Page 1


Prologue Les fumées grasses et les cendres Ont recouvert villes et terres Où chaque jour se font entendre De longs sanglots de peur et d’agonie. Perdus, hébétés, les survivants errent Au hasard des chemins, et chaque nuit Se terrent dans l’ombre des creux et des fossés, Espérant échapper au regard mort des brumes. Las ! Elles se répandent et s’ étirent, affamées ; Narines frémissantes, flancs couverts d’ écume, Ces goules insatiables chassent jusqu’au jour. Et ceux qu’elles épargnent sans les avoir blessés, Ivres d’avoir survécu aux ténèbres, Chantent insouciants leur éloge funèbre. Au soir, épuisés d’avoir ri, D’avoir dansé sous une pluie De sang gris, de boue, ils tomberont les premiers. Trop effrayés pour fuir, trop faibles pour lutter, Ils seront égorgés, dépecés, dévorés. Leurs spectres rejoindront les livides cortèges Des monstres sans visage nés des sortilèges D’une peste infernale venue d’outre-temps Ravager mon royaume et en sucer le sang. Fiorenza Pellegrini – Élégies


Lysania, capitale de Matricia – 13e jour du mois de la Terre

D

es mouettes tournoyaient dans le ciel d’été, au-dessus de l’opéra. Celui-ci, perle striée de marbre vert se dressait au centre de la place Ghilberti. Alentour, ce n’était que désolation : épidémie, incendies et pillages avaient tout détruit. Néanmoins, aucun vandale, fût-il le plus infâme, n’avait osé s’attaquer à l’édifice. Une acoustique parfaite, des plafonds peints par Caccini et Sironnella, deux prodiges des siècles passés, des ornements de stuc dorés à l’or fin et la scène où la grande Stella Velli avait fait ses adieux : aux yeux de tous, le symbole de la principauté était sacré. Pourtant, ce magnifique emblème avait été profané. Dionisia passa la langue sur ses lèvres, frotta ses mains l’une contre l’autre pour se donner du courage, tourna entre ses doigts l’anneau d’argent serti d’une pierre d’onyx qui jamais ne la quittait. Des remugles empreints de mort et de malignité empoisonnaient l’air. Tout autre qu’elle, même doué de magie, risquait d’être contaminé. Par le désespoir et la peur d’abord, ensuite… La sorcière frissonna. En dépit de sa détermination et de sa puissance, elle ne se sentait pas à l’aise ici. Elle caressa l’idée d’une fuite, chassa aussitôt cette chimère de son esprit. Le dernier des Tengelli se terrait au cœur du bâtiment, à sa merci. Depuis des années, elle traquait cette lignée maudite et la vengeance n’était pas le seul enjeu. Dionisia leva de nouveau la tête. Pas un nuage. Le soleil, proche du zénith, brillait d’un feu jaune et blanc. Elle laissa les rayons de l’astre caresser son visage, savoura leur chaleur, inspira profondément, puis gagna le parvis de la superbe bâtisse, chassant au passage un chien efflanqué au poil gris, couvert de croûtes malsaines. Elle suivit des yeux l’animal gangrené par la maladie : il disparut dans une demeure dont la porte, arrachée de ses gonds, gisait sur le pavé. Dans quelques heures, la peste cendreuse le transformerait en lémure assoiffé de vie. Aurait-elle dû le tuer ?

