Issuu on Google+

ÉCONOMIE DANS LE LOIRET

Des atouts indéniables

L'économie loirétaine profite d'une diversité de secteurs clés, favorisée par la proximité immédiate de l'Île-de-France, et par un territoire porteur. Desservi par un réseau de cinq autoroutes, le département compte plus de 9.000 salariés dans la logistique, secteur en plein développement. Amazon et Deret, à Saran, sont les plus gros employeurs. Et la plupart des plus grands logisticiens sont présents. Ces derniers travaillent notamment pour une industrie, certes en perte de vitesse, mais qui continue à recruter et à faire vivre de très nombreux salariés, notamment en faveur de l'automobile, du machinisme agricole, du caoutchouc industriel, de l'aéronautique (Hutchinson, le siège français de John Deere, Saint-Gobain, Duralex...) La cosmétique génère aussi beaucoup d'activité. C'est le premier secteur exportateur du Loiret. Le département accueille la seule usine mondiale de Dior (et, sur le même site, le récent siège de LVMH Recherche), ainsi que les usines européennes de Shiseido ou encore Gemey-Maybelline, Caudalie, Sephora... L'industrie pharmaceutique (premier exportateur régional) est également présente, notamment avec l'important site de production de Servier ou encore Famar, Pierre Fabre, Orgapharm, Merck Santé, Sanofi... D'autres secteurs comptent aussi : les arts graphiques, avec, entre autres, Maury Imprimeur, un des leaders nationaux. Ou l'électronique (malgré la disparition annoncée d'Hitachi à Ardon) avec Thalès, MSL Circuits, Cilas ou encore les fabricants d'électroménager Brandt ou de radiateurs Thermor. Plus, bien entendu, les plus gros employeurs : services, commerces (dont Ikea, depuis août dernier), artisanat...

Richesses naturelles Le Loiret bénéficie aussi de ses richesses naturelles : la Loire, la Beauce, la plus vaste forêt domaniale de France... Blé (la plus grande coopérative céréalière de France, Axéréal, s'est créée à Olivet), betteraves, horticulture comptent parmi les activités agricoles florissantes. Ces dernières ali-

> L e Pôle 45, au nord d’Orléans, accueille une très forte activité logistique.

mentent une industrie agroalimentaire forte de 5.000 salariés (Tereos, Mars Petcare, Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel, Savane Brossard, Cargill, Les Crudettes...) L'environnement fait partie des secteurs d'excellence de la région. Outre le pôle de compétitivité Dream, dédié à la ressource en eau, et le siège du BRGM à Orléans-La Source, l'agglomération orléanaise abrite aussi Antea group France, ou encore Vergnet, spécialisé dans les énergies renouvelables. Celles-ci restent encore minoritaires face au nucléaire, qui permet à la région, fortement excédentaire, de produire 17 % de l'électricité française, en très grande partie grâce à ses quatre centrales, dont celle de Dampierre-en-Burly. Technologie, science, recherche occupent aussi de nombreux laboratoires privés ou publics (BRGM, CNRS, INRA...). C'est un axe d'avenir pour Orléans, où s'élabore l'Agreentech Valley qui veut fertiliser le monde végétal grâce aux avancées technologiques. Grâce, surtout, au numérique qui a déjà éclos au Lab'O, incubateur de start-up spécialisées dans Internet, ouvert à Orléans en mai dernier. -4-

Malgré une reprise difficile et un taux de chômage qui dépasse dorénavant le niveau national (9,7 %), le Loiret ne se contente donc pas de voguer au rythme de la Loire et des navetteurs franciliens  : son économie va de l'avant. C'est d'ailleurs l'objectif d'Interives, futur grand quartier d'affaires, près de la gare des Aubrais, à l'horizon 2020.

1

Dior a une seule usine de production au monde : elle se situe à Saint-Jean-de-Braye, dans l’agglomération orléanaise.


Ok top 200 2016 page4