Issuu on Google+

Utopie Concrète ! Journal des Jeunes Socialistes Gersois.

NUMERO 63 FEVRIER 2006

Numéro Spécial CPE ! SOMMAIRE: Page 1: Édito. Page 2: CNE. Rappel. Page 3: CPE=contrat précaire

pour les jeunes. Nos propositions. Page 4: CDI>CDD>CNE>CPE… Tract.

Ne pas C’D ! M-O-B-I-L-I-S-A-T-I-O-N Par la mobilisation de nombreux camarades du MJS 32, notre fédération est à l’initiative. Diff’ de tracts sur les lycées et à l’entrée des gares, collages réguliers qui s’imposent à la vue de tous, communiqué de presse (même si les quotidiens locaux ne les reprennent pas)… Nous avons retrouvé les vertus du « terrain » en menant campagne contre le Contrat Première Embauche. Cette mesure gouvernementale peut être le terreau d’une reconquête des jeunes et des couches populaires pour la gauche. La crédibilité de notre analyse et de nos actions militantes contre ce « Contrat Précarité Exclusion » est re-mobilisateur chez les socialistes. Ce CPE est un « pur produit » de la doctrine libérale. Il vient remettre en cause le minimum d’acquis sociaux autour du contrat de travail. Cette précarisation généralisée de l’emploi ne peut pas être une fin en soi. Alors que la nature et le niveau du premier emploi conditionnent largement la suite de la carrière professionnelle, les perspectives d’avenir se résumeront donc à une précarisation tout au long de la vie. Notre réaction politique n’est pas le signe d’un « certain immobilisme » comme de Villepin le laisse entendre. Au contraire, notre analyse du marché du travail et de la société est plus globale et plus fine. Elle fait malheureusement transparaître des conditions de vie et de travail difficiles tous les jours. Notre posture politique est d’être du côté de ceux qui n’ont que leur force de travail à vendre et qui ne doivent pas

être considérés comme de la vulgaire marchandise. Ne nous excusons pas de cela, assumons cet héritage et nos valeurs humanistes. Le CPE est par ailleurs une nouvelle illustration de la volonté du gouvernement d'opposer les générations (après la réforme des retraites et celle de l'assurance maladie) : avec ce nouveau CIP, les jeunes vont pouvoir remettre au goût du jour le slogan « Papa j'ai trouvé un travail : le tien ». On sait que la précarité imposée aux jeunes tire vers le bas les conditions de l’ensemble des salariés, les jeunes constituant une nouvelle « armée de réserve ». Je ne suis pas contre la création de dispositif particulier ou transitoire mais l’exception ne doit pas être une règle non écrite au mépris de la sécurité et de la garantie des droits. La résignation n’est pas dans notre langage de militant. Au contraire, notre volontarisme et notre capacité de proposition doivent faire force pour contrer le vent du scepticisme qui court chez nos concitoyens dont les esprits sont embrumés par les plans « com’ » de ce gouvernement qui muselle les énergies et les acteurs. L’engagement des socialistes dans cette bataille est déterminante, il ne faut rien lâcher, ne pas C’D ! et il faut la gagner! La portée du CPE est très grande, car nul doute qu’après avoir imposé une telle précarité aux jeunes, quand ils seront tous domptés et dressés à la précarité, le gouvernement l’étendra à tous les salariés. Ce numéro spécial d’Utopie Concrète est une démarche particulière. Il est utile pour avoir l’ensemble des éléments d’analyse sur le CPE et il peut servir d’argumentaire. Sa vocation principale: la diffusion la plus large pour sensibiliser et mobiliser les jeunes et les citoyens contre le CPE. A vous de jouer!

