Page 1

UN ETABLISSEMENT D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE L’ARCHITECTURE YANN MISZCZYK

TROPHEE BETON - 2012


1

SYNTHESE

Une structure diaphane / foyer de culture architectural

Cheville ouvrière de l’extension du campus

L’établissement d’enseignement supérieur de l’architecture occupe une place clef dans la trame de l’extension du campus St Jean d’Angély de l’Université de Nice SophiaAntipolis à Nice. Ecriture architecturale urbaine retenue

En journée les balcons périphériques aux gardes corps vitrés parent le bâtiment de ciel. L’été lorsque les rayons se font trop forts des marquises blanches enveloppent et protègent le volume surélevé. Il semble prêt à s’envoler avec la moindre brise qui gonfle ses voiles. Espace intérieur piranésien

La façade ne laisse entrevoir l’ambitieuse organisation interne qu’une fois la nuit tombée. Alors la structure diaphane s’affirme en ombre chinoise. Cette puissante ossature devient le théâtre des charrettes estudiantines interminables. Un spectacle quotidien offert à la ville

Tout au long de l’année la scène principale de l’institution s’offre à la vue 3m sous le niveau de l’espace public. C’est la cours autour de laquelle est construite la structure. Les deux fondements de l’enseignement de l’architecture – halle de construction et médiathèque – ont accès de plein pied à cette arène. Les ateliers de construction bénéficient d’une ouverture ininterrompue de 30m le long de la cours. La surface d’activité de construction est doublée le plus clair de l’année. La médiathèque ouvre modestement de simples doubles portes pleines qui ne laissent pas présager la double hauteur qu’elles abritent. Des niveaux accessibles comme des mezzanines

Dans les étages les niveaux s’enchevêtrent et on peut parcourir le bâtiment sans perdre de vue son objectif. Les parcours possibles pour rejoindre deux points sont multiples. Les nombreux escaliers offre autant de connexions informels. Au fil des étages on peut passer des ateliers de projet, aux départements des professeurs en passant par l’administration et les salles de cours sans passer par les cages d’escalier de secours. Les vues variées et les directions alternatives de la structure facilitent l’orientation. Une structure libératrice

Les unités spatiales formées sont vitrées. Etudiants, enseignants et personnel administratif collaborent en covisibilité. La structure organise rigoureusement des espaces divers adaptés pour chaque type d’activité. Elle est la garante de la liberté de l’espace dont jouissent les usagers.

