclamation en cas de problème? Les r réponses sont régulièrement actualisées sur l’espace «Droit d usagers de la santé» sur www.sante.gouv.fr des P Pour télécharger le guide : www.sante.gouv.fr/usagersv votre-sante-vos-droits.html

6 – Territoire mutuel | n° 98

Médicaments : bientôt la fin des vignettes Dès le 1er juillet prochain, les vignettes des boîtes de médicaments seront remplacées par un code-barres européen, lisible par lecteur optique. La mention « R », pour les médicaments remboursables ou « R barré » pour les médicaments non remboursables par la Sécurité sociale (SS) indiquera désormais à quelle catégorie appartient le produit, sans en préciser le prix ou le taux de remboursement. Pas d’inquiétude concernant les remboursements complémentaires pris en charge par votre mutuelle. Aucun changement : les remboursements des médicaments pris en charge à 65 % par la SS (correspondant aux « vignettes blanches » actuelles) seront complétés par la mutuelle à hauteur de 35 %, ceux à 30 % (actuellement «vignettes bleues») complétés à 70 %. Enfin ceux à 15 % («vignettes orange ») ne seront toujours pas complétés comme aujourd’hui, en raison d’un service médical rendu jugé insuffisant. Le prix de la boîte de médicaments, le niveau de remboursement SS et mutuelle et l’éventuel reste à charge de l’usager apparaîtront sur une facture «ticket vitale» délivrée par le pharmacien.


JOUR APRÈS JOUR / VIE PRATIQUE

Chiffres clés 7 000 médecins du travail exercent en France. En Ile-de-France, un médecin du travail suit 1 800 à 2 000 salariés ou agents. 300 médecins du travail partent chaque année en retraite. 120 nouveaux médecins du travail sont formés par an.

Le médecin du travail prévient aussi des risques professionnels.

Médecin du travail : protéger la santé des agents territoriaux La principale fonction du médecin du travail, qu’il exerce au sein de la Fonction publique territoriale ou dans une entreprise privée, est de conseiller l’employeur et les salariés afin de préserver la santé au travail des salariés, et ce même s’il est nommé médecin de prévention en Fonction publique.

Pour en savoir plus : www.travaillermieux.gouv.fr/ Le-Medecin-duTravail,409.html

JUIN 2014

D

Dans une collectivité, le médecin de prévention reçoit quotidiennement des agents territoriaux pour des visites réglementaires : visite d’embauche, visite de reprise ou visite périodique et surveillance médicale rapprochée(1). Il réalise un examen clinique du patient, protégé par le secret médical. Il interroge et examine l’agent lors de la consultation en privilégiant l’écoute et la bonne compréhension de son état de santé (physique, émotionnel, psychologique). À l’occasion de la visite, il recueille également des informations sur son ou ses exposition(s) aux risques professionnels, et les notifie dans son dossier médical. « Le médecin du travail veille tout particulièrement à détecter une pathologie qui serait liée aux conditions de travail », explique Florence Carruel, médecin du travail à la mairie de Noisy-le-Grand et secrétaire nationale

de l’Association nationale de médecine professionnelle des personnels territoriaux (ANMPPT). Grâce à sa connaissance des postes de travail, il facilite aussi la reprise du travail des agents territoriaux après un arrêt, en s’assurant de la bonne adaptation du poste aux conditions de santé de l’agent. À tout moment, l’agent peut demander à consulter son médecin de prévention. « Dans mon service, une véritable relation de confiance s’est instaurée entre le médecin et les agents, c’est ce qui rend mon métier passionnant. »

Prévenir les risques professionnels Le médecin de prévention est aussi un acteur de la prévention des risques au sein de la collectivité. De plus en plus souvent, animateur d’une équipe pluridisciplinaire de professionnels de santé et d’experts techniques, il veille au maintien de

la qualité de vie au travail. Par exemple, il peut demander la mesure du bruit ou d’un risque chimique, solliciter un ergonome ou un psychologue du travail pour établir un diagnostic. Il transmettra alors à l’employeur un rapport préconisant des mesures d’amélioration des conditions de travail. (1) Ces visites sont obligatoires. Merci également au Dr Pierre Guinel, directeur du service médical de l’Association des centres médicaux et sociaux (ACMS).

APTE OU PAS ? Lors de son embauche, le fonctionnaire doit se soumettre à deux visites médicales distinctes. Une première visite, effectuée par un médecin généraliste agréé, détermine son aptitude physique à travailler dans la Fonction publique. La deuxième, effectuée par le médecin de prévention, apprécie la compatibilité du poste avec son état de santé.

n° 98 | Territoire mutuel – 7


JOUR APRÈS JOUR / TERRITORIAUX CCAS DE BOURGES (18)

Regards croisés Professionnelles de l’enfance Véronique Roger et Émilie Leite travaillent toutes les deux pour la petite enfance au Centre communal d’action sociale (CCAS) de Bourges. L’une est directrice de crèche depuis 30 ans, l’autre est éducatrice de jeunes enfants depuis une dizaine d’années. Deux regards sur une profession en constante mutation.

C

haque jour, la crèche du CCAS de Bourges accueille une trentaine d’enfants âgés de dix semaines à cinq ans, inscrits en contrat crèche ou accueillis de manière ponctuelle. Directrice de cette structure depuis 1988, Véronique Roger encadre une équipe de 9 salariés. Ses missions sont variées : gestion de l’accueil et des places disponibles, suivi des ressources matérielles, humaines et financières, encadrement du personnel, animation de réunions… « Je dois également m’assurer

8 – Territoire mutuel | n° 98

de la bonne application des normes de sécurité en cuisine, sensibiliser le personnel à la prévention des risques sur la santé et notamment les troubles musculo-squelettiques liés à leur posture souvent pliée et penchée, travailler en partenariat avec le médecin de la crèche et veiller au repérage des signes de mal-être chez un enfant », ajoute t-elle. « En effet, nous accompagnons les agents sur la prévention des risques car la pénibilité est accentuée par le vieillissement du personnel, plus d’un tiers d’entre eux

ont plus de 50 ans », précise Véronique Millet, directrice du CCAS de Bourges. Émilie Leite occupe quant à elle le poste d’adjointe de direction. « Je participe à la gestion administrative de la crèche et je gère l’encadrement des stagiaires. J’ai également un rôle pédagogique et éducatif très important auprès des enfants. Je dois m’assurer de leur sécurité, de leur bien-être et favoriser leur développement psychomoteur et affectif. J’accompagne également les parents qui se posent parfois des questions concernant

le sommeil ou le développement de leur enfant », explique-t-elle.

