Page 1

Utopie Concrète ! NUMERO 70 DECEMBRE 2006

Journal des Jeunes Socialistes Gersois. SOMMAIRE: Page 1: Édito. Page 2: Agenda. Bouquin, Net. Publireportage. Page 3: Actu + Brèves. Page 4: Actualité. Page 5: Objectif 2007. Page 6: Histoire des JS.

Refusons les misères modernes, créons la dynamique de victoire ! 2006 s’ouvrait sur le front de mobilisation de la jeunesse et du monde du travail contre le CPE. Ce mouvement social a fait prendre conscience à l’opinion publique qu’une génération refusait un futur enclin à la précarité. En faisant reculer le gouvernement, une génération politique est née, avec une revendication qui a du sens : le droit à l’avenir ! La Coupe de Monde du Foot et les théories désenchantées du commentateurs sportifs sur le coup de boule de Zizou n’ont pas bercé les jeunes d’insouciance. Ils n’ont pas oublié de s’inscrire sur les listes électorales. Acte de citoyens, ils sont prêts pour peser sur les choix politiques déterminants de 2007. Ils doivent transformer « l’essai citoyenneté » par le vote à la présidentielle et aux législatives. En connaisseur de terrain, je sais leur méfiance ou leur inquiétude vis-à-vis de la sphère politique. Cependant, si les jeunes souhaitent un vrai changement, ils doivent d’abord en être les acteurs. De part l’inscription sur les listes électorales, ils envoient un 1er message aux candidats : il faudra compter sur eux.

2006 se termine par la médiatisation des Sans Domiciles Fixes et des problématiques sur le logement (pénurie, caution exorbitante, flambée des loyers, mal logés et mal logis). Cette misère sociale visible grâce à l’action associative rappelle en son temps celle de l’abbé Pierre à l’Hiver 54. En un demi siècle, le France à gagner en richesses économiques et commerciales, la gauche a confirmé des conquêtes sociales et pourtant au XXIème siècle, la nouvelle forme financière du capitalisme par le prisme de la mondialisation s’appuie sur la misère des salariés : travailleurs pauvres, précarité, exclusion, immigration. En militant, nous dénonçons et refusons cette soumission des temps modernes : endettement, recours au crédit à la consommation, standard de vie, augmentation des taxes injustes et baisse de l’impôt sur le revenu pour les riches. Pour répondre à l’urgence du logement, il faut, d’abord, appliquer la loi sur le logement social et arrêter les dérogations. De son côté, l’Etat doit doter les collectivités locales de moyens juridiques et financiers pour qu’elles puissent construire. Ainsi, la pression spéculative sur l’immobilier qui profite aux propriétaires, qui casse la mixité sociale, qui crée des ghettos de riches et de pauvres, et qui détériore les cadres de vie, disparaîtra ! Une fois de plus, les mécanismes de notre république démontrent leur « fatigue » et leur « perversion ». Les forteresses et les rouages de la Vème république ne sont plus en adéquation avec la réalité du quotidien. En 2007, faisons le vœu d’un changement, passons à une 6ème République parlementaire avec de véritables pouvoirs d’initiative, de contrôle et d’expertise ; mettant en avant le dialogue social par l’intermédiaire d’organisation représentative des forces vives de masse ; d’une justice indépendante et responsable, des médias libres et citoyens éclairant la population évitant de « l’endormir et l’engraisser ». Les « tentes Décathlon » jaillissent en bord de seine et dans toutes les grandes de villes de

Suite page 3...


2

AGENDA DU MOIS Toutes les dates (passées ou à venir) à retenir de l’activité du MJS 32.

Réunions :

Journal :

Vendredi 26 Janvier Assemblée Générale à Auch RDV à 20h30

Prochain numéro d’Utopie prévu vers le 15 Janvier n’hésitez pas à envoyer vos articles.

Prochainement : Meeting de François HOLLANDE à Auch Jeudi 1er février.

Tractages & Affichages. Campagne sur les 12 propositions du MJS.

Bouquin François LAFON, Guy (Fayard, 30€, 2006).

Net MOLLET

Dans l’histoire du socialisme française, Guy MOLLET est largement considéré comme le « vilain petit canard » ou le « mal aimé » d’un siècle empreint de grands socialistes comme le furent Jaurès, Blum et Mitterrand.

Homme de remords, comme le dit Lafon, il a assumé ses responsabilités durant une période instable (la 4ème république et ses partis) et délétère (décolonisation, torture, guerre froide…) « Mollet était d’abord un homme du court terme, sur le long terme, il se trompa souvent ». Il ne s’appliqua qu’à incarner une pensée moyenne et sans envergure. Il fut régulièrement tiraillé entre ses principes révolutionnaires et ses actes réformistes. Un tiraillement bien connu dans la famille socialiste ! A vous de lire et de juger ; )

Une idée cadeau pour finir sur ebay...