Axonométrie Perspective éclatée

Variantes d’aménagement

Axonométrie éclatée et aménagements des unités spatiales

Perspective depuis l’arrêt de tramway au nord-est du bâtiment


SUJET, PROBLEMATIQUE ET OBJECTIF

Un bâtiment pour l’enseignement supérieur de l’architecture

2

Choix du sujet : Libre Depuis le début de mes études je me suis fortement intéressé aux façons d’étudier l’architecture. Mon parcours universitaire à travers quatre institutions différentes et trois pays en témoigne. Lorsque j’ai eu la chance de décider librement du sujet de mon diplôme j’ai assez naturellement choisi de concevoir un projet d’établissement d’enseignement supérieur de l’architecture. C’était l’occasion de réfléchir aux conditions matérielles idéales de l’étude du métier d’architecte. Il fallait aussi réfléchir à l’institution, son rôle, son organisation et ses moyens. Pour m’aider ce travail de projet a été accompagné d’un travail de mémoire sur l’histoire institutionnelle de l’enseignement de l’architecture en France depuis le début des années soixante et la chute de l’enseignement Beaux-Arts. Bien que je redéfinisse certains aspects de l’organisation des études au sein de l’institution dont je concevais le projet, mon rôle n’était pas de lui trouver un statut administratif. Il m’importait peu que ce soit une école, une faculté, un institut, ou autre. C’est pourquoi j’ai choisi de l’appeler établissement d’enseignement supérieur de l’architecture. D’autre part un lien avec d’autres établissements d’enseignement supérieur me semblait essentiel, ne serait-ce que pour partager des infrastructures (éducatives, sportives, logements, etc.) et certains types de services pour les étudiants (réseau d’aides, offre culturelle varié, etc.). De plus collaboration et émulation peuvent plus facilement apparaître lorsqu’un lien institutionnel existe entre différents établissements d’enseignement supérieur. L’insertion du projet au sein d’un réseau universitaire devenait évidente. Problématique : rôles et implantation Enseignement, recherche et diffusion L’établissement d’enseignement supérieur de l’architecture a trois rôles : enseigner la pratique et la culture architecturale ; concentrer et développer les savoirs liés à l’architecture ; diffuser la culture architecturale pour expliquer dans la société le rôle indispensable de l’architecte et la valeur ajoutée architecturale. Institution citadine A l’échelle du département, voire de la région de tels établissements devrait se trouver proche de réseaux de grande mobilité. La bonne accessibilité en facilite l’usage. Les villes constituent des nœuds important de réseaux de mobilité. Elles sont aussi des milieux de vie culturelle intense que peut enrichir et dont peut profiter l’enseignement supérieur d’architecture. La situation en ville d’un tel établissement est un fort atout pour l’enseignement mais aussi pour les étudiants qui profiteront d’autant plus facilement de la vie culturelle citadine et pour la ville elle-même en lui offrant un nouveau point de vue sur ellemême : celui des architectes et de l’architecture. Objectifs architecturaux imposés par une posture éthique Un bâtiment sobre La ressource foncière est limitée elle est donc précieuse. Le projet devra assumer une certaine compacité pour économiser cette ressource. Conscient du coût économique et social de l’énergie toujours croissant, le bilan énergétique du bâtiment en fonctionnement doit s’approcher de la neutralité ou du positif. Conscient d’être une vitrine de l’architecture le bâtiment s’offrira au regard et s’ouvrira sur la rue. Un outil au service de l’enseignement de l’architecture La didactique évolue avec l’avancement des connaissances et l’enseignement. Le bâtiment doit permettre une certaine liberté dans l’organisation fonctionnelle pour accueillir favorablement ces changements. A l’instar de la pratique architecturale, l’enseignement n’est pas seulement affaire de savoir univoque mais de dialogue entre différents acteurs (au moins trois types : enseignants, étudiants, personnel administratifs et techniques). Il faut favoriser les contacts et la collaboration entre ceux-ci. Les différentes zones fonctionnelles seront reliées de façon la plus directe possible.

Maquettes d’études diverses


3

SITE

En ville, au sein du campus Saint Jean d’Angély à Nice

Le choix du site est libre. Nice

Les raisons objectives d’implanter un établissement d’enseignement supérieur de l’architecture à Nice sont multiples mais s’agissant d’un projet fictif une seule compte vraiment: je suis fortement attaché à cette ville et je pense qu’un tel équipement public participerait à étudier, conserver et développer la culture constructive, architecturale et urbaine locale. Campus St Jean d’Angély

L’établissement d’enseignement supérieur projeté partage des infrastructures de l’Université de Nice Sophia-Antipolis sur le campus Saint Jean d’Angély. Au croisement de réseaux de transport à l’échelle de la ville –tramway– et du territoire –train–, le campus Saint Jean d’Angély, se développe sur le site d’une ancienne caserne des diables bleus datant du XIXème siècle. Plusieurs bâtiments de la caserne ont été détruit il en reste trois : le bâtiment principal, et les deux pavillons d’entrée. Le premier bâtiment a été reconverti en bibliothèque du campus. Un mail planté de majestueux platanes le relie aux pavillons d’accès 200 mètres plus au sud.

Plan Nolli de la vallée du Paillon au niveau du quartier de Saint Roch

Ces trois derniers éléments conservés de la caserne confèrent au site un caractère fort. Fragment d’histoire, ils représentent aussi une planification publique conséquente au sein d’un quartier de faubourg au bâti très hétérogène. Le double alignement d’arbres aménagé en promenade agrémenterait le campus d’un espace public attractif et pourrait en faire un centre du quartier. Il est prévu au PLU de diviser les parcelles de part et d’autre du mail planté en deux et autoriser la démolition des pavillons d’entrée de l’ancienne caserne. On propose de ne diviser en deux que la parcelle ouest afin de prolonger la rue piétonne amorcée jusqu’au mail et conserver les pavillons d’entrée de l’ancienne caserne et les quelques beaux sujets d’essences variées. Aménagé en place publique ce lieu publique appartenant déjà au quartier pourrait servir de cheville à l’appropriation du campus en devenir par les habitants voisins.