Michaël BOUTINES Animateur Fédéral du MJS 32 michael.boutines@wanadoo.fr

Utopie Concrète N° Spécial Journal N°63 – Parution Mensuelle Resp.: M.BOUTINES Comité de Rédaction - Collectif Fédéral Imprimé par nos soins. Tirage: 1.000 exemplaires. NPJSVP ! Pour nous contacter : Tél: 06.81.27.28.21 E-mail: mjsgers@yahoo.fr


2

CNE = précarité généralisée

Le Contrat Nouvelle Embauche a été créé par les soin de 2 ans pour savoir si le salarié est compéordonnances Villepin du 2 août 2005 et donc sans tent pour son poste de travail. La notion même de période d’essai perd tout son sens avec une telle la moindre concertation. durée. La vraie justification pour la droite est traditionnelle : faciliter le licenciement pour faciliter Une précarité généralisée Il s’agit d’un contrat à durée indéterminée ré- l’embauche. servé aux entreprises de moins de 20 salariés qui comporte une période d’essai de 2 ans pendant laquelle l’employeur peut licencier à tout moment le salarié, sans préavis, ni indemnité de licenciement (l’indemnité de précarité versée à l’issue d’un CDD n’est pas non plus versée).

Le CNE ne crée pas d’emplois

S’il est encore un peu tôt pour tirer un bilan, on peut d’ores et déjà affirmer que le CNE n’a créé que très peu d’emplois du fait du nombre relativement faible de contrats signés. Un résultat très faible au prix très élevé : celui d’une précarité qui Contrairement à son nom, il n’est pas réservé aux risque de se généraliser. Aucun obstacle n’existe premières embauches. Il donc possible d’embau- pour que le CNE devienne le contrat « normal » cher un salarié en CNE à l’issue d’un CDD. La pré- dans les entreprises de moins de 20 salariés. carité extrême de l’emploi a des effets induits importants. On peut ainsi s’interroger sur l’accueil Selon un sondage réalisé auprès de dirigeants de réservé à un salarié en CNE, susceptible d'être li- petites entreprises ayant eu recours au CNE, seuls cencié durant une période de deux ans, par une 29 % des entrepreneurs déclarent qu'ils n'aubanque s’il demande un crédit, ou par un proprié- raient pas embauché sans l'existence du CNE, taire s’il recherche un logement. Toutes les pro- alors que 71 % auraient de toutes les façons retections contre les licenciements abusifs cessent cruté, dont 40 % en CDI et 28 % en CDD. On voit d’exister avec le CNE. bien que selon ces déclarations, que les entreprises ayant signé des CNE auraient majoritairement

Une période d’essai de 2 ans totaleprocédé à des embauches même sans le lancement ment injustifiée Cette période d’essai de 2 ans est totalement injustifiée : chacun sait que l’employeur n’a pas be-

de ce contrat.

> Rappel sur le chômage des jeunes 22,8% des jeunes (18-25 ans) sont actuellement au chômage. Ce taux a augmenté de 4 points depuis 2002.

Selon l’OCDE, en France un jeune met de 8 à 11 ans pour entrer durablement sur la marché de l’emploi, c’est-à-dire à décrocher un CDI, contre 3 à 5 ans dans les autres pays de l’OCDE.

Il a récemment baissé du fait de la baisse générale du nombre de chômeurs mais le motif de sortie de l’ANPE (l’absence au contrôle ou une radiation administrative).

Depuis 2002, les gouvernements Raffarin et Villepin ont aggravé le chômage et la précarité des jeunes: arrêt des emplois jeunes.

Pour les jeunes sans qualification, le taux de chômage s’élève même à 40%.

Ce sont 618.000 jeunes qui sont aujourd’hui sans emploi.