De la garde à l’éveil Depuis son arrivée dans les années 80, Véronique Roger a vu son travail bien évoluer. « Il y a une trentaine d’années, la crèche était un simple mode de garde et nous faisions bien sûr de notre mieux pour la santé, le confort et le développement des enfants. À présent, nous sommes devenues de vraies professionnelles de la petite enfance et nous sommes formées et informées en consé-


À l’occasion des 50 ans de votre mutuelle, Territoire mutuel met en lumière l’évolution de quatre métiers emblématiques de la fonction publique territoriale. En croisant le regard de deux agents, un senior et un junior. Voici le second métier de la série.

www Retrouvez les portraits de Véronique et d’Émilie et les autres portraits de territoriaux sur Internet. Voir page 22.

quence. » Un exemple : le CCAS de Bourges a mis en place récemment le programme « Parler bambin », qui vise à favoriser les échanges avec les enfants dès leur plus jeune âge. Ces méthodes sont très structurantes dans le rôle au quotidien des agents concernés. Autre illustration des évolutions sensibles : dans les années 80, les parents n’avaient pas leur place dans les crèches. « Aujourd’hui, nous les accompagnons et les convions à des réunions et de nombreuses décisions sont ainsi partagées entre tous », poursuit Émilie Leite. Enfin, avec la mise en place de nouvelles normes et règlementations en matière d’hygiène, l’environnement professionnel a également changé. « Nous sommes très vigilantes pour que la cuisine, les sanitaires et les lits soient parfaitement désinfectés, et nous portons des surchaussures… Les règles sont très strictes et nous veillons à les respecter scrupuleusement », souligne Véronique Roger.

contentions d’asseoir un bébé sur un tapis. Désormais, nous veillons à le positionner d’abord sur le ventre ou sur le dos, car les formations nous ont amenées à nous assurer que le bébé traverse correctement toutes les phases d’un bon développement psychomoteur », ajoute-t-elle. Enfin, les conditions d’admission des enfants ont également modifié le quotidien de ces professionnelles de la petite enfance. « Nous avions l’habitude d’accueillir 30 enfants sur cinq jours. Désormais, c’est à géométrie variable. Nous pouvons accueillir un enfant sur une demi-journée, deux jours ou plus en fonction des besoins des parents. Même si nous nous sommes adaptées à cette flexibilité nécessaire pour les parents, cela rend plus complexe la gestion de la structure… mais c’est tout aussi passionnant », conclut Véronique Roger. Merci à Véronique Millet, directrice du CCAS de Bourges pour la réalisation de ce reportage.

Une plus grande adaptation Véronique Roger observe une évolution de son métier. « Tous nos gestes sont devenus “professionnels”, et en quelque sorte plus techniques. Quand j’ai commencé à travailler, nous nous

JUIN 2014

POUR EN SAVOIR PLUS www.ville-bourges.fr rubrique « Vie de la ville »

Un esprit d’interdisciplinarité Pouvez-vous revenir sur la naissance des CCAS ? Les bureaux de la mendicité ont été créés en 1796 et ont évolué au fil du temps en bureaux de bienfaisance, bureaux d’assistance, bureaux d’aide sociale. En 1986, un décret institue les CCAS comme outil d’intervention sociale de la commune, disposant d’une autonomie relative, administrés à la fois par des élus municipaux et des représentants du secteur associatif. Quelles sont les grandes mutations qu’ont connues ces services ? De tout temps, les communes se sont souciées des plus fragiles et des plus pauvres. Dans la majorité des CCAS, les services s’organisent autour d’une constellation d’aides (logement, santé, aide alimentaire, soutien aux personnes âgées…) avec un objectif : accompagner les personnes en situation de besoin par des solutions adaptées à chacun. On observe, au fil du temps, une évolution des métiers existants et l’apparition de nouveaux métiers. Le rôle des travailleurs sociaux a évolué : jusqu’ici centré sur l’aide à la personne, il prend désormais en compte les personnes dans leur environnement, dans le cadre d’approche plus collective, afin d’accompagner ces personnes dans l’élaboration de leurs propres solutions. La palette des métiers au sein des équipes s’élargit à de nouveaux profils : médiateurs, agents de développement social, animateurs, chacun œuvrant dans un esprit d’interdisciplinarité. Le CIAS est-il un dispositif d’avenir ? Le CIAS (Centre intercommunal d’action sociale) est un outil permettant aux intercommunalités d’exercer, en direct, la compétence sociale. Si le CCAS est obligatoire, toutes les petites communes n’en sont pas dotées. Le CIAS permet de créer des synergies en matière d’action sociale sur un bassin de vie plus vaste.

Pascale Vincent Chargée de mission au CCAS de Besançon (25)

LES DIFFÉRENTS MÉTIERS DES CCAS De l’infirmière au travailleur social en passant par l’ergothérapeute, le psychologue et l’éducatrice de jeunes enfants, les métiers du CCAS sont riches et multiples. Ses domaines d’intervention incluent la petite enfance, le développement social ainsi que de nombreux services à la personne (conseiller conjugal, auxiliaire de puériculture, conseiller d’action sociale…). En fonction des CCAS, tous les métiers ne sont pas représentés mais ils s’orientent tous dans trois directions : l’aide sociale, l’action sociale et l’animation des activités sociales de la commune. Le CCAS de Bourges compte 202 agents.

n° 98 | Territoire mutuel – 9


JOUR APRÈS JOUR / ON EN PARLE

L’engagement associatif : tous concernés ! Labellisé Grande Cause nationale 2014 par le gouvernement, l’engagement associatif est sous les feux des projecteurs. C’est l’occasion de se pencher sur les 13 millions de Français bénévoles associatifs et sur ce qui les anime.

A

près la lutte contre l’illettrisme en 2013, c’est l’engagement associatif qui a été choisi comme Grande Cause nationale pour 2014. Ce label va permettre aux associations d’obtenir des diffusions gratuites d’appel au don sur les radios et télévisions publiques. Il sensibilise aussi les Français à l’importance de l’engagement au service d’autres que soi.

10 – Territoire mutuel | n° 98

Pas de « crise du bénévolat » L’ampleur et la vitalité du mouvement associatif sont une spécificité française, héritage de la fameuse loi de 1901. Et n’en déplaise à ceux qui déplorent un prétendu repli sur soi en France, le bénévolat associatif a augmenté de 12 % dans notre pays entre 2010 et 2013 et concerne 24,5 % des Français

(contre 23 % en 2010). Ce taux d’engagement est d’ailleurs particulièrement élevé au sein de la Fonction publique : 62 % des fonctionnaires ont déjà œuvré gratuitement dans une association, contre 52 % des salariés du secteur privé. Enfin, contrairement à une autre idée reçue, les seniors n’ont pas, loin de là, le monopole de l’engagement bénévole. C’est même dans la classe

d’âge des 15-35 ans que l’engagement associatif progresse le plus fortement, de +32 % entre 2010 et 2013. Spontanément généreux et solidaires, les jeunes trouvent donc dans le tissu associatif un moyen d’assouvir leur soif d’action.

Bénévole par plaisir Ces dernières années, le bénévolat a changé de nature.


POUR EN SAVOIR PLUS www.francebenevolat.org pour être mis en contact avec des associations recherchant des bénévoles. www.associations.gouv.fr sur les différentes filières de bénévolat possibles et les dispositifs existants de soutien aux bénévoles.