Les fondamentaux... www.mjsfrance.org Syndicat de Lycéens http://unlyceens.jexiste.f Démocratie locale www.cgjeunes32.fr

Publireportage... COMMANDER LE BRACELET ANTI SARKO

Tarif: 10 euros les 6

Contact : www.re-so.net

Cette biographie vient nous rappeler le parcours quand même exceptionnel de cet homme politique passé par les jeunesses socialistes au moment du Front Populaire (cf. page 6 du journal), la Résistance pour devenir en 1946 le leader de la SFIO pendant 23 ans. Il parviendra même à battre le record de la longévité au poste de président du Conseil sous la 4ème République!

Quelques adresses Internet à visiter pour surfer intelligent et militant :


ACTUALITE France quand la réalité de l’Europe se déplace vers l’Est. L’arrivée de la Roumanie et de la Bulgarie offre des « clichés » du temps de nos arrières grands parents. Voici l’Europe définit par ses traités successifs, le « grand marché », avec comme règle principale des critères budgétaires et une normalisation des standards de consommations. Souhaitons pour 2007, que le chantier de l’Europe politique et sociale devienne rapidement une réalité concrète. En poussant nos regards un peu plus loin, l’Irak vient d’exécuter, après une condamnation à mort, son tyran Saddam. Procès civil, la justice internationale a été volontairement oubliée. Il ne pourra plus répondre de toutes ses exactions perpétrées durant sa dictature. Le droit international a encore un long chemin à parcourir. Enlisement des Etats Unis dans ce « bourbier » sans mandat de l’ONU, multiplicité des conflits territoriaux, religieux et ethniques aux quatre coins de la planète, les nébuleuses du terrorisme et des mafias agissant en sous main ou au grand jour, nous rappelle que la configuration internationale du « village monde » a, et aura, des influences sur notre quotidien. A nous d’intégrer cette problématique dans nos analyses, sans jamais se résigner, pour que la mondialisation des marchés se transforme en solidarité des citoyens du monde. Ces misères sociales et humaines modernes cachent une misère écologique. Les ressources naturelles sont pillées, nous créons des pollutions nuisibles et lourdes de conséquences sur l’évolution climatique. Des avaries météorologiques, en passant par la fonte glacière et les dégâts irréversibles sur la couche d’ozone, jusqu’aux risques sanitaires mondiaux, nous obligent à remettre en cause nos modes de développement. Il faut une « révolution douce » des esprits et des mesures urgentes afin de parvenir à un modèle de développement durable et équitable. Il en est de notre responsabilité pour la pérennité de notre civilisation et pour garantir aux générations futures de pouvoir vivre sur notre planète. Pour 2007, les chantiers politiques portent sur un choix de société. Ce n’est pas par la démagogie ou en jouant sur les peurs et les divisions que notre pays pourra réagir. Ce n’est pas à la matraque et au karcher que la France se relèvera. Il existe dans notre société des énergies et des forces collectives que nous devons écouter et prendre en considération. En refusant les misères sociales, humaines et écologiques, nous devons créer la dynamique de la vic-

Utopie Concrète Journal N°70 – Parution Mensuelle Resp. de publication : M.BOUTINES. Comité de Rédaction: Collectif Fédéral du MJS 32. Imprimé par nos soins. Tirage: 120 exemplaires. Pour nous contacter : Tél: 06.81.27.28.21 E-mail: mjsgers@yahoo.fr

toire à gauche avec Ségolène Royal. En engageant les citoyens dans une démarche de construction participative de ce que notre Pays sera dans l’avenir, nous porterons ensemble les conditions du mieux et du bien vivre en France, en Europe et dans le Monde. Michaël BOUTINES Animateur JS 32

3 Qui a dit ? «Nicolas SARKOZY devrait se méfier de ses propres amis. Johnny Hallyday est si sûr de sa victoire qu’il est allé de réfugier en Suisse ». François HOLLANDE qui sait appuyer là ou ça fait mal !

Amnistie... Le premier secrétaire du PS a oublié de préciser les ennuis fiscaux d’un autre ami du—probable— candidat UMP. Doc Gynéco a été condamné, début décembre, à 700.000 euros d’amende dans le cadre d’un redressement fiscal. Chirac n’a pas ainsi le monopole des amis qui ont quelques soucis avec la justice. Et ce n’est pas Guy DRUT qui nous démentira...