15


charlotte Bousquet Haussant les épaules, elle releva ses jupons encrassés et gravit les cinq marches menant à l’entrée surmontée d’un frontispice sculpté de bas-reliefs incrustés de malachite et de jais. En son centre, des vers sur une plaque gravée d’or : Ô Lune ! Ô mère ! Prends ma main, Ne m’abandonne pas… Ah ! Ce sont elles, Elles m’encerclent les brumes mortelles ! Elles m’ étouffent et m’emportent ! Prends ma main ! Ô Lune ! Ô mère ! Je meurs ! Ne m’abandonne pas ! Il s’agissait de la mort de Selena, l’une des arias les plus célèbres du répertoire matricien – et la dernière interprétée par la Velli. Dionisia appuya ses paumes contre la porte et se concentra. Ne percevant aucun sortilège, aucun piège dans le bois noir du vantail, elle poussa. Le hall, percé de vitraux et d’oculi, baignait d’une lumière aux nuances corallines les dalles de marbre rouge et blanc ; sur certaines d’entre elles était inscrit le nom d’un mécène ou d’un artiste. Au pied des escaliers, deux grands bronzes contemplaient la jeune femme de leurs regards impavides. La Ghilberti et la Velli, l’une compositrice, l’autre diva… Figée devant la statue, Giuditta détourne les yeux, prête à pleurer. — Je n’aurai jamais son talent. Rendez-vous compte, à vingt ans elle écrivait déjà son deuxième opéra ! — Ce n’est pas une question de talent vous concernant, susurre Dionisia, enlaçant délicatement la blonde aristocrate. Mais de confiance en vous. — Je travaille, pourtant. — C’est une affaire de confiance en vous, répète la magicienne, posant une main sur la hanche de sa proie. Celle-ci frissonne de désir. Dionisia serra les dents et se détourna, chassant la scène de son esprit. Ce n’était le moment ni des souvenirs ni des regrets. Plus tard, si elle survivait à l’affrontement, elle s’autoriserait peut-être des larmes – pour autant qu’elle fût encore capable d’en verser. Une silhouette, de l’autre côté de la salle, attira son attention : son reflet dans une immense psyché. Elle s’en approcha, à la fois curieuse et gênée.

16


matricia Il lui semblait soudain qu’une étrangère, décidée à l’imiter en tous points, vivait de l’autre côté du miroir. La jeune femme passa les doigts sur la paroi : son double fit de même. Elle inclina la tête sur le côté, la redressa, souleva son épaisse chevelure noire. Les boucles serrées cascadèrent sur ses épaules et dans son dos. Une autre vision brève, brutale l’assaillit. Éclats de voix, éclats de rires, murmures… Une foule de courtisans et d’ habitués se presse autour d’eux. Certains sourient, d’autres sont indifférents ou hostiles. Dans la glace, Dionisia surprend le regard, défiant et lascif, d’un homme aux tempes dégarnies. Elle arque un sourcil et, avec un clin d’œil moqueur, se glisse sous l’ épaule de Savino. Savino dont le parfum de miel et de bruyère l’enivre aussitôt. Ce n’était que des échos du passé, des mirages fugitifs ne pouvant la toucher, à moins qu’elle ne le désire. Froide et résolue, Dionisia inspecta son image. Une peau cannelle, des prunelles turquoise, ourlées de longs cils, brillant comme des joyaux dans son visage à l’ovale régulier, un nez droit rappelant un peu celui d’un chat, une bouche généreuse aux lèvres rosées, sensuelles en dépit des gerçures. Un corps souple et mince, ceint d’une chemise de toile grège aux manches amples couvrant largement ses poignets et d’un corset de cuir. Des jupes brunes, grossières, dissimulant ses jambes et ses chevilles. À sa taille, une aumônière et un poignard. Et, cachés sur elle, bracelets, colliers et chaînes où étaient accrochés une quinzaine de fétiches. Elle était prête : différer plus longtemps le duel était inutile. Alors, d’un pas décidé, elle poussa la double porte sous les grands escaliers de marbre et pénétra dans la salle de spectacle. Les fauteuils du parterre, comme les balcons, étaient plongés dans la pénombre. Le lustre, masse noire et menaçante dans l’obscurité, réfléchissait par intermittence les flammes des bougies éclairant la scène. Des dizaines de cierges, certains suspendus, d’autres fichés sur des chandeliers de bronze, la nimbaient d’une lumière mordorée. Au centre du plateau, des coussins avaient été disposés, face à face. Un homme occupait ceux de droite. Les flammes donnaient à son crâne et à ses mèches blafardes des nuances rubescentes. Il était vêtu d’écarlate, un costume de scène trop large pour son corps squelettique et ses longs bras d’insecte. L’entendant arriver, il se leva, l’accueillit d’une révérence grotesque.

