Page 1


I – POLITIQUE 1) LE GOUVERNEMENT IRAKIEN Le premier gouvernement d’union nationale de l’après-Saddam Hussein formé de 40 membres en Mai 2006 : Premier ministre : Nouri al-Maliki, du parti chiite Dawa Vice-premier ministre: -Rifa al-Issawi, membre du Front de la concorde nationale, principal bloc de formations sunnites) -Roz Nouri Chawis, membre du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK) du président kurde Massoud Barzani MINISTRES : MINISTRES CHIITES : (vingt et un incluant Maliki) Intérieur : Jawad Bolani (indépendant) Pétrole: Hussein Chahristani Finances : Baqer Jaber Solagh (CSII) Electricité: Karim Wahid (indépendant) Education: Khodeir al-Khouzaï (Dawa) Justice : Dara Noureddine Dara (Kurde) Commerce: Safaeddine al-Safi (Dawa), ministre par interim Travail et Affaires sociales: Mahmoud Jawad al-Radi (indépendant) Jeunesse et Sports: Jassem Mohammed Jaafar (Turcoman) Municipalités et des Travaux publics: Ryad Ghraib (CSII) Emigrés et des Déplacés: Abdelsamad Rahmane Sultan (CSII) Santé : Saleh Mehdi al-Hasnawi (indépendant) Agriculture : Ali al-Bahadli (indépendant) Secrétaire d’Etat à la Sécurité nationale: Chirwan al-Waïli (indépendant) Secrétaire d’Etat au Dialogue national: Akram al-Hakim (CSII) Secrétaire d’Etat sans portefeuille: Hassan al-Sari (CSII)


Secrétaire d’Etat au Tourisme et à l’Archéologie: Qahtan Abbas Naaman (indépendant) Secrétaire d’Etat aux affaires régionales : Khouloud Sami Azara (indépendant) MINISTRES SUNNITES : (neuf y compris le vice-président) Défense: Abdel Qader Mohammed Jassem Obeidi (sunnite indépendant) Enseignement supérieur: Abed Diab al-Oujaïli (Front de la Concorde) Transports : Amr Abdel Jabbar Ismaïl (indépendant) Planification: Ali Babane (indépendant) Communications : Farouk Abdelqader Abdel Rahmane (Front de la Concorde) Culture: Maher Ibrahim al-Hadithi (Front de la Concorde) Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères: Mohammed Monajed al-Doulaïmi (Front de la Concorde) Secrétaire d’Etat aux droits de la Femme: Mme Nawal Majid Hamid (Front de la Concorde) MINISTRES DE LA LISTE NATIONALE IRAKIENNE : (Deux, laïcs de toutes les communautés) Ministre des Droits de l’Homme: Mme Wejdane Mikhaïl (chrétienne) Secrétaire d’Etat sans portefeuille : Mohammed Abbas alOraïbi MINISTRES DE L’ALLIANCE KURDE: (comprenant des Kurdes et des ministres d’autres courants) Affaires étrangères: Hoshyar Zebari Industrie: Faouzi Hariri (chrétien) Construction et du Logement: Mme Bayane Dézéhi Ressources hydrauliques: Latif Rachid Environnement: Mme Narmin Othmane Secrétaire d’Etat sans portefeuille : Ali Mohammed Ahmed


MINISTRE INDEPENDANT COMMUNISTE: Science et Technologie : Raëd Jahed Fahmi 2) LE CONSEIL PRESIDENTIEL Président: Jalal Talabani, Union patriotique du Kurdistan (UPK, kurde nationaliste) Vice-président: Tarek al-Hachémi, Front de la Concorde nationale (sunnite) Vice-président: Adel Abdel Mehdi, (CSII) 3) LE PARLEMENT IRAKIEN (275 sièges) Président du Parlement : Iyad al-Samarraï (3è après Hajem al-Hassani et Mahmoud Machhadani) Vice-président : Khaled Al-Attiya (chiite) Vice-président : Aref Tayfour (Kurde) Composition: BLOC CHIITE: -Alliance unifiée irakienne (AUI, aujourd’hui n’existe plus): 85 (CSII 15, Mouvement Badr 15, Dawa de Maliki 12, Dawa Irak d’ Abdel Karim al-Einizi 13, Indépendants 30) -Mouvement sadriste : 30 -Parti Fadhila : 15 BLOC KURDE : -Alliance kurde irakienne (dont Union patriotique du Kurdistan, Parti démocratique du Kurdistan): 53 -Parti islamique kurde : 5 BLOC SUNNITE : -Front de la concorde irakienne : 39 (Parti islamique 25, Conseil du dialogue national 7, conférence du peuple irakien d’Adnane al-Doulaimi 7)


