Issuu on Google+

N째36

MAGAZINE-WEB ARCHITECTURE, DESIGN, MODE, SORTIES...


EDITO

ÉDITION COLORÉE Les couleurs font partie de notre quotidien sans que nous n’y fassions plus attention. Dans les vêtements que nous choisissons, dans la nature qui nous entoure, les visuels publicitaires qui défilent devant nos yeux, les packaging des supermarchés, les objets design que l’on pose sur nos étagères, ou les aliments qui composent nos plats... La couleur est partout, riche de sens, en connection avec nos actes et nos émotions. Elle influence nos gestes et nos pensées dans la vie de tous les jours. Chromatique et éclectique, cette édition sera colorée. Plongez avec nous dans ces pages revisitées par Anne-Cécile Fraud, une jeune photographe nantaise.


RECETTE PUBLICITÉ SORTIE INSOLITE PAYSAGE USTENSILES DESIGN MODE ARCHITECTURE PORTRAIT PAGE

PAGES

6 7

PAGES

16 17

9

PAGE

12

14 15

10

PAGES

13

PAGE

PAGE

11

PAGES

4 5

PAGE

PAGE

8


PORTRAIT

«MISE EN ABÎME» TEXTE CLÉMENT DRAFU PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

26 mars 2010, à la terrasse du Bar du Coin à Nantes, Anne-Cécile Fraud nous attend avec un café crème. Nous rencontrons une photographe débutante mais prometteuse. Elle nous ouvre son univers et nous parle de ses projets. Parlez nous un peu de vous ! En ce moment, je termine un BTS communication et commence une licence en septembre. J’ai des activités à droite et à gauche, un logo pour un projet d’urbanisme culturel, la mise en page d’un journal local et bien sur la photo ! Depuis combien de temps faites-vous de la photo ? J’ai commencé la photographie, depuis 2 ans, un peu comme tout le monde finalement... Que représente pour vous la photo ? Pour moi, prendre une photo permet de prendre du recul par rapport à la réalité. Derrière l’objectif, on est comme invincible. Invincible, car invisible, pas vraiment là, détaché du monde extérieur et d’autrui. En prenant une photo, on ressent un grand pouvoir, un pouvoir qui nous dépasserait presque. Choisir sa réalité, le 1% des 99% qui nous entourent, c’est ce qui me plaît par dessous tout. Quel appareil utilisez-vous ? J’ai toujours mon appareil photo sur moi, , un bridge Nikon Coolpix P90, pratique, léger, peu encombrant. Bientôt je vais investir dans un reflex, mais j’attends de me perfectionner davantage, le reflex, c’est beaucoup plus technique.

Et votre travail.... Mon parti pris est de photographier les combinaisons du hasard. Je me laisse inspirer par ce qui m’entoure. Je ne fais pas de mise en scène. Je n’irai pas changer de place un objet ou déplacer un élément, je photographie un tout. Lorsque je fais des photos de mode, je demande aux mannequins de déambuler naturellement dans les décors. Ils s’approprient ainsi les vêtements qu’ils portent, et s’investissent d’autant plus dans les séances photo. Vous avez choisi cette photo comme autoportrait, que représente t-elle pour vous ? Cette photo c’est moi, oui ! C’est particulièrement difficile pour un photographe de faire son autoportrait et d’inverser les rôles. Cet autoportrait est lié à la série «TER 5877», des photos que j’ai prise un dimanche soir, dans un wagon au décor rétro, et c’est là tout l’effet du orange des rideaux, un peu kitsch n’est-ce pas ? (rires) Il n’y avait personne et ça devenait limite angoissant, alors j’ai pris une photo de moi dans un miroir pour «animer» un peu l’ambiance. L’autoportrait ça fait très «mise en abîme de soi» en fait. On prend de la distance aussi dans ce type de démarche...


ARCHITECTURE

BÂTIMENT MONSTRE TEXTE ET PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

Le thème du paysage urbain a été abordé par de nombreux photographes. La difficulté est de se distinguer tout en respectant certains critères : le noir et blanc, les lignes droites... À l’opposé des paysages ruraux, composé de lignes courbes et sinueuses, nos villes sont construites avec des lignes droites. Nantaise d’origine, mon choix s’est porté sur la Tour Bretagne. C’est le bâtiment le plus imposant et le plus haut du centre ville : 144 mètres pour 80 000 tonnes. Impressionnant donc. En contre-plongée, la tour apparaît comme gigantesque : un mastodonte d’acier et de verre. L’arbre, situé au premier plan, se confond avec la structure du bâtiment. La tour devient insolite et semble se déployer comme un monstre. Le contre-jour estompe et allège les pans de la tour et renforce le contraste noir et blanc de la photo. Vivante, mystérieuse : la Tour Bretagne prend vie.