17


charlotte Bousquet — Enfin, nous nous rencontrons, caqueta-t-il, une lueur hagarde dans ses yeux bordés de rouge. — Alino. Mon oncle, répondit calmement Dionisia. Vous m’attendiez, je crois. * Un port, au nord de Matricia Angelo tira son embarcation sur la rive semée d’écume et de varech, rassembla son paquetage et observa les alentours. Un squelette auquel s’accrochaient encore des lambeaux de chairs brunes entremêlées de goémons contemplait les nuages. Du même blanc que ses pommettes lisses, ceux-ci s’étiraient dans le ciel d’été où planaient fulmars aux ailes cendrées et guillemots. Plus loin sur la grève, un bateau échoué. Sa coque éventrée laissait entrevoir une armature de bois, pareille à une carcasse ; ses deux mâts, depuis longtemps rompus, avaient roulé sur les galets. Un sentier étroit grimpait entre les rochers, menant au petit port de pêche dont il ne restait que des maisons éventrées, souillées de suie. Témoins d’un autrefois vibrant et animé, des traces de peinture rouge et bleue sur les façades teintaient les lieux d’irréel, comme si elles n’étaient qu’un rêve, une fantaisie d’enfant. Seule touche de vie dans ce paysage désolé, le gros chat noir, perché sur la misaine, léchait consciencieusement ses pattes, passant et repassant celles-ci derrière ses oreilles. Quand Angelo le rejoignit, il cessa sa toilette et vint se frotter en ronronnant contre ses jambes. L’animal n’avait pas de nom, n’en avait jamais eu, et n’en accepterait probablement aucun. Décidé à le suivre, il avait grimpé à bord de L’Albatros, le navire marchand emmenant le nécromancien de Cytheriae, où plus rien ne le retenait, à Tenebrosa, où demeuraient les vestiges de son passé. Angelo s’assit sur la mâture brisée, ouvrit le plus petit de ses deux sacs, en tira une escarcelle remplie de poussière grise ainsi qu’un collier d’ossements. De la patte de rat momifiée qu’il portait en pendentif, il perça le gras de son pouce. Il enduisit le bijou d’un mélange de poudre et de sang, le passa autour de son cou. Immédiatement, il sentit ses perceptions se modifier : le monde n’était plus qu’un écho lointain, une brume où, vive étincelle, brillait l’âme du félin. L’intensité de cette flamme l’étonnait toujours ; cette fois encore, il

18


matricia détourna les yeux et se concentra sur le monde des spectres et des esprits, qu’il appelait « l’autre côté du réel ». Des nappes blanchâtres flottaient au-dessus du sol blême, gelé par la mort et le froid. Venu des montagnes, un vent glacial soufflait sur les masures racornies, charriant fumées et brasilles. C’était l’hiver, ici. Un hiver éternel où de rares fantômes avaient choisi de rester. Il y avait un vieillard aux membres translucides qui fixait le vide, la bouche entr’ouverte ; il y avait un marin qui allait et venait sur la grand-place, sourcils froncés, essayant vainement de comprendre un fait qui lui échappait. Il y avait, enfin, une prêtresse voilée de gris, debout près des marches d’un temple en ruines. Angelo s’approcha, ses doigts pressés sur les colifichets reposant sur sa poitrine. La défunte tourna la tête vers lui, une expression infiniment triste au fond de ses prunelles ternes. Elle était jeune encore : à peine quelques rides sur le front, des joues lisses. Une pique grossière, maculée de rouille et de sang, la traversait de part en part, emportant dans la plaie sa longue robe et son surcot de laine. Angelo utilisa de nouveau son fétiche, égratigna l’intérieur de sa main puis se concentra. Une lueur bleutée, née de son sacrifice, s’éleva doucement au-dessus de sa paume blessée. Attirée par cette fragile clarté, l’ombre flotta vers lui, un sourire étrange étirant sa bouche et se jeta sur la sphère céruléenne, l’avalant avec la voracité d’une stryge. L’éclat d’une présence dissipa le voile flétri de ses iris. Cela ne durerait pas longtemps, hélas ; mais pendant quelques minutes, le nécromant pourrait l’interroger. — Quel est ton nom ? — Riella, seigneur. — Que s’est-il passé ici ? — La peste cendreuse… Nous avons tout brûlé et à la fin… Elle écarta les bras, découvrant largement son corps transpercé. — Pas de rescapé ? — Aucun. Seigneur… Les morts… se sont relevés… Ils se… repaissent du sang et de la terreur… Et leurs griffes… leurs griffes condamnent… Angelo frissonna. Lança, instinctivement, un coup d’œil par-dessus son épaule. Rien. — Nous avons essayé… prié la Déesse jour et nuit… je suis restée… la dernière pour le bûcher… Elle s’interrompit, hésitante. Son regard s’éteignait déjà. Ses lèvres tremblèrent, laissant échapper un ultime chuchotement  : j’ai mal ?… journal, plutôt. Ce fut tout.