-Front du dialogue national (de Saleh Moutlaq) : 9 -Bloc arabe indépendant : 8 LAÏC : - Liste nationale irakienne (de Iyad Allawi): 20 - Communistes : 2 TURCOMANS : -Front turcoman irakien : 1 YAZIDIS : 1 CHRETIENS : 1 INDEPENDANTS : -Parti de la Nation 4) LES PARTIS POLITIQUES ET ALLIANCES ELECTORALES

Principaux mouvements chiites: L’Alliance pour l’Etat de Droit (AED): Formée le 1er octobre 2009 par le Premier ministre Nouri al-Maliki. Il s’agit d’une formation d’une large coalition multiconfessionnelle formée en vue des élections législatives de janvier. Cette coalition, qui se veut nationaliste, comprend 40 mouvements et courants politiques, des membres des communautés sunnites, chiites, kurdes et chrétiennes tout comme des indépendants et des libéraux. L’Alliance Nationale Irakienne (ANI): La nouvelle alliance chiite annoncée le 24 août à Bagdad pour les prochaines élections législatives de janvier. Elle comprend : -Le Conseil suprême islamique d’Irak (CSII) -Le parti Fadhila -Le mouvement Sadr


-Le mouvement Sadr -Le courant de réforme nationale (de l’ancien premier ministre Ibrahim al-Jaafari) -La Conférence nationale irakien (CNI, d’Ahmed Chalabi) -Indépendants Le parti du Conseil suprême islamique en Irak (CSII): (Connue précédemment sous le nom de Conseil suprême de la Révolution islamique en Irak, CSRII) Le dirigeant du CSII, Abdel Aziz Hakim, est mort le 26 août 2009 d’un cancer du poumon à Téhéran. Son fils, Ammar al-Hakim, a pris sa succession le 31 août 2009. Le CSII est l’un des principaux mouvements chiites mais a été balayé aux élections provinciales de janvier 2009 par les listes du Premier ministre Nouri al-Maliki. Le CSII est l’un des piliers de la coalition gouvernementale. Le mouvement a été créé en 1982 en Iran. Le CSII possède une branche militaire, l’Organisation Badr (connue précédemment sous le nom de Brigades Badr), dirigée par Hadi Al-Ameri. Le parti Fadhila (le parti de la vertu): dirigé par Hachem alHachémi et le chef spirituel est l’ayatollah Mohammed alYaaqoubi. Le parti s’est retiré de l’AUI en mars 2007. Son fief est Bassora. Le Mouvement sadriste : Dirigée par Moqtada Sadr. Apparue en 2003, le mouvement fut considéré comme l’une des plus puissantes milices chiites. En 2004, de violents combats avaient opposé les miliciens aux troupes américaines à Najaf. En août 2007, son chef Moqtada Sadr avait appelé ses combattants à une trêve unilatérale, respectée à l’exception de combats au printemps 2008 à Bassora et dans son fief de Sadr City, à Bagdad. Fin août 2008 il a annoncé un arrêt définitif des opérations de sa milice après avoir annoncé une vaste réorganisation de l’Armée du Mahdi, la branche


militaire. L’objectif annoncé est de démilitariser son “armée” en créant une unité “spéciale” chargée de combattre « l’occupant » américain exclusivement, alors que le gros de ses miliciens devraient désormais jouer un rôle social au sein de la population. Le parti Dawa : Il est dirigé par le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki. C’est le plus ancien parti chiite irakien créé à la fin des années 1950. Il fut le principal mouvement de la résistance clandestine avec le parti communiste au régime de Saddam Hussein jusqu’à l’invasion américaine. Le parti était dirigé par Ibrahim Jaafari nommé Premier ministre en 2005 et critiqué pour n’avoir pas réussi à juguler la violence. Il a été remplacé en 2006 par Nouri al-Maliki. Le Dawa est le rival du CSII même si les deux font partie de la coalition gouvernementale. Trois branches se revendiquent du Dawa: Dawa islamique (Maliki), Dawa Irak (Abdel Karim Al-Einizi) et le Courant de réforme Nationale (Ibrahim Jaafari).