Réseaux de transport en commun et préexistences de la caserne des Diables bleus

Les parcelles à l’est et au sud accueillerait d’autres installations universitaires : du logement étudiant ou d’autres établissements d’enseignement supérieur. On implanterait le projet d’établissement d’enseignement supérieur de l’architecture sur la parcelle nord-ouest, à l’articulation entre la bibliothèque, les facultés déjà construites et le mail planté. Au nord, le long de la ligne de tramway les bâtiments règnent à environ 21 mètres. Au sud sur la rue piétonne la hauteur maximale est d’environ 17 mètres. Bien desservi par les transports en communs tramway, train, bus, piste cyclable, on part du principe les places de stationnement nécessaires seront planifiées de façon centralisée à l’échelle du campus.

Implantation des ENSA en France

Maquette de site


DEMARCHE ARCHI TECTURALE Structure diaphane pour une continuité d’espaces

Implantation, socle Le projet bâtit l’îlot de 50mx54m jusqu’au limites de la rue. Compact, il se développe sur 6 niveaux organisés autour d’une cours en contre bas de la rue piétonne. De part et d’autre de la cours, deux fonctions essentielles profitent d’une double hauteur : médiathèque côté entrée à l’est et halle de construction à l’ouest. La façade sur cours de l’atelier, libérée de points porteurs, peut s’ouvrir entièrement ; la cours sert d’extensions aux diverses activités dès que le climat le permet.

atelie ate lierr 136 lie 136 pla places ces

atelie ate lierr 24 lie 24 places pla ces

atelie ate lierr 48 lie 48 plac plac laces es

coinn coi

terras ter rasse ras se souss perg sou perg ergola ola

Trame structurelle : orientation alternative des axes

terras ter rasse ras se

terras ter rasse ras se sou souss pergol per golaa gol

R+4

impres imp res-res sions sio ns admini adm inistr ini strati str ation ati on

atelie ate lierr lie 104 places pla ces

En périphérie des balcons filants / au centre une circulation semi-extérieure

atelie ate lierr lie 64 places pla ces

R+3 Orientation des niveau paires salles sal les de co cours urs

salles sal les de cours cou rs

coinn coi inform inf ormel orm el

salles sal les de cours cou rs

atelie ate lierr lie 56 pla places ces

Orientation des niveau impaires salle sal le des ju jurys rys

impres imp resres sions sio ns administration

atelier 96 places pla ces atelie ate lierr lie 56 places pla ces

Circulation verticales : Noyau durs / volées ponctuelles

salle sal le des co conse nseils nse ils

R+1

atelie ate lierr maqu lie maqu aquett ettes ett es

expo exp + hall

salle sal le pol polyva yvalen yva lente len te

bibliothèque que

halle le de construct con uction uct

Au rez-de-chaussée au milieu de la façade on trouve l’entrée principale. Elle donne accès à un vaste hall où peuvent être installées des expositions. Il s’étend jusqu’au coin nord du bâtiment. Au sud du hall la cafétéria surplombe la médiathèque qu’on peut voir à travers la paroi vitrée. Le long de la façade nord, dans une travée du bâtiment s’installe l’atelier maquette. Légèrement en surplomb de la rue (50cm) les passants peuvent observer les étudiants au travail. Structure Dès l’entrée on perçoit la puissante structure qui organise l’ensemble du bâtiment. Elle construit un continuum visuel qui laisse filtrer la lumière à travers les niveaux. Elle se compose d’unités spatiales parallèles orientées alternativement selon les deux directions définies par l’îlot. Ces unités spatiales se constitue du plancher bas, du plancher haut (plafond) et des poutres vierendeel de hauteur d’un étage qui délimitent la travée. Il existe 4 portées de travée. Chacune est liée à certains types d’usages : 6m pour des les grandes salles de réunion ou le lieu des jurys de rendu, 7,5m pour les salles de classe éclairée latéralement, 9m pour les ateliers de projet, 12m pour la halle de construction et l’aménagement des bureaux. Les travées de même portée sont superposées (tout les deux niveaux). Deux travées de portés différentes au même niveau sont écartées par la cours. 6 et 7,5 sont orientées est-ouest et séparés de 24m. 12m et 9m sont orientées nord-sud et séparés de 21m. Les travées de 9m et de 7,5m sont disposées par paire parallèles. Ces paires sont à 3m de distance. Cet espace appartient aux unités spatiales du niveau inférieur. Les deux orientations de la trame se superposent aux coins du bâtiment. Au milieu de ses côtés il en résulte des unités spatiales intermédiaires libres de points porteurs un niveau sur deux. Liens et distribution Dans les zones les plus défavorablement éclairées on place les noyaux de circulation verticale et les sanitaires. D’autres escaliers annexes sont installés ponctuellement pour faciliter les déplacements entre niveaux. Une coursive d’1,8m en porte-à-faux distribue autour de la cours les unités spatiales adjacentes. On peut la clore par des ouvrants à guillotine qui se rangent et se laissent oublier dans la hauteur des garde-corps. Sur toute la périphérie du bâtiment des balcons filants augmente la surface utile des pièces contiguës pendant les beaux jours. En journée la légère inclinaison vers l’intérieur des gardes corps vitrés périphériques strie le bâtiment de ciel. Dans certaines parties la profondeur du bâtiment atteint 21 mètres. De grandes trémies sont ménagées régulièrement dans les planchers. Elles laissent pénétrer profondément la lumière et accueillent les escaliers annexes lorsque c’est utile. La structure devient diaphane, l’enchevêtrement des espaces offre de multiples connexions visuelles aux usagers, partout un escalier permet de rejoindre un autre niveau sans passer par les nécessaires noyaux circulation verticale. L’unité de du bâtiment doit se faire sentir et faciliter l’appropriation commune par les différents acteurs l’enseignement supérieur de l’architecture.