19


charlotte Bousquet Réfléchissant, le sorcier effectua le tour du port, vu de l’autre côté. Le temps pressait ; la folie et la peur nourrissaient son essence, la pestilence et la mort accroissaient sa puissance. Bientôt, rien ne pourrait l’empêcher de ravager l’Archipel entier, de répandre partout le chaos. Son assaut, sur Arachnae, avait échoué. Tenebrosa avait vaincu. Mais à quel prix ! Orfeo le Noir avait succombé, emprisonné par ses propres tatouages devenus ronces et liens, brûlé vif dans l’incendie de sa bibliothèque. Son seul espoir mort, Cytheriae sombrait. Et si nul n’arrêtait Kebahil ici même, à Matricia… Orfeo, son ancien magister, avait raison : l’horreur des Âges Sombres se répétait. Comme jadis, une épidémie, fruit d’un maléfice, dévastait la principauté. Mais si, aujourd’hui, certains connaissaient son origine, personne n’avait encore trouvé le moyen de la combattre efficacement –  l’ordre de la Nouvelle Lune, pas plus que les autres. Avec un reniflement de dérision, Angelo lorgna la chevalière d’argent passée à son annulaire. Dix ans. Il avait fallu dix ans aux nécromanciens, et l’assassinat de leur plus grand sorcier, pour l’absoudre et le réintégrer. Du bout des lèvres. Parce qu’Orfeo l’avait exigé dans son testament. Parce que l’Ennemi terrassait à la fois les humains et l’engeance des démons. Qui de mieux, pour négocier une alliance, qu’un homme ayant eu l’une de ces créatures pour amante ? Angelo avait failli refuser. Son respect pour le défunt sorcier et l’urgence de la situation l’en avaient empêché. Poursuivant ses investigations, il découvrit des glyphes de protection encore faiblement actives, placées aux points cardinaux. Une bourrasque glaciale, venue de nulle part, l’arracha à ses réflexions. Sens en alerte, Angelo regarda alentour. Il ne distingua d’abord rien, puis quelque chose apparut au bout d’une rue corrodée : une forme fuligineuse et massive, une monstruosité d’apparence humaine, dont l’existence même était une infamie. L’abomination n’était que matière, mue par la volonté – une infime parcelle de volonté – d’une divinité déchue. Il était impossible de combattre de ce côté du monde. Le nécromancien ôta le collier de son cou, décrocha de sa ceinture le crâne gravé de runes d’un oiseau. Retour au monde des vivants : bleu cobalt du ciel, brun mâchuré et luisant du village incendié, parfum piquant et salé des embruns. À ses pieds, hérissé et grondant, le chat noir. Face à lui, le cadavre d’un pestiféré dont le sourire obscène dévoilait chicots et gencives violacées. Sa peau grise était poissée de terre et de pus. Il chargea.

20


matricia Ses mains, terminées par des ongles pareils à des griffes, fouaillèrent l’air, le manquant de peu. Un râle s’échappa de sa gorge. Le chat noir cracha. Angelo écrasa l’artefact entre ses doigts. Jaillissant de sa main, un spectre aux ailes embrasées fondit sur son adversaire, l’enveloppa d’une flamme blafarde. Quand elle s’éteignit, il ne restait de l’assaillant qu’un tas de cendres grasses. Angelo se laissa tomber à genoux, le cœur battant. Les restes de la goule – quel autre terme pouvait définir cette monstruosité ? – irradiaient une perversité visqueuse qui lui coupait le souffle, s’accrochait à son corps, grouillait sur sa peau. Ignorant cette sensation, il serra les dents, conscient d’avoir échappé à un sort infiniment plus terrible que la mort. Jamais encore il n’avait ressenti pareille malignité. Palpable, débordant des corps qu’elle possédait, elle disséminait ses miasmes avec la maladie. Souvenir soudain. Une masure, dans l’obscurité. Dans ses bras, une lamia, accrochée à lui comme une enfant, terrifiée par une mort dont elle perçoit la froide présence. Il caresse ses cheveux d’argent, l’apaise comme il peut. Reçoit, ultime présent, une vision. Un visage impossible, décharné et changeant, creusé de rides et lisse comme celui d’un nouveau-né, couvert d’une membrane squameuse et déchiqueté par d’ énormes ronces ensanglantées, ouvert sur un charnier sans nom où se tordent des larves et des hybrides blanchâtres. Ses yeux sont des gouffres, ses lèvres crevassées suintent d’ humeurs purulentes et noirâtres… Ce visage était celui de Kebahil, entité chtonienne et destructrice, plus vaste que l’Archipel, l’Ennemi contre lequel luttaient son défunt magister et l’Ordre de la Nouvelle Lune. Il comprit la réminiscence  : Matricia se trouvait à l’emplacement de sa bouche, souillée à la fois par son souffle et ses sanies. Durant les Âges Sombres, la peste avait d’abord ravagé cette principauté boréale avant de se propager dans les autres îles des Numinées. Cette fois, les premiers cas avaient probablement précédé de plusieurs saisons, peut-être de plusieurs années, les autres manifestations de Kebahil. Et on l’avait envoyé, seul, pour dresser un « état des lieux », selon les termes employés par Senta di Mantova. La sénéchale de la Nouvelle Lune, cette femme froide qui le haïssait, avait prononcé son bannissement dix ans plus tôt et espérait – comme d’autres – qu’il périsse au cours de son équipée.