Synthèse Le premier secrétaire du PS a synthétisé le programme présidentiel de Sarkozy ainsi: c’est la pensée de Giscard, la méthode Chirac, la philosophie de Balladur. Y a pas de doute l’avocat de Neuilly est bien de droite.


4

ACTUALITÉ 5 500 000 000 000 €

Rien qu’en tapant ce titre, il y a un long moment de doute qui effleure l’esprit pour ne pas se tromper. Tu as bien lu : 5 500 000 000 000 d’euros. 5 500 milliards d’euros pour qui ? Pour quoi ? Pour te rassurer tout de suite, il ne s’agit pas du chiffrage des promesses électorales du petit Nicolas encore moins du total cumulé des frais de bouche des années passées à l’Elysée par Jacques et Bernie. Encore que, en fin de régime… 5 500 milliards d’euros c’est le montant du coût du réchauffement climatique si rien n’est mis en route d’ici les dix prochaines années. Ce chiffre démesuré n’est pas le fruit de la réflexion d’un savant fou ni d’un extrémiste vert. Il est le résultat du rapport commandé, en 2005, par Tony BLAIR et son ministre des Finances, Gordon BROWN, à un ancien responsable de la Banque mondiale, Nicholas STERN. Il s’agissait d’évaluer pour la première fois les conséquences économiques du réchauffement pour l’ensemble de la planète d’ici la fin du siècle. La conclusion est autant claire que la note est salée : si rien n’est acté pour enrayer l’émission, croissante, des gaz à effets de serre et donc pour ralentir la montée des températures, le monde s’acheminerait vers une crise économique d’une ampleur équivalente à celle de 1929. Chacun se remémore les conséquences désastreuses et tragiques du « jeudi noir » pour comprendre combien il est urgent d’agir efficacement et durablement. Pour atteindre ce montant de 5 500 milliards d’euros, il faudrait que l’économie mondiale soit en capacité à consacrer chaque année 1% du PIB mondial, soit 270 milliards d’euros, pour renverser la tendance (soit un peu plus de 41 € par habitant & sachant que 1,3 milliards d’entre eux vivent sous le seuil absolu de pauvreté). Si rien

Réchauffement climatique: c’est l’augmentation des températures à la surface de la planète due aux gaz à effets de serre rejetés par l’activité humaine et piégés dans l’atmosphère. Au cours du XX°s, la température a crû de 0,5°C. selon des experts, le réchauffement pourrait atteindre +1,4 à 5,8°C au cours du XXI°s.

n’est fait rapidement ce coût devrait être revu à la hausse de cinq à vingt fois plus élevé. Tout le monde sait combien les conséquences du réchauffement climatique ne seront pas seulement économiques : inondations, manque d’eau potable, pénurie de récoltes, multiplication des catastrophes naturelles, etc… La plus préoccupante des menaces est certainement le risque de voir se déplacer, forcées par la conjonction de ces phénomènes, des millions, voire des centaines de millions de personnes sans que les Etats, la communauté internationale ou les ONG ne puissent y pallier. Les pays pauvres seront les premiers touchés de plein fouet. Leur niveau d’endettement oblige les états développés à prendre une plus grande partie du coût du réchauffement. Les années qui s’ouvrent seront cruciales pour la suite des évènements. Sans sombrer dans la caricature, on serait tenter de dire que l’écologie est une question trop sérieuse pour la laisser uniquement entre les mains des Verts, qui ont suffisamment de problèmes avec un autre Nicolas, et espérer que la reconversion version com’ d’ancien ou futur-ex représentants de la gauche moderne puisse faire avancer les mentalités. Le film d’Al GORE, « Une vérité qui dérange », et le rapport de STERN doivent inciter les Etats à s’interroger sur leur modèle de développement et de croissance économique. Premier pollueur, les Etats-Unis devront admettre la réalité, changer d’attitude

Blog : preparonslechangement.net


5

OBJECTIF 2007 en signant le protocole de Kyoto et montrer l’exemple. La Chine et sa croissance économique exponentielle ne se conjuguent pas avec ce qui nous attend… Dans le cas des Etats-Unis, il demeure un espoir : l’alternance politique. Empêtré dans son souhait d’instaurer de force la démocratie en Irak, l’administration bush néoconservatrice a pris en pleine figure le retour du boomerang en perdant les élections de « mid-term » de novembre. L’élection présidentielle US de 2008 deviendra déterminante. L’accession d’un(e) démocrate à la Maison Blanche permettra de remettre le leader du monde mondialisé sur de meilleurs rails. Pour le cas Chinois, démocratie, alternance, élections ne font pas partie du petit livre rouge réédité sauce libérale. Ça sera une autre paire de manche.