Mouvement des Jeunes Socialistes Gersois


CPE= contrat précaire pour les jeunes Un contrat première embauche (CPE) est institué pour les jeunes de moins de 26 ans. Il reprend les mêmes principes du contrat nouvelles embauches (CNE), comme la période d'essai de 2 ans. L'employeur pourra, contre les conventions internationales, contre la déclaration européenne des droits de l'homme, contre le Code du travail, licencier tous les jeunes sans motif pendant les deux premières années. Le CPE est une extension du CNE à tous les jeunes. Ce contrat pourra être signé par toutes les entreprises comptant plus de 20 salariés. Autant dire que la période d’essai de 2 ans pourra devenir la règle pour les jeunes, y compris dans les grandes entreprises. Le CPE ouvrira droit à une indemnisation au chômage dès le 4ème mois de contrat (contre 6 au cours des 22 derniers mois). L'indemnité sera de 460€/mois, pendant deux mois. Sous couvert d’une apparente générosité, cette mesure encourage les patrons à licencier rapidement puisque les jeunes toucheront une indemnité pendant 2 mois, juste le

3

temps de retrouver un autre CPE, qui pourra à son tour prendre fin à tout moment et sans raison. Mesure complémentaire : une exonération totale de charges patronales pendant trois ans est accordée à tous les contrats à durée indéterminée (CDI, CNE, CPE) signés au profit de jeunes de moins de 26 ans au chômage depuis plus de six mois. C’est une mesure inefficace et scandaleuse. Inefficace car toutes les études montrent que les exonérations de cotisations sociales suscitent des effets d’aubaine et ne créent pas d’emplois. Scandaleuse car c’est une nouvelle réduction des ressources de la Sécurité Sociale et cela constitue un nouveau cadeau sans contrepartie aux entreprises. Ces dispositifs constituent des mesures d’exception supplémentaires après la décision prise par le gouvernement à la rentrée de ne plus reconnaître les moins de 26 ans dans le calcul des seuils sociaux des entreprises (qui déterminent notamment la création des institutions représentatives du personnel).

> Nos propositions : Pour donner un emploi de qualité à chaque jeune, le Mouvement des Jeunes Socialistes propose des solutions concrètes : • •

• •

Suppression de tous les contrats atypiques type CNE ou CPE; Limitation du nombre de contrats précaires dans les entreprises avec instauration de plafonds indépassables et augmentation de la pénalisation financière de ce type de contrats; Plan de programmation pluriannuel de l’emploi public; Création d’une allocation de recherche du premier emploi pour les jeunes quittant le système éducatif.

0 Je souhaite recevoir des informations 0 Je souhaite adhérer au MJS Nom : ................................................................ Prénom :........................................................... Adresse : ……………………………………………………….................................................................... Ville : ..........................................................……………Code Postal :…………………………………... Tel : ............................................. Age : ......... Mail : …................................................................ à renvoyer au MJS32 - 1, rue du 8 Mai- BP 147 - 32003 AUCH Contacts: 06 81 27 28 21 - mjsgers@yahoo.fr


4

CDI > CDD > CNE > CPE...

Cette généralisation progressive (CNE, CPE, CDD Seniors…) annonce le grand rêve des ultralibéraux et du MEDEF : la mise à mort du CDI. Dominique de Villepin ne cache pas que le CDI est désormais en ligne de mire : "Certains en-

visagent un contrat unique, d'autres souhaitent étendre le contrat nouvelles embauches, toutes ces options sont sur la table de la concertation." Il envisage aussi la définition "d'un nouveau régime juridique des ruptures négociées", autrement dit du droit du licenciement, et des "allégements de charges sur les heures supplémentaires". Dominique de Villepin ouvre donc la porte à un démantèlement de grande ampleur du droit du travail et plus largement de tout notre droit social. Cette attaque sans précédent appelle une réaction à la hauteur ! 12 ans après la mobilisation contre le CIP, SMIC Jeunes proposé par Balladur, la mobilisation générale est nécessaire contre ce nouveau contrat discriminatoire pour tous les moins de 26 ans.

Mobilisation générale contre le CPE !

Manifestation le Mardi 07 Février 10h00 Allées d’Etigny à Auch


Utopie N°63 CPE Fev06