21


charlotte Bousquet Le nécromant soupira : mission donnée par l’Ordre ou non, il serait de toute façon venu ici. Pour essayer de comprendre et de trouver les moyens de combattre. Par loyauté envers son ancien magister, envers ceux qui n’étaient plus. Le chat noir bondit sur ses genoux, pressa la tête contre son menton. Angelo le gratta derrière les oreilles, puis le posa à terre et se redressa. — Tu as raison. Inutile de traîner. Le temps de trouver le journal de cette prêtresse, s’il existe vraiment, et on file d’ici. En réponse, l’animal arqua le dos pour s’étirer et, d’un trot alerte, prit la direction du temple en ruines. * Lysania, capitale de Matricia La mèche d’une bougie grésilla : sa flamme diminua brusquement, faillit s’éteindre et repartit de plus belle. Un instant distrait, Alino Tengelli secoua sa tête déplumée et se tourna de nouveau vers la jeune femme. Ses iris pâles dévoilaient des taches sanglantes au fond de ses pupilles. Il avait un nez étroit et busqué, sa peau crayeuse masquant à peine son squelette. Il sourit – un affreux sourire de pantin – puis, d’un geste grandiloquent, lui désigna les coussins. — Bavardons. Je t’ai sentie dans le ventre de ta mère sais-tu ? Je t’ai prédit de grandes choses. À l’époque je croyais encore à ces sornettes sur la destinée. Ridicule. Ridicule ! Mais j’ai posé la main sur son ventre, oui, et tu étais là. Tu te débattais comme une démone ! Tu lui ressembles, à ta mère. Un peu. Pas seulement la peau. Le visage. La bouche. La bouche, oui. Je ne crois pas au destin mais quand même, hein ? Tu sais, je lui avais dit. Je lui avais dit ce que tu serais pour les Tengelli. Je… — Un espoir ou un fléau, coupa Dionisia. — Un fléau ! cria Alino, éclatant d’un rire hystérique. Un fléau ! Et nous sommes les derniers ! L’oncle et la nièce. Des parias. Moi qu’ils ont voulu tuer, toi qui n’étais pas tout à fait comme eux. Maintenant, la voie est libre. La famille n’est plus. Les esclaves de la Triple Garce sont mortes, ou exilées. Tout est à reconstruire, tu sais  : un ordre nouveau, un monde nouveau, libéré du joug de Ses caprices. Il cracha, essuya ses lèvres sur les passements précieux de son pourpoint.

