Page 1

MÉTALLURGIE ET MÉCANIQUE

Bruno Grandjean : « Des signes prometteurs » C’est le suramortissement, qui permet une réduction de 12 % sur l’impôt sur les sociétés. Cela favorise la hausse des investissements. D’ailleurs, sur les neuf premiers mois de l’année 2016, la vente de robots a augmenté de 20 % en France! » Quant aux répercussions sur l’emploi, Bruno Grandjean se fait plus prudent, en tout cas plus patient : « Le CICE a un impact différé. Il faut donner du temps, de 5 à 10 ans. À La FIM, nous poussons les industriels à sortir par le haut de cette crise. »

Le PDG de Redex, à Ferrières-en-Gâtinais, a été nommé, en juin dernier, président national de la Fédération des industries mécaniques (FIM). Bruno Grandjean, 52 ans, allie enthousiasme et optimisme : « L’industrie souffre toujours, mais il s’est passé quelque chose ». Le président du directoire de Redex, à Ferrières-en-Gâtinais, sait ce dont il parle : il a été élu président national, en juin dernier, de la Fédération des industries mécaniques (FIM). C’est lui qui a porté le projet « industrie du futur » (meilleure utilisation du numérique et des nouvelles technologies) et négocié, à l’Elysée, la prolongation du suramortissement, jusqu’à fin 2017. « Pour la première fois, en 2016, le nombre de créations d’usines a dépassé celui des fermetures. À Amilly, par exemple, Poclain Hydraulics (qui a racheté Tork Engineering) se lance dans la production de moteurs hydrauliques pour transformer les voitures en 4x4. À Dieppe, Renault recrute pour relancer l’Alpine, en 2017 ! »

Le premier salon de l’industrie du futur se tiendra du 6 au 9 décembre, à Paris-Villepinte. > Bruno Grandjean : « Le suramortissement aide les entreprises à investir ».

Plus 20 % de robots « Les nouvelles technologies sont une opportunité à saisir par les industriels. La voiture autonome, par exemple, va rebattre les cartes.  C’est le moment ou jamais ! L’industrie du futur s’appuie sur une mesure gouvernementale conçue pour l’industrie. C’est la première fois depuis 30 ans !

ENTRE DE

ECAPAGE

RLEANAIS

Décapage par immersion et thermique, grenaillage, aérogommage. • Outillage de production, crochets, caillebotis, profils, balancelles, loupés de peinture. • Bois, acier, fonte, aluminium jusqu’à 7,40 m. class é p ar

n de rotectio Autorisation Préfectorale pour la P

nt eme ronn l’Envi

146786

E ts

Nos Secteurs d’activités

contact@centre-decapage-orleanais.fr - www.decapage-savall.com 77, route d’Orléans - 45380 CHAINGY - 02 38 80 68 80 - 48 -

Redex, au cœur de l’industrie du futur Redex est spécialisée dans les systèmes à engrenage et les machines-outils pour traiter le métal qu’elle fournit à des sous-traitants de l’automobile, l’électroménager, l’énergie, du bâtiment... L’entreprise a été fondée voilà 67 ans par le grand-père de Bruno Grandjean, autour d’un roulement à billes. Depuis, l’entreprise, qui siège à Ferrières-en-Gâtinais, s’est beaucoup développée : elle a étendu son site de l’est-loirétain, compte une usine à Senonches (Eure-et-Loir) et une autre en Allemagne. Ainsi que sept filiales à l’étranger, pour les réparations. L’entreprise exporte près de 90 % de son chiffre d’affaires, qui se monte, consolidé, à 50 millions d’euros pour environ 300 salariés. Redex, qui dispose d’un bureau d’études de trente personnes, compte parmi les trois leaders mondiaux. Après une forte croissance, due à la demande chinoise, Redex voit son activité se stabiliser et tente de se diversifier dans de nouveaux métaux et secteurs d’activité. L’usine de Ferrières vient ainsi de construire un laminoir de lithium pour des batteries de voitures électriques françaises.

Ok top 200 2016 page48