Issuu on Google+

La Révolution française et l’Empire (1789-1815) Le cours est constitué du corrigé des exercices fait en classe.

I. 1789 : La fin de la monarchie absolue et des privilèges En mai 1789, les députés des trois ordres (clergé, noblesse, tiers état) se réunissent à Versailles en présence du roi. Lors de la réunion d’ouverture, le roi est le seul à prendre la parole. Il annonce qu’il s’oppose à tout changement. Les députés du tiers état sont déçus et en colère. C’est pourquoi ils décident de se réunir seuls, sans le roi et les députés des deux ordres privilégiés (clergé et noblesse). Le 17 juin, ils se déclarent Assemblée nationale : ils déclarent représenter la nation. Evidemment, le roi n’accepte pas cette décision qui remet en cause son pouvoir absolu. Le 20 juin, il fait fermer la porte de la salle où se réunissait l’Assemblée nationale. Les députés se rendent alors dans la salle du Jeu de Paume où ils prêtent serment de ne pas se séparer avant d’avoir rédigé une constitution (pour voir le tableau cliquez ICI). C’est la fin de la monarchie absolue : la France est devenue une monarchie limitée.

Louis XVI n’accepte toujours pas de perdre son pouvoir absolu : il fait venir des soldats autour de Paris pour pouvoir disperser les députés en empêchant les parisiens de réagir. Apprenant la nouvelle, une foule de Parisiens se dirige vers la Bastille le 14 juillet 1789 (pour voir le tableau cliquez ICI) pour s’emparer des armes et de la poudre qui y sont stockés. Après la prise de la Bastille, Louis XVI est contraint d’éloigner ses troupes de Paris et de reconnaître l’existence de l’Assemblée nationale. Le peuple de Paris a sauvé la Révolution et définitivement mis fin à la monarchie absolue. Dans les campagnes, les évènements parisiens donnent lieu à des rumeurs de complot des nobles contre la Révolution. Lors de la Grande Peur de l’été 1789, les paysans s’attaquent aux châteaux de leurs seigneurs dans de nombreuses régions. C’est ce qui pousse les députés de la noblesse à accepter le vote de l’abolition des privilèges dans la nuit du 4 aout 1789.


II. 1792-1794 : La République, la Guerre et la Terreur

1/ De la monarchie à la République Malgré les apparences, Louis XVI n’a pas accepté la fin de la monarchie absolue. Lorsque la France déclare la guerre à l’empereur d’Autriche en 1792, il espère que les armées françaises seront vaincues et que son cousin l’empereur lui rendra tous ses pouvoirs. Lorsqu’ils se rendent compte de cette trahison, les Parisiens attaquent le palais des Tuileries où habite Louis XVI le 10 aout 1792 (pour voir le tableau cliquez ICI). Le roi est enfermé avant d’être jugé. Louis XVI est guillotiné le 21 janvier 1793 devant une foule de Parisiens.

2/ La guerre La situation militaire de la France est désespérée : le pays est attaqué sur toutes ses frontières par tous ses voisins. En effet les rois des pays voisins veulent envahir la France pour remettre Louis XVI ou ses héritiers sur le trône. De plus la République est confrontée à une autre menace : plusieurs grandes villes et régions du pays se révoltent (pour voir la carte cliquez ICI). La révolte la plus grave est celle de la Vendée : les Vendéens se révoltent pour défendre le roi et la religion contre la République.

3/ La Terreur Pour faire face à cette menace extérieure et intérieure le gouvernement de la République, dirigé par Robespierre, prend des mesures exceptionnelles : -

la « levée en masse », c’est à dire le recrutement forcé de tous les jeunes hommes dans l’armée pour défendre la Liberté et la Patrie contre les armées royalistes qui envahissent la France.

-

La Terreur contre les royalistes. Le tribunal révolutionnaire est crée pour condamner tous les royalistes à mort, et des « colonnes infernales » sont envoyées en Vendée pour écraser la révolte. Environ 40.000 personnes sont guillotinées, et plus de 100.000 Vendéens sont tués.

Ces mesures exceptionnelles se révèlent efficaces puisqu’au début de l’année 1794 la France envahit ses voisins.


III. 1804-1815 : L’Empire En 1804, Napoléon Bonaparte est sacré empereur des Français à Notre-Dame de Paris (pour voir le tableau cliquez ICI).

1/ Le pouvoir de l’empereur Malgré la présence du pape, il se couronne lui-même avant de couronner sa femme : il veut montrer que son pouvoir ne vient pas de Dieu mais de lui même, et que l’Empire n’est pas le retour à la monarchie absolue. Trois de ses ministres portent des symboles de son pouvoir. La main de justice et le sceptre, qui rappellent ceux des rois de France, montrent qu’il détient le pouvoir absolu. Le globe surmonté d’une croix montre qu’il a la volonté de régner sur tout le monde chrétien à l’image de Charlemagne. Il a lui-même choisi le titre d’empereur de préférence à celui de roi car un empereur règne sur plusieurs peuples. En 1811, Napoléon Bonaparte domine l’Europe (pour voir la carte cliquez ICI): -

L’Empire français est composé de la France, de la Belgique, des Pays-Bas et du nord de l’Italie

-

Plusieurs pays sont dépendants de Bonaparte : l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie et la Pologne

-

Les autres pays d’Europe ont du s’allier à la France après avoir été vaincus par les armées de Napoléon, à l’exception de l’Angleterre, qui continue la guerre seule.

2/ Comment Napoléon gouverne-t-il son Empire ? Pour gouverner son Empire, Napoléon 1er s’appuie sur plusieurs institutions. Il utilise le clergé catholique. Désormais les prêtres et les évêques sont nommés et salariés par l’Etat. Ils défendent la politique de l’Empereur auprès des fidèles. Il utilise également l’administration, avec la création des préfets. Dans chaque département de l’Empire Napoléon 1er nomme un préfet qui représente l’Etat et dirige l’administration. Le préfet est chargé d’appliquer la politique de l’Empereur mais aussi de surveiller la population et de lutter contre l’opposition. Il utilise sa famille : il confie des royaumes à ses frères ou cousins (Espagne, Italie et Allemagne).


Il s’appuie enfin sur l’armée, car la victoire militaire est la source de son pouvoir. Ce sont ses victoires sur tous les pays ennemis de la France qui lui ont permis de devenir empereur. C’est la défaite de Waterloo et l’invasion de la France en 1815 qui lui coûtent le trône. Il termine sa vie en exil sur une île du Pacifique.


La Révolution française et l'Empire