22


matricia — J’ai des projets. Des projets pour toi, pour moi – pour cette terre qui m’a vu naître. Avec Son aide, on va faire de grandes choses, toi et moi. — Son aide ? — Kebahil, Celui qui m’a sauvé la vie, Celui qui m’a ouvert les yeux ! Mon Maître. Ton Maître bientôt. — Je ne crois pas. — Tu… — Je ne servirai pas le monstre responsable de la peste qui ravage Matricia. Je ne servirai pas le monstre qui a fait de vous ce pitre pitoyable et blasphémateur. Je suis ici pour vous tuer, Alino. Il branla du chef, frappant ses mains l’une contre l’autre, à un rythme saccadé, puis redressa la tête : des ombres malsaines flottaient derrière ses orbites, assombrissant ses prunelles ; une odeur douceâtre, piquante comme celle de la viande, avariée émanait à présent de lui. Il n’était plus seul ; une présence s’était éveillée dans son esprit, lui conférant une infime parcelle de ses pouvoirs. Dionisia sentit les remugles tenter de s’insinuer en elle, cherchant à tâtons, comme des vers aveugles, une faille où se glisser pour éclore et proliférer. Réprimant une nausée, elle serra les poings, regarda froidement son oncle, prêtre ou misérable avatar de Kebahil, peu importait. Dans cet affrontement, seules comptaient la résistance, la volonté. La patience, également : une qualité qu’elle possédait. Elle soutint l’épreuve. Les miasmes refluèrent. Une expression malveillante et rusée se peignit sur le visage d’Alino. — Tu veux te battre ? Très bien ! J’ai le choix des armes, alors ? — Comme vous voudrez. — Dis-moi, connais-tu le Jeu du Destin ? Les règles en sont simples. Chacun de nous prend les vingt-deux arcanes de la Lune. Les mélange. En tire une au hasard, la défausse et raconte un souvenir lié à ce qu’elle représente. Qui tire Le Fou recommence à zéro. Le Jeu du Destin ! Ha, ça va te faire plaisir. C’est un jeu de sorcières, après tout ! Ou de Moires. Il paraît qu’elles l’ont inventé. Les toutes premières Moires de la toute première princesse. De quelle principauté ? Va savoir ! Alors, ma nièce ! Le Jeu du Destin… Tu l’acceptes ? — Je l’accepte. — Mais ça ne compte pas vraiment pour un duel, hein ? Au Jeu du Destin, pas de gagnant à part les indiscrets ! Ce qu’il faut, c’est un enjeu. Un enjeu de poids. Comme une vie… ou une âme.

23


charlotte Bousquet Dionisia croisa les bras sur sa poitrine. — Une âme ? Pourquoi pas, mon oncle, mais comment procéderons-nous ? Alino souleva un coussin, révélant deux paquets de tarots dans leur étui de soie brodée d’une toile d’araignée déchirée : le blason des Tengelli. — Ils m’appartiennent. Tous les deux, oui. Je les ai créés. Je les utilise pour aspirer les fils de la destinée. Les gens sont si naïfs ! Ils veulent connaître leur avenir, parfois parier un peu d’argent et jouer… Chacun de ces arcanes vole un peu de leur être. Kebahil a besoin de mon aide et la Lune m’a trahi. Qu’en dis-tu ? Cocasse, non ? Son Jeu du Destin vole leurs âmes, nourrit mon Maître, me venge et tout le monde est content. Tu veux savoir comment ça marche ? C’est très simple : j’ai fait de ces lames des voleuses. Touches-en une et ta vie, ta volonté te sont arrachées. Pratique, remarque : pas de tristesse, pas de regrets. À la fin tout est plat et lisse. Tu deviens une marionnette parfaite pour mon Maître. — Elles agissent comme des lamias, c’est ça ? Elles aspirent l’essence de leurs proies ? — Des lamia s? C’est exactement ça. Tu es perspicace, ma nièce, puisque je les ai fabriquées avec leur peau, il y a des années. — Si vous les avez déjà utilisées, mon oncle, ne risquez-vous pas, face à moi, de perdre les derniers lambeaux d’âme qui vous restent ainsi que vos souvenirs ? — Ils reviennent. Tous reviennent, puisque je gagne ! Tous, tu comprends ? Tous ! Tous ! C’est le privilège des vainqueurs et des princes. D’ailleurs, je suis vêtu comme un prince aujourd’hui. Alors, ma nièce ? Acceptes-tu de mettre ton âme en jeu ? Dionisia joignit les mains, feignant de réfléchir. Le regard perdu dans la flamme d’une bougie, elle fit tourner plusieurs fois autour de son annulaire l’anneau serti d’onyx qui ne la quittait jamais. Elle sentait, contre sa peau, le contact rassurant de ses fétiches ; la plupart n’étaient pas de simples esprits, mais des alliés qui lui prêteraient leur force, l’empêcheraient de faillir et la soutiendraient jusqu’au bout. Certains, pourtant indétectables, comptaient parmi les plus puissants – et les plus précieux – qu’elle ait créés. Et si, en dépit de ses précautions, la magicienne se laissait piéger, ils s’assureraient que jamais elle ne devienne l’esclave du fou ou de son Maître. Dionisia redressa les épaules. Sourit. — Qu’attendons-nous pour battre les cartes ?

PROLOGUE MATRICIA  

prologue Matricia

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you