AMÉNAGER SON TEMPS DE TRAVAIL POUR UNE ACTIVITÉ BÉNÉVOLE Le manque de temps représente le premier obstacle au choix de devenir bénévole. Or il existe cinq dispositifs permettant d’aménager son temps de travail en dégageant du temps pour une activité bénévole. Mais ces dispositions sont très mal connues et sous-utilisées. Pour en savoir plus sur le congé individuel de formation, sur le congé de formation économique et sociale, ainsi que sur les trois dispositifs spécifiques à la vie associative – le congé de formation de cadres et d’animateurs pour la jeunesse, le congé de solidarité internationale, le congé de représentation – consultez le très complet guide du bénévolat, disponible sur www.associations.gouv.fr

Le nombre de personnes mobilisées pour des actions ponctuelles – quelques jours dans l’année ou quelques heures par mois – progresse fortement. Mais aux côtés d’un noyau dur de personnes très engagées portant des projets lourds et complexes, la présence de bénévoles fidélisés dans la durée se fait plus aléatoire et plus limitée. France Bénévolat, dont le rôle consiste à orienter les candidats bénévoles, note qu’en l’espace d’une génération la nature du bénévolat a changé. Le devoir, teinté d’altruisme, s’efface désormais devant le désir de réalisation de soi. Plaisir de rencontrer, de partager une cause, un projet ou une passion avec

JUIN 2014

d’autres, d’être valorisé, d’acquérir de la confiance en soi. On est bénévole, désormais, avant tout parce qu’on y prend du plaisir. Dans une société plus individualiste, le bénévolat permet aussi d’être reconnu pour ce que l’on est et ce que l’on sait faire, voire d’acquérir de nouvelles compétences. L’image peu valorisante des « bonnes œuvres » et de la « dame patronnesse » n’est plus d’actualité. Sélection des candidats au bénévolat, pratiques de formation, de soutien, de suivi du bénévole dans l’exercice de son activité, définition des profils de postes et de conditions de durée et de régularité de l’engagement : le rôle du bénévole tend à se

spécialiser et à se professionnaliser. Sources : France Bénévolat - « La situation du bénévolat en France en 2013 » et étude Ifop pour le ministère des Sports, de la Jeunesse et de la Vie associative - « Les actifs et les dispositifs d’aménagement de temps de travail facilitant la pratique du bénévolat » - 30 janvier 2014.

DANS LES MUTUELLES AUSSI ! Les mutuelles sont également animées par des réseaux de bénévoles qui sont élus démocratiquement par les adhérents. Ces élus participent à toutes les instances de réflexion et de concertation qui participent à l’avenir de leur mutuelle. Pour défendre votre protection sociale renseignez-vous auprès de votre mutuelle (voir p. 19).

Judith Mollard-Palacios Experte psychologue pour l’Association France Alzheimer et maladies apparentées.

Des bénévoles toujours aussi nombreux Nous proposons un bénévolat plus centré sur des actions d’accompagnement dans la durée. Que savez-vous des bénévoles des 94 associations France Alzheimer ? Elles sont animées sur le terrain par plus de 3 000 bénévoles, dont une large majorité sont d’anciens aidants familiaux ou d’anciens professionnels du soin gériatrique, désireux de partager leur expérience, voire leur expertise. Travailler au contact des malades Alzheimer et de leur entourage est un bénévolat exigeant, qui requiert de la disponibilité. Aussi nos bénévoles sont-ils très majoritairement retraités. Notez-vous une évolution dans la mobilisation bénévole ? Les bénévoles sont toujours aussi nombreux dans nos associations, mais il est de plus en plus difficile de les recruter dans la durée. Cela nous oblige à nous adapter, en proposant un bénévolat plus centré sur des actions ponctuelles. Mais du fait de la complexité de notre objet, la formation des bénévoles – sur la maladie, sur la relation à la personne malade et à sa famille – reste une constante et un investissement fort.

n° 98 | Territoire mutuel – 11


SANTÉ / SOCIÉTÉ

Michèle Declerck Psychanalyste et sophrologue.

Un enfant surprotégé Pourquoi est-on hypocondriaque ? L’hypocondriaque a un tempérament très anxieux, mais il n’est soucieux que de lui-même. Souvent, il a été un enfant surprotégé, avec une « mère cache-nez » qui a fait le plus grand cas de ses moindres bobos. Devenu adulte, il reprend cette attitude anxieuse à son compte. Quelle est la bonne attitude à adopter lorsqu’on côtoie un hypocondriaque ? La juste attitude est sur la brèche : ni trop dans le déni (ce qui renforce l’anxiété de l’hypocondriaque), ni trop dans l’écoute (ce qui le justifie dans ses peurs). Ce qu’il faut avoir en tête, c’est que l’hypocondriaque est malade psychiquement. La solution, pour l’entourage, est d’amener la personne à consulter, non un médecin – il en consulte déjà plus qu’assez ! – mais un thérapeute à médiation corporelle comme un sophrologue, qui l’aidera à comprendre les mécanismes de son angoisse et à faire de son corps non une menace, mais un allié. L’hypocondrie se soigne donc ? Bien sûr ! Le problème n’est pas là, mais plutôt dans le fait que l’hypocondriaque et son « ange gardien » – souvent son conjoint – n’ont parfois pas envie de sortir de la spirale, qui leur donne un statut, une fonction, une raison d’être…

12 – Territoire mutuel | n° 98

Tous un peu hypocondriaques ?


SAVEZ-VOUS QUE… Du malade imaginaire de Molière au « supercondriaque » de Dany Boon en passant par les angoisses du cinéaste et comédien Woody Allen, la figure de l’hypocondriaque est de celles qui font rire. Et pourtant l’hypocondriaque est bel et bien malade. Mais de son anxiété.

C

omment ne pas tous devenir un peu hypocondriaques avec la somme d’informations anxiogènes dont nous abreuvent Internet et les médias ? Si le Web n’a pas inventé la peur de la maladie, il l’amplifie. Qu’une douleur anodine se manifeste et l’on trouvera toujours sur la Toile de quoi alimenter les plus vives inquiétudes.

Une spirale infernale 13 % des Français ont régulièrement peur d’être atteints d’une maladie grave même en l’absence de tout symptôme. C’est ce que révèle une enquête menée par l’Ifop en juillet 2013 auprès de 1 000 Français. Dans 64 % des cas, l’information glanée en ligne exacerbe cette crainte et c’est la spirale de l’hypocondrie qui s’enclenche : une attention excessive portée aux sensations corporelles, une crainte démesurée, une frénésie d’investigation, une information interprétée dramatique-

ment, qui redouble l’anxiété et aggrave les symptômes…

Consultations et examens injustifiés Les hypocondriaques, plutôt masculins, sont, de fait, de grands consommateurs de consultations spécialisées et d’examens médicaux en tous genres, dans le but – non avoué – de confirmer leur propre diagnostic. Bien entendu, ces explorations multiples ne révèlent le plus souvent aucun problème de santé réel. Aux dires de Michèle Declerck, psychanalyste et auteur d’un livre sur le sujet, « La majorité des patients des cardiologues, gastro-entérologues et des neurologues sont des patients “fonctionnels”, c’est-à-dire ne présentant aucune pathologie. » Une étude TNS-Sofres réalisée pour la Fédération hospitalière de France confirme la tendance : les médecins généralistes estiment que 32 % des actes médicaux qu’ils réalisent ou prescrivent à la demande de leurs patients sont injustifiés.

POUR EN SAVOIR PLUS Le Malade malgré lui, Michèle Declerck, éditions Eyrolles (2004). Hypocondriaques, je vous ai compris – Manuel à l’usage de ceux qui se croient foutus, de Michel Cymes, éditions Jacob-Duvernet (2009). Et pour en rire : Confession d’un hypocondriaque, de Christophe Ruaults, éditions Michalon.