MODE

1.

EFFETS DE MATIÈRE

2.

TEXTE ET PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

La mode fait partie de mes plaisirs. Je choisis toujours les tenues des sujets de mes photos. En général, j’aime mixer les effets de styles des tenues. Ici, le modèle porte une robe en Liberty, des mocassins bleu marine, un sweat d’homme de la même couleur et des bracelets en bois et en étain.

3.

Pour le décor, j’ai choisi le parc du Musée Dobrée, j’aime le contraste entre les pierre un peu massives et la légèreté de l’imprimé fleuri. La lumière de la fin d’après-midi donne des tons sépia à la photo.

4. 1. Pochette BACI Sonia Rikiel 470 € 2. Lunettes RB4141 Ray-Ban 95€ 3. Robe fleuri H&M 14,95€ 4. Escarpins Jimmy Choo 345€


TEXTE ET PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

Le design me touche beaucoup, et particulièrement cet objet. La Pipistrella créée par Gae Aulenti en 1966 est une lampe que je trouve magnifique et mystérieuse. Sa base noire et imposante est télescopique. L’abat-jour est blanc aux formes arrondies. L’une est en acier brossé, tandis que l’autre est en plastique léger. C’est une lampe à la fois masculine et féminine. En faisant ce cadrage très rapproché, j’ai souhaité mettre en valeur cette dualité. On ne distingue pas la lampe dans son ensemble. La lampe en devient presque abstraite.

Lampe de salon PIPISTRELLA à vendre sur www.ilightyou.com

DESIGN

VIRIL & SEXY


USTENSILES PETIT DÉJEUNER À CIEL OUVERT TEXTE ET PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

La décoration fait partie de mon quotidien. J’aime par dessous tout chiner dans les vide-greniers ou brocantes, à la recherche d’objets du passé ou de trésors planqués dans de vieux paniers. Récemment, j’ai fais l’acquisition de bols et d’assiettes bleu ciel. Ce que j’aime, c’est leur couleur insaisissable, un mélange entre blanc cassé, bleu clair, gris pâle et vert d’eau. Dimanche dernier, la lumière était particulièrement belle. Les ombres jouaient avec la porcelaine et rentraient dans les bols, simulant le café du matin. Des reflets se dessinaient sur la nappe. L’orange de la clémentine contrastait fortement par rapport à la pâleur du bleu. Posée au bord de l’assiette, elle devenait elle-même le soleil.


PAYSAGE

DÉAMBULATIONS SUR L’ÎLE DE NANTES TEXTE ET PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

J’apprécie particulièrement cet endroit, à la fois reposant et éclectique, mélange de bâtiments modernes et de hangars à bateau à la peinture défraîchie. Flâneurs et familles se côtoient déambulent avec légèreté. Une petite fille accoudée à la balustrade observe le paysage. Jupe rose, tee-shirt bleu, chapeau jaune, adorable et songeuse. La tiédeur de la brise adoucit l’atmosphère. J’ai ajouté un filtre rose à la photo pour renforcer cette ambiance douce et paisible.


INSOLITE

ÉTRANGE INTIMITÉ TEXTE ET PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

Emblème de l’île de Nantes, voici la Grue Titan. Sa structure métallique et complexe me fascine. Elle pèse près de 400 tonnes et mesure 43 mètres de haut. Vers la fin de la journée, le soleil commence à décliner et les ombres s’installent dans ses replis. Les nuances de jaune s’intensifient. Des ocres et des oranges l’habillent. En arrière plan, la structure métallique n’est pas beaucoup plus grande... Le modèle mets les bras derrière la tête et prend la pause. Une étrange intimité s’instaure entre elle et la structure.