Principaux mouvements laïcs: Le Bloc irakien : Alliance laïque emmenée par l’ancien Premier ministre chiite laïc Iyad Allawi. Elle est composée d’une centaine de candidats dont d’importantes figures sunnites, comme le vice-président Tarek al-Hachémi et le chef le Front du dialogue national, Saleh al-Motlaq. L’Alliance de l’Unité irakienne (AUI) : Coalition formée par le ministre chiite de l’Intérieur Jawad al-Bolani. Elle comprend notamment un des chefs sunnites d’al-Anbar Ahmed Abou Richa.

Principaux mouvements sunnites Le Front de la Concorde irakienne : une coalition de partis sunnites formée du parti islamique et dirigé par


Oussama al-Tikriti, le Congrès du peuple d’Irak (d’Adnane al-Doulaïmi), le Conseil du dialogue national irakien (de Khalaf al-Oulayane). Le porte-parole du Front de la Concorde : Salim Abdallah al-Joubouri Le Front du dialogue national : formé en septembre 2005 par Saleh al-Moutlaq L’Association des oulémas musulmans (AOM): formation religieuse sunnite d’Irak créée en avril 2003 après l’invasion. Elle est dirigée par Hareth Souleimane al-Dari. Le groupe a été accusé de liens avec l’insurrection et est hostile à la présence américaine en Irak. Al-Dari est en fuite après un mandat d’arrêt lancé par le gouvernement à son encontre.

Les partis kurdes: Le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) : Dirigé par Massoud Barzani, le président de la région autonome du Kurdistan. Fondé le 16 août 1946 par le mollah Moustapha Barzani, le père de Massoud. L’Union démocratique du Kurdistan (UPK) : Dirigé et fondé en 1975 par Jalal Talabani et Ibrahim Ahmed, son beau-père.


II – SERVICES DE SECURITE ET GROUPES ARMES 1) Services de sécurité irakiens ARMEE: Chef d’état-major: Gen. Babaker Zebari Commandant de l’armée de terre : Gen. Ali Gheidan Commandant de l’armée de l’air : Gen. Anwar Mohammed Amine Commandant de la marine : Amiral Ali Hussein al-Roubaï Chef du centre opérationnel du ministère de la défense : Gén. Abdel Aziz Mohammed Chef des forces anti-terroristes : Gén. Taleb al-Kinani Porte-parole du ministère de la Défense : Mohammed alAskari Chef du commandement militaire de Bagdad : Gen. Abboud Qanbar Porte-parole militaire du commandement militaire de Bagdad : Qassem Atta POLICE: Commandant de la police nationale : Gén. Hussein al-Awadi Chef des patrouilles de police à Bagdad: Gén Ali Yassiri Chef de la police de Bagdad : Adnane Younes Chef de la circulation : Jaafar al-Khafaji Porte-parole du ministère de l’Intérieur : Abdel Karim Khalaf RENSEIGNEMENT: Le chef des Renseignements, le général Abdallah Chehwani, a été mis en retrait fin août. Son remplaçant n’a pas encore été nommé.


2) Les groupes armés

Groupes chiites Les Groupes spéciaux: Ils désignent des groupes extrémistes chiites qui sont, selon l’armée américaine, sont entraînés, financés et armés par les services iraniens notamment par la force al-Quds. Kataëb Hezbollah : Accusé d’être entraîné par l’Iran, le groupe a mené des opérations très sophistiquées contre l’armée américaine. Asaïb Ahl al-Haq (Ligue des Vertueux): Un groupe dont les membres ont fait scission de l’armée du Mehdi.

Groupes sunnites Sahwa (Réveil en arabe): Estimé à 94.000. Ils sont formés en majorité d’anciens insurgés sunnites ralliés à l’armée américaine, moyennant financement, pour combattre Al-Qaïda. Créés en septembre 2006 par des chefs de tribus sunnites de la province occidentale d’Anbar, puis peu à peu généralisés aux autres zones de peuplement sunnites du pays, les groupes Sahwa ont infligé de sévères revers à Al-Qaïda. Ces miliciens ont largement contribué à faire reculer le réseau extrémiste et diminuer la violence dans ces régions qui constituaient depuis 2003 les foyers de l’insurrection anti-américaine. Leur contrôle, précédemment américain, a été transféré entre janvier et avril 2009 au gouvernement irakien. Au total, le gouvernement irakien s’est engagé à enrôler 20% des Sahwa dans les rangs de ses forces de sécurité, et à ce que le reste puisse accéder à des emplois civils, publics ou privés.