JUIN 2014

32 % des Français ont peur d’être atteints d’une maladie grave en cas de signes inquiétants. 13 % le sont même en l’absence de symptômes. Les informations sont recherchées :

74 %, - sur les blogs et forums à 58 %, - dans les livres et revues à 47 %. Dans 64 % des cas, l’information récoltée nourrit - sur les sites web d’information à

l’inquiétude.

SERIEZ-VOUS HYPOCONDRIAQUE ? > Vous ne dormez pas de la nuit à cause de ces fourmillements dans vos doigts… > Vous vous levez le matin épuisé, persuadé que vous couvez un infarctus et vous commencez d’ailleurs à ressentir une douleur suspecte dans le bras gauche… > Vous passez des heures sur Internet et y trouvez ce que vous cherchez. > Vous confirmez le diagnostic à votre conjoint : vous n’en avez plus pour longtemps. > Vous prenez immédiatement rendez-vous avec votre médecin traitant. > Malgré le diagnostic rassurant de ce dernier, vous prenez rendez-vous avec un cardiologue. > Vous exigez de lui un bilan cardiaque complet, qui n’indique rien. > Convaincu de l’incompétence notoire de certains médecins, vous prenez rendez-vous avec un autre spécialiste…

Méditation et relaxation Le quotidien de l’hypocondriaque est éprouvant. Toujours en état de malaise, ce malade en puissance est constamment préoccupé de s’auto-ausculter et de se ménager. Entre inquiétude et exaspération, son entourage en fait souvent les frais. Enrayer la spirale infernale de l’hypocondrie est toutefois une chose possible. La sophrologie

mais aussi le yoga, la méditation en pleine conscience ou la relaxation sont des techniques psychocorporelles à l’efficacité démontrée pour calmer le jeu des émotions et réconcilier le malade imaginaire avec son corps et ses sensations. Mais sans doute faut-il aussi envisager un sevrage d’Internet…

n° 98 | Territoire mutuel – 13


SANTÉ NTÉ / PRÉVENTIO PRÉVENTION CHIFFRES CLÉS Le cerveau pèse

Il consomme

1,5 kg,

20 à 25 %

soit 2 % du poids total du corps.

de l’oxygène.

Sources : www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dico/d/biologie-cerveau-3125/ www.larousse.fr/encyclopedie/divers/cerveau/32379

Prenons soin de notre cerveau ! L’entretien de notre cerveau est important pour notre santé. À l’approche de l’été, voici quelques méthodes pour vous aider à garder une bonne vitalité cérébrale !

L

a pratique d’une activité physique régulière est nécessaire pour rester en bonne santé mais saviez-vous que l’entretien de notre cerveau est tout aussi important pour notre vitalité ? Avec l’âge, la fatigue et le stress, trous de mémoire, oublis et étourderies peuvent devenir fréquents et nous donnent l’impression que nos facultés intellectuelles diminuent.

Jeu N° 1 Observez puis essayez de mémoriser ces mots avant de vous rendre page 23.

14 – Territoire mutuel | n° 98

Le cerveau est (presque) un muscle comme un autre Dans la plupart des cas, une perte de mémoire est la simple conséquence d’une sous-utilisation de nos capacités cérébrales. En effet, les activités routinières et les stimulations journalières habituelles mobilisent toujours les mêmes aires du cerveau. Résultat : les autres finissent par s’endormir. Mais pas de panique ! Les solutions existent. Entretenir son cerveau n’est pas une activité réservée aux intellectuels ! Apprendre à danser, chanter, jouer d’un instrument de musique, apprendre des enchaînements sportifs ou une langue étrangère… autant d’activités ludiques qui mobilisent des populations de neurones « inhabituelles » et créent de nouvelles connexions. Mise au point par Monique Le Poncin, la Gym Cerveau (1) est une méthode qui permet d’apprendre de nouvelles façons de percevoir, de mémoriser et d’organiser sa pensée transposable en exercices simples au quotidien (s’amuser à compter

rapidement toutes les voitures rouges qui passent ou les hommes portant des chaussures noires, mémoriser des numéros de téléphone…).

Des solutions ludiques et accessibles à tous L’aérobic cérébrale est une autre méthode qui permet, grâce à des astuces de perception et des associations, de favoriser la mémorisation. Enfin, le Mind Mapping est une technique créée par Tony Buzan ayant pour objectif de renforcer la créativité. Alors profitez de toutes les occasions possibles pour faire travailler votre mémoire et renforcer vos capacités de réflexion ! D’ailleurs, nous vous invitons à jouer dans ce numéro été de votre magazine… Sachez que le bon entretien du cerveau passe également par l’alimentation et l’hygiène de vie. Veillez à consommer chaque jour suffisamment de fruits et de légumes, de protéines et de sucres lents. Évitez le tabac, l’alcool et modérez votre

Jeu N° 2 Observez cette photo pendant 1 minute puis reportez-vous en page 23 pour répondre aux questions.

consommation de café. Et pour bien oxygéner votre cerveau, n’oubliez pas de pratiquer une activité sportive ! (1) « Gym Cerveau » pour développer vos capacités intellectuelles, (le Livre de Poche, 1989) et « Gym Intelligence » (éditions du Rocher, 2002).


Il comprend

300

milliards de cellules.

100

milliards de neurones, reliés par une centaine de milliers de synapses circulent dans le cerveau.

Monique Le Poncin Docteur d’Etat ès sciences, créatrice de la « Gym Cerveau » et présidente de l’association Myosotis, association de lutte contre le handicap cérébral.

Nous créons des nouvelles connexions neuronales tout au long de notre vie Pourquoi est-ce si important de prendre soin de notre cerveau ? Comme tous les autres organes, le cerveau vieillit avec le temps. Dès l’âge de 20 ans, nous perdons des neurones. Pourtant, nous pouvons tout au long de notre vie créer de nouvelles connexions neuronales, et même des neurones nouveau-nés, en continuant d’apprendre des choses nouvelles, en faisant travailler notre mémoire, en bâtissant des projets… en restant actif. Les deux grands ennemis du cerveau, ce sont l’inaction et la routine ! Entretenir notre cerveau protège-t-il d’une maladie cérébrale ? Non. Ce serait trop simple ! En revanche, nous avons pu constater qu’en cas de maladie cérébrale, le fait d’avoir pris l’habitude d’activer le cerveau de façon diversifiée permettra, par exemple, à une personne atteinte par la maladie d’Alzheimer (stade précoce) de rester autonome bien plus longtemps. Quels conseils donneriez-vous à nos lecteurs ? Avec le GPS, les téléphones portables, Internet… nous sommes devenus des assistés en permanence et notre mémoire est de moins en moins sollicitée. Nous devons donc être vigilants quant à l’usage que nous faisons des nouvelles technologies. Car si nous n’y prenons pas garde, notre cerveau risque de devenir un automate paresseux !

Jeu N° 3 Vous venez de lire l’article entièrement ; pour savoir ce que vous avez retenu, rendez-vous en page 23.