R+2

quai matémat riaux

Puits de lumière : des percements dans les planchers laissent la lumière traverser le bâtiment

Ecriture architecturale De l’extérieur, l’enveloppe vitrée souligne la sobriété du volume urbain. Elle mue au grès du temps. Miroir durant la journée le ciel et sa lumière y reflète leurs déclinaisons. Toutefois si le soleil devient trop brutal les marquises textiles en bout de balcon transforment le bâtiment à l’expression linéaire rigoureuse en un volume blanc suspendu au dessus du sol. La nuit le vitrage révèle la structure à fleur de peau et toute la ville peut voir l’activité intense qui règne dans les ateliers à toute heure. L’écriture architecturale urbaine s’inscrit dans la digne lignée des bâtiments modernes des années 60 sur la côte d’azur : une façade à la linéarité sobre animée par la légèreté des marquises. A l’intérieur, la puissante structure en béton armé organise l’espace. Elle est laissée brute. Le contraste entre béton et verre révèle les qualités respectives des deux matériaux. On retrouve ici les trois caractéristiques de l’architecture brutaliste énoncées par Reiner Banham1: l’organisation spatiale présente une image mémorable, la structure est apparente, les matériaux sont valorisés. La structure ne se contente pas de donner sa liberté à l’espace, elle construit en plus son positionnement esthétique. 1

R. Banham, Brutalisme en architecture, Ethique ou esthétique, Dunot, 1970

caféte caf éteria éte ria

RDC réserve rés

salle sal le polyva pol yvalen yva lente len te grand gra nd amphi amp hi

salle polyvalente réservee rés

halle de construction

R-1

biblio bib liothè lio thèque thè que cours cou rs polyva pol yvalen yva lente len te

4

réserv rés ervee erv

Coupe Sud-Nord sur la cours


5

BETON

Des caractéristiques indispensables

Capacités structurelles du béton armé et protection de l’acier Le béton armé peut répondre de façon flexible à des sollicitations extrêmes. La structure ambitieuse projetée utilisera ce matériau. Sans doute par endroits l’armature en acier sera prépondérante mais le projet se situe à environ 1km du littoral. Le béton protège l’acier qu’il recouvre des agressions de l’environnement marin. Inertie thermique Le principe de fonctionnement thermique vers lequel s’oriente le projet nécessite une forte inertie thermique du bâtiment pour offrir le confort d’usage souhaité. Les méthodes de mise en œuvre et le types de béton seraient bien entendu à valider et/ou développer avec un bureau d’études technique et l’entreprise choisie.

Maquette de principe de C. Kerez, pour un bâtiment d’habitation collectives à Zurich

Maquette de principe de Giuliani+Hönger, pour une école d’économie à Zurich

Ce qui nous importerait avant tout c’est la maîtrise de l’aspect finition brut de décoffrage sur la totalité des ouvrages visibles. Les moyens mis en œuvre pour y arriver dépendraient bien entendu des solutions développées avec le bureau d’études technique et l’entreprise sélectionnée. Reférences Ce projet s’insère clairement dans une mouvance architecturale contemporaine qui la structure comme élément majeur de définition spatiale. Parmis les architectes les plus éminents de cette mouvance on compte Gigon+Guyer, Christian Kerez, Valerio Olgiati et Giuliani+Hönger.