SORTIE

INSTANTS GLACÉS TEXTE ET PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

Lors d’un séjour à Paris, j’ai réalisé une série de photos pour mettre en valeur la notion de mouvement. Une patinoire éphémère a été installée au mois de décembre au centre de Paris, non loin des Halles. Des patineurs tournaient sur une large étendue glacée. La lumière du ciel blanc se réfléchissait sur la glace. Il y avait une forte réverbération. La blancheur qui émanait du sol gommait les contours des patineurs, renforçant ainsi l’impression de rapidité. Leurs tenues colorées ressortaient davantage dans ces photos surexposées, tel un vaste tableau impressionniste.


- Vous avez vu ? - Non, je ne vois rien... - C’est de la Fleur de sel de Guérande, sans additif. - Quelle pureté !

Fleur de sel de Guérande. La qualité, tout simplement.


PUBLICITÉ

PUBLICITÉ ÉPURÉE TEXTE ET PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

Les visuels publicitaires n’ont jamais été aussi complexes qu’aujourd’hui. Souvent, le produit n’est même pas photographié, il n’y a plus de repère, cela devient, à mon sens, de la vente détournée. J’ai tenu à ajouter cette publicité dans le magazine car elle va à l’encontre des publicités actuelles. Simplicité et efficacité, sont pour moi des termes essentiels à respecter pour créer le visuel d’une affiche ou d’un prospectus. Ici, le packshot fait toute la différence. C’est assez complexe de photographier un produit afin de le rendre le plus attirant possible ! La lumière doit être diffuse, les teintes de l’emballage restituées parfaitement, le logo de la marque et la typo lisibles... Il y a un travail subtil de retouche après la prise de vue. Il ne faut pas négliger cette étape là. Afin de présenter un «avant - après», j’ai tenu à montrer la photo sans retouches...

Avant...

... après.


RECETTE

FLAGRANT DÉLICE TEXTE ET PHOTOS ANNE-CÉCILE FRAUD

Dans cette photo, j’ai voulu mettre en valeur l’idée de gourmandise. Est-ce un défaut ou une qualité ? Je m’interroge... Il n’y a eu aucune retouche pour cette photo. J’ai «flashé» mon dessert, à l’image des travaux de Terry Richardson; sauf que lui photographie des mannequins... Pas des desserts... Le flash renforce le relief du gâteau. Il apparaît presque surréaliste. Dévoré en partie, il n’est plus aussi appétissant. Et c’est justement cela que je trouve scandaleux dans la gourmandise : le fait de détruire et d’engloutir une «oeuvre d’art» en trois bouchées. Dans la haute gastronomie, il y a des chefs-d’oeuvre culinaires, du raffinement et de l’élégance. De savants mélanges et de parfaits dosages conduisent au plaisir buccal et simultanément, à l’anéantissement de toute la présentation. Ce n’est pas proportionnel : préparé en 2 heures, mais dévoré en 2 minutes... Si vous souhaitez, vous aussi, préparer un mille feuille et vous essayer au flash, voici une petite recette.

MILLE FEUILLE Préparation : 30 mn Cuisson : 25 mn Ingrédients (pour 6 personnes) : Pour la pâte : - 500 g de pâte feuilletée Pour la crème pâtissière : - 1 oeuf - 1/4 de litre de lait - 50 g de sucre - 35 g de farine - un sachet de sucre vanillé Pour le glacage : - sucre glace - un carreau de chocolat Préparation : Abaisser la pâte feuilletée sur environ 3 mm. La piquer à la fourchette pour qu’elle ne gonfle pas puis la mettre au four sur 6, soit 180°C. Pendant ce temps, préparer la crème pâtissière : Mettre le lait à bouillir. Pendant ce temps, mélanger dans un saladier l’oeuf, le sucre, le sucre vanillé et la farine. Lorsque le lait est à ébullition, le verser immédiatement dans le saladier. Remettre à cuire dans la casserole pendant quelques minutes afin que le liquide prenne la consistance d’une crème. Lorsque la pâte feuilletée est cuite, et même désséchée, la couper en trois parties égales. Etaler la crème pâtissière sur une première couche de pâte, puis faire de même avec une seconde. Les assembler. Attendre que le gâteau soit froid pour étaler au pinceau le glacage, fait avec beaucoup de sucre glace mélangé à un peu d’eau. Réaliser un dessin avec le reste du glacage, mélangé à un carreau de chocolat fondu. C’est prêt : Photo !



PHOTOZINE 36