POUR EN SAVOIR PLUS : Association Myosotis www.gym-cerveau.com www.mindmapping. com/fr/theorie-du-mindmapping.php

JUIN 2014

n° 98 | Territoire mutuel – 15


SANTÉ / PRÉVENTION

Soleil et médicaments, attention danger ! Vous partez bientôt en vacances ? Si vous suivez un traitement, attention aux produits que vous emportez. Certains médicaments peuvent provoquer des intolérances solaires et des réactions cutanées. Parlez-en à votre médecin…

Qu’est-ce que la photosensibilisation ? Certaines molécules ou composants des médicaments augmentent la sensibilité aux rayons ultraviolets (UV) émis par le soleil. Une fois absorbé, un médicament se répartit dans la circulation sanguine et il est exposé aux UV à travers la peau. Une réaction chimique peut alors se produire et provoquer des réactions cutanées modérées ou sévères.

photoallergie. La première se manifeste par des rougeurs de la peau et l’apparition de petits boutons. Semblable à un coup de soleil, elle apparaît sur les zones exposées aux UV et elle est variable en fonction du dosage médicamenteux. La deuxième réaction, allergique, survient plus tard, en général 48 heures après l’exposition solaire, et s’accompagne souvent de démangeaisons. Même les zones du corps protégées peuvent être concernées.

Comment se manifestent ces réactions ?

Quelles précautions devez-vous prendre ?

Il existe deux types de réactions : la phototoxicité et la

Avant de partir en vacances, interrogez votre médecin

16 – Territoire mutuel | n° 98

ou votre pharmacien sur les risques de photosensibilisation de votre traitement. Si le traitement ne peut pas être suspendu momentanément ou ses doses réduites, vous devrez

absolument éviter de vous exposer au soleil et porter des vêtements couvrants et un chapeau. L’exposition du décolleté ou des mains suffit au déclenchement de la réaction. ■

LES FAMILLES DE MÉDICAMENTS PHOTOSENSIBILISANTS - Antibiotiques de la classe des quinolones et des cyclines - Traitements du rythme cardiaque à base d’amiodarone - Diurétiques contenant des sulfamides - Antidépresseurs et neuroleptiques - Anti-cholestérol et hypoglycémiants - Anti-inflammatoires contenant du kétoprofène




LA MNT ET VOUS / GUIDE POUR EN SAVOIR PLUS Contactez la plateforme santé-social Ligne claire au 09 74 75 30 30 (prix d’un appel local). Du lundi au vendredi de 8h à 20h et le samedi de 9h à 17h.

les conseils diététiques au bout du fil… De plus en plus d’enfants, d’adolescents et d’adultes sont en surpoids. Afin de prévenir les mauvaises habitudes alimentaires, il est utile de se tourner vers un diététicien. La MNT prend déjà en charge une partie des frais de consultations en libéral (1). Elle décide d’aller plus loin dans cette démarche en proposant désormais, en plus, des conseils diététiques par téléphone.

V

ous souhaitez bénéficier de conseils sur votre alimentation ou celle de votre famille ? La MNT vous propose de contacter les conseillers de la plateforme santé-social Ligne claire pour fixer un rendez-vous téléphonique avec une diététicienne. Celle-ci vous rappellera et répondra gratuitement à toutes vos questions. Elle fera avec vous un tour d’horizon des habitudes alimentaires de la famille et vous prodiguera des conseils en matière d’alimentation et d’hygiène de vie. Elle vous proposera également un suivi diététique personnalisé par téléphone, qui permettra de mesurer les progrès réalisés et d’encourager la famille à poursuivre ses efforts.

Un nouveau service pour faire évoluer les habitudes alimentaires Ce nouveau service s’ajoute à la prise en charge forfaitaire des consultations de diététiciens en exercice libéral, déjà incluse dans l’offre santé de la MNT. Dans la mesure où les diététiciens ne font pas partie des professionnels de santé conventionnés par la Sécurité sociale, les consultations de diététique ne sont pas remboursées par l’Assurance maladie, sauf quand elles interviennent dans un cadre hospitalier. La MNT a fait le choix d’intégrer cette spécialité dans la plupart de ses garanties santé, considérant que le rôle des diététiciens est important dans l’éducation nutritionnelle des personnes en surpoids. En effet, le diététicien établit des régimes alimentaires et aide les patients à faire évoluer leurs habitudes alimentaires, qui sont souvent à l’origine de surpoids ou d’obésité. Et plus tôt on réagit, mieux on prévient ces mauvaises habitudes ! ■ (1) Une prise en charge forfaitaire des consultations de diététique en exercice libéral (par opposition à l’exercice en milieu hospitalier) est incluse dans certaines garanties : forfait de 50 € par année civile en Essentielle Plus et 60 € par année civile en Évolutive.

JUIN 2014

n° 98 | Territoire mutuel – 17


LA MNT ET VOUS / À VOS CÔTÉS

www Pour télécharger l’étude complète, rendez-vous sur www.observatoiresocial-territorial.fr

NOUVELLE ÉTUDE

La mobilité, la choisir plutôt que la subir… Seuls 2 % des agents de la Fonction publique territoriale ont changé de collectivité employeur en 2012, d’après l’INSEE (1). Décryptée dans la dernière étude de l’Observatoire social territorial (OST), la mobilité prend des formes multiples et elle est plus souvent subie que choisie. Cette question incontournable devient un vrai levier de management pour les collectivités.

L

a nouvelle étude de l’OST est consacrée aux mobilités dans la Fonction publique territoriale. Il existe différentes catégories de mobilité : géographique (exemple : je déménage), fonctionnelle (exemple : j’ai eu une promotion ou j’évolue au sein de ma

collectivité, c’est pourquoi je change de poste) ou structurelle (exemple : je change de type d’employeur et j’intègre la fonction publique d’État). Choisie, elle implique une volonté de changement de la part de l’agent qui déménage ou évolue professionnellement. Les

cadres et les moins de 30 ans sont alors les plus concernés. Subie, elle résulte d’un reclassement, d’un repositionnement ou d’une réorganisation de service et est davantage perçue comme une contrainte par les non-cadres.

Les avantages de la mobilité Pour que la mobilité ne soit plus mal vécue, les auteurs de l’étude formulent des recommandations aux managers et aux élus. Selon eux, soutenir une dynamique de mobilité des agents est essentiel pour anticiper les reclassements et les fins de carrière, gérer la pyramide des âges et inciter les agents à évoluer et à se former. Pour créer ce mouvement vertueux et lever tous les freins à la mobilité, il faudrait créer une culture de la mobilité dans la Fonction publique territoriale permettant de rompre le lien encore présent entre mobilité et sanction. Partagée et encouragée par les élus, elle constituerait un véritable levier pour le management. Changer de poste, c’est pour beaucoup d’agents l’occasion de diversifier un parcours professionnel, d’améliorer ses revenus ou d’anticiper un reclassement lié à la pénibilité. Pour

18 – Territoire mutuel | n° 98

les managers, c’est un moyen d’améliorer la performance des équipes grâce à des agents motivés et travaillant aux postes qui leur conviennent le mieux. Ceci passe par l’amélioration de l’information des agents sur leurs possibilités d’évolution en évoquant systématiquement ce sujet lors des entretiens d’évaluation, mais également par l’accompagnement des mobilités contraintes. L’étude donne quelques clés pour réussir sa politique de mobilité : définir et partager des règles claires, responsabiliser les agents et impliquer les managers, la direction des ressources humaines et la direction générale dans ce projet. Les auteurs listent 24 propositions concrètes pour promouvoir la mobilité dans les collectivités territoriales ; ces propositions feront bientôt l’objet d’un guide destiné aux managers. ■ (1) INSEE Première n° 1496 (avril 2014) « L’emploi dans la fonction publique en 2012 »

MÉTHODOLOGIE Étude réalisée par 6 élèves administrateurs de la promotion Simone-de-Beauvoir de l’Inet, à partir de 59 entretiens menés de novembre 2013 à mars 2014 au sein d’une quarantaine de collectivités métropolitaines et d’outre-mer.


