Page 1

EMPLOI

L’intérim, en attendant une reprise plus nette Les effectifs intérimaires sont en hausse, dans le Loiret, mais moins qu’au plan national. L’intérim se porte bien car, comme le constate Bruno Bordier, PDG du groupe orléanais Adwork’s (20 agences en France, 60 millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé, 60 permanents), « ll y a une

nette reprise, mais c’est chaotique. Les entreprises manquent de visibilité, c’est pour cela qu’elles préfèrent faire appel à des intérimaires. » En juillet, le Loiret comptait 11.518 temps pleins en intérim, un record inégalé depuis au moins fin 2008. Pour mémoire, le chiffre était tombé à 6.855 en janvier 2009. La hausse, en septembre, par rapport à l’an dernier, était de +2,5 % dans le Loiret (+6,3 % en France). Toujours selon Bruno Bordier, même le bâtiment reprend, surtout dans le second-oeuvre (peinture, électricité, etc.). « Le plus difficile, pour nous, c’est de trouver les candidats ! », souffle-t-il, décidé à lancer une vaste campagne de communi-

cation, début 2017. La Banque de France, dans sa note de conjoncture régionale du mois d’octobre, constatait également qu’après huit mois de progression, « l’activité intérimaire s’est stabilisée à des niveaux supérieurs à 2015. L’industrie s’est maintenue, mais l’agroalimentaire et la cosmétique ont réduit leur volant d’intérimaires. Dans les services, la demande a été tirée par la logistique. Les agences ont été davantage sollicitées pour des missions dans le bâtiment. Une orientation favorable de l’activité est attendue au cours des prochains mois. » L’industrie emploie quasiment la moitié des intérimaires loirétains.

> Amazon recherche de très nombreux intérimaires pour son entrepôt logistique de Saran.

Partnaire mise sur les réseaux sociaux Philippe Gobinet, 64 ans, a créé le groupe Partnaire, spécialisé dans le travail temporaire. L’entreprise siège à Orléans. Le groupe Partnaire, avec ses 300 permanents, 80 agences et 280 millions d’euros de chiffre d’affaires, fait partie des quinze premiers spécialistes du travail temporaire en France. Le groupe, qui siège à Orléans, ambitionne de faire encore mieux, en visant les 500 millions d’euros. Pour ce faire, l’entreprise commence à investir dans des start-up, communique sur les réseaux

sociaux et s’intéresse à de nouveaux secteurs d’activité (transport, aéronautique, nucléaire...). En septembre dernier, Philippe Gobinet, le créateur du groupe, constatait « une nette reprise de l’intérim, avec, notamment, une forte demande dans l’aéronautique, le ferroviaire. L’agroalimentaire s’est toujours bien porté. Les carnets de commande vont mieux dans la métallurgie. Le transport, la logistique et le bâtiment redémarrent. Je suis assez optimiste, même si nous ne sommes pas revenus au niveau d’avantcrise. » - 24 -

> P hilippe Gobinet a fondé le groupe Partnaire, à Orléans.

Ok top 200 2016 page24