Maquette de principe structurel de Y. Miszczyk pour l’EESA à Nice

V. Olgiati, Ecole à Paspels

Maquette de V. Olgiati pour l’Ecole à Paspels

Gigon+Guyer, Musée Kirchner à Davos

Miller & Maranta, Ecole Volta à Bâle


SYSTEME ET DETAILS CONSTRUCTIFS EN BETON

Systèmes constructif d’ensemble - Rapport à l’extérieur

Balcon -30 mm - dallage sur plot pierre synthétique - étanchéité liquide - béton armé brute de décoffrage (forme de pente 2%)

Plancher du rez-de-chaussée - 30 mm - dallage - 70 mm - chape de ravoirage - 50 mm - isolant “XPS” - 40 mm - absorbant acoustique BASWAphon - 200 à 450 mm - béton armé (réservations réseaux divers)

Mur de souterrain - 180 mm - isolant “XPS” - 2 mm - étanchéité - 300 mm - béton armé

Dallage sur terre plein - 30 mm - dallage - 70 mm - chape de ravoirage - pare vapeur - 50 mm - isolant - 2 mm - étanchéité - 200 mm - dalle béton armé - 180 mm - isolant “XPS” - 100 mm - béton maigre Axonométrie structurelle

Axonométrie ossature/ axonométrie inversée planchers 2011 - PFE - YANN MISZCZYK - DOMAINE AAT - THIERRY REY - JACQUES RIZZOTTI

6


7

PERFORMANCES TECHNIQUES ET ENVIRONNEMENTALES Massif, passif, et décentralisé

Fonctionnement thermique passif Le climat niçois promet de bons apports solaires durant les mois froid de l’année tout en interdisant toute exposition au rayonnement directe en été. Le projet opte donc pour une base bioclimatique passive ; il profite au maximum du rayonnement en hiver et s’en protège en été. Afin de réguler au mieux la température on profitera de la forte inertie induite par l’utilisation de l’ensemble de la structure en béton. En accord avec les principes de fonctionnement thermique passif tout pont thermique est évité : les balcons sont désolidarisés de la structure au moyen de rupteur de ponts thermiques. Chauffage d’appoint Afin de profiter au mieux de la forte inertie on se dirigera vers une solution de chauffage TABS ou Thermischaktivierte Bauteilsystem. C’est un système de plancher chauffant qui peut être mis en place dans au cœur des éléments structurel (principalement planchers). Cela permet de profiter pleinement de l’inertie thermique du matériau. Bien sûr la régulation d’un tel système de chauffage nécessite des prévisions d’occupation des salles. S’agissant d’un bâtiment d’enseignement cela est tout à fait envisageable. Le chauffage de ce réseau pourrait être assuré par un mélange d’eau à température ambiante et d’eau réchauffée dans des panneaux solaires installés sur l’édicule de toiture audessus du R+4.

Apports solaires maximums en hiver: charge de la masse thermique

Ventilation décentralisée Très répandue actuellement la ventilation double flux centralisée permet de recycler de précieuses calories dans le cycle de ventilation. Cependant elle contraint de faire passer des réseaux complexes et coûteux à travers le bâtiment. Des systèmes de ventilation double flux décentralisé existent mais ne sont pas encore autorisés en France (alors qu’ils le sont en Allemagne). Des architectes contemporains reviennent au modèle plus traditionnel de ventilation décentralisée actionnée par l’usager, notamment Lipsky+Rollet dans leur projet du PAPCPI à Strasbourg et Bearth&Deplazes dans leur projet de bureaux pour l’ÖKK à Landquart(ch). Profitant d’apports solaires importants et d’une forte inertie thermique on opte pour un système de ventilation décentralisée dont on compensera les pertes. Le contrôle de cette ventilation pourrait être différencié selon les zones du bâtiment : centralisé automatisé pour les zones impersonnelles ou individuel manuel pour les zones personnalisées. Correction Acoustique Béton et verre sont les deux matériaux des pièces. L’ambiance acoustique recevoir une attention particulière. La solution adopté s’inspire très fortement d’un projet de C. Kerez aux contraintes de matériaux similaire : l’Ecole Leutschenbach à Zurich. Le plancher nervuré reçoit de la mousse dans des réservations prévues à cet effet. Occupée depuis 4 ans cette école la solution acoustique adoptée dans cette école ne semble pas poser de problème. Bien sûr il faudrait vérifier la compatibilité de cette réponse.