C’est quoi, être un militant MNT ?

Plus de 1 500 militants animent au quotidien les sections de la MNT. Par leur action bénévole, ils représentent les adhérents de la mutuelle et font progresser les idées de solidarité et de protection sociale pour tous. Voici, sous forme d’un petit glossaire, les mots clés autour du rôle de militant.

Votre mutuelle a besoin de vous Vous avez envie d’agir et de faire vivre la MNT, pourquoi ne pas devenir militant mutualiste ? S’engager à la MNT, c’est participer bénévolement au développement de votre section au service de tous les adhérents. C’est agir au sein d’une mutuelle qui connaît bien les territoriaux et se battre concrètement pour la santé et la prévoyance de vos collègues. C’est aussi l’occasion de participer au fonctionnement d’une mutuelle, d’endosser de nouvelles responsabilités et de vivre des moments de convivialité avec des militants qui partagent les mêmes valeurs que vous. Découvrez le visage des militants de la MNT sur www.mnt.fr, rubrique MNT TV.

JUIN 2014

Adhérent

Adhérer à la MNT, première mutuelle professionnelle des agents territoriaux, c’est déjà un acte militant !

Bénévole

Tous les militants MNT sont des bénévoles qui donnent de leur temps pour la protection sociale de leurs collègues. Ils n’exercent pas seulement un rôle de relais des besoins de leurs collègues, les agents territoriaux. Ils se battent pour que les couvertures restent solidaires afin de permettre l’accès du plus grand nombre d’entre eux à la protection sociale.

Démocratie

C’est l’une des pierres angulaires du mutualisme ! Tous les adhérents, par la voix des

conseillers de section qu’ils ont eux-mêmes élus et des délégués qui les représentent à l’assemblée générale de la MNT, décident ensemble de l’avenir de leur mutuelle et de l’évolution des garanties en santé et en prévoyance.

Militant

Être militant, c’est penser aux autres et être à l’écoute des adhérents ! C’est défendre les valeurs de solidarité auxquelles on tient et soutenir ses collègues territoriaux.

Participer

Les sections départementales de la MNT sont des lieux privilégiés pour échanger et débattre de la santé et de la prévoyance des agents territoriaux. Participer à la vie de la mutuelle, c’est contribuer à

améliorer ses couvertures et celles de ses collègues.

Territoriale

La MNT est administrée par des agents territoriaux. C’est parce qu’ils connaissent bien les besoins de leurs collègues qu’ils peuvent apporter les solutions les plus adaptées. ■

50E ANNIVERSAIRE DE LA MNT : LES PIONNIERS FILMÉS ! Découvrez sur www.mnt.fr (rubrique MNT TV), « Territoriaux mutualistes : mémoires et témoignages », le film choral réalisé à l’occasion du 50e anniversaire de la MNT. Les pionniers évoquent élans d’enthousiasme, coups de gueule et victoires qui ont émaillé un demi-siècle d’existence, des débuts – parfois épiques – à l’édification de notre mutuelle.

n° 98 | Territoire mutuel – 19


LA MNT ET VOUS / À VOS CÔTÉS PRÉVOYANCE

La MNT reconnue pour son expertise

L

a MNT est le premier opérateur de la Fonction publique territoriale (FPT) à obtenir la certification de ses tables d’expérience. Pour les adhérents, c’est la garantie que les tarifs sont calculés au plus juste. Le savoir-faire unique de la MNT en matière de prévoyance est désormais reconnu et certifié par des experts indépendants. Grâce à sa base de données unique en France recensant la fréquence et la durée des arrêts maladie ou invalidité de ses adhérents de la Fonction publique territoriale, la MNT a pu élaborer une analyse statistique très détaillée. Tous ces paramètres forment ainsi des « tables d’expérience » : un outil statistique essentiel pour anticiper le coût des arrêts de travail et fixer les tarifs des contrats de prévoyance souscrits par les collectivités territoriales et leurs agents. « Notre expérience nous permet de nous doter d’outils spécifiques, adaptés aux métiers de la FPT », explique Pascale Wittmer, directrice technique de la MNT. « Une table d’expérience permet d’évaluer la durée du maintien d’un agent en arrêt maladie, incapacité ou invalidité. La MNT dispose d’un recul de plus de dix ans de données statistiques, ce qui lui a permis d’élaborer ces tables, qui sont aujourd’hui certifiées pour une durée de quatre ans. » Les adhérents ont ainsi l’assurance que leur cotisation est fixée au plus juste. Tarif qui correspond à leur risque et à leur statut au sein de la FPT.

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

Pour la bonne marche de votre mairie, vos agents territoriaux vous aideront à faciliter la vie quotidienne de vos concitoyens, tout au long de votre mandat. Pour améliorer leur protection sociale et leur santé au travail, la MNT accompagne 16 000 collectivités et  protège près de 800 000 agents. Mutuelle professionnelle, elle saura vous proposer des solutions solidaires et adaptées à votre collectivité. Ensemble, prenons soin de la santé de vos agents.

www.mnt.fr

20 – Territoire mutuel | n° 98

Mutuelle Nationale Territoriale, mutuelle régie par les dispositions du livre II du Code de la mutualité immatriculée au répertoire SIRENE sous le numéro SIREN 775 678 584

Madame, Monsieur le Maire, nous avons certainement beaucoup à faire ensemble.

La MNT aux côtés des élus

L

es élections municipales de mars dernier sont l’occasion pour la MNT de sensibiliser les nouveaux maires à la protection sociale de leurs agents ainsi qu’à leur sécurité, et leur santé au travail. D’abord par une large campagne de communication : courrier envoyé aux maires ; annonce publicitaire dans la presse professionnelle « Madame, Monsieur le Maire, nous avons certainement beaucoup à faire ensemble » (voir ci-contre); parrainage digital sur le site de La Gazette des communes ; plaquette destinée aux maires (1).

Ensuite, en contribuant au plan de formation des nouveaux élus organisé par Mairie 2 000, l’organisme de formation de l’Association des maires de France (AMF). La MNT intervient dans le nouveau module de formation « Le maire employeur », sur l’action sociale et la protection sociale, aux côtés des centres de gestion et de la Caisse nationale de prévoyance (CNP). Une vingtaine d ’interventions ont déjà eu lieu en mai et juin. Preuves que la mutuelle accompagne les élus ! (1) Protection sociale des agents territoriaux : un enjeu majeur pour votre collectivité, avril 2014, MNT.