Al-Qaïda en Irak : Formé par Abou Moussab al-Zarqawi, tué par l’armée américaine le 7 juin 2006. Selon l’armée américaine, Abou Ayyoub al-Masri a remplacé Zarqawi à la tête du groupe. Auteur de l’attaque contre le mausolée de Samarra en février 2006. Selon les services de sécurité irakiens, le réseau serait désormais dirigé par Abou Omar al-Bagdadi. Mais sa mort et son arrestation ont été annoncées plusieurs fois et l’armée américaine estime qu’il s’agit d’une personne fictive créée par Al-Qaïda Les Brigades de la Révolution de 1920 : Un groupe antioccupation qui comprend des anciens membres de l’armée irakienne. En mars 2007, un groupe des brigades a fait scission et formé le Hamas d’Irak. Le groupe tire son nom de la révolution anti-britannique de 1920. Naqchbandia: Le groupe soufie a lancé des opérations en réponse à la pendaison de Saddam Hussein le 30 décembre 2006. L’idéologie du groupe a été formée en 1389 par le Cheikh Mohammed Baha al-Naqshbandi. Ansar al-Sunna: Le groupe salafiste formé en septembre 2003 est actif dans le nord de l’Irak. A l’origine, il rassemblait plusieurs groupes salafistes comme Ansar al-islam, un groupe kurde. III –DEMOGRAPHIE ET GEOGRAPHIE Population totale à décembre 2007 : 29.682.081 habitants selon une étude conjointe de l’ONU, de l’organisation centrale irakienne des statistiques et du ministère du plan. Chiites : 58,8% Sunnites : 23,6% Kurdes : 14,6% Autres minorités 3% (550.000 chrétiens, 60.00 Sabéens 60.000 Chabak et 220.000 Yazidis)


Les provinces

Anbar (ouest, 1,48 million d’habitants) - Capitale : Ramadi (540.000 ha) Babylone (centre, 1,65 million d’habitants). Capitale : Hilla (683.000 ha) Bagdad (centre, Capitale d’Irak, 7,1 millions d’habitants) Bassora (sud, 1,9 million d’habitants) Abrite la troisième grande ville d’Irak (951.000 ha) Diwaniya (centre, connue précédemment sous le nom de Qadissiya) Capitale : Diwaniya (441.000 h) Diyala (centre, 1,56 million d’habitants) – Capitale : Baqouba (627.000 ha) Dohouk (nord, 505.000 d’habitants )– Capitale : Dohouk (140.000 ha) province du Kurdistan autonome Erbil (nord, 1,54 million d’habitants) – Capitale : Erbil (747.000 ha) province kurde et capitale du gouvernement régional kurde Kirkouk (nord, connue précédemment comme Tamim) 902.000 habitants – Capitale : Kirkouk (572.000 ha) Kerbala (centre, 888.000 habitants) – Capitale : Kerbala (633.000 ha) ville sainte chiite et province Missane (sud, 824.000 habitants) - Capitale : Amara (438.000 ha) Mouthanna (sud, 615.000 habitants) - Capitale : Samawa (255.000 ha)


Najaf (centre, 1,08 million d’habitants) - Capitale : Najaf (567.000 ha) ville sainte chiite et province Ninive (nord, 2,81 millions d’habitants) - Capitale : Mossoul (deuxième grande ville d’Irak) 1,62 million d’ha. Salaheddine (nord, 1,19 million d’habitants) – Capitale : Tikrit (172.000 ha). Souleimaniya (nord) 1,9 million d’habitants– troisième province du Kurdistan Wassit (est 1,06 million d’habitants) – Capitale : Kout 387. 000 habitants Zi Qar (sud 1,61 million d’habitants) Capitale : Nassiriya (594.000 h)


IV – RELIGION Les douze imams de l’islam chiite : 1 - Ali ben Abi Talib 599–661 2 - Hassan ibn Ali 624–670 3 - Hussein ibn Ali 625–681 4 - Ali ibn Hussein 658-714 5 - Mohammed ibn Ali 677–723 6 - Jaafar ibn Mohammed 699–765 7 - Moussa ibn Jaafar 746-799 8 - Ali ibn Moussa 765-819 9 - Mohammed ibn Ali 811-835 10 - Ali ibn Mohammed 827-868 11 - Hassan ibn Ali 847-874 12 -Imam al Mahdi 869-

Guide de l'Irak  

Guide politique des forces politiques et armmes