ACDC ! Autres Chiffres Du Chômage 4,4 millions de chômeurs réels en France, contre 2,1 millions comptabilisés par l’ANPE, selon le collectif d’associations et de syndicats baptisés « Les autres chiffres du chômage » (ACDC). Celui-ci explique que plus de la moitié des personnes inscrites à l’ANPE, soit 2,27 millions de demandeurs d’emploi, ne sont pas comptabilisées dans les statistiques officielles. Ce sont des chômeurs invisibles.

Les efforts entrepris par quelques pays industrialisés n’apparaissent pas suffisants. Depuis 1990, la France a seulement réduit ses émissions de 0,8% lorsque l’Angleterre parvient à atteindre les 14%. Ces initiatives placent « la responsabilité de l’action entre les mains de ceux qui gèrent l’économie et la politique étrangère ». Pas mieux ! « C’est le rapport le plus important sur le futur… il devrait être considéré comme le dernier mot sur la raison pour laquelle le monde doit agir maintenant pour limiter les dégâts que nous causons à notre planète. » Tony BLAIR Cédric.B

- UNL Union Nationale Lycéenne L’UNL lance sa campagne « Pour un statut du Lycéen » Prochainement dans Utopie Concrète. Par la voix de sa présidente, Floréale MANGIN, le syndicat de lycéens lance un appel en faveur de la refonte du système des bourses. D’après une étude réalisée par le CAS, de plus en plus de lycéens sont obligés de travailler (caissier, livreur, gardien de nuit…) en dehors des cours, quitte à les mener à l’échec scolaire à cause de la fatigue occasionnée et de la dispersion. « On a beaucoup parlé de la précarité chez les étudiants, mais elle existe aussi chez les lycéens » explique Floréale. Pire dans près de la moitié des cas ils travaillent au noir.


6

HISTOIRE DES JS : EPISODE 1

Chronologie des « Jeunesses Socialistes » en France 1905… 2006 ! 1905-1920 : Les premières heures des jeunesses socialistes. 1905 : Les différentes sensibilités socialistes et socialisantes présentes dans la société française décident de s’unifier. Le 23 avril 1905, le Congrès du Globe donne naissance à la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO). Oubli volontaire ou impossibilité militante, aucune structure pour les jeunes n’est envisagée. 1912 : Sous la pression de l’Internationale Socialiste, une section rassemblant des jeunes et des étudiants est créée au sein de la SFIO. Pendant les années suivantes, les relations sont de plus en plus tendues. Les dirigeants de la SFIO décident de dissoudre à plusieurs reprises “les jeunesses socialistes”. L’antimilitarisme militant de la section jeune se marie difficilement avec la participation de la SFIO au gouvernement d’Union Sacrée durant la Première Guerre Mondiale. 1915 : Fondation de l’Union Internationale des Organisations Socialistes de la Jeunesse (UOSJ). 1920-1939 : L’entre-deux guerres. 1920 : Depuis la Révolution d’octobre 1917 en Russie, les bolcheviks dirigés par Lénine s’ingénient à développer la révolution hors des frontières soviétiques. Lénine tente d’imposer son leadership sur la gauche européenne en lui assignant la ratification de 21 conditions avant de pouvoir adhérer à la Troisième Internationale qu’il vient de créer. Au Congrès de Tours, la SFIO se scinde entre pro et anti. Malgré l’ardeur et les convictions de Léon BLUM, la majorité des militants socialistes se laisse séduire par le discours léniniste. La Section Française de l’Internationale Communiste est crée. Seule une poignée de militants tente de préserver la SFIO. Les jeunesses socialistes rejoignent en nombre le nouveau parti communiste. Un comité pour l’autonomie des Jeunes Socialistes apparaît. 1928-1934 : A peine un millier sur tout le territoire en 1928, les “Faucons Rouges”, appellation du MJS, sont 34 000 en 1934. Mai 1936 : Le Front Populaire « Une embellie dans les vies sombres ». 1935-1938 : Les Jeunes Socialistes comptent jusqu’à 50 000 adhérents. Mais l’exercice du pouvoir en France par les socialistes, à travers le « Front Populaire » complique rapidement les relations entre la SFIO et les Faucons Rouges. Refusant la pause de 1938, ne comprenant pas la non-intervention française dans le conflit espagnol, les Jeunesses socialistes s’en prennent au gouvernement de Léon BLUM. La jeunesse socialiste est alors dissoute.


Utopie N°70 Déc06  

Refusons les misères modernes, créons la dynamique de victoire ! Page 1: Édito. Page 2: Agenda. Bouquin, Net. Publireportage. Page 3: Actu +...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you