LA MNT ET VOUS / AU CŒUR DES RÉGIONS ASSEMBLÉES DE SECTIONS 2014

Participez à la vie démocratique de votre section Rendez-vous à l’assemblée de votre section pour assister à la présentation du bilan d’activité local et national de la MNT. Ain (01), Bourg-en-Bresse

17 octobre 2014

Marne (51)

18 octobre 2014

Aisne (02), Laon

23 octobre 2014

Haute-Marne (52), Bettancourt-la-Ferrée

9 octobre 2014

Allier (03), Saint-Pourcain-sur-Sioule

16 octobre 2014

Mayenne (53), Changé

25 novembre 2014

Alpes-de-Haute-Provence (04) / Hautes-Alpes (05), Gap

14 novembre 2014

Meurthe-et-Moselle (54)

23 octobre 2014

Alpes-Maritimes (06)

26 septembre ou 10 octobre 2014

Meuse (55), Verdun

18 octobre 2014

Morbihan (56), Ploemeur

28 novembre 2014

Moselle (57) / Bas-Rhin (67) / Haut-Rhin (68), Haut-Clocher

8 novembre 2014

Ardennes (08), Charleville-Mézières

18 novembre 2014

Ariège (09)

à définir

Aube (10), Rouilly-Sacey

14 novembre 2014

Aude (11), Narbonne

24 octobre 2014

Aveyron (12), Marcillac-Vallon

18 septembre 2014

Bouches-du-Rhône (13)

à définir

Calvados (14) / Manche (50), Caen

20 novembre 2014

Cantal (15), Saint-Flour

17 octobre 2014

Charente (16) / Vienne (86), Saint-Yrieix-sur-Charente

27 septembre 2014

Charente-Maritime (17), Royan

17 octobre 2014

Cher (18) / Loiret (45), Bourges

10 octobre 2014

Nièvre (58), Nevers

7 octobre 2014

Nord (59), Hellemmes

17 octobre 2014

Pas-de-Calais (62), Esquerdes

9 octobre 2014

Puy-de-Dôme (63), Aulnat

14 octobre 2014

Pyrénées-Atlantiques (64), Lons

23 octobre 2014

Hautes-Pyrénées (65)

à définir

Pyrénées-Orientales (66), Perpignan

21 novembre 2014

Rhône (69), Villeurbanne

4 novembre 2014

Sapeurs Pompiers (69)

pas d’assemblée en 2014

Corrèze (19), Malemort-sur-Corrèze

21 novembre 2014

Saône-et-Loire (71), Saint-Martin-en-Bresse

16 octobre 2014

Côte-d'Or (21), Auxonne

14 octobre 2014

Sarthe (72), Le Mans

18 novembre 2014

Côtes-d'Armor (22), Collinée

7 novembre 2014

Savoie (73) / Haute-Savoie (74), Grésy-sur-Aix

17 octobre 2014

Creuse (23), Guéret

31 octobre 2014

Paris (75), Paris 9e (siège de la MNT)

22 octobre 2014

Dordogne (24)

à définir

Seine-Maritime (76), Saint-Aubin-lès-Elbeuf

10 octobre 2014

Doubs (25) / Haute-Saône (70) / Terr. de Belfort (90), Voujeaucourt

7 novembre 2014

MNT / MPCT 77, La Rochette

15 octobre 2014

Drôme (26) / Ardèche (07), Montélimar

20 novembre 2014

Eure (27) / Orne (61), Évreux

10 octobre 2014

Eure-et-Loir (28), Mainvilliers

6 novembre 2014

Finistère (29), Châteaulin

20 novembre 2014

Gard (30) / Lozère (48), Anduze

27 septembre 2014

Haute-Garonne (31), Toulouse

3 octobre 2014

Gers (32), Auch

15 novembre 2014

Gironde (33)

4 novembre 2014

Hérault (34), Montpellier

28 novembre 2014

Ille-et-Vilaine (35), Thorigné-Fouillard

5 décembre 2014

Indre (36), Saint-Maur

2 octobre 2014

Indre-et-Loire (37), Tours

9 octobre 2014

Isère (38), Voreppe

21 octobre 2014

Jura (39), Lons-le-Saunier

25 octobre 2014

Landes (40)

à définir

Loir-et-Cher (41), Villebarou

17 octobre 2014

Loire (42) / Haute-Loire (43), Le Puy-en-Velay

10 octobre 2014 ou 17 octobre 2014

Loire-Atlantique (44), Nantes

4 novembre 2014

Lot (46), Cahors

12 septembre 2014

Lot-et-Garonne (47), Agen

14 octobre 2014

Maine-et-Loire (49), Beaucouzé

4 décembre 2014

JUIN 2014

Yvelines (78)

à définir

Deux-Sèvres (79), Vouillé

10 octobre 2014

Somme (80) / Oise (60), Montdidier

18 septembre 2014

Tarn (81), Saint-Juéry

26 septembre 2014

Tarn-et-Garonne (82), Bressols

17 octobre 2014

Var (83) / Corse (20)

3 octobre 2014

Vaucluse (84)

à définir

Vendée (85), Aizenay

21 novembre 2014

Haute-Vienne (87)

24 octobre 2014

Vosges (88), Mirecourt

21 novembre 2014

Yonne (89), Bléneau

24 octobre 2014

1re Couronne d'Île-de-France (92/93/94)

10 octobre 2014

Val-d'Oise (95)

à définir

Guadeloupe (971), Baie-Mahault

22 novembre 2014

Martinique (972), Fort-de-France

25 octobre 2014

Guyane (973)

29 novembre 2014

La Réunion (974), Saint-Paul

7 novembre 2014

Toutes les sections n’ont pas encore arrêté de date ou de lieu. Si c’est le cas dans votre département, veuillez vous adresser à votre section de rattachement : 09 72 72 02 02 (prix d’un appel local).

n° 98 | Territoire mutuel – 21


QUESTIONS / RÉPONSES Cet espace est le vôtre. La MNT répond à vos questions les plus fréquentes. Son objectif est de vous rendre un meilleur service et de vous permettre de profiter au mieux de nos garanties.

Q : J’ai contracté trop d’emprunts et je n’arrive plus à boucler mes fins de mois. Pouvez-vous m’aider? RÉPONSE Dans la situation économique actuelle, bien des ménages ont de plus en plus de difficultés à faire face à leurs dépenses courantes. Aux accidents de la vie (perte d’emploi, divorce, maladie…) s’ajoutent parfois aussi des crédits à la consommation ou des crédits renouvelables qui sont consentis avec beaucoup de facilité. Ayant de plus en plus de mal à s’en sortir, un nombre grandissant de ménages se retrouvent rapidement dans des mécanismes de

mal-endettement et de surendettement. C’est pourquoi il faut réagir vite, dès les premières difficultés. Voici quelques conseils : - Établissez votre budget : évaluez vos revenus et vos dépenses, remettez éventuellement en question des dépenses non alimentaires – c’est le meilleur moyen d’éviter ou de surmonter des problèmes financiers. - Parlez avec votre entourage et avec votre conseiller bancaire de vos difficultés.

mnt.fr ACTUALITÉS • Prix Santé au travail : les inscriptions à l’édition 2014 sont ouvertes ; téléchargez votre dossier de candidature directement sur www.mnt.fr ! • Observatoire social territorial : téléchargez gratuitement l’étude « La reconnaissance non monétaire, un nouveau territoire managérial » sur www.observatoire-social-territorial.fr

- Faites-vous aider si besoin par un service social pour gérer scrupuleusement votre budget. - Faites le point sur les différentes aides existantes (aides au logement, aides ponctuelles pour frais de santé de la mutuelle, etc.). - Avant de souscrire un crédit, prenez le temps de la réflexion, évaluez vos possibilités de remboursement, déclarez tous les crédits en cours, évitez de multiplier les crédits.