Protection solaire d’été : un volume de tissu blanc

Ventilation naturelle décentralisée (contrôle automatisé ou manuel)

Mise à profit de l’inertie de la structure

Intégration de luminaires

C. Kerez, Ecole Leutschenbach à Zurich

Remplissage acoustique


Perspective

UN ETABLISSEMENT D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE L’ARCHITECTURE POUR NICE

Plan de situation - 1/5000

Plan Masse - 1/500

Plan masse - 1/1000

2011 - PFE - YANN MISZCZYK - DOMAINE AAT - DIRECTEUR D’ETUDES: THIERRY REY - DIRECTEUR DE DOMAINE : JACQUES RIZZOTTI


1. halle de construction 2. cours 3. bibliothèque 4. auditorium 185 places 5. auditorium 135 places 6. salle polyvalente 7. réserve 8. aire de déchargement 9. réserve logistique 10. cafétéria 11. atelier maquette 12. salle d’exposition 13. bureau du directeur 14. bureau du secrétaire général 15. salle du conseil 16. administration 17. reprographie 18. salle de réunion 19. atelier étudiants 20. salle informatique 21. salle de cours 22. salle de correction du projet 23. espace de détente 24. secrétariat des enseignants 25. bureau des enseignants 26. plage 27. vignes sous pergola

Axonométrie Perspective éclatée

Variantes d’aménagement

2011 - PFE - YANN MISZCZYK - DOMAINE AAT - DIRECTEUR D’ETUDES: THIERRY REY - DIRECTEUR DE DOMAINE : JACQUES RIZZOTTI


Elévation Ouest - 1/200

Elévation Sud - 1/200

5.

9.

8.

4.

6.

8.

11.

12.

8.

12.

7.

10. 1.

Sous-sol - 1/200

2.

3.

7.

Rez-de-chaussée - 1/200

Coupe AA’ - 1/100

2011 - PFE - YANN MISZCZYK - DOMAINE AAT - DIRECTEUR D’ETUDES: THIERRY REY - DIRECTEUR DE DOMAINE : JACQUES RIZZOTTI


Elévation Nord - 1/200

13.

14.

18.

Elévation Est - 1/200

17.

20.

19.

21.

21.

21.

20.

18.

21.

21.

23.

16.

21.

16.

18.

Premier étage - 1/200

19.

19.

21.

15.

19.

22.

Deuxième étage - 1/200

CoupeBB’ - 1/100

2011 - PFE - YANN MISZCZYK - DOMAINE AAT - DIRECTEUR D’ETUDES: THIERRY REY - DIRECTEUR DE DOMAINE : JACQUES RIZZOTTI


Perspective

24.

25.

1.23.

25.

25.

20.

19.

19.

19.

19.

19.

23.

19.

19.

19. 26.

27.

18.

Troisième étage - 1/200

Quatrième étage - 1/200

CoupeCC’ - 1/100

2011 - PFE - YANN MISZCZYK - DOMAINE AAT - DIRECTEUR D’ETUDES: THIERRY REY - DIRECTEUR DE DOMAINE : JACQUES RIZZOTTI


30 à 50 mm - dallage sur plot pierre synthétique étanchéité liquide béton armé brute de décoffrage (forme de pente 2%)

store coulissant fenêtre à baillonettes

dallage Terrazo béton armé bac acier console acier en porte-à-faux gaines d’aération faux plafond en mailles métallliques

30 mm - dallage 70 mm - chape de ravoirage 50 mm - isolant “XPS” 40 mm - absobant accoustique BASWAphon 200 à 450 mm - béton armé (réservations réseaux divers)

180 mm - isolant “XPS” 2 mm - étanchéité 300 mm - béton armé

30 mm - dallage 70 mm - chappe de ravoirag pare vapeur 50 mm - isolant 2 mm - étanchéité 200 mm - dalle béton armé 180 mm - isolant “XPS” 100 mm - béton maigre

Coupe détail - 1/33

2011 - PFE - YANN MISZCZYK - DOMAINE AAT - DIRECTEUR D’ETUDES: THIERRY REY - DIRECTEUR DE DOMAINE : JACQUES RIZZOTTI


Schémas réseaux

Coupe de principe isolations

Références

Axonométrie structurelle

2011 - PFE - YANN MISZCZYK - DOMAINE AAT - THIERRY REY - JACQUES RIZZOTTI


Trophée Béton - 2012 - phase 1  

Carnet A3 rendu pour la première phase du Trophée Béton 2012 portant sur les projets de fin d'étdudes.

Advertisement