- En cas de retards de paiement, négociez des échelonnements. - En cas de crédits multiples, envisagez éventuellement un regroupement et un étalement des paiements. Pour contacter Ligne claire : 09 74 75 30 30 (prix d’un appel local) – Du lundi au vendredi de 8 h à 20 h et le samedi de 9 h à 17 h.

connectez-vous Rendez-vous sur la page Facebook de la MNT Rejoignez la communauté des territonautes sur www.facebook. com/mutuelleMNT : vous obtiendrez des informations pour votre budget santé, des conseils santé au travail, de l’actualité sur votre mutuelle et vous pourrez échanger avec vos collègues agents territoriaux. www.facebook.com/mutuelleMNT

DOSSIER • Juin, le mois des mariages ! Si vous changez de situation, pensez à le faire savoir... L’essentiel à connaître sur www.mnt.fr

VIDÉOS Véronique est directrice de crèche depuis 30 ans, Émilie est éducatrice de jeunes enfants depuis 10 ans, toutes deux travaillent pour le CCAS de Bourges. Regards croisés sur cette profession en constante mutation.

Pour accéder directement à notre site, flashez ce code.

22 – Territoire mutuel | n° 98


SPÉCIAL JEUX PRENONS SOIN DE NOTRE CERVEAU

JEU N°1 Vous avez visualisé la liste de mots page 14, alors ayez le dernier mot ! 1) Quel mot est l’anagramme de « dentaire » ? .......................................................

La Banque n Française Mutualiste accompagne ses clients fragiles Partenaire de la MNT, la BFM propose à ses clients un accompagnement gratuit en cas de difficultés financières. Depuis le mois d’avril 2014, les nouveaux souscripteurs d’un prêt BFM Perspective (regroupement de crédits) peuvent être contactés par un conseiller de l’association Crésus, qui leur proposera une

aide concrète et efficace pour gérer leur budget et les conseillera sur le rétablissement de leur situation financière. L’objectif de ce nouveau service est d’agir avant qu’il ne soit trop tard ! Renseignements au : 0821 222 500 (0,118 euro TTC/min depuis un fixe en métropole).

2) Quel est le seul mot qui comprend deux fois la lettre «a»? .......................................................

3) Quel mot, si on lui substitue le « l » et qu’on mélange ses lettres donne le mot « hélios » ? .......................................................

4) Quel est le mot le plus long ? .......................................................

5) Quel est le seul mot écrit entièrement en lettres minuscules ? ....................................................... SOLUTIONS : 1) Entraide. 2) Partage. 3) Soleil. Pour information, Soleil vient du grec ancien « Hélios ». 4) Convivialité. 5) Solidarité.

BANQUE UE FRANÇA FRANÇAISE MUTUALISTE

JEU N°3 Vous avez lu l’article sur la mémoire, qu’avez-vous retenu ? Faites travailler vos méninges !

Vous avez bien observé les détails de la photo page 15 ? Voyons voir ! 1) Combien peut-on voir de pictogrammes sur la photo ? a. 11 b. 12 c. 13 2) Le pictogramme de la maison est sur fond... a. vert b. orange c. bleu 3) Combien y a-t-il de pictogrammes sur fond vert ?

a. 1 b. 2 c. 3 4) Lequel de ces trois pictogrammes n’est pas représenté ? a. Le téléphone b. La voiture c. Le vélo 5) Le pictogramme de la fleur est plutôt... a. en haut de la photo b. au milieu de la photo c. en bas de la photo

1) Comment s’appelle la méthode inventée par Monique Le Poncin pour entraîner sa mémoire ? a. Gym Cerveau b. Brain Training c. Mémoire + 2) Selon l’article, pour bien oxygéner le cerveau, il est recommandé de… a. se lever tôt le matin b. pratiquer une activité sportive régulière c. boire beaucoup d’eau 3) Quelle association, présidée par Monique Le Poncin, a pour objet de lutter contre le handicap cérébral ?

a. Magnolia b. Myosotis c. Mimosa 4) Quels sont les deux mots utilisés par Monique Le Poncin pour décrire les deux grands ennemis du cerveau ? a. L’activité et l’initiative b. La paresse et l’habitude c. L’inaction et la routine 5) Par qui a été créée la technique du Mind Mapping qui permet notamment de renforcer la créativité ? a. Tony Buzer b. Tony Bazan c. Tony Buzan

SOLUTIONS : 1) a. 2) b. 3) b. 4) c. 5) c.

JEU N°2

SOLUTIONS : 1) c. 2) b. 3) c. 4) c. 5) a.

| OURS Le magazine trimestriel des adhérents de la Mutuelle Nationale Territoriale. | Directeur de la publication : Alain Gianazza. | Directeur délégué : Jérôme Saddier. | Rédacteur en chef : Pierre Bernard. | Comité éditorial : Laurent Adouard, Marc Bertolini, Dominique Blot, Emmanuelle Chen-Huard, Amandine Davy, Catherine Devillard, Michel Gourmelen, Jean-François Tomé, Valérie Vrillon. | Conception et réalisation : Tagaro DDB – Corinne Boullier-Egehan – 0153325379 – Rédaction : Emmanuelle Chen-Huard, Amandine Davy, Marie-Astrid de Roquefeuil, Nathalie Ferron, Emmanuelle Gautier, Delphine Goater. | Crédits photos : Thinkstock by GettyImages, iStockphoto, Stéphane Zenou. | Direction de la rédaction : 7, rue Bergère – 75009 Paris – fax : 0144831270 – site internet : www.mnt.fr | Impression : SIB – 62200 Boulogne-sur-Mer. | Numéro de CPPAP : 1 118 M 06 758. | Membre de la FNPS, du SPS et de l’ANPCM. | Abonnement annuel : 4 numéros – 3,04 €. Dépôt légal : 2e trimestre 2014.

09 72 72 02 02 (prix d’un appel local)

JUIN 2014

04-4-000-4

n° 98 | Territoire mutuel – 23


La MNT, Au coeur de la protection SOCIALE des 1,8 million d’agents territoriaux Chaque jour, ils font vivre les services publics locaux, pour le bénéfice de 65 millions de Français. C’est pourquoi la Mutuelle Nationale Territoriale est fière de les protéger avec des couvertures de qualité en santé et prévoyance, depuis maintenant 50 ans. Et pour longtemps encore !

www.mnt.fr

Mutuelle Nationale Territoriale, mutuelle régie par les dispositions du livre II du Code de la mutualité immatriculée au répertoire SIRENE sous le numéro SIREN 775 678 584

TerritorialE et FIÈrE de l’être

Territoire mutuel n98